Francaisdefrance's Blog

02/01/2012

La propagande de Oumma.com dans les banlieues…

Et que l’on nous dise encore que l’islam n’a rien à voir avec la racaille… Faut il des preuves de plus?

Et pour étayer ces faits, voir: http://tinyurl.com/6oblh63

FDF

.

L’opportunité de l’Islam dans les quartiers populaires…

« Difficile de traiter d’un tel sujet sans éveiller l’attention des ténors auto-proclamés de la laïcité ou des laïcards. Néanmoins, c’est bien dans l’esprit de la loi de 1905, qui garantit la liberté de conscience et de culte, que s’inscrit notre réflexion. L’enquête dirigée par Gilles Kepel à Clichy-sous-bois et à Montfermeil (Seine-saint-Denis), banlieue de la République, a établi une étroite corrélation entre le malaise social sévissant dans ces zones sensibles et les pratiques religieuses de leurs habitants majoritairement musulmans.

En d’autres termes, le retour à la religion ou le repli communautaire serait la conséquence ou le symptôme d’une relégation sociale et géographique dans certains quartiers de France. Or, sans nier la pertinence du rapport publié par l’institut Montaigne, cette conclusion nous semble déficiente, car ayant fait abstraction d’un facteur majeur et déterminant, celui de l’impact du capitalisme dans l’inconscient collectif. La réflexion devrait donc se faire en amont du constat soulevé.

Ce retour à la foi, qui relève selon nous davantage d’une quête de sens que d’un malaise social, traduit inéluctablement une espèce d’évasion spirituelle d’une prison idéologique funeste et aliénante ayant fait miroiter aux citoyens de l’Hexagone une liberté illusoire. Le capitalisme, en effet, est la cause des principales anomalies sociétales ayant généré une réelle cacophonie politique ainsi que de profondes injustices sociales. Ainsi, les « banlieues » sont devenues une espèce de « déchèterie sociale » où l’on vient jeter tous les « encombrants politiques ». Notre pays, par ailleurs, délectera la paix et la justice que lorsque la monnaie cessera d’être le seul régulateur des relations humaines.

C’est donc à ce stade idéologique que doit s’opérer une véritable réforme visant à reposer la question du sens et des finalités qui, au demeurant, fait énormément défaut à la politique régissant la société et, par incidence, provoque de véritables troubles particulièrement dans les « banlieues ». D’ailleurs, l’économie parallèle qui sévit dans ces milieux n’est que le reflet, voire la conséquence, de cette philosophie de l’avoir, de la possession, et surtout, de l’obsession. Les jeunes des quartiers ne sont finalement pas plus assoiffés d’argent que les principaux dirigeants politiques de notre pays. Le problème doit être traité à la source.

Force est de constater, cela étant dit, que l’Islam apparaît dans les quartiers populaires comme un espoir existentiel face à une société en perte de valeurs morales et spirituelles. Cette quête de sens est d’ailleurs patente chez bons nombres de citoyens qui depuis plusieurs années prennent conscience du caractère illusoire et aliénant de la consommation à outrance en cherchant appui dans une spiritualité donnant sens à leur vie.

Des êtres à l’affût d’un vent printanier pour cueillir sous le souffle de leur aspiration naturelle, la Liberté intérieure. Le succès du roman initiatique l’alchimiste de Paulo Coelho dans les années 90 est, à ce propos, parfaitement révélateur. Et ce n’est pas un hasard si le Dalaï-lama, aujourd’hui, notamment à travers la littérature bouddhiste devenue très à la mode, occupe autant de place dans le cœur de beaucoup de citoyens.

Contrairement aux jeunes des années soixante, qui manifestaient de l’intérêt pour des personnalités politiques comme Che Guevara ou de Gaulle dont les visages ornaient les chambres des étudiants, la génération 90-2000 affectionne plutôt des personnalités spirituelles et morales à l’instar de l’Abbé Pierre et Mère Theresa. A ce titre, l’expérience de Michel Serres illustre pertinemment nos propos : « il y a trente ans, lorsque je voulais intéresser mes étudiants, je leur parlais politique ; lorsque je voulais les faire rire, je leur parlais religion. Aujourd’hui, c’est l’inverse : lorsque je veux les faire rire, je leur parle politique… »

Ce retour à la spiritualité dans les quartiers populaires est une forme de réplique à l’idéologie capitaliste qui alimente la majorité des politiques occidentales. C’est pourquoi, aujourd’hui plus que jamais, la laïcité dans ses principes fondateurs garantissant la libre traduction des diverses conceptions du bien et du mal, doit briller de tout son éclat afin de permettre l’épanouissement spirituel et moral particulièrement dans les « banlieues ».

L’Islam, de ce fait, qui selon l’enquête menée par Keppel est très présent dans ces zones sensibles, doit, dans le cadre de la loi de 1905, jouer un rôle majeur en donnant une orientation intellectuelle juste et objective, tenant compte du principe de modération et de globalité du message islamique, aux aspirations spirituelles et morales des jeunes issus du milieu populaire. La laïcité est à notre sens une opportunité entre les mains de l’Islam pour préserver les citoyens des quartiers populaires de l’auto-exclusion et du renfermement et favoriser l’épanouissement de leur citoyenneté.

Le message profond de l’Islam que l’on réduit malencontreusement à des principes techniques dépourvus de sens et de profondeur ou à une technicité du « halâl » et du « harâm » dépouillée de l’esprit et des finalités des textes, est, au même titre que l’ensemble des religions monothéistes, porteur d’un souffle spirituel libérateur à même de doter les « banlieues » d’un cadre éthique et d’impératifs catégoriques, au sens Kantien, bénéfique au rayonnement de la société. Un bon musulman fidèle à ses principes et nanti d’une compréhension juste de sa religion est par nature un bon citoyen.

C’est pourquoi, à l’issue du rapport de l’institut Montaigne, il est fondamental qu’un véritable travail d’enseignement et d’éducation islamique soit mené dans les quartiers populaires pour éviter non seulement que les jeunes, sous l’emprise de cette quête de sens, deviennent des proies faciles entre les mains de certains rigoristes, mais aussi pour mettre leur foi au service de leur citoyenneté. Autrement dit, selon la distinction de Rawls, de mettre leur conception du Bien au profit du Juste. »

 Source: Oumma.com

04/09/2011

Petit chef d’oeuvre en son genre…

Un poème qui devrait faire rabattre leur caquet à tous ceux du « bled » qui chialent et vomissent leur haine sur les vilains Français qui ont tenté de « coloniser » l’Algérie…

Et qui ne comprendront jamais qu’on a voulu avant tout leur rendre service en essayant de leur montrer le chemin de la modernité et de l’essor économique, ce qu’il n’ont toujours pas compris. La preuve, ils continuent à suivre les préceptes d’une idéologie où le meurtre est prédominant. Leur descendance qui fait la loi dans les « zones sensibles » de France nous le montre tous les jours…

On aurait du les laisser croupir dans leur fange.

FDF

.

Photo pillée chez: http://www.petitsechodoran.com/

.

Pardon petit féllagha par Pierre-Jean Vaillard.

Pierre-Jean Vaillard (Sète, 12 mars 1918 – 17 février 1988) 

Pierre Jean Vaillard était un habitué des tournées en Algérie Française où il était très apprécié.   

Il venait avec l’équipe des « Trois Baudets ».>
Voila ce qu’il pensait de la culpabilité coloniale de la France,déjà avant 1962. (vue par les locaux dérangés… )
.

  « Fellagha »

  Quand ma pensée s’en va vers l’Afrique du Nord
Je me sens, tout d’un coup, bourrelé de remords
Que l’Algérie soit une province française,
C’est évident, bien sûr, bien qu’à tous ça ne plaise
Que des hommes aient fait d’un bled qui n’était rien,
Ce beau pays algérien
Nul ne peut dire le contraire…
Seulement, ces temps-ci, il faut compter, là bas,
Avec un mécontent, un certain fellagha.
Et, petit fellagha, c’est à toi que je pense
En voyant ta rancune à l’égard de la France.
J’ai beaucoup réfléchi et ma méditation
Me décide à venir te demander pardon.
Oui, pardon, Fellagha, pardon pour mon grand-père
Qui vint tracer des routes et labourer la terre.
Il est tombé chez toi, il a tout chamboulé.
Où poussaient des cailloux, il a foutu du blé
Et, mettant après cela le comble de l’ignoble, 
Où poussaient des cailloux il a fait un vignoble
Pardon, cher petit Fellagha,
Oh, pardon de tous ces dégâts.
Et mon affreux grand-père (il faut qu’on le confesse)
N’était pas seul de son espèce.
Ces autres scélérats ont bâti des cités
Ils ont installé l’eau et l’électricité.
Et tu n’en voulais pas, c’est la claire évidence
Puisque avant qu’arrive la France
Tu n’avais, en dehors de la Casbah d’Alger,
Que la tente ou bien le gourbi pour te loger.
Et tu t’éclairais à l’huile
Nos maisons, bien sûr, c’était la tuile.
De l’électricité, là encore soyons francs,
Tu ne demandais pas qu’on te mette au courant
Tu t’es habitué à ces choses infâmes
Mais à regret et la mort dans l’âme
Stoïquement, d’ailleurs, supportant ces malheurs,
Avec courage et bonne humeur.
Mais tu engraissais, mais de mauvaise graisse
Car tu prenais le car, ( une invention traîtresse)
Ce même car que, pris d’un délire divin,
Tu devais, un beau jour, pousser dans le ravin.
Je comprend ta rancoeur, je comprends ta colère,
Tu n’es pas au niveau des Arabes du Caire
Tu gâches et tu vis mieux qu’un fellagha égyptien.
A quoi Nasser … Nasser .. a rien
Nous avons massacré les lions, les panthères,
Nous avons asséché les marais millénaires.
Les moustiques sont morts… les poux, De Profundis.
Nous avons tout tué, jusqu’à la Syphillis.
Ah! Pardon, Fellagha, pour tous ces carnages.
Nous avons fait tout cela, c’est bougrement dommage.
Car si d’autres idiots l’avaient fait, inspirés
C’est nous qui maintenant, viendrions vous libérer,
Et bouffer les marrons cuits pour ces imbéciles.
C’aurait été moins long et beaucoup plus facile.
Bien pardon, Fellagha, de t’avoir mieux nourri, 
  Et d’avoir à tes pieds nus, mis (oh maladresse),
Des souliers…
Dont tu voudrais nous « botter les fesses« ….
ce  jour là.. malheur a toi pour les prochaines années.. nos successeurs seront pires que nous.. !!

.

Merci à C.H……

15/08/2011

Les fruits (pourris) de l’immigration…

Et si les émeutes de 2005 n’étaient qu’un avant-goût? Et si tous les actes de délinquance et de racisme anti-blancs et anti-chrétiens commis depuis n’étaient que des piqûres de rappel?

FDF

.

Immigration, islamisation : pourquoi la France échapperait-elle à la situation anglaise ?

Le ministre de l’intérieur est de retour… Nous lui souhaitons la meilleure santé possible, car, s’il veut prendre en mains les questions de l’immigration et de l’islamisation rampante de notre pays, il lui en faudra, du courage, de l’abnégation, des efforts continus pour « ramer à contre courant » de la politique qu’il a toujours menée et qui s’inscrit parfaitement dans le « Globalisation » que son gouvernement européiste et atlantiste (dont la copie-conforme est la pseudo-opposition socialo-centriste, mâtinée d’écologisme politicard et de « gauche  dénaturée ») soutient fermement…

Les élections approchant (et les émeutes anglaises pouvant amener le peuple de France à réfléchir face à ce qu’il subit, et de manière non conforme à la « bien pensance » ambiante), il lui faut donner le change et s’intéresser à des solutions marginales et minimales (1) afin de donner à voir aux futurs électeurs quelques broutilles positives dont le candidat officiel pourra se servir dans sa propagande électorale .

Si le pouvoir en place diminue le nombre d’immigrés réguliers, s’il veut reconduire aux frontières davantage de clandestins, s’il souhaite limiter à moins de métiers l’accès des étrangers-travailleurs, nous ne bouderons pas dans notre coin…

Tiens, si même il règle la question des prières de rue islamiques à Paris et à Marseille (ailleurs, aussi, espérons le), nous pousserons la complaisance jusqu’à sourire de compassion… tant le projet de mettre une caserne désaffectée à la disposition des groupes musulmans est ambigu : mise à disposition gratuite ? Coût de l’entretien ? gestion du lieu et cahier des charges vis à vis du quartier ? Pour combien de temps ? Les finances publiques vont-elles être encore sollicitées indument en ces temps de dette massive ? Tout ceci semble mettre à mal, encore une fois, la loi de 1905 et la laïcité…. A propos, qu’en disent les « mélenchonistes », leur maître à « penser laïque » et les différentes associations prétendant défendre le socle laïque de la République ? L’islam serait-il devenu un service public ?…

…Suite et source: http://tinyurl.com/3ow7szt

01/01/2011

Comment éviter le viol en « zones sensibles »…

En fait, rien de plus simple… Très efficace contre les tournantes, aussi. C’est sûr que ce n’est pas très agréable à porter; mais c’est ça ou la burqa… Guide d’utilisation:

FDF

.