Francaisdefrance's Blog

26/07/2011

Les « zones d’ombre » de l’attentat d’Oslo…

Reçu par mail; logique interprétation du drame d’Oslo…

FDF

.

À l’évidence, cet attentat d’Oslo présente un certain nombre de points pour

le moins bizarres. Des zones d’ombres.

1. On nous dit qu’il s’agit d’un attentat à la voiture piégée… or, sur

toutes les images (photos et vidéos), aucun cratère dans la chaussée intacte

n’apparaît. Néanmoins, on nous montre en permanence une voiture renversée et

calcinée qui suggère l’hypothèse retenue. Quand on songe aux dégâts

provoqués induisant une forte puissance de l’engin explosif, on ne peut

qu’être étonné qu’il n’y ait aucun cratère, ni même une plaque de goudron

arrachée. S’il y en avait un, nous aurions eu droit aux gros plans.

Par ailleurs, la voiture sensée avoir été bourrée d’explosifs conserve des pneus apparemment intacts… surprenant !

2. S’il s’agit d’un attentat à la voiture piégée, comment se fait-il qu’un

incendie se soit déclaré dans les étages de l’immeuble gouvernemental et pas

dans les boutiques proches de la « fameuse » voiture renversée ? L’explosion

se serait-elle donc produite dans les étages ? Et n’y en a-t-il eu qu’une

seule ?

3. Selon des sources norvégiennes, la rue touchée par l’explosion était

barrée au public pour cause de travaux sur le réseau d’égouts. Alors,

pourquoi les médias français occultent-ils ce fait en nous affirmant que la

rue était presque déserte en raison des vacances ? En tout cas, très mauvais

calcul de la part d’un terroriste sensé avoir préparé son affaire de longue

date.

4. « On » nous dit que le tueur s’était récemment fait livrer plusieurs

tonnes d’engrais chimiques ayant pu contribuer à la confection de LA bombe.

  Soit : certains produits permettent ce genre de choses… mais pour obtenir

le résultat constaté sur les images, il en faudrait une sacrée quantité

intransportable discrètement par un seul homme. Ou alors, l’engin explosif

n’était pas confectionné à base d’engrais chimiques mais avec « autre

chose ». Et là, les possibilités ne manquent pas.

5. Peu de temps après l’explosion, l’attentat a été revendiqué par un

certain groupe djihadiste intitulé « Helpers of Global Jihad ».

Très rapidement, cette revendication a curieusement disparu de la

circulation.

6. Dans l’île, pendant que le tueur sulfatait ses victimes, la Police aurait

mis deux heures pour intervenir alors que, des témoins affirment l’avoir

appelée immédiatement. Quelle réactivité !

7. Toujours sur l’île, pendant que ça camphrait, aucune tentative de

réaction (bon, passe encore) et plus de 80 personnes abattues… 80 en deux

heures,

  alors que ça courait dans tous les sens et que c’était donc du tir sur

cibles mouvantes… avec quel(s) type(s) d’arme(s) ?… Combien de chargeurs

?… et graillés à combien de cartouches ?… Pour un tel résultat, le tueur

était-il vraiment tout seul ?

8. Et puis, qui sont réellement les victimes ? Tous les témoins interrogés

sur l’île et dont les propos ont été largement diffusés ne sont pas

franchement de type nordique. Par contre, toutes les personnes venues

déposer des fleurs sur les lieux de l’explosion, elles, le sont. Alors, de

quoi s’agit-il ?… de quoi et de qui parle-t-on ?

10. Pourquoi la page « Facebook » du tueur diffusée par les médias est-elle un

faux ? (voir ici et là)

Toutes ces questions ont forcément leurs réponses… mais ce ne sont

certainement pas celles données par les médias qui défient toute logique.

Tout le monde a désormais bien conscience que ces mêmes médias sont passés

maîtres   dans l’art de nous présenter des images tout en nous racontant autre chose.

Alors, quelle est la « vraie » vérité ? Et à qui profite ce crime ?

En tout cas, une chose est sûre maintenant : le portrait-type du terroriste

qui circule dans le monde entier est celui d’un « grand, blond, les yeux

bleus, chrétien, d’extrême droite, islamophobe, anti-marxiste ». Peu

importent les attentats quotidiens perpétrés par les islamistes qui massacrent allègrement tout ce qui bouge partout dans le monde. Seul compte

aujourd’hui celui d’Oslo.

Là, l’objectif médiatique est bien atteint

Voiture piégée ? Chaussée intacte

Incendie dans les étages

Le tueur… vraiment seul ?

Voir aussi: http://www.legaulois.info/

22/11/2010

La mediatrice de RFI doit rendre des comptes au sujet des affiches « burqades »…

T’as de beaux yeux, tu sais…

Burqa: l’arme à double tranchant… Surtout pour qui ne sait pas s’en servir…

FDF

.

« On vous l’avez bien dit que ces affiches irriteraient les islamophobes et les laicards ( à défaut d’émouvoir les ” pseudos-représentants ” des musulmans de France ) relire : Il y a plus de musulmanes en niqab sur les panneaux publicitaires que dans la vie quotidienne

” De très nombreuses personnes, habitant la Région parisienne ou d’autres régions françaises, ont écrit à RFI, et à la médiatrice, pour protester contre la campagne de publicité lancée par la radio. D’autres ont écrit des commentaires, sur ce blog. ” Dominique Burg, Médiatrice de RFI

Voici un article de la médiatrice de RFI à ce sujet :

La dernière campagne de promotion de RFI à l’adresse de son public français, et notamment d’Ile-de-France, a choqué. Cette campagne est déclinée en quatre photos, représentant une femme portant le niquab, un enfant soldat, un sol craquelé par la sécheresse, et des dirigeants mondiaux réunis lors d’un G20. La femme voilée, apparue sur les bus parisiens et dans certains hebdomadaires, dont Le Point, a suscité étonnement, incompréhension, indignation, et parfois colère.

Ces campagnes publicitaires ne sont pas conçues, bien sûr, par l’équipe rédactionnelle de RFI, et ne relèvent pas de la déontologie journalistique, terrain sur lequel j’interviens, en tant que médiatrice. Mais je suis censée, également, me faire votre porte-parole, à vous, auditeurs et internautes, auprès de la direction de RFI. Et mon rôle, comme il est dit dans la charte de déontologie de l’entreprise, est aussi de contribuer à la « crédibilité » de RFI. Voilà pourquoi ce blog répercute certaines de vos remarques.
La direction de RFI, que j’ai interrogée, tient d’entrée de jeu à lever toute ambiguïté, en affirmant : « nous ne soutenons pas plus le port du voile que l’utilisation des enfants soldats dans les conflits ». Il s’agit de présenter « des sujets forts de société, d’environnement ou de politique car notre vocation est d’expliquer, d’analyser, de donner des clés à nos auditeurs pour mieux comprendre l’actualité », « d’interpeller le public et de le faire réfléchir ».
Les auditeurs qui ont protesté n’ont pas saisi, eux, le sens de ces messages visuels.
– Bernard Rousselot, qui se présente comme un « militant laïque », m’a ainsi adressé ce courriel : « Au moment où la représentation nationale vient de voter une loi interdisant de facto le niquab dans l’espace public, cette campagne publicitaire est non seulement une provocation, mais encore d’une stupidité rare. Je note au passage les yeux bleus de la prisonnière. Une provocation dans la provocation ? »
Lionel, qui habite en Région parisienne, dit « ne pas saisir « l’esprit » de cette publicité », en disant : « je trouve son sens franchement ambigu et quelles que soient les intentions – à n’en pas douter très bonnes – de cette affiche, ne pensez-vous pas qu’elle pourrait être perçue comme franchement insultante vis-à-vis des femmes non musulmanes et renforcer le sentiment d’une « islamisation » de la France ? ».
« Je suis un auditeur assez fréquent de RFI que j’ai pris l’habitude d’écouter lors de nombreux et lointains voyages », m’écrit Alain Chivet, qui explique : « j’apprécie en général la variété des sujets de vos émissions ainsi que l’esprit dans lequel vous abordez les problèmes de pays étrangers. C’est avec surprise que j’ai découvert les jolis yeux bleus qui me dévisagent par la fente d’une burka [en fait un niquab].
J’apprécierais beaucoup que l’on me dise comment je dois interpréter ce “message” que je trouve de prime abord choquant et déplacé dans le contexte actuel.
Pourquoi ne pas avoir choisi un sari ou un boubou bien plus seyants et moins provocateurs ?
Je ne sais si vous avez une fille mais est-ce là la tenue dont vous rêvez pour elle ? MOI PAS », conclut notre interlocuteur.
– Les femmes sont nombreuses à protester :
Fatima, de Gennevilliers : « En attendant le bus, je tombe sur votre affiche avec une fille en niquab qui m’a profondément choquée. Alors à présent pour faire le buzz on met des petits africains noirs et des femmes blanches aux yeux bleus portant le niquab islamique… ? »
Elisabeth, de Fréjus : « Je suis indignée par votre publicité dont le message subliminal semble être de mettre la femme européenne en burqua [en fait un niquab]…à croire qu’il n’y a pas assez de malheureuses comme ça ! »
Patricia, de Paris : « Je suis scandalisée en tant que laïque, athée et féministe (…) J’ai été profondément agressée par cette affiche sur un bus ! A quoi jouez-vous ? Tout cela est très malsain et je vous prie de croire que je n’écouterai plus votre station ! (…) Tout cela est confus et pervers.»
Dana à Beaucaire : « En tant que femme française et libre, l’image que vous vous faites de la féminité (…) est pour le moins déroutante (…) J’ai honte pour vous ».
– La honte… le mot revient souvent dans les courriels.
Philippe, de Paris : « Vous devriez avoir honte (…). Si c’est ça votre notion de l’international, je vous signale qu’il n’y a pas, à l’international, que des islamiques. Il y a des chrétiens, des bouddhistes, des taoïstes…etc. »
Marc, de Carcassonne : « La honte, cette affiche de femme voilée. Vous n’avez pas compris que vous alimentez la haine qui va exploser inévitablement, en surfant sur le prétexte de la crise économique… »
Damien, de Nancy : « Honte à vous pour cette campagne de pub indigne ».
– Parmi les autres réactions, certaines personnes estiment que RFI a failli à sa mission.
Ainsi Dominique, d’Aubervilliers : « Je tiens à vous faire part de ma révolte (…). Je vous rappelle que RFI signifie Radio France Internationale ! Vous êtes donc censés représenter les valeurs occidentales françaises ».
Christophe, de Lille : « Est-ce l’image de la femme française et de la femme en général à promouvoir dans le monde ? »
Anne-Marie et Daniel Droit, qui ont découvert la publicité dans Le Point, et se disent « étonnés et indignés » : « Dans quel pays sommes-nous ? Comment faut-il interpréter cette pleine page de publicité pour RFI ? Quel est le message ? Une femme aux yeux bleus en Burqua [en fait un niquab] …en France et/ou partout dans le monde ? Doit-on considérer que la communauté internationale – à laquelle s’adresse RFI – est à l’image de cette femme voilée au visage dissimulé, ce qui exprime une appartenance à une frange extrémiste d’une religion très éloignée de notre conception d’un état laïc et du sort réservé à la femme ? »
Patricia, à Villeneuve-Loubet, estime que RFI n’a pas respecté son cahier des missions et des charges. Elle s’en explique : « Cette publicité présente une femme (je le suppose…) aux yeux bleus (provocation ? France de demain ?), le visage entièrement dissimulé par un voile intégral, avec pour tout message : « l’info naît ici » (dans le seul regard d’un visage féminin dissimulé) et « l’info devient mondiale » (le rayonnement de la culture française ne me semble pas assuré de façon pertinente à travers ce message). J’avoue humblement ne pas saisir le sens de ce message publicitaire. Que comprendre ? Entre ambiguïté et provocation, le malaise est bien réel. Toutefois, je ne peux que m’étonner et m’indigner qu’une radio française à vocation internationale, censée diffuser la culture française et exposer le point de vue de la France face aux événements du monde contemporain, utilise une telle image de la femme (…) Les valeurs véhiculées par ce message ne correspondent pas à mon idéal laïque et républicain et me semblent même contraires à ce qu’est notre pays ( Ce qu’il est en train de devenir m’interpelle, m’inquiète au plus haut point !).
Ma démarche ne se veut ni intolérante, ni communautariste, bien au contraire. En tant que femme, citoyenne d’une république laïque aux valeurs desquelles je suis très attachée, je refuse avec véhémence (avant de tomber dans la virulence…) que l’image de la France soit portée, de façon officielle (RFI a en effet une vocation officielle) par une femme voilée aux yeux du monde. La loi ne vient-elle pas d’interdire le voile intégral dans les lieux publics français ? Ce genre de message ne peut, à mon sens, que contribuer à exacerber les communautarismes, les tensions, les extrémismes politiques et religieux, qui sont autant de sujets particulièrement sensibles en ce moment, dans notre pays comme au niveau Européen et mondial ! ».
Oui, c’est bien l’incompréhension et la perplexité qui semblent dominer.

Pour s’adresser à la médiatrice

Par courrier électronique

Son blog : http://mediateur.blogs.rfi.fr

Par téléphone : 01 56 40 20 45

Par courrier postal :
Dominique Burg
Médiatrice de RFI
116, avenue du Président Kennedy 75 016 Paris

De notre côté nous avons tenté de contacter le “  service communication ” de RFI pour savoir comment ont-ils procédés pour réaliser ces affiches, notamment au sujet de la figurante : Est ce une musulmane ou une simple comédienne qui veut boucler ses fins de mois ? Sans réponse ….

Tentez par vous même… »

Source: http://tinyurl.com/38r6vf3