Francaisdefrance's Blog

26/02/2012

Méluche: la roue de secours (à plat) du PS…

.

De pire en pire.

Mélenchon, qui ne sera pas au second tour des présidentielles, devra apporter son soutien au Parti Socialiste qui bien évidemment l’acceptera. Avec en contrepartie un poste de ministre à la clef… Un ministère de la propagande lui siérait à merveille…

Les voilà bien montés, avec ce chef d’oeuvre représentatif de la démocratie Républicaine et de la France de demain.

Voyez la vidéo…

FDF

.

.

Bonus:

Jean-Luc Mélenchon, né le 19 août 1951 à Tanger, au Maroc, est un homme politique français, député européen et co-président du Parti de gauche (PG). Élu local de Massy puis du département de l‘Essonne à partir de 1983, il est élu sénateur de l’Essonne en 1986 et réélu en 1995 et 2004. Il est ensuite élu député européen dans la circonscription Sud-Ouest en 2009.
Jean-Luc Mélenchon est ministre de l’Enseignement professionnel de 2000 à 2002, sous le gouvernement de cohabitation de Lionel Jospin.
En 1969, Jean-Luc Mélenchon rejoint l’Organisation communiste internationaliste, courant trotskiste.

Fondateur avec Julien Dray (celui qui a reçu un rappel à la loi, concernant des détournements de fonds de l’association SOS Racisme) de la Gauche socialiste en 1988.
En 2008, Il se prononce contre « le boycott des jeux de Pékin et la propagande anti-chinoise. Les tibétains auraient apprécié s’ils connaissaient Jean-Luc Mélenchon….
En octobre 2010, un extrait du film Fin de concession de Pierre Carles diffusé sur internet montre Jean-Luc Mélenchon, visionnant une interview de Xavier Mathieu, délégué CGT Continental AG à Clairoix par David Pujadas, qualifier le journaliste de « salaud » et de « larbin », lui reprochant de demander à plusieurs reprises au syndicaliste de désavouer le saccage de la sous-préfecture de Compiègne par son syndicat.
Mandat de sénateur
2 octobre 1986 – 27 avril 2000 ; 26 septembre 2004 – 7 janvier 2010 : sénateur de l’Essonne63
2004 – 2008 : secrétaire du Sénat
1983 – 2001 : conseiller municipal de Massy (Essonne)
1989 – 1995 : adjoint au maire de Massy
1985 – 1992 ; 1998 – 2000 ; 2001 – 2004 : conseiller général de l’Essonne pour le canton de Massy-Ouest (non candidat à sa propre succession aux élections cantonales de mars 2004)
1998 – 2000 : vice-président du conseil général de l’Essonne
7 juin 2009 : élu député européen de la circonscription Sud-Ouest, sur la liste Front de gauche pour changer d’Europe.
L’éternel problème en politique française est la dissimulation des revenus. Jean-Luc Mélenchon touche depuis des décennies 15000 euros mensuels sous couvert de diverses indemnités tout en déclarant 6200 euros de revenus mensuels et en payant moins de 5000 euros d’impôts par an, un scandale. Tout aussi scandaleux son patrimoine de 750.OOO euros alors que cet individu a encaissé depuis 1986, trois millions neuf cent mille euros en tant que sénateur, auxquels il faut ajouter les indemnités de conseiller général, adjoint au maire, conseiller municipal et quatre cent milles euros au titre de député européen depuis 2009….
Jean-Luc Mélenchon mène grand train pour n’avoir qu’un patrimoine de 75O OOO euros….à moins que comme ses petits copains, ce soit une crapule; communiste mais crapule tout de même !
D’après L’Express, son patrimoine est évalué en février 2012 à 760 000 euros et ses revenus nets mensuels à 6 200 euros.
Toujours d’après Christophe Barbier, » Mélenchon qui me glissa un jour la verité sur la décadence du NPA. Démaquillé, il remettait son écharpe du geste éprouvé de syndicaliste qu’il aurait pu être, et se fit l’oeil piquant et la joue rose : « Vous savez pourquoi le NPA est fichu ? Parce qu’on ne transforme pas un groupuscule d’intellectuels juifs du Quartier latin en parti de masse des banlieues musulmanes ».
C’est clair, JL Mélenchon ne croit pas en son parti, mais il compte bien s’en servir pour accéder à un ministère, histoire de continuer la belle vie aux frais des contribuables, ce qu’il a toujours fait…
François Hollande devrait nous dire clairement ce qu’il compte faire de ce clown ou de cette crapule en cas de victoire…

http://www.el-dia.com/2012/02/4976/jean-luc-melenchon-revolutionnaire-ou-crapule-2/

10/01/2012

Tu vas un peu loin, Ruquier…

Immonde comportement de Laurent Ruquier dans son émission du 7 janvier… Déjà poursuivi en justice par Marine Le Pen qu’il doit recevoir le mois prochain, l’animateur (qui en fait rire certains) de « On n’est pas couché » monte d’un cran dans la vulgarité et la provocation. On dirait qu’il cherche à se faire « éjecter » volontairement pour ne pas se trouver face à Marine dans l’émission où on l’oblige à le faire…

Prendre de tels risques ressemble plutôt à du suicide qu’à du courage… Ca ne m’étonne pas du personnage. En outre, comme les roquets, « il gueule de loin »… Triste sire.

Personnellement, je reprends le courrier de Bruno Bilde et je l’envoie aussi à Remy Pflimlin.

FDF

.


Morandini Zap: Marine le Pen furieuse contre Laurent Ruquier

Video  : http://www.wat.tv/video/morandini-zap-affiches-satiriques-4rscb_2exyv_.html

Bruno Bilde, le directeur de la communication de la campagne de Marine Le Pen, a envoyé une lettre au PDG de France Télévisions Remy Pflimlin suite à l’émission « On n’est pas couché » diffusée samedi soir sur France 2.

Au cours de l’émission, Laurent Ruquier évoquait les affiches que Charlie Hebdo proposait dans son édition de cette semaine. L’une d’elles caricaturait Marine le Pen, avec le titre « Le Pen, la candidate qui vous ressemble », illustré d’excréments.

La lettre de Bruno Bilde

« Monsieur le président, 

L’émission de M. Ruquier du 7 janvier est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. D’ici le scrutin présidentiel, tout est à craindre de la part de cet animateur. M. Ruquier a diffusé ce samedi cette affiche au cours de son émission hebdomadaire. J’insère l’image dans ma lettre car peut-être n’êtes vous pas au courant ? 

La vulgarité de M. Ruquier atteint son comble. Madame Marine Le Pen est la seule candidate à être traitée ainsi sur le service public. Je récapitule ici les atteintes très graves dont elle fait l’objet :

– Émissions « C’est à vous » et « Infrarouge » de Caroline Fourest : des demandes de droit de réponse sont en cours. Ce serait le minimum que vous vouliez bien les accepter. 

– Procédure contre l’émission « Complément d’enquête » relativement à la déontologie des journalistes de cette émission. J’ai constaté que  la semaine dernière des journalistes de cette émission avaient été placés en garde à vue à l’occasion d’un autre incident déontologique. 

– Plainte pour injure contre M. Ruquier après qu’il ait transformé la généalogie de Mme Le Pen en croix gammée. 

– Je n’oublie pas la plainte qu’a dû déposer aussi Me Collard contre M. Darmon et M. Ruquier. 

Maintenant M. Ruquier compare Mme Le Pen à une merde. En ajoutant, « la candidate qui vous ressemble », Laurent Ruquier insulte au passage des millions de téléspectateurs et d’électeurs

Sous l’impulsion de France télévisions, la campagne présidentielle s’engage dans une voie particulièrement nauséabonde et ordurière. J’adresse copie de la présente lettre au Conseil supérieur de l’audiovisuel et je la rends publique. 

Veuillez agréer, M le Président, l’expression de mes sentiments distingués ».


07/01/2012

Wesh, wesh, ziva; niktamère !

Retrouvé sur un billet suisse. En Romandie profonde, on a aussi des racailles. Qui parlent « racaille »; comme les sous-merdes des banlieues françaises. Les Suisses font d’ailleurs référence à nous. Pas de quoi être fiers…

FDF

.

Neuf jeunes Romands sur dix parlent «racaille»

En Suisse romande, neuf jeunes sur dix ont recours au «parler jeune» – aussi nommé «parler racaille» – des banlieues françaises. Mais ils savent aussi revenir au langage «correct» quand il le faut. Première étude sur le sujet dans les cantons francophones.

Pascal Singy, de l’Université de Lausanne et Francesca Poglia Mileti, de celle de Fribourg, ont interrogé avec leur équipe 62 jeunes Romands, moitié de garçons, moitié de filles. Âgés de seize à vingt ans et provenant des cantons de Genève, Neuchâtel et Vaud, ils forment un échantillon «indicatif de la population».

Inspiré du langage des banlieues françaises et de la culture rap principalement, ce «parler jeune» – ou «parler racaille» – est présent en Suisse romande depuis une dizaine d’années au moins. Certains des plus âgés disent en effet s’y être mis dès l’âge de dix ans, voire avant.

Mais plus de la moitié situent entre douze et treize ans les débuts de leur emploi du «parler jeune». Une période qui correspond à leur entrée à l’école secondaire, avec la nécessité de s’intégrer, de s’identifier à un groupe et d’en adopter les attributs vestimentaires et langagiers.

Pas tous des loubards

56 des jeunes interrogés sur 62 déclarent y recourir, à des degrés divers. La moitié d’entre eux affirment l’employer régulièrement. Quatre sur dix n’en usent qu’en certaines occasions bien précises, et un sur dix y a recours très rarement ou jamais.

«Même les jeunes lycéens l’utilisent, ce n’est pas un langage de jeunes en rupture, il n’est pas parlé uniquement par des loubards de banlieue», relève Pascal Singy.

Les scientifiques relèvent trois fonctions à ce langage: identitaire (appartenance au groupe), cryptique (imperméabilité aux adultes, par exemple) et ludique (amusement de leurs interlocuteurs).

Pascal Singy souligne à ce propos «le jeu avec la langue», notamment par le «verlan», vieille forme d’argot français, qui consiste à inverser les syllabes – d’où son nom. Certains jeunes y voient aussi un côté défoulant grâce à la large palette d’insultes à disposition.

Les filles ? Pas trop

Tous les membres du collectif sont d’avis que le «parler jeune» concerne tant les filles que les garçons. Mais certains relèvent des différences: les filles elles-mêmes expriment ainsi la conviction d’en offrir une pratique «adoucie», moins «agressive». «Elles l’utilisent un peu moins souvent et de manière un peu moins vulgaire», note Francesca Poglia Mileti.

«Le jugement porté sur le locuteur varie, les filles sont plutôt dévalorisées lorsqu’elles parlent jeune», poursuit la scientifique. En abusant de ce type de langage, elles risquent de se voir déconsidérées aux yeux de leurs pairs.

Filles et garçons confondus, une bonne part de l’échantillon juge que ce type de parler ôte aux filles «toute forme d’attrait» aux yeux des garçons. Et aucune des filles interrogées ne portait un regard véritablement admiratif sur le «parler jeune», qui renverrait à des attributs fondamentalement masculins.

Ça leur passera

La plupart des jeunes ne considèrent pas ce type de langage comme approprié lorsque l’interlocuteur est un parent, un professeur ou un employeur.

D’ailleurs, près d’un sur deux estime que, d’une manière qui semble relativement naturelle, sa pratique du «parler jeune» changera quand il gagnera en maturité.

En cela, ils font preuve de lucidité. Les chercheurs ont en effet également questionné des représentants du monde patronal et de la formation professionnelle. Tous sont d’accord pour considérer que le «parler jeune» ne peut que nuire à l’image de l’entreprise, et au jeune lui-même, qui s’isole par ce mode de communication.

Enrichissement ou appauvrissement ?

La version «parler jeune» de Suisse romande se caractérise principalement par son originalité lexicale.

Interrogés sur les éléments déterminants de ce langage, la plupart des jeunes insistent presque exclusivement sur les procédés de création et de renouvellement des mots. La dimension phonique (accent, rythme) ne fait l’objet de commentaires que d’une infime minorité.

Enfin, un tiers des sondés considère ce langage comme une forme appauvrie de français, et un autre tiers apparaît convaincu du contraire. Le tiers restant se situe entre ces deux positions.

Source: http://www.swissinfo.ch/