Francaisdefrance's Blog

05/02/2011

Les bienfaitsde l’immigration…

Le premier qui va encore hurler à la stigmatisation fera bien de réfléchir avanr de l’ouvrir…
FDF

.

Le matériel volé partait en Roumanie !

Bijoux, vidéo, matériel hi-fi, le matériel découvert par les gendarmes dans un squat, à Toulouse, provenait de nombreux cambriolages./Photo DDM, Thierry Bordas.
Bijoux, vidéo, matériel hi-fi, le matériel découvert par les gendarmes dans un squat, à Toulouse, provenait de nombreux cambriolages./Photo DDM, Thierry Bordas.

Les gendarmes ont saisi dans un squat, à Toulouse, 265 objets volés dans des cambriolages. Un butin destiné à équiper des foyers roumains. Trois suspects ont été écroués.

Des bijoux, des parfums Chanel et du matériel hi-fi empaquetés prêts à partir en Roumanie pour équiper des foyers. Au total, ce sont 265 scellés judiciaires qui ornent désormais les bureaux de la gendarmerie du groupe cambriolage. Ces spécialistes des vols par effraction dans les habitations ont saisi un impressionnant butin dans un squat, non loin du quartier d’Empalot, à Toulouse, et dont la valeur est estimée à plusieurs milliers d’euros.

Économie parallèle

Mardi, trois personnes d’origine roumaine, repérées par les gendarmes à Peyssies, près de Muret, prennent la direction de Toulouse. Non loin de la caserne Niel, impasse Rambaud, ces trois suspects déchargent aussitôt leur matériel dans un squat où logent onze autres personnes. Les gendarmes du groupe cambriolage interviennent et arrêtent les trois hommes âgés entre 20 et 26 ans. Jeudi, ce trio a été mis en examen et écroué. Ils auraient pillé en quinze jours, douze maisons dans la périphérie toulousaine : Muret, Le Lherm, Peyssies, Drémil-Lafage, Balma, Lanta, Goyrans, Lacroix-Falgarde, Auzeville et Lafitte-Vigordane. Mais la liste pourrait s’allonger. Dans le squat, quatre autres personnes en situation irrégulière ont fait l’objet d’une mesure de reconduite à la frontière. Le matériel volé était déjà conditionné pour partir en Roumanie. Ces saisies ont aussi mis au jour l’existence d’une véritable économie parallèle. Ce coup de filet devrait mettre un terme à la soudaine montée en puissance des cambriolages, notamment autour de Muret. « Depuis 10 jours, plusieurs opérations ont été menées pour enrayer le phénomène », déclare le colonel Frantz Tavart, commandant du groupement de Haute-Garonne.

Les victimes peuvent prendre contact avec la gendarmerie pour la restitution du matériel : 05 62 25 44 21 (8 heures-12 heures.)


Lourdes peines

La justice a condamné lourdement, cette semaine, des auteurs de cambriolages. Un individu pris en flag à Castelginest a été condamné à 2 mois de prison. Un homme de 29 ans, interpellé dans une berline volée à Launaguet et porteur d’un pistolet 6.35 a été condamné à 3 ans ferme. Deux Algériens ont écopé de 2 et 3 ans de prison après un vol avec violence à Beaupuy.

Source: http://www.ladepeche.fr/

20/01/2011

« Maxence, la racaille t’a détruit…racketté, désespéré, immolé…racaille en taule ».

Honteux! Fiers de vous, les sous-merdes ? Vous pouvez commencer à trembler… De trouille.

FDF

.

Des inscriptions ont été découvertes sur les murs du collège où Maxence s’était immolé mardi 18. On pouvait lire : « Maxence, la racaille t’a détruit…racketté, désespéré, immolé…racaille en taule » .

Maxence, le lycéen de 17 ans qui a tenté de s’immoler par le feu mardi dans un établissement scolaire de Marseille, et se trouvait toujours dans un état critique mercredi, était victime d’un racket depuis plusieurs mois, a-t-on appris de source proche de l’enquête.

Les premiers résultats des investigations diligentées par les policiers de la Sûreté départementale ont montré que l’adolescent était à la dérive depuis plus d’un an, avec des résultats scolaires en chute libre, le divorce de ses parents et des problèmes de cœur liés au départ de sa petite amie.

Mais de source proche de l’enquête, on souligne surtout qu’il était racketté avec des vols à répétition, son scooter lui ayant notamment été dérobé.

Maxence, admis au service des grands brûlés de l’hôpital de La Conception, était toujours dans un état critique mercredi en fin d’après-midi, selon un porte-parole de l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille.

Cet élève de 1ère ES s’est aspergé mardi après-midi d’un liquide – »vraisemblablement de l’essence », selon le parquet– dans les toilettes de l’établissement Saint-Joseph-Les-Maristes, un collège-lycée privé de 920 élèves installé dans le centre-ville, où il étudiait depuis la 4e.

Le jeune homme, qui se trouvait au deuxième étage, est ensuite descendu dans la cour, avant de s’effondrer sous le regard de plusieurs camarades, sortis de classe à la suite du déclenchement de l’alarme incendie.

Source : La Croix