Francaisdefrance's Blog

16/02/2012

Biens mal acquis: des chefs d’Etats Africains soupçonnés d’acquisitions frauduleuses de patrimoine immobilier et mobilier en France.

On nous bourre assez le mou avec ça: la richesse de l’Afrique et des peuples africains… On comprend mieux, maintenant.

Pas bon pour le président tout fraîchement candidat, ça…

FDF

.

Tous « amis » de la France…

.

    • Perquisition spectaculaire à Paris

      La procédure vise l’appartement avenue Foch du fils du président de Guinée équatoriale soupçonné, avec d’autres chefs d’Etats africains, d’acquisitions frauduleuses de patrimoine immobilier et mobilier en France.

      Une spectaculaire perquisition a été menée mardi dans l’appartement du fils du président de Guinée équatoriale Teodoro Obiang, avenue Foch à Paris (XVIe), dans le cadre de l’affaire dite des biens mal acquis par des chefs d’Etat africains. Un camion de déménagement était garé dans la contre-allée devant l’entrée de cet hôtel particulier de six étages. Teodoro Nguema Obiang Mangue, dit Teodorin, membre du gouvernement de son père, était apparemment absent de cet immense appartement. En juillet 2011, Libération avait décrit une propriété de 2185 m2 s’étendant sur six étages et des dizaines de pièces. En septembre, plusieurs véhicules appartenant à la famille du président équato-guinéen avaient déjà été saisis au domicile du dirigeant africain.Conduite par les deux juges d’instruction chargés du dossier et les policiers de l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF), la perquisition s’est déroulée malgré de nombreuses oppositions sur place. «Cet immeuble appartient à l’Etat équato-guinéen et non à la présidence», a protesté l’avocat de la Guinée équatoriale, Me Olivier Pardo. Il héberge «la représentante (du pays) auprès de l’Unesco», a-t-il expliqué. Cette dernière a elle aussi «protesté de la manière la plus ferme» contre cette opération. Elle a «quitté les lieux contrainte et forcée» et adressé une protestation auprès du ministère des Affaires Etrangères et de la présidence française, a précisé Me Pardo.«Nous considérons qu’il s’agit du territoire de la Guinée équatoriale par le principe de souveraineté», a invoqué Me Prado dénonçant une «atteinte grave aux principes diplomatiques internationaux». «Imaginez ce qui se passerait si la même chose se déroulait en Guinée équatoriale dans un bâtiment diplomatique français. «Cet appartement relève du droit commun», a immédiatement réagi de son côté le ministère français des Affaires étrangères.

«Les choses s’accélèrent»

Les juges Roger Le Loire et René Grouman enquêtent depuis décembre 2010 sur les conditions dans lesquelles trois chefs d’État africains, Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang Nguema et le défunt président gabonais Omar Bongo Ondimba, ont acquis un important patrimoine immobilier et mobilier en France. Ils veulent déterminer si ces acquisitions relèvent du recel et du blanchiment de fonds publics détournés.

Les biens de la famille Obiang sont plus particulièrement visés. Les enquêteurs ont récemment conclu que le patrimoine de ces familles s’était enrichi de nouvelles acquisitions en dépit de la plainte les visant, déposée en 2008 par Transparency International France (TIF). Le fils de Teodoro Obiang a notamment acquis pour 18,35 millions d’euros d’œuvres d’art lors de la vente de la collection Yves Saint Laurent et Pierre Bergé en février 2009.

«Fait atypique», soulignait alors une note la cellule anti-blanchiment de Bercy, Tracfin, ces biens ont été payés par «la Somagui Forestal, société forestière sous contrôle du fils de Teodoro Obiang, ministre de l’Agriculture et des forêts, qui est à l’origine des virements». Les enquêteurs avaient aussi enregistré le transit en France, par l’aéroport de Vatry, dans la Marne, de 26 voitures de luxe et six motos d’occasion, pour un montant estimée à 12 millions de dollars. Pour l’avocat de TIF, Me William Bourdon, avec cette perquisition «les choses s’accélèrent, un nouveau chapitre s’ouvre».

16/08/2011

Pourquoi tant de haine ? Pourquoi ?

Pourquoi lui plutôt qu’un autre? Discrimination? Racisme? Rien de tout ça; lui, il s’est fait « piquer ». Mais pas d’inquiétude: le trafic continue avec les « cousins »…

FDF

.

Photo d’illustration.

Un « Toulousain » de 28 ans, amateur de belles berlines, a été condamné à 2 ans de prison après la découverte de 1,4 kilos de cannabis dans sa voiture, aux Pradettes.

Quelle est l’ampleur des différents trafics de drogue dans les cités toulousaines ? Difficile de le savoir mais les multiplications, ces derniers mois, des saisies de résine de cannabis montrent bien que le marché est très actif. La drogue ne fait pas que remonter depuis le Maroc. Elle circule aussi de cités en cités, faisant prospérer une économie souterraine difficilement quantifiable. Police et gendarmerie luttent au quotidien et lors de contrôles, ils arrivent parfois à déstabiliser des échanges ou une organisation.

Déjà condamné

Dernièrement, au volant de sa rapide Audi RS, un conducteur de 28 ans est interpellé par les policiers de la compagnie de sécurisation et d’intervention, non loin des Pradettes, à Toulouse. Dans l’habitacle, les fonctionnaires découvrent un sac contenant 1, 4 kilos de résine de cannabis. Vendredi, ce père de famille, Abdelhakim Derqaoui, s’est expliqué devant le tribunal correctionnel sur la présence de cette marchandise. Déjà condamné en 2009 pour trafic de produits stupéfiants, le prévenu livre une version lapidaire. « Je devais la transporter du quartier d’Empalot à la Reynerie. » Rien de plus. Un simple convoyeur, étranger à toute organisation en somme. Sauf que le profil de cet homme qui travaille dans la sécurité ne colle pas. Habitué à rouler en voiture de luxe, il ne lésine pas à louer pour 2000€ la journée des BMW ou des Porsche Cayenne. Il y a trois ans, la justice l’avait condamné pour des convois de drogue répétés entre le Maroc et Toulouse. Des voyages au cours desquels, le cannabis remontait par 30 kilos. Il avait bénéficié d’une liberté conditionnelle. Lors de l’audience, le procureur requiert une lourde peine de 4 ans de prison. L’avocat du prévenu, Me Parra Bruguière se jette dans la bataille. « Il a été rattrapé par son passé. Mais aujourd’hui, cet homme essaie de s’en sortir. Il a retrouvé une activité professionnelle. » Derqaoui a été finalement condamné à 2 ans de prison.

Source: http://www.ladepeche.fr/

09/10/2010

Gens du voyage »: on n’éxagère rien…

Reçu par mail. Ca me semble plausible… Certains des faits relatés peuvent être constatés par tout le monde…

FDF

.

Voici une anecdote de plus concernant les gens du voyage. (à méditer)

Pour votre information, ci-dessous un complément d’info de la part d’un ami Lillois ……contribuable .

Et pour rajouter de l’eau (sale) à ce lamentable moulin, il faut dire  que Madame la Maire accorde une bienveillante attention à tous ce qui est « romanos » (ou « gens du voyage« , pour le politiquement correct…).

En effet, ces « braves gens », qui n’en veulent à rien d ‘autre qu’à nos biens, ont le droit de squatter les abords de la Cité hospitalière et des facs…

Ils arrivent par hordes d’une cinquantaine de caravanes dernier cri, tractées par des bagnoles neuves à 100 000 euros : coupés Mercédès, BMW série 7, ou Audi 6 pour les plus « pauvres » …

Ils se garent pendant 2 ou 3 semaines, sur les trottoirs, là où, si tu t’y mets, tu as une prune dans le 1/4h, et la fourrière dans l’heure !!!

Les gosses jouent dans la rue où ils insultent, agressent, crachent sur les passants, saccagent le mobilier urbain, et pillent les voitures…

Pour les besoins naturels de tout ce joli monde, rien de mieux que les toilettes des facs, qu’ils laissent dans un état inimaginable.

Puis, ils en profitent pour ramasser les ordinateurs (ou tout matériel informatique) qui « traînent » dans les bureaux….

Les Doyens des facs préviennent la police lilloise qui recommande de s’adresser à la mairie, qui répond que c’est du ressort de la  Préfecture, qui déclare que c’est l’affaire de la gendarmerie……et ainsi de suite…

Bref, personne n’ose se mouiller, sachant que la presse locale gauchisante n’attend que ça pour dénoncer l’expulsion brutale et inhumaine de toutes ces femmes et enfants en bas-âge qui ne demandaient  qu’un peu de place dans notre société bourgeoise si égoïste !!!

Et que dire de leurs bébés qu’ils font hospitaliser l’hiver, en pédiatrie pour la moindre fièvre…en « oubliant » de venir les rechercher le lendemain, sous prétexte qu’ils ont dû quitter l’endroit en urgence…et sans laisser d’adresse bien sûr !! ..

Ils reviennent 4 ou 5 mois après, reprendre leurs gosses qui ont été logés, nourris, soignés et habillés par notre bonne vieille sécu.

Et voilà, le tour est joué !!!!

Je n’invente rien ….Je tiens ces anecdotes d’une copine qui travaille à la maternité Jeanne de Flandre, et qui s’occupe de ces gamins….Mais ça, c’est silence radio absolu…Aucun média n’en parle….

C’est ça le socialisme « Aubriesque »…..Est-ce avec ce programme qu’elle va se présenter en 2012 ???

J’en tremble !!!!

Bon, j’te laisse…je vais à la mosquée, et en revenant j’achèterai de la viande hallal et un nouveau tchador pour ma mousmé !!

Ben oui, il faut être en avance sur son temps !!!

Un lillois

23/08/2010

A Rumilly, si tu « fumes » pas, tu meurs…



Que peux t’on faire devant une telle situation malheureusement fréquente? La racaille continue de faire sa loi. Et pourtant, vu la stigmatisation orientée, focalisée et orchestrée contre les Roms (et autres) ces temps-ci, on aurait fini par croire que les « hautes instances » avaient réglé le problème… Ben non. En voici encore une triste preuve.

FDF


A Rumilly (Haute-Savoie), la drogue devient obligatoire !

22 août 2010 | Imprimer cet article


Vendredi en fin d’après-midi à Rumilly (Haute-Savoie), un jeune homme a été agressé en pleine rue. Abordé par une bande de voyous qui lui proposaient d’acheter du cannabis, il a eu la mauvaise idée de leur signifier son peu d’intérêt pour la fumette.

Énervés par la réponse les malfrats ont alors séquestrés le jeune homme, le conduisant dans un appartement où ils l’ont frappés plusieurs heures durant afin de lui extorquer des fonds. Ayant réussi à regagner la rue, la victime en sang s’est réfugiée dans un débit de tabac où elle a rapidement été prise en charge par les Sapeurs Pompiers. Grâce à son témoignage, la Gendarmerie a pu interpeller le soir même trois des agresseurs sur lesquels des stupéfiants et des armes blanches ont été saisis. Ces personnes ont été mises en garde à vue.

Désormais à Rumilly comme ailleurs en France, va-t-il falloir choisir entre la drogue et le tabassage ?


Il est temps qu’une autre forme de jeunesse reprenne en main ce coin de Savoie qui sut résister à des armées royales mais ploie aujourd’hui entre hyperconsommation niaiseuse et orientalisme soumis.

La ville ouvrière de Rumilly (13000 habitants) en Haute-Savoie est connue pour ses manufactures, tant fermées (les skis Salomon) qu’en activité (Téfal), pour son bourg historique, mais pas uniquement.
Depuis les années 1990, la cité entre Fier et Chéran traîne la sulfureuse réputation de plaque tournante du trafic de drogue, entre la France et ses voisins européens (Suisse, Italie…).
Ainsi les quartiers de non-droit se sont multipliés au cours des ans, avec leurs lots d’immigration, de trafics, de violences, de grosses voitures et de filles exploitées.

Source: Novopress.info, 2010

26/12/2009

Racaille et procavocation: Démantèlement d’un réseau de revente de voitures de luxe en Seine-Saint-Denis.

Filed under: immigration,racaille — francaisdefrance @ 11:01
Tags: , , ,

J’évoquais ce « problème » récemment sur ce blog… On m’a pris pour un con…

FDF

70 fausses cartes grises…


Un réseau de revente de voitures de luxe volées a été démantelé début décembre en Seine-Saint-Denis, selon le parquet de Bobigny, confirmant une information de RTL.
Le parquet a confirmé l’arrestation de douze personnes, parmi lesquelles des fonctionnaires du service des cartes grises de la préfecture de Seine-Saint-Denis, dans le cadre d’une information judiciaire ouverte en mars 2009.

Complicité

Selon RTL, près de 70 fausses cartes grises ont été émises avec la complicité des agents de la préfecture.
Le parquet n’a pas souhaité communiquer davantage sur l’affaire toujours en cours d’investigation. (Tu penses…).

Source: 20minutes.fr