Francaisdefrance's Blog

09/10/2010

Une « voilée » exclue d’une audience en correctionnelle!

Les provocations continuent… Mais plus que jamais, les juges doivent se montrer intransigeants dans de semblables cas. La fameuse loi n’est pas encore promulguée que déjà les exitées du niqab et de la burqa, certainement bien fanatisées par les barbus extrémistes, accomplissent leur travail de sape de notre République. Soyons vigilants et sans concessions aucune! Ils et elles ne nous feront pas de cadeaux…

FDF

.

Une femme intégralement voilée exclue d’un tribunal.

Une femme intégralement voilée, assise dans le public d’un procès correctionnel à Bobigny, a été exclue vendredi de la salle d’audience, au lendemain de la validation par le Conseil constitutionnel de la loi interdisant la burqa et le niqab dans l’espace public.

Le tribunal de Bobigny, en Seine Saint-Denis, a été amené vendredi à exclure de la salle d’audience une femme intégralement voilée qui a refusé d’ôter la partie dissimulant son visage.

« Les personnes dont le visage est visible sont autorisées à rester dans la salle en conservant leur foulard. Contrairement à la personne au premier rang dont seuls les yeux sont visibles », a martelé la présidente du tribunal, avant d’ajouter: « elle est invitée à quitter la salle ou à (retirer) son voile ». Le parquet s’était pour sa part abstenu de demander cette exclusion.

« Je ne suis pas étonnée. Je m’y attendais, mais j’ai quand même pris le risque », a réagi cette femme dont on ne pouvait voir que les yeux bleus et qui a refusé de décliner son identité, se limitant à indiquer qu’elle avait 35 ans et venait d’une commune proche de Saint-Denis.

Cette exclusion a eu lieu en marge d’un procès correctionnel concernant deux hommes soupçonnés de s’être introduits en juin au domicile de l’imam de Drancy, Hassan Chalghoumi, qui se veut la figure d’un islam modéré. Partisan d’un Islam de France, ce dernier avait justement pris position pour une loi contre le voile intégral, au risque de se voir accuser de « dénaturer » l’islam par plusieurs collectifs radicaux.

La présence de cette femme intégralement voilée n’est donc pas entièrement anodine. D’autant que les deux prévenus étaient soutenus par Abdel-Hakim Sefrioui, président du collectif radical pro-palestinien Cheikh Yacine.

Entre janvier et mars 2010, la mosquée de Drancy avait été le théâtre de vives tensions entre l’association dirigée par l’imam Drancy et le collectif dirigé par Abdel-Hakim Sefrioui.

Cette décision du tribunal de Bobigny intervient alors que le Conseil constitutionnel a validé jeudi la loi interdisant la burqa et le niqab dans l’espace public. Le texte doit encore être promulgué pour entrer en application.

(Source Europe1-AFP)

06/10/2010

Des écoles islamiques ont adopté des politiques sur l’uniforme scolaire qui obligent les élèves à porter la burqa ou le niqab!

Mais ça se passe en Grande-Bretagne, rassurez vous. En France, c’est pour demain…
FDF

Au nom du multiculturalisme, on bafoue les droits des enfants. Ces jeunes filles sont victimes, dans les faits, d’un traitement cruel, inhumain et dégradant. Je dirais même qu’il s’agit d’une forme de torture.

Burka-free
____________________________


Le Sunday Telegraph a déterminé que trois institutions du Royaume-Uni avaient adopté des politiques obligeant les jeunes filles à porter le voile intégral lorsqu’elles se rendent à l’école ou en reviennent. Il s’agit de la Madani Girls’ School  à Londres-Est, de la Jamea Al Kauthar à Lancaster et de la Jameah Girl’s Academy à Leicester. Toutes trois sont des écoles indépendantes, payantes et non mixtes pour des jeunes filles de 11 à 18 ans.

Des critiques ont prévenu que la vue d’élèves vêtues de la burqa entrant et sortant de l’école au début et à la fin de la journée pourrait nuire aux relations entre les communautés musulmanes et non-musulmanes.

Ed Husain, co-directeur de Quilliam, un think tank anti-extrémisme, a déclaré : «Il est absurde que des écoles imposent ce rituel désuet, lequel envoie le message nuisible voulant que les musulmans ne veulent pas participer pleinement à la société britannique. Même s’il n’appartient pas au gouvernement de dicter aux citoyens la manière dont ils doivent s’habiller, il faut s’assurer que ces écoles ne sont pas financées par les contribuables britanniques. L’imposition du niqab aux jeunes filles n’est pas une pratique de l’islam dominant, que ce soit en Grande-Bretagne ou dans les pays à majorité musulmane. Il s’agit d’une coutume du désert qui appartient à un autre siècle et à un autre monde.»

Le Dr Taj Hargey, imam et président du Muslim Educational Trust d’Oxford, a déclaré: «C’est très troublant, et cela crée un précédent dangereux. On fait fait subir un lavage de cerveau à de jeunes musulmanes en leur faisant croire qu’elles doivent vivre séparément du reste de la société. Le financement de telles institutions par l’argent des contribuables devrait être absolument interdit. Le port de la burqa ou du niqab est une coutume tribale et ces vêtements ne sont même pas mentionnés dans le Coran.»

Philip Hollobone, le député conservateur qui a tenté de présenter un projet de loi  visant à interdire la burqa en public, a également condamné la politique sur l’uniforme scolaire de ces institutions. «Quelle tristesse de constater qu’au 21e siècle en Grande-Bretagne, trois écoles obligent des jeunes filles d’à peine 11 ans à se couvrir le visage. Comment ces jeunes filles pourront-elles évoluer comme membres pleinement intégrées de la société si on les traite comme des objets à un âge aussi précoce ?»

Le formulaire de demande d’admission [de l’école Madani] prévient les jeunes filles qu’elles recevront une «punition appropriéee» si elles ne portent pas le bon uniforme,  et son site Internet ajoute : «Si le ministère de l’Éducation entre en communication avec les parents au sujet de leur enfant, ceux-ci ne doivent divulguer aucune information sans en avoir discuté avec le comité. »

L’école Madani explique sa philosophie sur son site Internet: «Comme nous sommes opposés au mode de vie occidental, il ne nous apparaît pas raisonnable que les enseignants et le système qui représentent ce mode de vie éduquent nos enfants.»

Source : British schools where girls must wear the Islamic veil, par David Barrett, Telegraph, 2 octobre 2010. Traduction partielle

21/09/2010

Liès Hebbadj: le revoilà, celui là ?

L’INDIGESTE de la République est de retour. Il refait parler de lui, et pas en bien, évidemment… Mais foutez-nous ça hors de France! Je sais, je sais: ça fait vendre; de la presse, en particulier. Mais moi, ça me fait ch… qu’un indigène qui se fout de tout le monde ait encore les honneurs des médias. Ca me colle même de l’urticaire. Qu’on l’expulse une bonne fois pour toutes! C’est impressionnant qu’avec tout les délits qu’il a commis il soit encore « en circulation ». Ce type doit en outre bien rire dans sa barbe que l’on parle de lui, c’est indéniable. Retour au bled et vite! Ah bon? Ils n’en veulent plus? On les comprend…

Nous avons d’autres problèmes autrement plus importants à solutionner, chez nous, en France…

FDF

.

21/09/2010

Président d’une association, le commerçant nantais est soupçonné cette fois d’avoir utilisé les fonds de celle-ci pour financer ses avocats.

Lies Hebbadj, le compagnon de la femme verbalisée en avril dernier pour conduite avec un niqab à Nantes, a été de nouveau placé en garde à vue par la police judiciaire nantaise vendredi soir.

Liès Hebbadj placé en garde à vue pour motif financier

AFP/Archives/Frank Perry

Lies Hebbadj, dont une compagne avait contesté en avril une contravention pour port du niqab au volant, a de nouveau été placé en garde à vue ce lundi matin.

« Liès Hebbadj est entendu sous le régime de la garde à vue par la brigade financière de la police judiciaire de Nantes, sur l’utilisation des fonds et des chéquiers en provenance de l’association culturelle musulmane de Rezé qu’il présidait », a déclaré le procureur de la République à Nantes, Xavier Ronsin.

D’après le site de Presse Océan, Liès Hebbadj aurait détourné cet argent pour financer les honoraires de ses avocats.

Nombreux antécédents

« Une enquête a été ouverte pour abus de confiance à la suite de la plainte du trésorier de cette association », a-t-il ajouté.

Le commerçant, qui vit à Rezé, près de Nantes, a été placé sous le feu des projecteurs fin avril en plein débat sur l’interdiction du voile intégral, quand l’une de ses concubines a décidé de contester une contravention pour avoir conduit en niqab.

Le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, avait demandé que le commerçant soit déchu de sa nationalité française en évoquant des soupçons de polygamie et de fraude aux aides sociales.

Liès Hebbadj a déjà été mis en examen le 8 août pour viol et violences aggravées et le 9 juin pour escroquerie, fraude aux aides sociale et travail dissimulé.

Source: http://tinyurl.com/3x4oup8

18/09/2010

La principale autorité de l’islam interdit le voile intégral !

Et dire quon nous les brise depuis de nombreuses semaines avec cette pseudo loi qui ne sera jamais applicable vu les multiples « aménagements » qu’elle contient… En Egypte, ça a été vite reglé; et ça ne date pas d’hier…

FDF


.

La polémique fait rage en Egypte depuis que le grand imam de l’Université Al-Azhar, au Caire, a interdit le port du niqab dans les classes de filles. Le gouvernement égyptien a quant à lui décidé d’en finir dans tous les lycées. Pour contrer la montée en force des Frères musulmans?

Trop c’est trop. L’Université d’Al-Azhar au Caire, qui fait référence dans l’ensemble du monde arabo-musulman, a décidé d’interdire le port du niqab (le voile intégral cachant le visage) dans les cours réservés aux filles et donnés par des femmes. Les étudiantes devront également s’abstenir de le porter dans la résidence universitaire de cette prestigieuse institution islamique.

C’est en fait une écolière de 12 ans qui a mis le feu aux poudres il y a quinze jours. Appelons-la Leïla. Couverte de la tête aux pieds, elle a suscité l’ire du grand imam d’Al-Azhar, Mohammed Sayyed Tantaoui, qui rendait une banale visite dans une école tenue par la célèbre institution religieuse. «Le niqab n’est qu’une tradition! Il n’a pas de lien avec la religion, ni de près ni de loin», s’est-il emporté, exigeant de l’enfant qu’elle ôte le voile et montre son visage aux autres filles et à l’institutrice.

Ni une ni deux, le haut conseil d’Al-Azhar a prononcé l’interdiction dans la foulée. «Car l’insistance de porter le niqab en présence de femmes est un genre de rigorisme rejeté par la charia islamique.» Certes, il n’est pas question d’en empêcher le port dans la rue ou au travail, mais cette importante autorité de l’islam sunnite veut éviter que le rigorisme ne soit «gravé dans la mentalité des jeunes filles».

Pourquoi ce soudain accès de colère? C’est que la montée du port du voile intégral commence à inquiéter les autorités et certains responsables religieux, qui y voient un signe de progrès de l’islam fondamentaliste, dans un pays déjà très conservateur. Pour l’instant, la grande majorité des Egyptiennes musulmanes s’en tiennent au simple hijab, le foulard cachant les cheveux et le cou. Mais elles sont de plus en plus nombreuses à vouloir voiler leur visage.

L’influence des djihadistes et des chaînes satellitaires

«C’est un phénomène récent, le niqab est étranger à la culture égyptienne», explique à Genève Hasni Abidi, qui dirige le Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen (Cermam). «On peut y voir l’influence de l’islam pratiqué dans le Golfe, très présent sur les chaînes satellitaires. Ou encore l’impact des djihadistes revenus d’Afghanistan avec leurs familles. Une importation culturelle qui fait peur en Egypte.»

Avant-hier, le ministre de l’Enseignement a ainsi décidé de réactiver une directive de 1995 interdisant le port du niqab. Il y a quelques mois, le ministre de la Santé en faisait autant pour le personnel soignant.

«Les autorités veulent montrer qu’elles ne laisseront pas faire», poursuit Hasni Abidi. «Un message clair à tous les fondamentalistes. Et aux Frères musulmans. Le principal mouvement d’opposition s’est emparé de cette affaire, défendant le droit des femmes à porter le niqab, au nom de la liberté de religion.»

source : lesquotidiennes.com (Andrès Allemand | 15-10-2009 | 09:32)

Québec : interdire le voile intégral dans l’espace public ? Un « OUI » cinglant !

18/09/2010

Réponse nette et sans bavure…

FDF

.

Ce sondage cyberpresse n’est pas scientifique, mais l’échantillonnage est impressionnant : 33488 personnes ont répondu à la question suivante :

La France est le premier pays européen à interdire la burqa et le niqab dans l’espace public. Le Québec devrait-il faire de même ?

Cyberpresse-burqa

OUI : 89 % NON : 8 % JE NE SAIS PAS : 2%

Source : cyberpresse : Question du 16 septembre 2010

17/09/2010

Un recteur de mosquée s’insurge sur la loi anti voile…

Et il défend ça, le mec…

Moi, je défendrai ça, plutôt:


Sortez vos mouchoirs…

FDF

.

Voile Intégral : Le recteur de la mosquée d’Evry réagit…

Vidéo (pas content, le Khalil…): http://www.youtube.com/watch?v=cGniF029r0E

12/09/2010

Le projet de loi prohibant le port du voile islamique intégral: c’est pour mardi…

12 septembre 2010

Ca me fait doucement rigoler, ce projet de loi… Avec tous les « aménagements », « arrangements », selon les cas, les lieux, les sensibilités, peut-être, le choix donné de la « sanction » aux « contrevenantes », c’est franchement avoir perdu un temps fou et une énergie que l’on aurait pu utiliser plus intelligemment pour une affaire en somme, qui ne changera rien au problème. Des « Belphégors », on en verra toujours et ça va nous énerver encore plus. Mais la LOI aura parlé…

FDF

.

« Le Conseil français du culte musulman, principal organe représentatif des musulmans, s’était aussi opposé à un projet qui «risque de stigmatiser l’islam», alors que le voile intégral serait porté par moins de 2000 femmes sur un total de 5 à 6 millions de musulmans.


Le projet de loi prohibant le port du voile islamique intégral dans l’espace public en France sera définitivement adopté par le Parlement mardi, après son examen au Sénat, dans un climat dépassionné et en dépit de réserves juridiques.

La France sera le premier pays européen à procéder à cette interdiction généralisée. Un projet similaire est aussi en cours d’adoption en Belgique.

Le texte ne vise pas expressément le voile intégral mais «la dissimulation du visage dans l’espace public».

L’espace public comprend les rues mais aussi «les lieux ouverts au public» (commerces, transports, parcs, cafés…) ou «affectés à un service public» (mairies, écoles, hôpitaux…).

Le texte interdira de fait, après six mois de «pédagogie», le port du niqab ou de la burqa, sous peine d’une amende de 150 euros (environ 197 $) et/ou d’un stage de citoyenneté.

Toute personne obligeant une femme à se voiler sera passible d’un an de prison et de 30 000 euros (environ 40 000 $) d’amende, selon un nouveau délit effectif, lui, sitôt la loi promulguée.

Très vive il y a un an, en raison notamment d’un débat parallèle controversé voulu par le gouvernement sur «l’identité nationale», la tension politique autour de l’interdiction est retombée ces derniers mois, surtout après le vote consensuel au printemps à l’Assemblée nationale d’une résolution condamnant le port du voile intégral.

Cette résolution, sans pouvoir contraignant, spécifie que «les pratiques radicales attentatoires à la dignité et à l’égalité entre les hommes et les femmes, parmi lesquelles le port d’un voile intégral, sont contraires aux valeurs de la République» »…

Suite et source: http://tinyurl.com/3yldo97

25/08/2010

« Je suis contre le voile intégral, même en France ! ». (Eman Al Nafjan, saoudienne)

Trop rare pour ne pas être diffusé… Peut-être une des épouse d’un riche roi du pétrole qui vient faire ses courses sur les Champs Elysées en Buick avec chauffeur? Les musulmans ont grand besoin de rassurer, en ce moment…  Et si c’était une véritable info??? Si ce l’est, à mon avis, son blog va se fermer soudainement très bientôt, comme par enchantement. Et on n’entendra plus parler d’elle, non plus…

FDF

Une jeune blogueuse de Riyad, en Arabie saoudite, explique pourquoi elle s’oppose au port du voile intégral, au point de soutenir la loi française prévoyant de l’interdire dans l’espace public.

Eman Al Nafjan (son vrai nom), 32 ans, vient de finir ses études en linguistique à Riyad. Elle tient le blog Saudi Woman.

Je suis une femme respectée et je dois dire que, comme beaucoup de Saoudiennes, j’ai une vie agréable. Peut-être que je vois les choses différemment de la plupart des femmes ici parce que je lis beaucoup et que je parle anglais : j’ai donc accès au monde extérieur. Toutefois, je suis loin d’être la seule à critiquer la situation de la femme dans le royaume. Il y a de nombreuses autres blogueuses, éditorialistes, journalistes qui parlent ouvertement de ce sujet.

Ce que je voudrais, c’est être responsable de ma vie, être traitée en adulte. Ici, ce n’est pas possible, il vous faut un parrain – un homme – pour tout. Je ne peux pas voyager à l’étranger sans l’autorisation de mon mari, je ne peux pas conduire, ni voter (ceci dit, les hommes ne votent pas souvent non plus…).

Je voudrais également ne plus avoir à porter le niqab [voile intégral]. Je reconnais que les Saoudiennes y sont habituées et que c’est un vêtement qu’elles trouvent souvent pratique. Même lorsqu’elles sont entre femmes, par exemple dans les salles d’attentes des hôpitaux, certaines préfèrent garder leur voile, alors que rien ne les y oblige. Car être entièrement voilée, c’est être invisible. C’est éviter d’être dérangée par le regard des autres, rester anonyme. C’est aussi, d’ailleurs, une excuse pour mal se conduire en société, car personne ne sait qui vous êtes. Certaines femmes voilées sont, ainsi, particulièrement mal polies : elles passent par exemple devant vous dans les queues ou ne nettoient pas les toilettes après leur passage dans les endroits publics. Ce sont de petites choses, mais qui sont, je crois, révélatrices.

« Ceinture de chasteté et voile intégral, j’ai tout de suite fait le rapprochement »

Bien entendu, le voile intégral, c’est avant tout un signe de domination masculine et de sexisme. Les Saoudiens ne sont pas différents des autres hommes : si vous leur donnez tous les droits, ils ont tendance à en abuser. En vacances, cet été, j’ai visité un musée de Venise qui exposait une ceinture de chasteté. J’ai tout de suite fait le rapprochement avec le niqab. Les deux objets servent prétendument à protéger la femme, avec l’idée que celle-ci ne peut pas être responsable d’elle-même.

Je rappelle d’ailleurs que l’obligation de se couvrir le visage n’est pas mentionnée par le Coran, elle ne fait pas non plus partie des piliers de l’islam. D’ailleurs, à travers le monde, seuls les religieux les plus conservateurs exigent que les femmes se couvrent entièrement le visage. Dans de nombreux pays musulmans, comme par exemple l’Egypte ou la Syrie, la plupart des femmes ne le font pas.

« Je suis favorable à la loi française sur l’interdiction du voile intégral »

A ce titre, je suis d’ailleurs favorable à la loi française sur l’interdiction du voile intégral [Un projet de loi visant, entre autres, à interdire le port du voile intégral dans l’espace public est actuellement examiné par le Parlement français. Il devrait être adopté en septembre]. Au même titre que l’on n’a pas le droit de marcher nu dans la rue, un État peut décider d’interdire à ses citoyens de se couvrir le visage dans l’espace public. Lorsque l’on rencontre quelqu’un, on a le droit de savoir à qui on a affaire. Selon moi, c’est aussi une question de sécurité. Je sais que dans les pays anglo-saxons, une telle loi serait perçue comme une atteinte aux libertés individuelles, mais moi cela ne me gêne pas.

En Arabie saoudite, la situation de la femme s’améliore. Il est vrai que le roi Abdallah est progressiste et qu’il a fait adopter certaines mesures qui vont dans le bon sens. Par exemple, une femme n’a plus besoin, aujourd’hui, d’avoir un parrain pour monter son entreprise ou son commerce. Je pense qu’Internet a aussi joué un rôle prépondérant dans l’ouverture du pays. Avant, les gens n’avaient accès qu’aux chaînes de télé saoudiennes, où l’Occident – et d’ailleurs tout ce qui n’était pas saoudien – était diabolisé. Aujourd’hui, nous avons la possibilité de découvrir le monde par nous-mêmes.

« Une évolution prioritaire pour les Saoudiennes : le droit de conduire »

Il y a une évolution qui me semble prioritaire pour les femmes saoudiennes. Une demande que je ferais avant toutes les autres : avoir accès aux moyens de transport. À l’heure actuelle, nous n’avons le droit ni de prendre le bus ni de conduire. Si nous sommes seules, nous sommes donc forcées de prendre des taxis, ou de payer un chauffeur. C’est une charge énorme pour une femme peu fortunée. Cela peut représenter jusqu’à la moitié du salaire d’une institutrice.

Mais je suis optimiste. Car il y aujourd’hui plus d’hommes que de femmes qui militent pour les droits des femmes. J’ai ma théorie là-dessus : je pense que beaucoup d’hommes en ont assez d’être responsables de plusieurs femmes. Ils veulent bien s’occuper de leur épouse, mais avec leur mère, leurs sœurs et parfois leurs cousines, cela fait trop. »

Source: http://observers.france24.com/fr

21/08/2010

Heureuse comme une porteuse de niqab à Genève…

21 08 2010

Les touristes du Golfe ne paraissent guère troublées par le courant de pensée hostile à l’islam qui semble s’être développé avec l’interdiction des minarets et le débat sur le port du voile intégral. Rencontre.

Les Suisses ont interdit la construction de minarets. Et certains envisagent de proscrire le niqab, ce voile islamique qui couvre la totalité du corps et du visage à l’exception des yeux. Pourtant, comme chaque été, elles sont nombreuses à déambuler, voilées, sur les quais de Genève. Elles viennent d’Arabie Saoudite, des Emirats ou de Bahreïn et remplissent les palaces de la place. Cette précieuse clientèle arabe apprécie les animations des Fêtes de Genève, les magasins de luxe et surtout le climat. Pour elles, même un été pourri est un été béni.

Mais comment réagissent-elles au courant de pensée hostile à l’islam qui semble s’être développé en Suisse avec l’acceptation de l’initiative contre les minarets et le débat sur la burqa qui prend de l’ampleur ? Ont-elles ressenti une différence dans l’accueil helvétique ? Rencontre avec des femmes qui portent le niqab à Genève.

Sur la place des Bergues, quelques regards s’arrêtent sur Noora et son mari Khaled avant qu’ils ne se faufilent dans un magasin de mode. Elle porte le niqab. Lui, un tee-shirt et un jean. Noora se cache rapidement derrière son mari lorsque nous l’abordons. Seul Khaled sort du magasin pour discuter. « Ma femme se sent bien ici, dit-il. Les gens ne sont pas méchants avec nous. C’est la deuxième fois que je viens à Genève et je compte y revenir. » Pourquoi  ? « Surtout pour le climat, concède Khaled. Parce qu’on ne peut pas dire que les gens soient des plus chaleureux, ici. » En ce qui concerne l’interdiction de la construction de minarets, Khaled n’est pas au courant et ne semble pas troublé par la nouvelle. Il ne se sent pas seul à Genève parmi les nombreux touristes de la péninsule Arabique. « Il y a des mosquées, c’est déjà ça« , souligne-t-il avant d’aller retrouver sa femme.

Jawaher, une Saoudienne portant aussi le niqab, n’a pas hésité, elle, à répondre directement à nos questions, tout en naviguant péniblement dans la foule des Fêtes de Genève. « Oui, on nous regarde mais je m’en moque », confie cette professeure d’anglais sous son niqab. Elle n’est pas non plus au courant de la votation du 29 novembre 2009 sur la construction de minarets. « C’est votre pays, votre décision, dit-elle. Si vous interdisez les minarets, ce n’est pas très grave mais vous ne devez pas interdire les mosquées. » Elle aussi envisage de revenir en Suisse.

Sur l’autre rive du lac, Ohood, une Saoudienne de 20 ans, prend la pose pour sa famille sur la place du Rhône. « Ma mère porte le voile et ne se sent pas dévisagée, les gens sont habitués », commente l’étudiante, qui, elle, ne porte pas le niqab. « En Arabie, j’y suis obligée mais pas en Europe. Par contre, après mon mariage, prévu pour l’été prochain, je porterai le voile, peu importe le lieu. » Ohood avoue ne pas être au courant de la votation sur les minarets. « Pour être honnête, je ne suis pas l’actualité. » Sa réaction ? « Ça me rend triste. Dans notre pays, on ne traite pas les étrangers ainsi. « Mais vous avez des églises chez vous ? — Ah non, c’est interdit ! ».



source : courrierinternational.com

24/12/2009

Le voile intégrale fait bien partie de l’ISLAM ! (Vidéo)

Filed under: coran,immigration,invasion,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 13:55
Tags: , ,

Lire:


Le voile intégrale fait bien partie de l’ISLAM !

18/12/2009

André Gérin: «Le voile intégral, ce n’est pas qu’un signe religieux, c’est un étendard politique»!

Filed under: immigration,invasion,islam,islamisation,musulmans — francaisdefrance @ 09:17
Tags: , ,

Je dirais même mieux: « c’est un oriflamme de guerre, à défaut d’être une armure de combat » !!!


FDF
17.12.09
André Gerin (au centre) préside la mission d'information sur le port du voile.
André Gerin (au centre) préside la mission d’information sur le port du voile.

Le député communiste est président de la mission d’information parlementaire sur le port du voile intégral. Cette dernière a terminé mercredi soir ses travaux d’audition…

L’interdiction du port du voile va-t-elle être par une loi, une résolution parlementaire ou une simple circulaire?
« Nous avons plusieurs propositions, plusieurs préconisations, mais rien n’est sûr aujourd’hui. Nous pensons aussi bien à une loi qu’à une résolution parlementaire. Mais si nous faisions au final la proposition d’un projet de loi, notre objectif est d’éviter absolument une loi stigmatisante pour cette partie de la population.

Quel est votre objectif?

Notre volonté, c’est de toucher les notions d’ordre public, et de dignité de la femme. L’essentiel est de savoir si, du point de vue du droit il est possible d’avancer dans le sens de la législation déjà en vigueur en ce qui concerne ces notions. C’est un défi de civilisation. Nous voulons faire en sorte que l’Islam soit «républiquement» compatible. Nous souhaitons aussi caractériser de façon précise l’idéologie qu’il y a derrière tout ça. Car le voile intégral, ce n’est pas qu’un signe religieux, c’est un étendard politique.

Quel est votre calendrier maintenant que les auditions sont finies?
Nous devons rendre nos préconisations au président de l’Assemblée Nationale fin janvier, amis avant cela nous souhaitons revoir les responsables du Conseil français du culte musulman (CFCM) et d’autres associations pour les associer à nos décisions, ce qui est important pour être bien compris du public. »

Source: 20minutes.fr

17/12/2009

A quoi va ressembler l’interdiction du port du voile intégral? A la vraie France !

Enfin!  La France pourrait à nouveau récupérer son identité volée…
FDF

Perso, je préfère le voile ainsi porté…

17.12.09

Une femme portant le voile intégral à Paris, le 23 juillet 2009.
Une femme portant le voile intégral à Paris, le 23 juillet 2009.

La mission d’information parlementaire sur le sujet a terminé mercredi soir ses auditions. Elle doit rendre ses «préconisations» fin janvier dans un rapport au président de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer. Tour d’horizon des pistes de travail des députés…

C’est quoi le voile intégral?
Ce terme regroupe la burqa et le niqab. La première est un vêtement traditionnel des tribus pachtounes d’Afghanistan, qui recouvre entièrement la femme en dissimulant ses yeux derrière un grillage. Le second est surtout porté au Moyen-Orient. C’est un drap noir complété par une étoffe placée devant le visage qui ne laisse apparaître qu’une fente pour les yeux.
Le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux a indiqué mercredi durant son audition devant la mission parlementaire que quelque 1.900 femmes portent le voile intégral sur l’ensemble du territoire français, «soit quelque 3 cas pour 100.000 habitants».

Va-t-il y avoir une loi?
C’est ce vers quoi semble s’orienter la mission parlementaire, même si plusieurs de ses députés hésitent encore. Plusieurs ténors de la majorité comme le chef de file des députés UMP, Jean-François Copé, ou encore le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, se sont eux aussi clairement prononcés en faveur d’une loi. Cependant, d’autres sont plutôt favorables à un simple décret ou une circulaire. Ainsi, mi-novembre, le secrétaire général de l’UMP, Xavier Bertrand a estimé qu’une «règle pour dire non à la burqa en France» était nécessaire, mais que cela ne devait «pas forcément» passer par une loi. Xavier Darcos, le ministre du Travail, a pour sa part proposé que le port du voile intégral fasse l’objet d’une résolution parlementaire rappelant les valeurs de la République, éventuellement complétée par une loi. Le président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer (UMP), s’est également dit favorable au «vote d’une résolution parlementaire», ce qui «n’exclut pas de pouvoir, s’il le faut, légiférer ultérieurement.» François Fillon a déclaré ce jeudi qu’il attendrait que la mission parlementaire sur le port du voile intégral rende ses conclusions pour se prononcer sur l’opportunité d’une loi.

Où cela va-t-il s’appliquer?
L’étendue de la mesure n’est pas claire. On ne sait pas encore si elle doit s’appliquer sur toute la voie publique ou seulement dans certains services publics. Jean-François Copé a affirmé: «L’idée qui est la nôtre c’est une interdiction générale dans l’espace public, les lieux publics, y compris la rue.» Eric Besson, le ministre de l’Immigration, est sur la même longueur d’ondes, puisqu’il a estimé lors de son audition: «Notre République doit interdire cette atteinte à la dignité humaine dans l’ensemble de son espace public». Cependant, lors de sa propre audition de mercredi, Brice Hortefeux a seulement mentionné l’interdiction du voile intégral dans les services publics.

Comment ça va se passer concrètement?
On ne sait pas. Dans les services publics, une simple interdiction d’entrée pourrait être mise en place. Sur la voie publique, les policiers pourraient arrêter les femmes portant le voile intégral pour leur dresser une contravention.

Quels moyens de rétorsion pour les contrevenantes?
Les pistes sont multiples. Brice Hortefeux a indiqué mercredi que la naturalisation pourrait être refusée à une femme portant le voile intégral, ainsi qu’à son mari. Eric Besson a quant à lui parlé d’une non délivrance ou du non renouvellement du titre de séjour.
Jean-François Copé a estimé pour sa part qu’on pouvait «imaginer» de réprimer le port du voile intégral par une contravention de 5e catégorie. Les amendes de 5e catégorie sont fixées par le tribunal de police et peuvent aller jusqu’à 1.500 euros. Elles sont mentionnées dans le casier judiciaire.
En 2008, un arrêt du Conseil d’Etat avait confirmé le refus de la nationalité française à une Marocaine qui portait la burqa et en avril dernier, une famille de Vénissieux n’avait pu obtenir de logement en HLM pour la même raison.


D’après: 20minutes.fr

« Page précédente