Francaisdefrance's Blog

06/07/2011

Réforme de la garde à vue: le bâton pour se faire battre…

Et dire qu’ils n’ont même pas pensé aux répercussions… Autant du coté des délinquants que celui des forces de l’ordre. C’est bien de faire des réformes simplement dans le but de dire qu’on en a fait… Lamentable.

FDF

.

Les gardes à vue ont chuté de 26% en juin

Le premier bilan du comité de suivi de la réforme fait état d’une importante baisse de la productivité policière le mois dernier, par rapport à juin 2010.

Une réunion du comité de suivi de la réforme de la garde à vue s’est tenue cet après-midi, place Beauvau. Et les chiffres révélés par cette instance mise en place par le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, et son homologue de la Justice, Michel Mercier, révèlent pour le mois de juin une diminution de 26% des gardes à vue en France.

Une baisse de régime attestée par des études des inspections de la police et de la gendarmerie. Elle s’accompagne d’une diminution de 9% du nombre de faits élucidés et d’une chute de 11% du nombre de personnes mises en cause. Lors de cette réunion, les intervenants, parlementaires et hauts responsables de la police et de la gendarmerie, ont déploré l’annulation récente du PV de garde à vue de l’assassin présumé de Natacha Mougelle, la joggeuse de Marcq-en-Baroeul, tuée en septembre 2010. Ils ont évoqué la possible annulation du PV de Tony Meilhon, assassin présumé de la jeune Laetitia, à Pornic.

Une «justice à deux vitesses»

Le ministère de l’Intérieur redoute désormais les possibles conséquences pour les enquêtes de la future «directive C» de la commissaire européenne en charge de la Justice, Viviane Reding. Celle-ci s’apprêterait à rendre la présence de l’avocat obligatoire à tous les stades de l’enquête, des auditions aux perquisitions.

Les participants à la réunion de Beauvau auraient également fait le constat, selon l’un d’entre eux, qu’une «justice à deux vitesses» serait en train de se mettre en place, avec, dit-il, «les avocats des gros clients, nombreux et organisés, et ceux des petites affaires, nettement moins présents.» La moitié seulement des personnes placées en garde à vue réclameraient la présence d’un avocat dès le début de l’audition. Et sur cette moitié, un avocat sur deux commis d’office se déplaceraient effectivement au commissariat ou à la caserne de gendarmerie. Un constat jugé «inquiétant» par certains hauts fonctionnaires de police.

La police nationale qui fait part d’ailleurs d’une mise en place de la réforme plus difficile dans ses zones urbaines que dans les secteurs ruraux ou périurbains confiés à la maréchaussée.

Source:  http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/07/05/01016-20110705ARTFIG00541-les-gardes-a-vue-ont-chute-de-26.php

11/11/2010

Lettre ouverte de l’ancien Maire de Genève (Claude Haegi) à Mme Viviane Reding au sujet de l’Immigration.

Claude HAEGI (Ancien Maire de Genève)

Président des Fondations Denis de Rougemont pour l’Europe et Européenne FEDRE pour le Développement durable des Régions.

Ancien Maire et Président du Gouvernement genevois

Ancien Président du Congrès des Pouvoirs locaux et Régionaux du Conseil  de l’Europe

******************************************************************************************************

Genève, le 10 novembre 2010

LETTRE OUVERTE  A  MADAME  REDING COMMISSAIRE  EUROPEENNE

Madame la Commissaire Européenne,

L’immigration est un sujet extrêmement  sensible et devrait donc être traité avec infiniment de précaution. En charge de la Justice, des droits fondamentaux et de la citoyenneté, vous avez donné de la voix pour exprimer vos indignations concernant les décisions françaises touchant les Roms. Ignorant que la France est depuis longtemps l’un des pays les plus ouverts et accueillants, ce qui n’est pas sans lourdes conséquences,  vous en avez fait votre bouc émissaire et dans votre élan, vous avez perdu le contrôle de vos mots. Comparant la France à l’Allemagne hitlérienne et évoquant la Shoah, vous avez soulevé une vague de légitime indignation.  Dire ensuite, après l’usage de mots clairs et graves dans leur portée, que ce n’était pas ce vous vouliez exprimer, devient troublant dans l’exercice d’une fonction de l’importance de celle qui vous a été confiée. Le problème des Roms,  qui n’est pas nouveau  mais s’est amplifié, ne se limite pas à la France et à la Roumanie.  Il touche l’Europe et c’est faire preuve d’une singulière hypocrisie que de ne pas le dire. Dans ce registre particulier,  comme vous le souhaitiez, vous avez acquis de la notoriété.  Des parlementaires européens qui devraient regarder comment ces problèmes sont gérés et vécus dans leur propre pays  ont emboîté votre pas et se plaisent à tancer le France.  Mais sur ce ton rien ne s’améliorera alors que l’enjeu est si grand et le dialogue des cultures incontournable. Maire de ma Ville (Genève), j’avais conçu une carte de vœux représentant sur un fond de rose des vents,  deux mains se serrant, l’une  blanche,  l’autre noire et j’avais  ajouté de ma main le mot « Solidaires ».  Mais comment l’être efficacement ? De mes expériences pratiques, notamment à travers le Congrès des Pouvoirs Locaux et Régionaux du Conseil de l’Europe,  j’ai acquis la conviction que même les régions les plus ouvertes et généreuses avaient une limite quantitative dans leur capacité d’accueil. Ne pas en tenir compte nous expose à des tensions, puis des conflits, de l’intolérance, de la xénophobie et du racisme.  Vouloir l’ignorer pénalise directement ceux que l’on dit vouloir protéger. Une personnalité intellectuelle africaine relevait qu’une migration ne pouvait se faire que sur les choix du pays d’accueil. J’ajoute à cela la volonté locale, celles des autochtones avec lesquels il faut créer des conditions qui leur permettront de découvrir  l’enrichissement partagé que peut apporter une immigration adaptée.  La Chancelière allemande vient de proclamer  l’échec de la politique multiculturelle de son pays. « L’Allemagne est marquée par ses valeurs chrétiennes, par ses valeurs juives » a-t-elle ajouté. L’Europe aussi. Que signifie cette constatation ? Que le comportement d’étrangers ne montrant pas le désir de s’adapter à la société allemande crée un inconfort social et des crispations dans la population. Ce n’est pas qu’en Allemagne que cela  est  ressenti. Plutôt que de jeter l’opprobre sur ceux qui expriment  des inquiétudes  et de jouer les censeurs,  demandons-nous ce que nous pouvons faire pour  réussir l’ accueil  de personnes  qui  respecteront  nos cultures,  comme nous devons le faire dans d’autres régions du monde.  L’Europe  n’est pas  composée de territoires vierges mais de 2000 ans de riches histoires. Vous m’avez dit dans un aparté, que je ne peux oublier, tout le mal que vous pensiez du Gouvernement suisse qui  eut tort, selon vous, de soumettre au peuple l’initiative contre les minarets ! La réponse du Souverain, certes malheureuse à plus d’un titre mais à prendre en considération, vous la connaissez et l’avez retenue  au premier degré sans comprendre qu’elle exprimait  les mêmes réactions identitaires que celles des Allemands et d’autres européens. Droite dans vos bottes, vous persistez et signez au moment de la récente sortie  du rapport sur la citoyenneté européenne  en  déclarant  que vous vouliez  « que les citoyens européens puissent  s’installer  à l’étranger sans soucis et qu’ils  devraient  avoir les mêmes droits où qu’ils se trouvent » ! Quelle inconséquence. Pas la moindre allusion à l’emploi, au logement et à une certaine maîtrise de la langue locale. On vous offre aujourd’hui à Genève une tribune sans contradicteur. C’est l’occasion d’y développer une  autocritique sans complaisance. La matière ne vous manquera pas. S’il devait en être ainsi, alors bienvenue Madame  la Commissaire.

Claude HAEGI

Viviane Reding

*****************************************************************************************************

La vice-présidente du Front National, Marine Le Pen, a déclaré mercredi sur Europe 1: « Je ne suis pas islamophobe. Je suis probablement une des dernières à défendre la laïcité. » Elle intervenait à propos des critères nécessaires pour produire de la viande halal, avançant que « un personnel qui n’est pas musulman et qui touche de la viande hallal rend cette viande impure à la consommation ». « Permettez à ceux qui n’ont pas envie de se soumettre (au halal) de pouvoir ne pas s’y soumettre », a-t-elle déclaré.

***************************************************************************************************

Attitude actuelle de la « France » sur l’Immigration : se cacher derrière les autres pays….comme ci-dessous :


Quand tu es dans la merde … je veux dire VRAIMENT dans la merde …regarde droit devant, fais semblant de rien et surtout, surtout … ne dis rien et essayes de t’assimiler à ceux qui t’accueillent !

Source: DB

19/09/2010

Même Kouchner le lache. Sarközy de plus en plus seul sur le dossier des Roms…

Houlà! Il ne va pas rester longtemps à son poste de porteur de sacs de riz, le Nanard… Il est mal, il est mal..

FDF

.

Roms: Kouchner valide la position de Merkel contre Sarkozy !

Le ministre des Affaires Etrangères Bernard Kouchner à Paris le 6 septembre 2006

Bernard Kouchner à Paris le 6 septembre 2006 Patrick Kovarik AFP/Archives

Après la violente altercation avec Barroso et le désaveux d’Angela Merkel sur une soit disant position commune, c’est au tour de Bernard Kouchner de prendre ses distance avec Sarkozy sur ce dossier

Le ministre des Affaires étrangères a en effet indiqué vendredi ne pas être au courant d’un échange la veille entre le président Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel sur les Roms, objet d’une polémique entre les deux pays.

M. Sarkozy avait affirmé à Bruxelles que la chancelière allemande lui avait confié avoir elle aussi l’intention de procéder dans les prochaines semaines à « des évacuations de camps », mais cette information avait aussitôt été démentie par des diplomates allemands et le porte-parole de Mme Merkel.

Interrogé sur Europe 1 pour savoir qui ment, Bernard Kouchner a répondu: « L’Histoire tranchera. Moi, je n’ai pas assisté (à un échange à ce sujet, NDLR) alors que j’étais là tout le temps ».

« Le président de la République ne m’a pas dit spécialement quelque chose à ce propos. Je ne sais pas si cet (échange entre Angela Merkel et Nicolas Sarkozy) s’est fait en aparté », a précisé le ministre.

Bernard Kouchner a d’autre part confirmé l’existence d’un échange « assez vif » jeudi lors du sommet européen de Bruxelles entre Nicolas Sarkozy et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

« En politique, cela arrive souvent. Dans l’Europe aussi. Ce n’est pas un incident majeur, ils se connaissent très bien, ils ont beaucoup travaillé ensemble, MM. Barroso et Sarkozy », a-t-il dit, en rappelant que la France avait oeuvré en faveur d’un deuxième mandat pour M. Barroso.

« Chacun est dans son rôle. Ce n’est pas un lit de roses, donc il y a eu des échanges sincères et assez vifs. C’est souvent comme ça, il y en a eu sur le Moyen-Orient, sur le Pakistan, il y en a tout le temps », a assuré le ministre.

« Les paroles de Mme la commissaire (à la Justice et aux Droits fondamentaux, Viviane Reding) étaient inacceptables. Ou elle n’a jamais lu l’Histoire, ou elle ne sait pas de quoi elle parle mais de toutes façons c’était inacceptable », a insisté Bernard Kouchner.

Viviane Reding a eu des mots très durs à l’encontre de la France, dressant un parallèle entre les renvois de Roms et les déportations de la Seconde guerre mondiale. Cette comparaison avait provoqué l’ire des responsables français, qui ont obtenu que Mme Reding exprime des « regrets » mercredi soir, juste avant le sommet de l’Union européenne à Bruxelles.

Source: http://tinyurl.com/2g9ysdp

14/09/2010

Circulaire visant les Roms: le coup d’épée dans l’eau de Hortefeux…

La honte ne tue pas, fort heureusement pour Brice Hortefeux qui pensait échapper au fonctionnement de l’UE en modifiant purement et simplement sa fameuse circulaire objet du scandale. De toutes façons, il a l’exemple qui vient d’en haut avec Sarkö qui pensait (et pense toujours) modifier la Constitution française pour l’adapter à ses caprices…

Mais revenons à Bruxelles. On l’avait crié haut et fort:


On ne viole pas impunément le Droit Européen…

FDF

.

La Commission européenne a annoncé mardi son intention de déclencher une procédure d’infraction en justice contre la France pour violation du droit européen dans l’affaire des renvois controversés de Roms bulgares et roumains chez eux.

« Ça suffit ! », a déclaré à l’adresse de la France lors d’une conférence de presse la commissaire à la Justice et aux Droits des citoyens, Viviane Reding, estimant que l’attitude du gouvernement français, qui a dissimulé l’existence d’une circulaire ciblant expressément les Roms pour les expulsions, « est une honte ». La décision, lundi, de Brice Hortefeux de réécrire une circulaire pour « lever tout malentendu » n’aura donc pas suffi.

Elle a annoncé son intention de demander l’ouverture d’une procédure d’infraction à la législation de l’Union européenne contre Paris, pour transposition insuffisante d’une directive européenne sur la libre circulation de citoyens européens, et « application discriminatoire » de ce texte.

Paris « étonné »…

« J’ai l’intention de proposer (cette initiative) au président de la Commission », a-t-elle précisé, indiquant qu’une décision devrait être prise « dans un délai de deux semaines ». Cette procédure sera lancée devant la Cour européenne de justice de Luxembourg.

Paris a réagi peu après cette annonce. « Nous avons appris avec étonnement les déclarations de Mme Viviane Reding. Nous ne pensons pas que c’est avec ce type de déclaration que nous pourrons améliorer le sort et la situation des Roms qui sont au coeur de nos préoccupations et de notre action », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero, poursuivant : « L’heure n’est pas à la polémique, n’est pas aux déclarations de ce type. L’heure est au travail en faveur de la population rom.

Interrogé lundi par Le Point.fr, Me Sergio Sorinas, spécialiste de droit européen, associé au cabinet Herbert Smith, estimait que la circulaire « soulevait, en effet, des questions quant à sa validité, aussi bien au regard du droit français que du droit européen ». « Le principe de non-discrimination est aujourd’hui au coeur des règles européennes », rappelait l’avocat. Insistant : « On doit traiter tous les citoyens de manière égale, quelle que soit leur nationalité. »

Source: http://tinyurl.com/29369sl