Francaisdefrance's Blog

28/06/2011

SOS Education: merci à vous !

De bonnes nouvelles de SOS Education.

FDF

.

Cher ami,

Vous avez signé et soutenu la pétition lancée par SOS Éducation, pour que le ministre de l’Éducation signe le décret sur les sanctions à l’école.

Je vous remercie infiniment de votre action. Vraiment. Un grand MERCI, pour tous les enfants, les professeurs et les professionnels de l’Éducation nationale.

Car votre action a été efficace ! Non seulement vous avez été plus de 60 000 à signer. Mais surtout, grâce à vous, le ministre Luc Chatel a pris ses responsabilités en signant le décret qui était resté sur son bureau pendant un an. Il vient de l’annoncer hier, sur toutes les chaînes et les radios. ENFIN !

Vous rendez-vous compte ? Pour la première fois depuis 25 ans, un texte vient renforcer l’autorité des professeurs et des chefs d’établissement. C’est du jamais vu ! Alors, encore MERCI ! C’est vraiment salutaire.

46 % des parents ont peur de laisser leurs enfants à l’école. Il était de la plus haute importance que l’institution apporte une réponse concrète au problème de la violence. En rendant la sanction automatique.

Certains diront que ce n’est qu’un petit pas. Et, c’est vrai, les textes ne sont pas parfaits. Mais ils vont dans le bon sens !

Vous pouvez aujourd’hui transformer l’essai. Il est nécessaire sur le terrain que l’action disciplinaire en cas de violence physique ou verbale soit bien rendue automatique. Les textes le permettent maintenant.

  • C’est donc aux chefs d’établissement, en premier lieu, de donner toute la place à la responsabilité de chacun ;
  • Aux professeurs d’appliquer l’action disciplinaire ;
  • Et aux parents d’y participer. Ce décret permet, en effet, aux parents de s’impliquer dans la discipline, là où le dialogue était figé. Ils sont avertis immédiatement et peuvent accompagner leur enfant dans sa prise de responsabilité. Les mesures d’intérêt collectif permettent à l’élève de réparer sa faute en dehors de l’école : là encore la responsabilité des parents est accrue. C’est une chance à saisir pour casser l’opposition stérile entre les parents et les professeurs.

Ensemble, nous pouvons aller plus loin. Pour qu’il soit vraiment efficace, le décret peut encore être renforcé. SOS Éducation demande que les élèves hautement perturbateurs, sanctionnés par une exclusion définitive, deviennent acteurs de leur réintégration. Encouragez maintenant le ministre à aller au bout de sa démarche : cliquez ici.

Actuellement, quand un élève est exclu par l’équipe d’un établissement, l’administration le place automatiquement dans un autre établissement. L’élève n’a rien à faire. Et il le sait.

Ce mécanisme vide l’exclusion de son sens :

  • D’abord parce que cela atténue la sanction, puisqu’il est toujours pris en charge ;
  • Ensuite parce que cela déconsidère l’élève, qui n’est plus qu’un problème qu’on déplace, dont on se débarrasse. Déjà qu’il ne trouvait pas sa place dans le premier établissement, on ne l’aide pas en le parachutant dans un autre, sans le solliciter.

Il faut permettre à l’élève de manifester son désir de continuer sa scolarité. C’est pourquoi SOS Éducation milite pour que tout élève exclu soit obligé de demander sa réintégration lui-même.

Demandez au ministre d’aller jusqu’au bout de sa démarche: cliquez ici.

Un grand merci.

Cordialement,

Éric Galland
Responsable des relations parents-professeurs
SOS Éducation

P.S. Il aura fallu la mort de Carla pour que le décret soit signé… N’attendons pas que la situation s’aggrave. Vous avez prouvé qu’en réagissant, vous pouvez changer les choses.

Transmettez ce message à vos amis et à vos proches et donnez-leur le lien :

http://soseducation.com/decret/

Merci !

01/09/2010

En politique, rien ne bouge si personne ne bouge…

Et c’est conscient de ce principe de base que vous avez eu le courage de signer des pétitions avec SOS Éducation, transférer des messages à votre entourage, écrire à votre député, lui téléphoner personnellement pour lui demander d’agir contre la violence à l’école, et peut-être même de contribuer personnellement aux dépenses engagées par l’association pour défendre l’avenir des élèves.

Et aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous donner plusieurs nouvelles qui prouvent que vos efforts portent leurs fruits :

Inévitablement, le ministre de l’Éducation Luc Chatel a senti que la donne était en train de changer.

« Je suis favorable à ce que, dans le cadre du respect du professeur et de l’incarnation de l’autorité, les élèves se lèvent quand le professeur entre dans la classe » a-t-il déclaré hier sur RTL.

« Les violences verbales feront l’objet d’une procédure disciplinaire », a-t-il dit au Figaro le 26 août. « Toute violence physique donnera lieu à un conseil de discipline. ».

Et la création des premiers internats disciplinaires pour les pré-délinquants qui gangrénaient l’ambiance dans bon nombre de classe est (enfin !) en train de devenir réalité.

Ces changements sont un signe clair que nous commençons à être entendus. Les 131 députés que vous avez convaincus de se mobiliser avec nous ont une influence.

Alors permettez-moi de vous remercier du fond du cœur de votre action. Sans éducation, il n’y a pas d’avenir, et vous jouez vraiment un rôle vital pour le futur de nos enfants et élèves.

En cliquant ici, ou en copiant le lien suivant dans votre navigateur : http://www.soseducation.com/signataires_mesures.php?TB_iframe=true&height=650&width=800&modal=true, vous accédez à la liste complète des députés qui soutiennent les huit mesures de SOS Education contre la violence à l’école. Si votre député en fait partie, n’oubliez surtout pas de le remercier, si vous ne l’avez pas encore fait.

S’il ne nous a toujours pas rejoint, profitez de la rentrée pour lui faire une nouvelle piqûre de rappel en cliquant ici.

Un grand merci, au nom de tous les enfants que votre action permettra de sauver.

Vincent Laarman
Délégué général


SOS Éducation est une association qui oeuvre à la défense de l’école. L’association mène tout type d’actions pour promouvoir une éducation de qualité, fondée sur des programmes cohérents, des méthodes d’enseignement, éprouvées, l’autorité des professeurs, la reconnaissance du travail et du mérite des enseignants, le respect de la neutralité de l’école.


SOS Education – 120 boulevard Raspail – 75006 Paris – 01 45 81 22 67 – http://www.soseducation.comcontact@soseducation.com