Francaisdefrance's Blog

10/02/2012

Tournante mortelle à Marseille !

Un français dans le tas! C’est assez rare pour le signaler…

Circonstances atténuantes pour les violeurs: victime consentante (bien entendu) et pratiques courantes dans les quartiers… A vomir

Pauvre gamine.

FDF

.

La condamnation des criminels. Pas de remords.
Deux osent faire appel.
Cécilia, saoulée à mort et violée par Emmanuel Denis, Anis Nafti, Mounir Tinouiline et Fahem Djermoune.

http://videos.tf1.fr/sept-a-huit/tournante-mortelle-6970372.html

« Pour moi, j’ai bien élevé mon fils.   IL FAIT LA PRIERE   ET LE RAMADAN …… » dit la mère de Fahem Djermoune…

Un bon musulman, en fait…

http://www.laprovence.com/article/marseille-5401

http://www.laprovence.com/article/a-la-une/marseille-lautre-proces-dun-plan-sexe-qui-a-tourne-au-crime

Merci à JC JC…

16/01/2012

LE VIOL DES FEMMES NON MUSULMANES PAR DES MUSULMANS EN OCCIDENT…

L’article ne date pas d’aujourd’hui mais l’analyse est toujours d’actualité. Le viol raciste est l’apanage des islamistes…

Refoulés sexuels? Certes; comme tous les violeurs.

Viols soi-disant au nom de la »religion »? C’est leur excuse…

Ca se soigne; enfin, on essaie. Mais avec des malades de ce type, on a du mal à croire en la médecine pour enrayer l’épidémie.

« Couic! », comme dirait Henri.

Alors les muzz? Envie de violer, là ???

FDF

.


Un article de Frontpage magazine qui revient sur un sujet souvent occulté par les médias, les intellectuels et les politiques parce qu’islamiquement incorrect.

http://www.frontpagemag.com/Articles/ReadArticle.asp?ID=20646

Traduit par Marianne pour www.occidentalis.com le 28 décembre 2005

.

Les motivations des criminels sont claires : comme ils l’expliquent eux-mêmes, le choix de leurs victimes relève de raisons ethniques. En Australie, en Norvège, en Suède et d’autres nations occidentales ces viols racistes sont en progression et soutenus par des hautes autorités islamiques: le cheik libanais Faiz Mohammed excuse le viol des Australiennes provocatrices habillées de façon « indécente », tandis que le mufti et le disciple islamique, Shahid Mehdi expliquait que les femmes danoises violées l’avaient cherché puisqu’elles ne portaient pas le foulard islamique !

Pour le cheik égyptien Al-Qaradawi , les femmes violées « provocatrices parce que non habillées « décemment » devraient être punies. Il a ajouté, « pour qu’elle soit affranchie de la culpabilité, une femme violée doit avoir montré la bonne conduite. »

En Norvège et en Suède, le journaliste Fjordman parle d’une épidémie de viol. Deux viols sur trois commis à Oslo sont le fruit des immigrés musulmans et 80 pour cent des victimes sont des femmes norvégiennes.

En Suède, selon Ali Dashti, « Les viols collectifs, habituellement faisant participer les mâles immigrés musulmans et les filles suédoises indigènes, sont devenus banals. » Il y a quelques semaines cinq Kurdes ont brutalement violé une suédoise de 13 ans« .

En France, Samira Bellil est sortie de  son silence – après avoir supporté des années des viols collectifs répétés dans des cités majoritairement habitées par des musulmans – et a écrit un livre, « dans l’enfer des tournantes« . Décrivant comment le viol collectif est effréné dans les banlieues , elle a expliqué au Temps que, « n’importe quelle fille de voisinage qui fume, emploie le maquillage ou porte les vêtements attrayants est une putain. »

Malheureusement, les femmes occidentales ne sont pas les seules victimes de cette épidémie. En Indonésie, en 1998, les groupes de droits de l’homme ont rapporté le témoignage de plus de 100 femmes chinoises violées pendant les émeutes qui ont précédé la chute du Président Suharto. Bon nombre des violeurs ont dit : « vous devez être violées, parce que vous êtes chinoises et des non-Musulmanes. »

En avril 2005, une fillette  pakistanaise de neuf ans a été violemment violée par ses voisins musulmans ; elle était infidèle et chrétienne et devait payer pour l’intervention des Américains en Irak…

Au Soudan – où les musulmans arabes abattent les musulmans noirs et les Soudanais chrétiens dans un génocide continu – l’ancien esclave soudanais et maintenant activiste des droits de l’homme Simon Deng* explique qu’il était témoin des filles et des femmes violées et que le régime arabe de Khartoum envoie ses soldats pour commettre ces crimes. Dans d’autres rapports, des femmes qui sont capturées par des forces gouvernementales sont interrogées : « êtes vous chrétienne ou musulmanes? » et celles qui répondent chrétiennes, sont  violées, leurs seins coupés.

Ce phénomène de violences sexuelles islamiques contre des femmes non-musulmanes occidentales devrait être traité comme une épidémie pressante, violente, répressive. Au lieu de cela, les journalistes, les intellectuels, et les politiciens l’ignorent, le rationalisent, ou diabolisent ceux qui osent en parler.

En Australie,  quand le journaliste Paul Sheehan a rendu compte honnêtement des viols collectifs de Sydney, il a été traité de raciste et a été accusé d’entretenir  la haine contre les musulmans. Keysar Trad, vice-président de l’association musulmane libanaise australienne a indiqué que les viols collectifs étaient un crime « honteux » mais se plaignait que l’appartenance ethnique des violeurs avait été rapportée. D’ailleurs pendant le jugement l’appartenance ethnique des violeurs n’a pas été évoquée… Les policiers responsables des enquêtes ont été violemment menacés par les libanais musulmans : menaces de mort à leur encontre et menaces de viols envers leurs petites amies…La police a fini par laisser tomber leurs poursuites contre des violeurs libanais…

En France, dans les banlieues,  le viol collectif est maintenant connu simplement comme tournantes où les victimes savent que la police ne les protégera pas. S’ils se plaignent, Samir Bellil dit, ils savent qu’eux et leurs familles seront menacés. Dans la plupart des poursuites françaises, les violeurs musulmans déclarent qu’ils ne croient pas qu’ils ont commis un crime. Et dans un parallèle effrayant avec les violeurs en Australie, ils disent que la victime doit se blâmer elle-même et l’accuse d’être une »salope » ou une « putain. »

Selon le Guardian , pendant les émeutes françaises récentes, un prince saoudien avec des parts à News Corporation a revendiqué à une conférence à Dubaï qu’il avait téléphoné à Rupert Murdoch et s’était plaint au sujet des nouvelles de Fox News décrivant les perturbations en tant qu « émeutes musulmanes. » Dans la demi-heure qui a suivie, le terme a été changé en « émeutes civiles. »

À Malmö, la troisième plus grande ville en Suède, la police a admis qu’elle ne commande plus la ville. « Elle est efficacement dirigée par les troupes violentes des immigrés musulmans. » Le personnel d’ambulance est régulièrement attaqué et refuse maintenant d’aider jusqu’à ce qu’une escorte de police arrive. La police a trop peur pour investir des parties de la ville sans protection.

Début 2005, les journaux norvégiens ont signalé qu’Oslo avait enregistré le nombre le plus élevé de cas de viols en douze mois précédents. Cependant, Fjordman explique que les statistiques officielles ne contenaient aucune donnée concernant « la surreprésentation des immigrés dans les auteurs de viols », et les médias demeurent étrangement silencieux. Le professeur d’Oslo d’anthropologie, Unni Wikan, a dit que les femmes norvégiennes doivent prendre la responsabilité du fait que les hommes musulmans trouvent leur façon de s’habiller provocatrice. Et puisque ces hommes croient que les femmes sont responsables du viol,  les femmes doivent s’adapter à la société multiculturelle ! [NDRL : Au lieu d’agir, de punir sévèrement les criminels, de prévenir les femmes non musulmane du danger, on demande tout simplement aux femmes occidentales d’avoir une attitude de dhimmi ! Lamentable !]

La BBC a fait un documentaire programmé en 2004, avant que la police en Grande-Bretagne ait averti qu’il pourrait augmenter la tension raciale. « Dans ces circonstances exceptionnelles… A Channel 4, l’animateur responsable a accédé à la demande de la police…  » Le documentaire devait montrer comment les Pakistanais et d’autres hommes musulmans ont sexuellement maltraité des jeunes filles anglaises blanches aussi jeunes que 11 ans.

Le nombre de viols commis par des hommes musulmans contre des femmes dans la dernière décennie est tellement incroyablement haut qu’il ne peut pas être regardé autrement qu’un comportement culturellement implicite. Il est manifestement renforcé et encouragé par les chefs religieux musulmans qui blâment les victimes et excusent les violeurs.

En trois décennies d’immigration dans les pays occidentaux, l’Islam a causé des bouleversements et des ravages sociaux dans chacun de ses pays d’accueil. Aucun autre programme d’immigration n’a rencontré les problèmes de non-assimilation et d’ambiguïté religieuse.

Ainsi donc les musulmans n’hésitent plus à utiliser l’arme de guerre qu’est le viol en Occident. Parce que nous sommes en guerre et c’est l’islam qui nous l’a déclarée. Ne pas l’admettre, claironner à droite et à gauche le contraire ne retire pas la réalité des faits. Et cette horrible réalité qui prend forme par le viol  des femmes occidentales non-musulmanes est une réalité qui s’amplifie et devant laquelle les lâches censés nous alerter et nous protéger se cachent derrière une inacceptable dhimmitude !

Pourtant cet autre élément barbare du djihad qu’est le viol est d’une extrême gravité et d’une grande importance : les femmes ainsi traitées, souillées, insultées et torturées auront du mal à vivre dans la société et à fonder une famille. Et c’est exactement ce que veulent les musulmans : on prend la femme de l’ennemi légalement ou on la détruit par le viol. Et c’est ainsi que l’ennemi finira à la longue par être diminué parce que  moins nombreux !

Le pire dans tout cela c’est la complicité abjecte de tous ces salopards qui ne veulent surtout pas entendre parler de la vérité ni la voir éclater au grand jour (ce qui nous permettrait de nous protéger!), pour qui ces faits sont insignifiants en fin de compte : on ne va pas sacrifier « la paix » pour si peu ! Et c’est ainsi que les fils d’Allah tissent leur toile partout en Occident, et de faits « insignifiants » en faits « insignifiants », appliquent leur projet qui est d’islamiser le monde.

Merci à Max…

07/05/2011

Lyon: des « jeunes », âgés de 14 à 16 ans, sont accusés de viol aggravé. Leurs amis ont filmé la scène, en plein jour…

Quatre mineurs mis en examen après un viol collectif à Lyon

Eh oui. Ca se passe en France. Vous savez, le pays où les chiffres de la délinquance baissent sans arrêt… Suite à ce viol, le maire de Villeurbanne leur trouve presque des excuses, à ces petits cons…

FDF

.

Le viol a eu lieu sur un place d’accès à la gare de la Part-Dieu, en plein jour !
Click here to find out more!

Quatre adolescents de 14 à 16 ans ont été mis en examen vendredi pour « viol aggravé » après s’en être pris mercredi à une jeune fille de 14 ans devant la gare de la Part-Dieu à Lyon, sous les yeux d’une dizaine d’autres mineurs dont certains ont filmé la scène avec leurs portables. Les quatre adolescents, jusqu’alors inconnus des services de police, ont été placés sous contrôle judiciaire et seront suivis par la protection judiciaire de la jeunesse. Tout contact avec leur victime leur est interdit, a-t-on indiqué de source judiciaire. Le parquet avait requis leur « mise en détention ».

Au total, quinze jeunes avaient été interpellés mercredi par la police à la suite de ce viol, auquel a assisté le petit frère de l’un d’entre eux, âgé de six ans. Deux garçons de 13 ans, qui ont filmé la scène avec leurs téléphones portables, ont effectué une garde à vue avant d’être libérés. Les quatre agresseurs présumés, interpellés mercredi « en flagrant délit », ont reconnu les faits lors de leur garde à vue, et d’autres adolescents du groupe feront l’objet de « convocations, voire de mise en examen ».

À quelques pas de la foule

La victime, une « jeune fille fragile » habitant Villeurbanne, en banlieue lyonnaise, a été agressée « en pleine ville, en plein après-midi », dans un lieu de passage, et elle n’a « pas manifesté de façon explicite son refus », a souligné la même source. Alors que les Lyonnais étaient encore cette semaine en vacances scolaires, l’adolescente se rendait mercredi vers 17 heures avec une amie à la gare de la Part-Dieu, où elle devait retrouver son petit ami et quelques copains. En chemin, elle est interpellée par « un ou deux jeunes » d’un autre groupe d’adolescents originaires pour la plupart de Villeurbanne, dont elle connaît certains.

Ces jeunes l’invitent à les suivre et la conduisent, sans son amie qui s’y refuse, jusqu’à un accès de la gare à proximité d’une borne de taxis et d’un parking, où se trouve leur bande de copains. La jeune fille se retrouve alors seule au milieu d’une quinzaine d’adolescents. L’un d’eux la contraint à lui faire une fellation, la menaçant de représailles si elle ne s’exécute pas. Suivi, tour à tour, par trois de ses copains, selon un phénomène d’entraînement. Pendant tout ce temps, aucun passant n’a réagi, les autres jeunes de la bande faisant « écran », a indiqué la police. Isolée, incapable de se défendre ni de « dire non », l’adolescente effrayée ne s’est pas débattue, n’a pas cherché à s’enfuir ni même à appeler à l’aide, a-t-on souligné de source judiciaire. Elle n’a pas subi d’autre violence physique.

« Rien ne permet en l’état de dire que ce viol était prémédité » par les adolescents, qui ont profité de leur situation de force, sans avoir besoin de recourir à la « violence physique » pour arriver à leurs fins, selon la même source. Le maire (PS) de Villeurbanne, Jean-Paul Bret, s’est pour sa part déclaré « choqué » par le fait « qu’un acte aussi grave ait pu se dérouler à quelques pas de la foule de la Part-Dieu ». C’est finalement le salarié d’un bureau donnant sur la place où s’est déroulée la scène qui, apercevant la jeune fille en difficulté, a appelé la police. « Je suis convaincu que le respect du corps de l’autre s’éduque et s’apprend », a ajouté Jean-Paul Bret, estimant : « La circulation d’images agressives sur Internet tend à banaliser des gestes d’une grande violence. »

Source: http://www.lepoint.fr/

04/03/2011

9 « jeunes » devant la justice pour un viol collectif dans un train !

Je ne vois vraiment pas pourquoi on perd du temps et de l’argent à juger une affaire dégueulasse comme celle-ci. Il va falloir par ré-ouvrir Cayenne. Ca calmerait les ardeurs violentes, la haine et le sentiment d’impunité de ce genre de sous-merdes…Mineurs où pas,au moment de leurs actes, ces connards étaient responsables. Qu’ils assument. J’ai vu hier soir l’interview de l’un de leurs avocats: lamentable. Et pourquoi des avocats? Pourquoi? Pour leur trouver des circonstances atténuantes? Mais il n’y en n’a pas; point barre!

FDF

.

Les faits remontent au 18 avril 2009.

Ce samedi-là, il est 6h30 quand une jeune fille de 18 ans rentre d’une soirée à Paris.

Elle monte dans un RER à Châtelet pour regagner son domicile.

A Poissy, la jeune fille change de train et se retrouve dans la même voiture qu’un groupe de jeunes.

Elle demande une cigarette à l’un d’ente eux, selon Le Parisien.

Elle est alors bousculée par un membre du groupe qui lui aurait arraché son lecteur MP3.

Arrivée à Verneuil, la jeune fille tente de changer de voiture.

Elle en est empêchée par un des jeunes qui l’aurait poussée sur une banquette.

Le jeune se serait livré à des gestes déplacés sur la jeune fille.

Puis quatre autres ados l’immobilisent, la giflent et se livrent, selon ses propos, à des attouchements.

La jeune fille est ensuite victime d’un viol collectif.

Les agresseurs, après avoir volé à leur victime ses papiers, son téléphone portable et son lecteur MP3, descendent à la gare des Mureaux.

Grâce aux images de vidéosurveillance de la SNCF et aux empreintes génétiques retrouvées dans les préservatifs abandonnés dans le train, les suspects sont rapidement identifiés par les enquêteurs.

Au cours de l’enquête et de l’instruction, six des agresseurs, âgés de 14 à 18 ans, sont soupçonnés d’avoir participé aux viols.

Un seul des suspects passe aux aveux, indique Le Parisien.

Les cinq autres minimisent leur participation.

Un autre prévenu est soupçonné d’avoir volé les effets personnels de la jeune fille.

D’autres suspects interpellés sont soupçonnés d’avoir assisté au viol collectif.

Jeudi matin, neuf adolescents, âgés de 16 à 20 ans, comparaissent, à huit-clos, devant la cour d’assises des mineurs de Versailles pour ce viol collectif, rapporte Le Parisien.

Les suspects sont originaires du quartier de La Vigne-Blanche aux Mureaux.

Source: http://www.lepost.fr/

Le verdict est attendu le 11 mars. On vote pour les cantonales le 20. C’est le moment de voter CONTRE l’insécurité… Vous voyez ce que je veux dire?