Francaisdefrance's Blog

13/07/2011

Scènes de la délinquance ordinaire…

Quand je lis ce genre de faits divers, j’ai une forte envie d’aller nettoyer le vieux fusil poussiéreux de mon grand-père…

FDF

.

Les policiers ont procédé au cours de la nuit de samedi à dimanche peu après 3 heures à l’interpellation de trois mineurs qui ont dégradé trois voitures en stationnement rue de Pressensé à Villeurbanne. Les lascars s’amusaient à sauter sur les capots. Ils feront l’objet d’une convocation devant la justice. Une demi-heure plus tard un équipage intervenait pour les mêmes raisons cette fois dans le 6 e arrondissement rue Pierre-Corneille où un majeur et un mineur ont été mis en cause également pour des dégradations sur des véhicules.

Lyon 6 : à trois pour arracher le sac d’une vieille dame

Samedi à 9 h 30 une dame de 80 ans demeurant à proximité de la place Lyautey dans le 6 e arrondissement a été agressée par trois jeunes filles âgées de 13 et 16 ans. Les « sauvageonnes » se sont précipitées sur leur victime pour tenter de lui dérober son sac à main n’hésitant pas à la faire chuter au sol. Devant sa résistance et ses cris, elles se sont enfuies mais ont pu être rattrapées par un équipage de la BAC place de la Comédie où elles couraient dans l’intention de s’engouffrer dans le métro. Au terme de leur garde à vue elles devraient être présentées à un juge des enfants.

Un homme nu et violent sur l’A42 à Vaulx

Hier aux alentours de 19h30, un homme de 26 ans se trouvait nu sur l’A42 dans le sens Lyon-Genève à hauteur de la commune de Vaulx-en-Velin. Il forçait les automobilistes à s’arrêter pour monter sur les capots, arracher les essuie-glaces puis tenter de frapper les occupants des véhicules. Un fonctionnaire de la CRS autoroutière 45 qui passait par là est intervenu en recevant le soutien d’un gendarme lyonnais sur les lieux par hasard. L’homme, connu des services de police et qui ne se trouvait pas dans un état normal a été interpellé et conduit à l’hôpital E.-Herriot.

Lyon 9 e : jets de pierres contre la police

Hier soir, aux environs de 19 heures, un équipage de police qui procédait à un contrôle routier de routine s’est fait prendre à partie par un groupe de personnes non identifiées à hauteur du 559 avenue d’Ecully dans le 9 e arrondissement. Les policiers ont été agressés à coup de cailloux et ont essuyé des tirs à air comprimé, l’un d’eux a été légèrement blessé à la tête. Aussitôt à été lancé une opération de sécurisation du secteur avec envoi d’une section de CRS assistée de quelques équipages de police. Le calme est revenu et la police n’a procédé à aucune interpellation.

Source: http://forum.doctissimo.fr/

07/05/2011

Lyon: des « jeunes », âgés de 14 à 16 ans, sont accusés de viol aggravé. Leurs amis ont filmé la scène, en plein jour…

Quatre mineurs mis en examen après un viol collectif à Lyon

Eh oui. Ca se passe en France. Vous savez, le pays où les chiffres de la délinquance baissent sans arrêt… Suite à ce viol, le maire de Villeurbanne leur trouve presque des excuses, à ces petits cons…

FDF

.

Le viol a eu lieu sur un place d’accès à la gare de la Part-Dieu, en plein jour !
Click here to find out more!

Quatre adolescents de 14 à 16 ans ont été mis en examen vendredi pour « viol aggravé » après s’en être pris mercredi à une jeune fille de 14 ans devant la gare de la Part-Dieu à Lyon, sous les yeux d’une dizaine d’autres mineurs dont certains ont filmé la scène avec leurs portables. Les quatre adolescents, jusqu’alors inconnus des services de police, ont été placés sous contrôle judiciaire et seront suivis par la protection judiciaire de la jeunesse. Tout contact avec leur victime leur est interdit, a-t-on indiqué de source judiciaire. Le parquet avait requis leur « mise en détention ».

Au total, quinze jeunes avaient été interpellés mercredi par la police à la suite de ce viol, auquel a assisté le petit frère de l’un d’entre eux, âgé de six ans. Deux garçons de 13 ans, qui ont filmé la scène avec leurs téléphones portables, ont effectué une garde à vue avant d’être libérés. Les quatre agresseurs présumés, interpellés mercredi « en flagrant délit », ont reconnu les faits lors de leur garde à vue, et d’autres adolescents du groupe feront l’objet de « convocations, voire de mise en examen ».

À quelques pas de la foule

La victime, une « jeune fille fragile » habitant Villeurbanne, en banlieue lyonnaise, a été agressée « en pleine ville, en plein après-midi », dans un lieu de passage, et elle n’a « pas manifesté de façon explicite son refus », a souligné la même source. Alors que les Lyonnais étaient encore cette semaine en vacances scolaires, l’adolescente se rendait mercredi vers 17 heures avec une amie à la gare de la Part-Dieu, où elle devait retrouver son petit ami et quelques copains. En chemin, elle est interpellée par « un ou deux jeunes » d’un autre groupe d’adolescents originaires pour la plupart de Villeurbanne, dont elle connaît certains.

Ces jeunes l’invitent à les suivre et la conduisent, sans son amie qui s’y refuse, jusqu’à un accès de la gare à proximité d’une borne de taxis et d’un parking, où se trouve leur bande de copains. La jeune fille se retrouve alors seule au milieu d’une quinzaine d’adolescents. L’un d’eux la contraint à lui faire une fellation, la menaçant de représailles si elle ne s’exécute pas. Suivi, tour à tour, par trois de ses copains, selon un phénomène d’entraînement. Pendant tout ce temps, aucun passant n’a réagi, les autres jeunes de la bande faisant « écran », a indiqué la police. Isolée, incapable de se défendre ni de « dire non », l’adolescente effrayée ne s’est pas débattue, n’a pas cherché à s’enfuir ni même à appeler à l’aide, a-t-on souligné de source judiciaire. Elle n’a pas subi d’autre violence physique.

« Rien ne permet en l’état de dire que ce viol était prémédité » par les adolescents, qui ont profité de leur situation de force, sans avoir besoin de recourir à la « violence physique » pour arriver à leurs fins, selon la même source. Le maire (PS) de Villeurbanne, Jean-Paul Bret, s’est pour sa part déclaré « choqué » par le fait « qu’un acte aussi grave ait pu se dérouler à quelques pas de la foule de la Part-Dieu ». C’est finalement le salarié d’un bureau donnant sur la place où s’est déroulée la scène qui, apercevant la jeune fille en difficulté, a appelé la police. « Je suis convaincu que le respect du corps de l’autre s’éduque et s’apprend », a ajouté Jean-Paul Bret, estimant : « La circulation d’images agressives sur Internet tend à banaliser des gestes d’une grande violence. »

Source: http://www.lepoint.fr/

18/12/2010

Mosquée de Lyon : le recteur veut protéger les lieux de culte

Il ne veut pas par hasard que l’on rapatrie nos soldats d’Afghanistan pour protéger ces lieux d’incitation à la haine occidentale, par hasard? Faut qu’il frappe à la bonne porte, dans ce cas…

FDF

.

Le recteur de la Grande mosquée de Lyon, Kamel Kabtane, a réclamé «des moyens pour protéger nos mosquées», au cours d’un rassemblement devant la mosquée de Roanne (Loire), cible de dégradations, la semaine dernière.

La porte vitrée de la mosquée An Nour de Roanne avait été brisée, dans la nuit de samedi à dimanche, et un autocollant portant une croix celtique et la mention «La France aux Français», apposée sur le «O» du mot mosquée, sur le panneau d’entrée, selon une source proche de l’enquête. Une trentaine de personnes, dont des membres des communautés musulmanes et juives, des élus locaux et des représentants d’associations anti-racistes, étaient présents à ce rassemblement. «Nous sommes venus dire toute notre inquiétude face à la multiplicité des actes de ce genre», a déclaré M. Kabtane, soulignant que «25 actes anti-musulmans ont été recensés en France, en 2010, contre des cimetières civils ou militaires et des mosquées». «C’est la troisième fois que des actes de cette nature visent la grande mosquée de Roanne et jamais les auteurs ne sont inquiétés», a-t-il déploré.

«La mise à l’index, la stigmatisation depuis trois ans, en France, de la communauté musulmane est peut-être le terreau de la montée de l’islamophobie. Il faut des moyens pour protéger nos mosquées», a conclu le recteur, qui a ensuite été reçu par le sous-préfet et le procureur de la République, de Roanne. Un autre rassemblement sera organisé à Villeurbanne le 16 décembre, à 15 heures, suite aux propos de Marine Le Pen comparant les prières de rue des musulmans à « l’Occupation ». Dans un communiqué signé par l’ensemble des représentants du culte musulman de la région Rhône-Alpes, le recteur de la Grande mosquée de Lyon qualifie ces propos d’ « insulte à la mémoire des musulmans qui sont morts pour la France ».

Source: http://fr.zaman.com.tr/fr

« Les musulmans de Lyon invitent Mme Le Pen à venir visiter les cimetières de la Mulatière, de la Doua à Villeurbanne ou celui du tata sénégalais à Chasselay. Elle pourra alors se recueillir sur les tombes des ancêtres de ceux-là même dont elle a l’outrecuidance de comparer aujourd’hui à l’occupant ». Cette déclaration délivrée à Lyon est d’autant plus insultante que les relations entre les communautés religieuses dans cette ville sont des plus cordiales et des plus actives », d’après les termes du communiqué.

05/11/2010

70 cochons lyonnais envahissent le Quick Halal de Villeurbanne !!!

Rebeyne! VS Quick halal II : 130000 vues et la Une de Progrès. Ce n’est pas d’aujourd’hui mais c’est à renouveler…


Un troupeau de 70 cochons mécontents a envahi le Quick Halal de Villeurbanne ce Dimanche matin. Ils entendaient protester contre la décision de supprimer les hamburgers au bacon et contre la nouvelle offre de Quick qui ne propose désormais que du halal à sa clientèle. En effet, il est inacceptable qu’une chaîne de “restaurants” qui appartient en grande partie à la Caisse des Dépôts et Consignations, c’est à dire à l’État français, participe à l’exclusion et à la ségrégation des Français dans leur propre pays.

Un État qui contribue donc au développement sur notre territoire du rite d’abattage musulman qui, rappelons-le, interdit d’étourdir les bêtes lors de leur égorgement provoquant ainsi une souffrance inadmissible et inutile chez l’animal. D’autant plus que, pour ce faire, Quick paie la taxe islamique sur la certification des produits Halal dont, il est notoire qu’elle sert à financer le prosélytisme islamique. Et tout cela alors qu’on ne sert plus de porc dans un nombre croissant de cantines scolaires et qu’on interdit à l’association Solidarité des Français de distribuer de la soupe au cochon à des nécessiteux…

Le troupeau a ensuite quitté l’établissement en chanson et n’hésitera pas à revenir manifester son mécontentement porcin si Quick ne renonce pas à l’islamisation gastronomique de notre pays.

(lire la vidéo)http://www.dailymotion.com/video/xcjdya_rebeyne-vs-quick-halal_news#from=embed

source ; blogospère

06/10/2010

Aider les écoles catholiques à intégrer les musulmans…

Autant leur offrir nos écoles catholiques pour les transformer en écoles coraniques et favoriser ainsi l’islamisation de notre France… Nos enseignants sont largement incités à ne pas froisser leurs élèves muzz… Les élèves musulmans et leurs parents vont bientôt INTERDIRE (c’est déjà fait, dans certaines écoles) le crucifix dans les salles de classe. Honteux !!!

FDF

.


Le nombre d’élèves de confession musulmane est en hausse dans ces établissements privés, où ils se retrouvent même parfois en majorité. L’enseignement catholique distribue à ses enseignants un manuel de «bonne conduite».

Dans un lycée catholique, un groupe d’élèves de Terminale refuse d’aller à la piscine pendant le Ramadan sous prétexte qu’ils risquent d’avaler de l’eau. Invoquant une raison d’ordre médical, leurs parents réclament une dispense d’activités sportives. Malaise du côté du corps enseignant : ces activités donnent lieu à une évaluation qui compte pour l’obtention du baccalauréat. Autre lieu, autre scène : une école primaire catholique accueille plus de 200 élèves. Parmi eux, environ 70% sont de confession musulmane. Or, le chef d’établissement décide d’installer une crèche dans le hall pendant l’Avent. Un parent musulman exige alors le retrait de celle-ci, «un musulman ne pouvant pas entendre que Jésus est Fils de Dieu.»

Les écoles catholiques ne savent pas toujours quelle attitude adopter face à l’islam. Et ce d’autant qu’elles y sont de plus en plus confrontées avec un nombre d’élèves musulmans en hausse ces dernières années. Ils sont même devenus majoritaires dans certaines écoles, notamment à Villeurbanne (Rhône), Marseille ou Mantes-la-Jolie (Yvelines). Un phénomène récent sur lequel a décidé de se pencher le Secrétariat général de l’enseignement catholique (SGEC) en partenariat avec le Service pour les relations avec l’islam (SRI) de la Conférence des évêques. Pendant deux ans, des chefs d’établissements et des experts ont ainsi planché sur cette question. Résultat : un dossier intitulé «Musulmans en école catholique» et chargé d’apporter des conseils pratiques et des outils théoriques aux enseignants. La direction de l’enseignement catholique le diffuse depuis la rentrée auprès de ses équipes éducatives.

«Rester ouvert sans se renier»

Quelles raisons poussent aujourd’hui certains parents musulmans à se tourner vers les écoles catholiques ? La loi, déjà. Elle les y autorise depuis 1959, au motif qu’aucun établissement catholique sous contrat ne peut refuser un élève à cause de sa religion. «Ils pensent aussi que dans ce type d’établissement, au moins, on parlera de Dieu aux jeunes. D’autres y voit également une formation de bon niveau pour leurs enfants», explique Pierre Robitaille, l’animateur du groupe de travail sur les «Musulmans en école catholique» pour la SGEC. Parmi les cinquante premiers lycées du Palmarès Figaro 2010 figurent en effet 80% d’établissements privés, alors même que ceux-ci ne représentent que 20% de l’effectif général. Sans compter que le privé est un bon moyen de contourner la loi de 2004 sur les signes religieux à l’école puisque celle-ci ne s’applique qu’au public.

Dans le dossier, seize fiches pratiques sont donc mises à disposition des enseignants pour leur permettre de mieux appréhender la religion musulmane et d’en comprendre les mécanismes : «Vocabulaire islamique élémentaire», «Fêtes et évènements en Islam», «Place traditionnelle de la femme en société musulmane» ou encore «Le voile islamique». En plus, le rapport aborde quatorze cas concrets déjà rencontrés dans des écoles et y apporte des «pistes de réflexion et d’action». Car le défi de l’enseignement catholique ici est bien de parvenir à rester ouvert à tous sans pour autant se renier. «La foi doit s’exprimer, mais on ne cherche pas pour autant à faire du prosélytisme, prévient Pierre Robitaille. Attention toutefois, si l’ouverture aux autres compte, les enseignants doivent aussi être prudents afin d’éviter que certaines situations ne deviennent ingérables». En témoigne ce geste d’une directrice qui a proposé à des lycéens musulmans une salle pour prier, afin qu’ils évitent de se faire mouiller par la pluie dans la cour de l’école. Ils l’ont transformée en salle de prière et y invitent parfois des personnes extérieures à l’établissement pour prier avec eux. Depuis, la directrice ne parvient plus à utiliser cette pièce pour d’autres activités.

«L’idée est que les élèves d’autres confessions religieuses pratiquent plutôt leur religion à l’extérieur de l’école, avec des exceptions pour les internats. Dans ces derniers, on peut mettre des salles polyvalentes à la disposition des jeunes, mais elles ne doivent pas se transformer en salle dédiée à la prière, souligne l’animateur du groupe de travail sur «Les Musulmans à l’école». Nous avons une mission d’Eglise. Nous ne sommes pas un self des religions !»

source : lefigaro.fr