Francaisdefrance's Blog

30/10/2011

Petite blague de fin de journée…

Ben oui on fatigue, on fatigue…

FDF

.

Gardien de la Paix : 1 600 euros pour risquer sa vie


Pompier professionnel : 1 800 euros pour sauver une vie

Instituteur : 1 600 euros pour préparer à la vie

Médecin : 5 000 euros pour nous maintenir en vie

 Sénateur : 19 000 euros pour profiter de la vie

Ministre : 30 000 euros pour nous pourrir la vie…

06/07/2011

La terrible vie des habitants de Gaza…

Entre ce qu’en disent les médias et la réalité, il y a un énorme pas à franchir. On se fout de nous. Bravo aux comités de soutien au peuple de Gaza!

FDF

.

 Gaza comme on ne vous la racontera pas souvent
par Gerard Fredj

.

Voitures de sports rutilantes, cafés bondés, boom des constructions, voila ce que livre un grand reporter du New York Times, Ethan Bronner, après son séjour dans la bande de Gaza, découvrant notamment qu’en dépit des règles de vie strictes imposées par le Hamas, les habitants jouissent d’une relative liberté.

Bronner, lauréat du prix Pulitzer en 2001 pour ses enquêtes sur Al Qaida, dirige le bureau du « Times » à Jérusalem; non israélien il entre et sort facilement de Gaza.il s’est déjà rendu à plusieurs reprises à Gaza, mais l’actualité du printemps arabe l’a retenu en Egypte et à Bahrein.

Lors de son arrivée à Gaza cette semaine à la veille de l’appareillage de la Flottille, le journaliste a trouvé les conditions bien meilleures que ce à quoi il s’attendait, notant en particulier les milliers de voiture neuves qui sillonnent les routes. (Pourtant, d’après lui, Israël ne laisse entrer que vingt véhicules par semaine, bien loin des besoins).

BMW, pickups et autres véhicules arrivent de Lybie, via l’Egypte;et pour être à la mode, il faut acquérir un scooter à 3 roues.

Le phénomène aussi concerne les hôtels, avec deux hôtels de luxe classés 5*, appartenant au milliardaire Munib al Masri, qui viennent d’ouvrir.

Un second centre commercial ouvrira les mois prochains; il vous sera facile de vous promener dans les galeries en empruntant les escalators importés d’Israël.

Sur les marchés, selon Omar Ghraib un blogger gazaoui interviewé par le journaliste, pour mesurer le changement, il faut regarder les étals des bouchers : si les poulets de contrebande sont vendus moins d’un euro(mais la population estime que ces volailles ne sont pas saines), on trouve des poulets israéliens, vendus deux fois plus chers mais qui ont les faveurs des consommateurs, ou nec plus ultra, la production locale vendue, elle, trois fois plus cher.

Bronner confirme que les produits vendus sont encore largement israéliens : 350 camions sont autorisés à passer par le terminal de Keren Shalom, le principal point de passage des fournitures en provenance d’Israël; seuls 250 véhicules l’empruntent….faute de demande !

Et parmi ces produits en provenance d’Israël, Bronner note qu’on ne trouve pas que des denrées de base mais des produits de luxe : poissons tropicaux, écran plasma, vélos, …

Une fois par semaine, 70 agents de sociétés d’import export se rendent en Israël afin de trouver des produits potentiellement porteurs en terme d’importation.

Quant au marché de l’export, encore réduit, il se développe également : fraises, fleurs, pommes de terre et tomates partent vers les pays du Golfe et la Jordanie. L’exportation de marchandises vers la Cisjordanie pourrait également reprendre, comme elle se pratiquait avant la prise du pouvoir par le Hamas.

Pour trancher avec cette photographie idyllique, Bronner note qu’Israël bloque toujours l’entrée dans Gaza de ciments, métaux et matériaux de construction : tout ce qui pourrait servir à la construction de bunker ou de bombes, ajoutant que les tunnels de contrebande avec l’Égypte aujourd’hui ne sont pratiquement plus utilisés pour faire entrer des produits alimentaires ou médicaux, mais du matériel de construction.

Ils sont achetés en toute légalité en Egypte, puis acheminés à travers des centaines de tunnels; jusqu’à 3000 tonnes par jour selon le journaliste.
Pour Daud Harb, un marchand gazoui interrogé par Bronner, « rien ne manque à Gaza sauf la liberté ».

L’été, les plages sont pleines. Et même si les tenues islamiques sont de rigueur, les familles sont au rendez vous, et terminent la soirée dans les cafés (ou cybercafés qui commencent à fleurir) alentours.

Finalement, écrit le journaliste, Gaza en 2011 vit sous la férule du Hamas : la société est plus conservatrice, l’éducation et la loi islamique sont de rigueur.

« Bien sur nous avons des règles dingues, comme celles qui interdisent aux femmes de faire du cyclomoteur, chanter des chansons qui pourraient être assimilées à de la provocation, ou rire bruyamment sur la plage« , explique Ahmed Nazal, un résident de Rimal (l’équivalent de Ramat Aviv à Tel Aviv) mais « si on ne provoque pas, on peut jouir d’une certaine forme de liberté » ajoute-t- ‘il.

Pour Ethan Bronner, si Gaza est loin d’être l’endroit le plus pauvre du monde, ce » n’est cependant pas le Manhattan du Moyen Orient », avec des milliers de maisons détruites, vestiges de l’opération Plomb durci, les problèmes d’approvisionnement en énergie sont cruciaux et il n’est pas rare que les habitants restent sans électricité parfois pendant 6 à 8 heures.

Il note cependant, preuve pour lui que la situation est loin d’être catastrophique, que le taux d’émigration reste très faible, et que les gens préfèrent vivre dans un état de blocus et se débrouiller pour vivre, plutôt que de partir ailleurs.

Source: http://prophetie-biblique.com/

09/03/2011

Un commentaire poignant…

Et qu’on ne peut laisser s’éteindre dans son coin.

C’est suite à mon billet du 20 11 2010 sur le remboursement de la circoncision par la Sécurité Sociale.

… Cela donne à réfléchir, c’est certain. Et agir; pour celles et ceux qui connaissent le problème, ainsi que ceux qui les soutiennent… Je connais un autre médicament pas remboursé non plus et indispensable pour freiner une forme grave d’affection broncho-pulmonaire: le Mucomyst… Le traitement est de 9 sachets par jour et coûte environ 3 euros la boite de 18… Faites le calcul.

Et pendant ce temps, on rembourse en France la circoncision et pourquoi pas bientôt l’excision… C’est révoltant! On soigne au nom de la religion, maintenant.

Alors, à ces messieurs qui nous gouvernent et tiennent notre santé dans leurs mains, je suggère de faire tour de la question… Si vous préférez la  « santé » des adeptes de l’idéologie qu’est l’islam avec ses pratiques barbares et moyenâgeuses à celles de ceux (les chrétiens FRANCAIS ) qui vous ont fait trop confiance, ne vous étonnez plus de ce qui va sortir des urnes bientôt… Le peuple de France attend depuis beaucoup trop longtemps que l’on s’occupe d’eux. Quoi de plus légitime?

FDF

.

Lire et faire suivre:

Commentaire :

« A l’heure ou les Diabétiques Insulino Dépendants subissent un déremboursement des lancettes d’analyse de leur glycémie… je vous laisse juger de la bonne gestion de notre sécu et de l’état psychiatrique de nos dirigeants.

Mon fils est insulino dépendant depuis l’âge de 3 ans (il en a 14 aujourd’hui). Je viens de renouveler son ordonnance et ai dû payer plus de 8€. Je n’ai pas de mots pour exprimer ma colère et mon dégoût de cette mesure et surtout de ceux qui en sont à l’origine. je leur souhaite du plus profond de mon coeur de devenir DID. Liberté Egalité Fraternité…laissez moi pleurer… pauvre pays, pauvres petits comptables odieux. Qu’ils aillent au diable et brûlent en enfer pour l’éternité. »


13/11/2010

Hommage à ces hommes qui n’auraient jamais imaginé la France d’aujourd’hui.

11 Nov 1918: une trève, un poème pour mon Grand-Père.

Alors qu’aujourd’hui il est de bon ton de se moquer du drapeau, de le salir, de le souiller, de se torcher avec comme à la FNAC de Nice, je voulais rendre un hommage à ceux qui sont morts pour lui, pas toujours de bonne grâce bien sûr, je le sais bien.

A ceux de la métropole et à ceux des colonies.

Un hommage à mon grand-père aussi qui a vécu cette épouvantable guerre. Qui a bu l’eau croupie avec le sang des chevaux morts, qui a vu ses camarades de combats explosés devant lui. Des larmes, aux souvenirs des proches, vite asséchées par la terre, le bruit du canon et la peur viscérale de finir en boyaux dans les tranchés.

Un hommage pour ces hommes qui n’auraient jamais imaginé la France d’aujourd’hui.

Celle qui est tant méprisée par tous ceux qui ont oublié ses racines et par tout ceux qui ne voient en elle, qu’un vulgaire porte monnaie.

Tu es parti depuis longtemps mais j’ai honte de moi grand-père.  Comme bien d’autres aujourd’hui, trop rares citoyens de ce monde, qui nous nous trouvont ce matin devant les monuments aux morts de nos villages, de nos villes et qui n’ont pas oublié vos sacrifices mais qui, trop souvent désormais, oh Dieu quel sacrilège, se demandent avec douleur: pourquoi?

Puisse donc que cette France, notre belle et fière France redevienne ce qu’elle a été pendant des siècles et des siècles. Amen.

Gérard Brazon

Le Clairon

Le clairon sonne au loin, forçant  les fatigues.
Des regards morts sur des visages meurtris
Se lèvent, affirmant le doute, l’incompris.
Des larmes s’écoulent rompant l’immense digue.


C’est un soleil et non le temps d’une boucherie
Qui, ce jour, se lève. Des ombres s’avancent,
Le long des tranchées de la désespérance.
De la terre, s’ouvrent des bouches noires de carie.


Le clairon balaye les frontières de mort.
Des cris et des rires venant de l’ennemi,
Se mêlent aux joies de tous nos soldats amis.
Oubliée la haine, le désespoir et les torts.


Des tranchées sortent des hommes vivant sous terre,
L’uniformes invisibles, ils regarde le ciel.
Le clairon sonne la fin des combats. Si fier.
Redonnant la vie, face au monde fou et cruel !


Les hommes titubent. L’officier devient le frère.
Les larmes écoulant le trop plein de haine
Les rancunes, les frères morts laissés en terre
La guerre est finie. La paix entre en scène.


Ils reviendront dans leurs foyers ces gueules cassées
Ces soldats d’une guerre civile. La grande guerre !
Guerre ou l’Europe entière s’est suicidée
Apportant un siècle de lutte et de misère.


Le clairon sonne la fin des combats, la paix !
L’avenir porte un nom. L’espoir d’une autre vie!
Une vie qui retrouve un prix. Souvent oublié!
Ce jour à un autre goût. La guerre est finie

Gérard Brazon