Francaisdefrance's Blog

29/07/2011

Et si les victimes d’Oslo avaient été de confession musulmane ???

Eh bien, c’est clair: le terrorisme aurait radicalement changé de camp… Et l’on se serait trouvés dans la logique de l’arroseur arrosé; c’est tout. Mais nous n’aurions pas fini d’entendre les pleurnicheries habituelles; et l’appel à la haine de l’Occident. Mais ça, nous y sommes déjà habitués, sans prétexte aucun…

FDF

.

Qu’est-ce que cela aurait été si les 76 victimes norvégiennes avaient été musulmanes !

Mort aux « infidèles » !!!

En France, à Nanterre, dans la nuit du 26 au 27 mars 2002, à la fin d’un conseil municipal, un homme de gauche, passé par le PS, les Verts et la Ligue des Droits de l’Homme, Richard Durn, tire méthodiquement sur chaque membre du conseil municipal. Il en tue 8, en blesse 19, dont 12 garderont des séquelles irréversibles. (1) Dans une lettre envoyée à une amie, il explique ses motivations : « Puisque j’étais devenu un mort-vivant par ma seule volonté, je décidais d’en finir en tuant une mini élite locale qui était le symbole et qui étaient les leaders et décideurs dans une ville que j’ai toujours exécrée » Il expliquait, dans ce courrier, vouloir tuer le maire, puis « le plus de personnes possibles » avant de se tuer ou d’être tué. « Je vais devenir un serial killer, un forcené qui tue. Pourquoi ? Parce que le frustré que je suis ne veut pas mourir seul, alors que j’ai eu une vie de merde, je veux me sentir une fois puissant et libre ». Il se suicidera le lendemain, se défenestrant, lors d’un interrogatoire de police.

Immédiatement, Libération titrera, à quelques semaines du premier tour des présidentielles : « N’exploitez pas Nanterre ! ».

Le 14 juillet 2002, un homme, Maxime Brunerie, tire un coup de feu sur Jacques Chirac, à plus de 200 mètres, et est rapidement maîtrisé. Immédiatement, son appartenance supposée au groupe « Unité radicale » est mise en avant. Ce groupe est rapidement dissous, et ses leaders longuement interrogés par les forces de l’ordre. Bien qu’aucun texte de ce groupe – aux propos par ailleurs souvent fort discutables – ne fasse appel à ce type de violence, bien que Brunerie ait agi seul, bien qu’il n’ait jamais été adhérent d’Unité radicale, ce que son livre « Une vie ordinaire » confirmera, l’amalgame sera systématiquement pratiquée. Certains leaders d’Unité radicale, comme Fabrice Robert, créeront par la suite le « Bloc Identitaire ». Lors du fameux apéro saucisson pinard, 8 ans plus tard, nombre de journalistes, systématiquement, feront le lien avec les Identitaires et Maxime Brunerie : Brunerie = Identitaires = tentative d’assassinat de Chirac. Curieux deux poids deux mesures, n’exploitez pas Nanterre, mais servez-vous sans retenue de Brunerie…

Suite et source: http://tinyurl.com/3wtutvb