Francaisdefrance's Blog

30/12/2011

En Ouganda, on attaque les évêques chrétiens à l’acide !

Si vis pacem, para bellum…

(Si tu veux la paix, prépare la guerre)

Là, je sors de mes gonds. Depuis le temps que je bouillonnais tout seul dans mon coin… Alors, j’ai quelques mots à dire aux musulmans:

Ne nous cassez plus les pieds avec votre « religion » d’amour, de paix et de tolérance… Faites le ménage dans vos troupes, d’abord.

Comment réagir face aux actes barbares de cette bande de demeurés musulmans qui se revendiquent de votre confession? Sinon par le dégoût et la haine.

Islamistes intégristes, vous ne nous faites plus peur; vous nous écoeurez de plus en plus. Attention à notre Riposte. Il n’y a pas bien longtemps, on nommait ça de la Résistance. Mais au vu de ces évènements de plus en plus fréquents et de plus en plus cruels de votre part, la Riposte va prendre le relai. Ce n’est pas une menace; c’est de la légitime défense.

Tenez vous prêts ou barrez vous. Vous avez encore le choix, mais plus pour bien longtemps…

Je prends souvent la température de ceux que vous opprimez et harcelez sans cesse; c’est montré d’un cran… « Chaud devant ! »

Une nouvelle croisade est sous-jacente… Et elle débutera chez nous, en terres chrétiennes, pour se faire la main.

FDF

.

L’évêque (protestant) Oumar Mulind, auparavant fils de cheikh mais aujourd’hui converti au christianisme a été attaqué à l’acide, la veille de Noël, le samedi 24 décembre 2011, à environ 10 km de Kampala.

Alors qu’il venait participer à la fête de Noël en compagnie de centaines de nouveaux convertis, des individus se faisant passer pour des chrétiens l’approchèrent, et l’un d’eux l’interpella : « Pasteur, pasteur ! ».

« Je me suis retourné, et il m’a versé un liquide sur le visage, pendant que d’autres m’en versaient sur le dos ».

Le pasteur Mulinde, attaqué à l’acide

le 24 décembre 2011.

Les assaillant se sont alors enfuient en criant : « Allahou Akbar !« .

L’acide a rapidement causé de graves ravages, les brûlures ne cessant de se répandre, de plus en plus profondément.

Grièvement brûlé, il est transporté sur le champs par un voisin à l’hôpital de Kampala, la gravité des blessures exigeant des soins spéciaux. Son visage, son cou et ses bras portent encore d’effroyables cicatrices noirâtres dues à l’acide. Il a en outre perdu un œil, tandis que l’autre est plus légèrement touché.

Selon une chrétienne de Baluku, la victime aurait besoin d’être transférés vers des hôpitaux plus spécialisés, sans quoi il risque de perdre ses deux yeux. »

« Je suis né dans une famille musulmane, mais j’ai bien fait de me convertir au christianisme » […] « J’ai mené une campagne d’évangélisation pacifique ».

« J’ai reçu plusieurs menaces, et cette dernière est la pire » […] « J’ai porté les marques de Jésus ».

Mulinde est marié, et père de six enfants, âgés de 14, 12, 8, 6 ans, ainsi que des jumeaux de 3 ans.

La police aurait arrêté un suspect, qu’elle n’a pas voulu nommer.

Mulinde n’en n’est pas à sa première épreuve :
Lorsque qu’il s’est converti au christianisme, sa famille la chassé à coups de gourdins et de machettes. Depuis, il a subis de nombreuses attaques qui ont bien failli lui coûter la vie.

En 1994, il manque de se faire tuer. Une flaque de boue ou il s’est étalé lui évite de peu une balle qui lui était destiné, et ses assaillants ce sont enfuit, croyant l’avoir tué.

En 1995, il est attaqué à coups de gourdins, mais parvient à s’échapper.

En 1998, il est à nouveau attaqué près de Jinja Kangulomila.

En 2000 à Masaka, un fonctionnaire soudoyé précisa l’endroit où se tenait une réunion, et des musulmans firent irruption dans la pièce, non sans avoir battu le pasteur Mulinde jusqu’à ce qu’il en perde conscience.

En 2001, à Busia, toujours lors d’une réunion, un musulman tente de le tuer à l’aide d’une épée.

en Octobre 2011, il avait reçu des menaces de mort … suite à quoi il avait déménagé.

Malgré, tout, il a juré de continuer la lutte jusqu’au bout.

Source: http://infos-meconnues.blogspot.com/