Francaisdefrance's Blog

06/12/2011

Le droit de vote aux étrangers: c’est pour dans DEUX jours…

Si le texte est approuvé au Sénat (qui a basculé à gauche, je vous rappelle), ça va être tendu en France … Ca devrait même chauffer…

Le PS est est à racler les « fonds de tiroir » pour les présidentielles. Si Hollande passe, ce sera grâce aux étrangers. La France doit être dirigée par des Français et c’est légitime !

Alors en 2012:


FDF

.

Nos belles âmes veulent accorder le droit de vote aux immigrés non-français, dans un premier temps aux élections locales… Avec l’espoir de récupérer leurs voix.
Or, il est clair que les immigrés  (« Français » ou étrangers) ne voteront ni droite, ni gauche. ILS voteront ethnique et religieux!
Souvenez-vous: avant le milieu du présent siècle, si nous laissons faire, ILS seront majoritaires.
Signez, transférez cette pétition… En attendant mieux.
.
Là:
Dans 2 jours, les sénateurs socialistes vont tenter de faire adopter par le sénat une proposition de loi constitutionnelle afin d’accorder le droit de vote et d’éligibilité aux étrangers non-ressortissants de l’Union européenne. Depuis quelques jours, l’UNI a lancé une pétition contre cette proposition. Celle-ci, a, d’ores et déjà, rassemblé plus de 36 000 signataires.
Nous n’avons plus que quelques jours pour nous faire entendre. C’est pourquoi, je vous prie de signer et de faire signer cette pétition contre le droit de vote des étrangers, mais aussi d’écrire, grâce à ce formulaire, au sénateur socialiste le plus proche de chez vous pour les inciter à ne pas voter ce texte.  
Je vous remercie pour votre mobilisation.
Olivier Vial
Président de l’UNI

Voici le texte de la pétition.

Pétition contre le droit de vote aux étrangers

Quelques heures seulement après avoir remporté la majorité au sénat, les socialistes annonçaient que leur première loi consisterait à accorder le droit de vote aux étrangers.

Cela risque, malheureusement, d’être chose faite dès le 8 décembre prochain ! A cette date, les sénateurs se prononceront sur une proposition de loi constitutionnelle, visant à accorder le droit de vote et d’éligibilité aux étrangers non-ressortissants de l’Union européenne résidant en France (n° 329, 1999-2000).

Refusons le cynisme socialiste

Avec la crise qui frappe la France, n’y avait-il pas d’autres priorités ? Était-ce réellement le débat le plus urgent ?

Pour les socialistes, il est évident que cela l’était ! Très cyniquement, ils ont fait leurs petits calculs. En juin dernier, la fondation Terra nova, organisation très proche du PS, publiait une note établissant la stratégie électorale de la gauche pour les prochaines élections. On pouvait y lire, notamment :

 » La France de la diversité est presque intégralement à gauche. L’auto-positionnement des individus révèle un alignement des Français d’origine immigrée à gauche – de l’ordre de 80-20. On retrouve des scores de cette ampleur dans les bureaux de vote des quartiers populaires. »

Les socialistes ont poussé encore plus loin cette analyse en établissant une véritable cartographie électorale en fonction de la nationalité des étrangers. Toujours dans cette note, on peut lire que le vote en faveur de la gauche  » se vérifie quelle que soit l’origine nationale. Il est le plus massif pour les Français d’origine africaine (tant sub-saharienne que maghrébine) et se renforce nettement pour la seconde génération par rapport à la première (de l’ordre de 10 points). La seule exception est la première génération d’origine asiatique, qui reste polarisée à droite par anticommunisme. »

Dès lors, on comprend mieux la détermination des socialistes qui ,en plus de proposer un tel texte au sénat, ont fait de cette proposition un point clé de leur projet présidentiel ! Ils espèrent ainsi se constituer une nouvelle clientèle électorale plus fidèle et plus facile à manoeuvrer que l’électorat populaire qui lui a tourné le dos.

Ne bradons pas la citoyenneté française qui s’incarne dans le droit de vote !

Malheureusement ce cynisme électoral risque de mettre à terre un des derniers fondements de notre modèle républicain. Depuis des siècles, la citoyenneté française s’incarne dans le droit de vote qui fait le lien entre la citoyenneté et la nationalité.

Accorder le droit de vote aux étrangers serait un coup de canif de plus dans notre modèle républicain déjà bien fragile !

Parce que nous ne pouvons pas accepter qu’un étranger qui n’a jamais souhaité devenir Français, en faisant l’effort sincère de s’intégrer, puisse, malgré tout, voter et être élu en France, nous devons nous mobiliser pour dire non au droit de vote des étrangers.

Nous n’avons que quelques jours pour faire comprendre à la classe politique française que le droit de vote doit rester conditionné à la citoyenneté et donc à la nationalité.

C’est pourquoi, je vous invite à signer et faire signer cette pétition contre le droit de vote des étrangers.

Aidez-nous également à faire signer massivement cette pétition en la diffusant à tous vos contacts.

20/01/2011

Enorme !!! La « tartufferie » de Sopo…

En 2005, Dominique Sopo, président de SOS Racisme tenait des propos similaires à ceux d’Eric Zemmour pour lesquels il le poursuit en justice aujourd’hui.

 

Extrait du livre “SOS antiracisme” (éditions Denoël), écrit en 2005 par le président de SOS Racisme, Dominique Sopo…

“L’exemple du traitement de la surdélinquance des étrangers et des jeunes issus de l’immigration est ici éclairant. Longtemps nié en France, ce phénomène n’en était et n’en demeure pas moins réel.[…] Nier une évidence, c’est s’interdire d’en offrir une analyse.”

Il existe en France, un antiracisme bien-pensant. Il est dangereux, car dévoyé. […] Il repose sur une relation viciée, dès le départ, entre d’”ex-colons” et d’”-ex-indigènes”. Il se nourrit principalement de cette culpabilité blanche. Il est une perpétuelle action de repentir. L’étranger ainsi canonisé, la béatitude peut suivre.” 4ème de couverture.

” Il faut souligner que dans la conception exotique de l’antiracisme, l’Etranger est privé de sa propre définition et d’une libre détermination. Il n’est plus un sujet agissant mai un objet de compassion. ” p 14

Le discours victimaire occupe pourtant une place loin d’être négligeable chez ceux qui se réfèrent au discours antiraciste. Il l’occupe d’autant plus qu’il est adossé à une lecture marxisante de la société : d’un côté les oppresseurs, de l’autre les opprimés.” P 22

Pour cela, les islamistes savaient pouvoir compter en Europe sur un allié de poids : la mauvaise conscience post coloniale. Le discours antiraciste fut alors dévoyé en prenant en compte cet élément majeur. Pour échapper à toutes critiques de leurs visées réactionnaires et de leurs stratégies d’influence, ces extrémistes entreprirent, en dénaturant profondément la philosophie et les mots de l’antiracisme, de dénoncer une “islamophobie” dont la moindre critique à leur égard aurait été le signe. ” p.78

Ces propos, sur le fond, ne sont guère différents de ceux tenus par Eric Zemmour pour lesquels il est poursuivi, notamment par SOS Racisme. L’UNI dénonce cette tartufferie et demande à SOS Racisme de retirer leur constitution de partie civile contre Eric Zemmour qui n’a fait qu’exprimer le même point de vue que le président de SOS Racisme en 2005.

Continuons notre mobilisation en faveur de la liberté d’expression

Depuis le début de la polémique suite aux propos d’Eric Zemmour, l’UNI a multiplié les actions en faveur du journaliste.. Vous avez été déjà plus de 82 000 personnes à signer notre pétition de soutien à Eric Zemmour. Aujourd’hui, nous devons dénoncer le double discours de SOS racisme en faisant connaître au plus grand nombre les écrits de leur président. Je vous invite à diffuser autour de vous ce message.

Source: UNI