Francaisdefrance's Blog

19/12/2011

La guerre de récession…

Encore une forte analyse de Gilbert Collard. Bien pensé…

FDF

.

C’est la guerre de récession, la France y entre !    Les journaux l’annoncent comme ils annoncent la météo,  la pluie, le vent, la froidure ; comme si la chose allait de soi et était la conséquence de l’air du temps, avec pour seul responsable le climatologue inconnu. L’état dégradé des banques, l’état chancelant du triple A, l’état  emphysémateux de l’euro, l’augmentation de tout : du gaz -4,3 %-, du chômage, de la pauvreté, du nombre de français -8 millions- qui ne pourront se chauffer, qui ne pourront se loger cet hiver sans abbé Pierre.

 Et pendant ce temps-là, la France des braqueurs institutionnels continue de piller les caisses ; ce qui ne l’empêche pas, à l’occasion, de faire la morale découpée en tranche de mortadelle médiatique pour le repas du 20 heures,  comme si rien n’était du Pas de Calais, des Bouches du Rhône, de Karachi, province balladurienne, des accords électoraux qui font verdir les roses et rosir les verts, d’un ancien président, hélas pour notre honte, condamné ; comme si de rien n’était du rapport accablant de la Cour des Comptes sur la gestion du comité d’entreprise de la RATP, sous contrôle de la CGT, qui loge ses indignations prolétariennes dans un château à Fontenay- lès-Brils et dépense 447 000 euros pour la fête de fin d’année… Le drapeau rouge teinté  dans le sang du Pétrus populaire !

 On comprend mieux, dès lors, la nécessité d’une subvention, en 2009, de 53 millions d’euros. Combien de pain pour les pauvres ?  Combien de tentes pour les sans-logis ? Chapeau, Thibaut du château, la CGT prend les prolos pour des blaireaux ! En tout cas, on sait maintenant où loger les sans-abris, une belle demeure leur tend les bras, sise à Fontenay-lès-Brils ; on y a de l’espace, de l’air pur, des plafonds hauts, et des caves pleines de pinard.

Vous me direz, il faut bien que les syndicats vivent, sinon qui nous emmerderait au moment de partir en vacances ? Sinon pourquoi l’Etat, c’est-à-dire chacun de nous, signerait chaque année un chèque de 4 milliards d’euros pour financer les  organisations de salariés, qui représentent en tout 8 % des leurs, les cotisations militantes représentant 3 à 4 % du budget ?

Ce qui veut dire que les syndicats français dépendent de l’argent public et représentent en réalité le vide du monde du travail, qu’ils savent seulement sonoriser…

Un rapport parlementaire  dévoilant les privilèges exorbitants accordés aux syndicats a été censuré par la droite combinatoire et la gauche schizophrène, afin que le peuple ne sache pas à quel point, en son nom, on  vole et on trahit.

Chut, il ne faut pas le dire, c’est du populisme… Comme si appeler la police au moment où les voleurs fracturent le coffre, c’était du délationisme ?

 Le journal Capital, qui n’a pas été démenti,  affirme, dans sa livraison de décembre, qu’on pourrait économiser, si on voulait toucher aux privilèges des  baronnets républicains, 80 milliards d’euros !

Et pendant ce temps, la France entre en récession, c’est-à-dire pour le peuple des pauvres dans encore plus de pauvreté, dans encore plus de froid, de faim, de peur. Qu’importe, Fillon se chamaille avec Dati pour la soupe, Rama Yadé, soudain, est sans domicile fixe électoral, Hollande, le regard apeuré sur son destin,  ignore les caisses socialistes du  pas de Calais ; Lang, héroïque, menace de griffer d’un ongle vengeur le visage immaculé de Montebourg ; Joly, enfin, jubile, Chirac est condamné, il y avait longtemps qu’elle n’avait pas bouffé du prisonnier ; Duflot, du balais, a eu sa circonscription en virant la sortante ;  Balladur attend l’heure du laitier avec inquiétude . Et un policier est mort, assassiné à la Kalachnikov ; mais est-ce bien sérieux, au milieu de tous ces problèmes ? Ah la colère…

 Enfin, l’ordre moral règne, l’UNEF, l’union des jeunes socialistes, SOS racisme, l’union des étudiants juifs de France, ont empêché Marine Le Pen de s’exprimer à Paris-Dauphine ! Et tout le monde a trouvé cela bien ! Même Sapin, le bien nommé à l’approche des fêtes, a dit « comprendre », qu’on porte atteinte à la liberté d’expression. Décidément, à gauche, ça sent le sapin pour la défense des libertés.

Ne nous quittons pas sur une mauvaise nouvelle : récession, certes, mais le Qatar veille… il sponsorise, n’écoutant que son grand cœur, des projets en banlieues

Source: http://www.gilbertcollard-leblog.com/

08/12/2011

Droit de vote des étrangers: seul, le Front National s’y oppose…

« L’extrême Droite »… Quel terme désuet. Ca se disait du temps de JM Le Pen, ça.

Il n’ y a pas d’Extrême Droite, en France. Il n’y a que la Droite, la vraie, la « nationale »… Celle qui ose proposer aux Français de conserver leurs droits républicains.. On se demande pourquoi certains s’y refusent…

FDF

.

Droit de vote des étrangers: débat à distance entre gauche et « extrême droite » au Sénat !

Le Sénat pour point de rassemblement commun, un horaire quasiment similaire, « l’extrême droite » et la gauche (Front de Gauche, Europe Ecologie-Les Verts et différents collectifs) ont donné de la voix ce jeudi midi afin d’apporter leur avis radicalement différent sur le droit de vote des étrangers extracommunautaires, débattu au palais du Luxembourg le soir-même.

La préfecture de police avait tout de même pris soin d’éloigner les deux camps, et ce sont les militants du Front national (FN) qui ont eu la meilleure place, juste en face de l’entrée du Sénat. En attendant Marine Le Pen, un écran diffuse des slogans («Soutenez la Révolution Bleu Marine», «Marine Le Pen est la seule à défendre la France») pour faire patienter les quelques dizaines de militants.

«La seule à être toujours contre, c’est Marine Le Pen»

L’un d’entre eux explique «qu’il faut montrer aux Français qu’on est là», inquiet de «la souveraineté qui disparaît». Un autre souligne «l’importance» du rassemblement symbolique, parce que, même si aucun élu FN ne siège au Parlement, «le découragement n’a pas sa place». La gauche, à l’origine de la proposition de loi, en prend finalement moins pour son grade que la majorité présidentielle, qui s’est déjà prononcée en sa faveur auparavant, ce qui fait d’ailleurs tiquer dans les deux camps.

«La seule à être toujours contre, c’est Marine Le Pen», assure l’un de ses soutiens alors que celle-ci finit par arriver sous les cris de «Marine présidente». Dans son discours public, la présidente du FN avance ses quatre arguments «pour dénoncer cette imposture»: seuls les Français doivent pouvoir voter, «la gauche cherche à se constituer un nouveau socle électoral», «les fondamentalistes islamiques se précipiteraient sur cette opportunité» et «Nicolas Sarkozy, véritable girouette électorale, peut encore changer d’avis».

«Le mouvement social doit soutenir le mouvement politique»

Marine Le Pen, «la plus couillue des candidats» face au «proxénète» Sarkozy, selon des militants, se retire ensuite après que la Marseillaise a été entonnée. «Bon ben voilà, j’espère que la prochaine fois, on sera dix fois plus nombreux», conclut une vieille dame. Pourtant, les militants du Front de Gauche, d’EELV et de plusieurs associations (SOS Racisme, Votation citoyenne, Unef, etc.), ne sont pas beaucoup plus, à quelques encablures de là, devant les grilles du jardin du Luxembourg.

Même si le vote positif des sénateurs en faveur du droit de vote des étrangers est acquis, les militants se défendent de vouloir assurer une contre-manifestation face à celle «des fascistes». «C’est toujours important que le peuple montre qu’il est présent, cela ne passe pas que par le vote», explique Aigline. «Le mouvement social doit soutenir le mouvement politique», ajoute la jeune militante du Front de Gauche.

«Un grand temps d’émotion, de plaisir, d’enthousiasme»

EELV est également bien représenté, avec la venue de Dominique Voynet et d’Eva Joly. La maire de Montreuil (Seine-Saint-Denis), qui évoque une cause «saine et juste», estime que la France «a vraiment intérêt à s’enrichir de l’apport» des étrangers, dont «beaucoup sont des militants» sur le terrain local. Pour la candidate à la présidentielle, il s’agit d’une «question de dignité» parce que c’est «reconnaître ce qu’est la France aujourd’hui». «Les étrangers font partie de notre communauté de vie, ce sont des citoyens qui participent», souligne Eva Joly, dont les plus fidèles soutiens portent des petites lunettes rouges en papier.

Du côté des sénateurs venus saluer le mouvement avant d’aller voter, c’est l’émotion qui s’impose. «Aujourd’hui, nous allons réparer cette injustice, des étrangers qui vivent, travaillent et payent leurs impôts ici doivent pouvoir voter pour ceux qui les représentent à la ville», déclare la sénatrice communiste Nicole Borvo, «émue et fière». Pour son homologue EELV Jean-Vincent Placé, ce débat est «un grand temps d’émotion, de plaisir, d’enthousiasme» et est symbolique de «la France qui accueille et de son ouverture sur le monde». Il risque surtout de refaire parler de lui encore longtemps.

Source: http://www.20minutes.fr/

12/07/2011

Un 14 juillet sous le signe du « vivre ensemble »…

Ceci rejoint un post précédent. Avec tout le fric piqué aux contribuables, SOS Racisme se permet d’ organiser une manifestation anti-républicaine le jour de NOTRE Fête Nationale… Avec la bénédiction de la mairie de Paris. Est-ce pour nous donner un avant-goût du défilé de l’armée Algérienne l’an prochain? Probable. On va aller y faire un tour, tiens…

FDF

Vivre ensemble…

.

SOS MACAQ !

La bienveillance de la mairie de Paris vaut à SOS Racisme, association à subventions publiques inversement proportionnelles aux cotisations de ses membres, d’organiser le 14 juillet prochain sur le Champ-de-Mars, une grande teuf, un feu d’artifice géant et un concert pour l’égalité promouvoir le racisme anti-blanc dont la phraséologie ne surprendra personne.

Au beau milieu de cette non-surprise-partie on trouvera un « village des associations ».

Bien fréquenté, évidemment.

Scoop : il y a déjà eu des singes sponsorisés par la gauche sur le Champ-de-Mars !

Scoop : il y a déjà eu des singes sponsorisés par la gauche sur le Champ-de-Mars !

L’ambition de ce concert géant et gratuit (synonyme de payé essentiellement par les contribuables) n’a rien pour surprendre : « Il vise à réunir tous ceux qui, face à une ambiance lourde, faite de libération de la parole raciste et de la stigmatisation de plus en plus décomplexée de fractions croissantes de la population, sont attachés au vivre-ensemble et refusent de voir se construire une société de la haine de l’autre, de la méfiance, de la peur et de l’aigreur. Ces dernières années ont en effet été marquées par une offensive qu’il est temps de stopper : l’offensive de tous ceux qui, face à leurs angoisses ou à leur cynisme, ont cru que le temps était venu de détricoter les conditions du vivre-ensemble et de pilonner les principes de l’humanisme le plus élémentaire. »

On ne sait plus trop où se situe la stigmatisation … mais ne soyons pas trop dialectiques, ce n’est plus à la mode, même à gauche.

En tout cas, se réuniront, à cette occasion, dans un village édifié pour elles, 60 associations, toutes meilleures pensantes les unes que les autres. Elles forment un vrai hit-parade des amies de la mairie delanoiste et de ses crédits libéralement dépensés : Fasti, FIDL, France Libertés, Paris Foot gay, Sos homophobie, Fête de l’Huma, Inter LGBT, UNEF, UEJF, Centre LGBT, etc … elles y sont toutes !

Au beau milieu de ces organismes politiquement irréprochables, nos lecteurs noteront avec amusement la présence de MACAQ qui, la semaine dernière encore, défrayait nos colonnes : voir ICI.

Ce singe, avec son pouce peu mobile, parviendra-t-il à « retricoter les conditions du vivre-ensemble » ? Cela mériterait un beau feu d’artifice, c’est sûr.

Source: http://www.delanopolis.fr/