Francaisdefrance's Blog

04/08/2011

Canal + vient en aide aux « pauvres » islamistes…

Il en faudrait peu pour que résilie mon abonnement… La dhimmitude atteint Canal +. Et ça m’étonnerait qu’il y ai beaucoup d’abonnés muzz à cette chaîne. Avec des conneries pareilles, il vont perdre un paquet d’abonnés qui, à leur tour, vont se sentir « heurtés » , voire même discriminés…

FDF

.

Canal +  aide les musulmans à traquer les vilains industriels qui mettent du porc dans les saucisses ou les bonbons : un reportage d’une utilité rare, qui passionnera à coup sûr les islamistes. Les Français payant leur abonnement préfèreraient sans doute des enquêtes sur les délocalisations, la décrépitude de l’Education nationale… ou les victimes du  totalitarisme islamique dans le monde.

canaldhimmi.jpg

Un consommateur Français à défendre pour Canal +

Voir l’émission

Source: http://www.islamisation.fr/

27/07/2011

En France, on traque les extrémistes… de Droite.

Mais surveille t’on les islamistes-intégristes-extrémistes-musulmans de la même façon ??? Car ce sont ces derniers, les plus dangereux pour la Nation. En outre, ils sont beaucoup plus nombreux que les groupuscules qualifiés de « nazillons » qui ne sont là que pour s’amuser…Il est certain qu’il est plus facile de surveiller et de traquer un gibier qui se laisse « plumer » facilement, habitué à être sans cesse sous les yeux scrutateurs des « défenseurs » d’une société en péril. Mais il vaudrait mieux ne pas se tromper d’ennemis…

FDF

.

Comment la France surveille ses extrémistes…

Entre 300 à 400 individus d’extrême-droite sont l’objet d’une attention particulière. Une centaine d’agents de renseignement spécialisés opèrent sur tout le territoire.

Au ministère de l’Intérieur, la police suit au sein des mêmes structures les extrémistes de gauche comme de droite.

Les enquêtes sont assurées par une centaine d’agents spécialisés de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI, ex-RG), rattachés à la sous-direction «subversion violente».

Une soixantaine d’agents travaillent au siège de l’agence à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), tandis qu’une quarantaine d’autres se répartissent sur le territoire national.

On les trouve notamment à Toulouse, fief historique de l’ultra gauche, mais aussi dans l’Est et le Nord, près des frontières belges et allemandes, où évoluent des groupuscules perméables aux idées de la droite radicale.

Paris dispose, de son côté, d’une section spécialisée d’une vingtaine de policiers, ex-RG, au sein de sa Direction du renseignement de la préfecture de police.

Tous alimentent et exploitent le fichier de renseignement «Cristina» sur les profils dits «inquiétants».

«On compte, selon les périodes, 300 à 400 individus identifiés comme proches de l’extrême-droite», estime un agent de la DCRI.

L’agence, confiée au préfet Bernard Squarcini, révèle que des groupes ont nécessité, ces derniers temps, une surveillance particulière, sans lien avec l’homme qui vient de s’illustrer en Norvège.

«Rien ne vaut le flair des agents expérimentés»

«Le cas Anders Breivik est ce qu’il y a de pire : il s’agit d’un terroriste isolé, donc difficilement détectable, comme ces islamistes qui font leur Djihad tous seuls», confie un policier.

Pour les repérer, «rien ne vaut le flair des agents expérimentés, doués d’un solide bon sens et curieux de nature», ajoute un commissaire des ex-RG.

La surveillance au jour le jour des éléments à risques s’effectue par un travail classique de suivi des déplacements, à l’étranger notamment, en liaison avec les services des pays «amis».

Dès que l’un d’eux se signale quelque part, une filature et quelques questions posées lors de discrètes enquêtes de voisinage permettent de prendre la température.

«Les écoutes administratives sont diligentées dès le premier signe d’une possible volonté de passage à l’acte», explique un enquêteur.

Car la police ne peut se permettre de «brancher» toute cette mouvance au quotidien. Une plateforme dédiée, à Levallois, épie les SMS et remonte les données de connexion des mobiles utilisés par ces individus, pour déterminer qui contacte qui et avec quelle fréquence.

La veille Internet moins contraingnante juridiquement

Les forums Internet, où ces extrémistes aiment à se retrouver, sont scrutés en permanence.

Cette pratique policière présente l’avantage de n’être pas encadrée aussi strictement que les branchements de lignes téléphoniques, contingentés et visés par Matignon.

La méthode se révèle d’autant plus payante que ces personnes sont obsédées par l’idée de laisser une trace dans l’Histoire.

Ce complexe les pousse à commettre des erreurs et, dans certains cas, à signer par avance leurs forfaits.

Internet reste toutefois un terrain de jeu très vaste et la multiplicité des sites rend vaines les tentatives de veille exhaustive.

«Il est certain que l’affaire norvégienne va conduire Paris à resserrer les mailles du filet autour de ces marginaux», confie un haut fonctionnaire, place Beauvau.

Des opérations préventives sont à prévoir dans les jours et les semaines qui viennent, histoire de maintenir la pression sur ces milieux qui ont tendance à «recruter» en période de crise.

Source: http://cafephilodedroite.blogspot.com/

25/05/2011

Le problème de la survie des Chrétiens en terres orientales…

Il est des pays où la christianophobie bat son plein. Mais on fait tout pour le cacher. En revanche, l’islamophobie est devenue un crime, un délit, punissable.  Comment en sommes nous arrivés là? Et comment rétablir l’équilibre??? Tout ce qui suit n’est néanmoins pas à prendre pour argent comptant.

FDF

.

Les Chrétiens du Proche Orient : inquiétudes et espérances

En quelques années, les conditions de vie et sécurité des Chrétiens orientaux se sont considérablement dégradée. Conscient du problème, le pape Benoît XVI a invité les patriarches et les évêques du Moyen-Orient à participer au Synode pour les catholiques du Moyen-Orient qui s’est déroulé à Rome, en octobre 2010.

A l’aube du 7éme siècle, alors que l’Islam commence à faire ses premiers adeptes à Médine et à la Mecque, l’immense majorité du pourtour méditerranéen est chrétienne. Les conquêtes arabes vont mettre un terme à cette unité et consacrer la division de la Méditerranée. De trait d’union, elle devient la frontière qu’elle est encore aujourd’hui.

Le monde musulman qui émerge alors au sud et à l’est de la Méditerranée n’est pas pour autant uniforme du point de vue religieux. Une part de la population, relativement importante en fonction des régions, va garder sa foi chrétienne et la perpétuer jusqu’à aujourd’hui. Cette situation est favorisée par le Coran qui prône la tolérance religieuse pour les « Gens du Livre ». Les autorités vont donc mettre en place le régime juridique de la dhimma pour les Juifs et les Chrétiens. En échange d’un impôt, la jizya, les « Gens du Livre » ont le droit de pratiquer leur religion, de bénéficier d’une certaine autonomie de gestion et d’exiger de leur souverain musulman une protection en cas d’agression. Par ailleurs, ils sont exemptés de service militaire et de payer la zakat, l’aumône que tous les musulmans  sont invités à offrir aux plus pauvres de leur communauté…

Suite et source: http://www.paxchristiwb.be/publications/analyses/les-chretiens-du-proche-orient-inquietudes-et-esperances,0000269.html