Francaisdefrance's Blog

03/06/2011

Depuis le temps que je préconisais la Légion pour nettoyer les « zones sensibles »…

Mais on a trouvé mieux. Reste à mettre en pratique… A problèmes extrêmes, solutions extrêmes !

FDF

Zones « sensibles », année 2011…

.

Nouvelle fusillade à Sevran : bientôt des « casques bleus » ?

Des CRS à Sevran (Seine-Saint-Denis) après la fusillade survenue le 21 mars 2011.

Des CRS à Sevran (Seine-Saint-Denis) après la fusillade survenue le 21 mars 2011. | Max PPP

« Crise extrême », « employés communaux (…) terrorisés ». Au lendemain d’une nouvelle fusillade à Sevran, le maire Europe-Ecologie Stéphane Gatignon fait part au Parisien de sa détresse face à la violence qui frappe sa commune. « Tant qu’il n’y aura pas d’évolutions de la loi, on ne pourra pas gérer la situation », regrette le Maire en réclamant une présence des forces de l’ordre « 24 heures sur 24 » : « Il faut des forces d’interposition des casques bleus, comme ceux qu’on envoie à l’étranger pour empêcher les belligérants de s’entre-tuer ».  Sevran, un thêatre de guerre ?Plusieurs fois, les tirs à balles réelles ont fusé dans la ville ces dernières semaines. Des fusillades sur fond de trafics de drogue, de réglements de compte et de batailles de territoire. Mercredi après-midi, des coups de feux résonnaient à Sevran aux environs du groupe scolaire Montaigne raconte Le Parisien, obligeant la direction de l’établissement à « confiner » les enfants à l’heure de la récré. Lundi, les enfants avaient déjà été privés de sortie et gardés à l’intérieur des salles de classe, par mesure de précaution.

Un hélicoptère en soutien
Une intervention policière d’envergure avait été menée au mois de mars dernier dans les halls d’immeuble de la commune, permettant de saisir de la drogue et des armes. « La pression sera maintenue avec des hommes au sol, des motards sur la voie publique et l’hélicoptère en soutien », avait alors déclaré le préfet Christian Lambert.Depuis, les Sevranais ont pris l’habitude d’entendre l’hélicoptère de la police tourner au-dessus de leurs têtes. « Ca ne suffit pas », brocarde le maire de Sevran malgré une présence policière renforcée et des CRS sur le terrain. « Il faut davantage pour empêcher un drame, éviter les balles perdues ». L’élu a dévelloppé sa pensée jeudi sur Europe 1, parlant d’une police au « format casque bleu ».

Source: lepost.fr