Francaisdefrance's Blog

06/09/2011

Un policier tire sur des fuyards ayant forcé un barrage: il fait l’objet d’une enquête interne…

Je ne vois vraiment pas pourquoi on diligente une enquête sur ce policier qui n’a fait que son devoir. On aurait peut-être préféré que son collègue se fasse percuter par la voiture de ces malades?  On n’est pas au bout de la « délinquance zéro »…

On continue à marcher sur la tête, en France.

FDF

.

Photo d’illustration.

.

Le policier tire à trois reprises sur les fuyards

Dimanche, au petit matin, à Toulouse, les occupants d’une voiture ont refusé de se soumettre à un contrôle de police. Le véhicule a démarré en trombe et un policier, craignant pour la vie de son collègue, a ouvert le feu pour tenter de le stopper.

Comme ils le font pratiquent chaque week-end, les policiers toulousains ont opéré, dimanche matin, vers 4 heures, un contrôle routier boulevard de La Marquette, entre l’hôtel Ibis et le pont du Béarnais.

Alors qu’une centaine d’automobilistes venaient de se soumettre sans problème à ce contrôle, une voiture de grosse cylindrée dont le conducteur allait à son tour être contrôlé, à subitement démarré et foncé sur le barrage que les policiers avaient dressé.

Les agents se sont aussitôt écartés pour ne pas se trouver sur la trajectoire du véhicule. Un des policiers, craignant que l’un de ses collègues ne soit percuté par les fuyards, a alors sorti son arme.

Loin de vouloir obtempérer, le conducteur n’a pas ralenti. Bien au contraire. Pensant son coéquipier en danger et voulant préserver son intégrité physique, le policier a ouvert le feu à trois reprises sur la berline qui ne s’est pas arrêtée et a poursuivi sa folle équipée avant de disparaître dans la nuit.

Les policiers engagés sur ce point de contrôle ont aussitôt alerté l’ensemble des patrouilles circulant en ville. Malgré la mise en place d’un important dispositif, ils ne sont pas parvenus à retrouver les fuyards.

Selon la police, les tirs n’auraient blessé personne. Les balles se seraient logées dans le coffre et dans une aile. Mais, tant que la voiture n’est pas retrouvée, il est difficile de savoir où elles ont précisément fini leur course. Toujours est-il qu’aucun blessé par arme à feu ne se serait présenté dans un hôpital de Toulouse et de sa région.

Un événement très rare

Une enquête a été ouverte dans le but d’identifier le conducteur du véhicule et l’homme qui l’accompagnait. Mais également pour déterminer les raisons pour lesquelles ces deux hommes ont refusé de se soumettre à ce contrôle. Le conducteur avait-il bu ? Lui et son passager étaient-ils en situation irrégulière ? étaient-ils recherchés ou venaient-ils de commettre un méfait ? Autant de questions que les policiers se posent.

Une deuxième enquête, interne à la police cette fois, va également être diligentée. « Elle visera à savoir si cet agent a tiré en état de légitime défense pour préserver l’intégrité de son collègue », explique un policier.

« L’utilisation de nos armes, comme cela vient de se produire, est exceptionnelle », souligne un policier.

Source: http://www.ladepeche.fr/