Francaisdefrance's Blog

09/09/2011

La charia se propage en Allemagne…


On pensait aisément que les Allemands ne se laisseraient pas envahir aussi facilement… Nous devons redoubler de prudence sur l’invasion islamique et prêter une attention particulière à tous les signes qui la démontrent. Et soyons prêts à la combattre; elle ne nous fera pas de cadeau…

FDF

.

Septembre 2011. La charia envahit l’Allemagne

im.jpg

Des tribunaux illégaux musulmans se créent dans toutes les grandes villes allemandes, des imams jouent les pseudo-juges, des musulmans les pseudo-médiateurs.

Plongée dans la violence et l’arbitraire de la  »justice » islamique hors la loi au 21ème siècle dans le pays de Goethe.


 L’offensive de la charia en Allemagne, la loi islamique, est bien plus avancée qu’on ne le pensait et les autorités allemandes sont impuissantes pour l’arrêter selon un livre récent sur la justice musulmane illégale dans ce pays.

Le livre de 236 pages intitulé des juges sans loi : les tribunaux islamiques illégaux mettent en danger notre constitution est écrit par Joachim Wagner, un expert légal allemand et ancien journaliste d’investigation pour ARD la chaine publique de télévision allemande. Joachim Wagner explique que des tribunaux islamiques fonctionnent dans toutes les grandes villes allemandes et que cette ‘’justice’’ parallèle est en train de détruire l’autorité de la loi en Allemagne. Wagner explique également que des pseudo-juges musulmans, en fait des imams, délibèrent sur des affaires criminelles en dehors des tribunaux légaux et sans la présence de magistrats ou d’avocats. Ceci avant même que les affaires ne soient portées devant les tribunaux allemands.

Les pseudo-juges musulmans s’arrangent pour que les accusés ne fassent pas de longues peines de prison et que les victimes reçoivent des compensations financières ou voient leurs dettes annulées ceci conformément à la charia toujours selon Wagner. En retour, il est demandé aux victimes de témoigner de telle façon que cela ne conduise pas à une condamnation des accusés.

Par ailleurs, même si la police allemande enquête sur les crimes les plus graves, des musulmans ‘’médiateurs’’, aussi appelés ‘’juges de paix’’, sont payés en parallèle par les familles concernées pour trouver ‘’une solution à l’amiable’’ et parvenir à un règlement sans aller devant les tribunaux allemands.

Répondant à une interview du diffuseur radiophonique allemand Deutsche Welle, Wagner explique que le politiquement correcte en Allemagne contribue à étendre le problème : ‘’J’ai récemment étudié 16 cas de crimes impliquant des musulmans en Allemagne. Dans 90% des cas, quand des musulmans médiateurs sont payés par les familles, les accusés sont acquittés par le tribunal allemand ou sont classés sans suite par l’accusation pour manque de preuve. C’est extrêmement inquiétant et cela jette un discrédit total sur nos tribunaux’’.

Et pour ne rien arranger, les magistrats allemands se réfèrent ou se soumettent de plus en plus souvent à la charia. Par exemple, le tribunal fédéral de Kassel a récemment soutenu la plainte de la deuxième femme d’un musulman mort pour qu’elle obtienne un part de la pension versée, sa première femme ne voulant pas la partager. Le juge allemand a décidé qu’elles devaient partager la pension.

Un autre cas du tribunal administratif en appel de Coblence a accordé à la deuxième femme d’un musulman irakien vivant en Allemagne le droit de rester dans le pays. Le tribunal a estimé qu’il aurait été injuste de renvoyer la femme en Iraq alors qu’elle était déjà mariée avec le musulman et qu’elle vivait en Allemagne avec lui depuis 5 ans.

Un juge de Cologne a décidé qu’un musulman iranien devait payer à son ex-femme une dote de 600 pièces d’or après leur divorce. Le juge s’est basé sur la charia appliquée en Iran. Le tribunal de Düsseldorf a prononcé un jugement similaire obligeant un musulman turc à payer une dote de 30 000 € à son ex belle fille.

En mars 2007, La juge Christa Datz-Winter du tribunal des familles de Frankfort a cité le coran dans un cas de divorce impliquant une musulmane de 26 ans d’origine marocaine. La musulmane était terrorisée par son mari marocain violent qui continuait à la menacer en dépit des autorités qui lui avaient ordonné de rester à distance. Le mari la battait et menaçait de la tuer. La juge Datz-Winter a refusé d’accorder le divorce sur le principe qu’une femme mariée avec un musulman devait savoir à quoi s’attendre. Dans sa décision, la juge s’est référée à la sourate 4, verset 34 du Coran où il est écrit ‘’qu’un musulman a le droit d’utiliser les punitions corporels contre une femme désobéissante, le musulman étant supérieur à la femme’’.

En février 2011, dans une affaire de la ville de Kiel au Nord de l’Allemagne, le tribunal fédéral du travail a statué qu’un musulman employé dans un supermarché pouvait refuser de toucher à de l’alcool selon ses bases religieuses. Le musulman refusait de remplir les rayons du magasin avec des bouteilles d’alcool opposant que sa religion lui en interdisait tout contact.

Dans une interview au magasine allemand Der Spiegel, Wagner décrit les tribunaux islamiques ‘’comme complètement étranger et incompréhensible aux magistrats allemands’’. Les imams pseudo-juges ne tiennent pas compte des preuves quand ils délibèrent. Et à la différence de la loi allemande, la question de savoir qui a commit une faute ne joue pratiquement aucun rôle’’.

Quand Der Spiegel a demandé pourquoi cela posait un problème lorsque deux parties opposées recherchaient un accord à l’amiable, Wagner a répondu ‘’que les musulmans médiateurs détournaient volontairement l’accord pour que les familles ne se retrouvent pas devant les tribunaux allemands en particulier pour les crimes. En fait, ils détournent à leur profit le monopole de l’Etat sur la résolution des cas de violence. Selon mon expérience, les conflits dans le monde islamique se terminent souvent par des menaces et des actes d’agression et c’est la famille la plus forte qui impose sa loi’’.

L’enquête de Wagner confirme largement un rapport publié par le ministère allemand de l’intérieure en 2009 avertissant que des groupes islamistes allemands veulent vivre sous la charia dans le pays.

Le livre de Wagner arrive pendant le débat en Allemagne sur l’immigration musulmane lancé en août 2010 lors de la publication du best-seller ‘’L’Allemagne court à sa perte’’. Ce livre brise le tabou sur les conséquences de l’immigration musulmane.

Écrit par Thilo Sarrazin, un banquier allemand longtemps membre du parti politique Social Democrat (SPD), le livre en est à sa 20ième édition. Il s’en est vendu plus de 1,5 millions d’exemplaires, en faisant le livre le plus lu en Allemagne depuis la seconde guerre mondiale. Le livre de Sarrazin a rencontré un succès énorme auprès des allemands ordinaires qui sont de plus en plus mal à l’aise face aux changements démographiques et sociaux dus aux millions de musulmans non intégrés dans leur pays.

Le président allemand Christian Wulff a tenté de désamorcer la bombe lancée par Sarrazin en disant que ‘’ l’islam fait partie de l’Allemagne’’ lors d’un discours sur le 20ieme anniversaire de la réunification  »parce que les 4 millions de musulmans vivent désormais ici ». L’Allemagne a la deuxième minorité musulmane en Europe après la France.

Un sondage de l’opinion a cependant montré un large soutien aux arguments de Sarrazin expliquant que les musulmans en Allemagne se coupent du reste de la population, ne parlent pas l’allemand et ne partagent pas les valeurs de l’Allemagne, de l’Europe et du monde occidentale.

Selon le sondage conduit par le journal Bild am Sonntag, 89% des personnes interrogées disent que les arguments de Sarrasin sont fondés. Pour eux, Sarrazin confirment ce que tout le monde pense.

La fondation Friedrich Ebert, un groupe de réflexion du parti politique SDP (centre gauche), a récemment publié une étude montrant que les allemands pensent que leur pays sera dominé par les immigrants musulmans. L’étude montre également que cette opinion n’est pas seulement réservée aux allemands rangés à l’extrême droite mais aussi à une grande partie du centre.

Une autre étude d’opinion ‘’Perception et acceptation de la diversité religieuse’’ conduite par le département de sociologie de l’université de Munster en partenaire avec le prestigieux institut de sondage TNS montre que seulement 34% des allemands de l’ouest et 26% des allemands de l’est ont une opinion positive des musulmans. Moins de 5% des allemands pensent que l’islam est une religion tolérante et seulement 30% approuvent la construction de mosquées. Le nombre d’allemands approuvant la construction de minarets et l’introduction de jours de congés musulmans dans le calendrier est encore plus faible.

Moins de 10% d’allemands de l’ouest et 5% d’allemands de l’est pensent que l’islam est une religion de paix. Plus de 40% des allemands pensent que la pratique de l’islam devrait être rigoureusement restreinte. Seulement 20% des allemands pensent que l’islam est adapté à l’occident et 80% des allemands sont d’accord pour dire que les musulmans doivent obligatoirement adopter la culture du pays.

Les politiciens allemands ont senti le vent tourner alors qu’ils s’étaient immédiatement distancés des propos de Tilo Sarrasin. La chancelière Angela Merkel a récemment déclaré que les racines de l’Allemagne sont judéo-chrétiennes. Elle a également déclaré ‘’qu’il fallait comprendre que des musulmans vivaient en Allemagne et que l’islam devait être en phase avec la constitution, et que la constitution s’applique, pas la charia’’.  

Mais Merkel s’est trompée car la charia s’applique déjà dans son pays indépendamment de la constitution. 

Source: http://revolteseneurope.over-blog.com/


06/01/2011

Les musulmans ne voudront jamais « s’intégrer »…

Ce n’est pas simplement que les musulmans « ne sont pas bien intégrés dans la population »; c’est qu’ils ne veulent surtout pas le faire… Quand tout le monde aura compris ça…

FDF

.

Le sentiment anti-islam progresse des deux côtés du Rhin.

Une étude à l’échelle européenne portant sur l’intégration des musulmans dans divers pays fait ressortir la progression de la méfiance envers les musulmans. Les résultats de l’enquête devraient inquiéter les dirigeants français et allemands alors que celle-ci fait ressortir que 60% des sondés en France et 75% en Allemagne estiment que les musulmans « ne sont pas bien intégrés dans la population.« 

L’enquête, menée par l’institut de sondage IFOP, fait ressortir une hostilité chez les sondés, aussi bien français qu’allemands. Ceux-ci sont près de 40% a estimer que l’Islam est une « menace » pour l’identité de leur pays. Le chiffre est quasi-identique dans les deux pays et posent de manière crue la question des modèles d’intégration.

La classe politique française ne s’est pas remise du soutien conséquent de nombreux français aux propos de Marine Le Pen, héritière présumée du parti d’extrême-droite Front National, jugeant la présence de certains musulmans dans les rues le vendredi, jour de prière, comme étant comparable à  » l’Occupation » allemande lors de la dernière guerre. Le sérail politique allemand est, quant à lui, en difficulté face au débat identitaire provoqué par les propos islamophobes d’un membre du conseil de la Banque Fédérale allemande, depuis poussé à la démission, Thilo Sarrazin, jugeant l’immigration musulmane comme la source des maux de l’Allemagne. La France connaissait une recrudescence du questionnement identitaire depuis le débat avorté sur  » l’identité nationale » lancé l’an passé par le gouvernement. L’Allemagne se trouve elle aussi, à son tour, plongée dans la polémique alors que le passé nazi l’avait jusqu’alors préservée de telles dérives.

Source: http://www.fenetreeurope.com/

27/12/2010

Le « pamphlet » anti-islam de Thilo Sarrazin…

Encore des pleurs. Mais à retardement, ceux-ci. Sur http://www.ajib.fr/, ça pique une crise sur une affaire qui commence à dater. Ah oui; c’est vrai: la communauté musulmane ne vit pas en 2010… Et avec ce livre de Thilo Sarrazin qui bat des records de vente car il étale des vérités au grand jour, ils devraient se poser les vraies questions, les muzz…

FDF

.

Allemagne : un pamphlet anti Islam fait fureur dans les librairies

Sorti en aout dernier, le pamphlet anti Islam intitulé « L’Allemagne court à sa perte » écrit par Thilo Sarrazin, un ancien agent financier de la Bundesbank et membre du parti socialiste allemand (SPD), figure parmi les meilleures ventes littéraires de Noël avec déjà 1,25 millions d’exemplaires écoulés, rien qu’en Allemagne. Un succès commercial qu’il a pu remporté en surfant sur la vague islamophobe, qui fait visiblement beaucoup vendre en Europe. Pour la classe politique allemande, cet ouvrage n’est rien d’autre qu’un pavé dans la mare.

Un ouvrage anti Islam qui bat des records de ventes en librairies…

Malgré le tollé retentissant que cet ouvrage avait suscité dès sa sortie à Berlin, le porte-parole de la maison d’édition DVA, Markus Desaga assure qu’ «En ce moment nous vendons chaque jour quelque 10.000 exemplaires ». Des exemplaires d’un livre dans lequel Thilo Sarrazin s’en prend de façon virulente aux Turcs et aux musulmans immigrés qu’ils considèrent comme « moins intelligents » du fait de leur faible niveau d’étude, et vivant majoritairement au crochet de l’État  selon lui.

Vieil homme de 65 ans au caractère provocateur, il déclare dans l’une de ses interventions médiatique : « Nous n’avons pas besoin de gens qui vivent des prestations sociales d’un pays qu’ils rejettent, qui ne se sentent pas concernés par l’éducation de leurs enfants, et produisent à la chaine des petites filles voilées. C’est valable pour 70% des Turcs et 90% des Arabes de Berlin »…

.

Suite dans la source citée plus haut.

10/12/2010

Assises internationales contre l’islamisation de l’Europe : J – 8 !

Défendre la laïcité, défendre les valeurs de notre civilisation!

.

Le compte à rebours est lancé pour les « Assises internationales contre l’islamisation de nos pays », premières du genre, qui se tiendront le samedi 18 décembre à Paris à l’Espace Charenton.

De 9 heures à 18 heures, des personnalités de plus de dix pays, et de sensibilités fort différentes, seront réunies pour clamer l’impérieux devoir de défendre, en France comme dans toute l’Europe, nos valeurs laïques et civilisationnelles.

L’agitation de groupes de pression musulmans, qui réclament l’interdiction de cette manifestation comme si nous étions déjà en terre d’Islam, montre bien l’importance de cette réunion, au cours de laquelle interviendront, parmi bien d’autres :

• Oskar Freysinger, conseiller national de l’Union démocratique du centre (UDC), chef de file du « Non aux minarets » en Suisse ;

• Tommy Robinson, porte-parole de l’English Defense League ;

• Renaud Camus, écrivain, président du Parti de l’In-nocence ;

• Elisabeth Wolff, écrivain autrichien poursuivi pour ses propos sur l’islam ;

• Michèle Vianès, féministe, laïque et républicaine ;

• Pierre Cassen, animateur de Riposte Laïque ;

• Fabrice Robert, président du Bloc identitaire.

Nous présenterons en détail dans les communiqués que nous publierons à partir du 6 décembre la personnalité de chacun des intervenants et vous tiendrons au courant de l’effervescence qui monte autour de cette journée qui s’annonce historique. Pour l’ensemble des associations organisatrices, les témoignages que livreront tous les intervenants, qu’ils soient français, européens ou extra-européens, doivent permettre que la parole se libère enfin, et que la réalité de l’offensive islamiste ne soit plus un sujet tabou.

• Un an après la votation suisse interdisant l’érection de minarets ;

• six mois après l’Apéro saucisson pinard à La Goutte d’Or ;

• quelques mois après la progression électorale du Parti pour la liberté (PVV) de Geert Wilders aux Pays-Bas et le foudroyant succès de L’Allemagne court à sa perte, le livre de Thilo Sarrazin :

La résistance européenne à l’islamisation s’organise !

Prix d’entrée : 10 euros

Espace Charenton – 327 rue de Charenton – 75012 PARIS De nombreux stands. En-cas saucisson-pinard sur place à midi.

Contact : assises.islamisation@gmail.com

Suivez-nous sur Facebook : http://www.facebook.com/pages/18-decembre-2010-Assises-internationales-sur-lislamisation/133304180056016

Les journalistes souhaitant couvrir l’événement doivent obligatoirement demander une accréditation presse à assises.islamisation@gmail.com

Associations et organisations s’associant à l’organisation de cet événement :

Résistance républicaine – Actions Sita – Free World Academy – Institut Européen de Socialisation et d’Education – L’Elan Nouveau des Citoyens – Bloc identitaire – Comité Lépante – Ligue du droit des femmes – Riposte Laïque – Vérité, valeurs et démocratie – Novopress – L’Ordre républicain – Liberty vox – Rebelles.info – Le Gaulois – Puteaux-libre – Union gaulliste – Drzz.info – SDF – L’Observatoire de l’islamisation – Parti de l’In-nocence – Ligue de Défense française – Cared – le Cercle Aristote – le Blog des gaullistes populaires

16/11/2010

Immigration: ça chauffe en Allemagne…

Le débat sur l’islam et l’immigration fait rage à Berlin!

Le débat sur l’islam en Allemagne menace de déraper alors que les responsables politiques se relaient pour critiquer le déficit d’intégration des musulmans étrangers.

Le pays, qui compte quatre millions de musulmans, est en effervescence depuis la sortie d’un livre d’un ancien membre du directoire de la Bundesbank, Thilo Sarrazin, qui considère que l’immigration sape les fondements de la société allemande.

Tentant de désamorcer un débat de plus en plus houleux, le président Christian Wulff a assuré début octobre que l’islam avait sa place dans le pays. Il a invité les Allemands à plus de respect et de solidarité envers les étrangers.

Mais ces propos ont suscité de vives répliques, des responsables insistant sur les racines judéo-chrétiennes du pays et appelant à mettre un terme à l’intégration de nouveaux immigrés issus de cultures différentes.

De nombreux responsables politiques et des médias mettent dans le même panier quatre millions d’habitants – turcs, arabes, afghans – détenant pour la plupart la citoyenneté allemande en leur attribuant des problèmes que la plupart n’ont pas.

« Les discours sur les musulmans en Allemagne ont tendance à prendre une forme de plus en plus hystérique », écrit Andreas Petzold, directeur de la rédaction de l’hebdomadaire Stern. « Il est lassant de voir cette avalanche de débats qui, au final, se concentrent sur l’islam. »

RESSENTIMENT

Une étude publiée la semaine dernière montre une montée des opinions antidémocratiques et racistes. Selon un sondage de la fondation Friedrich Ebert, proche du Parti social-démocrate (SPD), 58% des sondés estiment qu’il faut restreindre le droit des musulmans à pratiquer leur religion. Ils sont 55% à admettre « ne pas aimer les Arabes » contre 44% en 2003.

Dans son livre « L’Allemagne se détruit », Thilo Sarrazin écrit que les musulmans minent la société allemande, refusent de s’intégrer et vivent aux crochets de l’Etat. Sous la pression, ce responsable social-démocrate a dû démissionner de la Bundesbank mais continue de bénéficier d’un large soutien dans les sondages.

Le ministre-président de Bavière, allié d’Angela Merkel, Horst Seehofer, a renchéri en déclarant qu’il n’y avait plus de place en Allemagne pour de nouveaux immigrés issus de cultures différentes.

Soulignant des cas d’intimidation de jeunes écoliers allemands commis par des jeunes issus de l’immigration, la ministre des Affaires familiales, Kristina Schröder, a mis en garde contre une montée des sentiments anti-allemands.

La chancelière Angela Merkel a pour sa part assuré que la charia ne remplacerait pas la loi allemande, ce que personne n’envisage, et a estimé que les politiques visant à créer une société multiculturelle avaient échoué….

Suite et source: http://tinyurl.com/38we2sm

07/11/2010

Le combat de l’homme blanc continue !

L’Allemagne contre l’immigration…

 

Le débat sur l’immigration est beaucoup plus libre en Allemagne qu’en France. Ainsi, après les déclarations de l’ancien ministre socialiste du Land de Berlin Thilo Sarrazin (voir VDF 126), puis les propos du chancelier Angela Merkel (voir ci-contre), c’est maintenant au pays réel de s’exprimer. Selon une étude présentée le 13 octobre, l’islam paraît de plus en plus rejeté par les Allemands, « chez qui les idées racistes gagnent du terrain ».
Plus de la moitié des Allemands (58,4 %) estiment qu’il faut considérablement restreindre la pratique du culte musulman en Allemagne, d’après cette étude intitulée « Crise dans l’Allemagne moyenne », publiée par la Fondation Friedrich-Ebert, proche du Parti social-démocrate (SPD, opposition).
55,4 % des personnes interrogées disent en outre comprendre que, « pour certaines personnes, les Arabes soient désagréables ». Plus généralement, 34,3 % pensent que les étrangers ne viennent en Allemagne que pour profiter des prestations sociales.
« En 2010, on assiste à une augmentation sensible des prises de position antidémocratiques et racistes », a souligné l’un des auteurs de l’étude, Oliver Decker, à l’occasion d’une conférence à Berlin. La raison principale tient dans la crise économique et financière de 2008, assurent les rédacteurs de cette étude réalisée auprès de quelque 2.400 personnes âgées de 14 à 90 ans en avril 2010.
Les Allemands sont d’ailleurs 31,7 % à affirmer qu’en cas de situation tendue sur le marché de l’emploi, on devrait renvoyer les étrangers chez eux.

LE DÉBAT TOURNE À LA POLÉMIQUE

Toutefois, l’hostilité des Allemands pour les étrangers progresse tous azimuts : « Depuis plusieurs années, les Arabes étaient considérés comme un danger. Aujourd’hui ce sont les Turcs » (ils sont 2,5 millions en Allemagne). Le rejet de l’islam et des étrangers inassimilables est loin de ne concerner que les citoyens les plus patriotes et les plus sensibles à la préservation de leur identité. Selon Nora Langenbacher, de la Fondation Friedrich-Ebert : « L’extrémisme de droite (sic) n’est pas un phénomène en marge de la société (…). Bien au contraire, il est préoccupant de constater des prises de position d’extrême droite dans les couches médianes de la société : à l’est et à l’ouest, dans toutes les tranches d’âge (…), chez les femmes et les hommes ».
Le débat sur « l’intégration » des quelque quatre millions de musulmans – dont 45 % ont la nationalité allemande – a tourné à la polémique depuis la publication, fin août, du livre de Thilo Sarrazin.
Vilipendé par les responsables politiques – à commencer par la chancelière Angela Merkel –, Thilo Sarrazin a reçu le soutien d’une majorité d’Allemands. Sur une population totale de 82 millions d’habitants, environ 16 millions sont des immigrés ou d’origine étrangère.
A l’inverse, le président fédéral Christian Wulff, membre de l’Union démocratechrétienne (CDU), a été durement critiqué pour avoir affirmé, début octobre, que l’islam faisait désormais partie de la culture allemande.

Bonus: DISCRIMINATION
Le racisme anti-blanc
serait-il permis ?

Le 8 octobre, l’Agrif a été déboutée par le tribunal correctionnel de Paris des poursuites qu’elle avait engagées contre la présidente d’Areva, Anne Lauvergeon, pour provocation à la discrimination.
L’Alliance générale contre le Racisme et pour le Respect de l’Identité française et chrétienne reprochait à la patronne d’Areva des propos tenus dans un reportage diffusé lors du journal télévisé de France 2, le 16 octobre 2009. Anne Lauvergeon, intervenant en marge du quatrième « Women’s Forum » (Forum des femmes) organisé à Deauville, avait déclaré : « A compétences égales, eh bien désolée, on choisira la femme, ou on choisira autre chose que le mâle blanc pour être clair ».  

UNE NOUVELLE PLAINTE
L’Agrif soutenait qu’Anne Lauvergeon avait ainsi démontré son intention de « pratiquer chez Areva une discrimination à l’encontre de ce qu’elle appelle “le mâle blanc”, c’est-à-dire sur un critère racial ». Le tribunal estime que, « si de telles prises de position, aussi brutalement exprimées, peuvent susciter la controverse, elles relèvent cependant incontestablement d’un débat public d’intérêt général largement entretenu depuis plusieurs années dans les secteurs d’opinion les plus divers. »
Annoncer que l’on va discriminer les Blancs relèverait donc « d’un débat public d’intérêt général ». Mais annoncer que l’on entend discriminer les Noirs ? Poser la question, c’est y répondre… Aux yeux des magistrats, Anne Lauvergeon n’a eu aucune « volonté de stigmatiser un groupe de personnes », ni « l’intention de susciter à leur égard un sentiment d’hostilité ou de rejet ». Considérant que l’infraction n’était « pas constituée », le tribunal a relaxé tant France 2 que la patronne d’Areva. En résumé, Madame Lauvergeon dit A, mais le tribunal nous assure qu’en fait elle pense B.


Bernard Antony (photo), pugnace président de l’Agrif, a décidé de faire appel de cette décision. Et une autre plainte est toujours en cours : celle déposée en son nom propre par Fabrice Robert, président du Bloc identitaire, auprès du procureur de la République de Lisieux.

Le combat de l’homme blanc continue !

Source: http://www.vdfr95.com/Journal127/tribune_127.htm

11/10/2010

Fermer les portes de l’Allemagne aux immigrants musulmans…

Thilo Sarrazin fait des émules…

FDF

.


Une nouvelle controverse ravive le débat sur l’immigration en Allemagne suite à la déclaration de Horst Seehofer, le premier ministre de l’État de Bavière, (membre de la coalition d’Angela Merkel) qui a dit que l’Allemagne ne devrait plus accepter d’immigrants arabo-musulmans. Juste après la rencontre du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan avec la chancelière Angela Merkel à Berlin, où elle a réaffirmé que les négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE restaient “ouvertes mais sans aucune garantie,” Seehofer a appelé à empêcher dorénavant, certains groupes d’immigrer en Allemagne.

“Il est clair que les immigrants en provenance de milieux culturels différents, comme la Turquie ou les pays arabes, ont des difficultés,“ a-t-il dit au magazine hebdomadaire Focus News. “Ce qui m’amène à la conclusion que nous n’avons pas besoin de plus de migrants en provenance de ces milieux culturels.”

Lors d’une conférence régionale du parti, M. Seehofer a également déclaré que le concept du multiculturalisme du Parti des Verts avait échoué. “La réalité nous montre que le multi-culti est mort “ dit-il.

L’opposition demande des excuses

Les remarques de Seehofer font couler beaucoup d’encre.  Le leader parlementaire du Parti Vert, Renate Kuenast, a accusé M. Seehofer du populisme de droite et a exigé des excuses.

Ehrhart Koerting, le ministre  de l’Intérieur de la Etat-ville de Berlin, qui est social-démocrate , a accusé Seehofer de «stigmatiser» certains immigrants et de compromettre la paix intérieure.

Les membres de la coalition d’Angela Merkel, composée de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) et de l’Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU), ont exprimé des réserves sur les commentaires du leader bavarois.

[…]

Débats en cours

Depuis août, le débat fait rage en Allemagne après  que Thilo Sarrazin, de la Banque centrale, a du démissionner après avoir déclaré que le pays devenait  plus “bête” à cause  des immigrés musulmans peu instruit et improductifs, et de leurs enfants.


Source : DW-World.de

Extraits traduits par Bivouac-ID.

Source:  http://www.bivouac-id.com/2010/10/10/le-premier-ministre-bavarois-veut-fermer-les-portes-de-lallemagne-aux-immigrants-musulmans/

07/10/2010

Affaire Sarrazin: Le passé nazi a-t-il immunisé le pays contre populisme et xénophobie?

Le syndrome Sarrazin plane sur l'Allemagne

Thilo Sarrazin prédit la disparition de la culture allemande.   REUTERS

Un pamphlet jette le doute…

Parmi les pays européens, l’Allemagne est souvent présentée comme un cas particulier: son passé nazi l’aurait durablement vaccinée contre le virus populiste. Est-ce si sûr? Une nouvelle formation politique, die Freiheit (la Liberté), jusque-là obscure, a bénéficié d’un coup de projecteur, le 2 octobre dernier, avec la visite de soutien que lui a rendue à Berlin Geert Wilders, un leader néerlandais hostile à la présence de l’islam dans son pays. Le groupuscule entend livrer un combat semblable et se pose en porte-étendard de la défense de la démocratie.

Or c’est aussi le thème d’un livre paru à la rentrée. Deutschland schafft sich ab (L’Allemagne court à sa perte) est un pamphlet de quelque 400 pages écrit par Thilo Sarrazin, ex-membre du directoire de la banque centrale allemande. Le message de l’ouvrage, écrit dans une langue pseudo-scientifique, reste clair: puisque les immigrés – musulmans, en particulier – ne veulent pas s’intégrer et font plus d’enfants que les Allemands, soutient l’auteur, notre pays et notre culture disparaîtront tôt ou tard. En un mois, le brûlot s’est vendu à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires.

Membre du SPD (Parti social-démocrate d’Allemagne), Sarrazin explique qu’il n’a pas l’intention de créer une nouvelle formation politique. Pourtant, environ 20 % de ses compatriotes seraient prêts à voter pour lui s’il franchissait le pas, selon les sondages, et 60 % lui donnent globalement raison. Le SPD a entamé contre lui une procédure d’exclusion, mais de nombreux militants le soutiennent…

« Prendre au sérieux la menace islamiste »

« Les partis, de gauche surtout, ont laissé s’installer un malaise que l’on a préféré nier en raison de notre passé, décrypte Alice Schwarzer, célèbre féministe, auteure d’un livre sur le sujet et pourfendeuse du foulard dans les écoles. Il faut prendre au sérieux la menace islamiste, à l’origine de ce malaise. Sinon, c’est la droite populiste qui s’en empare, comme en Suède. »

L’establishment politique tente de trouver la parade. Conservateurs, libéraux et sociaux-démocrates rivalisent de propositions visant à faciliter l’intégration des 7 millions d’étrangers résidant en Allemagne (dont environ 4 millions de musulmans). « La crise de la société allemande n’est pas assez profonde pour qu’un parti populiste s’impose dans le paysage, estime Klaus-Peter Sick, historien associé au centre de recherches en sciences sociales Marc-Bloch, à Berlin. La reprise économique qui s’annonce marginalise les idées extrémistes. Et il n’y a pas de leader charismatique en vue. » Le charisme, ici, n’est pas toujours un avantage. Voyez Angela Merkel.

Source: http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/le-syndrome-sarrazin-plane-sur-l-allemagne_925135.html

15/09/2010

Thilo Sarrazin a voulu sonner le tocsin…

L’Allemagne ouvre le débat sur l’immigration. En France, ce n’est pas politiquement correct!

Partout en Europe, singulièrement en France et dans certaines villes, on n’aime pas les débats. Ceux qui dérangent et font bouger les lignes. Ceux des risques politiques et autres remises en causes des équilibres confortables.

Nous en avons l’habitude en France. Dès qu’une femme, un homme, un groupe déclare quelque chose de contraire à la doxa dominante, il est « diabolisé » immédiatement. S’il conteste, par ses écrits, telle ou telle position politique, il est fâcho ! S’il n’est pas dans la ligne, surtout horizontale et bien lisse, concernant l’islamisation du pays, c’est un islamophobe, et tout est à l’avenant. Pire, s’il a des mandats, des responsabilités on tentera et souvent on réussit à lui retirer peu à peu afin d’effacer la tache, (à défaut sur le drapeau dont ils n’ont rien à faire,) sur le bel écran blanc de leur sainteté politiquement correct. Cet femme, cet homme fait peur, « coupez lui la tête » hurle la reine et ses valets.

Bref, des femmes et des hommes qui disent la vérité dans notre société française ou dans certaines villes sont de facto, mis à mort pour les uns, mis de côté pour les autres.

C’est ce qui arrive à Thilo Sarrazin. Il a dit la vérité, il doit-être exécuté! Ce qui ne cesse pas de m’étonner, c’est tous ces complices de la manœuvre plus que douteuse. Les savonneurs de ponts ou de marches d’escaliers sont légions ! Ils avancent le sourire aux lèvres mais le couteau bien aiguisé pour le cas où.

J’ai beau en avoir conscience, le savoir pour l’avoir vécu, je ne cesse pas d’en être étonné, toujours surpris le plus souvent. Toujours cette naïveté devant l’homme, l’ami, la main tendue.

Je suis trop vieux pour guérir de cette « maladie » de la sincérité et de la franchise. Le « malade » est reconnaissable au fait qu’il considère la politique comme n’étant pas un jeu de dupes et que les amis de quinze ans et de trente ans ne sont pas forcément des planches à bascule. Et on dit que la France politique va mal. Ces « élites » manquent surtout de courage.

Gérard Brazon

Source: http://tinyurl.com/2744poc

.

De Valeurs Actuelles:

Le tollé suscité par les thèses polémiques de son livre « l’Allemagne court à sa perte » a obligé ce membre du conseil d’administration de la Bundesbank à se démettre de ses fonctions. Mais son pamphlet, qui a rencontré un vaste écho auprès de l’opinion, n’en a pas moins obligé l’Allemagne à ouvrir un débat sur l’immigration qu’elle avait jusqu’alors toujours refoulé.

Après avoir longtemps refusé de quitter son poste, Thilo Sarrazin a finalement annoncé, vendredi 10 septembre, qu’il demanderait à être déchargé de ses fonctions. Vivant désormais sous protection policière à la suite de menaces, il a expliqué sa démission en jugeant « qu’il était risqué, dans l’atmosphère actuelle, de m’opposer à l’établissement politique et médiatique tout entier », et l’a présentée, loin d’être un mea culpa, comme une simple « rétractation stratégique » qui lui permettra de « travailler sur les sujets qui [lui] importent réellement ».

Tout avait commencé avec la publication de son pamphlet l’Allemagne court à sa perte, le 30 août dernier. Cet ancien ministre des finances de Berlin, membre du conseil d’administration de la Bundesbank mais aussi du parti social-démocrate, le SPD, se penchait dans son livre événement sur le problème de l’intégration des musulmans en Allemagne. Thilo Sarrazin, qui n’en est pas à sa première polémique, a voulu sonner le tocsin : « Je ne veux pas que mes petits-enfants et arrière-petits-enfants vivent dans un pays à majorité musulmane où le turc et l’arabe seraient largement répandus, où les femmes porteraient des foulards de tête, où les journées seraient rythmées par l’appel du muezzin. » « Si j’ai envie d’entendre la prière du muezzin, je vais en Orient », ajoutait-il.

Quelques extraits de ses propos au vitriol : « les immigrants musulmans n’ont contribué en rien à la prospérité de l’Allemagne », « le taux élevé de fertilité de la communauté musulmane a réduit le QI général du pays », ou encore « les immigrants musulmans préfèrent toucher les allocations chômage plutôt que de travailler », et enfin « les Juifs partagent un gène spécifique » – propos qui a déclenché des accusations de racisme bien que, selonson auteur, il s’agissait de saluer l’apport de cette communauté à la prospérité allemande.

Ses propos ont évidemment déclenché une vague d’indignation en Allemagne. « Je trouve qu’avec ses idées, Sarrazin fait un grand honneur à Göring, Goebbels et Hitler. Il est dans la lignée spirituelle de ces messieurs », a déclaré le secrétaire général du Conseil central des Juifs, Stephan Kramer. Co-président des verts, le député d’origine turque Cem Özdemir a qualifié Sarrazin de « leader tribal du calibre de Ben Ladenabsurdes » et « complètement inacceptables ».

Pourtant, malgré cette réprobation politico-médiatique, Thilo Sarrazin, 65 ans, est gratifié d’un soutien non seulement de l’opinion, mais aussi d’une partie de la presse. Les 20 000 exemplaires du premier tirage de son livre se sont arrachés en quelques heures. De nombreux lecteurs du quotidien conservateur Frankfurter Allgemeine ont loué sa franchise. Dans un sondage organisé par le quotidien Bild, 51 % des personnes interrogées se disaient en grande partie d’accord avec ses propos, contre seulement 9 % qui les rejettent. Un sondage de la chaîne d’information continue N-TV a révélé que ses téléspectateurs approuvent Sarrazin à 96 %. Le quotidien Handelsblatt a estimé que les propos de Sarrazin sont certes trop forts, mais mettent en lumière une réalité : les ratés de l’intégration en Allemagne. L’hebdomadaire Stern a publié un article intitulé « Sarrazin a raison » ; quant à Der Spiegel, dans un numéro qui faisait sa une sur « Sarrazin, héros populaire », il expliquait que l’essayiste avait « crevé l’abcès ». Sur la chaîne ARD, celui-ci expliquait que 95 % des lecteurs qui lui écrivent le font pour lui dire qu’il ne va pas assez loin. Au cours de l’émission, 70% des téléspectateurs qui ont envoyé des messages exprimaient leur soutien à Sarrazin, a fait savoir l’animateur Reinhold Beckmann.

Le polémiste a même reçu un soutien musulman en la personne de la sociologue Necla Kelek, sociologue d’origine turque, que ses propos dénonçant les violences à l’encontre des femmes turques ont contrainte à vivre sous protection policière : « Thilo Sarrazin nous oblige, nous musulmans, à réfléchir à notre rôle en Allemagne. Il est ridicule de l’accuser de racisme, car l’islam est une religion et une culture, pas une race. Je partage ses inquiétudes quant au futur de l’Allemagne », a-t-elle affirmé, qualifiant encore Sarrazin de « citoyen responsable qui énonce des vérités amères »…

Thilo Sarrazin sera-t-il exclu du SPD ? Compte tenu de la réceptivité de l’opinion à ses thèses, cette issue semble problématique. Un sondage du journal Bild auprès de ses lecteurs conclut que 90% des personnes consultées estiment qu’il ne doit pas être exclu du parti social-démocrate. « Le risque […] est de faire du provocateur Sarrazin un martyr », estime un élu du SPD, tandis que Sigmar Gabriel, président du parti, reconnaît avoir « reçu de sa base énormément de courrier protestant contre l’exclusion prévue » du trublion. Alors que beaucoup l’y poussaient, et que des sondages commençaient à mesurer son audience, estimée à près de 16 %, Thilo Sarrazin a exclu de fonder son propre parti, qui aurait pu occuper le créneau populiste, à ce jour déserté en Allemagne. Il entend demeurer au SPD malgré la condamnation de ses propos par celui-ci : « Un catholique convaincu ne quitte pas l’Eglise catholique parce que le pape actuel ne lui plait pas. »

Quoi qu’il en soit, la polémique a déjà obligé la classe politique à se pencher sur la question de l’immigration qu’elle avait jusqu’alors prudemment esquivée, se réfugiant derrière la façade rassurante d’une société multiculturelle symbolisée par son équipe de football. Mais il y a deux ans, s’adressant à la communauté turque de Cologne, le premier ministre turc Erdogan avait choqué en mettant en garde ses compatriotes contre l’assimilation, qu’il avait assimilée à un « crime contre l’humanité ».  Dans la foulée de la polémique ouverte par Thilo Sarrazin, Angela Merkel a revendiqué de pouvoir « parler ouvertement » des problèmes posés par l’immigration « sans être pour autant soupçonnée de xénophobie ». Quant au ministre bavarois de la santé Markus Söder (CSU), il a estimé que « c’est aux immigrés de s’adapter », pas l’inverse : « Les crucifix ont leur place dans les salles de classe bavaroises, pas les foulards », a-t-il proclamé.

Philippine de Maigret et Laurent Dandrieu

09/09/2010

L’identité nationale, version allemande…

Sarrazin contre sarrazins?

FDF

.

9 septembre 2010

« Les Musulmans ne contribuent en rien à la prospérité de l’Allemagne et vivent aux crochets de l’Etat ». Telle, est, en substance, la thèse de Thilo Sarrazin, membre du directoire de la Bundesbank. En outre, ajoute-t-il, le taux de natalité quasi prodigieux de la communauté musulmane aurait un impact fâcheux sur le QI collectif des Allemands. Bref, « L’Allemagne se détruit », proclame Sarrazin dans le titre de son livre paru la semaine dernière et qui, d’ores et déjà, figure sur la liste des best-sellers d’Amazon outre-Rhin. L’ennui c’est qu’en raison de sa virulence, Sarrazin risque de rendre impossible un débat dont l’Allemagne a furieusement besoin – et qui rappelle beaucoup celui qui a tant de mal à émerger en France.

En quelques plateaux-télé, Sarrazin a donc conquis la gloire du brave type qui ose enfin dire à haute voix ce que la majorité silencieuse des autochtones pense depuis un certain temps. Il a été menacé physiquement par le groupe prétendument antifasciste « Antifa ». Et la classe politique allemande, à commencer par la chancelière Angela Merkel, n’a pas perdu de temps pour crier à l’outrage. Qualifiant les propos de Sarrazin d’« absurdes » et « complètement inacceptables », la nouvelle « dame de fer » de l’Europe a déclaré dimanche dernier, sur la chaîne télévisée ARD, qu’ils « divisaient la société allemande ». Le chef des Verts allemands, Cem Ozdemir, s’est carrément lâché, comparant Sarrazin à un « leader tribal du calibre de ben Laden ». De son côté le directoire de la Bundesbank, dont les membres n’ont jamais été sélectionnés pour leurs qualités professionnelles ou personnelles mais en fonction d’un dosage politique et régional, a demandé au Président allemand, Christian Wulff, la tête de Sarrazin. Un fait sans précédent dans la cinquantenaire histoire de cette très discrète institution, et un véritable casse-tête juridique qui suscite la perplexité des juristes du gouvernement. Mais il n’est pas certain que ce soit la première préoccupation de Sarrazin.

Une place à prendre à la droite de la CDU

L’Allemagne a changé. Et le docteur Thilo Sarrazin l’a compris. Mais il est loin d’être un loup solitaire. D’autres avant lui ont marché sur ses plates-bandes. Udo Ulfkotte, ancien conseiller du gouvernement Kohl et collaborateur régulier de la très respectable Frankfurter Allgemeine Zeitung, s’est fait remarquer pour avoir déclaré que « le tsunami de l’islamisation est en train de déferler à travers le continent européen ». Ralph Giordano, écrivain réputé et autorité morale, a estimé que l’Islam était une religion totalitaire. L’écrivain néerlandais Leon de Winter, connu en Allemagne grâce à ses contributions à l’hebdomadaire Der Spiegel, dit avoir identifié « le visage de l’ennemi », ajoutant, en termes plus sobres : « depuis les années 1960 nous nous trompions nous-mêmes en disant que toutes les cultures se valent ».

Pour la presse allemande, trois raisons expliquent son phénoménal pouvoir de séduction des masses.
Premièrement la « linguistique violente » de son livre, pour reprendre l’expression du chef du SPD, Sigmar Gabriel, s’avère correspondre aux attentes des Allemands. Si un sondage TSN Emnid réalisé pour l’hebdomadaire Focus révèle que deux tiers des Allemands rejettent la théorie de Sarrazin sur « l’abêtissement » général dû à l’accroissement de la population d’origine arabe ou turque, mais un autre sondage réalisé online par la chaîne d’information continue N-TV, révèle que ses opinions sont partagées par 96% des téléspectateurs. Et l’intéressé a affirmé sur la chaîne ARD que 95 % des lecteurs qui lui ont écrit estimaient qu’il n’était pas allé assez loin.

À lire le blog Politicaly Incorrect, on se dit en effet que les Allemands peuvent aller très loin et qu’ils y vont. « L’islam est une maladie mentale volontaire », « Il n’y a qu’un seul mot pour décrire l’islam : barbarie ! », « Il est vain de se colleter avec cette culture inférieure », proclament les auteurs anonymes des post, tout en traitant les musulmans tantôt d’« enculeurs de chèvres », tantôt de « souillons voilées ». On peut s’indigner, crier au racisme comme le font nombre de commentateurs. On peut également, avec le chroniqueur de Der Spiegel, regretter que le scandale détourne l’attention du problème réel: « Bientôt, tout ce qui devait être dit à propos de Sarrazin sera dit et lui même oublié. Mais quel homme politique aura le courage de s’engager à ce que chaque enfant de quatre ans vivant dans le quartier des immigrés de Neukolln aille à l’école ? »…

Suite et source: http://tinyurl.com/3yerpfp

03/09/2010

Quelle bande de cons! La Bundesbank se sépare de Sarrazin…

Encore une « belle » histoire de discrimination et de liberté d’expression… Ils n’ont rien compris, à la Bundesbank. Il va falloir leur expliquer que ce sont ceux d’en face, qui sont racistes… Ah oui, c’est vrai, ceux d’en face ont du fric…

FDF


03/09/2010


Thilo Sarrazin a publié lundi un pamphlet intitulé «L’Allemagne court à sa perte».

À l’unanimité, le directoire de la banque centrale a voté l’éviction d’un de ses membres pour mettre fin au scandale.


De notre correspondant à Berlin

« Cette fois Thilo Sarrazin, coutumier des déclarations xénophobes à l’emporte-pièce, est allé trop loin. Ses thèses racistes, développées dans son pamphlet publié lundi et intitulé L’Allemagne court à sa perte, lui auront finalement coûté son poste au directoire de la Bundesbank, la banque centrale allemande. Sarrazin s’était attiré les foudres de l’ensemble de la classe politique allemande, hormis les partis néonazis, après s’être illustré une nouvelle fois avec ses théories sur un «gène juif» et ses attaques au vitriol contre les immigrés musulmans.

Considérant que Sarrazin avait porté atteinte à l’image de l’institution gardienne de l’orthodoxie financière et symbole de fierté nationale à l’époque du deutschemark, le directoire de la Buba s’est prononcé hier à l’unanimité pour son éviction. La Buba a annoncé avoir transmis cette demande au président de la République allemande, Christian Wulff, seul habilité à renvoyer un membre du directoire de la banque centrale.

Mercredi, Wulff était sorti de sa réserve en affirmant que la Bundesbank «pouvait faire quelque chose afin que le débat (provoqué par les propos de Sarrazin) ne nuise pas à l’Allemagne, avant tout au niveau international». Le président devrait donc signer sans tarder cette demande de licenciement. L’«affaire Sarrazin» menaçait de compromettre les chances du président de la Bundesbank, Axel Weber, de succéder à Jean-Claude Trichet à la tête de la Banque centrale européenne (BCE), comme il l’ambitionne.

Juridiquement, la Buba peut s’appuyer sur le «devoir de réserve et de sérieux» auxquels sont tenus les membres de son directoire. Dimanche, la chancelière s’était dite scandalisée par des «propos absolument inacceptables témoignant d’un mépris pour certaines communautés de notre société». «Je suis certaine qu’il y aura des discussions à la Bundesbank sur ce sujet. Il ne s’agit pas seulement de questions monétaires : la Bundesbank est aussi un trésor national, en Allemagne comme à l’étranger», avait ajouté Angela Merkel, encourageant la Buba à agir rapidement.

Issu d’une famille d’immigrés

Responsable influent du SPD, ancien sénateur de Berlin en charges des finances de la capitale, Sarrazin, 65 ans, issu d’une famille d’immigrés huguenots, risque aussi l’exclusion du Parti social-démocrate. Le patron du SPD, Sigmar Gabriel, veut se débarrasser du provocateur qui brouille le message du parti de gauche sur l’intégration. Gabriel a reconnu avoir reçu ces derniers jours un flot de messages de soutien à Sarrazin de la part de la base du parti. «Je ne veux pas que mes petits-enfants et arrière-petits-enfants vivent dans un pays à majorité musulmane où le turc et l’arabe sont largement parlés, où les femmes sont voilées et où le rythme de la journée est déterminé par l’appel du muezzin», écrit notamment Sarrazin dans son livre. Depuis lundi, il ne cesse d’enfoncer le clou dans les nombreux talk-shows auxquels il est convié. Il s’est aussi illustré dans une interview au journaliste Michel Friedman, ancien responsable de la communauté juive allemande, qui lui a demandé d’identifier «le gène partagé par tous les juifs» . Sarrazin a mis un terme à l’entretien, traitant Friedman de «trou du c…». »

vu sur http://www.lefigaro.fr/international/2010/09/02/01003-20100902ARTFIG00731-la-bundesbank-se-separe-de-sarrazin-pamphletaire-raciste.php

01/09/2010

Allemagne: Thilo Sarrazin se dit soutenu sur ses propos sur les musulmans.

Bien. Il a mon soutien, aussi…

FDF

Thilo Sarrazin, membre du directoire de la Bundesbank dont les réflexions sur les immigrés musulmans défrayent la chronique en Allemagne, a fait état d’un très large soutien à sa théorie selon laquelle l’immigration saperait les fondements de la société allemande.

Lors d’un talk-show diffusé sur la chaîne de télévision ARD, l’économiste social-démocrate a déclaré lundi soir que les auteurs de 95% des appels et des lettres qu’il avait reçus estimaient que son livre, « L’Allemagne se détruit », n’allait pas assez loin dans le traitement des problèmes du pays.

Dans cet ouvrage, le plus controversé qu’on ait publié en Allemagne depuis des années, Thilo Sarrazin considère que les musulmans minent la société allemande, refusent de s’intégrer et vivent aux crochets de l’Etat. En vente depuis lundi, le livre semble en voie de devenir un best-seller.

Malgré les vives critiques formulées à son encontre par la chancelière Angela Merkel, la banque centrale et son propre parti, le SPD, Thilo Sarrazin, 65 ans, est gratifié d’un soutien mesuré dans divers éditoriaux de presse.

« Environ 95% des gens qui m’ont écrit disent que je ne suis pas allé assez loin », a-t-il dit sur ARD lorsqu’on lui a demandé pourquoi il cherchait à diviser la nation en laissant par exemple entendre que les immigrés « abêtissent » l’Allemagne.

Au cours de l’émission, quelque 70% des téléspectateurs qui ont envoyé des courriels exprimaient leur soutien à Sarrazin, a fait savoir l’animateur Reinhold Beckmann. Selon un autre sondage à ligne ouverte réalisé par la chaîne d’information continue N-TV, Sarrazin recueillait 96% d’opinions favorables.

Et d’après un sondage du journal Bild auprès de ses lecteurs, 90% des personnes consultées estiment qu’il ne doit pas être exclu du SPD. Le quotidien publie sur une demi-page des lettres de lecteurs favorables pour la plupart à Sarrazin.

PREMIÈRE LECTURE PUBLIQUE ANNULÉE

Dans son livre, Sarrazin écrit:

« Je ne veux pas que mes petits-enfants et arrière-petits-enfants vivent dans un pays à majorité musulmane où le turc et l’arabe seraient largement répandus, où les femmes porteraient des foulards de tête où les journées seraient rythmées par l’appel du muezzin. »

Suite et source: http://tinyurl.com/262tmn2