Francaisdefrance's Blog

19/02/2012

Soutien à Chistian Vanneste.

Je relaie ici un soutien de « Nouvelles de France » au député Christian Vanneste que l’on accuse de négationnisme un peu trop facilement… Heureusement qu’il ne porte pas le nom de « Le Pen »…

On musèle aussi l’Histoire, en France.

FDF

.

Bientôt plus le droit de rire, non plus ???

.

Madame, Monsieur,

Suite au procès en sorcellerie intenté au Député C. Vanneste, qui recoit desormais le soutien de personnalités de renom, voici le message que Nouvelles de France vous propose d’envoyer en un clic aux instances dirigeantes de l’UMP et, en copie, aux députés de la majorité :

***********************************************************************************************************************************************************************************

Monsieur le Secrétaire général,

Je suis profondément choqué par le traitement que l’UMP réserve à Christian Vanneste suite à ses propos controversés sur la déportation des homosexuels de France au cours de la Seconde Guerre mondiale. Cette attitude témoigne d’un grand mépris vis à vis de la vérité historique, de la liberté d’expression, et du dévouement dont a fait preuve Christian Vanneste pour soutenir l’action de la majorité présidentielle. Elle n’est que le reflet de la pression médiatique orchestrée par une gauche militante et revancharde dont l’UMP ferait mieux d’ignorer les oukazes et le sectarisme.

Monsieur Vanneste a peut-être fait preuve de maladresse dans ses propos, mais en aucun cas de négationnisme. Et seule la vérité historique compte. Or, Serge Klarsfeld comme de nombreux historiens de renom abondent dans le sens du député du Nord. Pierre Vidal Naquet n’a d’ailleurs pas mâché ses mots en déclarant en 2005 au Nouvel Observateur que « dire que Vichy a déporté les homosexuels n’est peut-être pas du révisionnisme, mais c’est un mensonge ». Les historiens Michel Celse et Pierre Zaoui, qui se sont penchés, dans leur ouvrage « Négation, dénégation : la question des triangles roses », sur la question de la déportation des homosexuels, rappellent même que « l’homosexualité, pour les mêmes raisons qui justifiait aux yeux des nazis qu’elle fut combattue dans les populations allemandes, n’avait pas à l’être au sein de populations non-allemandes, dont elle ne pouvait que contribuer à précipiter le déclin. Les homosexuels non-allemands ne furent expressément visés par la répression nazie qu’en cas de relations impliquant un ou des partenaires allemands ».

En revanche, la thèse de la déportation a été portée de façon militante par des individus sulfureux et controversés, tels Thierry Meyssan, aux côtés duquel il serait curieux que s’affiche le Secrétaire général de l’UMP !

L’histoire de cette douloureuse période est trop grave, trop sensible, pour être l’objet de méprisables récupérations communautaristes et de manipulations politiciennes. Le débat historique doit pouvoir s’exercer librement et sereinement en France sur ces questions, à l’abri des anathèmes.

C’est pourquoi je vous demande instamment de conserver à Christian Vanneste son investiture pour les élections législatives. Et je vous demande, tout aussi instamment, de résister aux scandaleuses pressions des divers lobbies communautaristes et médiatiques visant à expulser ce député de l’UMP.

Restant vigilant sur votre traitement de cette pénible affaire, je vous prie d’agréer, Monsieur le Secrétaire général, l’expression de mes sentiments distingués.

Ensemble, disons NON au terrorisme intellectuel

Défendons l’Histoire raisonnée contre les lobbies

SIGNEZ !>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> http://www.ndf.fr/poing-de-vue/15-02-2012/exigez-de-lump-quelle-garde-christian-vanneste#.Tzv88bEaORJ

MERCI DE FAIRE SUIVRE DANS VOS RESEAUX

07/03/2011

UN AVION PRÉSIDENTIEL DANS LA 4e DIMENSION…

J’ai récupéré ce papier très intéressant… Je le laisse à votre appréciation…

FDF

.

Dix ans après ses révélations sur les attentats du 11 septembre, Thierry Meyssan est reconnu comme un journaliste d’investigation de tout premier plan et pour la fiabilité de ses sources. Aussi, quand il avance qu’il y aurait eu de graves irrégularités sur la vente d’un avion présidentiel Airbus A319 d’une valeur de 32 millions d’euros, il n’est pas inutile de procéder à quelques simples vérifications, ce que nous avons fait.

Il en ressort de très troublantes anomalies qui tendent à accréditer les terribles hypothèses du fondateur du Réseau Voltaire, dont voici un extrait de l’interview (voir la vidéo complète à la fin de ce texte [1]) : « On a vendu deux avions (ndlr : 2 Airbus A319, F-RBFA, cn1484 et F-RBFB, cn1556) pour en acheter un gigantesque et très bien équipé. Je voudrais savoir qui a vendu ça et à quel prix ça a été vendu. Je voudrais savoir pourquoi cet avion (ndlr : F-RBFB, l’autre, F-RBFA a été vendu au Sénégal, la vente a été négociée avec Karim Wade, fils du président, ce qui a fait scandale dans ce pays aux finances exsangues) a, en définitive, atterri dans les mains de l’ami de Madame Alliot-Marie (ndlr : Aziz Miled) en collaboration avec le beau-frère du président Ben Ali (ndlr : Belhassen Trabelsi). Je pense que les contribuables français seraient intéressés de connaître la réponse. » (ndlr : Thierry Meyssan montre ici une solution efficace, la voie judiciaire, dont le droit du contribuable à s’opposer à la dilapidation du patrimoine national)

1. Le registre de la DGAC

Première vérification, première anomalie : les deux Airbus présidentiels ne figurent plus dans le registre officiel de l’aviation civile, pas même à la rubrique des immatriculations radiées. [2]

Les recherches avec les immatriculations peintes sur les carlingues des appareils (voir photos jointes) ne donnent aucun résultat. L’A319 immatriculé F-RBFA, appareil officiel de la Présidence française depuis 2002, aujourd’hui vendu à la Présidence du Sénégal, n’aurait-il donc jamais existé ?

L’A319 immatriculé F-RBFB, celui que Thierry Meyssan suspecte d’avoir été irrégulièrement cédé par Mme Alliot-Marie aux compagnies propriétés du clan Trabelsi, n’aurait, lui non plus, jamais existé. Il faut rechercher les appareils avec leurs immatriculations précédentes (F-GXFA et F-GXFB, quand ils appartenaient encore au constructeur Airbus Industries) pour les retrouver dans le registre officiel français. Surprise, ils y apparaissent avec la mention « vendu à l’étranger » depuis 2002.

Quelqu’un aurait voulu faire croire qu’ils n’auraient jamais appartenu à l’État français de 2002 à 2010 qu’il ne s’y serait pas pris autrement !

Première question : qui a donné des ordres en ce sens aux personnels chargés de tenir le registre de la Direction Générale de l’Aviation Civile ?

2. L’absence totale de transparence…

Suite et source: http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1238