Francaisdefrance's Blog

29/11/2011

Les détournements de procédure à l’origine de l’explosion des demandes d’asile politique !

On la paye cher, notre image de terre d’accueil. La France va bientôt être débaptisée. Les Français aussi…

FDF

Dessin: http://www.leblogdecoco.fr/

.

«Notre tradition du droit d’asile politique est en danger.» Vendredi, à Montauban (Tarn-et-Garonne), après avoir visité un centre d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada), le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, a dénoncé les «détournements de procédures» qui, selon lui, saturent la machine administrative, au détriment des personnes qui peuvent légitimement revendiquer le statut de réfugié politique en France. Il a aussi fustigé des «filières organisées» qui prendraient en charge les candidats à l’asile depuis leur pays d’origine, alors que leur demande, essentiellement motivée par des raisons économiques, est vouée à l’échec.

«Le nombre de demandes d’asile a augmenté de 55% ces quatre dernières années et pourrait atteindre les 60.000 demandes en 2011», alerte Beauvau . On trouve au premier rang des demandeurs des ressortissants du Bangladesh, mais aussi des Kosovars. Les révolutions arabes n’ont finalement guère eu d’incidence sur la demande d’asile en France.

L’Hexagone concentre, quoi qu’il en soit, à lui seul «20% de la demande d’asile en Europe». Il se situe, selon l’Intérieur, «à la deuxième place au niveau des pays industrialisés, derrière les États-Unis». Or, précise Claude Guéant, «on assiste à l’accroissement des demandes d’asile infondées». Ce qui se vérifie, dit-il, par la baisse constante des dossiers acceptés: à peine plus de 10.000 statuts de réfugié accordés en 2010, contre 11.500 en 2008. Quand hier l’administration donnait une suite favorable à plus d’un tiers des demandes, elle n’en accepte même plus un quart aujourd’hui.


Cliquez sur l’aperçu pour agrandir l’infographie.

Le système est totalement engorgé, avec un délai moyen de traitement des dossiers dépassant les 19 mois, soit 3 mois de plus qu’en 2008. Et ce malgré des recrutements conséquents dans les instances chargées de les instruire, à l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) et la Cour nationale du droit d’asile (CNDA).

Cette dérive a également un coût: le budget de l’asile a augmenté de 40% en deux ans, dépassant le demi-milliard d’euros en 2011. Du jamais vu depuis que cette procédure existe. Car il faut bien héberger et assister financièrement les demandeurs, logés, pour une large part, dans des hôtels, sachant que les places en centre d’accueil restent limitées à 21.000. Soit trois fois moins que le nombre de candidats.

Les quelque 270 centres d’accueil qui offrent ces 21.000 places connaissent eux-mêmes des situations très contrastées. Certaines plates-formes, comme Angers, Mulhouse, Dijon, sont submergées de demandeurs. Des «filières», parfois «rétribuées», assure Claude Guéant, les y orienteraient parce que le délai d’instruction des dossiers y est forcément plus long. «Il n’est pas normal qu’il y ait 800 demandeurs à Angers et seulement 40 au Mans!», protestait vendredi l’hôte de Beauvau.

Plan radical

Son plan pour sauver la situation se veut radical. D’abord, il va faire ajouter l’Arménie, le Bangladesh, la Moldavie et le Monténégro à la liste des pays «sûrs», c’est-à-dire des pays qu’il n’y a pas de raison a priori de vouloir fuir au titre de l’asile politique.

Pour mettre un terme à la mauvaise répartition des demandeurs, le placement sera géré par le préfet au niveau régional et non plus départemental. Avec 30% de places réservées en province pour accueillir les demandeurs de la région Ile-de-France, notamment, qui concentre 45% des demandes.

Par ailleurs, une loi déposée en janvier permettra d’écarter les demandeurs qui trichent ou refusent de coopérer avec les autorités, comme ceux, par exemple, qui «altèrent volontairement leurs empreintes digitales» pour échapper à une identification.

L’éloignement des candidats rejetés devrait également être facilité. «Les déboutés du droit d’asile sont des étrangers en situation irrégulière comme les autres», déclarait vendredi Claude Guéant. Pour l’heure, un haut fonctionnaire l’affirme: «Que le demandeur obtienne ou non le statut de réfugié, généralement il reste en France.»

Le coût de l’asile franchit le demi-milliard d’euros

Le budget de l’asile politique aura augmenté de 40% cette année,
pour dépasser, selon les prévisions, les 520 millions d’euros. Le poste budgétaire le plus élevé concerne l’hébergement des demandeurs d’asile: 334 millions. Un peu moins 40% des personnes sont placées dans des centres d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada). Elles touchent alors une allocation mensuelle de subsistance (AMS) calculée selon la composition familiale, les ressources de chacun et les prestations offertes par le centre d’accueil, comme la restauration par exemple. En 2011, l’AMS s’élèvera à 16% des 199 millions d’euros consacrés par l’État au fonctionnement des Cada, soit environ 32 millions d’euros. Ceux qui ne vont pas en centre d’accueil perçoivent une allocation temporaire d’attente (ATA), de 10,83 euros par jour, versée jusqu’à la décision accordant ou non le statut de réfugié. Le versement de cette aide a crû de 126% depuis 2009. Le coût de l’hébergement d’urgence, dans des hôtels notamment, est estimé à 135 millions d’euros en 2011 pour 20.000 places. Il a augmenté de 85% en trois ans.

Source: http://www.lefigaro.fr/

19/04/2011

L’immigration et les naturalisations : quelques chiffres pour rétablir la vérité…

Et une petite piqûre de rappel, une!!!

Et après on s’étonne d’avoir la vague impression de subir une invasion…

FDF

.

Action Française

édition du 29 septembre 2010

La France est un pays « petit » : petit au « moral », « petit » dans les ambitions, « petit » en tout pour faire simple. Un esprit « petit », « étriqué ». Par France entendez les Français… Souvenez-vous des paroles d’une certaine Carla Bruni dressant notre portrait : « « minables », « toujours de mauvaise humeur » et « négatifs », insistant pour que tout soit clair par un ferme : « Je ne suis pas Française du tout »… Pour « Bruxelles » ? C’est entendu nous sommes de la graine de nazillons. La preuve par « Roms » ! Loin de défendre les agités du bocal qui nous « gouvernent », nous tenons à mettre les points sur les « i » :

En 2008, la France était le pays le plus accueillant de l’Union européenne. 137 000 personnes ont reçu la nationalité française… Quelques chiffres bien plus édifiants…

Liberté Algérie (Jeudi 15 Juillet 2010) :

Algériens ayant obtenu en 2008 une nationalité européenne
88% ont choisi la nationalité française

En 2008, 696 000 personnes ont obtenu la nationalité d’un État membre de l’Union européenne (UE27). Ces chiffres issus d’une étude « http://ec.europa.eu/eurostat » Eurostat, l’Office de la statistique européenne, montrent un recul par rapport à 2007 (707 000 personnes). Selon cet office européen, la majorité des Algériens ayant demandé une nationalité européenne l’ont fait pour la nationalité française. Ils sont en effet quelque 88%, les demandeurs qui ont acquis la nationalité française, alors que le reste (12%) a opté pour d’autres pays.

Pour les Marocains, ils sont seulement 45% à avoir obtenu la nationalité française. Ces nouveaux citoyens européens proviennent à 29% d’Afrique, 22% d’autres pays européens en dehors de ceux de l’UE 27, 19% d’Asie et 17% d’Amériques du Nord et du Sud. Les pays les plus accueillants restent la France (137 000 personnes y ont acquis la nationalité française en 2008), le Royaume-Uni (129 000) et l’Allemagne (94 000). Proportionnellement à leur population, les pays les plus généreux en matière d’octroi de nationalité sont la Suède (3,3 octrois de nationalité pour 1 000 habitants) et le Luxembourg (2,5). Principaux bénéficiaires de ces nouvelles nationalités européennes, les Marocains (64 000), les Turcs (50 000), les Équatoriens (27 000), les Algériens (23 000) et les Irakiens (20 000).

NDLR: Récapitulons ces chiffres pour la seule année 2008 :
696.000 étrangers à L’Union Européenne ont obtenu la nationalité européenne.

La France est en tête avec 137.000 naturalisés (environ 20%), dont 88 % de 23.000 Algériens soit: 20.240, 45% de 64.000 Marocains = 28.800, viennent ensuite les Turcs et les Irakiens.

Lire aussi :

« La population étrangère résidant dans l’UE est hétérogène et bien plus jeune que la population nationale des États membres de l’UE

Les migrations jouent un rôle majeur dans la dynamique et la composition démographiques des sociétés européennes. Il importe donc d’étudier la composition et la démographie des ressortissants étrangers et des résidents nés à l’étranger, puisqu’ils représentent une part considérable de la population européenne. Au 1er janvier 2009, le nombre total de ressortissants étrangers résidant dans les États membres de l’UE s’élevait à 31,9 millions, soit 6,4 % de la population totale de l’UE. Plus d’un tiers d’entre eux (11,9 millions) étaient citoyens d’un autre État membre. L’analyse détaillée de la pyramide des âges distinguant nationaux et non-nationaux révèle que les ressortissants étrangers résidant dans l’UE sont plus jeunes. Cette publication présente les derniers chiffres disponibles sur les ressortissants étrangers et les résidents nés à l’étranger vivant habituellement dans les pays de l’UE, de l’AELE et dans les pays candidats au 1er janvier 2009, avec une ventilation par citoyenneté et pays de naissance »

.

La suite à « télécharger » sur : Eurostat

Lu sur Les Manants du Roi


source : voxfnredekker.canalblog.com

26/02/2011

Viens en France, cousin, frère, soeur…

On t’attend…

Et encore un PPS bourré de vérités… Ce n’est pas « tout neuf » mais c’est une excellente piqûre de rappel…
FDF

Lisez: De bonnes idées pour accueillir nos grands frères

23/02/2011

Rome craint l’arrivée d’immigrés libyens. C’est inévitable…

Inévitable, inéluctable et d’une logique implacable. Ca rassure un peu, en quelques sorte. Nous ne sommes plus tous seuls à être la poubelle du monde… Mais l’Italie n’est n’est qu’une étape, un gite provisoire. C’est en France; qu’ils veulent venir. Comme les autres. Notre réputation de terre d’accueil, nous allons la payer cher; très cher…
Depuis le temps que le Front National parlait de PROBLEMES d’immigration. Et qu’on l’accusait de racisme ainsi que d’autres diableries du même acabit.

C’est maintenant que l’on va se rendre compte que c’est véritablement un PROBLEME. Reste à souhaiter que les Français de souche vont enfin y croire…

FDF

.

L’Italie craint de voir affluer entre 200 à 300.000 migrants de Libye, selon l’un des scénarios étudiés mardi soir lors d’une réunion interministérielle sous la présidence du chef du gouvernement Silvio Berlusconi, qui s’est entretenu par téléphone avec Mouammar Kadhafi.

Le Palais Chigi, siège de la présidence du Conseil, a annoncé cet entretien avec le chef de la Jamahiriya libyenne dans un communiqué, sans plus de précision.

Selon l’agence Ansa, au cours de cette conversation qui a duré une vingtaine de minutes après l’intervention télévisée du leader libyen, M. Berlusconi a réaffirmé la nécessité d’une solution pacifique sous le signe de la modération pour éviter que la situation ne dégénère en guerre civile.

Rome craint également un afflux massif de migrants clandestins. Elle a conclu un accord avec Tripoli en 2008 qui prévoyait notamment la reconduite de migrants en Libye, et a permis, selon les autorités italiennes, de réduire de plus de 90% les débarquements de clandestins en Italie.

Selon l’un des scénarios étudiés mardi soir, il y aurait un risque de voir affluer jusqu’à 200 à 300.000 immigrés.

Par ailleurs, plusieurs navires de la Marine italienne sont en route pour la Libye et pourraient servir à l’éventuel rapatriement de ressortissants italiens, a indiqué l’agence Ansa citant des sources gouvernementales.

Selon ces sources, les navires resteraient à quelques heures des côtes libyennes, prêtes à devenir immédiatement opérationnelles.

Quelque 400 Italiens ont été rapatriés de Libye à bord de deux avions de ligne, a déclaré mardi soir le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini, ajoutant que 160 ressortissants italiens résidant hors de Tripoli étaient encore en attente de partir.

Le nombre de citoyens italiens résidant en Libye est évalué à 1.500.

La réunion réunissant autour du chef du gouvernement six ministres – Défense, Affaires étrangères, Intérieur, Développement économique, Travail et Emploi, Transport et Infrastructures – ainsi que le secrétaire d’Etat chargé des services secrets, est destinée à faire face aux conséquences politiques et économiques de la crise libyenne…


Suite et source: http://tinyurl.com/6avypn4

18/11/2010

Douce France…

Merci à Kaos de nous tenir au courant de ce qui se passe en France (terre d’accueil…) et que les médias « oublient » souvent de nous relayer… Vous pourrez constater qu’il a fait bon vivre en France en ce mois d’octobre dernier… Dormez tranquille.

FDF

.

Lire sur cet excellent blog à coller dans vos « favoris »: http://faitdiversfrance.wordpress.com/

20/10/2010

En 2009, 10.373 personnes ont obtenu le statut de réfugié en France…

En fait et mis à part le coût de la vie, il n’y a que ça qui augmente, en France. Et vive la diversité !!! On voit ce que ça donne. C’est comme la « préférence non-nationale » qui casse nos grèves en cassant du mobilier urbain, en autres… France: terre d’accueil…

FDF

.

Le coût de l’asile en hausse!

Le coût de l’asile augmentera de 3,6% en 2011 et consommera plus de la moitié du budget du ministère de l’Immigration qui s’élèvera à 591,5 millions d’euros en crédits de paiement, a annoncé mercredi Éric Besson devant la commission des lois de l’Assemblée nationale. 

« Le premier poste de dépenses du ministère reste bien évidemment l’asile, qui absorbe une part croissante de son budget, atteignant 56% des dépenses prévues pour 2011 », a indiqué le ministre en mettant l’accent sur une « nette accélération » de la demande d’asile depuis deux ans.

« Après plusieurs années de baisse, le nombre de demandeurs d’asile s’est accru de près de 20% en 2008 puis de 12% en 2009; il est encore en progression sur les 9 premiers mois de l’année (+8,5 %). Nous avions reçu 35.520 demandeurs d’asile en 2007. Nous en recevrons plus de 50.000 en 2010″, a détaillé Éric Besson.

En 2009, 10.373 personnes ont obtenu le statut de réfugié en France sur 47.700 demandes. Dans l’UE, 73% des 229.500 demandeurs ont été déboutés.

Source: http://tinyurl.com/27t7qnr


13/10/2010

Les chiffres de l’immigration décortiqués par Pierre-Louis HIKOUM…

En France, on est trop bons. Trop cons, aussi. Il ne faut pas venir nous plaindre. De toutes façons la gestion « démocratique » de notre pays ne nous le permet pas… Ci après un billet fort intéressant de Pierre-Louis HIKOUM.

FDF

.

Les chiffres secrets de l’immigration

Quantcast

Voilà peu a eu lieu l’examen du projet de loi sur l’immigration par l’Assemblée Nationale. Nous vous livrons ici les chiffres clés pour vous permettre d’appréhender de la meilleure manière possible le débat qui, soyez-en certain, va secouer la société et la presse pendant quelques jours.

L’ensemble des données qui vous sont ici exposées sont extraites du hors série « Le Cri du Contribuable » de juin 2010.

En France, pour des raisons que l’on n’ose donner ici, les différents gouvernements n’ont jamais autorisé les statistiques ethniques, entre autre pour les sujets touchant la sécurité. Avant toute chose, précisons que la notion « Ethnique » se dit d’un groupement de personnes possédant une structure familiale, économique et sociale homogène et dont l’unité repose sur une langue, une culture et une conscience de groupe commune. En Suisse, où de telles statistiques sont autorisées, on apprend que 80% des détenus sont immigrés, ils sont responsables de plus de 85,5% des viols et de plus de 50% des assassinats et crimes violents. La police danoise, elle, table pour son propre pays sur un taux de 70% des crimes et délits commis par des étrangers.

En France, plus de la moitié des étrangers qui arrivent sur notre sol le font au titre du regroupement familial, cela signifie qu’ils vont bénéficier d’allocations et d’aides diverses et variées de la part de l’Etat Français et de ses citoyens et ce sans aucune contrepartie puisque rien n’est demandé « en échange » à ces personnes. Les prestations sociales des familles immigrées représenteraient 14% de leurs revenus contre moins de 5% pour les familles autochtones.

L’ONU indique dans un rapport que ce sont près de 18 millions d’Africains qui sont candidats au départ pour l’Europe mais les associations d’aide aux clandestins, confites d’humanisme au péril de notre propre survie, ne sont pas conscientes que nous n’avons plus ni les moyens ni la place pour les accueillir !!! D’année en année le nombre de personne arrivant sur notre sol augmente, que ce soit de manière légale ou illégale.

Et en 2009 se sont près de 42700 personnes qui ont fait une demande d’asile en France, soit une augmentation de 12% par rapport à l’année passée. Notre pays est le 2ème pays du monde de destination des demandeurs d’asile après les Etats-Unis d’Amérique (49020 demandes) mais très loin devant le Canada (33250 demandes).

Lorsque l’on sait qu’un peu plus de 10.000 de ses demandeurs seront régularisés, cela signifie que près de 32.000 autres deviendront par effet mécanique des clandestins sur notre sol. Dans un précédent article j’indiquais que seulement 3 % des Arrêtés Préfectoraux de Reconduite à la Frontière sont exécutés, comprenez donc que seulement 3% de ces 32.000 personnes seront, peut-être, ramenées dans leur pays. Les autres resteront sur notre sol aidées par une myriade d’associations toujours prêtes à aider ceux qui n’ont rien à faire ici et laissant tout simplement mourir de faim et de froid les Français qui eux, ont parfaitement le droit de demeurer sur cette terre. Comment peut-on concevoir que les SDF Français préfèrent mourir de froid dans la rue plutôt que de s’abriter dans un centre d’hébergement d’urgence ? Ils craignent en effet de se faire racketter ou pire encore de se voir dépecer du qu’ils possèdent. Dans le même temps, les clandestins et les demandeurs d’Asile sont logés dans des hôtels (parfois fort chers) et ce aux frais des Français qui ne trouvent rien à redire à cette situation à peine imaginable

.

Dans mon premier article publié sur le blog, j’avais abordé l’examen de cette allocation ubuesque réservée aux immigrés clandestins qu’est l’Aide Médicale de l’Etat. En 2006 cela représentait 300 millions d’€uros, en 2007 ce sont 413 millions d’€uros que l’Etat Français a déboursé pour ces gens dont la présence n’a jamais été ni sollicitée ni souhaitée sur notre sol. En mars 2009, ce sont 204.072 personnes qui ont bénéficié de cette allocation et le coût pour les citoyens s’est élevé à 490 millions d’€uros sur l’année…

Suite et source: http://tinyurl.com/3xd9kry


Pierre-Louis HIKOUM


07/09/2010

Les universités suisses prêtes à limiter le nombre d’étrangers.

Ca fait plaisir. En Suisse, ils semblent avoir compris et tiennent à conserver leur niveau intellectuel et culturel. Chez nous, en France, en acceptant n’importe qui dans les universités afin de respecter notre image légendaire de terre d’accueil, on sombre dans la régression. Mais « on » s’en fout… C’est ça, la France… Et on se demande pourquoi nos cerveaux se barrent à l’étranger. Ils ne se barrent pas, en fait, ils fuient la médiocrité qui s’installe…
FDF


Trop d’étudiants mal préparés venant d’autres pays mettraient en danger la qualité de la formation au niveau master.

Les universités suisses bénéficient d’une excellente réputation sur le plan international. Mais cet avantage serait en train de devenir un danger: «Une baisse de la qualité menace nos hautes écoles», as­sure Thomas Dyllick, recteur de l’Université de Saint-Gall. La deuxième partie du parcours universitaire, le master, serait dans la tourmente.

Contrairement à ce qui se passe dans les autres pays européens, les universités suisses ouvrent toutes grandes leurs portes aux étudiants qui ont achevé à l’étranger la pre­mière partie de leur parcours, le bachelor. «Ils n’ont souvent pas le niveau souhaité», regrette Heidi Wunderli-Allenspach, rectrice de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), dans la «NZZ am Sonntag».

La Conférence des recteurs des universités suisses propose l’instauration de quotas pour les étudiants étrangers souhaitant obtenir leur master en Suisse. L’idée pourrait séduire les autorités des cantons universitaires: «Les milieux politiques ont intérêt à prendre les choses en main afin de sauvegarder notre haut niveau de formation», déclare Jürgen Oelkers, expert en enseignement de l’Université de Zurich.

Source : 20 Minutes.ch

08/08/2010

Génocide. L’ancien sous-préfet rwandais se cachait à Carcassonne!

FRANCE: terre d’asile… Plusieurs milliers de Tutsis massacrés à son actif, le mec… Et en France, on l’accueille. On a eu chaud qu’on ne le gratifie pas de la Légion d’ Honneur, ce con, au nom du devoir de mémoire, de la repentance ou je ne sais quelle autre invention! Comment voulez vous que le reste du monde nous respecte?

FDF

Excavation d’un charnier à Bigogwe…

07/08/2010

Les crânes de quelque 5000 victimes du génocide rwandais de 1994 au mémorial de Kigali Marco Longari.

Les crânes de quelque 5000 victimes du génocide rwandais de 1994 au mémorial de Kigali

Au début des années 2000, Dominique Ntawukulilyayo, pensait avoir trouvé, à Carcassonne, dans le quartier du Viguier, le refuge idéal. Cet ancien sous-préfet rwandais a pourtant été rattrapé par son passé et par la justice internationale. Mardi, le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) l’a condamné à 25 ans de prison après avoir été reconnu coupable de génocide à l’encontre de plusieurs milliers de Tutsis. En 1994, Dominique Ntawukulilyayo, alors responsable administratif de la sous-préfecture de Gisagara (sud), frontalière du Burundi, avait eu un rôle singulièrement actif dans un massacre perpétré en avril, de la même année. Selon le jugement, l’ancien sous-préfet a, dans l’après-midi ou la soirée du 23 avril 1994, transporté des militaires sur la colline de Kabuye (dans son entité administrative) où s’étaient réfugiés des Tutsis. Il a quitté les lieux après avoir permis à ces militaires de se positionner pour ensuite ouvrir le feu sur les Tutsis, indique le jugement qui souligne que «des centaines voire des milliers de personnes ont été tuées ou blessées». Quelques mois plus tard, Dominique Ntawukulilyayo avait quitté comme plusieurs centaines d’autres responsables Hutus son pays, trouvant d’abord en refuge en Belgique puis en France. Au Viguier, où il s’était installé avec son épouse, l’homme aujourd’hui âgé de 68 ans, menait une vie tranquille et s’était même impliqué dans le monde associatif… pour venir en aide aux enfants rwandais. Dominique Ntawukulilyayo avait été interpellé à Carcassonne le 16 octobre 2007 , avant d’être extradé vers Arusha (Tanzanie), où siège le TPIR.

Source: http://tinyurl.com/38srk9b