Francaisdefrance's Blog

01/02/2012

Amiens sous tension…

Comme à Marseille. Les « quartiers nord » font la une… Mais comment calmer tous ces semeurs de m…. ?

Envoyons l’armée, ceux qui rentrent d’Afghanistan, par exemple.

FDF

.

IL FAUT BIEN QUE LES « DJEUNS »   S’EXPRIMENT   NON?

AUCUN MEDIA  NATIONAL  NE NOUS PARLE DE CELA   –   ELECTIONS OBLIGENT !!!!!!
Les violences urbaines sont fréquentes à AMIENS,   
QUI PAYE LA CASSE DE CES DJEUNS QUI DETRUISENT TOUT  COMME DES SAUVAGES  ???

« De nouvelles violences urbaines ont eu lieu hier, en fin d’après-midi SAMEDI DERNIER et durant une partie de la soirée, dans le quartier nord d’Amiens. Dès 17 heures, un véhicule de police, visé par des tirs de projectiles, était pris pour cible près de la place du Colvert.Mercredi, c’est un bus qui avait fait l’objet de jets de projectiles sur l’avenue de la Paix. Après avoir mis en place un système de sécurisation, les policiers s’étaient retrouvés face à une vingtaine d’individus et avaient essuyé des tirs de projectiles. »

JC JC…

.

AMIENS: Tensions urbaines dans le quartier nord

Comme le laissaient présager certains commentaires circulant sur Internet, de nouvelles violences urbaines ont eu lieu dimanche, en fin d’après-midi et durant une partie de la soirée, dans le quartier nord d’Amiens.

Dès 17 heures, un véhicule de police, visé par des tirs de projectiles, était pris pour cible près de la place du Colvert où doit se tenir le traditionnel marché aujourd’hui. Afin de disperser un groupe de jeunes particulièrement énervé mais qui n’avait rien à voir avec le caillassage, les fonctionnaires de police ont dû faire usage de gaz lacrymogène.

Les affrontements se sont poursuivis en début de soirée toujours à hauteur de la place du Colvert où des poubelles incendiées étaient renversées sur la chaussée.

Les CRS ont dispersé les jeunes et quadrillé la zone. Le calme est revenu aux alentours de 20 h 30 mais la tension restait palpable. Plusieurs camions de CRS ont d’ailleurs tourné dans le quartier pour sécuriser les lieux.

Mercredi, déjà, un bus était la cible de projectiles
Mercredi, c’est un bus qui avait fait l’objet de jets de projectiles sur l’avenue de la Paix. Après avoir mis en place un système de sécurisation, les policiers s’étaient retrouvés face à une vingtaine d’individus et avaient essuyé des tirs de projectiles.

Comme hier, les policiers avaient dû répliquer avec des moyens lacrymogènes pour disperser le groupe.

SOURCEhttp://www.courrier-picard.fr

03/08/2011

Christianophobie…

Photo d’illustration

En France, on hurle au loup pour des affichettes marrantes anti-islamistes (voir mon précédent post concernant l’affaire des identitaires à Nice). En Tanzanie, des églises sont incendiées par des islamistes; c’est un « fait divers » ? Arrêtons les conneries, en France. Et regardons ce que l’islam fait de notre culture chrétienne. La Tanzanie n’est pas un cas isolé… (désolé pour la traduction sommaire…)

FDF

.

Des musulmans extrémistes flambent des Eglises à Zanzibar, Tanzanie !

Des musulmans extrémistes, le samedi (Juillet 30) a brûlé une église sur l’île de Zanzibar au large des côtes de la Tanzanie, les chefs religieux a déclaré, juste trois jours après une autre congrégation installation sur l’île a été réduite en cendres .

En Fuoni sur la côte sud de Zanzibar (connu localement comme Unguja), les extrémistes islamiques incendié le bâtiment des Assemblées de Dieu évangélique-Tanzanie (projet AGAT) à environ 14 heures, a déclaré le pasteur Léonard Massasa, qui supervise les églises projet AGAT Zanzibar. Les assaillants criaient: « Mort à l’église – nous ne voulons pas infidèles à gâcher notre communauté, en particulier nos enfants », a déclaré le pasteur Massasa.

L’église projet AGAT est d’environ 60 kilomètres (37 miles) de la ville de Zanzibar.

« Demain, c’est dimanche, et les membres de ma numérotation 40 n’aura pas lieu de culte », le pasteur Paulo Magungu de l’église Fuoni projet AGAT dit. Avec la peur dans sa voix, le pasteur a ajouté: «Nous avons signalé le cas au poste de police. J’espère que justice sera faite. « 

Il a signalé le cas au poste de police de Fuoni immédiatement après qu’il s’est passé, at-il dit.

En Kianga, à environ 10 kilomètres (six miles) de la ville de Zanzibar, un autre bâtiment de l’église a été incendiée mercredi (Juillet 27) à environ deux heures, a déclaré le pasteur George Frank Dunia de Free Église pentecôtiste évangélique en Afrique. Le feu a détruit 45 chaises.

«J’ai 36 membres, et il sera très difficile pour eux de se réunir demain», le pasteur a déclaré samedi (Juillet 30). «Les membres ont peur, ne sachant que d’autres plans les musulmans sont de faire. Nous demandons la prière en ce moment d’essayer. « 

Responsables de l’Eglise ont rapporté le cas du chef de Kianga, ainsi que pour la police.

Tanzanie archipel de Zanzibar est de 99,9 pour cent de musulmans.

Iles incendie

Sur l’île de Pemba voisins, soupçonnés extrémistes musulmans dans Konde le 17 Juin rasé un bâtiment adventiste du septième jour Église, dit un témoin.

«Il était à 1 h, quand j’ai vu la combustion église», dit un voisin qui a requis l’anonymat. « Il ya eu des questions que les musulmans ont soulevé l’existence de l’église. »

L’église du septième jour possède une grande propriété près de Chake Chake-ville, mais a été incapable de construire un bâtiment en raison de l’hostilité des musulmans, selon ces sources.

«Si nous n’arrêtons pas la croissance des églises ici à Pemba, puis bientôt, nous allons perdre notre peuple au christianisme, en particulier les enfants», le cheikh Ibrahim Abdalla de Chake Chake-mosquée aurait dit.

Le Juin 17 Attaque a eu lieu à environ 1 h, le témoin a dit. Konde est de 60 kilomètres (37 miles) de Chake Chake-ville.

Un cas a été déposé au commissariat de police de Konde, mais pour le moment aucun suspect n’avait été assemblées arrested.Tanzania de Dieu (TAG) Pastor Yohana Ari Mfundo dit qu’il a assisté à une série d’attaques contre des chrétiens sur l’île de Pemba.

«Il est même devenu extrêmement difficile pour les chrétiens à exercer leur foi comme prier ou chanter dans une maison appartenant à des musulmans de location,« Pasteur Mfundo dit.

Le pasteur avait acheté une demi-acre de terre pour construire une église près de trois kilomètres (près de deux miles) de Chake Chake-ville, mais quand les musulmans zone appris qu’elle ils se sont arrangés pour une route à construire à travers elle, at-il dit. La petite taille fait qu’elle ne pouvant servir qu’à un usage résidentiel. La route passant par la terre aujourd’hui, il est impossible d’ériger un bâtiment de l’église, dit-il.

Pastor Mfundo ensuite acheté un autre site, à proximité du centre ville, sur lequel construire un bâtiment d’église en 2005. Après avoir effectué les accords nécessaires et les paiements, il avait placé des bornes sur le site quand il a reçu une injonction du tribunal contre la construction commence, sous le prétexte que la zone était gorgé d’eau. Lorsque Compass a récemment visité le site, il y avait d’autres structures qui avaient été construites sur les terres prétendument trop humide pour la construction, et de nouveaux bâtiments ont été érigés.

«Ce n’est pas vrai que la région est gorgé d’eau, mais un geste calculé pour arrêter l’église étant mis en place à cet endroit», a déclaré le pasteur Mfundo. «Nous sommes ici à Pemba parce que Dieu veut que nous soyons. Mais les musulmans toujours pointer un doigt vers nous – surtout chez moi, et nous avons reçu plusieurs menaces. Mais grande est notre Dieu, qui est toujours prêt à nous protéger. « 

Il a ajouté que les musulmans ont ouvertement promis lors de leurs rencontres à ne pas faire amitié avec les «infidèles».

Un autre bâtiment de l’église au sommet d’une colline à environ 20 mètres de l’endroit où le pasteur Mfundo voulait construire est également confronté à l’obstruction du gouvernement. Un cas de contestation judiciaire de l’existence de l’Eglise évangélique rachetées, a déclaré le pasteur Yohana Shigalile, sur la base que le site était destiné à être un lieu de sépulture. Compass n’a trouvé que trois tombes là-bas.

L’église avait conclu une entente de shillings tanzaniens 20 millions (US $ 12.750) avec le vendeur pour l’achat du terrain, mais les musulmans ont offert 50 millions de schillings, le pasteur a dit, et donc le terrain est susceptible d’être vendu pour la construction d’une mosquée .

Pastor Mfundo dit cela est un exemple de combien il est difficile d’acheter des terres pour les églises de Pemba.

Pemba a une population d’environ 500.000, et la population l’île de Zanzibar est estimé à 700.000. Il ya seulement 60 congrégations chrétiennes sur l’archipel, selon l’Organisation mondiale de fonctionnement.

Zanzibar est la désignation informelle pour l’île d’Unguja, dans l’océan Indien. L’archipel de Zanzibar-Unis avec le Tanganyika pour former la Tanzanie actuelle en 1964.

Les commerçants musulmans du Golfe persique se sont installés dans la région au début du 10ème siècle, après les vents de mousson les a propulsés à travers le golfe d’Aden. La fusion 1964 quitté l’île musulmans inquiets christianisme, y voyant un moyen par lequel la Tanzanie continentale pourrait les dominer, et les tensions ont persisté.

http://www.persecution.org/2011/08/02/m … -tanzania/

Source: http://prophetie-biblique.com/

23/11/2010

L’emmerdeur emmerdé…

A lire absolument, ça ne manque pas de sel !!!

LA MEILLEURE !


Ça mériterait d’ être expliqué à nos habitants issus de l’ immigration …. Vu dans des extraits de journaux…



Et ils sont où les donneurs de leçons ??????

Vous allez rire, elle est bien bonne ….!!!!!
Les arroseurs arrosés …. Depuis plusieurs semaines, la presse algérienne se fait l’écho de tensions entre la communauté chinoise installée en Algérie et la population locale. Tensions qui ont donné lieu cet été à de graves agressions à l’encontre de ces immigrés asiatiques et dont la violence a même poussé les autorités chinoises à intervenir auprès de leurs homologues maghrébins pour leur demander de mettre fin à ces pugilats. …
« Les Chinois ont abusé de la gentillesse des Algériens »…

On les a accepté malgré leurs défauts, aujourd’hui ils nous agressent chez nous », a déclaré Mounir à l’ A..F.P.

« Ils boivent de l’alcool devant leurs boutiques au vu et au su des Algériens et s’exhibent parfois en short dans le quartier. Ce sont des comportements contraires à notre religion et notre culture », a précisé Abdellah, un autre habitant du quartier.
Des critiques que Song explique par « un sentiment de concurrence et de jalousie ».

A Bab Ezzouar, à Alger, plus de 200 commerces appartiennent à des Chinois. « Leurs produits sont vendus à des prix très compétitifs, ils sont ouverts tous les jours, donc ils gagnent de l’argent. Ce qui déplaît aux Algériens », observe-t-il. Étonnant, non ? Ces mêmes Chinois sont implantés en France depuis des lustres mais n’ont que rarement attisé le ressentiment des Français, contrairement à d’autres communautés.
Mais que les Algériens se rassurent, leurs immigrés Chinois ne brûlent pas encore le drapeau national dans la rue, n’imposent pas leurs coutumes alimentaires dans les écoles, n’exigent pas la construction de grands temples bouddhistes ou taoïstes, ne réclament pas d’horaires de piscine aménagés, ne contredisent pas l’enseignement des sciences, se satisfont de médecins masculins pour leurs épouses, ne profitent pas indûment des aides sociales etc…

Source : Luc Pécharman, à diffuser sans modération