Francaisdefrance's Blog

06/08/2011

La « tolérance » des musulmans du Soudan…

« Amour, paix et tolérance »… La devise des musulmans. Le crédo de leur religion idéologie… Comment peut on avoir confiance en ces gens-là? Jamais une preuve d’amour, de paix et de tolérance; jamais… Et ils pleurent d’être stigmatisés. Ils se plaignent d’islamophobie à leur encontre. Avouez qu’il y a de quoi.

FDF

.

L’abominable calvaire d’une jeune chrétienne soudanaise enlevée par des musulmans…

L’agence californienne d’informations sur les persécutions de chrétiens dans le monde, Compass Direct News, a publié hier le témoignage effrayant d’une jeune chrétienne soudanaise enlevée à 15 ans par des musulmans et séquestrée par ces montres pendant plus d’un an. En voici la traduction.

« Hiba Abdelfadil Anglo, 16 ans, a réussi a fausser compagnie à un gang de musulmans qui l’avaient enlevée l’année dernière, mais il faudra sans doute beaucoup de temps pour qu’elle se remettre du traumatisme qu’elle a subi. Alors qu’elle racontait à Compass comment ses ravisseurs l’avaient battue, violée et tenté de la contraindre à se convertir du christianisme à l’islam, elle éclata en sanglots pendant près d’une demie heure. Enlevée le 17 juin 2010, elle a pu retrouver sa famille le 10 juillet dernier. « À de nombreuses reprises, on m’a menacée de me tuer si je ne me convertissais pas à l’islam », déclare-t-elle. « L’homme qui m’a pris dans sa maison m’a torturée et menacée de mort plusieurs fois. Il ne me permettait pas de dire mes prières chrétiennes. Il a même insulté ma famille, la qualifiant de famille d’infidèles ». Hiba nous déclare qu’après une année de captivité qu’elle avait laissé croire à l’homme qui l’avait prise sous son toit, qu’elle s’était convertie à l’islam et était résignée à son sort, de sorte qu’il la laissa sans surveillance. C’est ainsi qu’elle put s’enfuir de cette maison située dans la région de Soba Al Aradi au sud de Khartoum, et supplia un motocycliste de la ramener chez elle, à deux heures de route. Sa mère Ikhlas Omer Anglo, qui est veuve, a déclaré à Compass que les ravisseurs les avaient sélectionnées parce qu’elles étaient chrétiennes, membres de l’Église presbytérienne évangélique du Soudan à Khartoum. [Hiba] fut d’abord enfermée dans une pièce et battue jusqu’à en perdre conscience. Le chef du groupe la viola, et elle souffre toujours de son œil droit à la suite d’un coup qu’elle y reçut récemment. « En plus de me violer, il a tenté de m’obliger à changer de religion et ne cessait de me dire de me préparer au ramadan. Je n’arrive pas à oublier ces choses mauvaises, et même quand j’essaie de prier, c’est difficile d’oublier. Je demande aux croyants de prier pour ma guérison intérieure ».

La mère d’Hiba commença à recevoir, deux jours après l’enlèvement de sa fille, des appels téléphoniques menaçant puis un SMS exigeant une rançon 560 US$ pour qu’on lui rende « cette esclave ». Quand elle est allée prévenir la police, les fonctionnaires lui firent comprendre que si elle voulait qu’on s’occupe de ce dossier elle devait d’abord se convertir à l’islam… Ayant consacré de temps pour retrouver sa fille, elle a fini par être licenciée de son emploi et se retrouve au chômage. « Je remercie Dieu, déclare-t-elle, d’avoir permis à ma fille de s’échapper avant le début du ramadan ».

À propos…

Joyeux Ramadan !

Vu sur: http://www.christianophobie.fr/

23/10/2010

Manifs: photos et comptes-rendus des actes de délinquance commis par des « lycéens »…

Il ne vous reste sans doute que quelques minutes pour consulter les pages du site Internet des lycées publics Delambre et Montaigne d’Amiens, où le courageux proviseur Catherine Guichet a publié les photos et comptes-rendus des actes de délinquance commis par des « lycéens » : 

Perturbations du lundi 11 octobre 2010
Journee du 14 octobre 2010
Autruche autruche
Lundi 18 octobre 2010 Bilan de la situation

Il s’agit du seul exemple en France où un proviseur ait osé briser la loi du silence imposée par l’Éducation nationale.

Mais Catherine Guichet a subi de telles pressions qu’elle a été obligée, hier, de tout retirer du site officiel du lycée.

A l’heure où je vous écris, elles sont encore trouvables mais elles vont être supprimées d’un instant à l’autre. Si vous arrivez trop tard, vous pourrez néanmoins encore les voir sur le blog de SOS Éducation, où nous en avons publié des sauvegardes.

Cette affaire est emblématique de la folle politique menée par l’Éducation nationale, qui consiste à cacher au grand public ce qui se passe vraiment dans les établissements.

Dès le 18 octobre, Catherine Guichet faisait état des pressions qu’elle avait commencé à subir. Un « enseignant » l’accusait de faire « de la publicité pour le privé » en publiant les photos des incendies et des dégradations commises dans son établissement.

Nous avons alors réalisé que l’initiative de Catherine Guichet déplaisait fortement au Rectorat et à certains syndicats enseignants, et qu’elle allait être tuée dans l’œuf.

Nous avons donc immédiatement fait des sauvegardes des pages du site. Et en effet, quelques heures plus tard, les partisans de la chape de plomb avait déjà triomphé !

Nous organisons une « Lettre au Recteur d’Amiens », dans laquelle nous lui faisons part de notre soutien à la démarche de Catherine Guichet, qui seule sauve l’honneur de l’institution. Si vous le souhaitez, vous pouvez co-signer cette lettre en cliquant ici.

Il est important qu’un très grand nombre de personnes signent avec nous, pour montrer au Recteur que notre point de vue est bien celui de la majorité des parents et des professeurs. En tant qu’adultes responsables, nous ne nous voilons pas la face devant la réalité de ce qui se passe dans les écoles.

Nous ne pensons pas qu’étouffer les faits fera progresser les choses. Nous pensons que seule la transparence permettra de s’attaquer à la violence qui mine nos écoles.

Enfin, par principe, nous sommes opposés à toutes les tentatives du pouvoir de balayer sous le tapis les faits qui ne l’arrangent pas. La France n’est pas (encore), une dictature militaire ! Si vous partagez notre désir que le public soit correctement informé sur ce qui se passe dans les écoles de la République, merci de signer notre lettre au Recteur d’Amiens.

Vous pouvez également adresser un message de soutien au proviseur Catherine Guichet en cliquant ici. (Merci de mettre l’association en copie de votre message : vous pouvez utiliser l’adresse électronique suivante : soutien@soseducation.com).

Enfin, continuez à nous envoyer vos témoignages des violences dont vous ou vos enfants avez été victimes ces derniers jours.

Bien cordialement,

Vincent Laarman
Délégué général

Pour signer la lettre au recteur :

SOS Éducation est une association qui oeuvre à la défense de l’école. L’association mène tout type d’actions pour promouvoir une éducation de qualité, fondée sur des programmes cohérents, des méthodes d’enseignement, éprouvées, l’autorité des professeurs, la reconnaissance du travail et du mérite des enseignants, le respect de la neutralité de l’école. SOS Education – 120 boulevard Raspail – 75006 Paris – 01 45 81 22 67 – http://www.soseducation.comcontact@soseducation.com