Francaisdefrance's Blog

01/03/2011

Connaissez vous le Team ‘B’ II ?

Je ne le savais pas non plus. Très intéressant. Je vous en fait profiter.

FDF

.

La charia : une menace contre les États-Unis ?

Dans un rapport publié en septembre 2010 aux États-Unis, la team ‘B’ II, groupe d’experts américains, met en cause la charia et critique entre autres multiculturalisme, auto-censure et politiquement correct occidental.

Il est impossible de se défendre sérieusement contre un ennemi dont on refuse de connaître l’idéologie. C’est ce qu’affirme le rapport américain de la Team ‘B’ II. Celui-ci ne se pose pas la question de savoir quel est le véritable islam. Il examine la charia, corps de doctrine dont le contenu est clairement identifiable et reconnu par les « autorités musulmanes » telles qu’al-Azhar au Caire. La charia n’est pas un code religieux mais un ensemble de règles qui régit tous les aspects de la vie privée et publique du berceau à la tombe. Elle n’est pas une déformation de l’islam, mais se situe au contraire en son cœur. C’est dire si les réformateurs ont fort à faire, d’autant que la charia contient des règles d’apostasie, c’est-à-dire liées à tout renoncement à la foi religieuse, qui limitent grandement leur marge de critique et d’amendement et mettent leur vie en danger.

Pour la Team ‘B’ II, si l’on ne peut se désintéresser du combat mené à l’intérieur de l’islam, on ne peut en attendre qu’il résolve le problème que pose la charia aux démocraties libérales : « nous avons l’obligation de protéger notre nation et notre mode de vie indépendamment de la manière dont se déroule le combat interne à l’islam… Nous ne pouvons pas gagner pour eux – ils devront le faire pour eux-mêmes » (p. 7).

Eviter les amalgames

Le rapport de la Team ‘B’ II ne vise pas les musulmans qui n’ont qu’un usage personnel de la charia dans leur vie privée sans chercher à imposer de contraintes aux autres. Il vise ceux qui ont décidé de faire de ce corpus légal un concurrent crédible de nos lois et de nous y soumettre. Il examine les divers éléments de la charia dont l’application menace les Etats-Unis. Par exemple, l’interdiction du blasphème « requiert que les infidèles s’abstiennent de parler de l’islam en allant au-delà de ce qui leur est permis ou en offensant les musulmans » (p. 62). Tout ce qui va dans le sens de l’auto-censure est donc conforme à la charia et susceptible d’être interprété comme une soumission à celle-ci. La charia ne reconnaît aucun des grands principes fondamentaux ni le mode de gouvernement démocratique inscrit dans la Constitution des Etats-Unis, par exemple le droit des citoyens de faire leurs propres lois.

L’importance des Frères musulmans aux USA

Suite et source: http://www.atlantico.fr/