Francaisdefrance's Blog

12/03/2012

Afghanistan. Un GI « pète les plombs »: 16 morts chez les civils !

A force de voir ses potes se faire massacrer… (C’est arrivé au Viet-Nam, aussi).

Les Talibans appellent à la vengeance? Ils « ont de l’avance », il me semble…

Une guerre n’est jamais propre.

FDF

.

Le coup de folie d’un GI en Afghanistan

Un soldat américain quitte sa base dans la province de Kandahar et tue plus de quinze civils afghans dans leurs maisons. Les talibans jurent de venger le massacre.

Un carnage. Perpétré, sans doute, sur un coup de folie… Dimanche, à 3 heures du matin, un soldat américain a quitté sa base située dans le district de Panjwayi, dans la province de Kandahar dans le sud de l’Afghanistan, et a tiré sans discrimination, tuant entre quinze et dix-huit personnes. Des villageois, assassinés pour la plupart dans leur sommeil. Au moins neuf autres ont été blessés. Sur place, un journaliste de l’AFP confirme: «Je suis entré dans trois maisons et j’ai compté seize morts, dont des enfants, des femmes et des hommes âgés (…) Ils ont été tués et brûlés. J’ai vu au moins deux enfants, âgés de 2 ou 3 ans.»

Les villageois de Belandi, où s’est déroulé l’incident, sont encore sous le choc. Tous racontent comment un soldat a attaqué en pleine nuit trois maisons du petit hameau. «J’ai perdu quatre membres de ma famille», se lamente Haji Sayed Jan, tandis que l’un de ses voisins déplore onze morts. «Ils sont tous morts», répète-t-il impuissant. Après son invraisemblable expédition, le militaire «est rentré dans son bureau et a été placé en détention», a indiqué un responsable occidental. D’autres sources affirment que l’homme -sans doute un sergent- aurait montré des signes de dépression avant sa sanglante randonnée.

Appels à la vengeance

Alarmée par ce nouvel incident, peu de temps après l’incinération de plusieurs Corans sur la base militaire de Bagram, au nord de Kaboul, l’ambassade des États-Unis a aussitôt lancé un appel au calme. «Il s’agit d’un incident extrêmement regrettable et toutes nos pensées vont aux familles concernées», affirme un communiqué. Les Américains y présentent «toutes leurs condoléances» à ces mêmes familles, se disant «profondément attristés par cet acte de violence contre nos amis afghans».

Les forces américaines ont promis de mener une enquête rapide en coopération avec les autorités afghanes. Pour l’heure, l’ambassade des États-Unis a enjoint expressément à ses ressortissants d’éviter la région. Bastion des talibans, Kandahar est déjà l’une des zones les plus dangereuses pour les forces de l’Otan. Ces excuses ont bien peu de chance d’apaiser la colère de la population afghane.

Les talibans ont pour leur part juré lundi de «venger chacun des martyrs tués sauvagement par les envahisseurs» et de redoubler leurs attaques contre les «sauvages américains malades mentaux». Le Parlement afghan a de son côté demandé lundi que les coupables soient jugés lors d’un procès public en Afghanistan. Dénonçant un massacre «brutal et inhumain», elle ajoute que «la population perd patience devant l’ignorance des forces étrangères».

Ce nouvel épisode sanglant est un revers de taille pour les Américains qui ont déjà une image désastreuse auprès des Afghans après dix ans de guerre. Les victimes civiles sont depuis longtemps une pomme de discorde entre le président afghan, Hamid Karzaï, et les forces de l’Otan en Afghanistan. Vendredi, les autorités de Kaboul ont signé avec Washington un accord sur le transfert aux Afghans du contrôle de la prison de Parwan, sur la base américaine de Bagram. Un premier pas vers un partenariat stratégique entre les États-Unis et l’Afghanistan. Mais Karzaï a toujours prévenu qu’il n’irait pas plus loin tant que les raids nocturnes menés sous la houlette des forces américaines ne seraient pas supprimés. Le carnage de dimanche ne peut qu’envenimer les choses.

Source: http://www.lefigaro.fr/

03/03/2012

Corans brûlés: 9 morts dans un attentat mais pas d’émeutes en Afghanistan…

Photo d’illustration.

.

Des musulmans brûleraient la Bible que l’on n’en ferait pas autant état… Oui, mais le Christianisme n’est pas une idéologie…

Les soldats Américains ont tapé là où ça fait mal… C’est la seule alternative avec ces sauvages. Et puis, les attentats de riposte, ils ont l’habitude…

FDF

.

SAUVAGERIE ET BARBARIE MUSULMANES  :  QUELQUES    CORANS  BRULéS     
entrainent  des manifestations dans tous les pays et   bien plus  que ces  9 MORTS là,
d’aujourd’hui.  POUR EUX   LA VIE HUMAINE   A MOINS DE VALEUR  QUE LE LIVRE DE LA HAINE.

QU’EN EST IL DES CHRÉTIENS PERSÉCUTÉS ET MASSACRéS PAR LES MUSULMANS  DANS LE MONDE ET  TOUS CES HUMAIS  QUI PÉRISSENT  SOUS LES MACHETTES ET LE FEU,  LES INCENDIES  DES MUSULMANS,  QU’EN EST IL DES ÉGLISES VANDALISEES  ET BRULEES ????

SOIT  BIEN PLUS DE 150 MILLIONS  de ces chrétiens qu’ils pourchassent, brulent, massacrent !!!!!

JC JC…

.

Les talibans ont tué neuf Afghans dans un attentat suicide visant une base de l’Otan en représailles à l’incinération de Corans par des militaires américains il y a une semaine, lundi ayant été la première journée sans émeute en Afghanistan depuis que le scandale a éclaté.

Peu après l’aube, un kamikaze a fait exploser une voiture piégée devant l’entrée principale de l’aéroport de Jalalabad (est), qui abrite l’une des base militaires aériennes les plus importantes de la force internationale de l’Otan (Isaf). « Six civils sont morts, ainsi que deux gardes et un soldat de l’armée afghane », a déclaré à l’AFP Abdullah Azem Stanikzaï, le chef de la police de la province de Nangarhar, dont Jalalabad est la capitale.

Les talibans ont immédiatement revendiqué cette attaque, perpétrée en « réponse à l’incinération du Coran » dans la base américaine de Bagram (nord) il y a une semaine.
L’attentat n’a pas fait de victimes parmi les soldats étrangers de la base de Jalalabad, dirigée par l’armée américaine, selon l’Isaf. « Les bâtiments de l’Isaf n’ont pas été touchés par l’explosion », a déclaré un porte-parole de la force.

L’aéroport de Jalalabad, protégé par un impressionnant dispositif de sécurité des forces américaines, est régulièrement attaqué par les insurgés. L’attaque menée lundi est la quatrième depuis juin 2010.

L’attentat a assombri une journée durant laquelle, pour la première fois depuis que les Corans ont été brûlés à Bagram, aucune émeute antiaméricaine n’a été observée dans le pays, au lendemain d’un appel au calme du président Hamid Karzaï, qui a par ailleurs une nouvelle fois « fermement condamné » l’incinération des exemplaires du livre sacré des Musulmans.

Les Etats-Unis ont assuré lundi qu’ils entendaient maintenir leur stratégie militaire fixée en Afghanistan.

Le secrétaire à la Défense Leon Panetta et le plus haut gradé de l’armée américaine, le général Martin Dempsey, « pensent tous deux que les fondements de notre stratégie demeurent solides » en Afghanistan, a expliqué George Little, porte-parole du Pentagone.
Au Caire, le grand imam d’Al-Azhar, la plus haute institution de l’islam sunnite, a vivement dénoncé l’incinération « barbare ». « Al-Azhar n’accepte pas qu’on badine avec les exemplaires du Coran », a lancé Ahmed al-Tayyeb dans un communiqué.
« Il s’agit d’une transgression qu’aucun musulman n’acceptera. C’est une agression contre les choses sacrées du patrimoine humain », a-t-il ajouté, en demandant à la « force militaire (auteure de) l’agression là-bas de partir maintenant de la terre afghane ».
Trente personnes, dont deux soldats de l’Otan, sont mortes et au moins 200 autres ont été blessées dans les manifestations de ces six derniers jours dans des émeutes, attaque ou attentats antiaméricains.
Dimanche, sept soldats américains des forces spéciales avaient ainsi été blessés quand des manifestants avaient jeté une grenade sur un base de l’Otan de la province de Kunduz (nord), où la veille 5 personnes avaient péri et 66 avaient été blessées, dont 11 policiers, dans l’attaque d’un camp de l’ONU.

La mission de l’ONU en Afghanistan (Unama) a annoncé lundi l’évacuation temporaire du personnel de ce camp, le temps que des « mesures supplémentaires » soient mises en oeuvre pour la sécurité de ses bureaux.

La « relocalisation temporaire » du personnel « se fera en Afghanistan » a indiqué le service de presse de l’Unama dans un communiqué, précisant que le bureau continuerait à oeuvrer dans la zone « pour les gens qui en ont le plus besoin ».

Lundi, l’Isaf a annoncé avoir diligenté une enquête après que des « traces d’eau de Javel » eurent été découvertes dans le café et dans des fruits distribués dans une base de l’Isaf de la province de Nangarhar (est), a expliqué le sergent chef Nicholas Conner.
« Il n’y a pas eu de blessé, pas de victime. L’enquête se poursuit », a déclaré le militaire à l’AFP.

Les rebelles, qui mènent une guérilla depuis dix ans contre les troupes gouvernementales et de l’Otan, ces dernières les ayant chassés du pouvoir fin 2001, ont affirmé lundi qu’un « cuisinier afghan » avait empoisonné de la nourriture de l’Otan.

Source: http://actu.orange.fr/

13/02/2012

Voyage au pays des lâches…

Photo d’illustration…

.

Voici une info qui ne pourra que nous confirmer dans notre idée de ce qu’est l’islam intégriste…

Quel honte. La lâcheté dans toute sa splendeur… En effet, qui se méfierait d’un enfant; fanatisé à souhait? Les « barbus » sont courageux mais pas téméraires: les femmes et les enfants d’abord: mais au massacre…

Imaginez ce qui se passe dans les écoles coraniques, même en Europe…

FDF

.

Ils ne sont pas encore entrés dans l’adolescence mais sont déjà candidats à un attentat suicide : Azizullah et Nasibullah, 10 ans, ont été arrêtés à Kandahar, bastion taliban du sud de l’Afghanistan, alors qu’ils se préparaient pour la seconde fois à se faire exploser.

Ces deux frêles enfants ont été capturés la semaine dernière en compagnie de leurs trois instructeurs barbus « alors qu’ils préparaient une attaque contre des forces afghanes ou internationales dans la ville de Kandahar », a expliqué Zalmai Ayubi, porte-parole de la province éponyme.

Deux vestes pleines d’explosifs et des armes ont été retrouvées lors de leur interpellation.

Détail étonnant, ce n’est pas la première fois que cela leur arrivait. Originaire de la province du Balouchistan (ouest du Pakistan), Nasibullah, aux sourcils touffus et au visage ovale, a déjà été arrêté à Kandahar alors qu’il portait une veste pleine d’explosifs.

Son apprentissage de la violence a débuté par son propre kidnapping qui l’a mené chez les talibans. « Ils m’ont forcé à tirer à la kalachnikov. J’avais peur au début. Ils m’ont aussi appris à faire sauter ma veste. Ils m’ont montré comment appuyer sur le bouton que j’avais dans ma main », raconte-t-il.

« Ensuite, ils m’ont emmené (à Kandahar). Ils m’ont fait asseoir sur le bord de la route et m’ont dit d’attendre les troupes étrangères. C’est là que la police m’a arrêté », poursuit le jeune Pakistanais dont les propos ont été retransmis par Tolo news, une chaîne d’information afghane.

Arrêté, il est interrogé puis envoyé à Kaboul où le président Hamid Karzaï lui accorde son pardon en compagnie de 19 autres enfants/adolescents, lors de l’Aïd-el-Fitr, qui marque la rupture du ramadan. De retour chez lui, il est vraisemblablement repris par les talibans.

Orphelin, Azizullah apprend dans une madrasa – une école religieuse – que « quand on mène une attaque suicide sur des soldats, on ne meurt pas. Seul un doigt est coupé », explique-t-il. Envoyé en mars à Gardez, la capitale de la province de Paktya, dont il est originaire, pour s’y faire sauter, il est arrêté.

Son destin le mène, tout comme Nasibullah, à Kaboul, où il obtient également la grâce présidentielle. Puis Azizullah, aux grand yeux doux, est envoyé en maison de correction, d’où il s’échappe en creusant un trou dans un mur.

Ses formateurs, en le voyant revenir lui disent : « Viens, on va t’entraîner encore pour que quand les Américains te tirent dessus, ils ne te touchent pas », narre-t-il. « Ils ont tiré à ma droite et à ma gauche. Je n’ai pas été touché ! »

« J’espère qu’on ne trompe pas les enfants de mon âge qui étudient dans des madrasas », remarque-t-il piteusement. « J’ai demandé aux professeurs de ma madrasa de ne pas apprendre aux autres enfants à devenir des kamikazes », lui répond en écho Nasibullah.

« Même s’ils recrutent la plupart du temps de jeunes hommes, les talibans prennent aussi des enfants pour leurs attaques. Il est facile de les entraîner. Ils n’ont pas besoin de laver leurs cerveaux pour qu’ils acceptent de porter une attaque », commente Waheed Mujda, ancien cadre taliban devenu analyste.

« En plus, les enfants ont accès à plus d’endroits. Personne ne les fouille ou les arrête« , poursuit-il dans un entretien avec l’AFP.

La présentation des deux enfants à la presse a eu lieu dimanche, journée internationale contre l’utilisation d’enfants soldats. « On continue à voir en Afghanistan des enfants recrutés comme combattants, tués, violés ou abusés sexuellement », dénonce l’Union européenne dans un communiqué.

Selon l’ONU, quelque 15% des plus de 3.000 civils tués en 2011 en Afghanistan l’ont été lors d’attentats suicide, imputables aux insurgés, dont le nombre n’a pas augmenté mais qui ont fait 80% de victimes supplémentaires par rapport à 2010.

Source: http://www.lepoint.fr/

06/02/2012

C’est beau, la charia…

Si il y en a encore qui me menacent pour avoir publié ce billet qui ne montre que la vérité… Je ne vise personne en particulier. Ah, si, c’est vrai: un certain Thierry A. Si tu cautionnes ça, mon gars, il faut vite aller consulter…

FDF

.

ÂMES SENSIBLES NE PAS REGARDER LES PHOTOS

MAIS IL FAUT,  TOUTEFOIS,  QUE TOUT LE MONDE   PRENNE BIEN CONSCIENCE DE CE QU’EST LEUR SHARIA
D’AUTANT PLUS QUE  C’EST CE QU’ILS VEULENT INSTAURER EN FRANCE

JC JC…

.

La Charia En France Un Jour ? Roubaix France 2010
http://www.youtube.com/watch?v=0SX88RUMsRw
(filles défigurées à l’acide pour être allé à l’école)
http://www.youtube.com/watch?v=lo6uRwwnFH0&feature=g-vrec&context=G2d5a5baRVAAAAAAAAAg

Scenes of amputation by criminal Taliban in Kabul

Source et horribles photos :  http://www.rawa.org/handcut3.htm   

A Taliban fighter with the amputated limbs of the victims paraded through the streets of Kabul.

20/01/2012

Afghanistan: les soldats français tués n’étaient pas armés !

Morts pourquoi? Pour qui ?

.

Il faut que nos soldats rentrent, et vite. On abat des militaires non armés pendant leurs exercices sportifs… Cela fait 82 soldats Français tués là-bas, maintenant. On attend quoi? Le centième, pour faire un chiffre rond?

La guerre est perdue, en Afghanistan. Laissons les entre eux. Les raisons « politiques » de la présence de nos troupes chez les talibans ne vaut pas la mort de 82 militaires.

A noter que: une quinzaine de blessés dont huit grièvement sont à dénombrer, en plus

FDF

.

Quatre militaires français ont été tués par un soldat afghan pendant leur entraînement sportif. L’attaque a également blessé seize soldats dont huit grièvement. Les talibans ont salué le geste du « soldat afghan patriote ».

Quatre soldats français ont été tués en Afghanistan par un militaire en uniforme de l’armée afghane, d’après une source de sécurité afghane ce vendredi. « Le tireur présumé a été appréhendé », a ajouté la force internationale de l’Otan (Isaf). Nicolas Sarkozy a de son côté confirmé que les quatre militaires tués sont français.

82 soldats français tués depuis 2001

Les quatre soldats décédés vendredi portent à 82 le nombre de militaires français tombés en Afghanistan depuis le début du conflit en 2001.

« C’est dans le cadre d’un entraînement à l’intérieur de la base qu’un tireur a abattu, assassiné quatre de nos soldats dans des conditions qui sont inacceptables », a précisé le ministre français de la Défense Gérard Longuet. « Les Français étaient en train de terminer leur séance de sport à l’intérieur » d’une enceinte militaire, a précisé une source sécuritaire. « Les soldats n’étaient pas protégés. Ils ne pouvaient pas se défendre. [Le tireur] a tiré dans le groupe. Puis ils l’ont neutralisé « , a poursuivi cette source, sans donner plus de détails sur l’assaillant.

L’homme « a ouvert le feu sur des Français, quatre ont été tués et 16 blessés, ce matin vers 8 heures locales dans le district de Tagab de la province de Kapisa » dont l’armée française a la charge, selon une source de sécurité afghane. Le ministère de la Défense a déclaré que parmi les soldats français pris pour cible, il y a « une quinzaine de blessés dont huit grièvement ».

« C’est une tragédie qui s’apparente à un assassinat », a déclaré le ministre français en précisant que les événements s’étaient produits dans la base de Gwam, dans le nord-est du pays. Le périmètre de la base française de Tagab a depuis lors été circonscrit par l’armée française, et interdite d’accès aux forces de l’ordre afghanes, a indiqué une autre source sécuritaire.

L’armée afghane infiltrée?

« Le tireur était un soldat de l’armée afghane », selon Abdul Hamid Erkin, le chef de la police de la province de Kapisa. Auparavant, il avait été présenté comme un « homme portant un uniforme afghan », par une autre source sécuritaire.

Le 29 décembre, deux légionnaires français avaient été abattus délibérément par un soldat de l’Armée nationale afghane (ANA) dont ils assuraient la formation dans la province de Kapisa, au nord-est de Kaboul, région très infiltrée par la rébellion des talibans où se trouve la vallée de Tagab.

L’attaque avait été immédiatement revendiquée par les rebelles taliban. Selon eux, l’assaillant « avait rejoint l’armée (afghane) dans ce but et a atteint son objectif ». « Il a été tué en martyr par les envahisseurs », a-t-il ajouté.

Plusieurs incidents similaires, meurtriers pour l’Otan, ont eu lieu ces deux dernières années en Afghanistan, alors qu’ils étaient rares auparavant. Si les motivations des meurtriers ne sont pas toujours établies, elles laissent craindre une infiltration croissante des forces afghanes par les rebelles.

Les talibans ont pour l’heure salué le geste du « soldat afghan patriote » pour son attaque contre les soldats français.

Accélérer le retrait ou non?

Le président français a posé la question d’un retour anticipé des troupes françaises. D’ores et déjà, « toutes les opérations de formation, d’aide au combat de l’armée françaises, sont suspendues », a fermement déclaré Nicolas Sarkozy.

Le secrétaire général de l’Otan, Anders Fogh Rasmussen, a présenté ses condoléances à la France estimant qu’il s’agissait d’un « jour très triste » pour les troupes de l’Otan. « De tels incidents sont graves et font les gros titres, mais ils sont isolés », a déclaré Rasmussen, la réalité est que, chaque jour, 130 000 membres de l’Isaf, originaires de 50 pays, combattent et entraînent plus de 300 000 soldats afghans ».

« Nous avons le même objectif: un Afghanistan qui soit responsable de sa propre sécurité. C’est ce que veulent les Afghans. Et nous restons déterminés à les aider à réaliser cet objectif », a affirmé le secrétaire général, en visite vendredi à Riga.

Source: http://www.lexpress.fr/

17/12/2011

Horreur: des combattants talibans pakistanais ont coupé les seins d’une femme qui allaitait son enfant !

Et ont forcé d’autres femmes de manger les morceaux !

.

Cet incident sanglant est décrit dans un rapport sur ​​la maltraitance des femmes dans les régions tribales bordant l’Afghanistan, en proie au militantisme.

.

Dédié à celles et ceux qui m’accusent d’islamophobie.

En lisant ces lignes, j’ai eu envie de vomir… Avouez qu’il y a de quoi. Dénoncer ces faits est nécessaire, pour la sauvegarde de notre chrétienté; que veulent anéantir les islamistes et la remplacer par leur idéologie…

FDF

.



L’incident s’est produit lorsque cinq militants sont entrés dans une maison et ont vu la femme en train d’allaiter son enfant. L’Express Tribune cite le rapport intitulé Impact of crisis on women and girls in FATA (l’impact de la crise sur les femmes et les filles des régions tribales). Ce rapport de l’organisation de droits humains « Khwendo Kor » (Maison des soeurs en pachto) publié avec le soutien financier de l’ONU, est basé sur des études de cas de femmes de la ceinture tribale vivant dans des camps érigés à Khyber-Pakhtunkhwa pour les personnes déplacées en raison du militantisme. Les femmes des régions tribales sont plus susceptibles d’être victimes d’abus dans un contexte post-conflit, qu’elles fassent ou non partie du conflit, indique le rapport.

Le rapport révèle également que dans les camps, des femmes ont été forcées d’avoir des relations sexuelles en échange de nourriture et d’autres articles. Les filles et les veuves sont plus exposées à de tels abus. « Quand je suis allée chercher de la nourriture à l’entrée principale du camp, un agent de sécurité m’a forcé à avoir des relations sexuelles en échange d’huile de cuisson et de lentilles », a déclaré une femme de 22 ans du camp de Jalozai citée dans le rapport.

Les enquêtes menées dans les camps de secours de Nahqai et de Jalozai montrent que les femmes ne sont pas à l’aise d’aller aux toilettes parce que des hommes rodent continuellement dans les parages. Le rapport fait également état d’une augmentation des « crimes d’honneur » visant les femmes violées, le viol étant considéré comme un déshonneur pour la famille. Les mariages forcés, les crimes d’honneur, l’échange de femmes entre tribus et la naissance d’enfants handicapés à cause des mariages entre cousins germains rendent les femmes très dépendantes, indique le rapport.

Source : Taliban cut nursing woman’s breast, asked others to eat pieces: UN-backed report, Indian Express, 16 décembre 2011.

Traduction par http://www.postedeveille.ca/

05/12/2011

Nouveau martyr Taliban…

Le seul problème pour les Talibans est que cette nouvelle forme de terrorisme ne fait en général qu’une seule victime… Qui reste néanmoins un martyr.

FDF

.

http://youtu.be/p7RpsoRgrcc

Si on ne peut plus rigoler …

FDF

15/10/2011

Le black-out médiatique de messieurs GHESQUIERE et TAPONIER…

Même si ils n’en sont pas directement les protagonistes, Ghesquière et Taponier ont fait l’objet d’une surmédiatisation que l’on aurait pu éviter ne serait-ce que par décence envers les militaires qui tombent là-bas…

Retour sur une affaire que l’on croyait classée…

FDF

.

Par Yves Debay, journaliste et correspondant de guerre :

En Kapissa ou en Surobi, à l’annonce que j’étais journaliste, des militaires ne me connaissant pas me jetèrent un oeil noir tandis que d’autres n’hésitaient pas à me dire: « J’espère que vous n’êtes pas comme GHESQUIERE et TAPONIER ». Heureusement la majorité des soldats connait ASSAUT et son dinosaure de chef et je fus formidablement accueilli lors de mon séjour en Afghanistan. C’est ici dans l’infernale chaleur de l’été afghan, au milieu de ces simples héros que sont nos soldats que je pus me rendre compte de l’injustice ressentie par ces derniers vis à vis du traitement médiatique réservé aux journaliste otages.

Dans le sauna ambulant qu’est un VAB ou à la popote le soir avec une bière, j’ai souvent entendu dire: » ils ont eu leur portraits sur l’arc de triomphe et nos camarades tombés pour la France n’ont droit qu’aux entrefilets dans les journaux ou un court communiqué entre la météo et les résultats du tiercé dans l’audiovisuel ».
Ceci est tout à fait vrai mais nous savons hélas que la vie est injuste, que nos soldats sont de grands modestes et que les médias, les proches et les comités de soutien ne pouvaient que se battre pour libérer les deux otages en choisissant la médiatisation à outrance. Ce n’était peut être pas la meilleure solution mais elle avait l’avantage de mettre en avant un certain lobby de la presse personnalisé par les deux « martyrs ». Malgré la légèreté dont ils avaient fait preuve, ces hommes étaient des Français et ils avaient payé de 547 jours de liberté leur faute. « La punition avait été trop longue » selon certains milieux… A l’annonce de leur libération, on s’était dit: « bravo, ils vont enfin retrouver leur foyer ». On savait le passage médiatique obligatoire et ceux qui connaissaient vraiment la personnalité des deux reporters espéraient qu’à défaut d’un acte de repentance non demandé, ils feraient preuve d’un peu d’humilité. Hé bien non! GHESQUIERE en bon antimilitariste primaire oubliant les moyens qu’elle avait mis pour les localiser n’a pu s’empêcher d’accabler l’Armée française. De plus il a menti à plusieurs reprises sur les conditions ayant mené à la capture de l’équipe de France 3.

L’armée n’en veut pas mais le ministre les impose !

Par respect pour nos soldats qui jamais n’auront droit à un tel traitement médiatique et dans un simple but d’information, ASSAUT va simplement vous révéler certains faits qui vous démontreront que les « idoles » n’étaient simplement que des ambitieux cherchant le scoop à tout prix et non des journalistes responsables. Ils vont sans doute faire un bon petit livre, un témoignage certes mais qui risque d’être aussi un dossier à charge contre une institution qu’ils vomissent et qui est l’Armée Française. S’ils s’étaient montrés humbles et avaient remercié publiquement les dizaines de soldats qui ont risqué leur vie pour les retrouver, la page aurait été tournée et beaucoup de choses oubliées mais voilà, l’idée n’a même pas du les effleurer. Ce genre de mec n’est pas de la race des grands journalistes assumant la responsabilité de leurs actes mais de celle des fouilleurs de poubelles pétris d’idéologie que chérissent les responsables des grandes chaines publiques. Le mélange d’anti militarisme, de volonté d’abaissement de la France par l’autoculpabilisation perpétuelle additionnée d’une recherche malsaine du sensationnel ont mené au drame de cette prise d’otage qui a causé mort d’homme; car il y aurait bien mort d’homme! Un Afghan, leur chauffeur de taxi aurait été abattu par les Talibans lors de leur capture. Et les soldats qui ont contribué à leur recherche et sécurisé leur libération…ils y ont pensé?
Cette pénible histoire a commencé par une demande de FRANCE 3 à l’Etat Major des Armées qui souhaitait envoyer sur le terrain GHESQUIERE et TAPONIER pour effectuer un reportage dans le cadre de l’émission « envoyé Spécial ». La demande fut refusée pour deux raisons. La première était que les deux reporters n’avaient guère d’expérience et de connaissance sur l’Afghanistan à part TAPONIER et la seconde était que vus les antécédents des deux hommes, l’Armée de Terre n’avait rien à gagner à les voir œuvrer sur des sites où une certaine réserve doit être de rigueur. Bref, les militaires savaient parfaitement que l’équipe de France 3 venait en Afghanistan non pour effectuer un travail objectif mais pour y rechercher du sensationnel. Suite à ce refus, la chaîne forte de ses appuis politiques se tourna vers le ministre de la défense de l’époque Hervé MORIN qui imposa aux militaires la présence des deux reporters au sein des garnisons d’Afghanistan. Ceux ci emprunteront un avion militaire pour se rendre au pays de l’Insolence.
A peine débarqués sur le sol afghan, les deux hommes vont se faire remarquer par leur arrogance, leur goujaterie et bien sûr le rejet de toutes les règles d’usage lorsqu’on travaille avec des militaires sur un théâtre d’opération. Lorsqu’un reporter arrive en Afghanistan, il a préalablement signé une série de documents en Anglais pour obtenir sa carte d’accréditation ISAF. La procédure est certes lourde et je suis le premier à m’en plaindre mais on ne peut nier que ces documents mettent en garde le journaliste sur les dangers que comportent un séjour dans l’Afghanistan en guerre. GHESQUIERE et TAPONIER étaient plus que prévenus, donc l’argument qu’on ne leur aurait pas dit que l’Afghanistan est un endroit dangereux est bancal. Je crois que n’importe quel citoyen lambda sait qu’il y a une guerre en Afghanistan et que la guerre ça blesse, tue ou mutile. De plus si l’ISAF impose le port du casque et d’un gillet pare-éclats c’est qu’il y a des raisons et nos deux « héros » le savaient parfaitement. Enfin dernier point, à l’arrivée au centre de presse de Warrehouse à Kabul, rebelote, il faut à nouveau signer une série de formulaires en Français cette fois. On y trouve une décharge exemptant les forces armées Française de toutes responsabilités en cas de blessures ou de mort au combat dans le cadre du reportage. Ces formulaires, GHESQUIERE et TAPONIER les ont obligatoirement signés. Donc ils mentent et prennent le public et les membres de leur fan club pour des idiots en déclarant que l’Armée française ne les a jamais mis en garde sur les dangers d’un séjour en Afghanistan.

Une fois les documents signés, la communication opérationnelle envoie le journaliste dans une FOB en zone de combat. Il partira en général en convoi au bout d’un jour ou deux d’attente à Kabul où s’il est chanceux et en fonction du taux de disponibilité des machines, en hélicoptère. Le journaliste sera escorté par un officier de communication, l’off-com qui est souvent une jeune femme du grade de Lieutenant. Je dois avouer que pour un journaliste cette présence peut quelque fois se révéler pesante mais en général tout dépend de la personnalité de l’officier de communication. Le mieux est bien sur de trouver un gentleman agrémente entre le journaliste et l’off-com qui sera le relais entre la presse et l’institution militaire. Le tout est une affaire de confiance réciproque. Le problème est que vu les antécédents de GHESQUIERE et TAPONIER, la confiance n’a certainement pas dû être au rendez-vous.
Les deux hommes vont immédiatement tout faire pour tromper la vigilance de l’off-com du 13 BCA et aller filmer et interviewer les soldats sans sa présence. Les questions seront du style: »avez vous conscience de l’inutilité de votre engagement ici? » Les deux hommes se complaisent dans la provocation permanente et font visiblement tout pour faire sortir les soldats de leurs gonds en espérant une réaction et des paroles brutales qu’ils pourraient exploiter. Quant la malheureuse off-com tente de les rattraper lorsqu’ils essaient de lui fausser compagnie, elle à droit à plusieurs reprises à un doigt d’honneur. Voilà le type d’hommes que le lobby de la presse tente de faire passer pour des « héros » auprès des Français. Le plus virulent est GHESQUIERE. TAPONIER, le caméraman se montrera plus décent mais néanmoins suivra, peut être à regret, son chef de mission.
Autre énorme reproche, lorsqu’ils seront intégrés à une unité engagée dans une opération, par leur attitude et le non respect de règles tactiques élémentaires, ils mettront en danger leur vie et celle des soldats. Accompagnant des soldats Américains, ils se seraient conduit d’une facon telle que l’officier en charge de la mission y renoncera. Les deux journalistes feront donc échouer une opération militaire.
Confrontée à ces multiples problèmes, l’off-com préviendra son supérieur immédiat, le Lieutenant Colonel Jacky FOURQUEREAU, conseiller en communication à Kabul, d’habitude très souple avec les journalistes et grand communiquant. Ce dernier sera forcé d’en référer à Paris à l’Amiral PRAZUCK, grand patron de la communication militaire qui, fait exceptionnel, devra appeler à plusieurs reprises la direction de FRANCE 3 pour l’informer du comportement de ses reporters.
Ceux ci exigent toujours plus et ne comprennent pas qu’en zone de guerre il y a aussi des temps morts et qu’on ne peut monter une opération rien que pour leur beaux yeux. Comme beaucoup de journalistes, ils sont venus en Afghanistan avec un reportage déjà préconçu dans leur tête et seront incapable d’être simplement à l’écoute des soldats.
Sans doute déçus de l’accueil et pour cause, ils vont en rentrant à Kabul lancer le processus qui va mener à leur capture. Reconduits à l’aéroport de Kabul, ils ne prendront pas l’avion du retour mais après contact avec leur chaîne vont organiser leur déplorable expédition en Kapissa.
« Lorsque nous étions avec l’armée française, nous avons constaté qu’il y avait du trafic civil sur la route dans la vallée de Tagab » a déclaré GHESQUIERE. Cette déclaration semblait, pour lui, justifier le fait qu’il pouvait aller se balader en toute impunité et incognito sur une route de l’Afghanistan en guerre et de plus en Kapissa qui est un fief rebelle. Ce raisonnement est très léger et bien sûr tout à fait indigne d’un professionnel de la presse présenté dans les média comme un vétéran des pays en conflit. N’importe quel journaliste un peu censé sait qu’il y a des dizaines de chouff qui renseignent les insurgés sur les mouvements de l’OTAN. De plus les Talibans montent très souvent des chek-point mobiles sur les axes. Quant au trafic civil, la vie économique se poursuit en Afghanistan malgré la guerre et ceci ne veut nullement dire qu’il n’y a pas de danger. Les deux journalistes dans cet environnement ne pouvaient pas passer à travers les mailles du filet et leur soi-disant neutralité ne leur servait à rien.
Le seul moyen de travailler avec les Talibans est de les contacter et d’arranger un rendez-vous comme l’avait fait une journaliste de Paris Match après l’embuscade d’Uzbeen en 2008. Mais en fait qu’allaient faire GHESQUIERE et TAPONIER dans la vallée de Tagab ? Eux seuls bien sur peuvent répondre mais on peut facilement imaginer qu’ils voulaient démontrer que l’Armée française ne contrôlait rien ou pire vu leur haine des institutions militaires françaises assurer aux Talibans, leur sympathie. C’est bien naïf! Pour Taleb, un étranger c’est simplement un sacré paquet de pognon et la garantie que les opérations militaires seront gelées dans la région de détention. Et c’est ce qui s’est passé.
Le 30 décembre 2009, GHESQUIERE et TAPONIER sont arrêtés par la population à quelques kilomètres de la COP 49 Hutnik et remis aux Talibans.
Dès l’annonce de leur disparition, la TASK Force Lafayette va mobiliser ses Forces Spéciales et lancer une série d’opérations le long de l’axe sur lequel un jeune chasseur alpin de 19 ans aurait pu très bien être tué. Heureusement ce ne fût pas le cas. Un drone SDTI est en permanence et pendant dix jours mobilisé pour les retrouver. On les sait cachés quelque part en fond de la vallée d’Allasay. Le coût des opérations de recherche est énorme et le Général GEORGELIN sera critiqué par la presse pour l’avoir révélé.
En fait les militaires français vont probablement localiser l’endroit où sont détenus les otages et ce dernier fera l’objet d’une surveillance constante afin d’éviter qu’ils ne soient transférés au Pakistan où ils seraient hors d’atteinte. De toute façon, les Talibans locaux ont sans doute de bonnes raisons pour les garder en vallée d’Allasay. Les transférer au Pakistan multiplierait le nombre d’intermédiaires et en cas de paiement de rançon, cela ferait autant d’argent en moins pour le groupe les ayant capturés. Le fait de détenir deux otages en zone française va forcément mettre le commandement français dans l’embarras et permettre aux insurgés de bénéficier d’une certaine impunité dans la zone sanctuaire où ils sont détenus. Un officier sous le sceau de l’anonymat me confiera: « Vous n’imaginez pas la frustration de nos gars qui avaient repéré des groupes d’insurgés. Nos soldats les avaient acculés dans une nasse et ils étaient prêts à être détruits par l’artillerie et l’aviation et on a eu l’ordre de ne rien faire parce qu’il aurait pu y avoir des représailles sur GHESQUIERE et TAPONIER ».
Un autre aspect méconnu. Dans une guerre de contre insurrection comme celle menée en Kapissa, les opérations psychologiques ou Civilo militaires ont une grande importance. Il est très difficile de gagner les cœurs en raison du Patchoun Wali, le code d’honneur patchoun. Nos soldats en liaison avec l’armée afghane tentent cependant de démontrer à la population qu’ils ne sont pas une armée d’occupation mais qu’ils sont ici pour appuyer le gouvernement central. Certains villages peuvent être récompensés et d’autres délaissés parce qu’on les sait acquis, et quelque fois par la force, aux insurgés. Ici le faible à toujours tort et le fait de reculer pour préserver la vie des otages est un aveu de faiblesse. Par leur légèreté, les deux chouchous des médias ont donc contribué à faire capoter dans de nombreux villages un patient travail de sape.

Restait la solution de les récupérer par la force. Les Forces Spéciales avaient repéré l’endroit de détention. En Europe, on ne peut discuter avec les terroristes preneurs d’otages et la force est une solution tout à fait envisageable. Rappelez vous l’affaire de l’Airbus de Marseille ou de la prise d’otages de l’école de Beslan en Ossétie du nord. Ici une intervention aurait pu réussir mais le coût humain aurait probablement été très élevé. Le fond de la vallée d’Alassay est « territoire indien » et y rechercher des otages était mettre la main dans un nid de guêpes. Opération héliportée? 80% de chance d’avoir un hélicoptère abattu avec sa précieuse cargaison de Forces Spéciales. Au fond de la vallée d’Alassay, il y a des Douchkas et peut être même des KPV de 14.5mm. L’armée française ne dispose hélas que de 4 hélicoptères de transport sur le théâtre et c’est d’ailleurs un vrai scandale. Les Américains auraient certainement refusé de prêter des Blackhawk et des Chinook pour une opération non militaire. Une opération combinée hélicoptère-route aurait été possible mais elle aurait mobilisé au moins deux SGTIA sur une piste propice aux embuscades et sans doute truffée d’IED. Coût estimable de l’opération au moins cinq morts chez nos garçons. De plus à l’annonce du moindre mouvement de troupes, GHESQUIERE et TAPONIER auraient pu être égorgés, cachés ou transférés au Pakistan ou dans une autre vallée. L’option de les récupérer par la force n’avait donc que très peu de chance de réussir et son coût aurait été inacceptable. Personnellement et je l’assume j’aurai eu du mal à voir des garçons de 20 ans se faire déchiqueter par des IED pour deux Charlie Oscar November cherchant le scoop à tout prix. Les autorités ont décidé de payer et j’aurais plutôt laissé les « deux héros » moisir quelques années de plus en compagnie de leurs amis Talibans en vallée d’Alassay.
La libération des deux « héros » va également être un vrai crève-cœur pour nos soldats. Dans les COP et FOB sous prétexte d’une panne, internet est coupé. Les agences de presse sont averties de la libération des deux hommes et non nos soldats. De plus l’échange a pratiquement lieu à la porte de la COB Tagab où les Taliban se pavanent en compagnie des agents de la DGSE venus chercher les « deux héros ». Nos soldats se sentent humiliés par cette libération faite dans leur dos.
On peut se demander quel est le coût payé pour cette libération. On parle de 20 millions d’euros. Comme d’habitude les autorités démentent, mais de l’argent a été versé et cet argent c’est le nôtre, celui du contribuable français. Et à quoi va servir cet argent? Eh bien a acquérir de l’armement sophistiqué, des munitions, à corrompre les policiers qui laisseront passer les « suicide-bomber », à acheter des IED qui tueront ou mutileront des jeunes de 20 ans. Voilà, messieurs GHESQUIERE et TAPONIER ce que vous avez contribué à faire.
Un Adjudant-chef avec le gros bon sens des hommes qui peinent à la tâche et non des intellectuels de l’ENA qui nous gouvernent me dira: « Pour un soldat, payer ses impots est suicidaire. Cela sert à acheter les armes qui risquent de le tuer ».
Autre chose, en échange de nos deux otages, 17 chefs terroristes ont été libérés et certains ont immédiatement repris du service. Les hommes de la Task Force Lafayette et l’ANA avait déployé des trésors de ruse pour capturer ces chefs et des hommes sont peut être tombés ou ont été blessés. Désormais, ils sont dans la nature et contrairement aux moutons occidentaux, ils n’ont aucun esprit de repentance et vont causer du fil à retordre à nos soldats.
Et puis, la profession de la presse a également été punie à cause de l’attitude des deux inconscients. Suite à leur action et par décision gouvernementale, la Kapissa a été interdite aux journalistes pendant presque deux ans. GHESQUIERE et TAPONIER ont donc contribué à créer un black-out médiatique sur cette région. Et pourtant nos soldats ont diablement besoin d’une couverture médiatique impartiale contribuant à renforcer le lien Armée-Nation. Messieurs GHESQUIERE et TAPONIER, vous avez contribué à punir vos propres collègues et à empêcher le peuple français de savoir ce que faisait leur soldats. Un Colonel de la communication m’a dit: « Monsieur DEBAY, n’écrivez pas cet article. Cela ne changera rien et de toute façon les grands lobby ont toujours raison. C’est un combat perdu d’avance ».
Désolé Mon Colonel, l’article est écrit et il n’y a jamais de combat perdu d’avance. Depuis la Grande Guerre à l’exception peut être de l’Armée de Lattre nous perdons des batailles parce que là haut, certains de nos grands chefs sont des carriéristes prêts à toutes les compromissions avec le pouvoir en place. Notre Armée est celle de la République et non du pouvoir en place et il est peut être temps de voir les officiers généraux cesser d’être des avaleurs de couleuvres professionnels. Lobby presse OK mais ce dernier ne doit pas commander aux opérations et c’est ce qui est arrivé avec la lamentable affaire GHESQUIERE et TAPONIER. Nos soldats méritent autre chose car eux ils paient de leur sang.
Avec un peu d’excessivité mais c’est tout à fait pardonnable dans le contexte, un jeune sergent de 21 ans du 1 RCP me dit: « On libère les otages et on enterre les soldats ».

Yves DEBAY

Merci à Le Gaulois

Source: http://www.defrancisation.com/

04/09/2011

Pakistan: les talibans en sont à prendre des enfants en otages… On atteint des sommets !

Et rien n’interdit de penser qu’ils pourraient les tuer. Les talibans ne sont plus à un égorgement humain près… Je prône l’éradication totale et rapide de cette de ces pourritures de meurtriers islamistes !  S’en prendre à des enfants; quel acte de courage !!!

Et vous, les maîtres à penser musulmans de la religion d’amour et de paix, de France et d’ailleurs? Vous ne « condamnez » pas çà ?

Qui ne dit rien consent. On attend un communiqué et vite! Car dans ce cas, il ne s’agit pas simplement d’une mosquée taguée…

FDF

.

De futurs combattants, certes, mais des enfants avant tout…

.

25 enfants pakistanais enlevés par les talibans !

Les enfants, qui étaient en randonnée du côté afghan de la frontière, sont retenus en otage parce que leurs parents « aident le gouvernement » et combattent les taliban. 

Les taliban pakistanais ont revendiqué ce samedi la capture d’environ 25 enfants, enlevés en représailles au soutien de tribus à l’armée dans le nord-ouest du pays. 

Des responsables pakistanais avaient indiqué vendredi que les enfants avaient été capturés après s’être aventurés du côté afghan de la frontière lors d’une randonnée. 

Selon le porte-parole des taliban pakistanais qui a confirmé qu’ils retenaient les enfants, ils ont été « enlevés car leurs parents et les chefs tribaux aident le gouvernement et combattent contre nous« . 

Les enfants sont détenus dans un lieu inconnu. 

Un ministre du gouvernement pakistanais a confié que le ministre de l’Intérieur était en contact étroit avec les autorités afghanes. « L’accident a eu lieu de leur côté et, comme le veut la loi, il est de la responsabilité du gouvernement afghan de leur permettre de revenir sain et sauf au Pakistan », a déclaré le ministre pakistanais des Régions. 

Les enfants viennent des tribus de Mamoun, qui sont opposés à Al Qaïda et aux taliban. 

Source: http://www.lexpress.fr/

15/08/2011

Afghanistan: chaque jour apporte son soldat tué, maintenant ?

Le 74 ème soldat tué en Afghanistan était marié et père de trois enfants… Ca devient débile autant qu’irréel, ce massacre de nos troupes en Afghanistan! Paris « envisage » de retirer un quart de ses effectifs d’ici un an; ça fait un millier de militaires. A raison d’un mort par jour, il n’y aura bientôt plus grand monde à rapatrier… L’armée Française est en train de se faire décimer par une bande de Pieds Nickelés (les Talibans). Quelle honte ! Même les Russes ont abandonné; c’est pour dire.

« Ces opérations récentes bien que meurtrières n’entament pas la résolution de la France, lit-on dans le communiqué de la présidence. Elles traduisent l’intensité de combats désespérés des insurgés. Le chef de l’État exprime, à nouveau, la détermination de la France à continuer d’oeuvrer au sein de la Force internationale d’assistance à la sécurité pour rétablir paix et stabilité dans ce pays et contribuer à son développement« .


A quel prix?

FDF

.

Décès d’un 74e militaire français en Afghanistan

Le lieutenant a été touché par un tir insurgé dans la province de Kapisa. La France est engagée dans ce conflit depuis 2001.

Ce samedi, on apprenait la mort d’un caporal de 32 ans, suivie de celle, annoncée dimanche, d’un lieutenant du 152e régiment d’infanterie de Colmar, touché par un tir insurgé au cours d’une mission d’appui à l’armée afghane dans la province de Kapisa, précise l’Elysée. 

« Ces opérations récentes bien que meurtrières n’entament pas la résolution de la France », lit-on dans le communiqué de la présidence. « Elles traduisent l’intensité de combats désespérés des insurgés. Le chef de l’État exprime, à nouveau, la détermination de la France à continuer d’oeuvrer au sein de la Force internationale d’assistance à la sécurité pour rétablir paix et stabilité dans ce pays et contribuer à son développement« , poursuit le texte. 

Ce décès porte à 74 le nombre de morts français dans ce conflit dans lequel Paris est engagé depuis 2001. 

La France prévoit de retirer en 2011-2012 un quart de ses quelque 4.000 soldats présents depuis 2001 en Afghanistan, principalement dans l’est du pays (province de Kapisa et district de Surobi). 

Source: http://www.lexpress.fr/

07/08/2011

Chameau ou taliban ?

La guerre d’ Afghanistan vu par « Têtes à claques »… Pas mal. On a un peu de mal avec l’accent canadien, mais on s’y fait…

FDF

http://www.tetesaclaques.tv/le_taliban_vid9

31 militaires américains tués d’un coup en Afghanistan !!!

Il va peut être falloir songer à arrêter les conneries, là. C’est bien beau de leur rendre hommage etc… En plus de ces simagrées, l’Occident passe encore pour des loosers aux yeux du monde islamiste. Les russes avaient compris depuis longtemps. C’est le second « Vietnam » des USA. Et la France s’y casse les dents…

L’échec au Vietnam n’a pas suffi…

FDF

.

Afghanistan : 31 soldats américains tués dans un crash

Sept soldats afghans ont également perdu la vie. Les talibans ont déclaré avoir provoqué la chute de l’appareil. Il s’agit des plus importantes pertes en un seul événement pour la coalition depuis fin 2001.

En dix ans de conflit, jamais les États-Unis n’avait connu de perte aussi lourde en Afghanistan. Dans la nuit de vendredi à samedi, un hélicoptère américain s’est écrasé dans le centre du pays, tuant trente et un membres des forces spéciales et sept soldats afghans, selon un communiqué émanant de la présidence afghane. L’Isaf, la force internationale, a confirmé le crash, mais a refusé de se prononcer sur le bilan et sur les causes de l’accident. Le Pentagone n’a pour l’instant pas livré de réaction.

Le président Obama a salué «le sacrifice extraordinaire» des militaires. «Nous allons nous inspirer de leur vie et continuer à oeuvrer à la sécurité de notre pays et des valeurs qu’ils incarnaient», a déclaré le président américain ce samedi.

Dans un communiqué, les talibans ont revendiqué être à l’origine du crash de cet hélicoptère Chinook. Ce scénario a été confirmé par un porte-parole des autorités de la province de Wardak où l’appareil s’est écrasé. «L’hélicoptère américain a été touché par une roquette tirée par les talibans alors qu’il décollait», a précisé Shahidullah Shahid. Huit insurgés auraient également été tués au cours de combats.

«Vers 22 heures, nous avons entendu des hélicoptères survolant le village. Nous étions chez nous, quand nous avons vu un hélicoptère atterrir sur le toit de la maison d’un commandant taliban, puis une fusillade a commencé», a raconté un habitant du village d’Amikhan contacté par l’AFP. «Peu après avoir redécollé, l’hélicoptère a perdu de l’altitude et s’est écrasé», a-t-il ajouté.

Plus de 2600 soldats étrangers morts depuis 2001

Les accidents d’hélicoptère sont réguliers en Afghanistan. Les plus lourdes pertes étaient survenues en 2005, lorsqu’un appareil avait été abattu en juin, tuant seize Américains. Le crash de samedi porte à au moins 374 le nombre de militaires de l’Otan ayant péri dans le cadre des opérations en Afghanistan depuis le début de l’année. Mi-juillet, plusieurs attaques d’insurgés ont coûté la vie à six soldats français. Plus de 2600 soldats étrangers ont été tués depuis le début du conflit.

L’Isaf compte environ 130.000 soldats, aux deux tiers américains, qui combattent depuis fin 2001, au côté du gouvernement afghan, l’insurrection lancée par les talibans après qu’ils ont été chassés du pouvoir. Barack Obama a annoncé fin juin le retrait d’ici mi-2012 d’un tiers du contingent américain, soit 33.000 hommes, la totalité des renforts envoyés depuis fin 2009, dans le cadre du retrait des troupes de combats de la coalition, censé s’achever fin 2014.

Source: http://www.lefigaro.fr/


21/07/2011

En Afghanistan, on achève bien les policiers !

Et dites moi pourquoi c’est très peu médiatisé, ça ? On a peur que ça donne des idées à nos racailles? Trop tard; ils n’ont pas attendu cette  info pour « pratiquer »…

FDF

.

Assassinat de policiers en Afganistan !

http://www.asianews.it/news-en/Shocking-video:-the-Taliban-execute-16-Pakistani-policemen-22134.html
La vidéo est là :
http://www.liveleak.com/view?i=dd3_1310954791

14/07/2011

Péril jaune… Et vert.

Encore une preuve de la lâcheté des talibans qui profitent de l’innocence des enfants… Bande de fumiers !

FDF

.

Des bambins chinois s’entrainent au Djihad …

Sans doute les talibans trouvent-ils que le commerce d’enfants kamikazes coûte trop cher … toujours est-il que maintenant, ils exploitent les enfants chinois, pakistanais ou Afghans, en les apprennant au Djihad … à partir de 5 ans …

Encore une de leurs techniques, toutes plus odieuse que les autres … Quand aux fillettes, si elles ne sont pas aptes à la guerre … eh bien le plus simple est de les envoyer se faire sauter en toute innocence, procédé déjà utilisé de nombreuse fois …

Lu sur Poste De Veille.
 
Des enfants visent avec des fusils AK-47 pour s’entraîner à faire la guerre aux troupes britanniques. Ils sont formés au combat même s’ils peuvent à peine tenir les armes létales.
Des vidéos choquantes montrent des bambins d’à peine cinq ans s’entraîner comme «martyrs» dans un camp secret d’Al-Qaïda. Ils apprennent à faire sauter des immeubles et à placer des bombes en bordure des routes. Les commandants britanniques en Afghanistan disent que les talibans utilisent de plus en plus des enfants comme kamikazes et boucliers humains pendant les combats.
Les images montrent des enfants applaudissant quand une voiture de police jouet est déchiquetée par une bombe après qu’un bambin ait pressé un bouton sur un téléphone mobile. Les enfants, dont certains portent un uniforme de camouflage, se montrent impatients dans la file où ils attendent de recevoir leur fusil.  

Des centaines d’enfants apprennent à devenir des tueurs dans le camp de militants basé au Nord Waziristan avant d’être envoyés de l’autre côté de la frontière pour se battre contre les troupes occidentales. Ces enfants sont d’ethnie turque Ouïgour – des musulmans chinois en fuite qui se sont installés au Pakistan, en Afghanistan et au Kazakhstan.

Source: http://infos-meconnues.blogspot.com/

13/07/2011

Afghanistan: CINQ soldats Français tués lors d’un attentat !

Cette fois-ci, il ne faut plus plaisanter avec ça. A croire que Sarkö Ier porte malheur: il visite les troupes Françaises en Afghanistan et cinq militaires sont tués le lendemain.

Dis; monsieur le président; tu l’arrêtes quand, cette boucherie? Parcequ’en fait, à part des morts et la « considération » d’Obwana, elle te rapporte quoi, cette guerre ?

Les jeunes militaires tombés là-bas; ils n’auraient pas préféré défiler sur « les Champs », demain, par hasard? Les talibans ont envoyé un « message »; il n’est peut-être pas assez clair…

FDF

.

Cinq soldats français et un civil afghanont été tués aujourd’hui en Afghanistan dans une attaque suicide contre l’armée française, annonce l’Élysée.

L’attaque a eu lieu lors d’une assemblée de notables à Joybar, dans la province de la Kapisa, à 25 km au  nord-est de Kaboul, a confirmé la présidence.

« Un terroriste a déclenché sa bombe à proximité des soldats français » alors qu’ils protégeaient une assemblée de notables à Joybar, dans la province de la Kapisa, selon la présidence qui ne dit pas explicitement qu’il s’agit d’une attaque suicide.
Quatre autres soldats français et trois civils afghans ont également été blessés lors de cet attentat suicide.

L’attentat a été revendiqué par les talibans dans un sms envoyé à l’AFP.

C’est l’attaque est la plus meurtrière contre des soldats français depuis août 2008.
Cette nouvelle intervient après la visite éclair de Nicolas Sarkozy en Afghanistan et juste avant les célébrations du 14 juillet.


Source: http://www.lefigaro.fr/

05/07/2011

La machine à voir dans le temps…

Un peu d’humour pour commencer cette journée… Vous pouvez transmettre.

FDF

.

La machine à voir dans le temps
Le président des États-Unis Barak Obama et le président Français Sarkozy
étaient à une présentation d’une machine à voir dans le temps qui
permettait de voir dans 100 ans dans le futur.
Tous deux décidèrent de l’essayer en posant une question chacun.
Le président Obama commença : « Comment seront les USA dans 100 ans ? »
La machine vibra, sonna, se mit en fonction et il prit le résultat imprimé,
il le lit :
« Le pays est en de bonnes mains avec un président républicain, il n’y a
plus de crimes, il n’y a plus de conflits, les Talibans sont battus, la
Corée du Nord est une démocratie, l’économie est en bonne santé. Il n’y a pas de problèmes ».

Le président Sarkozy pense alors, « Cette machine semble pas mal. Je
vais l’essayer ».
Il demande : « Comment sera la France dans 100 ans ? »
La machine vibra, sonna, se mit en fonction et il prit le résultat imprimé.
Mais il ne fit que le regarder et le mit dans sa poche.
« Vas-y Nicolas,» dit Obama, « dis nous ce qui est écrit. »

«Je ne peux pas, c’est écrit en Arabe. »

21/06/2011

Fillette kamikaze au Pakistan…

 

   

Courageux, les talibans…Ils n’ont même pas les c……. pour se sacrifier eux-même. Et ils envoient des enfants à leur place, ces cons. Ecoeurant!

 

FDF

.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La police pakistanaise a indiqué lundi avoir arrêté une petite fille de 9 ans bardée d’explosifs qui devait commettre un attentat suicide à un barrage policier dans un district du nord-ouest secoué par la rébellion islamiste.

Aucune source indépendante ne pouvait confirmer les intentions de la petite fille, mais si les affirmations de la police était confirmés, il s’agirait de la première fois au Pakistan qu’une petite fille est utilisée par des rebelles islamistes pour commettre un attentat contre les forces de sécurité.

Elle a été arrêtée à une cinquantaine de mètres d’un barrage de police des faubourgs de Taimargara, la principale ville du district du Bas Dir, où l’armée avait menée une offensive en 2009 pour déloger les talibans.

«Elle se comportait de manière étrange», a déclaré à l’AFP le chef de la police de la région, Qazi Jamil-ur-Rehman. «Elle portait 8 kg d’explosifs, ce qui est très lourd pour son âge. C’était une écolière innocente qui avait peur. Elle est avec nous, et nous allons tenter de retrouver sa famille».

Selon la police, la fillette a raconté avoir été enlevée quelques jours plus tôt à Peshawar, principale ville du nord-ouest du Pakistan, puis emmenée dans le Bas Dir, proche de la frontière afghane.

«Ils m’ont dit dit d’appuyer sur le bouton»

Elle est apparue devant les caméras de la télévision nationale dans son uniforme bleu et blanc d’écolière. «Ils m’ont dit dit d’appuyer sur le bouton lorsque je serai près de policiers», a-t-elle déclaré à propos de ses ravisseurs lors d’une conférence de presse.

Si les attentats suicide se sont multipliés au Pakistan ces dernières années, ils ont été rarement commis par des femmes ou des enfants, même si les rebelles sont régulièrement accusés d’utiliser des kamikazes adolescents.

Le 26 décembre dernier, une femme kamikaze vêtue d’une burqa avait tué 43 personnes à un point de distribution d’aide alimentaire de l’ONU à Khar, principale ville du district tribal de Bajaur, frontalier de l’Afghanistan.

Le Pakistan est depuis 2007 en proie à une multiplication des attentats qui ont tué près de 4500 personnes, attribués aux talibans et à leurs alliés qui ont déclaré la guerre sainte au gouvernement d’Islamabad pour le punir de son alignement sur la stratégie américaine dans la région.

Source: http://fr.canoe.ca/

12/05/2011

Rappel: au Pakistan: pas d’aide sans conversion à l’islam !

Ce n’est pas un scoop, comme info, on s’en doutait depuis le début. J’ai évoqué le sujet récemment dans un précédent billet… La conversion ou la mort. Sympa, comme aide humanitaire, non?

Avec des talibans qui se proposent comme secours, il ne fallait pas s’attendre à des miracles. Rien de gratuit avec ces assassins… Et dire qu’il y en a qui y ont cru…

FDF

.

Les chrétiens n’auraient accès à une assistance que s’ils se convertissent.

Les 4 millions de chrétiens que compte le Pakistan sont d’ordinaire persécutés. Mais, avec les inondations, ils sont « encore plus vulnérables », affirme le site Portail-humanitaire. Touchés au même titre que leurs concitoyens musulmans par la catastrophe, ils sont souvent écartés des circuits de distribution de l’aide, à cause de leur religion.

Un chantage s’est mis en place: les islamistes accepteraient de leur fournir de l’aide, à condition que les chrétiens se convertissent à l’islam.

En réponse, l’ONG chrétienne Portes ouvertes a lancé un appel aux dons afin de venir en aide aux chrétiens sinistrés par les inondations.

> Lire l’article sur le site Portail-humanitaire

19/04/2011

Que passe-t-il par la tête d’un adolescent de 14 ans qui décide de rejoindre les talibans et de se faire exploser pour la cause?

Chez ces cons-là (les Talibans), la propagande est un art; et qui est très efficace. Pauvres gosses. Ils sont « recrutés » dans les écoles (coraniques). Les mêmes qui commencent à se multiplier en France…

FDF

.

Kamikaze terroriste à 14 ans, il raconte l’attentat auquel il a survécu

Oumar, un terroriste kamikaze de 14 ans recruté par les talibans au Pakistan. BBC

PAKISTAN – Sa veste s’est mal déclenchée, contrairement à celle de son partenaire…

Oumar raconte son histoire choc à la BBC, alors qu’il a participé à un attentat-suicide, le 3 avril dernier, qui a fait 41 morts dans le centre du Pakistan, dans un mausolée soufi (*).

«Le plan était qu’Ismaël se fasse sauter près du temple. Moi, je devais attendre que les ambulances arrivent pour tuer le plus de monde possible», explique-t-il. Laa première partie se déroule comme prévu, la veste d’Oumar, elle, se déclenche mal. L’explosion lui déchiquette le bras et une partie de l’abdomen, mais le jeune Pakistanais n’a pas rejoint le «paradis» promis.

Dans quel état d’esprit se trouvait-il? «On a d’abord  enfilé nos gilets explosifs, à l’écart. Ensuite, on s’est dit au revoir et on s’est promis de prier l’un pour l’autre. Je pensais que ça ferait un peu mal, mais qu’ensuite, on serait au paradis», confie-t-il depuis son lit d’hôpital, où il se trouve toujours dans un état grave.

Cinq mois d’entraînement

Comme beaucoup de jeunes terroristes, Oumar s’est fait recruter à l’école, à la frontière avec l’Afghanistan. «Les talibans étaient partout. Un jour, un homme s’est présenté et m’a dit de venir avec lui, pour devenir un kamikaze. Je lui ai dit que s’il voulait tuer des gens, il pouvait le faire tout seul», raconte l’adolescent. «Mais il revenait, encore et toujours. Il disait: Ça ne sert à rien d’étudier, il n’y a rien de mieux que le paradis, tu peux le rejoindre en tuant des hérétiques‘.»

Petit à petit, l’idée fait son chemin. «Les talibans prient tout le temps et lisent le Coran. J’ai fini par penser qu’ils avaient raison. Mon coeur m’a dit d’aller m’entraîner avec eux». L’entraînement dure cinq mois. En compagnie de deux autres adolescents, Oumar apprend à manier armes et explosifs. «Souvent, ils nous bandaient les yeux», précise-t-il. Pour que l’emplacement du camp reste secret.

«J’espère que les gens me pardonneront»

Quand sa veste s’est mal déclenchée, Oumar a fait ce que tout terroriste formé par les talibans apprend: il a tenté de dégoupiller sa grenade de secours avec les dents, pour finir sa mission. Mais avant qu’il puisse s’exécuter, un policier est parvenu à le neutraliser, d’une balle dans le bras.

Oumar dit avoir réalisé qu’il avait eu tort quand il a vu les médecins s’activer pour tenter de lui sauver la vie. «Je suis reconnaissant, ils m’ont sauvé de l’enfer. La douleur est intense, mais il y a beaucoup de gens à l’hôpital dans un état bien plus grave que le mien. Ce que nous avons fait est inexcusable, nous avons tué des enfants, des femmes et des personnes âgées. Aujourd’hui, je réalise que les attentats-suicides vont à l’encontre de l’enseignement de l’Islam. J’espère que les gens me pardonneront.»

(*) le soufisme est un mouvement minoritaire de l’islam. Ses disciples sont considérés comme des impies et des hérétiques par les musulmans les plus radicaux.

Source: http://www.20minutes.fr/

17/04/2011

La Turquie s’apprête à ouvrir un bureau des talibans à Istanbul !

Les talibans reconnus comme une nation, maintenant??? Mais où va t’on? Et c’est la Turquie qui favorise ce fait… Oui, oui, ceux-même qui veulent entrer dans l’Union Européenne… Nimporte quoi. Résistons à ce nouvel affront!

FDF



La Turquie fait partie de l’OTAN, qui combat les talibans en Afghanistan.


__________________________

Une nouvelle nation…

La Turquie s’apprête à ouvrir un bureau politique pour les talibans à Istanbul, selon un proche du Premier ministre turc Tayyip Erdogan cité vendredi.

«C’est en cours de négociation à l’heure actuelle », a déclaré Ibrahim Kalin au quotidien Hurriyet, ajoutant que le bureau serait situé à Istanbul, la plus grande ville de Turquie. La Turquie musulmane, qui a été l’hôte de pourparlers visant à renforcer les liens de confiance entre le Pakistan et l’Afghanistan, a déjà déclaré auparavant qu’elle était prête à accueillir une présence diplomatique des talibans afin de favoriser les pourparlers visant à mettre fin à la guerre en Afghanistan. […]

Source : Reuters, 15 avril 2011

Page suivante »