Francaisdefrance's Blog

19/01/2012

« La délinquance est en baisse depuis neuf années consécutives » (Claude Guéant)…

On doit lui cacher des choses, à Claude Guéant…

FDF

.

A l’issue d’une course poursuite entre Toulouse et Cugnaux, deux policiers ont été blessés lors de deux interpellations musclées. L’un d’eux a été hospitalisé.

Une course-poursuite a failli virer au drame, vers 3 heures, dans la nuit de mardi à mercredi, à Cugnaux. Deux fonctionnaires de police ont été blessés dont un a dû être hospitalisé pour des blessures importantes.

L’équipée a débuté quelques minutes avant, dans le centre ville de Toulouse. Une voiture de police en patrouille repère, boulevard Lascrosses, au niveau de l’avenue Honoré-Serres, un véhicule Renault clio, avec trois personnes à son bord, qui roule à très vive allure. Le conducteur grille les feux rouges.

Les policiers le prennent en chasse. Bien que la voiture de police soit clairement identifiée, le chauffard n’obtempère pas et continue de filer à vive allure dans les rues de Toulouse. Les policiers le poursuivent jusqu’à la route de Saint-Simon puis en direction de Cugnaux, route de Tournefeuille, dans le secteur de La Ramée.

Le conducteur, qui semble bien connaître les lieux enchaîne les petites rues jusqu’au chemin de La Parisette à Cugnaux. Une arme est jetée dans le fossé. Là, la voiture s’arrête puis redémarre soudainement en marche arrière avant de percuter de plein fouet le véhicule de police. Les trois sortent alors et tentent de s’échapper. Les policiers parviennent à en interpeller deux, dont le conducteur, mais ils ne se laissent pas faire. Entre-temps, une quinzaine de gens du voyage habitant de cette rue est arrivée sur les lieux et cherche à empêcher les interpellations. Un fonctionnaire de police tente de plaquer l’un des fuyards qui résiste et essaie de dérober l’arme de service. Le policier est roué de coups de poings, de coups de pieds. Il est blessé à l’arcade et à la tempe. Il souffre d’une lésion de la hanche. Son collègue, lui aussi agressé, est plus légèrement blessé. Les deux jeunes, âgés de 25 ans, sont finalement interpellés, grâce à l’arrivée de renforts et notamment d’équipages de la brigade anticriminalité.

Cette nouvelle agression fait bondir le syndicat de police Alliance. « Malheureusement, on déplore de plus en plus de violences et de moins en moins de respect des forces de l’ordre. Le moindre petit fait tourne à la rébellion et à l’outrage », s’indigne Gilles Rouziès, secrétaire zonal adjoint Midi-Pyrénées. Hier soir, le policier était sorti de l’hôpital. Les deux personnes arrêtées étaient toujours en garde à vue.


Une policière blessée

Une semaine tout juste avant ces faits, le mardi 10 janvier, deux policiers avaient été blessés à Toulouse, par un automobiliste en fuite qui avait délibérément percuté leur véhicule pour échapper à une interpellation entre le boulevard des Crêtes et la route de Castres. Une fonctionnaire, passagère avant, blessée à un bras et au dos, souffrait d’un trauma facial. Elle avait été transportée à l’hôpital Rangueil après une longue désincarcération. Elle avait dû être opérée et est restée une semaine hospitalisée. L’un de ses collègues avait également été blessé. Le chauffard âgé de 22 ans a été jugé en comparution immédiate. Il a écopé de 6 mois de prison ferme.

Source: http://www.ladepeche.fr/

Merci à Henri…

28/11/2011

Un policier de la BAC grièvement blessé par balles à Vitrolles !

Je crois que ce n’est pas que sur les routes où la délinquance bat son plein. Bon; il est vrai que là, il y a du « fric facile » à se faire en criminalisant un papy sympa qui a oublié de mettre sa ceinture…

Dans l’affaire énoncée plus bas, il est à souhaiter que nos décideurs prennent conscience que le fait de tenter d’abattre des policiers est un acte grave, très grave. Surtout quand on sait dans quelles conditions ces derniers travaillent.

Il va falloir un jour à faire passer la lutte contre la véritable insécurité avant la politique…

 

FDF

.

De source proche de l'enquête, le malfaiteur décédé, Patrick Lombard, âgé d'une vingtaine d'années et membre de la communauté des gens du voyage, faisait partie du "gang des disqueuses", suspecté d'avoir cambriolé de nombreux commerces autour de Marseille à l'aide de disqueuses pour découper les rideaux métalliques.De source proche de l’enquête, le malfaiteur décédé, Patrick Lombard, âgé d’une vingtaine d’années et membre de la communauté des gens du voyage, faisait partie du « gang des disqueuses », suspecté d’avoir cambriolé de nombreux commerces autour de Marseille à l’aide de disqueuses pour découper les rideaux métalliques.

Un policier de la BAC d’Aix-en-Provence était entre la vie et la mort après avoir été grièvement blessé par balles à Vitrolles (Bouches-du-Rhône), dans la nuit de dimanche à lundi, par des malfaiteurs qui ont réussi à fuir au terme d’une course poursuite, ayant tué involontairement un complice.

Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant se rendra lundi après-midi à Marseille au chevet du policier. En déplacement à Lyon lundi matin, M. Guéant a exprimé son « indignation » et sa « tristesse », formulant le voeu que le policier « s’en sorte ».

Atteint d’une balle dans la tête et de deux dans le thorax, le sous-brigadier de la brigade anticriminalité d’Aix, Eric Lales, un père de famille de 37 ans, a été transporté à l’hôpital Nord de Marseille dans un état qualifié de « très grave » par la procureure de la République d’Aix-en-Provence, Dominique Moyal.

Selon une porte-parole de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, le policier demeurait « dans un état critique » au bloc opératoire en fin de matinée.

Le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, en route pour Lyon, a exprimé son « indignation » et sa « tristesse », évoquant un « pronostic réservé » pour le policier.

Mme Moyal tiendra une conférence de presse dans son bureau au tribunal de grande instance à 16H30.

« C’est une affaire d’une terrible réalité. Ce sont des individus qui sont des cambrioleurs d’habitude. Celui qui a trouvé la mort a été arrêté plus de 40 fois par les services de police. Tant que ce type d’individus continuent d’exercer et ont ce sentiment d’impunité dans l’action, et bien lorsque les policiers les arrêtent, ils ouvrent le feu », a déclaré à l’AFP le préfet délégué à la Sécurité dans les Bouches-du-Rhône, Alain Gardère.

De source proche de l’enquête, le malfaiteur décédé, Patrick Lombard, âgé d’une vingtaine d’années et membre de la communauté des gens du voyage, faisait partie du « gang des disqueuses », suspecté d’avoir cambriolé de nombreux commerces autour de Marseille à l’aide de disqueuses pour découper les rideaux métalliques.

Les faits se sont déroulés vers 02H30 dans le parc d’activités « Les Estroublans » à Vitrolles. Le policier, « expérimenté et très bien noté », père de deux enfants, de huit et neuf ans, était le chef de bord de son équipage, installé à côté du conducteur.

« A priori au nombre de quatre », les malfaiteurs ont été interceptés par les forces de l’ordre après des cambriolages dans plusieurs villes du département, selon une source proche de l’enquête.

Repérés dans la nuit à un supermarché de Saint-Martin-de-Crau, puis à Aubagne et Venelles, ils sont pris en chasse par deux véhicules de la BAC, dont toutes les unités avaient été alertées. Les policiers jettent une herse, crevant les pneus de leur véhicule, une grosse cylindrée récemment volée où les enquêteurs ont retrouvé des produits surgelés.

Les braqueurs font alors feu avec « une arme automatique de type Kalachnikov », blessant le sous-brigadier, avant de prendre la fuite, laissant sur place un des leurs atteint à la tête.

« Il est mort d’une balle d’un de ses complices qui, en tirant sur le véhicule de police en balayage, l’a atteint au passage », a confirmé à l’AFP le directeur interrégional de la police judiciaire à Marseille, Roland Gauze. Une douzaine d’impacts ont été relevés sur le pare-brise du véhicule de police.

« Ce qui me préoccupe, c’est de constater que des malfaiteurs se munissent de Kalachnikov pour une série de casses nocturnes et n’hésitent pas à tirer sur des forces de police, leur but étant d’éviter à tout prix d’être interpellés », a ajouté M. Gauze.

« Il s’agit d’un acte odieux qui marque une volonté délibérée de tuer du policier », a dénoncé David-Olivier Reverdy, secrétaire régional du syndicat de police Alliance.

« Ce drame ne survient pas comme un coup de tonnerre dans un ciel serein. Il s’inscrit hélas dans un mouvement tragique d’augmentation d’actes violents avec usage d’armes à feu sur tout le territoire national », a déploré Nicolas Comte, secrétaire général du syndicat Unité SGP Police.

Au commissariat d’Aix, l’émotion est vive: un de ses policiers de la BAC avait déjà été blessé, à un bras, par une rafale de Kalachnikov lors du braquage du Pasino d’Aix, le 26 juin.

Source: http://www.lepoint.fr/

08/07/2011

Un train de marchandises attaqué dans les quartiers Nord de Marseille !

Plus rien ne les retient, ces sous-merdes. Et arrêtons de les nommer des « jeunes ». On sait très bien de quelle population il s’agit. Ce sont toujours les mêmes. Et je sais de quoi je parle.

Je prends de temps à autre le train de voyageurs circulant sur cet axe. Et à chaque fois, une bande de chimpanzés terrorisent les voyageurs et on ne sait pas tout.

Même les contrôleurs en ont peur. Pas moi… Mais je dois être le seul. Pour l’instant, j’agis avec des paroles; mais un jour est proche qui ne ressemblera pas aux autres…

Ca devient insoutenable. Insupportable.

FDF

.

Version moderne de l’attaque de diligence jeudi soir à Marseille: un groupe d’une vingtaine de jeunes s’en est pris à un TER en jetant chariots et poutres sur les voies à hauteur des quartiers Nord, avant de dévaliser un convoi de marchandises.

Partagez cet article sur FacebookPartagez cet article sur Twitter

« On croyait ces attaques d’un autre âge désormais révolues après la mise en place de mesures de sécurité. C’est presque le retour au temps des diligences attaquées », a réagi auprès de l’AFP David-Olivier Reverdy, secrétaire régional adjoint du syndicat de police Alliance en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Les faits se sont déroulés vers 21h00, peu après le départ du train express régional (TER) qui reliait Marseille à Miramas via la Côte Bleue, à hauteur de la cité sensible du Ruisseau Mirabeau, dans le 15e arrondissement, selon une source proche de l’enquête.

« Le train a heurté un caddie qui avait été posé sur la voie. Il a été complètement endommagé et n’était plus en mesure de repartir. Immédiatement, les forces de police ont été avisées. Arrivées sur place, elles n’ont pu appréhender aucun individu », a relaté un porte-parole de la SNCF. « Certains passagers auraient vu des individus encagoulés le long des voies », a-t-il ajouté.

Les agresseurs, munis de barres de fer, se sont montrés virulents mais n’auraient pas tenté de pénétrer dans le train, selon une source proche de l’enquête.

Chariots de supermarchés, poutres métalliques et plaques de béton ont été placés sur le trajet du convoi qui, en s’arrêtant, a bloqué un train de marchandises de la société Euro Cargo Rail (ECR), la filiale française de fret des chemins de fer allemands Deutsche Bahn. C’est ce second convoi qui était en fait visé puisque plusieurs wagons ont été ouverts et des cartons dérobés, dont le contenu n’était pas connu dans l’immédiat. Le préjudice exact n’a pas été déterminé à ce stade.

Les 26 voyageurs ont dû cheminer le long des voies sur 500 mètres jusqu’à un passage à niveau où ils ont été pris en charge par des taxis, une opération qui a duré une heure et demie, a expliqué le porte-parole de la SNCF.

« On est sur un événement exceptionnel. Il y avait une intention manifeste de nuire. Cela aurait pu avoir des conséquences bien plus graves puisque là les passagers et le conducteur n’ont pas été blessés », a-t-il poursuivi, annonçant que la SNCF allait « vraisemblablement porter plainte ».

Des retards de près de trois heures ont été enregistrés sur cette partie du trafic de marchandises, selon la source proche de l’enquête. En revanche, l’incident n’a pas eu de conséquence sur la circulation d’autres trains de voyageurs.

Des attaques similaires avaient eu lieu il y a quelques années dans ce secteur à l’encontre de trains de marchandises, incitant la police et la SNCF à prendre des mesures.

En juin 2008, des cartons de matériel informatique avaient été dérobés. En avril de la même année, des voleurs avaient contraint un train à s’arrêter avec des traverses de bois, mais n’avaient emporté que des coussins de marque Playboy.

Cette attaque fait resurgir la polémique sur le manque de moyens policiers dans la cité phocéenne, au lendemain de la publication d’un rapport de la Cour des comptes éreintant la gestion des forces de sécurité. « Une fois de plus, je demande au gouvernement non pas des mesurettes, mais 400 postes statutaires », a déclaré à l’AFP l’élu socialiste marseillais Patrick Mennucci.

Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant avait annoncé en mai à Marseille le renfort de 139 policiers dans la ville, trois jours après la mort d’un adolescent, tué par un riverain alors qu’il cambriolait le local d’une société.

Source: http://actu.orange.fr/

Merci à Godefroy pour l’info…