Francaisdefrance's Blog

09/09/2011

Geert Wilders: « Nous ne nous soumettrons JAMAIS à l’OCI des tyrans islamiques ! »

Lisez; lisez bien jusqu’au bout. Ca devrait vous remonter le moral…

FDF

.

Discours (fondamental) de Geert Wilders à Berlin, sur l’islam et l’Union Européenne

Voici, reproduit, intégralement pour les lecteurs de drzz.fr, le discours magistral de Mr. Geert Wilders, prononcé à Berlin le 3 Septembre 2011. Il parle aux allemands, mais chaque mot s’adresse aux français et à l’ensemble des européens. (traduction jdlmk)

« Merci de m’avoir invité à Berlin. C’est un honneur d’être ici dans cette belle ville de Berlin. Lorsque je suis venu ici l’année dernière, j’ai souligné l’importance de l’Allemagne pour nous tous. Une Allemagne en bonne santé démocratique et sûre d’elle, nous bénéficie à tous.

Bien des choses se sont passées depuis ma dernière visite.

Aux Pays-Bas, nous avons pu réaliser beaucoup de choses étonnantes. Nous avons commencé et réussi à faire reculer le processus d’islamisation des Pays-Bas.

Nous l’avons fait de manière pacifique et par le biais du processus démocratique. 

Récemment, un psychopathe dérangé, narcissique, a commis en Norvège un crime horrible, abattant froidement près de quatre-vingt concitoyens innocents. L’assassin a prétendu être un citoyen inquiet. Il a déclaré qu’il avait commis cette atrocité, du fait « qu’il est inutile de participer au processus démocratique. »

Mais il a tort ! 

Le meurtrier de masse d’Oslo a assassiné et mutilé, et il a justifié son crime odieux en niant, je cite : « que modifier le système démocratique est loin d’être possible » – Fin de citation.

Mais il a tort ! 

Le meurtrier d’Oslo prétend faussement être des nôtres. Mais il n’est pas l’un d’entre nous. Nous avons horreur de la violence. Nous sommes démocrates. Nous croyons aux solutions pacifiques.

La raison pour laquelle nous rejetons l’islam, c’est justement à cause de sa nature violente. 

Nous croyons à la démocratie. Nous nous battons avec la force de notre conviction, mais nous n’avons jamais utilisé la violence. Notre engagement pour la vérité, la dignité humaine et une défense juste et honorable de l’Occident ne nous permet pas d’utiliser la violence, ni de tomber dans le cynisme et le désespoir. 

Nous chérissons la tradition d’Alexander Soljenitsyne, Jelena Bonner, Lech Walesa et Ronald Reagan. Ces héros ont vaincu une idéologie totalitaire par la puissance de leur conviction et sans tirer un seul coup de fusil. Tout comme l’ex-musulman et critique de l’Islam, Ali Sina, l’a dit dans sa réaction à l’atrocité d’Oslo : « Nous ne levons pas l’épée contre les ténèbres ; nous allumons une lumière. »

Il en est de même. Nous avons allumé la lumière de la vérité. Et la vérité nous rendra libre.

La vérité c’est que l’islam peut être combattu avec succès par des moyens démocratiques. 

Nous le faisons dans les Pays-Bas. Vous pouvez le faire aussi en Allemagne. 

Permettez-moi de vous dire ce que nous avons réalisés aux Pays-Bas, depuis ma dernière visite à Berlin, il y a moins d’un an. Cela va vous encourager. Ce qui peut être fait aux Pays-Bas peut également être fait en Allemagne.

Mon parti, le Parti pour la Liberté, a 24 sièges sur les 150 sièges du parlement, et soutient un gouvernement minoritaire formé de libéraux et démocrates-chrétiens. Nous faisons cela en échange de mesures de restrictions de l’immigration, faire baisser la criminalité, contrecarrer le relativisme culturel, et restaurer nos libertés traditionnelles Occidentales, telles que la liberté d’expression.

Le Parti pour la Liberté occupe cette position depuis moins d’un an, mais nous obtenons de grandes choses. Nous avons obtenu que les Pays-Bas fassent bientôt interdire la burka islamique couvrant le visage, et le niqab.

Nous allons restreindre l’immigration en provenance des pays non Occidentaux de 50 %, dans les quatre prochaines années ! Nous allons révoquer la nationalité Néerlandaise des criminels récidivistes qui ont la double nationalité et qui commettent des crimes graves !

Le Parti pour la liberté est porteur d’un message d’espoir, aux Pays-Bas. 

Les nouvelles politiques feront plus de demandes aux immigrants. Dorénavant, l’intégration ne sera plus adaptée aux différents groupes. Il y aura une approche plus sévère envers les immigrants qui désobéissent aux lois. Ceux qui diminuent leurs possibilités d’obtenir un emploi à cause de la façon dont ils s’habillent, verront leur accès aux prestations sociales diminuées.

Nous avons également obtenu que les activités anti-israéliennes ne soient plus financées par des impôts Néerlandais. Les soi-disant Organisations d’Aide Humanitaire qui soutiennent directement ou indirectement les boycotts anti-Israéliens, les dés-investissements et sanctions, et qui nient le droit d’Israël à exister ne recevront plus de financement gouvernemental.

Le gouvernement Néerlandais va boycotter l’Assemblée des Nations Unies Durban III contre la discrimination raciale, car elle a été transformée en un tribunal

d’accusations contre Israël. Le gouvernement va renforcer nos relations politiques et économiques avec Israël. Investissement plutôt que dés-investissement sera notre politique envers Israël.

Nous sommes avec Israël. Nous aimons Israël. 

Israël est la seule démocratie au Moyen-Orient. Israël fait partie de notre civilisation.

Mes amis, ce que le Parti pour la Liberté a obtenu, démontre que cela peut être fait. Pour emprunter une expression du président Obama : Oui, nous pouvons !

Nous pouvons arrêter l’islamisation de nos sociétés. 

L’exemple Néerlandais démontre que nous pouvons gagner. David peut vaincre Goliath.

En Juillet dernier, le gouvernement Néerlandais a même fait quelque chose qu’aucune autre nation n’a osé faire auparavant. Il s’est prononcé fermement contre l’Organisation de Coopération islamique. 

L’OCI est une organisation internationale de 57 pays islamiques, la plupart d’entre eux sont des tyrannies barbares. Cette OCI constitue le plus grand bloc de vote des Nations Unies. Il a critiqué le fait que les juges Néerlandais m’aient acquitté de toutes les accusations d’insulte et incitation à la haine et à la discrimination. Mais le gouvernement Hollandais a fait comprendre à l’OCI que la Liberté d’Expression ne sera pas muselés dans les Pays-Bas.

Il a dit à l’OCI, très directement : « Le gouvernement Néerlandais se dissocie totalement de la demande de réduire au silence un politicien. » – Fin de citation.

Nous ne nous soumettrons JAMAIS à l’OCI des tyrans islamiques !

Comme vous le savez probablement, pendant presque deux ans, j’ai subi la dure épreuve d’être considéré suspect dans une affaire pénale. J’ai été confronté devant le Tribunal d’Amsterdam sous l’accusation de crimes haineux. En Juin dernier, cette farce judiciaire s’est terminée par un acquittement complet.

Grâce à mon acquittement, le peuple Néerlandais a appris que le débat politique n’a pas été étouffé dans leur pays.

Mon acquittement a été une victoire pour la Liberté d’Expression. 

Le peuple Néerlandais a également appris qu’il est autorisé à parler de façon critique sur l’islam. 

Il a appris que la résistance contre l’islamisation n’est pas un crime. 

Il a appris qu’il y a un espoir, et que la libération est proche.

Mon acquittement marque le tournant du raz de marée. Non seulement aux Pays-Bas, mais dans l’ensemble de l’Europe. C’est la première brèche de la digue. Nous avons commencé l’opération de retour en arrière. Nous avons envoyé un message aux idéologues de l’islam : Ne marchez pas sur nous!

Mon acquittement a une signification qui dépasse de loin les Pays-Bas. Il a un sens pour l’ensemble de l’Europe et le monde libre. 

Mon acquittement marque la fin d’une évolution où nos libertés civiles, en Europe, sont constamment restreintes afin de ne pas offenser l’islam et la colère des fanatiques islamiques.

Mon acquittement rend légitime la critique de l’islam. Elle le fait aussi en Allemagne et partout ailleurs.

En effet, pourquoi vous, Allemands, ne devriez-vous pas jouir des mêmes droits que les Hollandais ! 

Si la résistance pacifique et démocratique à l’islamisation n’est pas un crime dans les Pays-Bas, elle ne devrait pas l’être en Allemagne non plus.

Donc, voici mon message pour vous : Continuez votre combat pour la liberté, et pour la liberté d’expression ! Ne laissez pas vos politiciens et les juges vous accorder moins de droits que les Hollandais !

Ne vous laissez pas intimider par les opposants islamiques ou de gauche qui crient et hurlent. 

Ne vous laissez pas intimider par les médias qui prétendent qu’un meurtrier qui a perdu sa foi dans le processus démocratique a été influencé d’une quelconque façon par nous.

Mes amis, quand je vous suis venu vous rendre visite l’année dernière, même dans mes rêves les plus fous, je n’aurais pas pu imaginer que nous aurions été en mesure d’influencer les politiques gouvernementales de la façon dont nous l’avons fait. 

C’est pourquoi je vous dis : 

Ne cédez jamais aux tyrans ! N’abandonnez jamais l’espoir. Jamais de désespoir ! Vous pouvez toujours renverser la tendance ! On peut toujours renverser la marée !

C’est vrai: l’Allemagne a eu moins de chance que les Pays-Bas. Lorsque je suis venu ici l’année dernière, Tilo Sarrazin venait de publier son livre « Deutschland schafft sich ab ». Le livre de Sarrazin a été un best-seller. Il a touché le nerf. Il s’est vendu à plus d’un million et demi d’exemplaires. Cela démontre que la société Allemande est mûre pour le changement. Mais politiquement, le livre de Sarrazin n’a encore rien changé.

Au contraire, l’élite politique Allemande a augmenté la vitesse de l’islamisation en Allemagne. 

Mr. Wulff, Bundespresident a dit: « l’islam fait partie de l’Allemagne ».

La Chancelière Angela Merkel a déclaré que le multiculturalisme est un échec absolu, mais elle continue à défendre l’entrée de la Turquie dans l’UE. La propagation de l’Islam se poursuit sans relâche dans les salles de classe allemandes, dans les rues d’Allemagne, à travers la construction de nouvelles mosquées, etc, etc.

Votre situation a empiré parce que vous n’avez – pas encore – un parti avec un soutien électoral suffisant pour influencer la politique allemande pour le mieux. L’Allemagne a besoin d’un parti de droite qui ne soit pas contaminé par des liens avec les néo-nazis et par l’anti-sémitisme, qui soit décent, respectable, mais ferme.

René Stadtkewitz travaille très dur pour faire de « Die Freiheit » un parti aussi valable que le Parti pour la liberté des Pays-Bas.  René, nous sommes là pour vous aider ! Parce que l’Allemagne mérite mieux que ce qu’elle reçoit aujourd’hui.

Mes amis, votre pays est la colonne vertébrale politique de l’Europe.

L’Allemagne est le pays le plus peuplé d’Europe. L’Allemagne est le moteur économique de l’Europe. Si l’Allemagne est malade, nous sommes tous malades.

L’année dernière, j’ai insisté : Arrêtez d’avoir honte de l’Allemagne. Il est injuste de réduire le patriotisme allemand au national-socialisme, tout comme il est injuste de réduire la Russie au stalinisme. Soyez fiers de votre pays.

C’est seulement si les Allemands sont fiers de l’Allemagne qu’ils seront prêts à se lever et défendre l’Allemagne, tout comme le Parti pour la liberté aux Pays-Bas le fait pour les Pays Bas. 

Nous devons tous nous lever pour la survie de nos Etats-nations, car notre nation, nos états-nation, incarnent les libertés démocratiques dont nous jouissons.

Sans l’État-nation, on ne peut avoir une réelle liberté politique nationale. C’est pourquoi nous devons être de bons patriotes. Le patriotisme est souvent stigmatisé et amalgamé avec le fascisme. Mais le patriotisme n’est pas le fascisme. Au contraire. Tout démocrate, défenseur de la liberté doit, par définition, être un patriote. Une âme a besoin d’un corps. L’esprit de liberté politique ne peut s’épanouir en dehors du corps de l’État-nation. L’État-nation est le corps politique dans lequel nous vivons. C’est pourquoi nous devons préserver et chérir l’État-nation. Afin que nous puissions préserver la liberté et la démocratie dont nous jouissons pour nos enfants.

Sans l’Etat-nation, sans l’auto-gouvernance, sans auto-détermination, il ne peut y avoir de sécurité pour un peuple, ni la préservation de son identité. Ce fut la vision qui a conduit les Sionistes pour rétablir l’Etat d’Israël. Théodore Herzl a dit qu’il devait y avoir un Etat juif parce que, je cite : « Ce que nous voulons, c’est une nouvelle floraison de l’esprit juif »

Chers amis, nous avons urgemment besoin d’une nouvelle floraison de l’esprit allemand.

Pendant des décennies, les Allemands ont eu honte d’eux-mêmes. Ils ont préféré être des Européens plutôt que des Allemands. Et ils ont payé un lourd tribut pour cela. Nous avons tous payé un lourd tribut pour cela.

L’Europe n’est pas une nation, c’est un groupe de nations. 

La force de l’Europe est sa diversité. Nous sommes une seule famille, mais nous vivons dans différents organes. Nos cultures sont les branches d’une culture commune judéo-chrétienne et humaniste, mais nous avons différentes identités culturelles nationales. C’est ainsi.

L’uniformité est une caractéristique de l’Islam, mais pas de l’Europe. 

L’islam a éradiqué les identités nationales des peuples conquis. 

L’identité copte d’Egypte, l’identité indienne du Pakistan, l’identité assyrienne d’Irak, l’identité perse de l’Iran, ils ont tous été effacés, écrasés, ou discriminés jusqu’à ce jour. 

L’Islam veut que toutes les nations soient remplacées par la Oumma, l’identité commune de la Nation de l’Islam à laquelle tous doivent être soumis, et dans laquelle toutes les identités nationales doivent disparaître.

L’Islam a essayé de conquérir l’Europe, mais n’a jamais réussi jusqu’ici. 

C’est pourquoi nous, les Européens avons été capables de développer nos différentes identités comme des États-nations. Si nous voulons conserver ces identités, nous devons nous tenir ensemble contre les forces qui menacent nos identités. Aujourd’hui, nous sommes confrontés à deux forces dangereuses: l’islamisation et l’européanisation.

Lorsque je suis venu ici l’année dernière, j’ai parlé longuement de la menace de l’Islam. Aujourd’hui, je tiens à attirer votre attention sur la menace de l’européanisation. Par Européanisation, je veux dire l’idéologie qui postule que nos États-nations souverains doivent se submerger dans un Super État Pan-Européen.

Les premiers fondateurs de l’Union Européenne ont estimé que, afin d’éviter une guerre future en Europe, les nations d’Europe, et en particulier l’Allemagne, ont dû être encapsulés dans ce que le Traité de Rome a appelé « une union sans cesse plus étroite entre les peuples d’Europe. »

Robert Schuman a dit que les objectif de l’UE étaient, je cite : « que faire la guerre soit non seulement impensable, mais matériellement impossible » – fin de citation.

Les Eurocrates pensent que les Etats-nations en général – et en particulier l’Allemagne, plus grand Etat-nation d’Europe – furent le problème. Ils ont tort. La vraie cause de la Seconde Guerre mondiale n’a pas été l’État-nation allemand – ce fut le Totalitarisme nazi.

Il n’y avait rien de mal avec l’Allemagne. La cause de la guerre fût l’Idéologie nazie. Le remède contre le totalitarisme n’est pas la construction d’un super-État. Le remède est l’introduction de formes de démocratie plus directe au niveau le plus bas possible. Au lieu de priver l’Allemagne et les autres Etats-nations de leur souveraineté, les dirigeants d’après-guerre auraient dû introduire le système Suisse dans nos pays. Les petites unités devraient avoir un grand degré de souveraineté locale. Le citoyen doit avoir son mot à dire de manière démocratique directe sur son propre destin et celui de sa communauté.

Au lieu de cela, les peuples d’Europe ont été dépossédés de leur souveraineté, celle-ci a été transférée à la lointaine Bruxelles. Les décisions sont maintenant prises à huis clos par des Bureaucrates non élus. Ce n’est pas le genre de gouvernement que nous voulons !

Nous voulons moins de bureaucratie ! Nous voulons plus de démocratie !

Nous voulons moins d’Europe ! Nous voulons conserver notre souveraineté. Nous voulons faire les règles dans notre maison ! Nous voulons rester indépendants et libres ! Nous voulons être les maîtres chez nous ! (note de Drzz.fr : ce discours est très long. Internet ne favorise pas les textes très longs. Ce texte est, cependant, d’une très grande importance. Il parle des valeurs que nous défendons, raison pour laquelle nous avons décidé de le publier intégralement, et non sous la forme d’extraits.)

En Décembre 1991, le traité de Maastricht a demandé la création d’une monnaie européenne unique. Le florin Néerlandais et le Deutsche mark ont été sacrifiés sur l’autel de l’unification Européenne. Helmut Kohl, a vendu ce projet au peuple allemand comme, je cite : « une question de guerre ou de paix » – Fin de citation.

L’Euro a été présenté comme « un ange de paix » que les Allemands devaient parrainer en abandonnant le mark. Au cours des six dernières décennies, les politiciens Allemands ont dit aux Allemands que l’Etat nation – et en particulier l’Allemagne – était si dangereux qu’il devait être émasculé. Les Allemands devaient devenir Européens plutôt qu’Allemands. Pour réaliser ce projet politique, la souveraineté nationale et monétaire a été abandonnée. Les intérêts économiques et nationaux ont été sacrifiés sur l’autel politique de la soi-disant Européanisation.

Tous les pays qui ont rejoint l’Euro ont perdu le pouvoir d’ajuster leur monnaie à leurs propres besoins économiques. Par conséquent, il en ont tous souffert. La monnaie de certains pays étant sous-évaluée, la monnaie d’autres étant surévaluée, ils ont tous dû partager l’exercice de la charge d’autres pays, même si ces derniers souffrent de politique auto-infligées de corruption ou de fraude. Le système monétaire européen a permis à certains pays d’obtenir un tour gratuit au détriment des autres, tandis que ceux qui trichent sont dans une position de chantage envers ceux qui ont à payer la facture. Cette farce doit cesser !

Le système monétaire européen est profondément vicié. Il est aussi immoral. Comme Théodore Herzl a dit : « Le caractère d’un peuple peut être ruiné par la charité ». Ceci s’applique pour les personnes qui reçoivent la charité, mais aussi pour ceux qui la font. La soi-disant solidarité Paneuropéenne est littéralement en train de nous ruiner ! L’Allemagne a assez payé pour l’Europe !

La même chose s’applique pour les Pays-Bas. Nos citoyens n’ont pas à payer les dettes des autres !

Mes amis, votre parti, Die Freiheit, incarne le meilleur espoir pour l’Allemagne. Parce que votre parti est le seul parti en Allemagne qui a le courage d’affirmer haut et fort que les pays qui ne peuvent pas payer leurs dettes devraient quitter l’Euro. Je suis entièrement d’accord.

Mes amis, le temps est compté. Nous devons agir pour le bien de la démocratie et la prospérité future de nos enfants. 

L’ancien dissident soviétique Vladimir Bukovsky a avertit que, plutôt que de prévenir la guerre, le projet européen rend les conflits plus probables. Il établit un parallèle entre l’UE et l’ancienne Union soviétique, qui avait également supprimé les sentiments d’unité nationale. Quand la réalité économique a vaincu le projet politique Soviétique, les sentiments refoulés de l’identité nationale ont rebondi avec vengeance et détruit l’Union. Bukovsky craint que si nous n’arrêtons pas le monstre-Europe de s’étendre, la même chose pourrait se produire en Europe.

Les leaders européens déclarent que la seule façon de résoudre la crise actuelle est par une gouvernance plus Européenne. Ils préconisent davantage de pouvoirs pour Bruxelles. Ils ont tort. Davantage d’Europe ne fera qu’aggraver les choses. Nous devons nous opposer à leur tentative de centralisation.

Nous ne voulons pas plus d’Europe ! L’UE manque de démocratie, de responsabilisation et de transparence. C’est pourquoi nous la rejetons. Nous voulons moins d’Europe ! Espérons que mercredi prochain, la Cour constitutionnelle Allemande protègera la souveraineté nationale.

En tant que législateur national aux Pays-Bas, je fais l’expérience jour après jour à quel point nous avons si peu à dire sur notre propre destin. 

Nous sommes censés approuver des lois qui ont été faites par le Conseil des ministres européens. Les 27 commissaires de l’UE convoquent leurs collègues à huis clos. Ils négocient en secret, et ensuite émergent pour annoncer leur accord et le présenter. Voilà comment fonctionne le système.

Récemment, votre chancelière, Madame Merkel, s’est rendue à Paris. Avec le président Sarkozy, et elle a annoncé des plans pour un gouvernement économique de la zone euro.

Nous nous opposons à cela. Nous voulons que nos parlements nationaux décident de nos politiques économiques. Nous ne voulons pas dépenser l’argent des contribuables pour des pays de la zone, comme la Grèce. 

Que ceux qui nous ont trompés, qui ont mal géré leur économie ou qui ont bêtement vécu au-delà de leurs moyens, se prennent en charge eux-mêmes.

Par ailleurs, les traités de l’UE interdisent les renflouements.

Le Parti pour la liberté s’oppose à tout renflouement. Le gouvernement minoritaire Hollandais ne pourra jamais compter sur notre soutien à cet égard. Aujourd’hui, ces politiques euros obtuses sont soutenues par les partis de gauche europhiles. Je le répète : Nous ne pourrons jamais appuyer l’approbation du gouvernement Néerlandais sur les sauvetages, même pas si le gouvernement perd le soutien de la gauche.

Nous avons voté, et nous allons voter, contre tout plan pour renflouer d’autres pays. 

Les pays souverains doivent se charger de leurs propres besoins. C’est cela la souveraineté : la liberté et la capacité de se prendre en charge soi-même.

Nos peuples acceptent mal le fait d’avoir à payer pour les autres. 

Nos peuples acceptent mal l’aliénation permanente du pouvoir de leurs Etats-nations. Ils se soucient pour leur nation, parce qu’ils se soucient pour la démocratie, la liberté et le bien-être de leurs enfants. Ils voient leurs droits démocratiques et leurs anciennes libertés symbolisées dans leur drapeau national.

Mais il y a pire. 

L’identité nationale rattache aussi un individu à un héritage, une tradition, une loyauté et une culture. L’identité nationale est aussi une identité inclusive : elle considère que chacun est égal, quelle que soit sa religion ou sa race, et est prêt à s’assimiler à une nation en partageant le sort et l’avenir d’un peuple.

Mes amis, nous devons redonner le pouvoir politique à l’État-nation, au nom de la démocratie, au nom de la liberté, au nom de la dignité humaine. En défendant les États-nations, nous défendons notre propre identité. En défendant notre identité, nous défendons nos libertés. En défendant notre liberté nous défendons notre dignité.

Je vous exhorte : Levez-vous pour l’État-nation. Soyez fiers de votre pays !

Dans son discours d’adieu, le président Américain Ronald Reagan a dit que la chose dont il était le plus fier dans sa présidence avait été, je cite, « la résurgence de la fierté nationale que j’ai appelé « le nouveau patriotisme » – fin de citation.

L’Europe a besoin de nouveaux patriotismes. L’Europe a besoin de dizaines de nouveaux patriotismes. Nous avons besoin de vrais Finlandais, de vrais Danois, de vrais Français, de vrais Irlandais, de vrais Hollandais, et, mes amis, nous avons besoin de vrais Allemands.

Reagan a dit que nous devions apprendre à nos enfants ce qu’est notre pays, et ce qu’il représente dans la longue histoire du monde. Il a dit que les Américains ont besoin, je cite : « d’amour de la patrie et une appréciation de ses institutions ».

Les mots de Reagan s’appliquent aussi à nous, Européens. Nous avons besoin d’un regain de fierté nationale, un amour de la patrie et de nos institutions. Nos parlements nationaux sont nos institutions démocratiques. Nous devons les défendre.

Mesdames et Messieurs, chers amis, j’en ai dit assez. Il est temps d’agir. Nous devons faire vite. Le temps est compté pour l’Allemagne, les Pays-Bas, et pour toutes les autres grandes nations de l’Europe. Comme Ronald Reagan a déclaré : « Nous devons agir aujourd’hui pour préserver demain ».

Voici un bref résumé de cinq choses que nous devons faire afin de préserver nos libertés :

– Premièrement, nous devons défendre la liberté d’expression. C’est la plus importante de nos libertés.

– Deuxièmement, nous devons mettre fin au relativisme culturel. Notre culture occidentale est de loin meilleure que les autres cultures.

– Troisièmement, nous devons arrêter l’islamisation. Plus d’Islam signifie moins de liberté. Il y a déjà assez d’islam en Europe. Les immigrants doivent s’assimiler et s’adapter à nos valeurs.

– Quatrièmement, nous devons restaurer le droit de décider de notre propre argent. Nous ne devrions pas payer les dettes des autres. La survie de l’euro ne doit pas être utilisée comme une excuse pour récompenser les pays qui ont montré qu’ils ne valaient pas d’appartenir à la zone euro.

– Cinquièmement, nous devons restaurer la suprématie et la souveraineté de l’État-Nation. Nos Nations sont l’héritage que nos pères nous ont accordée et que nous voulons accorder à nos enfants.

Nous sommes les hommes et les femmes libres de l’Occident.

Nous sommes les vrais hommes et femmes de l’Occident.

Nous ne représentons pas un Super-État.

Nous sommes pour notre propre pays.

Vous vous êtes pour l’Allemagne. Je suis pour les Pays-Bas.

D’autres défendent la Suisse, le Danemark, la Finlande, la France, l’Espagne, et toutes ces autres belles nations éprises de liberté de l’Europe.

Ensemble, nous représentons les nations d’Europe. Ensemble, nous nous situons.

Nous allons rester fermes.

Nous survivrons.

Nous allons défendre nos libertés.

Nous allons rester libre. 

Merci beaucoup. »

****************************************************************************
Reproduction vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
Traduction française jdlmk pour Drzz © www.Drzz.fr

08/09/2011

Camping sauvage version roms… Pas franchement le top.

Encore un peuple qui se plante à son examen d’intégration. Si encore ils faisaient des efforts…

On ne peut pas changer les mentalités. Dommage pour eux.

FDF

.

Le camping sauvage des roms à la Jonction

Des Roms se sont établis depuis plusieurs jours sous la passerelle du Bois de la Bâtie, des deux côtés de l’Arve. La police va procéder à l’évacuation de ce campement.
Voir: http://tinyurl.com/3cmgop5

05/09/2011

Oskar Freysinger: « Nicolas Sarkozy est un vendeur de cacahuètes » !

Oskar Freysinger taille un costard à Sarkö Ier…

FDF

.

Voir: http://youtu.be/Nz4ia0nPP-0

27/08/2011

Suisse: l’islam détourne l’etoile jaune de l’holocauste !!!

Et à eux, on ne leur dit rien. En Occident, ne serait-ce que prononcer le nom de Hitler ou de Führer vous attire les foudres de la justice… Tolérance, tolérance…

FDF

.

Le « grand Mufti » et Adolf Hitler: pas un hasard…


Image

Assimiler le rejet de l’islam au nazisme et le sort des musulmans à celui des Juifs sous le IIIe Reich, c’est non seulement faire insulte aux victimes du nazisme, mais c’est également faire preuve d’une profonde malhonnêteté intellectuelle. S’il fallait du reste dresser un parallèle entre les années 30 et l’époque actuelle, ce dernier comparerait nécessairement l’islam et le nazisme. L’islam est en effet un système politico-religieux qui entre autres horreurs :

  • ne permet pas aux chrétiens, juifs, polythéistes et athées de vivre librement selon leur croyance (ou leur absence de croyance) et leur impose de devoir choisir entre la conversion, la mort ou une citoyenneté de seconde zone (la dhimma) ;

  • appelle au djihad contre les infidèles jusqu’à ce « que la religion soit entièrement à Allah » ;

  • exhorte ses fidèles à exterminer les Juifs au jour du jugement dernier ;

  • condamne à mort homosexuels et apostats ;

  • voit en la femme une créature ne valant que la moitié d’un homme et soumise à l’autorité de ce dernier ;

  • permet à l’époux de frapper son épouse lorsqu’il craint sa désobéissance ;

  • légitime la lapidation, l’amputation, la flagellation, et l’énucléation.

Une étoile jaune à huit branches portant l’inscription «Muslim», accompagnée d’un lieu et d’une date: Berne, 29 octobre 2011. Voici le symbole choisi par le Conseil central islamique (CCIS) et son président, Nicolas Blancho, pour annoncer la tenue de leur rassemblement «contre l’islamophobie et le racisme» sur la place Fédérale, cet automne. L’image, reproduite sur des milliers d’autocollants, a fait son apparition lundi dans les rues de Lausanne, où elle s’est retrouvée placardée à la sauvage jusque sur l’arrière des bus. Depuis, les réactions oscillent souvent entre incompréhension et colère face à ces étoiles qui comparent implicitement le sort des musulmans de Suisse avec les souffrances endurées par les Juifs sous le IIIe Reich.

Pour Philippe Kenel, président de la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) à Genève, le message délivré par le Conseil central islamique n’est pas seulement offensant mais mensonger: «C’est une manière d’établir un parallèle qui n’a pas lieu d’être. On peut parfaitement critiquer une religion comme l’islam sans être pour autant raciste, contrairement à ce que voudraient nous faire croire les intégristes.»

Source: http://prophetie-biblique.com

15/08/2011

En France le Smic crée des chômeurs; les Suisses échappent à cette malédiction…

Mais la Suisse pratique une politique d’immigration de travail très stricte. Et une politique d’immigration tout court du même acabit. Il n’y a pas de manifestations ethniques, en Suisse… Il y a très peu de racailles « actives », en Suisse. Et pas de « pompes aspirantes » attractives pour les candidats à l’immigration, non plus. Et encore moins d’abus, donc…

FDF

.

« Les Suisses forment un peuple vaillant et prospère ; nous le savons tous.

La longue pratique du référendum d’initiative populaire, non seulement au niveau national mais même au niveau cantonal et municipal, leur donnent une arme puissante pour résister à maints assauts.

L’ îlot de prospérité qu’ils connaissent montre le chemin que d’autres Européens et en particulier les Français devraient suivre.

Le pays, qui est l’un des plus riches du monde, est, néanmoins, dépourvu de ressources naturelles. La géographie impose, au contraire, des difficultés très rudes à surmonter.

Certains croient, à tort, que son économie se résume à la banque, à l’assurance et aux avocats ; ce type d’activité ne représente que 15 pour cent des emplois ; tout le reste est composé d’un tissu industriel de premier niveau et de haute technicité. De récentes nouvelles confirment cette description.

Un journal titre : « la Suisse affronte une pénurie de main-d’oeuvre ». Manpower a fait une enquête nationale ; il en résulte que près de la moitié des entreprises sont affectés par la pénurie de talents. L’économie helvète a cruellement besoin de techniciens et de cadres dans des domaines aussi divers que la santé, l’informatique ou l’horlogerie.

En fait, alors que la France se traîne lamentablement avec un taux élevé et persistant de chômage, la Suisse connaît le plein emploi avec un taux de chômage de 2,9 % qui est un des plus faibles du monde.

LA SOUPLESSE DU CONTRAT DE TRAVAIL

Les causes de de cette heureuse situation peuvent être analysées. Un avantage essentiel a trait au contrat de travail. Il n’y a pas de Smic.

Tout le monde sait en France que le Smic crée des chômeurs et l’Insee même le reconnaît ; les Suisses échappent à cette malédiction.

Parallèlement, il existe une réelle flexibilité dans les contrats de travail ce qui permet d’ajuster facilement les équipes à la marche des entre- prises, telles qu’elle se déroule compte tenu des marchés. Le résultat est que les salaires sont plus élevés que dans les pays environnants et les syndicats se plaignent de la concurrence de Français qui viennent travailler en Suisse, notamment à Genève et à Lausanne.

Depuis 70 ans, la paix du travail est totale en Suisse grâce en particulier à l’accord des partenaires sociaux. Autre fait notable : le nombre d’heures de travail annuel qui est de 1600 en France est de 1900 en Suisse. Les efforts de formation sont considérables et, dans le classement international des grandes écoles, les écoles et universités suisses sont bien mieux placées que les établissements correspondants en France.

SUPPRESSION DU STATUT DES FONCTIONNAIRES

Il y a quelques années, une initiative populaire a conduit au changement de statut des fonctionnaires.

Ceux-ci avaient depuis 1927 un statut aussi néfaste que le statut actuel en France et ce statut fut aboli. Sans être aussi libres que des employeurs privés, les employeurs publics ont, depuis lors, des moyens de se séparer des collaborateurs qui ne donnent plus satisfaction. L’avancement à l’ancienneté fut remplacé par l’avancement au mérite. La gestion souple est introduite. Jusque là, il y avait impossibilité de transférer des fonctionnaires d’une administration à l’autre : c’est devenu possible. La méthode s’étend au niveau cantonal et municipal. Le consensus fut général, lors de la réforme, y compris chez les fonctionnaires eux-mêmes qui, mieux informés qu’en France, ont compris que c’était leur intérêt.

Il faut mentionner aussi le fait que la Suisse a su résister à l’entreprise européenne en refusant à plusieurs reprises, justement par référendum, l’entrée dans l’Europe.

De ce fait, elle négocie d’égal à égal avec les autorités européennes. Ce n’est pas sans difficultés, car certains politiciens, alléchés par la richesse incomparable des commissaires européens et autres eurocrates, poussent fortement à l’adhésion de la Suisse à l’Europe !

La Suisse ne connait pas la pyramide insupportable d’élus qui écrabouillent littéralement l’économie française. Ceux qui existent montre un souci réel des fonds publics au lieu de la voracité sans limite de nos élus. Il n’y a que sept ministres qui sont appelés « conseillers fédéraux ». Chacun n’a que trois collaborateurs. La présidence change chaque année et le président est le seul à avoir une voiture de fonction. Les autres se rendent à leur travail par leurs propres moyens.

Les députés ne votent que fort peu de lois nouvelles chaque année : la pays échappe donc au déchainement législatif qui détruit les entreprises en France. Leur rémunération est si faible qu’ils sont tous obligés de continuer à exercer leur métier par ailleurs.

AVANTAGE D’UNE MONNAIE FORTE

Un des facteurs principaux du succès est l’existence d’une monnaie forte ; depuis des lustres et très régulièrement, le franc suisse se trouve réévalué dans les faits par rapport aux autres monnaies. Cela montre le caractère mensonger de ce que l’on appelle les dévaluations compétitives.

L’intérêt d’une monnaie forte est double. D’abord, dans la compétition mondiale, que la Suisse ne refuse pas bien au contraire, les entrepreneurs sont conduits à l’excellence à la fois dans les décisions et dans les investissements. Il est facile de remarquer que le pays est à l’origine de firmes tout à fait considérables dans le domaine pharmaceutique ou dans d’autres domaines. Un autre avantage est de donner aux acteurs économiques la possibilité de faire des investissements à l’étranger dans des conditions favorables étant donnée la force de la monnaie nationale. Là aussi, la compétitivité issue de la liberté joue un rôle et permet justement aux firmes suisses de devenir des géants mondiaux sans payer trop cher la place à conquérir.

Il faut ajouter ce que personne ne met en lumière.

Les dévaluations pratiquées par le pouvoir politique sont immorales. Il y a bien longtemps, Moïse reçut sur le Mont Sinaï les commandements de Dieu dont le célèbre : « Tu ne voleras pas ».

Depuis ce fait historique, toutes les législations ont imposé, à la fois aux croyants et aux incroyants, le respect des contrats privés et de la propriété.

Or, la dévaluation imposée par les pouvoirs politiques est une rupture de contrat et une atteinte à la propriété. Elle est, en plus et ce n’est pas un hasard, inopérante, comme l’exemple de la Suisse le montre.

Pour conclure, comme disait maman Laetitia : « Pourvou que cela doure ».

Michel de Poncins » .


Je souhaiterais ajouter à ce texte emprunt d’une vérité profonde que, par exemple, les certificats de travail en Suisse sont bien différents des nôtres.

Dans la mesure du respect de la politesse, sans excès et sans médisance, il est possible à l’employeur Suisse d’émettre un certificat de travail écrit conforme à la réalité … élogieux ou critique … selon le cas.

C’est ainsi qu’en Suisse on peut écrire :

 » Monsieur X est une personne consciencieuse, méthodique et exigeante sur la qualité du travail rendu.

Ses connaissances techniques lui ont permis de mener à bien toutes les tâches qui lui ont été confiées et ceci à notre entière satisfaction.

Nous avons également apprécié son contact agréable avec ses différents interlocuteurs et sa grande disponibilité. Grâce à son sens de l’écoute il a été un collaborateur très apprécié dans son environnement professionnel.

Pour des raisons personnelles Monsieur X a décidé de nous quitter au —-. Nous regrettons cette situation et ne pouvons que le recommander à tout employeur désirant faire appel à ses services. »

et oui …

< Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur > !!!

Source: http://notrejournal.info/

14/08/2011

Suisse: tous à l’eau! Même les muzz !

Pas contents, chez Oumma.com. Jamais contents, de toutes façons. voyez leur article ci-dessous…

Les musulmans sont tenus de respecter les lois des pays qui veulent bien les accueillir. La charia, c’est dans leurs contrées qu’ils peuvent l’appliquer. Pas chez nous.

FDF

.

Une amende pour des parents musulmans qui refusaient que leurs filles suivent des cours de natation

« Le budjet fédéral suisse vient de s’enrichir de 1400 francs représentant le montant de l’amende infligée par le tribunal administratif de Bâle-Ville à des parents musulmans qui refusaient que leurs deux filles suivent des cours de natation à l’école primaire. Le tribunal bâlois a estimé qu’il existait un intérêt public important à ce que tous les enfants suivent les cours de natation.

Voilà une décision juridique qui réjouira l’extrême droite suisse islamophobe qui rêve de frapper les musulmans au portefeuille, y compris pour l’air qu’il respire. »

Source: http://oumma.com/

12/08/2011

La haine de Hani Ramadan.

La haine de tout ce qui n’est pas islamiste intégriste est une histoire de famille, chez les « Ramadan ».

Hani Ramadan… Le frère de Tariq. Planqué en Suisse, lui aussi. D’où il propage sa haine des juifs en toute impunité. Pourquoi ce type malfaisant n’a t’il pas encore été poursuivi pour incitation à la haine? Qu’attendez-vous, monsieur Weiss? Vous avez toutes les billes en main pour faire taire ce fou d’Allah…

FDF

.

Hani Ramadan: le visage de la tolérance…

Visages de l’imposture : le sioniste Pierre Weiss

Mais qui donc est réellement Pierre Weiss ?

« » Député au Grand Conseil genevois et membre de diverses commissions, dont celle des finances et celle de l’enseignement supérieur. Il a également été chef du groupe libéral au Grand Conseil entre 2005 et 2007. Après avoir été vice-président du Parti libéral suisse, Pierre Weiss a été nommé en 2005 responsable politique de l’Union libérale radicale (ULR). En 2008, il prend la présidence du Parti libéral suisse avant de devenir, en 2009, vice-président du parti national né de la fusion entre le PLS et le PRD – PLR. Les Libéraux-Radicaux. De 1995 à 2003, il a été adjoint au maire de Soral (GE).

Il est vice-président de la LICRA Genève, a présidé la section des sciences morales et politiques de l’Institut national genevois et est sociétaire de la Société des Arts. »

Que de titres ! Voilà pour la présentation de façade. Et voici pour les positionnements réels de l’individu : 

La LICRA est un organisme qui s’est complètement discrédité en prenant systématiquement le parti de l’idéologie sioniste, contre la résistance légitime du peuple palestinien. Idéologie qui trahit les valeurs authentiques du judaïsme. Lorsque l’armée israélienne commet les pires atrocités, rien ne fera sortir Monsieur Weiss de son mutisme. Jamais il ne condamnera le terrorisme d’Etat israélien. Jamais il ne s’opposera à la colonisation qui se poursuit.

Pierre Weiss est – comme BHL – l’incarnation de l’idéologie tribale élitiste bien pensante qui se cache derrière le voile d’une prétendue  doctrine universelle. Il est un suppôt des sociétés libérales qui se construisent sur l’usure, l’exploitation des peuples et le mépris de la loi de Dieu. »

Hani Ramadan

Source: http://haniramadan.blog.tdg.ch/

Ramadan: versons une larme…

Des privations « très provisoires »…

.

Avec un article comme celui-ci, on ne croirait pas que les « privations » du jour sont largement compensées la nuit… Ca, on n’en parle pas. Le « mois du sacrifice »…

FDF

.

Un mois d’endurance et de patience…

Les 400 000 musulmans de Suisse sont actuellement en période de Ramadan. Reportage à la mosquée de Lausanne dans le carré des femmes.


Dans le carré des femmes de la mosquée de Lausanne, les dames s’activent. Le soleil s’est couché. Il est 21h15 en ce jeudi 4 août. Elles distribuent quelques dattes, de l’eau et du lait, de quoi calmer la faim avant la prière du coucher du soleil, le « maghrib ». Déjà, l’imam entonne l’appel en contrebas, dans l’espace réservé aux hommes.

Le sol est recouvert d’un gigantesque tapis graphiquement divisé en une multitude de « sajjad » (tapis de prière), tous orientés vers la Kaaba (une grande construction cuboïde au sein de la Mosquée sacrée de La Mecque), au sud-est. Les femmes et leurs enfants s’alignent sur les deux premières rangées. Ils sont ce soir-là plus d’une trentaine.

La prière commence par le témoignage: tous les croyants répètent en choeur: « ‘Acha-habou ‘alLâ ‘ilâha ‘ilLal_Lâh. wa ‘ach-habou ‘anna Mouhammadane Raçoûloul_Lâh » (réd: Je témoigne qu’il n’y a pas d’autre dieu que Dieu, et que Mouhammad est Son Prophète-Messager). L’ensemble du rite se compose de trois « rak’ah » (unité de prière comprenant la récitation du Coran et diverses stations: debout, incliné, prosterné). Il durera environ un quart d’heure soit jusqu’au crépuscule.

La prière achevée, il est temps de manger. A même le sol, une petite fille et sa maman installent des nappes de papier, tandis que deux autres femmes dressent les couverts. Le groupe s’installe peu à peu, les différentes nationalités se mêlent. Une vieille dame algérienne distribue des parts de galettes aux herbes. Le premier plat est servi: de la soupe aux lettres.

La mosquée s’anime. La bonne humeur règne. Manger enfin. « Le premier jour, c’est le plus dur, après ça va », confie une jeune Tunisienne. « Quand il se prive d’une chose, l’esprit humain est fait de telle sorte qu’il ne pense plus qu’à ça. Le premier jour », reprend-elle, « j’avais l’impression de voir des salades marcher vers moi. » Sa voisine s’esclaffe avec elle, une complicité se crée immédiatement entre la jeune femme et la Suissesse.

Un mois d’endurance

Le jeûne représente avant tout un mois d’endurance. Tout musulman pubère, sain d’esprit et de corps doit s’y plier sans quoi, il ne serait pas considéré comme croyant.

Du lever au coucher du soleil, il ne doit ni boire, ni manger, ni fumer, ni pratiquer ou même penser au sexe (quoi?, je rêve, là ! FDF…). L’objectif est d’apprendre la patience, mais aussi la privation. Histoire de mieux comprendre ceux qui vivent dans la misère, mais aussi de savoir attendre lorsqu’on ne peut obtenir une chose plutôt que de céder à la tentation par des biais douteux. Le soir venu, le jeûne est rompu. Loin des images d’opulence qui sont généralement véhiculées, le repas devrait normalement être réduit à son minimum: de quoi être bien.

« Des études scientifiques démontrent que le jeûne est sain pour le corps », explique la jeune Tunisienne, doctorante en biologie, de passage en Suisse. « L’estomac se repose, les poumons aussi. Le sang se purifie. » Au-delà de la foi, le ramadan aurait donc des vertus physiologiques, ce qui constituerait en soi une première récompense d’Allah pour l’effort accompli.

Le second plat arrive. Une salade verte agrémentée de maïs. L’imam profite du moment pour donner une leçon sur la croyance: le thème du jour, « les 13 attributs d’Allah ». « C’est intelligent ce qu’il fait là », commente Chaïba, une Marocaine d’origine. « Beaucoup de gens ne viennent à la mosquée que durant le Ramadan. L’imam en profite pour leur rappeler les bases de la foi. »

L’imam poursuit l’énumération des qualités de son dieu: « L’existence… La vue… L’ouïe… La parole… La puissance… La volonté… » Il s’arrête plus longuement sur la notion d' »unicité »: « Il n’engendre pas, n’a pas été engendré, n’est pas divisible… » La doctorante tunisienne commente: « Quand je suis arrivée ici, je suis allée dans une église pour voir comment se vit la foi chrétienne. Le prêtre disait quelque chose de tout à fait similaire. Notre dieu est le même. Seule notre approche change. On l’oublie bien souvent. »

Arrive le plat de résistance. Un risotto aux épices et à l’agneau. Les conversations se poursuivent dans la bonne humeur. Une fois terminé, les femmes débarrassent avec empressement. La plupart d’entre elles s’en iront ensuite rapidement: les enfants à coucher, le travail…

Lecture du Coran

L’appel à la prière se fait entendre du carré des hommes. 23 heures. Ce sera la dernière prière du jour, celle de la tombée de la nuit, l' »ishâ ». Composée de quatre « rak’ah », elle sera suivie, d’un chant sacré entonné par l’ensemble de l’assemblée, puis d’une lecture du Coran.

L’objectif fixé par l’imam est d’en lire environ la moitié sur l’ensemble de la période du Ramadan, soit chaque jour une tranche d’environ une heure. Traditionnellement, la lecture du livre est effectuée dans son entier sur le mois, mais étant en été, l’heure des prières du soir est tardive. Ce serait repoussé l’échéance trop tard dans la nuit, les fidèles travaillant pour la plupart le lendemain.

L’imam tourné vers la Kaaba, dos à l’assemblée, psalmodie le texte sacré. S’il reste une poignée de femmes, les hommes sont plus d’une trentaine encore. D’abord debout, les fidèles s’inclinent, puis se prosternent et se relèvent selon les mouvements du texte. Ils ponctuent régulièrement le cérémonial de la formulation « Allah akbar » (réd: « Dieu est le plus grand ») et de murmures introspectifs.

Une fois la lecture terminée, ils se retrouvent tous et toutes dans le hall pour y remettre leurs chaussures et rentrer chez eux. Dans quelques heures à peine, avant le lever du soleil (aux alentours de 4h), ils se lèveront pour prendre un repas. Les plus courageux entameront un cycle de prières, les autres se recoucheront quelques heures avant de rejoindre leur lieu de travail ou d’études.

Le jeûne, le « saoum », se déroule lors du neuvième mois du calendrier musulman, le Ramadan. Pour déclarer son début, dans chaque ville, deux musulmans au moins doivent constater la naissance de la nouvelle lune. Il a commencé cette année le 1er août.

Source: http://www.lenouvelliste.ch/fr/

28/07/2011

Immigration: le « bon » exemple suisse…

En Suisse, on privilégie la préférence nationale. C’est tout à fait normal. On ne peut que les admirer dans cette initiative. Et il n’est pas discriminatoire de mettre des barrières à l’immigration de masse. Ils ont encore le sens du patriotisme, les Suisses. En France, on marche à contre-courant; et l’on voit ce que ça donne…

En berne… Parcequ’il le vaut bien…

FDF

.

« Contre l’immigration de masse » (en Suisse)

L’UDC a lancé hier une nouvelle initiative populaire, « contre l’immigration de masse ».

L’initiative exige que la Suisse puisse à nouveau gérer de manière autonome l’immigration d’étrangères et d’étrangers, ce qui passe par la fixation de plafonds et de contingents annuels pour les autorisations de séjour. Le texte de l’initiative stipule que toutes les catégories d’étrangers soient prises en compte, donc aussi les frontaliers et le domaine de l’asile.

Il s’agit également d’inscrire dans la Constitution fédérale le principe selon lequel l’immigration est notamment possible si elle sert les intérêts économiques globaux de la Suisse alors que la priorité des Suissesses et des Suisses sur le marché du travail doit être garantie. Elle retient également quelques critères déterminants pour l’octroi d’un permis de séjour: l’immigrant doit faire état d’une offre d’emploi d’un employeur de Suisse; seules sont admises à immigrer les personnes qui peuvent et veulent réellement s’intégrer; l’immigrant doit disposer d’une base existentielle indépendante et suffisante.

Enfin, le projet d’article constitutionnel veille à ce que les droits à un séjour durable, au regroupement familial et aux prestations sociales puissent être raisonnablement limités.

Source: http://yvesdaoudal.hautetfort.com/

26/07/2011

Bienheureux amis Suisses…

Ils en ont de la chance, les Suisses.

En France, c’est tout le contraire qui se passe: la préférence non-nationale bat son plein; et dans tous les domaines. Tant qu’il y aura des dhimmis au pouvoir…

FDF

.

Suisse : l’UDC lance l’initiative populaire « contre l’immigration de masse »

L’initiative UDC consiste à créer les bases légales nécessaires en limitant le séjour des étrangers par des plafonds et contingents annuels pour tous les types d’autorisations du droit des étrangers, y compris le domaine de l’asile. La récolte des signatures commencera en août.

Selon les chiffres officiels, le nombre d’immigrants venus en Suisse durant les quatre années écoulées dépasse de 330 000 celui des émigrants. L’immigration échappe aujourd’hui à toute limitation. Cette situation est le résultat de l’immigration en provenance de l’UE, du regroupement familial pour les ressortissants de pays tiers, des nombreux clandestins séjournant en Suisse et de l’augmentation du nombre de requérants d’asile. L’Office fédéral de la statistique annonce une nouvelle augmentation massive de la population d’ici à 2035. Selon les différents scénarios pris en compte, quelque 10 millions de personnes pourraient alors vivre en Suisse.

Il s’agit d’inscrire dans la Constitution fédérale le principe selon lequel l’immigration est notamment possible si elle sert les intérêts économiques globaux de la Suisse alors que la priorité des Suissesses et des Suisses sur le marché du travail doit être garantie. Elle retient également quelques critères déterminants pour l’octroi d’un permis de séjour: l’immigrant doit faire état d’une offre d’emploi d’un employeur de Suisse; seules sont admises à immigrer les personnes qui peuvent et veulent réellement s’intégrer; l’immigrant doit disposer d’une base existentielle indépendante et suffisante. Enfin, le projet d’article constitutionnel veille à ce que les droits à un séjour durable, au regroupement familial et aux prestations sociales puissent être raisonnablement limités.

Source: http://lesalonbeige.blogs.com/

18/07/2011

Musulmans: ce n’est pas notre faute si ils ont mauvaise presse…

C’est la faute à leurs compatriotes qui par attentats sur enlèvements, ont causé un tort irréversible au monde Occidental. Et celui riposte et se défend, tout à fait naturellement.

Aux musulmans je dis: au lieu de chialer sur votre sort et de hurler à la stigmatisation, faites le ménage vous même dans votre communauté et éliminez vos brebis galeuses; tout le monde ne pourra que mieux s’en porter… En outre, avouez-le: votre « jeunesse » n’est pas des plus exemplaire.

On vous regarde…

FDF

Ca, par exemple, c’est insupportable

.

De travailleur immigré à musulman


Lorsqu’ils sont arrivés en Suisse pour travailler, ils ont été désignés par la population indigène comme «les Turcs» ou «les Albanais». Aujourd’hui, ils sont englobés sous la dénomination commune de «musulmans». Une construction purement politique et médiatique, comme le souligne une étude.

Dans l’espace public, la «minorité musulmane» de Suisse est de plus en plus régulièrement présentée comme une menace. C’est en résumé le résultat d’une étude réalisée par le Fonds national de la recherche scientifique, sous l’égide des sociologues de l’Université de Zurich Patrik Ettinger et Kurt Imhof.

En analysant les compte-rendu et les reportages consacrés aux conflits touchant les pays musulmans et aux attentats terroristes liés à la mouvance islamiste radicale, les auteurs ont pu déterminer comment l’image des musulmans avait changé au cours des dernières années. Les amalgames et la généralisation entourant les migrants de confession musulmane ont gagné en importance jusqu’à la votation sur l’interdiction des minarets de novembre 2009.

«En Suisse, cette émergence est liée aux attentats de Londres et Madrid ainsi qu’à la polémique autour des caricatures de Mahomet, davantage qu’aux attentats du 11 Septembre. Dans les reportages réalisés autour de ces événements majeurs, l’image d’un islam violent et d’un choc des cultures s’est peu à peu imposé», souligne Patrik Ettinger.

Une image en changement

«Ce sont surtout l’Union démocratique du centre (UDC / droite conservatrice) et dans une moindre mesure l’Union démocratique fédérale (UDF / droite chrétienne) qui ont contribué au transfert de l’image que l’on se faisait des musulmans au niveau international à un niveau suisse», ajoute le sociologue. Au travers de ces influences, les migrants musulmans sont peu à peu devenus «les musulmans». Auparavant, affirme Patrik Ettinger, ils étaient déterminés par leur appartenance ethnique: Turcs, Bosniaques, Albanais, etc. «Je ne crois pas que l’identité musulmane était déjà présente en arrière fond. Cette appartenance s’est forgée au travers de la nouvelle image qu’on leur a attribué».   

Ce changement de perception du voisin turc devenu musulman trouverait son fondement dans l’image que les Suisses se font d’eux-mêmes et de leur culture. Celle-ci aurait changé, d’après les auteurs de l’étude. «Nous assistons à un changement social rapide en Suisse. La migration de personnes issues des classes supérieures et moyennes désécurise la classe moyenne suisse». A cela s’ajoutent d’intenses discussions sur la position de la Suisse en Europe et dans le monde et le discrédit jeté sur la classe politique, affirme Patrik Ettinger. «Dans ce contexte, il y a un acteur de la droite populiste qui renforce et attise cette insécurité. Il veut imposer une définition spécifique du citoyen suisse et poser des délimitations à l’égard des étrangers et des musulmans».

La performance de la Suisse en matière d’intégration n’est pas suffisamment prise en considération, soulignent les auteurs de l’étude. «Durant la migration italienne des années ’60, beaucoup craignaient que les villes protestantes de Suisse alémanique ne soient submergées par une vague catholique. De la même manière qu’on attise aujourd’hui la peur d’une islamisation de la Suisse. Mais la majorité des musulmans n’interprète pas davantage leur religion de manière fondamentaliste que ne le font les catholiques italiens et espagnols».

Critique de l’UDC

Dans une prise de position, le secrétaire général de l’UDC Martin Baltisser affirme à propos de l’étude: «L’islam tel que décrit dans l’étude est très éloigné de la situation réelle et de la perception de la population». Du point de vue du parti, l’étude est d’une «utilité douteuse». Aujourd’hui, les sources de tension seraient de plus en plus nombreuses. En 1970, il n’y avait que 16’000 musulmans en Suisse, contre plus de 400’000 aujourd’hui, souligne Martin Baltisser.

Le débat public se construit autour de véritables enjeux: problèmes d’intégration, respect de l’ordre juridique, comportement au sein de l’environnement familial, scolaire et officiel, mais aussi question de la représentation de la communauté musulmane. Selon Martin Baltisser, les auteurs de l’étude ont développé «une conception étrange des effets de causalité». La perception publique est plus complexe, dit-il.

Approbation de l’imam de Zurich

Pour Sakib Halilovic, imam bosniaque de Zurich, les résultats de l’étude vont au contraire dans la bonne direction, et le travail lui semble avoir été effectué de manière  sérieuse. «L’affirmation selon laquelle les médias n’ont pas réussi à différencier le terrorisme international de l’islam et de la plupart des musulmans intégrés de Suisse me semble pertinente».

Depuis des années, Sakib Halilovic se bat contre ces amalgames dénigrants et contre lesquels il avait déjà dû lutter avant la guerre de Bosnie. Il lui semble incompréhensible que l’on puisse mettre dans le même panier des musulmans provenant de couches sociales très différentes, de continents aussi variés que l’Europe, l’Asie et l’Afrique, et ceci quel que soit leur statut, du travailleur hautement qualifié au requérant d’asile. «Ce n’est pas l’islam en soit qui est un problème», dit-il.

Colère contre les convertis suisses

«Après le 11 Septembre 2001, tout musulman a soudainement été perçu différemment. En cela, on ne peut donner que raison à l’étude», affirme Yahya Hassan Bajwa, responsable d’un bureau pour la communication interculturelle à Zurich et député du Parlement argovien. «Même mon médecin de longue date m’a alors questionné sur mes éventuels liens avec le terrorisme». La manière dont l’UDC a politisé la question a eu une influence directe sur le cliché négatif entourant l’islam et les musulmans, selon Yahya Hassan Bajwa.

Ceci est apparu clairement en marge de la votation sur l’interdiction des minarets, lors de laquelle tous les pronostics et sondages se sont avérés erronés. Yahya Hassan Bajwa Bajwa s’insurge également contre ces Suisses convertis à l’islam, qui se présentent avec assurance aux médias et dont les exigences radicales n’ont pas seulement provoqué le mécontentement du grand public mais aussi de la plupart des organisations islamistes.

Et l’homme de souligner que les médias ne peignent souvent le tableau qu’en noir et blanc, sans nuances de gris, n’accordant que bien trop peu de place à la variété des musulmans de Suisse dans leurs reportages.

Source: http://www.swissinfo.ch/

En relation avec le sujet

Eveline Kobler, Alexander Künzle, swissinfo.ch
(Adaptation de l’allemand: Samuel Jaberg)

09/07/2011

On ne frappe pas un policier Suisse quand on est sur le point d’être expulsé…

Sinon, la riposte est immédiate: boum! Heureusement que les Suisses sont plus fermes concernant le problème de l’immigration clandestine. Et un bien pour eux: ils n’ont pas le MRAP, la Halde, le CRAN et autres vermines pour leur mettre des bâtons dans les roues…Il ont Amnesty? Bof…

On leur offre un billet d’avion, aux clandestins, Ca semble les fâcher…

FDF

.

Un requérant d’asile tabassé par la police…

Un incident violent s’est produit lors du renvoi forcé d’un demandeur d’asile. Des images, diffusées par la télévision suisse alémanique et reprises par la TSR, montrent un policier matraquer un Africain à l’aéroport de Zurich.

Plus d’un an après la mort d’un Nigérian suite à un malaise à l’aéroport de Zurich, la Suisse a repris jeudi ses vols spéciaux pour les renvois forcés de requérants d’asile expulsés.

«Dix-neuf hommes ont été transportés vers Lagos à bord d’un avion de Swiss. Le vol s’est déroulé sans incidents». C’est du moins ce que rapporte, très brièvement, l’Office fédéral des migrations (ODM).

Une tout autre impression se dégage néanmoins des images diffusées jeudi soir par la télévision alémanique dans son émission «10 vor 10»: deux requérants expulsés s’étaient opposés à monter à bord de l’appareil. Un des deux Nigérians s’est fortement débattu, ce qui a entrainé des coups de poings et de matraque de la part des policiers. L’expulsion des deux requérants a finalement été interrompue.

Une enquête réclamée par Amnesty International

Interrogée par «10 vor 10», Denise Graf d’Amnesty International, dénonce sévèrement cet incident: «Nous exigeons une enquête indépendante, allant de la phase de préparation jusqu’au retour à la prison».

La police cantonale zurichoise a également ouvert une enquête. Mais pour Marcel Strebel, chef de presse de la police zurichoise, la matraque a été utilisée pour calmer le Nigérian. Car ce dernier aurait donné des coups de pied à un agent dans «la région proche des parties génitales».

L’Office fédéral des migrations n’a, quant à lui, pas voulu s’exprimer à ce sujet jeudi.

Source et vidéo: http://tinyurl.com/3sxwpxp

Suisse: l’UDC veut faire revoter le peuple sur les étrangers.

Et ils ont bien raison. La ténacité bien dirigée finit toujours par payer…

FDF

.

L’UDC lancera une nouvelle initiative sur le renvoi des criminels étrangers

Craignant pour la mise en place de son initiative, l’UDC lancera d’ici 2012 un nouveau projet sur le renvoi des criminels étrangers. Le parti veut faire revoter le peuple.

Le groupe de travail mis sur pied par la ministre de justice et police Simonetta Sommaruga pour concrétiser la volonté populaire dans la loi a présenté ses travaux il y a une semaine. Quatre variantes d’application de l’initiative sont sur la table et le Conseil fédéral devrait mettre un projet en consultation.

L’UDC siégeait au groupe de travail mais n’est pas satisfaite. Les trois solutions privilégiées par le reste des membres requièrent une peine minimale de six mois pour exiger un renvoi. Ainsi, 84% des délinquants étrangers ne pourraient pas être expulsés, a dénoncé le vice-président du parti Christoph Blocher. Et le Zurichois de dénoncer un mépris de la volonté populaire. Le parti ne veut pas attendre pour imposer celle-ci. Il a décidé de transformer la variante défendue par ses deux représentants au groupe de travail en une nouvelle initiative populaire «prête à l’emploi». Elle sera soumise aux délégués de l’UDC cette année encore pour un lancement début 2012 au plus tard, a annoncé le président du parti Toni Brunner.

La gravité de la peine ne joue aucun rôle

Le texte met l’accent sur les délits sexuels et les actes de violence. Il comprend une large liste allant de crimes comme l’assassinat jusqu’à des infractions comme des lésions corporelles simples. Il suffirait qu’un étranger soit condamné pour une de ces infractions pour être expulsé. La gravité de la peine ne joue aucun rôle.

La compétence d’ordonner le renvoi reviendrait au juge ou au ministère public. Les cantons devraient l’exécuter immédiatement. A l’exception du non-refoulement, l’examen d’aucun autre obstacle au renvoi n’est prévu. Selon la majorité du groupe de travail, cela violerait les principes de base du droit constitutionnel et du droit international.

Source: http://www.tdg.ch/

02/07/2011

Une vidéo sur les musulmans de Suisse, sans tabous…

J’ai ressorti des tiroirs cette vidéo fort intéressante sur les musulmans de Suisse…

A regarder et écouter attentivement.

FDF

http://www.tsr.ch/video/emissions/temps-present/#id=1994265

28/06/2011

Suisse (encore): «Les requérants difficiles doivent travailler» !

Et on applique ça quand, en France? Certainement après les présidentielles en 2012. Si les Français ont compris la leçon…

Marine, vite !

FDF

.

Simonetta Sommaruga veut serrer la vis aux requérants d’asile qui sèment le trouble en Suisse. La conseillère fédérale estime qu’il «faut les faire travailler, afin qu’ils cessent de glander».

storybild

La ministre de la justice Simonetta Sommaruga.

Les demandeurs d’asile qui sèment le trouble en Suisse provoquent la colère de la ministre de la justice Simonetta Sommaruga. Interrogée par le «Sonntag’s Blick» dimanche, la conseillère fédérale a déclaré qu’il s’agissait «de quelques jeunes hommes qui se comportent de manière absolument impossible et qui discréditent l’ensemble des réfugiés et des requérants». Il faut les «faire travailler ici, afin qu’ils cessent de glander».

Ces quelques jeunes venant surtout d’Afrique du Nord jettent le discrédit sur tous les autres « qui se comportent correctement et qui ont vraiment besoin de notre protection». Ceux qui commettent des délits sont punis. Et ceux qui «glandent» doivent être occupés, par exemple à des travaux d’utilité publique dans les forêts. Les cas difficiles doivent recevoir des bons plutôt que de l’argent de poche, afin de ne pas pouvoir acheter de l’alcool.

L’ordre doit être respecté et les cantons peuvent, si nécessaire, et pour des cas précis, prononcer un couvre-feu ou interdire certains endroits. Il ne s’agit pas de transformer les centres d’accueil en prison. Mais «lorsque les gens viennent vers nous, ils attendent un traitement équitable. Celà, je le garantis. Mais en échange, nous pouvons exiger qu’ils se comportent bien».

Pas droit à l’asile

Simonetta Sommaruga estime que les demandeurs d’asile en provenance d’Afrique du Nord sont avant tout des demandeurs d’emplois. «Ils n’ont pas droit à l’asile. Nous traitons leurs requêtes aussi rapidement que possible. 60% d’entre eux ont déjà déposé une demande dans d’autres Etats européens. Ils sont donc renvoyés dans ces pays».

Ces «cas Dublin» sont traités en priorité par l’Office fédéral des migrations. Mais les centres d’accueil de la Confédération sont surchargés. La Confédération est prête à ouvrir d’autres centres afin de décharger les cantons. Or, là aussi, «nous avons besoin de l’aide de ces derniers pour trouver des centres d’accueil supplémentaires».

La ministre de la justice rappelle que ces derniers mois, plus d’un million de personnes ont fui la Libye pour se réfugier en Tunisie. Or, «depuis le 1er janvier, 917 Tunisiens sont arrivés en Suisse. J’ai donc une certaine compréhension pour les autorités tunisiennes qui ont actuellement d’autres problèmes à régler que le retour de compatriotes expulsés d’Europe».

La conseillère fédérale, en conclusion, s’est dite convaincue qu’il faut lutter contre les abus, «mais l’autre face existe aussi. Le jour avant Noël l’an passé, j’étais dans un centre d’accueil à Bâle. Quand on voit les enfants dans cette situation, ça fait mal au coeur. Ou quand on entend les femmes raconter les humiliations qu’elles ont dû subir pendant leur fuite».

Source: http://www.20min.ch/

27/06/2011

Cette année, la délinquance se passera « sous tente »…

Lu sur: http://www.20min.ch/

Le retour des « c’est pas moi, m’sieur »

Mais c’est du racisme, ça !

Mais que font la Halde, SOS Racisme, la Ligue des droits de l’Homme et autre assos-bobo??? Ah oui; ça se passe en Suisse… Cà en France? Vous rigolez? Les chiffres de la délinquance baissent… Les chiffres…

FDF

Mise en garde des « vols sous tente » !

.

Alors que la saison des festivals en plein air va bientôt battre son plein, la police saint-galloise met en garde le public, en particulier les campeurs, contre des groupes de voleurs originaire du Maghreb.

Des voleurs bien organisés apprécient également ce genre de manifestations. Lors du dernier «open air» saint-gallois, plusieurs d’entre eux, d’origine nord-africaine, avaient été arrêtés. Et une quarantaine de sacs à dos volés avaient été retrouvés derrière des toilettes.

Les festivaliers sont invités à ne laisser aucun objet de valeur dans les tentes, qui sont de plus en plus «visitées» de nuit. Y compris pendant le sommeil, il est recommandé de porter sur soi ou de glisser dans son sac de couchage téléphone portable, appareil photo, baladeur numérique, bijoux ou argent, a communiqué lundi la police cantonale saint-galloise.

Les jeunes islamistes de Suisse avaient organisé un « séminaire »; mais n’ont pas trouvé de salle…

Si après çà, ils n’ont toujours pas compris, on ne peut plus rien pour eux…

FDF

.

De jeunes musulmans manifestent à Lucerne contre l’islamophobie…

L’Association des jeunes islamistes de Suisse (AJIS) a manifesté dimanche à Lucerne contre l’islamophobie dont elle est victime. Elle n’a pu en effet organiser le séminaire prévu, faute de salle. Toutes les portes se sont en effet fermées devant eux.

Après s’être vu refuser des locaux à Lucerne et Emmen (LU), l’AJIS s’est rabattue dimanche matin sur l’aula du Buffet de la gare de Lucerne. Mais là on leur a fait savoir que la salle ne pouvait leur être mise à disposition car elle faisait l’objet d’une mise en place pour une manifestation le lendemain.

Ainsi les 100 à 150 participants sont descendus d’un étage pour occuper le Buffet de gare, a indiqué l’AJIS dans un communiqué. Profitant de la présence des médias, des femmes, voilées pour certaines ou portant des fanions helvétiques, ont déroulé des calicots sur lesquels on pouvait lire notamment « non à l’islamophobie » ou « Nous ne nous laisserons pas museler ».

Selon la police cantonale lucernoise, le service de midi du restaurant a été quelque peu perturbé avant que les participants ne quittent les lieux. Pour le reste, la manifestation s’est déroulée sans incident, ont souligné les forces de l’ordre.

Président du Conseil central islamiste suisse (CCIS), Nicolas Abdullah Blancho se plaint d’une limitation croissante des droits des musulmans. Le séminaire prévu à Lucerne constituait pourtant un rassemblement du principal courant de l’islam, selon lui.

Et le prêcheur biennois d’appeler les participants à la rencontre à se montrer fiers de leur identité.

Cette manifestation avait pour objectif de rapprocher les jeunes des valeurs de la commmunauté, en particulier le sens de la formation, du travail et de la famille. Il ne s’agit pas de faire de la politique ou de provoquer, mais d’organiser le temps libre des jeunes, a indiqué à l’ats le secrétaire de l’AJIS, Florim Steiner .

Source: http://www.romandie.com/

25/06/2011

Vevey (Suisse): pas d’argent public pour la mosquée !

Les musulmans de Vevey pourraient se sentir « heurtés », stigmatisés et aller chialer partout. En France, on a l’habitude. Chez nos amis Suisses, ils n’osent, apparemment, pas trop brailler… Il faudrait qu’ils nous donnent leur recette-miracles, les Suisses… En tout cas, les administrés de Vevey peuvent être fiers de leurs élus, eux…

FDF

.

Le Conseil communal a refusé à une courte majorité d’entrer en matière sur l’octroi d’un prêt de 2 millions sans intérêts à  la Fondation islamique du district de Vevey pour rénover un lieu de culte.

Le parlement de la ville de Vevey n’a pas souhaité, à bulletins secrets et à une courte majorité, entrer en matière, jeudi soir, sur l’octroi par la commune d’un prêt de 2 millions sans intérêts à la Fondation islamique du district de Vevey, comme l’annonce le quotidien 24heures.

Les raisons évoquées pour refuser ce projet par une majorité d’élus locaux? Le préavis était mal-ficelé et controversé. L’exécutif de la Ville décidera de proposer ou pas une nouvelle proposition.

Source: http://www.20min.ch/

24/06/2011

Les « requérants »… Semeurs de m…. en Suisse…

Nos amis Suisses les nomment des « requérants »…

FDF

.


Les Maghrébins défient les autorités !

 Des requérants d’Afrique du Nord sèment la panique dans les centres d’accueil. Des services de sécurité ont dû être engagés pour maintenir l’ordre et les autorités s’inquiètent.

storybildPour Karin Keller-Sutter, les mécanismes de Dublin ne fonctionnent plus en Suisse. Elle estime que 90% des demandeurs d’asile en provenance du Maghreb sont des «cas Dublin» que la Confédération devrait renvoyer de suite. (photo: Keystone)

Les riverains du centre d’accueil pour requérants d’asile de Chiasso (TS) en ont marre du comportement de certains requérants d’asile en provenance du Maghreb. Ils exigent que le centre soit déplacé ailleurs. La raison de ce raz le bol? Selon «20 Minuten», des demandeurs d’asile se signaleraient régulièrement par un comportement inadmissible, consommeraient trop d’alcool et molesteraient d’autres requérants hébergés dans le centre de Chiasso. De tels agissements auraient également lieu dans les centres pour requérants de Suisse orientale. Selon la police, des groupes de Maghrébins seraient à l’origine d’une augmentation de la criminalité.

Une société de sécurité a dû être engagée

Selon René Hungerbühler, le responsable des questions touchant à l’asile dans le canton de Saint-Gall, les requérants d’asile en provenance du Maghreb et d’Afrique du Nord se comporteraient de façon «particulièrement revêche»: «Ils ne respectent ni le règlement ni l’interdiction de consommer de l’alcool. Ils agressent d’autres requérants», constate-t-il. En raisons des récents événements, Hungerbühler a été contraint d’engager une société de sécurité pour veiller à l’ordre dans les centres de requérants.

Les mécanismes de Dublin mis en cause

Heinz Brand, qui préside la Conférence des offices cantonaux de la migration, a eu vent de récits semblables en provenance de nombreux cantons suisses. Il s’explique mal les raisons de tels débordements et se contente de constater «qu’il s’agit de groupes de jeunes hommes entre 20 et 30 ans, ce qui peut provoquer une dynamique de groupe dangereuse». Mais il craint que la situation s’aggrave encore: «Ils savent depuis belle lurette que les mécanismes de renvoi prévus par les accords de Dublin ne fonctionnent tout simplement pas».

90% de «cas Dublin»

Interrogée par «20 Minuten», Karin Keller-Sutter, la présidente de la conférence cantonale des directeurs de justice et police, confirme que dans 90% des cas il s’agit de «cas Dublin». «La Confédération n’aurait jamais dû les laisser entrer en Suisse. Il était évident dès le début qu’ils n’obtiendraient jamais l’asile», vitupère la conseillère d’Etat saint-galloise. Et d’ajouter: «Nous exigeons depuis des mois que la Confédération cesse de nous submerger de «cas Dublin» et qu’elle renvoie ces gens dans les pays de l’espace Schengen qui les ont admis».

Source: http://www.20min.ch/

11/06/2011

La rencontre entre Oskar Freysinger et Geert Wilders a finalement eu lieu.

Et ils ont pu enfin débattre du combat contre l’islamisme en toute quiétude… Mais cela s’est passé à La Haye; et non pas en Suisse comme prévu…

FDF

.

.

<a href= »http://www.dailymotion.com/embed/video/xj7iix
Rencontre entre Oskar Freysinger et Geert…« >http://www.dailymotion.com/embed/video/xj7iix<br /><a href= »http://www.dailymotion.com/video/xj7iix_rencontre-entre-oskar-freysinger-et-geert-wilders-a-la-haye-extrait_news &raquo; target= »_blank »>Rencontre entre Oskar Freysinger et Geert…</a>

.

http://dai.ly/kJfCW1
« Page précédentePage suivante »