Francaisdefrance's Blog

01/02/2012

« Sale race »: novlangue des cités, des quartiers et des entreprises, maintenant…

Magnifique; tout simplement magnifique… Lisez.

FDF

.

La charia et le racisme s’installent sur les lieux de travail

L’autre soir, nous discutions de choses et d’autres avec quelques amis syndicalistes. Un premier me fera état de certaines situations venues dernièrement devant les prud’hommes, ou allant probablement s’y retrouver prochainement.

Un premier exemple : un salarié a été totalement débouté de ses demandes. Il a même été condamné à versé un article 700 du CPC.

Pourquoi ce débouté intégral ?

 

Après que devant le bureau de conciliation l’employeur ait proposé une transaction (un compromis) de 4000 euros, le salarié a demandé à le rencontrer. Reçu par le patron, dans le bureau de ce dernier, le salarié a proposé une transaction, et quelle transaction ? L’homme a réclamé à l’employeur… 4000 euros… plus trois mille.

–          Quatre mille plus trois mille, c’est pas une transaction ça, lui a rétorqué l’employeur, un Juif.

Vous me demanderez pourquoi je vous donne cette précision. Vous allez tout de suite comprendre.

–          le Coran nous l’interdit. On peut pas faire une transaction avec un Juif.

–          peux-tu répéter ce que tu viens de me dire, lui a demandé l’employeur.

le ton est monté. le salarié a levé la voix. On est aussi passé sur un autre registre.

–          si tu paye pas, c’est les copains de la cité qui vont te faire payer ta sale race.

–          tu peux répéter ça ?

l’employeur a appelé deux autres salarié, eux aussi originaires d’Afrique du nord et eux aussi nés dans une famille musulmane. Devant ses deux collègues, l’homme a réitéré ses exigences et ses menaces, continuant d’injurier « sa sale race », répétant que le patron aurait la visite des copains de cités…

A noter, parce que c’est un signe ou une lueur d’espoir, les deux collègues n’entreront pas dans la logique totalitaire qui interdit à des musulmans de témoigner contre un autre musulman, quand il est en conflit avec un non-musulman, même si ce musulman a entièrement tort.

Les deux hommes ont régit loyalement, comme deux travailleurs normaux, refusant le monde des « bons » (les soumis à de fanatiques normes antémoyenâgeuses) et celui des « mauvais », les « kouffars », c’est- à dire les hommes libres, les hommes et les femmes considérant que la croyance et l’incroyance sont du domaine des choix personnels. Ils ont immédiatement réagi, conformément à la morale sociale résultant du pacte républicain. Ils ont évacué cet homme qui n’était plus autre chose qu’un racketter, s’estimant dans son bon droit, parce qu’on « ne négocie pas et qu’on ne transige pas avec un Juif et sa sale race».

Peut-on en tirer une leçon ?

Je le crois. Je le crois, parce qu’il ne s’agit pas d’un fait isolé. Il y a quelques jours, un autre camarade me confiait son questionnement et son inquiétude.

Un employeur, avec lequel il avait eu affaire quelques jours plus tôt, l’avait appelé. Il n’est pas courant qu’un employeur appelle un syndicat ouvrier. Il s’agissait d’un tout jeune employeur, complètement dépassé par les événements. Dans son équipe, une jeune salariée n’effectuant depuis plusieurs jours aucun travail de la journée, se lancera dans les violences verbales, quand il le lui fera observer. « Il allait avoir la visite de ses copains de la cité. Elle n’en avait rien à foutre si l’entreprise de cette sale race se cassait la g… »

Vous m’objecterez que de même qu’une hirondelle ne fait pas le printemps, deux incidents quasi identiques n’expriment pas nécessairement une réalité sociale préoccupante.

Ces deux exemples montrent qu’ils ont de commun : le mépris et la haine pour le Juif, pour la « sale race ». Ils montrent aussi une tendance à l’utilisation de la délinquance ethnique comme moyen de chantage, « les copains de la cité ». Ces bandes sont ressenties, dans certaines parties de la population, comme une sorte de contre-Etat, comme une milice personnelle capable d’imposer une nouvelle loi du plus fort, opposable et opposée à la loi démocratique, opposable et opposée à la légalité.

Dans ces deux exemples, nous voyons le mépris et la haine du Juif être également au cœur de comportements délictueux sur le lieu de travail.

Ces situations intéressent-elles la Halde, SOS racisme, le MRAP ? Non, à l’évidence. D’aileurs pour ces messieurs et mesdames, cette réalité là n’existe pas. 

Ces deux situations graves, dont m’ont fait état ces deux amis syndicalistes, sont-ils des faits tellement isolés qu’ils doivent être considérés comme des marges infimes et sans importance ?

Ces deux délinquants au travail ne se connaissaient pas. Ils n’habitaient ni le même quartier, ni la même ville. Pourtant, les mots employés, contre deux employeurs juif, sont presqu’identiques.

Il y a quelques semaines,

un autre ami me rapportait les confidences inquiètes d’une responsable syndicale.

Son propos ne concernait pas des violences verbales, ni des propos haineux ou méprisants contre des Juifs employeurs. Elle lui avait fait état du comportement tyrannique et brutal d’un « syndicaliste », un homme mandaté par un de ces syndicats qui, au début des années 80, ont ouvert la boite de pandore du soutient aux revendications religieuses sur le lieu du travail (temps de pauses rémunérés pour les prières et lieux de prière fournis par l’entreprise, sur le lieu de travail).

L’homme en question exprimerait son mépris pour ses collègues femmes, « habillées comme des putes ».

Ses injures seraient adressées autant aux simples employées qu’à l’encadrement.

La direction en serait informée mais ne régirait pas. Cette situation dure depuis des mois, dit-elle. Des salariées, n’en pouvant plus de cet acharnement à causes prosélytes, angoissées, se sentant piégées, se retrouvent en dépression, malades. L’ami me confiait que la syndicaliste lui avait récemment confié, que l’homme en question s’appropriait aussi le vestière pour ses prières. Personne ne devait y venir à certains moments de la journée. Pour s’assurer que personne ne puisse trangresser sa loi, l’individu bloquait la porte du local commun devenu sa chose.

Ces trois exemples illustrent une réalité multiple, ayant un commun dénominateur : l’irruption des exigences de la charia sur le lieu de travail, un racisme sous-jacent qui les alimentent, un racisme formaté par les préjugés « religieux », un racisme violent, un racisme prêt à surgir et à frapper, pour la moindre chose.

Nous ne sommes pas encore dans la situation du Nigeria, mais…

Le groupe djihadiste dissout il y a quelques jours, par décision du ministre de l’intérieur, n’est pas encore parvenu au stade des assassins fanatiques de Boko haram – organisation armée qui tue, chaque semaine, des centaines de Nigerians chrétiens ou des Nigerians musulmans pas assez musulmans. Mais le silence, voire la complicité de dirigeants syndicaux, de Maires et de conseillers, de Députés, de candidats à la présidence, de chefs de la Laïcité militante, fortifie l’audace de ces aspirants à la dictature califale et salafiste.

Il convient de saluer les quatre juges (deux salariés, deux employeurs) qui ont débouté le racketter antisémite qui s’estimait dans son droit, au nom du Coran et des haddiths, en considérant : qu’il y avait une faute grave, justifiant la décision exceptionnelle en justice prud’homale, amenant à condamner le salarié à verser plusieurs centaines d’euros d’article 700.

Tout est ouvert :

–          Dangers extrêmes, menant -au travers d’étapes- à une impitoyable dictature internationale de la charia, ramenant l’humanité vers un état qui sera en deça de celui des populations du 7ème et 8ème siècles, s’étripant pour un oui ou pour un non et pour des raisons « religieuses »

–          Mais aussi, solution démocratique préservant sept siècles de combat politique et social du peuple français et deux siècles de combat politique et social des peuples d’Europe, combats collectifs et individuels : pour la liberté de conscience ; pour la liberté de croire ou ne pas croire et de dire publiquement pourquoi on croit comme si ou comme ça, ou pourquoi on ne croit pas ; pour la liberté de défendre -par des arguments- les croyances religieuses et le droit non limité de les critiquer -également par des mots et des écrits- ; les libertés politiques, syndicales, électorales, les droits et les devoirs sociaux.

Tout est ouvert, le pire ou le progrès !

Alain Rubin

Source: http://ripostelaique.com/

18/01/2012

Lettre ouverte à nos amis…………..de longue date.

Ce n’est qu’un au-revoir, cousins…

FDF

.

Amis Tunisiens, Algériens, Marocains, Egyptiens, Lybiens, et tous les autres, bravo, bravo, bravo,ce que vous avez fait est fantastique, vraiment, parole d’Allah !   
Oui, vous avez su, de haute lutte, exiler les tyrans qui oppressaient vos pays.

Oui, vous avez su conquérir votre liberté de haute lutte.
Oui, nous Français et Belges, dont les ancêtres avaient déjà fait cela il y a quelques années,nous sommes admiratifs pour votre courage et votre ténacité.
Admiratifs et un peu tristes car, évidemment, vous allez nous quitter !!
C’est pour retourner chez vous bien sûr, pour profiter pleinement de cette reconquête politique et économique et rebâtir un pays, grand et digne, juste et travailleur, social et intègre, qui ne sera donc pas calqué sur le modèle Occidental décadant que vous aurez connu chez nous.
N’ayez pas de serrement au coeur, nous comprenons vos priorités:les maigres allocations et autres avantages sociaux que nous pouvons vous octroyer ne sont qu’une goutte d’eaupar rapport à la manne céleste qui vous attend en vos contrées enfin libérées.
Nous comprenons qu’ayant peut être un peu trop souffert de notre envahissante chrétienté, vous préfériez revenirdans une république laïque et libre, et que vous aspirez à occuper dorénavant des postes à hautes responsabilités,rémunérés en conséquence, et que vous aurez plaisir à retrouver la douceur de votre climat sud-méditerranéen.
Bien sûr, soyez en convaincus, nous serons très tristes car vous allez beaucoup nous manquer.
Nous ne trouverons plus de prénoms à consonance maghrébine à la lecture des faits divers, beaucoup de coutelleries vont devoir fermer, les producteurs de moutons devront se reconvertir, SOS racisme et le MRAX vont mettre la clef sous la porte, les démineurs vont connaître le chômage, les vagues de réduction d’effectifs vont frapper nos forces de l’ordre,les banlieues ne seront plus illuminées la nuit par les voitures incendiées, le prix du café dans les bistrots va augmenter,mais nous nous résignons et nous supporterons tout cela.
Mieux, nous voulons aussi vous remercier: nous allons affréter tous les moyens de transports disponibles pour que le retour au pays se fasse dans les meilleures conditions possibles..
Allez, sans vous retourner, sans peur ni honte de nous abandonner dans une situation financière critique car,rappelez-vous, nous avons encore les Roumains et tous les gens du voyage qui circulent avec de luxueuses berlines d’importation et de magnifiques maisons roulantes…
Par contre, pour les prochaines fêtes de Pâques, de Noël, et de St. Nicolas (eh oui, nous y croyons encore à celui-là),envoyez-nous des dattes, du thé à la menthe, du coucous et du jasmin, car ici, après votre départ nous n’en aurons plus !!!!!
Et si jamais, nous ne pouvons pas nous passer de vous, vous nous accueillerez.
Vous aurez certainement développé pour nous accueillir des allocations spécifiques pour des émigrés, la mutuelle gratuite,la C.M.U., l’A.M.E., la priorité pour les logements, etc.…
Vous vous ouvrirez sans problèmes à une société multiculturelle que vous revendiquiez à corps et à cris chez nous,vous nous permettrez d’élever des cochons et vos forces de l’ordre supporteront d’être insultées….
Nous revendiquerons des droits sans obligation et si ça ne marche pas, ben … On caillassera vos administrations et on mettra le feu à quelques bagnoles ….
Et si vous ne nous construisez pas rapidement des églises, nous brûlerons vos mosquées
Merci de nous avoir appris comment faire. Après tout…. l’histoire est un éternel recommencement….

A très bientôt…

A bientôt! Chez vous…

02/01/2012

Mais c’est du racisme! Paris durcit les conditions d’obtention de la nationalité française…

L’annonce est tombée, comme un coup de masse… Mais pourquoi tant de haine? SoS Racisme et ses filiales devraient monter au créneau. Mais contre le gouvernement, c’est moins rigolo… Et on n’est pas certain de gagner… Voyez plus bas les nouvelles conditions spartiates de cette tentative de faire baisser la naturalisation des immigrés;

Une, en passant, pour rire: « Les prétendants à la naturalisation devront dorénavant démontrer qu’ils peuvent aussi bien s’exprimer en français qu’un élève de classe de 3e ». Affreux, non ? Je parie en outre que les candidats devront pouvoir se repérer dans une ville afin de trouver facilement le chemin parsemé d’embûches pour arriver aux caisses d’allocs et autres centres d’assistanat divers.

D’un autre côté, qu’est-ce qu’on inventerait pas pour tenter de calmer l’électeur Français de souche (le sous-chien) qui commence à avoir des fourmis dans les mains quand il voit ce qui se passe autour de lui… C’est « petit ».

FDF

.

Photo d’illustration…

.

Il est, depuis le 1er janvier, plus difficile pour les étrangers d’acquérir la nationalité française. En plus d’un test de langue, d’histoire et de culture, les candidats devront signer une charte « des droits et des devoirs du citoyen ».

Conformément au texte de loi adopté en juin dernier, de nouvelles conditions vont être ajoutées à la procédure d’obtention de la nationalité française, à partir du 1er janvier. Cette initiative fait suite à une année 2011 marquée par de vifs débats sur la place de l’islam et l’immigration en France.

Les prétendants à la naturalisation devront dorénavant démontrer qu’ils peuvent aussi bien s’exprimer en français qu’un élève de classe de 3e et qu’ils ont des connaissances historiques et culturelles. Ils devront ensuite signer une charte « des droits et des devoirs du citoyen » avant de participer à une cérémonie en mairie.

Cette charte, élaborée par le Haut Conseil à l’intégration (HCI), prévoit que ses signataires s’engagent auprès de la République française, même si elle ne revient pas sur la primauté du droit du sol et maintient le droit à une bi-nationalité.

« Vous souhaitez devenir Français. C’est une décision importante et réfléchie. Devenir Français n’est pas une simple démarche administrative. Acquérir la nationalité française est une décision qui vous engage et, au-delà de vous, engage vos descendants », prévient le document.

Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant, à l’initiative de cette réforme, souhaite que ceux qui deviennent français adhèrent « aux principes, aux valeurs et aux symboles de notre démocratie ». Laïcité et égalité entre hommes et femmes figurent en bonne place dans la charte, que devront désormais signer les plus de 100 000 personnes qui acquièrent la nationalité française chaque année. « La signature de ce document, a répété le ministre, est un moment de solennité entre la nation accueillante et la personne accueillie. »

Glissement vers l’extrême droite ?

Candidat de l’UMP à Boulogne dans le cadre des prochaines législatives, Claude Guéant est régulièrement accusé de vouloir séduire les électeurs de l’extrême droite en vue de la présidentielle de 2012. La popularité grandissante de Marine Le Pen, candidate du Front national, inquiète les stratèges de l’UMP qui veulent reconquérir les électeurs tentés par les idées d’extrême droite.

Tout au long de 2011, le ministre de l’Intérieur s’est clairement placé sur une ligne dure en matière d’immigration, annonçant des plans pour réduire le nombre légal d’immigrants en France de 200 000 à 180 000 individus. Il s’est d’autre part prononcé en faveur de l’expulsion du pays des immigrants coupables de crimes.

En juin dernier, Claude Guéant avait personnellement veillé à ce que la nationalité française soit refusée à un Algérien, arguant que celui-ci avait une « conception dégradante du rôle de la femme ». « Il n’entendait pas qu’elle puisse prendre la parole sans qu’il lui en donne l’autorisation, elle n’a pas le droit de travailler », s’était alors justifié le ministre de l’Intérieur sur RTL.

En avril 2010, Éric Besson, alors ministre de l’Immigration, avait évoqué une « évolution législative » visant à déchoir de leur nationalité les immigrés naturalisés coupables de polygamie.

Le droit du sol remis en question

Le candidat socialiste à la présidentielle, François Hollande, voit dans cette stratégie du gouvernement une manœuvre politicienne pour conserver le pouvoir. De son côté, il s’est engagé à combattre les criminels et les délinquants « indépendamment de leur nationalité ».

Actuellement, les enfants nés dans l’Hexagone de parents étrangers deviennent, sauf s’ils s’y opposent, automatiquement français à l’âge de 18 ans s’ils vivent en France ou y ont vécu pendant au moins cinq ans, depuis l’âge de 11 ans. Environ 3 000 personnes sont ainsi naturalisées chaque année.

Cependant, l’UMP s’est engagée à réviser cette loi en cas de victoire à la présidentielle du printemps prochain. Les enfants nés sur le sol français ne seraient ainsi plus naturalisés automatiquement, ils devraient en faire la demande officielle par écrit. La démarche serait couplée à « une cérémonie d’entrée dans la vie citoyenne » effectuée en mairie et obligatoire pour toutes les personnes atteignant l’âge de la majorité. La mesure, toujours à l’étude à l’UMP, avait déjà été adoptée en 1993 par le ministre de l’Intérieur de l’époque, Charles Pasqua, avant d’être défaite par le gouvernement socialiste de Lionel Jospin.

Claude Goasguen, figure de l’aile droite de l’UMP, milite également pour que les enfants nés dans l’Hexagone de parents clandestins ne puissent pas bénéficier automatiquement de la nationalité française à leur majorité. Il y a selon lui « trop de naturalisations ».

Il avait également plaidé pour une interdiction de la double nationalité – revendication également portée par Marine Le Pen -, mais cette proposition n’a pas été retenue par le reste de l’UMP.

Source: http://www.france24.com/

25/12/2011

Je m’appelle Mouloud…

Et je souhaite un bon Noël 1472 (2050) à tous les Français !

.

Excellent ! A diffuser.

Mais triste vision de notre avenir si personne ne réagit assez vite.

FDF

Bonjour !

Je m’appelle Mouloud et je souhaite à tous les Français une bonne année 1472  !!! (2050 pour les mécréants).

Vous l’avez deviné, je suis musulman, comme 70% des Français, le reste ce sont des Infidèles, principalement des athées et quelques chrétiens parmi le lot. Pour ces dhimmis, disons que c’est plutôt l’exode en ce moment, ils sont quelques centaines de milliers à quitter le pays à chaque année.

Je viens tout juste d’avoir 23 ans, et je suis heureux dans mon pays, la France.  Il y a quelques années, lors des Présidentielles, j’ai voté pour le PIF (Parti Islamique Français) qui a été élu, Inch Allah !!! La France est donc devenue la première République Islamique en Europe, et certainement pas la dernière !!!

Je n’ai pas connu la France d’il y a 50 ou 60 ans, mais mon grand-père m’en a pas mal parlé. Il faut bien admettre que nous, les musulmans, rêvions d’envahir ce pays depuis des siècles. On avait bien failli réussir en 732 après J.C., mais un certain Charles Martel nous avait mis les bâtons dans les roues à Poitiers.

Puis, ça a été des siècles d’attente et de frustration. Les Français étaient tout simplement trop forts. Vers le début des années 1960, ils s’étaient même constitué un arsenal nucléaire : de quoi rayer de la carte l’humanité toute entière. Une attaque directe contre ce pays était donc impensable et impossible.

Toutefois, malgré leur écrasante supériorité militaire et technique sur les musulmans, les Français avaient de graves faiblesses que nous avons su merveilleusement exploiter, grâce à l’aide d’Allah.

La première de ces faiblesses était que toute leur économie dépendait du pétrole. Les Français avaient soif de ce liquide comme des types qui auraient passé une semaine dans le Sahara sans la moindre goutte d’eau. Pour étancher leur soif de pétrole, ils étaient prêts à toutes les concessions. Or, les principales réserves de pétrole se trouvaient à cette époque dans les pays du Moyen-Orient.

Ils nous ont donc laissé construire des casernes, pardon, des Mosquées, dans tout leur pays. Je puis vous assurer qu’aucun village, si reculé et si isolé soit-il, ne fut épargné. Ce fut leur première erreur.

Leur seconde faiblesse était leur faible taux de natalité. Les Français n’avaient même pas un indice de fécondité suffisant pour assurer le renouvellement de leur peuple. Plutôt que de mettre en œuvre des moyens pour relancer la natalité, les politiciens de l’époque ont préféré ouvrir en grand les vannes de l’immigration, pendant des décennies et des décennies. Et qui immigrait majoritairement dans leur beau pays ??? Des musulmans bien évidemment.

Pire encore, ils avaient légalisé l’avortement. Il y en avait environ 200 000 à chaque année. Pas besoin d’être un grand mathématicien Arabe pour calculer le nombre de mécréants en moins que ça représente après 40 ans.

Bref, l’avortement a été du véritable pain béni pour les musulmans.

Leur troisième faiblesse, c’est que les Français étaient tellement obnubilés par la supériorité de leur race et de leur culture qu’ils s’étaient imaginé que le monde entier partageait leur point de vue. Les Blancs, il faut bien l’avouer, dominaient le Monde depuis 2500 ans : il y avait eu les Grecs, puis les Romains, les Portugais, les Espagnols, les Anglais, les Français, les Allemands, les Américains, et j’en passe.

Mais ils étaient bien naïfs pour croire que nous, les Musulmans, allions larguer par-dessus bord notre Religion,  notre Foi, nos coutumes et nos traditions pour intégrer leur société amorale, dépravée et matérialiste en échange d’une bagnole, de quelques barils de diesel et d’une poignée d’Euros – la monnaie de l’époque.

Les Français avaient en effet balancé leur religion – en l’occurrence le christianisme – depuis un siècle pour adopter une constitution laïque.

La France était donc  « officiellement »  un pays laïc. Ce pays comportait à l’époque, parmi les Français de souche,  des traîtres et des collaborateurs d’une ignominie et d’une veulerie inconcevable. Le genre d’individus qui auraient été immédiatement saignés comme des porcs, lapidés comme des chiens dans n’importe quel pays musulman.

Ces traîtres avaient instauré en France, officieusement, une véritable Religion d’État. C’était la Religion des Droits de l’homme, de l’Antiracisme et de la Liberté d’Expression.

Je vous vois venir avec vos gros sabots… vous vous dites, la France, ça devait être le Paradis Terrestre, le Jardin d’Eden.

Sur le papier, tout cela semblait en effet merveilleux, sauf qu’il y avait un hic…  un très gros hic…

Je vais vous expliquer, vous allez tout comprendre.

On pouvait par exemple, et c’était approuvé par tous les « intellectuels » et par la Presse, vomir sur le christianisme, mettre des excréments et de l’urine sur la croix de Jésus. Le public bobo applaudissait à tout rompre et en redemandait encore. On appelait ça de la « Créativité Artistique ». Ce genre de blasphème était protégé par la Liberté d’Expression.

Par contre, le petit artiste raté en manque d’inspiration qui se serait avisé de pondre une version analogue avec l’islam – disons le Shit Coran ou le Piss Mahomet – aurait été immédiatement traîné devant les tribunaux et aurait dû répondre d’accusations graves d’incitation à la haine raciale. Il aurait eu sur le dos SOS Racisme, la LICRA, MRAP, LHD, HALDE, et une bonne trentaine d’autres associations antiracistes. Tout cela bien entendu sans tenir compte la fatwa qu’on aurait mis sur sa tête.

Maintenant, imaginons l’individu qui avait tué un Juif. Il s’agissait donc d’un meurtre. Mais le caractère aggravant antisémite de l’assassinat faisait que l’acte atteignait le 9 sur l’échelle de Richter. Cela n’arrivait donc que très très rarement, car la tête brûlée qui commettait un tel délit prenait facilement la perpétuité.

Il arrivait aussi, très rarement également, qu’un Noir ou un Arabe soit assassiné par un Blanc. Encore une fois, ce type de meurtre était fortement aggravé en raison de son caractère raciste, mais un peu moins cependant que le cas antisémite. Disons 7 à 8 sur l’échelle de Richter.  Une fois encore, l’auteur pouvait s’attendre à écoper d’une très lourde peine.

Finalement, il y avait l’autre cas de figure, celui qui arrivait presque quotidiennement en France, c’en était d’ailleurs devenu aussi banal que les histoires de chats écrasés.

Un groupe de Noirs, ou d’Arabes, ou un mélange des deux, massacrait un jeune Blanc.

Les sismographes de l’époque n’étaient pas assez précis pour mesurer, sur l’échelle de Richter, l’intensité de ce type d’agression.

Ça commençait presque toujours par un prétexte futile : on demandait au Blanc une cigarette, ou son portable pour passer un coup de fil urgent.

Si le Blanc avait le malheur de refuser, on lui exposait la gueule, on lui niquait sa race. Le céfranc finissait souvent par décéder après avoir passé quelques jours dans le coma.

Généralement, les auteurs – dans la mesure où les keufs réussissaient à les arrêter – comparaissaient libres devant les tribunaux sous l’accusation de « violences en réunion ayant entraîné la mort sans intention de la donner ».

Parfois aussi, le juge bobo – comme ils disaient dans le temps – estimait qu’il s’agissait simplement d’un « jeu entre gamins qui avait mal tourné ».

La justice de l’époque était à chaque fois totalement incapable, à cause des témoignages contradictoires des divers accusés et de l’absence de témoins directs, de déterminer qui avait fait quoi exactement.

En général, la Cour relâchait immédiatement un certain nombre d’inculpés, faute de preuves, et les autres écopaient de peines légères avec sursis. Bref, personne ne mettait jamais les pieds en taule. Il faut vous rappeler qu’à cette époque, en France, les peines d’emprisonnement de moins de deux ans n’aboutissaient pas forcément à une incarcération.

Bon, voilà, c’est assez pour aujourd’hui, je poursuivrai une autre fois, maintenant faut que j’aille fêter la nouvelle année !

Inch Allah !!!

Jean Leclerc alias Mouloud

Source: http://ripostelaique.com/

21/12/2011

« Marine Le Pen est désormais candidate à la victoire présidentielle », prévient Malek Boutih, l’ancien président de SOS Racisme.

On ne voit pas trop ce que vient faire l’ancien président de SOS Racisme dans cette affaire, mais bon. Il est du PS, refuge idéal pour les amoureux de l’immigration.

Mais passons. Le PS a peur de Marine Le Pen; pourquoi peur ? Parce que c’est la seule candidate patriote? La seule qui fait passer la France en premier? Certainement. Et les gens du PS ont peur aussi pour leur place. Je pense qu’ils ont raison…

Ce n’est pas en dénigrant le Front National qu’on arrivera à l’abattre. Plus maintenant… La « recette » est éculée.

FDF

.

Présidentielle : la montée du Front national inquiète Hollande

Obnubilés par leur duel avec Nicolas Sarkozy, les socialistes en avaient presque fini par oublier Marine Le Pen. Plusieurs dirigeants tirent la sonnette d’alarme.


François Hollande à la conquête des ouvriers, acte III. Après une usine de Placoplâtre en Seine-Saint-Denis et les salariés d’Alstom en Saône-et-Loire, c’est auprès des ouvriers des chantiers navals de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) que le candidat socialiste a tenté de poursuivre lundi son opération séduction.


Une façon pour lui de contrer la percée de Marine Le Pen dans les catégories populaires.

Un potentiel plus élevé que les chiffres des sondages

Au PS, des voix s’élèvent pour tirer la sonnette d’alarme sur le niveau élevé de la candidate du Front national dans les sondages. « Il y a un fauteuil pour trois : avec François Hollande et Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen est désormais candidate à la victoire présidentielle », prévient Malek Boutih, l’ancien président de SOS Racisme.

Lors du dernier comité stratégique de campagne, le candidat en a appelé à la vigilance des socialistes : « Il faut faire attention au Front national. » L’inquiétude est d’autant plus forte qu’aux yeux de Hollande, Marine Le Pen peut encore progresser : « 16 à 17% à cinq mois du premier tour, c’est déjà haut », confiait-il la semaine dernière. « Le FN a un potentiel plus élevé que ce qu’indiquent les sondages. Il y a un danger, une alerte », reconnaît de son côté Manuel Valls, directeur de la communication de la campagne de Hollande.

Obnubilé par le face-à-face avec Sarkozy, le PS a pour l’instant zappé Marine Le Pen. « Il y a un problème de réponse politique. Nombre de socialistes regardent encore le FN d’aujourd’hui avec des lunettes des années 1980 », regrette Boutih. Sous-entendu, les traditionnelles accusations de racisme ou d’antisémitisme ne sont plus opérantes. « La digue de la condamnation morale est utile mais il faut aller au-delà », acquiesce Valls. Le député de l’Essonne promet d’ailleurs un travail spécifique autour d’une équipe « de deux ou trois personnes qui mettent en place des argumentaires ». Objectif : pousser Le Pen à la faute. « Quand on la cherche sur son discours économique, elle perd en crédibilité », prétend Valls. Vendredi, Hollande est monté au créneau. « Il faut dénoncer l’opération de mystification, a-t-il confié. Marine Le Pen détourne la colère des Français, notamment des plus fragiles, à des fins de vote extrême. »
Lundi, dans le « Monde », Arnaud Montebourg, interrogé sur les affaires qui embarrassent le PS, a dénoncé « la corruption, le clientélisme et l’affairisme […] qui poussent les Français vers le FN ». En clair, si le PS veut combattre Marine Le Pen, qu’il commence par faire le ménage.

Source: http://www.leparisien.fr/

20/12/2011

Mais où passent nos impôts ???

Et ce n’est que la face émergée de l’iceberg France, la face visible…

France: la pompe aspirante du reste du monde; heu… des « restes » du monde…

Au moins, on sait en partie pourquoi (pour qui) on paye des impôts…

FDF

.

Les  Subventions  aux associations  versées par l’Etat  (NOTRE ARGENT) –  REGARDEZ  VOUS SEREZ SURPRIS  et vous verrez où passe l’argent de NOS impôts!!!

 *******************************************
l’ASSFAM, Service social et familial des Migrants :  239 460 €

Centre national des Marocains de France, qui vise, je cite, à « l’émergence de nouvelles citoyennetés » : il faudra nous expliquer ce que cela signifie « des nouvelles citoyennetés »… : 12 000 €

FASTI  Solidarité Immigrés, association qui se présente elle-même comme « tiers-mondiste » sur son site Internet : 20 000 €

Profession Banlieue, qui appuie la politique de la ville qui est pourtant un profond échec :  21 000 €

SOS RACISME, association intimement liée à la mitterrandie et au PS, liée à plusieurs affaires et dont il serait intéressant de connaître le nombre réel d’adhérents :  490 000 €

Bondy Blog : 50 000 €

France Terre d’Asile, association immigrationiste par excellence : 602 000 €

Haut Conseil des Maliens de France : 25 000 €

Continuons la liste :

AFAVO, Association des Femmes Africaines du Val d’Oise : 130 000 € (peut-on faire plus communautariste ?…)

ELLER, Visages pluriels de Turquie : 85 500 €

Association de mise en place de la fédération nationale Laique des Français et Françaises d’origine arabe ou de sensibilité musulmane :    100 000 €

IFAFE, Initiative Femmes Africaines France Europe : 5000 €

Ni Putes ni Soumises, une autre association étroitement liée au Parti Socialiste, mais aussi à l’UMP et Nicolas Sarkozy puisqu’on se souvient du porte-feuille ministériel offert à Fadela Amara, unanimement reconnue comme une des ministres les plus médiocres de ces dernières années : 276 000 €

Ce n’est pas terminé :

ARELI Nord (Association d’aide aux travailleurs migrants de la région nord pas de calais) : 127 324 €

UNAFO (qui rassemble nombre d’associations gestionnaires de foyers de travailleurs migrants) : 188 605 €

ANAFE : assistance aux frontières pour les étrangers, qui vise, je cite, à  » assurer une présence effective auprès des étrangers non admis aux frontières  » : 5000 €

Association française des managers de la diversité, qui fait ouvertement campagne pour la discrimination positive à l’anglo-saxonne dans les entreprises :50 000 €

ADIVE : agence pour la diversité entrepreneuriale, qui cible, je cite, « les entrepreneurs issus de l’immigration » : 20 000 €. Même logique anglo saxonne communautariste, bien loin de nos valeurs républicaines.

Collectif respect, qui vise, je cite, à « informer les étrangers, les aider à exercer tous leurs droits en France » : 60 000 €

Ce sont les services du premier ministre qui assurent le subventionnement massif de ces structures, quasiment toutes dirigées par des amis du pouvoir.



Ainsi, en 2010, l’association Notre Europe, créée à l’initiative de Jacques Delors pour appuyer l’Union européenne, mettre en œuvre le Traité de Lisbonne (que les Français au passage ont rejeté par référendum en 2005) a bénéficié de 300 000 euros de la part de l’Etat.

La fondation Gabriel Péri, présidée par le Sénateur Robert Hue : 990 000 euros

La fondation Jean Jaurès, présidée par Pierre Mauroy : 1 400 000 euros

La fondation Robert Schuman, ultra-fédéraliste et ultra-européiste : 1 310 000 euros

L’institut François Mitterrand 350 000 euros

La fondation Respublica, présidé par Jean-Pierre Chevènement 450 000 euros

La fondation Prospective et Innovation, présidée par Jean-Pierre Raffarin 320 000 euros

Implosion française: tenez vous prêts.

Pas mal ce billet de Lucien SA Oulahbib; pas mal. Un peu défaitiste mais éclairé.

FDF

.


L’implosion française : comment cela peut se passer…

Suite à l’effondrement des finances publiques et l’arrêt de l’arrosage en matières de subventions diverses sur les quartiers sensibles les réseaux islamistes financés par l’Arabie Saoudite vont prendre le relais et affirmer leur domination à coup de chantage à l’émeute puisque faute d’argent frais (surtout lorsque la France va être dégradé double A en attendant pire) nombre d’assistés volontaires ne vont pas manquer de se révolter d’ici quelques mois.


Déjà, sentant le vent tourner, les milices néo-staliniennes -soutenues par le bras droit de Hollande-empêchent une Marine Le Pen de parler à l’Université Dauphine (comme au bon vieux temps des années 30 où les staliniens allaient casser du social-dem en compagnie des S.A) tandis que les officines gouvernementales traitent de traitre une Jeannette Bougrab soucieuse de dire ce qu’elle pense sur ce qui se passe aujourd’hui dans les pays de l’islam réel.


L’une de ces milices, l’Union des Étudiants Juifs de France, (l’UEJF), a en fait agi de manière bien plus grave que ces rabbins qui répercutaient les ordres de rassemblement au Vel d’hiv donnés par la Préfecture : bien plus grave parce que ces rabbins ne le faisaient pas volontairement alors que l’UEJF en participant avec SOS Racisme et d’autres officines à une action illégale anti-républicaine, a, sciemment, donné son aval à ces mouvements totalitaires qui traînent devant les tribunaux tout critique de l’islam alors qu’ils vont casser le meeting d’un parti légal dont le programme est en réalité assez proches d’eux en matière d’Etat fort, et de diatribe anti-libérale. L’UEJF se comporte en « soumis » anticipant la domination de ceux qui veulent non seulement le démantèlement d’Israël, mais aussi celui de la France. C’est écoeurant. On peut être en désaccord avec le FN sauf ce qu’il dit n’est pas pire que les propos d’un Mélenchon désireux de briser les reins aux « spéculateurs » pour commencer, aux riches à la fin et ainsi de suite…


Donc cela s’effondre… Le retour au franc permet certes de faire fonctionner la planche à billets, Bayrou anticipe déjà en appelant à consommer français puisque la demande en excès va faire pression sur une offre qui devra uniquement être française puisque l’achat de pièces étrangères sera à terme condamnée car il faut des devises ; impossible à détenir par ailleurs en cas de perte de convertibilité du franc. Bien sûr, la livre sterling, le dollar, le yuan, font appel à leur banque centrale pour renflouer les trous, sauf que l’on peut pas à la fois critiquer ces pays pour leur inflation qui favorise la spéculation, et faire comme eux jusqu’à la catastrophe : la perte de convertibilité, à l’instar du dinar algérien…


Et en cas de contraction mondiale, les choses n’iront qu’en s’aggravant, jusqu’à la cessation de paiements et donc la révolution pour le meilleur comme pour le pire. Tenez-vous prêts.

Lucien SA Oulahbib 7/12/2011

http://www.resiliencetv.fr/?p=9882

19/12/2011

La guerre de récession…

Encore une forte analyse de Gilbert Collard. Bien pensé…

FDF

.

C’est la guerre de récession, la France y entre !    Les journaux l’annoncent comme ils annoncent la météo,  la pluie, le vent, la froidure ; comme si la chose allait de soi et était la conséquence de l’air du temps, avec pour seul responsable le climatologue inconnu. L’état dégradé des banques, l’état chancelant du triple A, l’état  emphysémateux de l’euro, l’augmentation de tout : du gaz -4,3 %-, du chômage, de la pauvreté, du nombre de français -8 millions- qui ne pourront se chauffer, qui ne pourront se loger cet hiver sans abbé Pierre.

 Et pendant ce temps-là, la France des braqueurs institutionnels continue de piller les caisses ; ce qui ne l’empêche pas, à l’occasion, de faire la morale découpée en tranche de mortadelle médiatique pour le repas du 20 heures,  comme si rien n’était du Pas de Calais, des Bouches du Rhône, de Karachi, province balladurienne, des accords électoraux qui font verdir les roses et rosir les verts, d’un ancien président, hélas pour notre honte, condamné ; comme si de rien n’était du rapport accablant de la Cour des Comptes sur la gestion du comité d’entreprise de la RATP, sous contrôle de la CGT, qui loge ses indignations prolétariennes dans un château à Fontenay- lès-Brils et dépense 447 000 euros pour la fête de fin d’année… Le drapeau rouge teinté  dans le sang du Pétrus populaire !

 On comprend mieux, dès lors, la nécessité d’une subvention, en 2009, de 53 millions d’euros. Combien de pain pour les pauvres ?  Combien de tentes pour les sans-logis ? Chapeau, Thibaut du château, la CGT prend les prolos pour des blaireaux ! En tout cas, on sait maintenant où loger les sans-abris, une belle demeure leur tend les bras, sise à Fontenay-lès-Brils ; on y a de l’espace, de l’air pur, des plafonds hauts, et des caves pleines de pinard.

Vous me direz, il faut bien que les syndicats vivent, sinon qui nous emmerderait au moment de partir en vacances ? Sinon pourquoi l’Etat, c’est-à-dire chacun de nous, signerait chaque année un chèque de 4 milliards d’euros pour financer les  organisations de salariés, qui représentent en tout 8 % des leurs, les cotisations militantes représentant 3 à 4 % du budget ?

Ce qui veut dire que les syndicats français dépendent de l’argent public et représentent en réalité le vide du monde du travail, qu’ils savent seulement sonoriser…

Un rapport parlementaire  dévoilant les privilèges exorbitants accordés aux syndicats a été censuré par la droite combinatoire et la gauche schizophrène, afin que le peuple ne sache pas à quel point, en son nom, on  vole et on trahit.

Chut, il ne faut pas le dire, c’est du populisme… Comme si appeler la police au moment où les voleurs fracturent le coffre, c’était du délationisme ?

 Le journal Capital, qui n’a pas été démenti,  affirme, dans sa livraison de décembre, qu’on pourrait économiser, si on voulait toucher aux privilèges des  baronnets républicains, 80 milliards d’euros !

Et pendant ce temps, la France entre en récession, c’est-à-dire pour le peuple des pauvres dans encore plus de pauvreté, dans encore plus de froid, de faim, de peur. Qu’importe, Fillon se chamaille avec Dati pour la soupe, Rama Yadé, soudain, est sans domicile fixe électoral, Hollande, le regard apeuré sur son destin,  ignore les caisses socialistes du  pas de Calais ; Lang, héroïque, menace de griffer d’un ongle vengeur le visage immaculé de Montebourg ; Joly, enfin, jubile, Chirac est condamné, il y avait longtemps qu’elle n’avait pas bouffé du prisonnier ; Duflot, du balais, a eu sa circonscription en virant la sortante ;  Balladur attend l’heure du laitier avec inquiétude . Et un policier est mort, assassiné à la Kalachnikov ; mais est-ce bien sérieux, au milieu de tous ces problèmes ? Ah la colère…

 Enfin, l’ordre moral règne, l’UNEF, l’union des jeunes socialistes, SOS racisme, l’union des étudiants juifs de France, ont empêché Marine Le Pen de s’exprimer à Paris-Dauphine ! Et tout le monde a trouvé cela bien ! Même Sapin, le bien nommé à l’approche des fêtes, a dit « comprendre », qu’on porte atteinte à la liberté d’expression. Décidément, à gauche, ça sent le sapin pour la défense des libertés.

Ne nous quittons pas sur une mauvaise nouvelle : récession, certes, mais le Qatar veille… il sponsorise, n’écoutant que son grand cœur, des projets en banlieues

Source: http://www.gilbertcollard-leblog.com/

12/12/2011

À Saint-Ouen, le contrôle au faciès touche désormais… les blonds !

Photo d’illustration.

.

(Cette « expérience » me paraît bizarre… Mais bon. Lisez tout de même).

Ca devrait être beaucoup plus facile pour la police, vu que la population française devient à dominantes « niveaux de gris »… Et énormément moins de travail. Et beaucoup moins de problèmes avec SOS Racaillecisme, le Cran, la Licra, etc…

En outre, selon cette « expérience », on pense solutionner le problème de la drogue; on pique les consommateurs, en général « blanc », donc malléables à souhait. Car faire la chasse aux dealers (gris) devient de plus en plus risqué… On peut comprendre; ils ont tous des kalas…

FDF

.

Les blonds au look bobo dans le viseur des policiers

Indication de l’expérience. Cette expérience est principalement destinée aux blonds.

L’expérience: Jetez vos éprouvettes, videz l’eau de chaux dans votre lavabo. Cette expérience ne nécessite rien de tout ça. Ni produits chimiques, ni substances sulfuriques, ni Jamy de C’est pas Sorcier qui peut agoniser tranquillement. C’est une expérience que tout blond, normalement constitué, peut tenter. Voici les différentes étapes :

1. Dans un premier temps, munissez vous d’un titre de transport zones 1-2. Prenez la ligne 13. Descendez à « Mairie de Saint-Ouen ». Pour les adeptes du bus : 137, 173, 274, 166.

2. Une fois que vous êtes sur les lieux, faites connaissance avec la place de la mairie de Saint-Ouen. (En décembre, il fait drôlement maussade, ne soyez pas surpris). C’est une place avec son tabac/PMU/RAPIDO/Bar/Restaurant/Hôtel/Presse, sa station de taxis, ses vieux qui squattent les alentours pour passer le temps, son vendeur de maïs mobile, sa médiathèque blanchâtre, ses pots de fleurs. Jusqu’ici, rien d’anormal.

3. Asseyez vous sur un banc. N’importe lequel. Il y en a 6. C’est à la prochaine étape que l’expérience démarre réellement.

4. Là, commencez à compter le nombre de policiers qui s’y trouvent. Ne soyez pas surpris, tout est normal. En ce moment, il y au minimum un camion et une patrouille qui zone sur la place. Concentrez vous. Regardez-les bien, ces policiers.

5. Si vous êtes blond (et assis sur un banc comme indiqué précédemment), vous avez 99% de chance de vous faire contrôler à cet instant.

Explication de l’expérience: Depuis le 31 octobre dernier et la visite de la citrouille de Beauvau à Saint-Ouen, Claude Guéant, la place de la mairie est prise d’assaut par les pions du ministre. En effet, la technique de « nettoyage » de Guéant est assez surprenante. Les policiers, qui stagnent sur la place, du début d’après midi jusqu’en début de soirée, contrôlent uniquement « les acheteurs » venus de Paris, pour faire leur marché de substances illicites. Un policier : « On estime que contrôler les acheteurs casse le marché« . Sauf que les critères de contrôle sont atrocement discriminants. Un autre policier : « On contrôle ceux qui ont un look de bobos, parce que les bobos fument de l’herbe ». Logique implacable.

C’est ainsi qu’à Saint-Ouen, les contrôles au faciès visent principalement les blonds, cheveux plutôt longs, style débraillé. C’est au cours d’une de nos nombreuses expériences qu’on a pu entendre un policier qui tente d’impressionner un jeune blond, devant la bouche de métro : « Pas la peine de venir, on est là. Fais demi-tour« .

Les habitants qui continuent de se plaindre du trafic dans leurs cités, à Saint-Ouen, ne comprennent pas. « Entre la mairie et ma cité où les jeunes trafiquent, il y a 25 mètres. Mais la police ne s’y aventure jamais » se plaint une dame. Une autre : « Régler le problème par les acheteurs n’est pas la solution« . Pendant ce temps, les contrôles s’enchainent sur la place. Deux gars se font fouiller en public, suivant les critères de sélections. Les policiers les embarquent. Au bout de quelques heures, en sortant du commissariat, les deux gars « venus de Paris pour acheter une barrette à 10 euros » sont libres. Ils devront se présenter à nouveau au poste, le lendemain, pour payer une amende. Et ainsi de suite.

Source: http://yahoo.bondyblog.fr/

Merci à DG…

10/12/2011

Toujours à propos de racisme…

Une « version améliorée » d’un  document que beaucoup d’entre vous ont déjà vu…

FDF

.

ignominie

Alors, pourfendeurs du racisme, attaquez-vous aussi à ce genre là!

Merci.

Tout le monde souffre du racisme; sauf nous, les « blancs »…

Excellent reportage… On y évoque un sujet tabou: le racisme anti-blanc… Chuuuuuuuuuuuuuuuuuut !

FDF

.

http://youtu.be/SmvoWezbb4M

« Pourquoi n’y a-t-il qu’en Europe que la préférence des nôtres n’a pas sa place? »

09/12/2011

PS: la guerre aux investitures des législatives 2012 commence fort.

On dirait que le passage chez SOS Racisme n’est pas des plus bénéfiques… Le PS s’entre-déchire.

Battez-vous, les « Soss »! « Unité ! », quelle braillait, la Ségo.

FDF

.

Pourtant, les « casseroles au c.. », ça devrait rapprocher…

.

PS: Malek Boutih accuse Julien Dray de fraude et demande sa suspension !

Selon l’ex-président de SOS Racisme, Julien Dray aurait fait appel à de faux électeurs pour obtenir son investiture aux législatives dans l’Essonne…

Malek Boutih est en colère contre son ancien ami. L’ex-président de SOS Racisme a écrit mercredi à Martine Aubry, la première secrétaire du PS, et à Bernard Pignerol, le président de la commission nationale des conflits, pour demander la «suspension» de Julien Dray du parti, révèle Le Parisien. Il souhaite que Dray ne puisse plus «parler au nom du PS» et ne puisse «plus se présenter aux élections».

Le socialiste accuse son ancien mentor d’avoir participé à une fraude, afin d’être désigné candidat socialiste aux prochaines législatives dans la 10e circonscription de l’Essonne – dont il est le député sortant. Cette circonscription, également convoitée par Malek Boutih, a été pour l’instant «gelée» par le PS.

«Julien a changé»

Dans une lettre envoyée le 3 décembre aux militants de l’Essonne, Malek Boutih affirme que  la «liste électorale a été frauduleusement manipulée» pour permettre à «près de 60 faux électeurs» de participer à la désignation du candidat socialiste. Une enquête, menée par la fédération de l’Essonne, «a confirmé la véracité de la fraude» et l’ancien président de SOS-Racisme «se réserve le droit de déposer une plainte en justice si les procédures internes se retrouvaient dans l’impossibilité de faire toute la lumière sur cette affaire».

Malek Boutih détaille par ailleurs en termes peu amènes tout ce qu’il reproche à Julien Dray dans cette même missive. «Julien a changé», note-t-il ainsi, estimant que «le temps et les dérives de comportement l’ont amené à des pratiques qu’il dénonçait autrefois».

«Quasiment absent des bancs de l’Assemblée»

Alors que Malek Boutih avait émis le souhait de présenter sa candidature dans la 10e circonscription, «Julien a pris la décision de ne pas se soumettre au vote des militants». «Sa réaction a été la fermeture la plus totale et l’affirmation d’un principe révoltant: “Je suis le député sortant. C’est ma circonscription et je suis donc le seul à décider de son avenir”», déplore l’ancien de SOS-Racisme.

La «mise en cause de Dray par la justice pour ses pratiques financières douteuses a révélé une facette sombre de sa personnalité», analyse Malek Boutih, qui tient à rappeler que «Julien n’a pas été lavé des soupçons pesant sur lui». Autre reproche: le député sortant -qui «avait pris l’engagement en 2007 que c’était là son dernier mandat»- a été «quasiment absent des bancs de l’Assemblée» ces quatre dernières années, et «son activité sur le terrain» a été «quasi nulle».

Source: http://www.20minutes.fr/

08/12/2011

Droit de vote des étrangers: seul, le Front National s’y oppose…

« L’extrême Droite »… Quel terme désuet. Ca se disait du temps de JM Le Pen, ça.

Il n’ y a pas d’Extrême Droite, en France. Il n’y a que la Droite, la vraie, la « nationale »… Celle qui ose proposer aux Français de conserver leurs droits républicains.. On se demande pourquoi certains s’y refusent…

FDF

.

Droit de vote des étrangers: débat à distance entre gauche et « extrême droite » au Sénat !

Le Sénat pour point de rassemblement commun, un horaire quasiment similaire, « l’extrême droite » et la gauche (Front de Gauche, Europe Ecologie-Les Verts et différents collectifs) ont donné de la voix ce jeudi midi afin d’apporter leur avis radicalement différent sur le droit de vote des étrangers extracommunautaires, débattu au palais du Luxembourg le soir-même.

La préfecture de police avait tout de même pris soin d’éloigner les deux camps, et ce sont les militants du Front national (FN) qui ont eu la meilleure place, juste en face de l’entrée du Sénat. En attendant Marine Le Pen, un écran diffuse des slogans («Soutenez la Révolution Bleu Marine», «Marine Le Pen est la seule à défendre la France») pour faire patienter les quelques dizaines de militants.

«La seule à être toujours contre, c’est Marine Le Pen»

L’un d’entre eux explique «qu’il faut montrer aux Français qu’on est là», inquiet de «la souveraineté qui disparaît». Un autre souligne «l’importance» du rassemblement symbolique, parce que, même si aucun élu FN ne siège au Parlement, «le découragement n’a pas sa place». La gauche, à l’origine de la proposition de loi, en prend finalement moins pour son grade que la majorité présidentielle, qui s’est déjà prononcée en sa faveur auparavant, ce qui fait d’ailleurs tiquer dans les deux camps.

«La seule à être toujours contre, c’est Marine Le Pen», assure l’un de ses soutiens alors que celle-ci finit par arriver sous les cris de «Marine présidente». Dans son discours public, la présidente du FN avance ses quatre arguments «pour dénoncer cette imposture»: seuls les Français doivent pouvoir voter, «la gauche cherche à se constituer un nouveau socle électoral», «les fondamentalistes islamiques se précipiteraient sur cette opportunité» et «Nicolas Sarkozy, véritable girouette électorale, peut encore changer d’avis».

«Le mouvement social doit soutenir le mouvement politique»

Marine Le Pen, «la plus couillue des candidats» face au «proxénète» Sarkozy, selon des militants, se retire ensuite après que la Marseillaise a été entonnée. «Bon ben voilà, j’espère que la prochaine fois, on sera dix fois plus nombreux», conclut une vieille dame. Pourtant, les militants du Front de Gauche, d’EELV et de plusieurs associations (SOS Racisme, Votation citoyenne, Unef, etc.), ne sont pas beaucoup plus, à quelques encablures de là, devant les grilles du jardin du Luxembourg.

Même si le vote positif des sénateurs en faveur du droit de vote des étrangers est acquis, les militants se défendent de vouloir assurer une contre-manifestation face à celle «des fascistes». «C’est toujours important que le peuple montre qu’il est présent, cela ne passe pas que par le vote», explique Aigline. «Le mouvement social doit soutenir le mouvement politique», ajoute la jeune militante du Front de Gauche.

«Un grand temps d’émotion, de plaisir, d’enthousiasme»

EELV est également bien représenté, avec la venue de Dominique Voynet et d’Eva Joly. La maire de Montreuil (Seine-Saint-Denis), qui évoque une cause «saine et juste», estime que la France «a vraiment intérêt à s’enrichir de l’apport» des étrangers, dont «beaucoup sont des militants» sur le terrain local. Pour la candidate à la présidentielle, il s’agit d’une «question de dignité» parce que c’est «reconnaître ce qu’est la France aujourd’hui». «Les étrangers font partie de notre communauté de vie, ce sont des citoyens qui participent», souligne Eva Joly, dont les plus fidèles soutiens portent des petites lunettes rouges en papier.

Du côté des sénateurs venus saluer le mouvement avant d’aller voter, c’est l’émotion qui s’impose. «Aujourd’hui, nous allons réparer cette injustice, des étrangers qui vivent, travaillent et payent leurs impôts ici doivent pouvoir voter pour ceux qui les représentent à la ville», déclare la sénatrice communiste Nicole Borvo, «émue et fière». Pour son homologue EELV Jean-Vincent Placé, ce débat est «un grand temps d’émotion, de plaisir, d’enthousiasme» et est symbolique de «la France qui accueille et de son ouverture sur le monde». Il risque surtout de refaire parler de lui encore longtemps.

Source: http://www.20minutes.fr/

07/12/2011

Il y a des jours où l’on aimerait que la France ressemble à la Russie…

Je suis écoeuré par cette nouvelle. Marine Le Pen à nouveau avec des bâtons dans les roues… Il s’agirait d’un débat UMP, Front de Gauche ou PS que PERSONNE e serait venu entraver la liberté d’expression. Reste à savoir par qui ont été envoyés ces semeurs de m…. Et bien entendu, les autorités n’ont pas bougé.

On en viendrait presque à envier la politique de Poutine en ce domaine: pas de quartiers dans les manifs d’opposition !.

NB: Sos Racisme y a mis son grain de « fiel »…

FDF

Ces cons de gauche ne savent pas à qui ils ont à faire…

.

Marine Le Pen privée de débat à Paris-Dauphine par des manifestants anti-FN

Une centaine de manifestants anti-FN et d’étudiants ont empêché mardi la venue de Marine Le Pen à l’université Paris-Dauphine. La leader frontiste a dénoncé des « milices de gauche » et a demandé à toute la classe politique de condamner ces « procédures inadmissibles ».

C’est la première fois que la présidente du Front National est obligée d’annuler un événement de campagne à la dernière minute à cause de manifestations hostiles. Elle était l’invitée de l’association étudiante Dauphine Discussion Débat (DDD) qui a prévu de recevoir tous les candidats à la présidentielle. La leader frontiste n’était pas encore arivée à l’université que plus d’une centaine de jeunes militants avaient envahi l’amphithéâtre, après une importante bousculade. Aux cris de « Marine à Dauphine, pas question », ou de « F comme fasciste et N comme nazi« , ils ont bruyamment occupé les lieux jusqu’à ce que le débat soit annulé. Grégoire de Rugy, le président de DDD, a indiqué qu’un étudiant avait reçu un « coup de poing dans la figure », mais que « la blessure n’était pas grave ». Il a également fait état « d’insultes » et de « matériel audiovisuel cassé ». Plusieurs manifestants auraient jeté du matériel à terre dès leur arrivée dans l’amphithéâtre.

« Pas affranchie de l’idéologie de son père »

Furieuse, Marine Le Pen a convoqué la presse à son QG parisien. Elle a demandé à « toute la classe politique », et notamment à François Hollande, de condamner fermement et solennellement ces « procédés inadmissibles » et « violents ». « Est-ce que le pouvoir va laisser ces milices de gauche faire la loi dans notre pays? (…) Va-t-on, oui ou non, me laisser faire campagne ? », a-t-elle fulminé, répétant plusieurs fois le terme de « milices ».

L’appel à prostester émanait de l’UEJF (étudiants juifs de France), l’Unef (syndicat étudiant proche du PS), SOS Racisme, NPA et des jeunes socialistes (MJS). Avant la manifestation, Jonathan Hayoun, le président de l’UEJF, avait déploré la place d’honneur faite à Marine Le Pen dans une université française ». Selon lui, la leader frontiste « ne s’est pas affranchie de l’idéologie de son parti ni de son père Jean-Marie Le Pen qu’elle a nommé président d’honneur du Front national. On veut marquer notre hostilité à la banalisation de l’extrême droite à travers ce type d’événement ». Pour Alexandre Campos-Oriola, membre du bureau national de l’Unef, l’université « est un lieu de diffusion du savoir, c’est contraire à l’idée même du Front national. On lui offre une tribune gratuite, on ne peut pas le tolérer ».

Dans un tract commun, l’UEJF, SOS Racisme et la Confédération étudiante dénonçaient notamment la présence de Frédéric Chatillon aux côtés de Marine Le Pen. Pour ces organisations, il est un « fervent admirateur de Mussolini » et un « ancien leader du GUD », organisation étudiante d’extrême droite. Dans un communiqué, le MJS a assuré qu’à « l’inverse des pratiques répandues chez les militants d’extrême droite, les Jeunes Socialistes font résolument le choix d’actions non-violentes ».

Source: http://www.ladepeche.fr/

05/12/2011

Droit de vote des étrangers: notre France est à vendre…

Excellente réflexion de Gilbert Collard sur le droit de vote des étrangers. Si c’est approuvé au Sénat, c’est que notre Patrie est à vendre. Elle était déjà en location ou squattée, il n’y aura plus qu’à passer chez le notaire… Frais d’acquisition à la charge du vendeur, cette fois…

Pauvre de nous.

FDF

.

     Il ne faut pas s’y faire,  même si c’est dans l’air du vent  des moulins écolo-socialistes, et, fut un temps, sarkosistes : la France serait, selon le projet socialiste, à toute personne qui paie quelque impôt. 

 Même s’il n’est pas  français, même s’il s’en retournera un jour dans son légitime pays d’origine, monsieur tout le monde du grand monde sans frontière devrait, selon les verts et les roses, un beau bouquet de chrysanthèmes, pouvoir voter pour élire maire et président de conseil général, et plus tard, inévitablement, être élu !

 On se préparerait de sacrés lendemains communautaristes.

L’argument en faveur du droit de vote des étrangers est simple : ils paient l’impôt, donc en même temps, ils achètent le droit de peser sur le destin d’un pays qui n’est pas le leur ! On vend le droit de vote au prix de l’impôt. En un mot, la citoyenneté étrangère se ramène à cette idée : je paye donc je vote ! Pays à vendre…  

  S’y opposer, au nom  du lien entre la citoyenneté et le vote, entre la Nation et le Citoyen, entre la France, son destin maitrisé et les Français de toutes origines qui la peuplent, principes qui claquent au vent de Valmy, c’est être forcément raciste !

Vous me direz, ils n’ont plus rien d’autres à sortir que cette connerie démodée, vieille comme Tonton et SOS racisme, son instrument politique de propagande.

 Ces gentils principes socialo-verdoyants ont été soutenus par le Sarko du temps où il était scout de gauche, avec ses cheftaines Fadéla Ammara, Rama Yadé, et d’autres. Il a belle gueule de s’y opposer aujourd’hui ! 

 La gauche cherche des électeurs de remplacement à l’électorat populaire qui lui tourne le dos, fatigué des flonflons des bobos, des trahisons, et elle croit les avoir trouvés chez les étrangers de passage qui paient l’impôt et « participent à la vie de la cité ».Qu’est-ce que cela veut dire participer à la vie de la cité ? Encore une phrase dont on passera des années impossibles à chercher l’existence concrète !

Que je sache un Français qui paye l’impôt en Tunisie, au Maroc, au Sénégal, ne vote pas, et c’est normal. Décider par le vote de la conduite d’une nation impose l’attachement, l’ancrage à cette nation : pour voter, devenez Français, ce n’est pas une honte, sinon votez chez vous, et pour qui vous voulez !

Source: http://www.gilbertcollard-leblog.com/

03/12/2011

Racisme anti-blanc: le PS et SOS racisme étouffent les affaires…

Ca ne m’étonne pas du tout. C’est de la discrimination raciale claire et nette!

La justice ne bouge pas, là-dessus??? Nous, les « sous-chiens », on ne va pas en rester là.

Omar Djellil, ancien membre de SOS Racisme et du Parti Socialiste (PS) pendant 10 ans, explique comment des instructions émises par le bureau national de l’association demandent à leurs membres d’étouffer les affaires dont les victimes sont blanches.

FDF

.

http://youtu.be/lIxu_6UtxzA

13/11/2011

Nouvelle défaite pour SOS Racisme !

VOILA OU PASSE L’ARGENT DE NOS IMPÔTS.    A CAUSE DE L’ACHARNEMENT, UNE FOIS DE PLUS,  UNE FOIS ENCORE,  DE CETTE ASSOCIATION  QUI PERD SES PROCES DE PLUS EN PLUS SOUVENT

                

Ils vont bientôt mettre la clef sous la porte, ces sangsues de la France? Il faudrait pouvoir avant juste aller jeter un coup d’oeil sur leurs dossiers… Si ti vois s’qui vi dirrre…

FDF

.

Le 8 novembre dernier, après cinq années de coûteuses procédures, la Cour de Cassation a rejeté le pourvoi formé par l’association SOS racisme qui poursuivait Pierre Péan, auteur d’un livre intitulé « Noires fureurs, Blancs menteurs » et dans lequel il prend le contre-pied de l’histoire officielle concernant le génocide du Rwanda[1]. Pierre Péan ayant gagné ses procès en première instance et en appel, SOS Racisme subit donc une troisième grave défaite, ce qui devrait faire réfléchir ses généreux donateurs.

A travers ce procès emblématique, SOS Racisme a montré son vrai visage, celui d’une organisation militante dont l’acharnement contre Pierre Péan avait pour but de décourager ceux qui oseraient à l’avenir mettre en doute la thèse de Kigali concernant le génocide du Rwanda.

Or, l’histoire « officielle » de ce génocide a été totalement bouleversée à travers quatre jugements rendus par le TPIR (Tribunal pénal international sur le Rwanda) [2]. Expert assermenté dans trois de ces quatre procès, je suis bien placé pour décrypter la portée des jugements rendus et cela, au-delà du véritable « enfumage » auquel se sont livrés les média ayant une fois de plus agi en simples porte-voix du régime de Kigali et de la vision de l’histoire qu’il prétend imposer.

1) Le 28 novembre 2007, la Chambre d’Appel du TPIR a acquitté Ferdinand Nahimana, un des fondateurs de la Radio Télévision des Mille Collines (RTLM) de l’accusation « de commettre le génocide, d’incitation directe et publique à commettre le génocide, de persécution et d’extermination », considérant que la création de RTLM n’entrait en rien dans le plan génocidaire. Or, jusque là, la thèse officielle était que le génocide avait été programmé puisque les « extrémistes hutu » avaient fondé la RTLM pour le préparer.

2) Le 18 décembre 2008 le TPIR a déclaré le colonel Bagosora non coupable « d’entente en vue de commettre un génocide », faisant ainsi voler en éclats les bases mêmes de l’histoire officielle du génocide du Rwanda car le colonel Bagosora fut constamment présenté comme le « cerveau » de ce génocide.

3) Selon le régime de Kigali, le génocide fut planifié par l’Akazu (ou petite maison, ou petite hutte), cercle nébuleux et criminel constitué autour de la belle famille du Président Habyarimana et dont Protais Zigiranyirazo, frère d’Agathe Habyarimana, épouse du président, était le chef. Ce petit groupe aurait comploté et planifié l’extermination des Tutsi dans le but de préserver son pouvoir et son influence. Le procès de M. Zigiranyirazo était donc lui aussi emblématique puisqu’il était censé mettre en évidence le cœur même de la préparation du génocide.

Or, le 18 décembre 2008 en première instance le TPIR a écarté la thèse du complot ourdi par M. Zigiranyirazo et sa belle famille et l’a acquitté du principal chef d’accusation, à savoir d’avoir prémédité le génocide et d’avoir comploté en ce sens avec le colonel Bagosora et Agathe Kanziga épouse du président Habyarimana pour exterminer les Tutsi du Rwanda. Le mythe de l’Akazu s’envolait donc. Le 16 novembre 2009, en appel, M. Zigiranyirazo a été acquitté des dernières accusations pendantes et immédiatement libéré.

4) Dans l’affaire dite Militaires I étaient notamment jugés les anciens chefs d’état-major de l’armée et de la gendarmerie, les généraux Augustin Bizimungu et Augustin Ndindiliyimana. Le 19 mai 2011, ils ont été acquittés du chef principal qui était celui de l’entente en vue de commettre le génocide. Ainsi donc, pour le TPIR, la hiérarchie militaire n’a ni prémédité, ni programmé le génocide.

A travers ces quatre jugements[3], c’est donc l’histoire « officielle » du génocide du Rwanda qui est réduite à néant. En effet, si ce génocide ne fut ni prémédité, ni programmé, c’est donc qu’il fut « spontané ».

Or, l’évènement majeur et déclencheur qui provoqua la folie meurtrière fut l’assassinat du président Habyarimana dans la soirée du 6 avril 1994, puisque les massacres commencèrent dès la nouvelle de l’attentat connue, quand les partisans du président assassiné attribuèrent ce crime au FPR, donc à leurs yeux aux Tutsi et à leurs alliés hutu, les « Hutu modérés » des journalistes.

Ceux qui ont abattu l’avion du président Juvenal Habyarimana portent donc l’immense responsabilité d’avoir directement ou indirectement provoqué le drame du Rwanda. Or encore, selon le juge français Bruguière et le juge espagnol Merelles, le président Kagamé aurait ordonné cet attentat et ils donnent même les noms de ceux qui auraient tiré les deux missiles ayant abattu l’avion présidentiel.

Voilà ce qui dérange les « amis » de Kigali, dont SOS Racisme. D’autant plus que Théogène Rudasindwa, ancien directeur de cabinet de Paul Kagamé, exige d’être entendu par le TPIR et par un juge français afin, selon ses propres termes, de pouvoir « divulguer tous les détails sur l’attentat du 6 avril 1994 » dont il impute la responsabilité à l’actuel chef de l’Etat rwandais. L’heure de vérité approche donc, et inexorablement…

Bernard Lugan

Source: http://bernardlugan.blogspot.com/

http://fr.novopress.info/

11/11/2011

Haro sur Guillaume Ayné, directeur général de SOS-Racisme !

Les curieuses méthodes du directeur de Sos Racisme pour défendre la liberté d’expression

SITA pour Riposte Laïque 223Aux côtés de mes amis de gauche, lors de l’affaire des caricatures de Mahomet, j’avais soutenu Charlie Hebdo, sommé qu’il était de se soumettre aux interdits islamiques et, finalement, mis en demeure par des associations musulmanes soi-disant modérées. La République ayant tenu à ses principes, ces charlots musulmans qui voulaient restreindre la liberté d’expression ont fini par perdre le procès. A cette occasion, le journal satirique a même publié un petit texte que j’avais intitulé : « Ce n’est même pas une caricature ! ». J’y avais démontré que Mahomet, prescripteur et pratiquant actif du jihad, sabre en main, est bien pire que les esquisses qu’en ont fait les Danois et nos dessinateurs français. Les jihadistes musulmans savent très bien que c’est l’exemple de Mahomet qui les inspire. La bombe placée par le caricaturiste danois dans le turban de Mahomet reflétait une certaine vérité. C’est pour cela que bien des musulmans se  sentirent blessés.

A l’époque du procès contre Charlie Hebdo, j’étais encore en odeur de sainteté auprès de la revue Prochoix et de mes amis de gauche. Mais entre-temps, ces compagnons de route sont restés en si bon chemin : ils s’en donnent à cœur joie, tout autant que le régime saoudien, contre les islamistes et contre les extrémistes. Autrement dit, mes amis de gauche s’occupent des feux de diversion et nous laissent nous attaquer, nous autres ripostards laïques, au cœur du réacteur, à l’islam, à cette vénération mortifère et meurtrière du Coran et de Mahomet. Voilà donc le buisson ardent, source de tous nos ennuis, à commencer par ses premières victimes : les musulmanes et les musulmans. Il est aussi la pomme de discorde entre Riposte Laïque et nos anciens amis de gauche. Touche pas à l’islam, nous disent-ils tous en cœur, sinon nous vous collons l’étiquette d’extrême droite, surtout que vous vous associez à des actions où le Bloc Identitaire est présent !

SOS-Racisme et toute la gauche, pour des raisons bassement électoralistes, se sont ainsi laissés engluer dans l’hypocrisie : Harlem Désir, Malek Boutih, Fadela Amara, Dominique Sopo, Guillaume Ayné, Ni Putes Ni Soumises… savent très bien que c’est l’islam qui prescrit la soumission, au quotidien. Ils savent très bien que c’est l’islam qui (…)

La suite sur :
http://ripostelaique.com/le-directeur-general-de-sos-racisme-se-comporte-comme-un-barbu.html

SOS-Racisme est déjà islamisé par le sommet

Avant mon débat télévisé ce jeudi 17 juin 2010 face à M. Guillaume Ayné (1), je croyais naïvement que l’islamisation concernait les fameux territoires perdus de la République, des converti(e)s bien circoncis ou hermétiquement bâchées et que le gros des troupes était constitué de « born again » parmi les nés de parents musulmans. Je dois déchanter et avouer mon erreur de diagnostic.

Il faut que je me fasse à l’idée que l’islamisation des esprits est autrement plus avancée que je ne pensais. Cette maladie infectieuse qui se nomme hypocrisite aiguë atteint désormais le sommet de SOS-Racisme. Elle s’est directement attaqué aux méninges de son élite.

Je crains que Mohamed Sifaoui n’ait réussi à diffuser les germes de cette terrible maladie, endémique en terre d’islam. Elle se manifeste par des contorsions visant à ne pas toucher ou laisser toucher à l’islam, c’est à dire aux prescriptions du Coran et aux pratiques les plus basiques héritées de Mahomet. C’est que ces prescriptions et pratiques permettent, au quotidien, de consolider des ghettos communautaires au sein de la Cité. Elles renforcent les liens au sein de la communauté transformée ainsi en isolat qui fait plus ou moins tache. A la Goutte d’Or comme ailleurs.

Oui, je suis aujourd’hui en mesure de dire que M. Sifaoui, éminent membre de SOS-Racisme, a fini par convaincre ses dirigeants qu’il fallait s’occuper des feux de diversion nommés (…)

La suite sur :
http://ripostelaique.com/SOS-Racime-est-deja-islamise-par.html

Voilà deux textes bien envoyés. Il ne reste plus qu’à… les envoyer vraiment ! C’est très simple avec la méthode Amnesty International SITA : une lettre dans une enveloppe timbrée, envoyée par la poste (voir tinyurl.com/6r4fsu et tinyurl.com/d95pa9)
Et c’est très efficace (voir tinyurl.com/c44rvr)

A qui envoyer ces deux textes ?
Aux divers sous-fifres et pôtes du directeur de S°S Racisme, Guillaume Ayné, pour le poignarder dans le dos afin qu’il se fasse virer comme l’Aounit s’est finalement fait virer du MRAP.

On a fini par avoir la peau du Mouloud, on aura celle du Guillaume, avec d’autant plus de délectation qu’on ne peut même pas trouver à ce dernier ni le prétexte ni l’excuse d’être prisonnier de sa naissance.

Action SITA : imprimer, adresser, poster : la nouvelle façon de poignarder _ dans le dos

Un timbre de base tarif « 20 grammes » permet d’envoyer deux feuilles, c’est à dire quatre pages en recto-verso.
Pour simplifier, vous pouvez utiliser la version PDF quatre pages ci-dessous composée à partir des versions PDF de chaque texte*.

Articles ripostelaique.com - Guillaume Ayné -  Les curieuses méthodes du directeur de Sos Racisme pour défendre la liberté d’expression - SOS-Racisme est déjà islamisé par le sommet
ripostelaique_com-les_curieuses_methodes_du_directeur_de_sos_racisme_deja-islamise_pour_defendre_la_liberte_d-expression.pdf

Vous trouverez les adresses postales des divers Komintern régionaux de S°S Racisme à la page Je Suis Partout de leur site internet.
Vous trouverez les noms des principaux potes à pas toucher de Guillaume Ayné sur la page SOS Racisme > L’équipe.

Voilà, ce n’est pas plus compliqué que ça de poignarder un directeur de S°S Racisme dans le dos.

Vous avez une enveloppe ? Un timbre ?
Alors vous avez le……… P O U V O I R ……
… de poignarder dans le dos toute personne publique.

Éventuellement, vous pouvez recenser votre action au sitathon.blogspot.com afin d’inciter d’autres internautes à agir de même, et vous inscrire à la lettre d’information alertes-sita.blogspot.com pour être averti des prochaines actions.

* Les versions pdf de chaque texte sont obtenues en cliquant sur l’icône PDF en bas à gauche des articles. Choisir la taille du texte (12, 13 ou 14 points) permet de remplir de façon optimale les pages, pdfescape.com permet de retoucher éventuellement la mise en page, pdfjoin.com permet de regrouper les deux PDF en un seul.

Source: Sitamnesty

10/11/2011

Le directeur de SOS Racisme et la liberté d’expression.

Pas mal ce coup de gueule de Pascal Hilout…
FDF

.

Les curieuses méthodes du directeur de Sos Racisme pour défendre la liberté d’expression

Dimanche dernier, 6 novembre 2011, Guillaume Ayné, directeur général de SOS-Racisme a tenté de m’empêcher de manifester sur l’esplanade de l’Hôtel de ville à Paris. Il s’agissait pourtant d’une protestation ouverte à tous les citoyens qui s’élèvent contre l’incendie des locaux de Charlie Hebdo, contre le piratage de son site par des hackeurs turcs et pour défendre la liberté d’expression, y compris caricaturale et blasphématoire.

Aux côtés de mes amis de gauche, lors de l’affaire des caricatures de Mahomet, j’avais soutenu Charlie Hebdo, sommé qu’il était de se soumettre aux interdits islamiques et, finalement, mis en demeure par des associations musulmanes soi-disant modérées. La République ayant tenu à ses principes, ces charlots musulmans qui voulaient restreindre la liberté d’expression ont fini par perdre le procès. A cette occasion, le journal satirique a même publié un petit texte que j’avais intitulé : « Ce n’est même pas une caricature ! ». J’y avais démontré que Mahomet, prescripteur et pratiquant actif du jihad, sabre en main, est bien pire que les esquisses qu’ont en fait les Danois et nos dessinateurs français. Les jihadistes musulmans savent très bien que c’est l’exemple de Mahomet qui les inspire. La bombe placée par le caricaturiste danois dans le turban de Mahomet reflétait une certaine vérité. C’est pour cela que bien des musulmans se  sentirent blessés.

A l’époque du procès contre Charlie Hebdo, j’étais encore en odeur de sainteté auprès de la revue Prochoix et de mes amis de gauche. Mais entre-temps, ces compagnons de route sont restés en si bon chemin : ils s’en donnent à cœur joie, tout autant que le régime saoudien, contre les islamistes et contre les extrémistes. Autrement dit, mes amis de gauche s’occupent des feux de diversion et nous laissent nous attaquer, nous autres ripostards laïques, au cœur du réacteur, à l’islam, à cette vénération mortifère et meurtrière du Coran et de Mahomet. Voilà donc le buisson ardent, source de tous nos ennuis, à commencer par ses premières victimes : les musulmanes et les musulmans. Il est aussi la pomme de discorde entre Riposte Laïque et nos anciens amis de gauche. Touche pas à l’islam, nous disent-ils tous en cœur, sinon nous vous collons l’étiquette d’extrême droite, surtout que vous vous associez à des actions où le Bloc Identitaire est présent !

SOS-Racisme et toute la gauche, pour des raisons bassement électoralistes, se sont ainsi laissés engluer dans l’hypocrisie : Harlem Désir, Malek Boutih, Fadela Amara, Dominique Sopo, Guillaume Ayné, Ni Putes Ni Soumises… savent très bien que c’est l’islam qui prescrit la soumission, au quotidien. Ils savent très bien que c’est l’islam qui prescrit le voilement des filles, nos citoyennes ou voisines qui doivent raser les murs et baisser les yeux dans nos quartiers. Ils savent très bien que cette soumission est si voyante que les militants de la prosternation (sans les militantes) narguaient le maire socialiste du 18e, Daniel Vaillant, ex-ministre de l’intérieur, comme ils avaient si longtemps nargué la République et bien des ministres de l’intérieur, de droite comme de gauche. La République des lâches n’étant pas l’apanage d’un seul camp !

SOS-Racisme et nos amis de gauche savent très bien que les vidéos de Riposte Laïque ont patiemment révélé, semaine après semaine, ce scandale qui leur crevait les yeux, ces occupations illégales des rues par des prieurs du vendredi, sans qu’on y voit les musulmanes s’abaisser à cette indignité : elles prient chez elles, comme peut le faire tout musulman, seul ou en petit groupe. Il a fallu que nous organisions un « Apéritif saucisson-pinard » pour qu’ils s’affolent et crient au « racisme ». Pourtant nous y avions convié tout le monde, et tout particulièrement les citoyens de culture musulmane qui pouvaient ainsi boire un coup avec nous et démontrer aux lâches de la République que le saucisson est bon, aussi bien pour l’intégration que pour l’assimilation…

Suite et source: http://tinyurl.com/ct8nvk5

03/11/2011

Un chauffeur de bus refuse l’accès à une « voilée »: rappelé à l’ordre !


On a du mal d’y croire. Cette fameuse loi visant à interdire toute personne dissimulant son visage dans les lieux publics est elle en vigueur selon les cas? Le chauffeur de ce bus fait tout simplement son travail et applique cette fameuse loi. Ben non; c’est lui qui prend… Si chacun fait comme il l’entend dans ce foutu pays; on peut craindre d’ici peu une anarchie totale et destructrice. Remarquez qu’il n’y a plus grand-chose à détruire… A par les provocateurs de la République.

FDF

.

 

La polémique avait débuté le 18 octobre. Ce jour-là, sur la ligne 1 du réseau de bus dunkerquois, un chauffeur de bus avait refusé l’entrée de son véhicule à une femme portant un voile qui dissimulait une partie de son visage.

Ce comportement avait immédiatement été dénoncé par SOS Racisme, dont deux membres étaient présents dans le bus au moment des faits, qui avait menacé de porter plainte pour discrimination.

Le conducteur a été entendu par sa direction la semaine dernière. Il a fait l’objet d’un simple rappel à l’ordre. L’entreprise, dans un communiqué, s’est désolidarisée de ce comportement jugé «  inadapté ».

Elle a rappelé son attachement à la non-discrimination et promet de développer sur le réseau de bus « des actions de prévention », en collaboration notamment avec SOS Racisme.

Source: http://www.lavoixdunord.fr/

« Page précédentePage suivante »