Francaisdefrance's Blog

23/08/2011

SOS Racisme en redressement judiciaire ? SOS Pognon !

Mauvaise gestion des fonds publics. Je me marre… Excellent gaspillage de l’argent du contribuable; c’est plus clair? Et tout ça pour entretenir sans le dire directement le racisme anti-blancs…

Te bile pas, Sopo, je t’envoie un chèque. Ou plutôt non: j’ai mes impôts à payer; tu te serviras dedans, comme d’habitude…


FDF

.

La petite lettre du président Sopo SOS Racisme « en situation financière des plus délicates »…

Une tapée de partenaires mis en exergue sur la promo du concert…

Ruinée par le concert du 14 juillet, SOS Racisme est une association au bord du redressement judiciaire… Dominique Sopo essaie de s’en tirer en tapant ses contributeurs ordinaires, et donc majoritairement, les ministères, l’État, le contribuable. Une bonne idée en cette période de crise de la dette et de déficit public…

Dimanche dernier, dans nos pages Satyricon, nous expliquions que la très socialiste association SOS Racisme, pour être richement dotée, notamment en fonds publics, connaissait régulièrement des soucis en matière de « phynances ».
En effet, le budget annuel de cette annexe du PS tourne autour du million d’euros, dont un peu plus de la moitié sort de la poche des contribuables.
Cette année, SOS Racisme qui voulait « renouer avec sa capacité à imposer des problématiques dans la société française », pour reprendre les mots de Dominique Sopo et sans rapport avec la proximité des primaires et de la présidentielle, a reçu, en sus de ses financements ordinaires, 230 000 euros de subventions prises sur le budget supplémentaire de la mairie de Paris.
Un soutien qui se décompose comme suit : 160 000 euros de subvention pour le concert, plus 30 000 euros pour le « village dédié à SOS Racisme » et enfin 40 000 euros pour le fonctionnement de l’association, sans parler de la mise à disposition du Champ de Mars entre autres broutilles et attentions sympathiques de ce brave Monsieur Delanoë…
Résultat : la belle fête de la gauche et de l’égalité entre potes a réussi au-delà de toute espérance avec plus d’un million de personnes. Cependant, explique Dominique Sopo, dans un courrier qu’il aurait pu intituler SOS Pognon, « en raison de la défaillance de certains partenaires, cette opération nous met dans une situation financière des plus délicates, dont l’association doit sortir le plus rapidement possible. C’est pourquoi, connaissant votre attachement à notre action, je me permets de vous solliciter de façon exceptionnelle afin que vous puissiez nous aider à la hauteur de vos possibilités… »
Et le brave Sopo d’adresser sa bafouille aux ministères, histoire de voir l’État l’aider à financer une campagne présidentielle à la sauce des potes bien compris. Après tant d’années de mauvaise gestion sur fonds publics, c’est au contraire le moment de mettre un terme à ce gaspillage opéré sur le dos des contribuables. Laissons les parrains et marraines privés de SOS Racisme assumer les errements de la gestion Sopo et consorts.
L’État a déjà donné, comme le rappelait la Cour des comptes qui pointait de « graves insuffisances de gestion et de rigueur » sur les budgets 1997 à 2000 : « L’association n’aurait pas pu échapper à la mise en redressement judiciaire sans des concours financiers publics de caractère exceptionnel, subventions au titre de la réserve parlementaire de 1998, 1999, 2000, sur le budget de l’Éducation nationale et surtout en 2001, subvention des services du Premier ministre au titre des fonds spéciaux. »
Et comme l’État, c’est nous…

Source: http://www.lunion.presse.fr/

26/07/2011

L’attentat d’Oslo ravive le racisme anti-blancs… Les hyènes sortent de leur tanière.

Tels des charognards, certaines « personnalités » ont profité du drame d’Oslo pour remettre le racisme anti-blancs au (mauvais) goût du jour. Premier sur le podium: Patrick Lozès, patron du CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires de France)… Attitude lamentable. Et l’énergumène s’est déclaré postulant à la présidentielle 2012… Si son thème de campagne n’est que la lutte contre le racisme, il ne va pas aller loin, le mec.


FDF

Lozès a osé : l’apéro saucisson-pinard coupable du drame d’Oslo !

Sitôt connus les attentats d’Oslo – revendiqués d’abord par une organisation islamiste – on a eu l’impression que pour nombre de journalistes bien-pensants et bien évidemment les inévitables associations dites « anti-racistes », la piste de Behring Breivik était une divine surprise. Pour une fois, le coupable d’un attentat mortel était un blond aux yeux bleus ! On martèlera toute la journée de samedi qu’il était chrétien, extrémiste, islamophobe, patriote (les médias disent nationalistes) et contre le multiculturalisme. On oublia allègrement que d’autres informations le situaient franc-maçon et admirateur de Churchill. Fi du silence de la police norvégienne, fi des invraisemblances nombreuses, que Marc Noé, du site « Le Gaulois » a relevés (1), fi du fait que ce « dangereux raciste » n’a pas tiré sur des musulmans, mais sur d’autres blonds aux yeux bleus, et on se crut revenu, comme le signale Roger Heurtebise, à une manipulation médiatique digne de celle de Carpentras, vingt ans plus tôt !

Sans vergogne, la fine équipe des prétendus « anti-racistes », à peine les cadavres des victimes refroidis, monta au créneau, les naseaux frémissants d’une indignation de circonstance. SOS Racisme, dont le président continue à nier le racisme anti-blanc, affirma que « ces attaques montrent le vrai visage de l’extrême-droite ». Très sentencieuse, l’association présidée par le commissaire Sopo ajouta : «A l’aube d’une campagne présidentielle en France, les partis républicains doivent réaffirmer une vérité toute simple: l’extrême-droite ne peut être l’alliée de la démocratie». Autrement dit, avec sa subtilité habituelle, l’esprit formaté de Sopo et des siens, qui continuent d’assimiler le FN de Marine le Pen à l’extrême-droite, mouille cette dernière dans l’attentat d’Oslo ! A notre connaissance, quand le major Nidal Hassan, présenté comme un musulman modéré, a tué une douzaine de soldats américains à Fort Hood en hurlant « Allah Akbar », nous n’avons pas entendu les mêmes indignations de Sopo et des siens.

Le Mrap ne prit pas ces précautions, (2) et réussit l’exploit d’impliquer, outre toutes les droites populistes européennes, dont le Front national (ce qui lui valut une menace de procès de la présidente de ce parti, dès dimanche soir), mais également la droite populaire, dont l’officine anti-raciste signale la participation au gouvernement. D’ici que Sarkozy soit accusé de complicité avec un tel acte de barbarie…

Benoit Hamon, porte-parole du PS, expliqua d’abord que les victimes l’avaient été parce que socialistes. Ensuite, il expliqua que Behring Breivik était devenu un assassin à cause de lectures de sites rejetant le multiculturalisme, et que tout cela était à cause de ceux qui refusaient l’islamisation de leur pays. Martine Aubry peut être fière de son porte-parole, il a parfaitement récité sa leçon en instrumentalisant de manière policitienne un drame épouvantable !

Mais c’est Patrick Lozès qui décrocha le gros lot de l’ignominie, et qu’on vit le mieux arriver avec ses gros sabots. « Il faut tirer les leçons de ce drame de la haine de l’autre, car c’est bien de cela qu’il s’agit. […] En France la prolifération du discours de la haine de l’autre, sa banalisation expose dangereusement notre pays. Ils sont bien nombreux, ces propagateurs de haine, ces apprentis-sorciers promoteurs d’apéros racistes qui font mine de ne pas voir le feu qu’ils allument ». (3) Lozès n’aurait-il pas digéré un débat, sur LCI, avec Pierre Cassen, à la veille du fameux apéro saucisson-pinard du 18 juin 2010, quand notre fondateur avait conclu l’émission en lui faisant remarquer que le seul qui avait une attitude raciste, sur le plateau, c’était lui, Lozès ! Pierre démontra que l’apéro était ouvert à tout le monde, quelle que soit la couleur de sa peau, alors que le CRAN était conçu sur une base racialiste, puisque réservé à un type de la population. Rancunier, Lozès ? Toujours est-il qu’accuser le saucisson de Pascal Hilout et le verre de pinard de Christine Tasin d’être la cause des horribles attentats d’Oslo, il fallait oser !

Médiapart, jamais en retard de nobles combats, vient même de publier dans la foulée une contribution exigeant que dorénavant des réunions comme les Assises de l’islamistation soient interdites ! (4)

Bien sûr, dix ans après les attentats du 11 septembre 2001, aucun journaliste, aucun « anti-raciste » n’eut l’idée de se livrer à quelques comparaisons qui auraient été fort intéressantes. Nous n’ignorons pas qu’historiquement chaque religion est porteuse en son sein de fanatiques capables de s’appuyer sur un texte pour tuer inconsidérément nombre d’innocents jugés hérétiques. Mais depuis dix ans, combien d’attentats ayant fait au moins un mort, dans le monde, ont été revendiqués au nom de la seule religion musulmane ? La réponse, effrayante, figure sur le site « The Religion of Peace »  (5) : ce dimanche, nous en étions à 17.494, et ce lundi matin, à 11 heures, nous en sommes à 17.497, soit 5 par jour en moyenne, dont plusieurs attentats sanglants en Europe ! 35 ont eu lieu cette dernière semaine, provoquant la mort de 101 personnes, majoritairement de culture musulmane, tout aussi innocentes que les victimes norvégiennes. Donner ces chiffres ne diminue en rien l’horreur que nous inspire la tuerie d’Oslo, ni l’indignation que suscite la mort de dizaines de victimes norvégiennes, souvent jeunes, fauchées par la folie criminelle d’un homme aux objectifs confus.

Source: http://ripostelaique.com/

19/07/2011

La nouvelle France…

Sur le fond, on pourrait la nommer FRANCARABIA, car tout le monde (ou presque) s’y met pour que le « changement » soit le fer de lance des présidentielles 2012… Et si on pratiquait le « changement » à l’envers? Par exemple refaire briller le patriotisme et l’amour de NOTRE patrie. Mais ça, c’est une autre histoire; de France…

FDF

.

La France d’Eva Joly et de Sopo, c’est la nouvelle civilisation d’Aubry-Hollande !

Deux personnalités de « gôche » viennent de se distinguer, durant le week-end du 14 juillet. Commençons par un de nos meilleurs amis, celui qu’affectueusement nous appelons le commissaire Sopo, et que notre dessinateur Ri7 dessine souvent en tenue de galopin en culotte courte avec un maillot sur lequel est écrit « Super Mouchard ». Au lendemain du 14 juillet, le président de SOS Racisme paraissait sur son nuage. Grâce à la générosité de la mairie de Paris (230.000 euros de subvention !), et de quelques sponsors comme LVMH (et Bolloré, l’ami de Sarko), SOS Racisme venait d’organiser un concert gratuit pour l’égalité, auxquels les médias attendris attribuaient sans sourciller 500.000 participants, voire 1 million pour certains. Sans doute émoustillé, Sopo, dès le lendemain, eut envie d’en découdre, sur l’émission « Carrément Brunet » de RMC, avec notre ami Jean Robin, auteur d’un livre intitulé « La nouvelle extrême droite », que Lucette Jeanpierre avait évoqué dans une critique parue dès la sortie de l’ouvrage (1).

Lors de cet échange, Sopo se montra fort ennuyé quand le fondateur des éditions Tatamis l’interpella sur le racisme anti-blanc, et lui demanda pourquoi son association ne déposait jamais plainte quand cela se produisait. Un lecteur du site « Fdesouche » résume ainsi les méthodes de débat du président de SOS Racisme face à une telle question.

1re étape :
– Je contre mon adversaire en éludant le sujet ou la question abordée
– Je réponds partiellement à la question mais je relativise, voire nie les évidences
 

2ème étape :
– Je m’efforce de traiter le sujet de manière la plus évasive possible afin de noyer l’auditeur et de lui faire oublier le point de départ du débat,
– Je retourne moi même les questions et répétant toujours la même chose mais de façon différente…

…Suite et source: http://tinyurl.com/6fbe5e8