Francaisdefrance's Blog

25/02/2012

Baffe dans les dents aux journaleux…

Là, ça décoiffe grave… J’en connais dont la plume va exploser…

FDF

.

Une presse subventionnée encore plus veule

Le libéralisme frappe encore ! Les patrons de la presse française massivement subventionnée, sentant le souffle chaud de la faillite sur leur nuque, proposent d’ajouter une taxe sur les prestations des FAI afin de rééquilibrer leurs comptes. Décidément, le capitalisme fait des ravages !

 

Résumé des épisodes précédents.

Après avoir constaté que la presse française est massivement subventionnée, après avoir noté que même avec ces subventions, le rapport poids/prix lui était défavorable, après avoir noté que ses lecteurs s’en détournent de plus en plus, la presse a décidé de signer officiellement son arrêt de mort cérébrale en tenant un Pascal Nègre Ultra aux fournisseurs d’accès internet, une prise pourtant peu subtile et qui n’a jamais abouti qu’à la fin tragique de l’opérateur

Je l’écrivais il y a peu : cette presse française, aux abois, d’une médiocrité si bruyante et si visible qu’elle n’attire plus guère que la moquerie, n’a jamais réussi à comprendre que son business model n’était pas et n’a jamais été basé sur la remise en forme de dépêches AFP dans un cadre numérique sympathique à regarder. Ce qui pouvait encore fonctionner il y a vingt ans alors que la plupart des gens n’avaient pas d’autres sources d’information ne peut plus continuer alors que tout le monde peut se faire une idée, quasi-instantanément de ce qui se passe à l’autre bout du monde sans passer par tous les intermédiaires qui furent jadis indispensables.

Et en refusant de s’adapter, cette presse s’est, littéralement, suicidée.

Dans un pays sclérosé comme la France, la mort de tout un secteur économique prend du temps et nécessite, pour une agonie vraiment lente mais vraiment terminale, l’intervention d’un maximum de personnages de l’Etat. Et cette intervention passe par le lobbyisme et le corporatisme, avatars institutionnalisés d’un capitalisme de connivence parfaitement assumé par des journaliste de gauche mais pas suffisamment fous pour croire à leurs opinions politiques : le marxisme, le socialisme, l’anticapitalisme plus ou moins revendiqué, c’est très bien pour le contenu des papiers, mais dès qu’il s’agit de bouffer, on oublie. Le moindre petit tintement de la grosse louche à subvention sur les grandes marmites cuivrées remplies de fond public attirent immanquablement tous les ténors de la presse, jamais en retard à la gamelle.

Et lorsque cette corporation lutte pour un pouvoir d’achat, sachez que c’est le sien, et certainement pas le vôtre : aider la veuve, l’orphelin, le précaire et le smicard, c’est très bien sur le papier. En pratique, s’il faut proposer d’augmenter les tarifs des FAI en faisant payer leurs clients plus cher, qu’à cela ne tienne : « proposons rapidement une bonne taxe qui claque et récupérons ainsi l’argent des autres dans nos popoches pour continuer à produire la même soupe insipide qui a fait notre renommée ! »

L’ »idée » est donc lancée et on peut déjà observer les barils d’argumentaires bien dodus se déverser dans une presse évidemment toute acquise au principe. En pratique, on retrouve, packagé avec un autre papier-cadeau, les mêmes arguments moisis que ceux qui furent utilisés par l’industrie de la Musique Qui Braille et des Films Qui Bavent pour justifier la création d’une taxe sur les supports numériques.

Je ne résiste pas à l’envie de vous infliger l’histrion-totem de ces insondables abrutis.

Pascal Nègre a des goûts très sûrs.

Dans la presse, on devra se contenter des poils en bataille et des odeurs de tabac froid des vieux briscards de rédaction, c’est moins glamour et paillette, mais ça reste la même cuisine : on veut de l’argent pour maintenir notre statut. Et puisque la presse fait partie des motifs importants de consultation d’Internet sur tous les supports possibles et imaginables, cela veut donc dire que ce qu’elle produit doit pouvoir être facturé au lecteur.

Pourquoi « doit » ? Mais c’est très simple, pardi ! Comme les autres lecteurs ne les lisent plus, ils ne s’abonnent plus. Et comme les subventions n’arrivent pas à couvrir, malgré leurs jérémiades, tous leurs coûts de fonctionnement, il leur faut donc — pour parler comme un manager dans le coup — trouver des relais de croissance, c’est-à-dire d’autres sources de pognon frais pour leur business.

Comme le dit l’un des véhéments instigateurs de cette nouvelle taxe :

« Nous représentons un secteur qui contribue fortement à l’émergence de l’économie numérique, et nous sommes peut-être celui qui en bénéficie le moins. Il existe des mécanismes de redistribution pour le cinéma et la musique, mais rien pour la presse. Or, nous sommes un secteur qui relève de l’intérêt général de la démocratie ! »

Presse : l'argent d'internet m'intéresse

Et pan dans les dents ! Le petit Pascal Nègre, lui, ne pouvait même pas faire valoir la carte bonus « Démocratie » et « Intérêt Général » dans son argumentaire (ce qui l’a peut-être conduit à s’habiller comme un proxénète lillois, mais c’est un autre sujet). Sans rire donc, nos frémissants entaxeurs estiment que leur métier doit bénéficier des mêmes mécanismes iniques que le Cinéma ou la Musique ! « Puisqu’eux y ont droit, nous aussi », en somme.

Sauf que… Sauf que dans plein de pays, la presse ne bénéficie pas de subventions (en tout cas, pas à hauteur des montants scandaleux que l’Etat français distribue) et produit pourtant des articles papiers et en ligne de bien meilleure qualité. Ou, dans d’autres cas, reste rentable sans réclamer de taxes, et attire malgré tout des millions de lecteurs à elle (chose qui ne s’est plus vue en France depuis au moins vingt ans).

Ce qui veut donc dire que la presse non ou peu subventionnée, c’est possible, qu’avoir un lectorat papier et online, c’est possible, que ne pas piquer dans la poches des autres, c’est possible même si c’est contraire aux habitudes des socialistes en place.

Mais au delà même de la constatation qu’ailleurs, les journalistes et la presse s’en sortent mieux qu’en France, disons-le clairement : continuez, messieurs, à vous comporter de la sorte et votre sort en sera scellé.

Vous estimez que vous apportez un vrai contenu sur le web, et que ce simple fait vous octroie le droit d’aller piocher de l’argent dans nos poches ? Lorsque vous constaterez qu’on se passe toujours plus de vos resucées de l’AFP, de vos analyses crypto-marxistes, de vos chroniques collectivistes pathétiques, de vos reportages bidonnés et de vos scoops truqués, que ferez-vous ?

Les internautes, et les Français en général, sont en train de se passer de vos minables services d’écrivaillons poussifs parce qu’ils voient le décalage croissant entre une intelligentsia confite de ses certitudes et un peuple épris de bon sens. Vos lecteurs fuient non pour aller sur Internet, mais tout simplement parce que vous produisez un porridge gluant de bien-pensance, de lieux-communs, de sophismes éculés et de polémiques minables.

Quand tout un peuple s’enfonce dans la dette et le collectivisme, qu’aucun des candidats à une présidentielle ne sait faire le moindre budget à l’équilibre et ne propose qu’un champ de taxes ruineuses et d’impôts florissants, vous n’avez ainsi à cœur que de dénoncer bruyamment les banalités d’un Vanneste désigné cible du jour. Où étiez-vous, pénibles imposteurs, lorsqu’il s’agissait de raconter les dérives sexuelles condamnables de votre poulain présidentiel et dont le Tout Paris était au courant ? Qui, chez vous, diligente les enquêtes sur Karachi, sur les empilements effarants de détournements de fonds et d’affaires mafieuses dans le Nord et les Bouches-du-Rhône ?

Ah, ça, pour nous rapporter que Mamie Jolie « emmerde » Corinne Lepage, vous êtes sur le pont ! Pour réclamer de la taxe bien fraîche pour faire perdurer la Rédac à Papa sans y changer quoi que ce soit, là, vous criez présent !

Mais pour rapporter l’ignoble tentative d’étouffement par les parlementaires du rapport Perruchot, on n’a guère entendue de bronca de votre côté. Il aura fallu la force d’une mobilisation et les questions répétées de certains députés pour faire sortir le rapport au grand jour.

Et pour nous parler du Mécanisme Européen de Stabilité, lamentablement voté dans l’indifférence de vos salles de rédactions, qui fut là ? Qui expliqua ce qu’il allait en coûter au contribuable et au citoyen européen ? Encore une fois, bernique !

Votre taxe n’est plus qu’un cache misère pour une profession tombée rapidement dans l’ornière de la facilité. Son seul avantage, au final, est de permettre l’observation d’un phénomène d’une extraordinaire rareté : un consensus anti-taxe dans les commentaires d’un article du Monde !

Source: http://h16free.com/

Merci à DG…

21/02/2012

L’humanitariste avec une guillotine…

Bien intéressant, tout ça…

Un peu « raide à lire » mais bien vu.

FDF

.

The God of the Machine : « Le Dieu de la Machine »

L’humanitariste avec une guillotine

Chapitre XX de « The God of the Machine » (1943)

 

https://i0.wp.com/www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2011/05/GUILLOTINE002-218x300.gif

par Isabel Paterson

 

traduit par Hervé de Quengo

 

Isabel Paterson était une romancière et, de 1924 à 1949, une célèbre chroniqueuse littéraire au Herald Tribune. Au cours du temps sa chronique ne resta pas confinée à la littérature, mais finit par embrasser l’économie, la politique, l’histoire, etc., les livres étant un prétexte à sa chronique, signée I.M.P. (Isabel Mary Paterson). Elle fut virée du journal en 1949 pour des raisons politiques, le centralisme socialiste qui s’installait aux États-Unis avec Roosevelt n’étant pas sa tasse de thé (notons que, contrairement à son amie Rose Wilder Lane, elle n’appréciait pas non plus Herbert Hoover, bien que Républicaine).

Au Herald Tribune, elle eut comme collaboratrice et protégée une jeune immigrée russe qu’elle influença par sa vaste culture dans beaucoup de domaines : Ayn Rand. The Fountainhead (La Source vive) de cette dernière parut en même temps que The God in the Machine de Paterson. L’athéisme militant de Rand n’était cependant pas du tout partagé par Isabel Paterson, ce qui fut une des raisons qui conduisit à leur rupture. Plus tard, bien qu’ayant rompu avec Rand, Isabel Paterson défendit Atlas Shrugged contre une mauvaise critique de la National Review de William Buckley, journal (conservateur) auquel elle collaborait à l’occasion.

Le livre The God in the Machine fut salué par Albert Jay Nock, qui considérait qu’avec The Discovery of Freedom de Rose Wilder Lane il s’agissait des « seuls livres intelligibles sur la philosophie de l’individualisme qui aient été écrits en Amérique au cours de ce siècle ». Malgré les désaccords et la rupture (et surtout le titre du livre), Ayn Rand cita l’ouvrage à plusieurs reprises dans les articles de son recueil Capitalism, The Unknown Ideal (1967) et le recommanda dans la bibliographie. Quant à Murray Rothbard, il le cite dans Man, Economy, and state ainsi que dans Power and Market.

Les informations ci-dessus ont pour une grande part été tirées de la longue introduction de Stephen Cox pour l’édition de Transaction Publishers (1999).


L’humanitariste avec une guillotine

Dans le monde, la plupart du mal est faite par des braves gens, non par accident, faute ou omission. C’est au contraire le résultat de leurs actions délibérées, longuement continuées, qu’ils pensent être motivées par de grands idéaux et pour des motifs vertueux. On peut le démontrer et il ne pourrait en être autrement. Le pourcentage des personnes sincèrement malfaisantes, vicieuses ou dépravées est nécessairement faible, car aucune espèce ne pourrait survivre si ses membres étaient naturellement et consciemment enclins à se faire du mal les uns aux autres. La destruction est si facile que même une minorité ayant une mauvaise intention persistante pourrait rapidement exterminer la majorité des personnes bien disposées qui ne se méfient pas. Tout individu à toute époque a facilement en son pouvoir la possibilité de perpétrer le meurtre, le vol, la rapine et la destruction. Si on suppose qu’il est uniquement restreint par la peur ou la force, alors la peur de quoi, et qui pourrait utiliser la force contre eux si tous les hommes avaient ce même état d’esprit ? Sans aucun doute, si le mal fait délibérément par des criminels devait être calculé, on trouverait que le nombre des meurtres, l’étendue des dommages et des pertes sont négligeables en comparaison de la somme totale de morts et de dévastations infligées aux êtres humains par leurs semblables. Il est donc évident que lors des périodes pendant lesquelles des millions de gens sont abattus, durant lesquelles la torture est pratiquée, la famine forcée et l’oppression une politique, ce qui est le cas actuellement dans une grande partie du monde et fut souvent le cas dans le passé, ce doit être le résultat des ordres donnés par de nombreuses braves personnes, et même le résultat des actions directes menées pour ce qu’elles estiment un but noble. Si elles ne sont pas les exécutants immédiats, elles donnent leur accord, élaborent des justifications ou gardent le silence sur les faits, et évitent toute discussion.

A l’évidence, ceci ne pourrait pas se passer sans raison, sans cause. Et il faut comprendre que, dans le passage précédent, lorsque nous disons des braves gens, nous voulons vraiment parler de gens biens, de personnes qui ne voudraient ni effectuer ni envisager intentionnellement des actes qui puissent faire du mal à leurs semblables, que ce soit par perversion ou pour en tirer un bénéfice personnel. Les braves gens veulent le bien d’autrui et espèrent mettre leurs actions en accord avec ce choix. De plus, nous ne voulons pas dire ici qu’il y ait un quelconque « transfert de valeurs », confondant le bien et le mal, ou suggérant que le bien engendre le mal, ou disant qu’il n’y a pas de différence entre le bien et le mal ou entre les braves gens et les personnes mal disposées. Nous n’insinuons pas non plus que les vertus des braves gens ne sont pas de véritables vertus.

C’est donc qu’il doit y avoir une très grosse méprise sur les moyens par lesquels ils cherchent à atteindre leurs fins. Il doit même y avoir une erreur dans leurs axiomes premiers, pour leur permettre de continuer à utiliser de tels moyens. Quelque chose de terriblement faux, quelque part. De quoi s’agit-il donc ?

A coup sûr, les massacres commis de temps en temps par des barbares envahissant des régions habitées, ou les cruautés capricieuses de tyrans avoués, ne se montent pas à un centième des horreurs perpétrées par des gouvernants armés de bonnes intentions.

Comme le raconte l’Histoire qui nous est parvenue, les anciens Égyptiens furent mis en esclavage par les Pharaons pour un plan charitable de « greniers toujours approvisonnés ». Des réserves étaient faites contre la famine. Et, alors, les gens furent forcés d’échanger propriété et liberté contre ces réserves, qui étaient préalablement soustraites à leur propre production. La rudesse inhumaine des anciens Spartiates était également pratiquée pour un idéal civique de vertu.

Les premiers Chrétiens furent persécutés pour des raisons d’État, de bien-être collectif. Et ils luttèrent pour le droit de la personne, chacun parce qu’il avait une âme personnelle. Ceux qui furent tués par Néron pour le sport étaient peu nombreux comparés à ceux qui furent condamnés à mort pour des raisons strictement « morales, » par des empereurs ultérieurs. Gilles de Retz, qui assassina des enfants pour satisfaire une perversion bestiale, n’en tua au total pas plus de cinquante ou soixante. Cromwell ordonna le massacre de trente mille personnes d’un coup, y compris des enfants, au nom de la vertu. Même les brutalités de Pierre le Grand avaient comme prétexte le but de bénéficier à ses sujets.

La guerre actuelle [la Deuxième Guerre Mondiale], qui a commencé avec un traité entre deux puissantes nations (la Russie et l’Allemagne), selon lequel elles pouvaient écraser leurs plus petits voisins avec impunité, ce traité ayant été rompu par une attaque surprise d’un des deux conspirateurs, aurait été impossible sans la puissance politique intérieure dont on s’était emparé, dans les deux cas, avec l’excuse de faire du bien à la nation. Les mensonges, la violence, les meurtres de masse furent pratiqués en premier lieu sur les peuples de ces deux nations par leur gouvernement respectif. On pourrait dire, et il se pourrait bien que ce soit vrai, que les détenteurs du pouvoir étaient dans les deux cas de vicieux hypocrites, que leur objectif conscient était le mal dès l’origine. Cependant, ils n’auraient pas pu arriver au pouvoir sans le consentement et l’assistance de braves gens. En Russie, le régime communiste a pris le pouvoir en promettant la terre aux paysans, dans des termes que ceux qui faisaient les promesses savaient être un mensonge. Une fois à la tête du pays; les communistes confisquèrent aux paysans la terre qu’il possédaient déjà et exterminèrent ceux qui voulurent résister. Ceci fut fait avec un plan et intentionnellement. Le mensonge fut salué comme de « l’ingénierie sociale » par leurs admirateurs socialistes d’Amérique. Si c’est de l’ingénierie, alors la vente d’une mine fantôme en est aussi. Toute la population de Russie fut soumise à la contrainte et à la terreur. Des milliers furent tués sans jugement. Des millions travaillèrent jusqu’à en mourir et moururent de faim en captivité. De même toute la population d’Allemagne fut soumise à la contrainte et à la terreur, avec des moyens identiques. Avec la guerre, les Russes dans les prisons allemandes et les Allemands dans les prisons russes n’endurent pas de destin pire ou différent de celui qu’un aussi grand nombre de leurs compatriotes ont connu chez eux du fait de leur gouvernement. S’il y avait une quelconque petite différence, ils souffrent plutôt moins de la vengeance d’ennemis déclarés que de la prétendue générosité de leurs compatriotes. Les nations vaincues de l’Europe, sous la botte russe ou allemande, font simplement l’expérience de ce qu’ont enduré les Russes et les Allemands pendant des années, sous leur propre régime national.

De plus, les principaux acteurs politiques au pouvoir en Europe, y compris ceux qui ont vendu leur pays à l’envahisseur, sont des socialistes, des ex-socialistes ou des communistes : des hommes dont le credo fut le bien collectif.

Avec ces faits pleinement démontrés, nous avons devant nous l’étrange spectacle d’un homme qui a condamné des millions de ses compatriotes à la famine et qui est admiré par des philanthropes dont le but déclaré est de voir chacun, dans le monde entier, recevoir son litre de lait. Un professionnel diplômé de la charité a parcouru la moitié du monde pour obtenir l’interview de ce maître du commerce et pour produire des écrits enthousiastes sur le fait d’avoir obtenu ce privilège. Pour garder leur emploi, dans le but avoué de faire le bien, des idéalistes similaires acceptent volontiers le soutien politique d’escrocs, de souteneurs avérés et de casseurs professionnels. Cette affinité de types se produit invariablement quand survient l’occasion. Mais quelle est cette occasion ?

Pourquoi la philosophie humanitaire de l’Europe du dix-huitième siècle a-t-elle inauguré le règne de la Terreur ? Ce n’est pas arrivé par hasard. Ce fut la conséquence de la prémisse originelle, de l’objectif et du moyen proposés. L’objectif est de faire le bonheur des autres en tant que justification première de l’existence. Le moyen est le pouvoir collectif. Et la prémisse est que le « bien » est collectif…

Suite et source: http://tinyurl.com/6uuq64m

15/12/2011

La pétition contre le droit de vote aux étrangers fait des progrès…

Comme il fallait s’y attendre…

Nous sommes en France. Ce sont les Français, les vrais, qui décident de leur sort. Et pas les « pièces rapportées »…

FDF

.

Chers amis,

Vous êtes plus de 12 000 à  avoir signé notre pétition contre le droit de vote

Cela prouve, s’il en était besoin, que la France n’est pas morte, malgré les coups que subissent sa souveraineté, son identité, sa culture et sa liberté d’expression.
Sachez aussi que le Comité contre le droit de vote des étrangers a fait beaucoup de choses en un mois de temps :
 il s’est créé 6 comités régionaux ou départementaux dont voici la liste et les coordonnées :

 Paris-Ile de France  idf.non.droitdevote@gmail.com 06 47 01 06 06  Christian Lescornec
 Normandie  comite.citoyen.normandie@gmail.com 06 34 37 15 28  Jean Lucat
 PACA  pacacontrevotedesetrangers@laposte.net 06 03 15 51 37  Jean-Louis Geiger
 Pays de la Loire  vote.tricolore.pdl@gmail.com 07 61 42 27 39  Gérard Benhaim
 Côte d’Or  nondroitdevote.comitecotedor@voila.fr 06 27 74 49 74  Martial Strauss
 Languedoc-Roussillon  LRcontrevotedesetrangers@yahoo.fr téléphone en attente  Jean-Claude Santerre

Sept autres sont en cours de création..

À la tête de ces comités : des volontaires, des citoyens qui ont, pour certains, une expérience politique (toutes les tendances de droite et du centre sont représentées) ; pour d’autres il s’agit de leur premier engagement.
Vous avez dû être contacté par chacun de ces responsables de comités, ou allez l’être très prochainement afin de vous rencontrer et de définir ensemble les actions à mener.
Pour sa part le Comité national a organisé un contre-sondage à celui de BVA (qui donnait 61% de Français favorables au vote des étrangers) auprès des 36 000 Maires de France le 6 décembre dernier, par un mail adressé à chacun des maires et leur demandant de répondre à la question « Êtes-vous favorable au droit de vote et d’éligibilité des étrangers non-Européens ? », répondez par OUI ou par NON.
10 000 maires ont ouvert ce message, environ 1 000 ont répondu de façon claire :

 Résultats  82 % NON  13% OUI  Nuls 5%

Voilà la réalité de la France profonde, la vraie, pas celle de bobos sondés par les instituts de sondage !

Par ailleurs, des centaines de nos amis signataires de la pétition ont organisé un véritable assaut téléphonique, dans les jours qui ont précédé le débat sur le texte de loi, auprès du groupe socialiste de l’Assemblée Nationale, du Sénat, auprès du PS, et des grandes radios et TV nationales.
Résultat :  tous les standards téléphoniques et les messageries saturés !! Bravo !! et le message est passé puisque le président de la République et le premier ministre, ainsi que la droite populaire et même Arno Klarsfeld, président de l’Office Français de l’Immigration,  ont pris position de façon très claire contre ce droit de vote.
Vous savez que malgré tout le texte a été voté par le Sénat à majorité de gauche.
Mais il ne passera pas à l’Assemblée Nationale, sauf s’il n’est soumis qu’après les prochaines législatives et que les Français font passer les socialistes à l’Assemblée.
Quant au  résultat de notre sondage auprès des maires, il  a été transmis à toute la presse, papier, radios et TV. Mais bien sûr ce résultat dérange la bien-pensence journalistique (encore des bobos…………)
Les réponses à ce sondage ne cessant d’affluer chaque jour,  je vous ferai un point actualisé dans 8 ou 10 jours, et alors j’espère que la presse daignera ouvrir les yeux sur la réalité…
Merci, pour les nouveaux qui n’auraient pas encore été contactés par leur comité régional, de prendre contact avec lui au plus tôt. Nous avons besoin de tous !!

A très bientôt et très amicalement

Catherine BLEIN
Porte-parole du Comité contre le droit de vote des étrangers
contredroitdevotedesetrangers@gmail.com

09/12/2011

« Il n’y a pas de quota pour les visas algériens » …

Trop de mauvais souvenirs, avec l’Algérie. Ca pourrait bien « canarder »… On parie?

FDF

.

LA LIBRE CIRCULATION DES ALGERIENS vers la FRANCE

 

POLITIQUE FRANCO-ALGERIENNE

LA LIBRE CIRCULATION DES ALGERIENS A SENS UNIQUE


L’objectif principal de ces mesures est la facilitation de la circulation des Algériens vers la France [et] de « lutter contre l’immigration clandestine et toute sorte de fraude ». »


Voir taille réelle

Hier, 8 décembre 2011, au Sénat et grâce à la volonté des socialistes et autres collabos antifrançais, l’ingérence des étrangers dans la vie politique française peut devenir une réalité.

A droite, si Sarkozy avoue souhaiter et rechercher une collaboration plus étroite avec l’Allemagne, il la recherche aussi avec l’Algérie, bien qu’il se garde de l’ébruiter avant les élections.

C’est ainsi qu’hier, lors d’une conférence de presse, en présence de l’ambassadeur en Algérie, Xavier Driencourt, le consul général de France à Alger, Michel Dejeager, annonçait la mise en place de la simplification des procédures, visant à laisser entrer librement les algériens vers la France. Malgré le constat de la non-réciprocité puisque Alger avance une « décision souveraine ».

Les nouvelles mesures porteront sur la simplification des formalités pour obtenir des visas.

« Il n’y a pas de quota pour les visas algériens (…) L’objectif principal de ces mesures est la facilitation de la circulation des Algériens vers la France [et] de lutter contre l’immigration clandestine et toute sorte de fraude (…) »

Ben, forcément ! Si les algériens n’ont pratiquement plus besoin de visas pour rentrer en France, pourquoi iraient-ils se risquer de rentrer en fraude et pis encore « les haraga » ?

Il nous prend pour des billes ce consul de France. Mais, nous savons qu’un consul n’agit qu’en fonction des ordres que lui donne le ministre des Affaires étrangères. En l’occurrence, Alain Juppé, le toujours droit dans ses bottes, prêt à mettre un coup de pied au cul des Français qui se disent de souche et d’identité judéo-chrétienne et auraient la prétention de conserver la France à la France, en régulant l’immigration.

La modification et la simplification sont dans la réduction –voire, l’annulation (!) – des justificatifs, pour :

  • « (…) le conjoint de Français,

  • les commerçants et chefs d’entreprise,

  • les professions libérales, à commencer par les dentistes, conjoint et enfants – le consul justifie cette catégorie par le fait qu’ils soient là, au moment de la prise de la décision –  

  • les professions organisées en ordres dont la seule attestation d’appartenance à un ordre suffit,

  • les journalistes,

  • en attendant les étudiants (…)

(…) Maintenant, nous travaillons pour l’extension de ces simplifications aux autres catégories. »

Et pendant ce temps, Sarkozy ose parler  » d’une immigration féconde pour la France, si elle est contrôlée « …

Non. Il n’y a aucune ingérence algérienne dans la politique française.

Il y a une volonté affichée et mise en œuvre par les politiques français, de gauche et de droite, à importer l’immigration algérienne, en France, quelles qu’en soient les conséquences pour les Français.

Et de nous interroger, encore plus, aujourd’hui,  qu’il y a cinquante ans…

Quels secrets, depuis De Gaulle, pèsent sur la France dont l’Algérie est le témoin et menacerait de révéler ?

Source : Liberté Algérie

http://www.petitsechodoran.com/l-immigration/la-libre-circulation-des-algeriens,a2986715.html

01/12/2011

Rachid, mon frère…

Piqué sur Facebook… ( ou Fesse-Bouc », comme dirait Henri…).

On s’y croirait.


FDF

.

Rachid, mon frère,

Avec la grâce d’Allah tout puissant, nous sommes à présent maîtres de la ville de Bruxelles.
Tout le monde nous craint.
Plus personne ne nous importune quand nous ne respectons pas les lois de la Belgique.
Je me demande pourquoi tu hésites à venir nous rejoindre.
A ton arrivée, tu te feras inscrire à l’Office des Etrangers, comme travailleur clandestin qui veut régulariser sa situation.

Sois sans crainte, personne ne t’embêtera avant des années. On ne te donnera pas de travail mais une carte qui te permettra d’avoir les avantages d’un travailleur.

Au pire, des associations t’aideront à trouver un toit, te nourriront et te fourniront même un avocat.
Mais pour cela il faudrait qu’on te trouve et dans notre commune de Molenbeek.

Allah soit béni – personne ne viendra te chercher.

Viens avec les enfants car les allocations familiales sont très intéressantes: c’est de l’argent que tu reçois en plus, rien que parce tu as une grande famille. Actuellement, une seule de tes femmes sera considérée comme légitime mais ce n’est pas grave: les autres seront inscrites comme mères célibataires avec charge de famille et toucheront environ 450 EUR par mois pour s’en occuper.

Tu devras aussi aller t’inscrire au chômage. C’est un peu long car il y a beaucoup d’étrangers: des Dupont, des Durand, des Van de Velde… qu’il faut encore laisser passer à leur tour. Mais lorsque nous serons définitivement au pouvoir, nous créerons des guichets pour eux. En attendant, comme ce sont ces Belges qui payent, il faut se montrer patient.

Mais une fois que c’est fait, il te suffit de toucher l’argent à la fin du mois, personne ne vérifie rien.

A partir de là, nous avons nos commerces, nos banques, tu ne manqueras de rien et tu vivras comme un roi.

Ton fils aîné Abdel, celui qui rêve d’ouvrir une épicerie, sera ravi.

Ici, nous passons avant tout le monde, nous avons plein d’avantages, nous ne payons pas de taxes, nous ne suivons aucune règle et en plus, les Belges sont nos meilleurs clients car pendant que leurs magasins sont ouverts, ils travaillent et ils ne peuvent pas y aller, ces idiots.

Ce qui est nouveau pour nous, c’est les élections: ils nous demandent notre avis pour tout et en plus, on peut choisir des Marocains bien de chez nous. Ici à Molenbeek, il faut voter pour les socialistes. Leur chef s’appelle Moureaux. Il fait tout ce qu’on lui demande. Il a même fait une loi pour que quand on te reproche quelque chose, tu puisses t’en sortir sans problème: il suffit de dire que c’était un acte raciste.
Ca marche très bien.

Nous espérons obtenir bientôt le droit de vote aussi aux législatives: c’est là qu’on choisit quel imam fera la loi pendant quelques années.

Beaucoup de socialistes et d’écolos nous l’ont promis pour bientôt. Grâce à notre nombre, c’est bientôt nous qui ferons la loi coranique et mettrons un peu d’ordre dans ce pays trop laxiste.

Qu’Allah tout puissant accompagne tes pas, Mustapha.

P.S. Ne viens pas en voiture. Mon fils Samir en a déjà plusieurs pour toi, tu choisiras.

31/10/2011

Bravo au Sénat de nous prouver sa soumission et sa préférence non-nationale !


Le PS nous aura décidément tout fait! Mais qui est cette délicieuse nouvelle élue???

Voir: http://tinyurl.com/5syf824

et: http://www.senat.fr/senateur/khiari_bariza04077p.html

Continuez à voter pour les Socialo-collabos bradeurs de NOTRE France! Vous entrez en Francarabia. Bienvenue et surtout, bon courage…

FDF

.

.

Une Algérienne militante du Mrap vice-présidente du Sénat…

Les socialistes n’ont pas mis longtemps pour trahir la France en mettant à la vice-présidence du Sénat où ils sont majoritaires une femme qui se revendique et Algérienne et musulmane, celle qui, en 2009, avait fait une proposition de loi, votée à l’unanimité, « visant à supprimer les conditions de nationalité qui restreignent l’accès des travailleurs étrangers à l’exercice de certaines professions libérales ou privées »… cela dit tout. On peut s’attendre, avec elle et une majorité de gauche au cas où le PS l’emporterait en 2012, à voir disparaître même la nécessité de nationalité française pour devenir fonctionnaire. C’est-à-dire pour rendre un service, public, à chacun, sans considération de race, de religion ou de sexe… 

Le quotidien algérien Liberté-Algérie annonce même sa prochaine proposition de loi :  » Elle a tout de suite décidé de s’attaquer à la circulaire de Claude Guéant durcissant les conditions de séjour des étudiants étrangers après l’obtention de leur diplôme. Mme Khiari va présenter une proposition de résolution en vue de favoriser l’emploi des étudiants étrangers sur le territoire français, tout en facilitant les allers-retours avec leur pays d’origine ».

Bon, tout le monde est prévenu. Avec le PS la France, sera, plus que jamais au cours de son histoire, une passoire, un Eldorado ouvert à toutes les convoitises et à toutes les envies… mais réservées aux Etrangers en priorité.  Qu’on se le dise.

PS Circonstance aggravante, qui en dit long, elle est aussi militante à la FCPE, cette association de parents d’élèves qui a, par ses exigences, par des prises de position, largement contribué à fiche en l’air notre école…   

PS2 L’effrontée ose prétendre défendre un islam modéré, de paix et de tolérance, à lire, deux articles démontant ses arguments sur Riposte laïque

Source: http://christinetasin.over-blog.fr/

26/10/2011

Le gouvernement socialiste grec offre une mosquée de 16 millions d’euros aux islamistes d’Athènes !

Et au vu et au su des derniers évènements, c’est l’Europe qui rince!!! Ils sont dans une merde noire mais n’hésitent pas à construire une mosquée de 16 millions d’euros. Ca fait tout de même plaisir de les sortir de la mouise… J’en suis encore sous le coup ! Si ce n’est pas se foutre de la g….. du monde, ça!

FDF

.

Incroyable, mais vrai !


 

Quel choc !

Alors que la Grèce est pratiquement en faillite, le gouvernement socialiste grec offre aux islamistes la construction d’une mosquée de seize millions d’euros !

Oui, vous avez bien lu !

Les Grecs ne savent plus économiser, ils ne payent plus d’impôts, le chômage explose, le niveau de vie est descendu au plus bas. Mais avec mépris, le gouvernement Grec a décidé d’investir dans une Giga mosquée dans la capitale Athènes… Le 7 septembre, le Parlement grec a adopté à une majorité de 198 voix sur 300, une proposition d’investir 16 millions d’Euros dans la construction d’une mosquée dans la capitale Athènes.

Le nombre de musulmans en Grèce, depuis quelques années, augmente très rapidement par l’arrivée massive de réfugiés illégaux arrivants d’Afghanistan, Irak, Turquie, Afrique du Nord et du Pakistan.

Voilà ce qu’est le socialisme : l’État socialiste laisse son propre peuple s’étouffer et mourir de faim.  Mais, le comble absolu, c’est l’inertie du Parlement européen ! Ils ignorent complètement les citoyens européens, juste bons comme cochons de payeurs.

C’est gravissime…

Voici maintenant les dix indices qui permettent de comprendre comment la Grèce en est arrivée là.

Dans un article très sévère pour la Grèce, le Daily Mail a énuméré quelques-uns des gaspillages ou abus fiscaux contre lesquels le gouvernement de Papandreou tente, avec mollesse et sans conviction, de lutter :

1.    Le métro d’Athènes est climatisé et offre des écrans plasma pour distraire les voyageurs. Il est gratuit pour les cinq millions d’habitants de la capitale. Plus exactement, il ne l’est pas, mais comme il n’y a pas de barrière pour empêcher les usagers sans ticket de passer, rares sont les passagers qui se soucient d’acheter leur billet. C’est le contribuable européen qui a payé le métro athénien qui a coûté près de 1,7 milliard d’euros.

2.    Le salaire moyen (annuel) des employés de la compagnie nationale ferroviaire grecque est de 70.000 euros, ce qui englobe les ouvriers et les agents de nettoyage des trains, et qui représente le triple des employés du secteur privé grec.

3.    Par ailleurs, le chiffre d’affaires annuel de cette compagnie est d’environ 90 millions d’euros, pour une masse salariale de près de 575 millions d’euros annuels, ce qui a même fait ironiser un politicien grec qui a remarqué qu’il eut mieux valu payer des taxis privés pour les déplacements des passagers.

4.    En une décennie, la masse salariale du secteur public a doublé.

5.    Plus de 600 professions bénéficient d’une retraite à 50 ans, avec une pension correspondant à 95 % du salaire de la dernière année, en raison de leur caractère « ardu et périlleux ». Ces professions englobent les pâtissiers, les animateurs de radio, les coiffeurs et les masseurs des bains turcs.

6.    Les déclarations d’impôts sont rédigées par les contribuables eux-mêmes, et sont rarement vérifiées. Ainsi, seules 5.000 personnes sur un pays de 12 millions d’habitants admettent gagner plus de 100.000 euros annuels. Or, plus de 60.000 foyers grecs détiennent pour plus de 1 million d’euros d’investissements, sans parler des montants investis à l’étranger. Beaucoup de contribuables grecs affirment ne gagner que 12.000 euros annuels, même lorsqu’ils possèdent des bateaux, des résidences secondaires sur des îles grecques et des propriétés à l’étranger.

7.    Lorsque le percepteur s’en agace, ils lui remettent une « fakelaki », une enveloppe contenant des espèces destinées à corrompre le fonctionnaire complaisant. Il existe même une sorte de tarif informel qui va jusqu’à 10.000 euros pour les foyers les plus riches. Il se dit que la famille grecque paye en moyenne 2.000 euros par an, en pots de vin, aux fonctionnaires complaisants de l’Etat !

8.    Les grands armateurs grecs, les plus riches de Kifissia (banlieue riche d’Athènes), sont exonérés d’impôts, en raison des bénéfices qu’ils sont supposés apporter au pays. Mais les chantiers navals sont maintenant vides, seules 500 personnes restent pour entretenir les navires des compagnies maritimes déclinantes.

9.    Seulement 300 résidents de cette même Kifissia ont admis détenir une piscine. Le vrai chiffre est estimé à 20.000 piscines

10.  Au total, les évasions fiscales coûteraient au pays la somme de 45 milliards d’euros à l’année

Conclusion amère du Daily Mail

« Après avoir livré bataille avec la police antiémeute qui a fait usage de gaz lacrymogènes pour les disperser, des milliers de manifestants campent toujours sur la place en attendant le vote des politiciens grecs de la semaine prochaine qui doit statuer sur les mesures d’austérité imposées par l’Europe. Pourtant, ces manifestants devraient retourner leur colère contre leur pays, contre ces Grecs qui se sont damnés pendant des années pour dénier à leur État les sommes qu’ils lui devaient. »,

Merci au « Clan »…

Source: http://tinyurl.com/3h5shl4

24/10/2011

Trop, c’est trop! Encore un chauffeur de bus victime de la racaille !

On va finir par les armer, les chauffeurs de bus, les contrôleurs dans les trains! Quand il y a « tentative de meurtre », commme dans ce cas, il faut qu’il y ait « légitime défense »! Sauver sa peau, c’est un réflexe naturel… C’est l’instinct de survie. Surtout dans ce genre de criminalité barbare et gratuite.

Ces types au service du public sont de plus en plus victimes d’agressions de la part de la racaille, quand il n’y laissent pas leur peau… Ca commence à bien faire. L’insécurité gagne encore plus de terrain. Une seule solution, désormais: la riposte. Comme la prévention ne fonctionne pas…

FDF

.

« Alors que les socialistes ont choisi leur candidat François Hollande dimanche soir, vingt-quatre heures plus tôt, c’est un chauffeur de la RATP qui a été choisi comme victime par des délinquants masqués, à Asnières. Son bus a été attaqué et incendié aux Courtilles, avant que les malfaiteurs ne s’en prennent à cet agent RATP pour l’asperger d’essence mais, heureusement, sans parvenir à l’enflammer.

Cet évènement intervient après une série d’atteintes à la sécurité de nombreux de nos citoyens à Asnières, notamment après l’agression d’un autre chauffeur de bus, le 2 août 2011, qui s’était fait tabassé par une dizaine de jeunes délinquants, à la gare routière d’Asnières. A la suite de ces deux évènements, les lignes de bus ont été détournées provisoirement de leurs trajectoires habituelles.
C’en est trop !

Les Français en ont assez de vivre dans cette insécurité. Les Asniérois en ont assez d’avoir peur à chaque fois qu’ils sortent de chez eux. Désormais plus aucun quartier d’Asnières n’est épargné, puisque de nombreux citoyens se plaignent d’agressions à répétition, même dans des quartiers réputés calmes. Il faut inverser le camp de la peur. Il faut agir enfin. Qui peut croire aux mensonges du maire d’Asnières, ou de monsieur le président de la République, lorsqu’ils prétendent faire baisser les chiffres de l’insécurité ? Leurs chiffres ne baissent que sur leurs papiers, mais en réalité, ce sont de plus en plus de Français qui souffrent de cette inaction totale, tant de la part du gouvernement actuel que de notre maire local. Peut-on croire que le PS fera quelque chose, puisqu’aucun des deux finalistes à la primaire socialiste n’a ne serait-ce qu’évoqué le sujet de l’insécurité ?

Il faut en finir avec l’impunité totale des délinquants, même s’ils sont jeunes. La jeunesse n’excuse pas tout. Il faut donner les moyens à la police d’agir, et cesser de supprimer des postes de policiers comme le fait Nicolas Sarkozy depuis son arrivée au pouvoir ( – 16.000 policiers et gendarmes). A la justice de condamner et de faire exécuter les peines (plus de 80.000 peines de prison non purgées). Il faut condamner puis, une fois la peine purgée, expulser les criminels étrangers, et condamner sans faiblesse les nationaux. Il faut que la République reprenne le pouvoir dans tous ses quartiers. Les Français doivent à nouveau pouvoir sortir de chez eux sans crainte. Ils doivent être en sécurité partout en France. Car la sécurité est la première des libertés… »


Source: http://www.nationspresse.info/

01/09/2011

La secte des fatigués…

Repris d’après un texte venu d’on ne sait où. Mais oh combien réaliste…

FDF

.


« J’ai 75 ans.. J’ai travaillé, à l’école d’abord, pas trop mal ; puis comme officier dans cette armée française qui a été tant vilipendée par la gauche et méprisée par la droite jusqu’à ce jour de 1981 où Mr Mitterand a été élu président de la république, jour globalement funeste à mon sens, mais qui a eu au moins l’avantage d’amener un peu de raison dans la tête de ses partisans et calmer leur antimilitarisme inné. Ne m’étant pas engagé pour faire fortune, je me suis contenté de la solde versée par la République et, si je n’ai pas toujours vécu confortablement, je n’ai globalement pas été matériellement malheureux. Les semaines de travail étaient longues sans « 35 heures ni RTT » ; sans même évoquer les nombreuses charges diverses de service, non compensées pendant très longtemps. C’était comme ça ; peu s’en plaignait vraiment.Je n’ai pas hérité de biens substantiels ; ma position professionnelle et sociale ne m’a pas été donnée non plus ; j’ai travaillé pour ça. Au soir de ma vie, je suis fatigué.

Je suis fatigué de m’entendre dire que je dois partager ce que j’ai avec des gens qui n’ont pas mon éthique de travail.. Fatigué de constater qu’en permanence nos gouvernements, de quelque bord qu’ils soient, me prennent de l’argent pour donner à des gens trop paresseux pour travailler, ou même qui sont des étrangers normalement sans aucun droit d’être ici, et qui gagnent plus ici en ne faisant rien que chez eux en travaillant.

Je suis fatigué d’entendre dire qu’il y a de plus en plus de familles surendettées dont je dois payer les dettes parce qu’elles n’ont pas eu le bon sens d’adapter leurs dépenses à leurs ressources, et que l’état, au siècle de l’informatique, n’a pas été capable d’imposer un contrôle a priori des emprunts sollicités, ce qu’un simple croisement des fichiers permettait de faire, depuis longtemps. Bien sûr je veux bien aider ceux que le sort a brutalement frappés : chômage, maladie grave… .. Mais ce n’est pas le cas de la majorité des personnes concernées.

Je suis fatigué de m’entendre rappeler combien la France va mal, par la faute bien sûr de la droite, par des socialistes (ou apparentés) millionnaires comme Mrs Fabius, Strauss-Kahn (avant la chute), Noah, Berger, Mmes Aubry, Royal,Bouquet, Balasko etc…, et fatigué de recevoir des leçons des mêmes, qui appellent de leurs vœux une France ouverte à tous alors que tant d’entre eux résident à l’étranger pour ne pas payer leurs impôts en France. Dans 20 ans ou 30 ans, si on continue à les suivre comme on le fait déjà, nous aurons l’économie d’un pays sous développé, la liberté de la presse de la Chine, la violence de la Colombie, et la même tolérance vis à vis des Chrétiens et des Juifs que l’Iran. Je suis fatigué du comportement hégémonique des syndicats qui ne représentent pas grand monde mais n’hésitent pas à paralyser tout le pays pour satisfaire des intérêts purement corporatistes, pour beaucoup hors du temps, sans strictement aucun souci du bien de la collectivité.

Je suis fatigué d’entendre dire que l’Islam est une religion de paix quand à longueur d’année on m’apprend les meurtres perpétrés pour « l’honneur familial », les égorgements publics, les émeutes déclenchées sous le moindre prétexte, les attentats meurtriers perpétrés là où le maximum d’innocents peut être tué. Je suis fatigué que dans les mosquées installées chez nous on prêche la guerre sainte ordonnée par Allah, guerre qui aura l’avantage de sauver l’âme du Juif ou du Chrétien, assassiné parce qu’il ne « croit pas », en même temps qu’elle sauvera celle de son assassin ; pourquoi se priver dans ces conditions. Je suis fatigué que l’on tolère la transformation insidieuse de ma civilisation sous les coups d’une autre qui ne la vaut pas ; fatigué d’entendre des socialistes (encore eux) envisager l’apprentissage de l’Arabe aux professeurs des écoles pour faciliter les contacts avec les enfants de l’immigration qui ne trouvent pas notre société à leur goût et en refusent même l’histoire. Fatigué de voir que l’apprentissage du Français, qui est la langue donc le ciment de la nation depuis François 1er, devient une exigence secondaire que l’immigrant n’a plus le devoir d’apprendre devenant non plus un immigrant mais un colonisateur. Je suis fatigué que l’on me prône les vertus de la diversité alors qu’elle dissout la nation, et qu’en son nom on en arrive à ériger en système la discrimination positive qui fait que le particularisme racial, religieux ou social suffit à compenser les insuffisances individuelles, créant ainsi une injustice vis à vis des individus « ordinaires ». Je suis fatigué que notre tolérance vis à vis des autres cultures nous amène à considérer comme normal que l’Arabie Saoudite finance chez nous des mosquées, où l’on prêche la haine de l’Occident, avec les subsides qu’elle tire du pétrole que NOUS Occidentaux avons découvert et mis en exploitation, et que NOUS lui achetons, alors qu’elle proscrit sur son sol la construction d’églises et synagogues.

Je suis fatigué d’entendre à longueur de temps que je dois diminuer mes émissions de CO2 parce que c’est « bon pour la planète », alors que la Chine inaugure deux à trois centrales thermiques par mois, que l’Allemagne, qui émet déjà deux fois plus de ce gaz que nous par habitant parce qu’elle refuse le « nucléaire », va augmenter ses émissions car il faut bien compenser les défaillances des éoliennes quand il n’y a pas de vent c’est à dire environ les deux tiers du temps.

Je suis fatigué de m’entendre dire que notre tradition d’asile nous oblige à accepter tous les miséreux de la planète et à payer pour eux, même quand ils sont clandestins ou n’ont jamais travaillé ni cotisé un centime chez nous ; et je suis encore plus fatigué de constater que nos personnages politiques, de droite comme de gauche, trouvent apparemment ça très bien puisqu’ils ne font rien pour y remédier quand ils sont au pouvoir, ou approuvent quand ils sont dans l’opposition. Je suis fatigué d’entendre tous ces gauchistes, pas tous extrêmes, ces affidés de tous les « SOS racismes » que ne concerne pas le racisme anti blanc, tous ces journalistes angéliques, pratiquer la culture systématique de l’excuse pour tout comportement anti social, anti national, anti Chrétien ou anti Juif, souvent très violent, et réclamer toujours plus de traitement social des conditions de vie de la canaille, en oubliant que s’ils sont chez nous c’est que leur sort leur paraissait meilleur que chez eux où ils se garderaient bien de retourner, et où ils n’oseraient pas brûler les voitures par centaines chaque année de crainte de représailles du même niveau que leur démence, que nous, nous subissons et tolérons. Je suis fatigué de tous ces discours qui cherchent à me convaincre que mon pays n’a jamais rien fait de bien dans le passé, qu’il doit s’excuser de tout, de l’esclavage, du colonialisme, des guerres napoléoniennes, de son passé judéo-chrétien, des croisades (en oubliant que l’Islam conquérant les avait devancées de quatre siècles). Je suis fatigué des Français je crois ; prétentieux, hâbleurs, naïfs mais donneurs de leçons, égoïstes, assez lâches et finalement pas sérieux. Par contre je suis heureux d’avoir 75 ans. Je ne verrai pas le monde que nous préparons consciencieusement par veulerie. Mais je plains sincèrement mes descendants. »

09/08/2011

10 indices pour comprendre comment la Grèce en est arrivée là …

Qui nous fera déduire que la France n’est pas à l’abri de se trouver dans la même situation. Mêmes causes, mêmes gaspillages ou abus fiscaux, donc même dégringolade; à plus ou moins long terme… On a « prêté » des sommes astronomiques à la Grèce pour se sortir de cette faillite. Mais quand viendra notre tour, QUI nous aidera? Personne.

La Grèce l’a jouée « bling bling ». On voit ce que ça donne…

FDF

Intéressant …

Economie 27 juin 2011 par Mylène Vandecasteele

Dans un article très sévère pour la Grèce, le Daily Mail a énuméré quelques uns de ces gaspillages ou abus fiscaux contre lesquels le gouvernement de Papandreou tente de lutter : 

 1. Le métro d’Athènes est climatisé et offre des écrans plasma pour distraire les voyageurs. Et il est gratuit pour les cinq millions d’habitants de la capitale. Plus exactement, il ne l’est pas, mais comme il n’y a pas de barrière pour empêcher les usagers sans ticket de passer, rares sont les passagers qui se soucient d’acheter leur billet. C’est le contribuable européen qui a payé le métro athénien qui a coûté près de 1,7 milliard d’euros. 

2. Le salaire moyen des employés de la compagnie nationale ferroviaire grecque est de 70.000 euros, ce qui englobe les ouvriers et les agents de nettoyage des trains, et qui représente le triple des employés du secteur privé grec. 

3. Par ailleurs, le chiffre d’affaires annuel de cette compagnie est d’environ 90 millions d’euros, pour une masse salariale de près de 575 millions d’euros annuels, ce qui a même fait ironiser un politicien grec qui a remarqué qu’il eut mieux valu payer des taxis privés pour les déplacements des passagers

4. En une décennie, la masse salariale du secteur public a doublé. 

5. Plus de 600 professions bénéficient d’une retraite à 50 ans, avec une pension correspondant à 95% du salaire de la dernière année, en raison de leur caractère « ardu et périlleux ». Ces professions englobent les pâtissiers, les animateurs de radio, les coiffeurs et les masseurs des bains turcs. 

6. Les déclarations d’impôts sont rédigées par les contribuables eux-mêmes, et sont rarement vérifiées.
Ainsi, seuls 5000 personnes sur un pays de 12 millions d’habitants admettent gagner plus de 100.000 euros annuels. Or, plus de 60.000 foyers grecs détiennent pour plus de 1 million d’euros d’investissements, sans parler des montants investis à l’étranger. Beaucoup de contribuables grecs affirment ne gagner que 12.000 euros annuels, même lorsqu’ils possèdent des bateaux, des résidences secondaires sur des îles grecques et des propriétés à l’étranger. 

7. Lorsque le percepteur s’en agace, ils lui remettent une « fakelaki », une enveloppe contenant des espèces. Il existe même une sorte de tarif informel qui vont jusqu’à 10.000 euros pour les foyers les plus riches (il se dit que la famille grecque moyenne paye 2.000 euros par an). 

8. Les grands armateurs grecs, les plus riches de la banlieue riche de Kifissia, sont exonérés d’impôts, en raison des bénéfices qu’ils sont supposés apporter au pays. Mais les chantiers navals sont maintenant vides, seules 500 personnes restent pour entretenir les navires des compagnies maritimes déclinantes. 

9. Seulement 300 résidents de la Kifissia (une banlieue riche d’Athènes) ont admis détenir une piscine.
Le vrai chiffre est estimé à 20.000

10. Au total, ces évasions fiscales coûteraient au pays la somme de 45 milliards d’euros à l’année. 

« Après avoir livré bataille avec la police anti-émeute, qui a fait usage de gaz lacrymogènes pour les disperser, des milliers de manifestants campent toujours sur la place en attendant le vote des politiciens grecs de la semaine prochaine qui doit statuer sur les mesures d’austérité imposées par l’Europe.
Pourtant, ces manifestants devraient retourner leur colère contre leur pays, contre ces Grecs qui se sont damnés pendant des années pour dénier à leur Etat les sommes qu’ils lui devaient. », conclut  amèrement le Daily Mail 

Est-il besoin de rappeler que la Grèce a un gouvernement socialis…ssss…ste.
Et ben quoi ?   

18/07/2011

« LE COMMUNISME, c’est une des seules maladies graves qu’on n’a pas expérimentée sur les animaux. » Coluche.

De quoi lire; et réfléchir…

FDF

.

Avec les prémices de la campagne pour les présidentielles refleurissent en cet été frémissant, tels les droseras affamés dans les tourbières, les concepts épouvantails, les bûchers de l’Inquisition et les procès en sorcellerie. Vidée de sens et remplie de haine, l’accusation d’ « extrémisme de droite » est ainsi à nouveau largement utilisée pour brocarder de façon systématique tous ceux qui se situent en dehors du champ des « partis de gouvernement », bien loin donc du Fouquet’s et du Sofitel… donc extrêmement populistes, extrêmement populaires, extrêmement

Du côté des perdants toujours, les familles européennes dont le modèle de vie est dévalorisé et dont les difficultés à se loger et à trouver de bonnes écoles pour leurs enfants sont amplifiées par l’africanisation et l’islamisation.

La majorité invisible, les autochtones, les Français de souche sont les victimes de la situation.

Ils souffrent de discrimination négative et subissent un processus de domestication.

Ils ont perdu leur souveraineté, ils n’ont pas la possibilité de s’exprimer utilement par référendum.

Les hommes politiques qui les gouvernent ne sont pas des hommes d’Etat mais des médiagogues qui gèrent leur carrière

en flattant les médias et en se soumettant à l’idéologie unique.

Face à l’inacceptable, il faut trouver la voie d’une nouvelle dissidence.

Rubrique : Politique / A La Une

Le : 08 Juillet 2011

« Extrême droite »… de l’art de cultiver « une marque épouvantail »

Avec les prémices de la campagne pour les présidentielles refleurissent en cet été frémissant, tels les droseras affamés dans les tourbières, les concepts épouvantails, les bûchers de l’Inquisition et les procès en sorcellerie.
Vidée de sens et remplie de haine, l’accusation d’ « extrémisme de droite » est ainsi à nouveau largement utilisée pour brocarder de façon systématique tous ceux qui se situent en dehors du champ des « partis de gouvernement », bien loin donc du Fouquet’s et du Sofitel… donc extrêmement populistes, extrêmement populaires, extrêmement ordinaires.

Des mots inquiétants…

Il convenait de s’arrêter, l’espace d’un instant, sur cet étrange et vieux réflexe afin d’imaginer (ou tout au moins tenter à nouveau de le faire) la réponse qui doit lui être opposée.

Tout d’abord un passage obligé : le bref rappel historique qui contextualise mais n’instruira pas grand monde. La formule « extrême droite » est née au milieu du XIXe siècle dans les tabernacles d’une gauche fustigeant par ces mots inquiétants l’antiparlementarisme et la nostalgie de l’Ancien Régime. Nous le retrouverons bien plus tard pour qualifier les antidreyfusards, puis le défilé du 6 février 1934 qui comprenait pourtant des ligues d’horizons bien différents, depuis les Camelots du Roi jusqu’à l’Association des anciens combattants communistes !

Les deux partis phares de la collaboration, le PPF (Parti populaire français) et le RNP (Rassemblement national populaire) respectivement dirigés par Jacques Doriot (issu de la SFIO !) et Marcel Déat (issu du Parti communiste !) furent étrangement tatoués à la Libération de cette estampille sulfureuse alors même que les mouvements plus ou moins issus de « l’extrême droite » du cru XIXe s. (L’Action française de Charles Maurras ou les résistants Croix de Feu du colonel de La Rocque) avaient pour leur part assez clairement marqué leur distance avec Vichy et l’occupant.

Pas un mot sur les origines intellectuelles du national-socialisme né à l’évidence dans les éprouvettes fumeuses d’une certaine gauche. Pas un mot sur certains socialistes (parfois lumineux bien que loin des Lumières) : Proudhon, Sorel, Barrès, Vacher de Lapouge, qui ont mis, sans le vouloir vraiment, leur grain de sel à ce grand bouillon d’avant-guerre.

Tout cela fut étonnamment et définitivement « packagé » sous l’horrible et sanguinolente enseigne « d’extrême droite ». L’ombrelle diabolisante sera, bien entendu, à nouveau utilisée lors de la guerre d’Algérie pour qualifier l’OAS et la mouvance nationaliste de l’époque.

Avec le renouveau du nationalisme dès la fin des années 1970 et ses deux ou trois casseroles aux couleurs lessivées de l’Algérie française et aux sonorités un brin CIDUNATI, nous devions nous attendre (bien qu’il n’y ait pas eu de filiation véritablement établie) à une nouvelle et puissante expression de « l’art de cultiver la marque épouvantail ». Nous n’avons pas été déçus ! Et nous ne retracerons pas ici – les bons ouvrages existent sur le sujet – tout l’historique des campagnes de diabolisation auxquelles se sont ralliés, par ailleurs, la plupart des hommes politiques et intellectuels par facilité et conformisme, parfois même à leurs dépens.

Raviver le Diable, c’est mettre le Purgatoire sous pression…

La réalité qui doit être enfin posée est que ce processus est pour la gauche une prodigieuse machine à dominer le monde des idées en lui assurant de façon récurrente une redoutable capacité à choisir ses adversaires. Raviver le Diable, c’est mettre le Purgatoire sous pression et désigner le Diable, c’est procéder à l’exclusion du débat démocratique, à l’excommunication d’une partie de ses opposants. On ne discute pas avec le Diable ! Climat de délation, manichéisme, vigilance sur les dissidences, pensée sous préservatif… tout le paysage politique de droite s’est ainsi retrouvé piégé par les nouveaux Grands Inquisiteurs. Tout le paysage, car lorsqu’est prononcée la terrible formule « extrrrême drrroite », que l’on croirait sortie de la gueule d’un berger allemand en colère un soir de novembre à Birkenau, est lâché du même coup le mot « drrroite » ; en filigrane, dans la droite en général se profilerait la possibilité d’une dérive droitière voire ultra droitière donc diabolique (la vision d’un monde ultra bourgeois ou bien d’un monde fascisant serait en gestation chez ces gens de droite finalement réactionnaires et, au bout du compte intellectuellement peu fréquentables).

Nous sommes bien loin de la douceur et des cimes humanistes vers lesquelles nous propulse le circonflexe de la Gôôôche !

Au-delà des chiens de garde institutionnels et des procès d’intention caricaturaux et sectaires à la Caroline Fourest, attardons-nous sur des exemples moins grossiers mais tout aussi pernicieux. Ainsi la thématique du mariage gay brandie à présent par « les forces de progrès » peut faire partie de ces régénérateurs insidieux de la « marque-épouvantail ». En cherchant à officialiser et sacraliser ce qui mérite tout au plus un « droit à l’indifférence » sont créées les conditions de l’amalgame, toute opposition à cette revendication étant susceptible d’être vécue comme l’expression d’une certaine homophobie, penchant révélateur d’une dérive droitière latente. Le piège est tendu. Il n’y a plus qu’à attendre que les « extrémistes » de tout poil ou les « assimilés » maladroits mais bien à droite façon Brigitte Barèges s’y prennent les pieds.

La gauche a plus à gagner de ce type de régénération que de la cause elle-même qui pourrait bien, du reste, ne pas trouver l’écho escompté.

Ce drapeau que nous tend l’adversaire…

Comment, dès lors, se situer à partir d’un vocabulaire galvaudé, truqué, manipulé, au service du jihad de la bien-pensance gauchiste ? Comment accepter en guise d’étendard le drapeau que vous tend, narquois, l’adversaire !?

L’accepter par facilité de langage ou provocation n’est pas la solution : la provocation c’est, certes, la garantie de trouver un fonds de commerce mais c’est aussi la certitude de demeurer dans une niche.

Imaginons un instant une entreprise apposant sur ses produits une marque généreusement concoctée puis cédée gracieusement par son principal concurrent !

Une marque repoussoir est définitivement disqualifiée, disqualifiante, dégradante, déshumanisante. Dire de quelqu’un qu’il est « d’extrême droite » doit être désormais considéré comme une injure et devrait valoir et justifier à ce titre dès que possible une plainte en justice au même titre que l’injure « raciste ».

« Droite », « Nouvelle Droite », « Extrême Droite » sont des mots grillés dès le départ, inventés ou cultivés par l’adversaire, constamment détournés et massacrés. L’un des essais les plus brillants et décapants du XXe siècle, l’excellent Vu de droite d’Alain de Benoist salué par l’Académie française, ne venait pas de l’extrême droite pas plus d’ailleurs que de la droite ; une seule chose lui aura fait défaut : un bon titre. Car en exprimant ainsi une vision du monde au-delà de la gauche, les instruments de torture étaient offerts avec l’ouvrage à la Police de la pensée qui dès lors n’avait même plus à s’attarder sur son contenu. Nouvelle Droite, un rejeton de l’hydre enfin disponible pour relancer l’ affaire.

Comme le remarque François Bousquet : « La Nouvelle Droite est une marque déposée, mais l’initiative n’en revient curieusement pas à ses pères fondateurs ».

Se réapproprier ce que l’on est vraiment : vivent les néologismes !

Voilà donc une remarquable entreprise de marketing idéologique menée de longue date avec une constance étonnante, un terrorisme intellectuel terriblement efficace se régénérant sans cesse, qui contraint ceux qui aujourd’hui représentent une certaine avant-garde aux antipodes de l’antiparlementarisme, porteurs d’une vision du monde alternative, d’un souffle démocratique véritable et d’un sentiment d’appartenance profondément enraciné, à inventer de nouveaux mots : les mots de l’intelligence après la gauche. Identitaires, nouveaux résistants, différentialistes, éco-localistes, néo-européens, euro-protectionnistes, ou, plus intello : post-modernes ou archéofuturistes, intéressant, pas totalement satisfaisant… Il y a encore beaucoup de place au tableau pour les orages d’esprit les plus créatifs. L’heure est à la production de concepts nouveaux pour nous réapproprier ce que nous sommes vraiment et le faire savoir.

Loin des phonèmes piégés, les néologismes peuvent avoir cette incroyable capacité à montrer le monde tel qu’il vient de surgir, tel qu’il a toujours été et à préfigurer ce qu’il pourrait être.

J.H. d’Avirac
6/07/2011

Voir aussi :

Dictionnaire de Novlangue
Dictionnaire de la réinformation
Marine Le Pen entre diabolisation, normalisation et banalisation
Petite histoire des campagnes de diabolisation

Correspondance Polémia – 8/07/2011

J.H. d’Avirac

25/06/2011

Cécile Duflot face à Marine Le Pen: une harpie verte !

On se demande bien si Cécile Duflot était venue au nom d’ Europe-Ecologie à cette émission. En tout cas, rien dans son « discours » ne l’a laissé paraître. Elle était venue cracher sur Marine Le Pen et le Front National. Et elle est repartie certainement soulagée d’avoir vomi des propos haineux stériles et se taper un confit de porc à l’abri du regard de ses potes muzz… Marine, elle, avait gagné le match.

Christine Tasin nous donne sa version des faits. Voir les commentaires dans le lien. Pas triste…

FDF

Equipe de choc…

******************************************************************************************************************************************************************************

Cécile Duflot adore le halal mais ne supporte pas la corrida… Cela étonne encore quelqu’un ?

Celle qui n’ose pas dire aux journalistes que son plat préféré est le confit de porc pour ne pas choquer un possible électorat musulman a confirmé une fois de plus son visage de Janus hier soir, sur France 2, face à Marine le Pen.  

Face à la future candidate du Front National, souriante, calme, blindée d’arguments et d’exemples pour répondre aux questions insidieuses de ses intervieweurs, l’hystérie de Cécile Duflot est apparue, par comparaison, en pleine lumière.  Incapable d’écouter, déterminée à accuser Marine Le Pen de tous les maux et, surtout, sans argument, de  xénophobie, la secrétaire d’Europe Ecologie a fait en quelques minutes la preuve du danger qu’elle-même et son parti (allié des socialistes…) fait courir à la France :

S’inquiéter de l’immigration  et de ses conséquences pour le Français moyen ? xénophobie pour celle qui a honte d’aimer le confit de porc…

La crise grecque et le dépeçage de ce pays par les spéculateurs et autres fonds de pension ? Aucun problème, il suffit de supprimer l’armée grecque, qui comme chacun sait  est ce qui coûte le plus cher à la nation pour celle qui a honte d’aimer le confit de porc… Il faut dire qu’ainsi la Turquie pourrait ainsi plus facilement passer de Chypre nord à Chypre sud et à quelques petites îles grecques, ce qui ne déplairait sans doute pas aux écologistes, ces ennemis des nations européennes qui ne jurent que par l’entrée de la Turquie en Europe !   Tant il est important de désarmer l’Europe pour permettre aux armées mahométanes qui ne disent pas leur nom de nous conquérir !    

Ne sortir du nucléaire que lorsqu’on sera sûrs d’avoir une solution alternative crédible qui  évite aux Français d’être dépendants et de voir flamber leurs dépenses d’électricité ? Un scandale aux yeux de celle qui a honte d’aimer le confit de porc… puisque selon elle il suffirait que les Français abandonnent leurs voitures pour ne plus utiliser que vélos et transports en commun, qu’ils se contentent de 15 degrés dans leur appartement afin que tout le pétrole disponible soit réservé au transport des marchandises venues du monde entier qui nous inondent et, accessoirement, aux 50 millions d’immigrés de plus en Europe que Bruxelles appelle de ses vœux… Plus européiste que Duflot et son âme damnée Cohn-Bendit tu meurs.

Remettre en question le halal avec son corollaire inévitable, la souffrance des animaux égorgés ? Pas question pour celle qui a honte d’aimer le confit de porc, elle refuse même d’en parler, des fois que quelques électeurs musulmans le prennent mal ; par contre ces imbéciles de Français qui ont le mauvais goût de vouloir conserver leur tradition  locale, la corrida, il faut leur faire violence !

Et on sentait sans cesse, d’ailleurs, la haine suinter du visage de celle qui a honte d’aimer le confit de porc. Haine de celui (et tout particulièrement de Marine le Pen) qui ne pense pas comme elle. Haine de celui qui ose demander de l’ordre et de la rigueur. Haine de celui qui ose dire qu’un Français doit avoir des droits que n’a pas un étranger  (à quoi bon sinon être citoyen et avoir les devoirs que n’ont pas les étrangers comme la défense de la patrie et l’obligation de faire partie des tribunaux populaires, entre autres ?).

Finalement, la fin, surréaliste, du dialogue entre les deux femmes, résume à elle toute seule leurs antagonistes et montre qui aime vraiment la France et les Français. Cécile Duflot faisant une fixation ahurissante sur la légalisation du cannabis et Marine le Pen lui rétorquant que la situation en France et en Europe était trop préoccupante pour que l’on perde du temps à débattre sur ce point, d’autant plus que les exemples des pays qui ont dépénalisé le cannabis sont fort inquiétants… Le seul argument de Cécile Duflot étant que l’Etat, comme l’a plaisamment traduit la candidate du FN, devienne dealer et gère le trafic de drogue, on a compris quelle société libertaire et totalitaire à la fois voulaient les schizophrènes d’Europe Ecologie : tous les droits aux camés et aux étrangers, en situation irrégulière de préférence et tous les interdits pour les patriotes, qu’ils soient français d’origine ou immigrés assimilés, sommés de renoncer à leurs valeurs, à leurs coutumes, à leur voiture, à leur chauffage, à leur drapeau…

La bête immonde est là, elle nous menace, elle est l’alliée des socialistes, elle s’appelle Europe-Ecologie.          

Source: http://christinetasin.over-blog.fr/article-cecile-duflot-adore-le-halal-mais-ne-supporte-pas-la-corrida-cela-etonne-encore-quelqu-un-77681557-comments.html#anchorComment

17/06/2011

Votez Socialiste !!!

Pourquoi? Tout simplement pour ce qui suit, à voir en PPS… On y évoque les élections régionales. Mais il n’y en aura plus… Pas grave; c’est valable pour toutes les autres élections qui nous attendent dès l’an prochain… Je vous parle pas de référendum; nous sommes en France. Et quand il y en a un, « on » n’en tient même pas compte  (2005: l’Europe)…
FDF

.

Là: Votez-socialiste-hur-

15/05/2011

Le PS dans « ses petits souliers »: DSK interpellé pour une agression sexuelle !

Et encore un scandale!

Mal barré pour la présidentielle, DSK; il les accumule. Déjà, le « coup de la Porsche ». Cette affaire va faire celles de François Hollande, je pense. La mère Aubry a le devoir de rester aux commandes jusqu’aux primaires, au moins. Quelqu’un va oser le blanchir, cette fois? Vaudrait mieux pas, je pense…

FDF

« Que s’est-il passé samedi dans la chambre 2806 de l’hôtel Sofitel New York situé au 45 West 44th Street, à Manhattan, près de Times Square ? Une femme de ménage de 32 ans a porté plainte pour une agression sexuelle dont elle aurait été victime, vers 13 h ce jour là, dans cette chambre. Or, selon elle, son agresseur présumé ne serait autre que Dominique Strauss-Kahn, 62 ans, actuel directeur du FMI et candidat pas encore tout à fait déclaré du Parti socialiste à la présidentielle de 2012. 

Deux tentatives d’agression selon la plaignante
Selon le porte-parole du ministère, Paul J. Brown, cité par le New York Times, l’occupant de la chambre d’hôtel serait sorti nu de la salle de bain alors que la femme de ménage, qui pensait la chambre inoccupée, s’y trouvait. L’homme aurait alors tenté de l’agresser sexuellement, la poussant sur le lit. Il aurait fait une deuxième tentative dans le couloir de la salle de bain alors qu’elle cherchait à s’enfuir, ont précisé les autorités américaines 

Le téléphone portable de DSK retrouvé dans la chambre d’hôtel
La jeune femme aurait réussi à prévenir les secours. Elle aurait été prise en charge pour de légères blessures et transportée à l’hôpital Roosevelt. Après enquête, la police de New York, qui aurait retrouvé dans la suite des effets personnels de Dominique Strauss-Kahn ainsi que son téléphone portable, a décidé d’interpeller l’homme politique. Ce dernier a été arrêté par des agents de l’autorité portuaire de New York et du New Jersey à l’aéroport Kennedy alors qu’il se trouvait seul à bord du vol 23 de la compagnie Air France en direction de Paris, 10 minutes avant le décollage. Il a été conduit, non menotté, dans les locaux du commissariat de Harlem (nord de Manhattan) où il est toujours entendu. 

DSK devrait plaider non coupable selon son avocat
Selon la police de New York, Dominique Strauss-Kahn pourrait être inculpé pour « agression sexuelle, séquestration de personne et tentative de viol ». Son avocat Benjamin Brafman a indiqué à l’agence Reuters que son client plaiderait non coupable.

Dominique Strauss-Kahn devait rencontrer aujourd’hui la chancellière allemande Angela Merkel à Berlin. Il devait également participer à une réunion des ministres des Finances de la zone euro demain à Bruxelles.

DSK cible d’attaques
L’annonce de cette interpellation intervient à un bien mauvais moment pour le parti socialiste. DSK, qui ne s’est toujours pas déclaré pour la candidature à la présidentielle de 2012, est en effet le favori des sondages depuis plusieurs semaines déjà. Mais le directeur du FMI fait aussi l’objet de nombreuses attaques, concernant notamment son train de vie et son patrimoine familial. Des attaques auxquelles il a décidé de répliquer pas plus tard que vendredi dernier en annonçant qu’il allait porter plainte contre le quotidien France Soir pour publication de fausses informations. 

Rappelons aussi que Dominique Strauss-Kahn avait fait l’objet en 2008 d’une enquête interne au sein du FMI à la suite d’une relation extra conjugale avec une ex-responsable du département Afrique. Il avait alors été blanchi, mais le FMI lui avait reproché une « grave erreur de jugement ».  « 

  Source: http://www.letelegramme.com/

18/04/2011

Résultats des législatives en Finlande: que du bonheur !!!

Et encore une victoire, une !!!

Ils n’ont pas fait mieux que le Front National, mais leurs résultats leur permettent d’obtenir une reconnaissance et une notoriété certaine…  Pas comme en France où la législation met volontairement d’immenses barrages au parti de Marine Le Pen et continue la stigmatisation, malgré les probants résultats des dernières cantonales. Mais ça va bientôt changer, tout ça…

Marine; vite !

FDF

.

Percée nationaliste aux législatives finlandaises

Le parti eurosceptique Vrais Finlandais arrive en troisième position au coude-à-coude avec les socialistes et les conservateurs, qui s’imposent de justesse. Un changement de premier ministre doit avoir lieu.

Les résultats des législatives de dimanche en Finlande sont extrêmement serrés : les conservateurs se sont imposés de justesse devant les socialistes et les nationalistes qui réalisent une percée historique, selon le décompte final des votes publié par la commission électorale. Sur les 200 sièges du Parlement à pourvoir, la commission électorale en a octroyé 44 à la Coalition nationale (conservateurs), 42 au parti social-démocrate (SDP) et 39 aux Vrais Finlandais (droite nationaliste). La Coalition nationale a recuilli 20,4% de suffrages, le SDP 19,1% et les Vrais Finlandais 19,0%.

Cela constitue une énorme percée pour Vrais Finlandais, qui ne comptaient que six sièges dans la précédente assemblée. «C’est un changement historique», s’est déjà félicité leur chef Timo Soini.

Une déroute pour l’actuel premier ministre



Relégué à la position de quatrième force politique du pays, le parti Centre du premier ministre Mari Kiviniemi, apparaît déjà comme le grand perdant du scrutin, avec des résultats en baisse d’un quart par rapport au scrutin de 2007. «Cela ressemble une défaite écrasante pour nous», a reconnu Mari Kiviniemi, qui devrait quitter son poste. Le chef du parti conservateur, Jyrki Katainen, fait figure de potentiel successeur. S’il devient premier ministre, il devra donc constituer un gouvernement de coalition, y compris avec le SDP qui reviendrait aux affaires. Prudent, il a jugé dimanche soir qu’il était prématuré de commenter les résultats.

Le scrutin a été marqué par la forte progression de Vrais Finlandais, dont les thèmes anti-immigration et anti-euro ont dominé la campagne électorale. La formation de Timo Soini refuse que la Finlande participe au renflouement des pays «dilapidateurs» de la zone euro qu’il faut aider comme l’Irlande, la Grèce et le Portugal. De son côté, le SDP souhaite des modifications dans le financement de l’aide à ces pays.

Pour le moment, la Finlande a accepté de garantir huit milliards d’euros dans le Fonds européen de stabilité financière, dans lequel les membres de la zone euro se sont engagés à en garantir un total de 440 milliards. Mais cette somme devrait être appelée à grandir. Si un seul des 17 membres de l’Eurogroupe décide de se retirer du Fonds, ce dernier s’effondrera.

Source: http://www.lefigaro.fr/

21/03/2011

La droite bénit l’islam !!!

Et même pas honte, les mecs! Et ils s’étonnent de la fantastique poussée du Front National? Après les socialistes, la Droite lèche des babouches… Quelle bande d’abrutis! La leçon des cantonales d’hier, ils ne l’ont pas comprise… On ne peut plus rien pour eux, non plus… Heureusement que la vague bleu Marine déferle sur notre France…

FDF

.

A un an de la présidentielle,
Nicolas Sarkozy revient aux fondamentaux de la droite conservatrice. Pour éviter de présenter son bilan, il laisse ses ministres se lancer dans une surenchère censée contrer la
remontée du Front national.

Brice Hortefeux et ses saillies humoristiques douteuses vous manquent ? Claude Guéant promet de faire oublier son prédécesseur, le cynisme en plus. Ses déclarations, cette semaine, participent au tsunami contre les étrangers, particulièrement les musulmans : «Les Français à force d’immigration incontrôlée ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux», «Les Français veulent que la France reste la France». Et qui menacerait l’identité française ?
«Nos compatriotes veulent choisir leur mode de vie, ils ne veulent pas qu’on (le) leur impose.» En français politique, cela signifie : les musulmans cherchent à imposer la chari’a. Et de relancer le débat sur l’Islam, sous couvert de la laïcité.
Cette course contre l’extrême droite a trouvé une supportrice. Marine Le Pen, la fille de Jean-Marie Le Pen, lui décerne une médaille du mérite : «Comme il y a un début à tout, et que ça part d’une bonne intention, j’ai fait faire à M. Guéant sa carte d’adhérent de prestige. Il mérite d’être adhérent d’honneur et de prestige du FN», a ironisé la présidente du Front national.
Ceux qui ne sont pas à la fête ne cachent pas leur colère. Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a exprimé l’inquiétude et l’exaspération des musulmans qui se sentent  «traités comme les boucs émissaires» des problèmes de la société française.
«Les musulmans de France en ont marre d’être les boucs émissaires des problèmes de la société. Ils veulent être traités comme des citoyens à part entière, et non comme des citoyens entièrement à part», s’irrite Anouar Kbilech, secrétaire général du CFCM. Et d’annoncer le boycott du débat de l’UMP, le 5 avril. Le débat sur la laïcité, qui suscite les critiques à gauche et des réserves à droite, a déjà fait une victime en la personne de Abderrahmane Dahmane, le conseiller technique chargé de la diversité à l’Elysée, limogé en quelques heures.
Le revirement de Boubakeur
Le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, s’est employé, cette semaine, à rassurer les musulmans et à cadrer le débat de l’UMP sur la laïcité et l’Islam en excluant l’interdiction de l’arabe dans les prêches et en répétant que la loi de 1905 ne serait pas touchée.
Le débat devrait porter sur les lieux de prière, la formation des imams, le port du foulard par les mères accompagnant les sorties scolaires, certaines pratiques à l’hôpital ou dans les salles de sport ou la viande halal dans les cantines scolaires.
Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, qui avait demandé l’annulation du débat avant de se raviser après une rencontre avec Jean François Coppé, patron de l’UMP, ne cachait pas sa  satisfaction à la suite de la mise au point du ministre de l’Intérieur.

«Nous sommes à 200% avec le ministre : il a vidé le débat de ses questions épineuses ou qui pouvaient prêter à polémique. Il a fixé les lignes rouges entre le religieux et le politique», s’est réjoui Dalil Boubakeur.
Cette position lui a attiré les foudres du collectif Banlieues Respect, qui se déclare «totalement surpris et écœuré de ce revirement indigne et à 180 degrés de Dalil  Boubakeur». Pour Banlieues Respect, «la Grande Mosquée de Paris a perdu  toute crédibilité auprès d’une large majorité de Français musulmans».

Source: http://www.elwatan.com/

15/02/2011

Ne volons pas aux Français leur droit de vote !

Un communiqué de Marine Le Pen qui va en mettre plus d’un en porte à faux…

FDF

Ici: communique

02/10/2010

N’importe quoi! La ville de Metz veut sa grande mosquée !

Celui qui va gober cette info avec un titre pareil devrait aller vite consulter… Ce sont les MUZZ qui veulent cette « grande » mosquée et pas la ville. Il n’ y qu’à demander leur avis aux habitants… En toute démocratie…

FDF

.

L’adjoint au maire de Metz, Antoine Fonte, a présenté le bureau de l’union des associations cultuelles et culturelles des musulmans de Metz.  Photo Stéphane STIFTER

L’adjoint au maire de Metz, Antoine Fonte, a présenté le bureau de l’union des associations cultuelles et culturelles des musulmans de Metz. Photo Stéphane STIFTER

La municipalité messine a présenté, hier, l’association de préfiguration d’une future grande mosquée à Metz. Elle regroupe les différentes associations cultuelles. Soutenue par la Ville, elle va dessiner les contours de l’édifice.

Y aura-t-il bientôt une grande mosquée à Metz ? Difficile à dire aujourd’hui, tant le projet présente des complexités financières et légales. Une chose est certaine : la municipalité socialiste fera tout pour qu’il aboutisse.

Après avoir ouvert le dossier il y a un an et demi, elle a présenté, hier, l’achèvement d’une étape majeure : la constitution d’une association de préfiguration, l’union des associations cultuelles et culturelles des musulmans de Metz (UACM). Celle-ci regroupe cinq des six associations musulmanes messines, qui organisent aujourd’hui le culte dans des locaux exigus et inadaptés. « C’était un préalable capital, explique Antoine Fonte, adjoint au maire chargé de la culture et des cultes. En France, l’islam n’est pas organisé de manière hiérarchique et institutionnelle comme la religion catholique, par exemple. Les musulmans se regroupent par communautés, en associations. Il nous fallait fédérer un maximum d’associations autour de ce projet. C’est ce que nous avons fait avec cette union. »

« C’est un moment historique pour la Ville de Metz et la communauté musulmane », n’hésite pas à dire Raymond Beller, secrétaire général de l’UACM. Avec cette union, nous avons su dépasser nos différences pour effectuer un retour aux sources de l’islam. Nous allons maintenant pouvoir travailler pour que ce beau projet commun aboutisse. » Un travail qui se fera en partenariat avec le conseil régional du culte musulman de Lorraine.

La question du lieu en suspens

« Il appartient maintenant à l’UACM de définir le cahier des charges et de faire aboutir le projet, explique Antoine Fonte. La municipalité sera là pour l’accompagner. » Et pour participer au financement de cette future grande mosquée ? « Nous n’excluons pas de le faire dans le cadre légal », répond simplement Antoine Fonte.

« Nous n’avons pas défini de calendrier, précise Djamila El Brahmi, qui a été élue à la présidence de l’UACM. Il n’y a aucune urgence. Nous voulons élaborer ce projet dans la sérénité et la concertation. Quand viendra le moment de constituer un tour de table financier, nous ferons appel à la communauté et aux élus locaux intéressés. Mais il est trop tôt. » Pour permettre au projet d’aboutir, la mairie envisage aussi la possibilité de mettre un terrain à disposition de l’UACM, par un bail emphytéotique par exemple.

L’emplacement, c’est l’autre point fondamental toujours en suspens. « Nous attendons les propositions de l’union des associations », lâche Antoine Fonte. « Le rêve, c’est que cette grande mosquée soit assez visible, sourit Ibili Güngör, le porte-parole de l’UACM. Il faut donc qu’elle soit assez proche d’une église ou d’une synagogue. »

Car pour les musulmans de Metz, cette grande mosquée doit être perçue comme le signe d’une parfaite intégration de leur religion dans la République. « Ce sera avant tout un lieu d’ouverture, vers l’extérieur, promet Djamila El Brahmi. Il devra permettre à tous les Messins de mieux comprendre l’islam. »

(Mieux comprendre l’islam? Voici: http://www.geocities.jp/fursacmontautre/) FDF

« C’est aussi la raison pour laquelle nous soutenons politiquement ce projet », confirme Antoine Fonte, au nom du maire de Metz.

Source: http://tinyurl.com/34coxbb