Francaisdefrance's Blog

11/06/2011

France. Vous dénoncez: l’Etat vous paye ! En gros, c’est ça…

Innommable! On se croirait revenus aux heures sombres de notre Histoire quand la Gestapo favorisait la délation et la dénonciation… Je ne pensais pas qu’un jour on en arriverait à nouveau là. Eh bien si… Et si on dénonce le racisme anti-blanc, on a droit à quelque-chose?

Honteux !

FDF

.

Lu sur saphirnews.com:

La lutte contre l’islamophobie reconnue d’intérêt général

Soutenir financièrement le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) donne droit désormais à une réduction d’impôts à hauteur de 66 %, a-t-on appris mercredi 8 juin.

Le CCIF rejoint des associations et des fondations telles que la Ligue nationale contre le cancer, l’Institut Pasteur ou encore le Sidaction qui permettent cette avantage fiscale.

Le CCIF, fondé en 2004, vient en effet d’être reconnue d’intérêt général par les autorités. A ce titre, l’association pourra délivrer des reçus fiscaux aux donateurs afin qu’ils puissent obtenir une déduction fiscale.

« Un don de 90 euros ne vous reviendra ainsi qu’à 30 euros », indique le CCIF sur son site internet, incitant les sympathisants – musulmans ou non – à leur cause à la générosité. Le nombre d’adhésions grimpera sans doute bien plus vite grâce à cette reconnaissance publique.

25/10/2010

« Et moi qui rêvais de me faire assassiner ! »…

<!–SCRIPT><! an=navigator.appName;sr=’http://x3.extreme-dm.com/&rsquo;;srw= »na »;srb= »na »;d=document;r=41;function pr(n) { d.write(« « );}//–>

Quelques vérités qui blessent… C’est fait pour.

FDF

.


Et moi qui rêvais de me faire assassiner !

Je suis très jaloux. Je rêvais de me faire assassiner par un immigré fraîchement naturalisé, et de jouir d’une ultime satisfaction avant d’expirer : savoir que le coupable serait déchu de sa nationalité française… Eh bien c’est raté : une fois de plus les fonctionnaires raflent la mise !

Seuls policiers et gendarmes auront cette joie posthume, tandis que pour nous médecins, ce sera comme d’habitude : ceinture. Je me demande quand même ce que ça changera pour l’assassin, puisqu’on n’expulse plus les étrangers qui ont purgé leur peine ! Il est vrai qu’hormis l’émeute, je n’ai jamais rien compris à la politique… Bien sûr ce type de discrimination n’est pas nouveau. Mettez une claque à un flic et une claque à un médecin, et vous verrez la différence de traitement.

Comparez le sort d’un chirurgien dont le patient meurt sur la table avec celui d’un juge d’application des peines qui s’est fourré le doigt dans l’œil en libérant une graine de tueur en série, et vous aurez vite compris.

 

Quand les qualités deviennent défauts

C’est marrant la discrimination… Quand j’étais jeune, c’était une qualité : l’aptitude à discerner des différences subtiles. Maintenant c’est encore autorisé pour les microscopes, mais plus pour les gens. Cela va nous poser des problèmes, car l’art médical étant d’abord observation, il commence par des a priori. Comme le policier qui voit, à deux heures du matin, passer un individu porteur d’un sac d’argenterie d’où dépasse une pince-monseigneur. Il le tient a priori pour un délinquant, et l’interpellera plus spontanément que la vieille dame qui promène son chien. De même pour le médecin qui, tout en espérant qu’il lui démontre le contraire, tient l’obèse de la cinquantaine pour a priori suspect de diabète ou d’hypertension artérielle ; soupçonne l’immigré récent de maladies exotiques, le barman d’alcoolisme et le coiffeur efféminé de séropositivité. Nous préjugeons aussi que les carmélites sont peu exposées aux maladies sexuellement transmissibles.

Pire encore les médecins pratiquent l’exclusion sur des critères exclusivement sexistes : pas de dosage des marqueurs du cancer de la prostate chez la femme, par exemple. Imaginez que la HALDE tombe là-dessus ! Et nous allons même jusqu’à discriminer le mieux possible les malades des bien portants…

(ça, je connais bien le sujet… FDF)

Mais ce n’est pas fait méchamment, juste par économie. Cela nous protégera-t-il longtemps encore des foudres de la loi ?

A propos de foudre, notre ami Christian Saout, président de la Conférence nationale de santé (CNS), ne nous aura pas laissés longtemps en paix. L’encre à peine sèche de la loi Bachelot ne suffit déjà plus à l’obsédé textuel. Il a demandé au ministère de la Santé de légaliser le testing dans les cabinets médicaux pour lutter contre le refus de soins et de lui donner « valeur probante ». De plus la CNS a demandé l’inversion de la charge de la preuve en faveur des patients. En voilà un qui n’est jamais en retard pour agiter la brosse dans la cuvette.

Mais nous sommes peut-être injustes envers M. Saout. En 2006 en effet, en tant que président de AIDES, il s’était pris de bec avec Pierre Bergé, président du Sidaction. Ce dernier entendait le priver de subventions, au douteux prétexte qu’il était préférable d’aider directement les malades plutôt que le fonctionnement d’associations. D’où une rude bataille à coups d’éventails et de communiqués dans le petit monde du business de la séropositivité. Rassurez-vous, personne ne fut blessé : les coupures de presse sont celles qui cicatrisent le plus vite. Reste qu’il y a forcément un peu de bon chez quelqu’un qui n’aime pas Pierre Bergé… 

Dr Richard Hanlet

Source:  http://www.claudereichman.com/articles/hanletmoiquirevais.htm