Francaisdefrance's Blog

15/02/2012

Tunisie: ils ont voulu la démocratie: ils auront la charia…

Wajdi Ghenim: il me fait penser à tous ces malades qui m’écrivent sur ce blog. Et qui me menacent de mort et m’insultent… Le ver est dans le fruit.

Je plains les Tunisiens qui ont été assez fanatisés pour y croire, à leur révolution.

FDF
.

Wajdi Ghenim prône l’instauration de la charia en Tunisie.

Wajdi Ghenim
.

Wajdi Ghenim, prédicateur islamiste égyptien, qui donne une série de conférences en Tunisie, a appelé, hier, lundi 13 févier 2012, à la grande mosquée de Sousse, sur fond de takbir, à ce que la Tunisie, comme elle a été déjà la première à se révolter contre la dictature, soit également l’instigatrice et un modèle aux autres pays en appliquant la chariâa islamique.

Lors de son prêche, M. Ghenim s’est adressé, sous les slogans scandés par les participants de « non non à la laïcité, la Tunisie islamiste » aux laïcs qu’il considère comme étant haineux envers l’Islam : «mourrez de rage ! L’islam viendra, viendra… et le jihad aussi, inch’allah!»
Par ailleurs, selon lui, les laïcs sont «ceux qui détestent Dieu, détestent la religion, détestent l’Islam et le combattent, des criminels qui combattent le hijab et le niqab et qui assiègent les mosquées».

Pendant ce temps, un grand rassemblement de citoyens a eu lieu devant la mosquée pour protester contre Wajdi Ghenim et surtout ce qu’il prêche notamment l’encouragement de l’excision féminine, sous des slogans de « Tunisie libre, le terrorisme dehors », « non au prêche wahhabite« , « honte au gouvernement qui nous a vendu pour des dollars », etc. Comme d’habitude une contre-manifestation était organisée par les islamistes, dont certains défendaient le prédicateur et essayaient d’expliquer les raisons de sa venue en Tunisie et sa logique.

Notons que selon certains médias, le prédicateur a prolongé sa visite : il sera à Sfax à la mosquée de Sidi Lakhmi où il animera le prêche du vendredi prochain. Ces médias précisent que des rassemblements de protestation sont prévus également.

Source: http://www.businessnews.com.tn/

Bonus: http://youtu.be/qRH2elTeroU

03/07/2011

Tunisie: le film ‘‘Ni Allah ni maître’’ indigeste pour les islamistes…

C’était certain, ça… Il fallait pratiquer la politique de la « terre brûlée » après avoir viré Ben Ali…

FDF

.

Tunisie. Les défenseurs de l’islam font de la voix

Vendredi, des tracts ont été distribués par un groupe de jeunes dans certaines mosquées de Bizerte condamnant la campagne menée contre l’islam, annonce l’agence Tap.


Le film ‘‘Ni Allah ni maître’’ de Nadia El Fani, jugé blasphématoire pour l’islam, continue à faire du bruit. Les déclarations inattendues de Mohamed Talbi sur les mœurs de Aïcha, l’épouse du prophète Mohamed, en direct sur Shems FM n’ont pas arrangé les choses. Des manifestations ont eu lieu à Tunis, Sfax et, vendredi, à Bizerte pour condamner ce qui est considéré comme des provocations.
Dans les tracts distribués à Bizerte, on s’en prend à ceux qui s’attaquent à l’islam et  aux musulmans. Plusieurs, selon toujours la même source, «n’hésitent pas à pactiser avec l’étranger et à violer le sacré pour atteindre des objectifs vils et montrer leur haine pour la religion».
Plusieurs citoyens parmi ceux qui n’appartiennent pas aux mouvements religieux ou salafistes ont répondu favorablement à cet appel. Ils disent qu’ils sont avec la liberté d’expression et contre le terrorisme intellectuel, d’autant plus que «la Tunisie ne tolère pas, en cette conjoncture, une telle polémique» qui s’inscrit, de leur point de vue, «dans le cadre de la provocation du peuple tunisien qui a rejeté, de tout temps, toute forme d’extrémisme».

Source: http://www.kapitalis.com/

04/06/2011

Mais qu’est-ce qu’il doit s’en foutre, Ben Ali !!!

Ca, c’est pour apaiser la colère des Tunisiens… Parce que franchement, condamné par contumace, Ben Ali, ça doit bien le faire rire… Tout le fric qu’il s’est fait sur le dos de son peuple, il doit bien en profiter, désormais. Notamment en Arabie saoudite, où il est réfugié et d’où il sait qu’il ne sera jamais extradé. Les loups ne se mangent pas entre eux…

FDF

.

Ben Ali et son épouse prochainement jugés par contumace…

Deux dossiers sur les 88 enquêtes en cours sont prêts à être jugés. Le président tunisien déchu sera défendu par un avocat de renom.

Le président déchu tunisien Zine el-Abidine Ben Ali et son épouse Leila Trabelsi seront jugés par contumace « dans les jours ou les semaines à venir » pour deux premières affaires, a déclaré vendredi à la presse un porte-parole du ministère de la Justice. Deux dossiers contre l’ex-président et sa femme sont « prêts à être jugés, alors qu’ils sont en fuite » en Arabie saoudite depuis la chute du régime autoritaire le 14 janvier dernier, sous la pression de la rue, a déclaré Kadhem Zine el-Abidine. « Les juges d’instruction ont terminé leurs enquêtes. Elles seront transférées à la cour pénale « dans les jours ou les semaines à venir », a-t-il ajouté.

Le premier procès portera sur « la découverte d’armes et de drogues dans le palais présidentiel de Carthage », selon lui. Le ministère tunisien de la Justice avait annoncé le 10 mars la saisie de près de deux kilogrammes de stupéfiants – sans doute du haschich – dans le bureau privé du président déchu au palais de Carthage. La deuxième action en justice portera sur les 27 millions de dollars en liquide découverts en février par la commission tunisienne anticorruption dans un palais de Ben Ali à Sidi Bou Saïd, dans la banlieue nord de Tunis.

Avocat libanais

Au total, 88 enquêtes sont en cours concernant le couple Ben Ali, sa famille et d’anciens ministres et responsables du régime déchu, a indiqué le porte-parole du ministère de la Justice. Leur état d’avancement est de « 70 % à 80 % », a-t-il ajouté. Ces affaires concernent des cas d’homicides volontaires, d’abus de pouvoir, de malversation, de trafic de pièces archéologiques, de blanchiment d’argent et de violation de la réglementation sur les marchés publics. Plusieurs pays européens ont gelé les avoirs de l’ex-président tunisien et ceux de sa famille, qui s’était considérablement enrichie pendant ses 23 ans de pouvoir.

Zine el-Abidine Ben Ali a fait appel à un avocat libanais de renom pour assurer sa défense devant les tribunaux tunisiens et internationaux, a-t-on appris vendredi. Trente-trois membres de son clan et de celui de son épouse Leila Trabelsi avaient été interpellés dans les jours suivant la chute de son régime. Vendredi, l’une des soeurs de l’ex-président, Najet Ben Ali, a été entendue par un juge d’instruction à Sfax (sud) sur son implication présumée dans plusieurs affaires, dont l’incendie prémédité d’un dépôt de marchandises de contrebande, selon l’agence officielle TAP. Elle a été remise en liberté en attendant la fin des enquêtes.

Source: http://www.lepoint.fr/