Francaisdefrance's Blog

20/11/2011

L’eau et le vin…

Ce n’est pas que les pôles de notre globe terrestre se soient inversés, mais c’est tout comme…

FDF

.



Où l’on voit que lors de sa récente visite à Saint-Pierre et Miquelon, la secrétaire d’Etat à l’Outre-mer Marie-Luce Penchard a dû affronter, sans karcher, un horrible spectacle: celui de l’uniformité.Voyez cette jeunesse insulaire altérée, étiolée, recroquevillée, repoussante. On frise la crispation identitaire, le repli frileux. Ici, on exclut sûrement. Le raciiiizme est forcément tapi pas loin.  La pauvre ministre s’en est-elle remise ?
Quel courage, en tous cas !

Fort heureusement, la métropole vient nous offrir un tout autre modèle le seul bon : la « diversité » … enfin … n’exagérons pas. Prenons Sevran, en Seine-Saint-Denis. Ici, on s’épanouit grâce aux richesses de la diversité. Les rares Français de souche qui subsistent sont même pleins aux as. Ils inscrivent leur enfant au foot et hop!, c’est le gros lot. Et il sont rares, ces élus !
Allez faire un tour  ici <http://www.sevran-fc.com/taxonomy/term/40> ….

Ensuite, réfléchissez bien…

08/06/2011

Il paraît que le foot français est « raciste ». Dans quel sens faut-il l’entendre?

Reçu par mail. On va enfin le reconnaître, le racisme anti-blanc ?

FDF


« Pour l’anecdote, sur les deux seuls Blancs, apparemment Gaulois, l’un se nomme « SARRAZIN »…

Mon propre petit-fils a été obligé de changer de sport car son équipe de foot se noircissait et se maghrébisait à vue d’oeil, avec la bestialité qui va de paire afin d’inciter les jeunes Blancs à s’en aller. Et pourtant il s’agit d’une petite ville à 40 km de Paris, encore habitée en majorité par des Français de souche. « 

Voir: http://www.sevran-fc.com/taxonomy/term/28

Merci à AK pour l’info…

07/06/2011

Société multiculturelle = Société multiconflictuelle…

Le FN l’avait prédit…

Nouvel exemple de l’échec cuisant de l’intégration de masse, mercredi, dans l’Essonne,  des « jeunes » du quartier des Tarterêts de Corbeil-Essonnes ont tendu une embuscade particulièrement violente à un véhicule des forces de l’ordre. Philippe Capon, secrétaire général d’Unsa Police, a affirmé sur Europe 1 que les policiers ont eu affaire « à des jeunes qui sont des tueurs de flics potentiels. Il y a la volonté de tuer ». Pendant ce temps à Sevran (Seine-Saint-Denis), l’intensification des règlements de compte entre bandes de dealers, -une fillette à été blessée par balle lors d’un échange de tirs entre racailles- incitent certains élus de gauche à demander l’intervention de l’armée !

Société multiculturelle, société multiconflictuelle : cet adage a été également illustré ces derniers jours par les émeutes générées à la suite de l’arrestation dans une maison culturelle kurde de terroristes présumés du PKK, à Arnouville dans le Val d’Oise. La manifestation organisée par les kurdes dans cette même ville hier a reçu le soutien d’ élus de gauche comme la communiste Sylvie Jean, Didier Vaillant, maire PS de Villiers-le-Bel, ou encore François Pupponi, député-maire socialiste de Sarcelles. Un rassemblement qui s’est terminé par le saccage de véhicules par une cinquantaine de casseurs.

Cette situation d’accroissement des violences dans les banlieues plurielles, sur fond de repli communautaire et de gangstérisme mafieux avait été prédite de longue date par le FN comme le fruit empoisonné de flux migratoires incontrôlés.

Cette dénonciation des conséquences de l’immigration de peuplement sur notre sol, la défense du concept de préférence nationale n’empêchent pas les nationaux de manifester leur solidarité en dehors de nos frontières avec les peuples victimes de situations dramatiques. Ce qui n’a pas eu l’heur de plaire au site de Bernard-Henry Lévy et de la revue éponyme « La règle du je(u) » qui a violemment attaqué le vote par le groupe FN du Conseil régional de Rhône-Alpes, présidé par Bruno Gollnisch, d’une motion présentée au nom d’Europe Ecologie/Les Verts par l’élue Alexandra Cusey.

Sous la plume de Bernard Schalscha, (article repris sur certains sites communautaires) La Régle du jeu s’émeut ainsi que « lors de la séance du 27 mai, le Conseil régional de Rhône-Alpes ait adopté un voeu de soutien à l’initiative «Un bateau français pour Gaza engagée par le Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens ». Et ce par la grâce d’une « ahurissante coalition regroupant, aux côtés de ces deux formations, le Parti socialiste, le PRG et… le Front National ». « L’UMP et un élu PS se sont abstenus. »

Soulignant toutefois que «l’initiative de la Région Rhône-Alpes ne saurait s’apparenter à un soutien aux extrémismes quels qu’ils soient mais à un soutien à la société civile de Gaza et au respect du droit international», le document n’en demande pas moins, entre autres, que «le gouvernement français facilite cette action et agisse pour la levée du blocus de Gaza».

Cet article indique encore que « le Front National s’est promptement engouffré dans cette douteuse solidarité avec les Palestiniens, qui fait écho au soutien qu’il avait apporté à Saddam Hussein. » Sur le même ton larmoyant l’auteur tente cependant de rassurer ses amis : « Heureusement, le vœu adopté par la région Rhône-Alpes a toutefois suscité un tollé dans les hautes sphères du PS »…même si Strauss-Kahn est resté étrangement silencieux sur le sujet !

« Localement, les élus socialistes se justifient en expliquant qu’il existait de toute façon une majorité pour le voter. Étrange argument, qui convaincra sans doute difficilement Martine Aubry, et encore moins Richard Prasquier, le président du CRIF, qui a d’ores et déjà été saisi de cette alliance Verts-Roses-Rouges-Bruns » (sic).

Rappelons que le FN, notamment par la voix de Marine Le Pen, avait condamné l’attaque de la flottille humanitaire turque au large de Gaza par les commandos israéliens en mai 2010. Et que loin des mauvais fantasmes véhiculés par certains, la position du Front National au sujet du conflit israélo-palestinien ne souffre d’aucune ambiguïté : l’affirmation du droit du peuple palestinien, comme du peuple israélien à un Etat, à vivre en paix au sein de frontières sûres et reconnues. Ce qui est certes beaucoup plus facile à dire qu’à transposer concrètement pour les parties concernées.

Source: http://www.gollnisch.com/

06/06/2011

Les « casques bleus » à Sevran ? et bientôt dans toute la France !

Reçu par mail…

FDF

.


On demande l’armée à Sevran ! Elle serait donc plus apte à rétablir l’ordre que police et gendarmerie. Si armée il y a c’est donc que nous sommes en situation de guerre : une guerre intérieure mais une guerre.
Le Maire de la localité, Stéphane Gatignon en a assez du climat d’insécurité qui règne à cause d’une rivalité sanglante des gangs. Des balles perdues traversent les salles de classe, les récréations sont émaillées d’incidents : les coups de feu claquent aux oreilles des enfants. Il dénonce l’installation d’une mafia née de la drogue et du trafic de cannabis en lutte d’influence pour la possession des territoires. « C’est Chicago. Il y a eu des tirs samedi, des tirs lundi, des tirs mercredi. La situation ne peut plus durer comme ça » déclare Gatignon.

Nicolas Comte (secrétaire général du syndicat SGP Unité police FO ) confie au Nouvel Observateur voir dans la proposition de Stéphane Gatignon « un vrai cri d’alarme par rapport à une situation plus que préoccupante ». Il pense aussi que faire appel à l’armée n’est pas la solution, mais reconnaît que, « sur place la situation est intolérable » et que « les policiers ne sont pas assez nombreux. » Quelle solution à ses yeux ? « La police nationale doit occuper le terrain de façon permanente. » La guerre vous dit-on !

Claude Guéant fait bien sûr le déplacement pour affirmer sa fermeté : « Dans un État démocratique, c’est à la police républicaine, sous le contrôle de la justice, de rétablir la sécurité. (…) Ce n’est pas possible que l’on tire des coups de feu dans la rue, que l’on prenne une population et une école en otage »
Qui dit armée et guerre suppose des moyens extraordinaires, inhabituels, et en « guerre » l’erreur de jugement est possible, la bavure comme il est banal de dire. Entendez-vous par anticipation le délire qui ne manquerait pas d’envahir les colonnes des journaux et les « clips » des télés si un « tir » inapproprié venait à se produire ? Des cortèges pleins de fleurs pour les pauvres victimes innocentes d’une terrible méprise. Nous toucherions une fois de plus cette extraordinaire contradiction cultivée par les tenants de l’ordre en face des « scories » de ce même ordre. Il ne peut y avoir d’ordre sans fermeté, sans rudesse parfois et souvent sans injustes conséquences.
C’est alors que le maire de Sevran, et d’autres prennent le problème sous une autre formulation. Puisqu’il apparaît difficile voire impossible de rétablir le plein exercice de la Loi Républicaine, supprimons la cause de l’infraction, la pénalisation du trafic en légalisant le cannabis …
Mais OUI, mais c’est BIEN SÛR … Rappelez-vous la prohibition aux States etc. J’en passe et des meilleurs.
Ils oublient simplement une toute petite chose, lorsque le cannabis sera légalisé et vendu au bureau de tabac avec encaissement d’une taxe par l’Etat, les gangs et mafias se reconvertiront avec une rapidité fulgurante dans la distribution frelatée (pour conserver des prix attractifs) de drogues un peu plus dures et les balles continueront de siffler à Sevran et ailleurs.

Un petit rappel: ignominie

03/06/2011

Depuis le temps que je préconisais la Légion pour nettoyer les « zones sensibles »…

Mais on a trouvé mieux. Reste à mettre en pratique… A problèmes extrêmes, solutions extrêmes !

FDF

Zones « sensibles », année 2011…

.

Nouvelle fusillade à Sevran : bientôt des « casques bleus » ?

Des CRS à Sevran (Seine-Saint-Denis) après la fusillade survenue le 21 mars 2011.

Des CRS à Sevran (Seine-Saint-Denis) après la fusillade survenue le 21 mars 2011. | Max PPP

« Crise extrême », « employés communaux (…) terrorisés ». Au lendemain d’une nouvelle fusillade à Sevran, le maire Europe-Ecologie Stéphane Gatignon fait part au Parisien de sa détresse face à la violence qui frappe sa commune. « Tant qu’il n’y aura pas d’évolutions de la loi, on ne pourra pas gérer la situation », regrette le Maire en réclamant une présence des forces de l’ordre « 24 heures sur 24 » : « Il faut des forces d’interposition des casques bleus, comme ceux qu’on envoie à l’étranger pour empêcher les belligérants de s’entre-tuer ».  Sevran, un thêatre de guerre ?Plusieurs fois, les tirs à balles réelles ont fusé dans la ville ces dernières semaines. Des fusillades sur fond de trafics de drogue, de réglements de compte et de batailles de territoire. Mercredi après-midi, des coups de feux résonnaient à Sevran aux environs du groupe scolaire Montaigne raconte Le Parisien, obligeant la direction de l’établissement à « confiner » les enfants à l’heure de la récré. Lundi, les enfants avaient déjà été privés de sortie et gardés à l’intérieur des salles de classe, par mesure de précaution.

Un hélicoptère en soutien
Une intervention policière d’envergure avait été menée au mois de mars dernier dans les halls d’immeuble de la commune, permettant de saisir de la drogue et des armes. « La pression sera maintenue avec des hommes au sol, des motards sur la voie publique et l’hélicoptère en soutien », avait alors déclaré le préfet Christian Lambert.Depuis, les Sevranais ont pris l’habitude d’entendre l’hélicoptère de la police tourner au-dessus de leurs têtes. « Ca ne suffit pas », brocarde le maire de Sevran malgré une présence policière renforcée et des CRS sur le terrain. « Il faut davantage pour empêcher un drame, éviter les balles perdues ». L’élu a dévelloppé sa pensée jeudi sur Europe 1, parlant d’une police au « format casque bleu ».

Source: lepost.fr

31/05/2011

En 2012, Farid votera Front National…

Le parti de Marine Le Pen voit peut-être sa diabolisation devenir enfin stérile. Il était temps… Sarkö ne récupérera pas des voix chez l’électorat FN, cette fois. Les dernières cantonales nous ont montré le contraire. Pas mal de nouveaux adhérents au FN viennent de……………………….. l’UMP…

FDF

.

Vont-ils voter Marine Le Pen ? Embarras, silence du charcutier… Puis, finalement, un « je pourrais ». Voter FN ne se crie pas encore sur les toits, encore moins sur la place du marché. A plus forte raison quand on a la peau basanée.

_
Sarko, il avait promis de karchériser les cités, il ne l’a pas fait. Au moins, le FN le fera.
Farid, 45 ans, vendeur de vêtements à Sevran
La gare RER de Sevran

C’est pourtant dans cette ville de 52 000 habitants (ndlr : Sevran) que l’extrême droite a fait 22,92 % au premier tour des cantonales, 32,48 % au second. Le meilleur score du FN en Seine-Saint-Denis. Parmi ses électeurs, une majorité de « Gaulois », des Français issus des immigrations portugaise et italienne, mais, aussi, fait nouveau, des beurs ou des Français d’origine africaine. Dans quelle proportion ? Impossible à dire. A ce jour, aucune étude n’a été publiée.

« Sarko, il avait promis de karchériser les cités, il ne l’a pas fait. Au moins, le FN le fera. » Farid, 45 ans, vendeur de vêtements d’origine algérienne, se dit de gauche – il a voté Ségolène Royal en 2007 – mais votera Marine Le Pen en 2012, »pour foutre le bordel ». Quand on évoque avec lui la politique anti-immigration du FN, le commerçant rétorque qu’il est français comme la plupart des gens sur le marché. »L’immigration, c’est le fonds de commerce du FN, mais il sera obligé de s’adapter à la réalité. Sans nous, il n’y a plus d’économie. L’argent n’a pas d’odeur… »

Sur le marché de Sevran, aujourd’hui, la viande est halal et les épices, exotiques. Il y a trente ans, on vendait de la morue, des gnocchis et du jambon. Le marché évolue avec sa clientèle, même si ce n’est pas du goût de tout le monde. Ainsi, Victor, 69 ans, ne vient plus au marché que « pour les légumes ». »Il n’y a plus qu’une charcuterie avec du porc. Et il y a trop de faune et de femmes voilées », confie-t-il. Mécanicien à la retraite, il vit à Sevran depuis quarante ans et vote FN depuis dix ans après avoir été communiste toute sa vie. Sur le marché, désormais, les derniers arrivants sont les Pakistanais, accusés de tous les maux par les autres.

Insécurité, peur de l’autre, mais aussi sentiment d’injustice. Yode, ancien commercial dans les produits cosmétiques, a perdu son boulot il y a deux ans. Français d’origine ivoirienne, il votera Marine Le Pen en 2012. »D’abord parce que j’ai vécu l’intervention de Sarko en Côte d’Ivoire comme un acte terroriste. Ensuite parce que je préfère l’original à la copie. ».

Source: http://www.defrancisation.com/

19/01/2011

Je vous assure ce n’est pas un gag, je précise que Sevran est une ville française…

La relève de l’équipe de France…

FDF

.

04/12/2010

Sevran: immersion dans une banlieue sous haute surveillance…

Comme un journaliste; j’utilise le mot « immersion »… Ca fait bien, non?

Mais la surveillance ne vient pas d’où on pourrait le croire. Encore un bastion de la racaille où les sous-merdes font leur loi. Gageons que ne dure encore  trop longtemps…

FDF

.


C’est une visite dans un quartier transformé en forteresse : des barres d’immeubles, dans les halls on vous surveille, pour entrer il faut montrer patte blanche, les habitants sont fouillés, quand un inconnu se présente il est contrôlé, et même parfois passé au détecteur de métaux, il y a des check-points dans les étages, on filtre toutes les allées et venues… On pourrait croire qu’on ne risque rien au milieu d’un important dispositif de sécurité…

Et bien non, ce quartier sous haute surveillance, c’est celui des Beaudottes à Sevran… Les vigiles qui sont tellement pointilleux ne sont pas des vigiles, ce sont les dealers et les trafiquants qui tiennent le quartier et qui font régner leur loi… Les habitants n’en peuvent plus de vivre dans ce climat surréaliste, ils le disent ce matin dans le Parisien-Aujourd’hui en France qui est allé sur place… Surréaliste : l’an dernier, un incendie sans doute lié au trafic de drogue avait fait cinq morts, le lendemain les trafiquants organisaient un point d’information pour réorienter leurs clients vers d’autres hall d’immeuble…

10 000 personnes vivent dans ce quartier des Beaudottes à Sevran qui avait déjà fait parler de lui quand les gardiens d’immeubles en étaient partis en raison de l’insécurité. Un quartier où la liste des morts s’allonge : au moins 9 depuis six ans. Depuis le mois d’avril, la police a saisi dans ces immeubles plus d’une tonne de drogues en tout genre, des armes de poing par centaines, 1 lance-roquettes et 18 kilos d’explosifs. Le préfet de Seine-Saint-Denis Christian Lambert qui donne ces chiffres a fait de la sécurité sa priorité. Dans le Parisien, il promet aux habitants qu’ils ne sont pas abandonnés. Des habitants à bout de nerfs, mais certains veulent encore espérer qu’on peut les aider : ils viennent d’adresser un pétition au bailleur qui doit les recevoir aujourd’hui.

Source: http://www.france-info.com/

01/12/2010

Renforçons le sentiment d’impunité de la racaille !

C’est du grand « n’importe quoi » et une insulte à nos autorités! Que la Justice continue en ce sens et bientôt, très bientôt, nous n’aurons plus besoin de Justice. La racaille fera officiellement sa loi. La « reconquête du terrain » n’est pas encore gagnée avec des décisions pareilles.

FDF

.

Un tribunal annule une saisie d’arme en Seine-Saint-Denis

Après une fusillade dans le quartier Cité Basse à Sevran, les policiers avaient fouillé un immeuble et y avaient trouvé un pistolet.
Après une fusillade dans le quartier Cité Basse à Sevran, les policiers avaient fouillé un immeuble et y avaient trouvé un pistolet. Crédits photo : MIGUEL MEDINA/AFP

Le juge de Bobigny a donné raison à l’avocat de deux suspects, en estimant que les policiers n’avaient pas l’autorisation de fouiller les parties communes de l’immeuble où le pistolet a été saisi.

La décision a de quoi surprendre. Le tribunal correctionnel de Bobigny a annulé la semaine dernière une saisie d’arme trouvée par des policiers lors de la fouille de parties communes d’un immeuble à Sevran, selon une source judiciaire confirmant des informations révélées mardi par RTL. Le juge a considéré que les policiers n’avaient pas l’autorisation du bailleur pour fouiller les halls et les caves de l’immeuble.

L’affaire remonte à juillet. Après une fusillade dans le quartier Cité Basse à Sevran, en Seine-Saint-Denis, des policiers procèdent à des contrôles d’identité ainsi qu’à des fouilles dans les parties communes d’un immeuble. Un pistolet est alors découvert et saisi. Deux traces ADN sont par la suite isolées sur l’arme et deux personnes sont interpellées.

La semaine dernière, les deux suspects sont passés en comparution immédiate pour détention et port d’arme. Mais le dossier ne comprenant pas l’autorisation du bailleur pour fouiller les parties communes, leur avocat a plaidé la nullité de la procédure. Pourtant le bailleur avait bien confirmé son accord pour la fouille, mais le document n’avait pas été versé au dossier. Le tribunal a donc donné raison à l’avocat des deux hommes, qui sont repartis libres. Le parquet, qui a fait appel de cette décision, affirme de son côté que les bailleurs sociaux donnent une autorisation tacite et permanente aux services de police pour mener les fouilles.

5800 fouilles similaires en Seine-Saint-Denis

La décision du tribunal de Bobigny pourrait remettre en cause de nombreux dossiers. Environ 5800 fouilles similaires se sont en effet produites en Seine-Saint-Denis depuis l’arrivée en avril du préfet Christian Lambert, selon la préfecture.

Pas de quoi décourager le préfet, qui a d’ores et déjà annoncé mardi, «au nom de la reconquête du terrain», que les consignes sont maintenues pour la poursuite d’opérations de ce genre. Christian Lambert affirme avoir «de très bons retours de la population», et estime que ces opérations «sont efficaces à la vue des saisies d’arme et de drogue».


Le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, a également rappelé lors d’un point presse que «l’immense majorité des fouilles» de parties communes des immeubles «est réalisée avec l’accord, et le plus souvent, à la demande des bailleurs». «Rien n’entravera notre détermination à agir dans ces quartiers sensibles afin de lutter contre les trafiquants de drogues, contre les trafiquants d’armes», a ajouté le ministre.

Source: http://www.lefigaro.fr

27/08/2010

Et ça continue! Ca nous promet une rentrée sympa, en plus des surprises à attendre de notre Gouvernement…

Et à propos de Gouvernement, ne nous avait on pas promis d’enrayer la délinquance, en début d’été? Ah oui, c’est vrai, on expulse les Roms… Ben on ne pas tout faire, hein ?

FDF

.


« Neuf trois »: des pompiers et policiers attaqués !

27/08/2010

Des pompiers et des policiers ont été la cible de jets de projectiles dont des cocktails molotov, hier soir à Sevran (Seine-Saint-Denis), des tensions suivies par l’intervention d’un hélicoptère pour sécuriser la zone, a-t-on appris aujourd’hui de sources policières.

Dans un premier temps, des pompiers intervenus dans la cité des Beaudottes pour un incendie de véhicule ont reçu des jets de projectile. Des policiers, venus en opération de sécurisation, ont également été pris pour cible, des personnes situées sur le toit d’immeubles jetant des cocktails molotov.

Ces tensions ont entraîné l’intervention d’un hélicoptère. Il n’y a eu ni blessé ni interpellation, selon les sources policières.

Source: http://tinyurl.com/26y953c

28/07/2010

Tirs à l’arme automatique dans la nuit à Sevran.

.

La guerre civile, qu’ils disaient… Et ben, la voila… Rappel: à chaque difficulté depuis le début de son quinquennat, Nicolas Sarkozy a remis en avant son image de champion de la sécurité. Ben on voit le résultat; ou plutôt, on ne le voit pas…

FDF

.


28/07/2010

« Des coups de feu ont une nouvelle fois été tirés dans la nuit de mardi à mercredi à Sevran, en Seine-Saint-Denis, sans faire de blessés, a-t-on appris auprès de la préfecture. Des tirs en rafale à l’arme automatique ont eu lieu à la cité Basse vers 2 heures, a annoncé la préfecture. Ils ont été tirés en l’air, et des fenêtres d’appartement auraient été touchées. Les auteurs sont ensuite partis en voiture. Il y avait déjà eu des tirs tôt mardi matin, a-t-elle précisé.

Des coups de feu ont également été tirés dans la cité des Beaudottes, samedi en tout début d’après-midi. Un homme de 23 ans a ensuite été interpellé, puis mis en examen et incarcéré mardi. Les derniers tirs montrent « une volonté d’intimider, d’impressionner », selon la préfecture. « On les perturbe dans leur commerce de drogue, donc il faut s’affronter pour le contrôle des territoires, c’est une des hypothèses possibles », estime cette source préfectorale, qui précise qu’un dispositif de surveillance léger a été mis en place. La situation est très tendue à Sevran, depuis plusieurs semaines. Trois personnes avaient ainsi été blessées lors d’une fusillade le 9 juillet à la cité Basse, et une opération antidrogue avait été menée le 16 juillet. La ville, connue pour être une importante plaque tournante du trafic de cannabis, est notamment marquée par des affrontements entre la Cité Basse et celle des Beaudottes. »

Source: http://tinyurl.com/2etmn2m