Francaisdefrance's Blog

28/11/2011

Un policier de la BAC grièvement blessé par balles à Vitrolles !

Je crois que ce n’est pas que sur les routes où la délinquance bat son plein. Bon; il est vrai que là, il y a du « fric facile » à se faire en criminalisant un papy sympa qui a oublié de mettre sa ceinture…

Dans l’affaire énoncée plus bas, il est à souhaiter que nos décideurs prennent conscience que le fait de tenter d’abattre des policiers est un acte grave, très grave. Surtout quand on sait dans quelles conditions ces derniers travaillent.

Il va falloir un jour à faire passer la lutte contre la véritable insécurité avant la politique…

 

FDF

.

De source proche de l'enquête, le malfaiteur décédé, Patrick Lombard, âgé d'une vingtaine d'années et membre de la communauté des gens du voyage, faisait partie du "gang des disqueuses", suspecté d'avoir cambriolé de nombreux commerces autour de Marseille à l'aide de disqueuses pour découper les rideaux métalliques.De source proche de l’enquête, le malfaiteur décédé, Patrick Lombard, âgé d’une vingtaine d’années et membre de la communauté des gens du voyage, faisait partie du « gang des disqueuses », suspecté d’avoir cambriolé de nombreux commerces autour de Marseille à l’aide de disqueuses pour découper les rideaux métalliques.

Un policier de la BAC d’Aix-en-Provence était entre la vie et la mort après avoir été grièvement blessé par balles à Vitrolles (Bouches-du-Rhône), dans la nuit de dimanche à lundi, par des malfaiteurs qui ont réussi à fuir au terme d’une course poursuite, ayant tué involontairement un complice.

Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant se rendra lundi après-midi à Marseille au chevet du policier. En déplacement à Lyon lundi matin, M. Guéant a exprimé son « indignation » et sa « tristesse », formulant le voeu que le policier « s’en sorte ».

Atteint d’une balle dans la tête et de deux dans le thorax, le sous-brigadier de la brigade anticriminalité d’Aix, Eric Lales, un père de famille de 37 ans, a été transporté à l’hôpital Nord de Marseille dans un état qualifié de « très grave » par la procureure de la République d’Aix-en-Provence, Dominique Moyal.

Selon une porte-parole de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, le policier demeurait « dans un état critique » au bloc opératoire en fin de matinée.

Le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, en route pour Lyon, a exprimé son « indignation » et sa « tristesse », évoquant un « pronostic réservé » pour le policier.

Mme Moyal tiendra une conférence de presse dans son bureau au tribunal de grande instance à 16H30.

« C’est une affaire d’une terrible réalité. Ce sont des individus qui sont des cambrioleurs d’habitude. Celui qui a trouvé la mort a été arrêté plus de 40 fois par les services de police. Tant que ce type d’individus continuent d’exercer et ont ce sentiment d’impunité dans l’action, et bien lorsque les policiers les arrêtent, ils ouvrent le feu », a déclaré à l’AFP le préfet délégué à la Sécurité dans les Bouches-du-Rhône, Alain Gardère.

De source proche de l’enquête, le malfaiteur décédé, Patrick Lombard, âgé d’une vingtaine d’années et membre de la communauté des gens du voyage, faisait partie du « gang des disqueuses », suspecté d’avoir cambriolé de nombreux commerces autour de Marseille à l’aide de disqueuses pour découper les rideaux métalliques.

Les faits se sont déroulés vers 02H30 dans le parc d’activités « Les Estroublans » à Vitrolles. Le policier, « expérimenté et très bien noté », père de deux enfants, de huit et neuf ans, était le chef de bord de son équipage, installé à côté du conducteur.

« A priori au nombre de quatre », les malfaiteurs ont été interceptés par les forces de l’ordre après des cambriolages dans plusieurs villes du département, selon une source proche de l’enquête.

Repérés dans la nuit à un supermarché de Saint-Martin-de-Crau, puis à Aubagne et Venelles, ils sont pris en chasse par deux véhicules de la BAC, dont toutes les unités avaient été alertées. Les policiers jettent une herse, crevant les pneus de leur véhicule, une grosse cylindrée récemment volée où les enquêteurs ont retrouvé des produits surgelés.

Les braqueurs font alors feu avec « une arme automatique de type Kalachnikov », blessant le sous-brigadier, avant de prendre la fuite, laissant sur place un des leurs atteint à la tête.

« Il est mort d’une balle d’un de ses complices qui, en tirant sur le véhicule de police en balayage, l’a atteint au passage », a confirmé à l’AFP le directeur interrégional de la police judiciaire à Marseille, Roland Gauze. Une douzaine d’impacts ont été relevés sur le pare-brise du véhicule de police.

« Ce qui me préoccupe, c’est de constater que des malfaiteurs se munissent de Kalachnikov pour une série de casses nocturnes et n’hésitent pas à tirer sur des forces de police, leur but étant d’éviter à tout prix d’être interpellés », a ajouté M. Gauze.

« Il s’agit d’un acte odieux qui marque une volonté délibérée de tuer du policier », a dénoncé David-Olivier Reverdy, secrétaire régional du syndicat de police Alliance.

« Ce drame ne survient pas comme un coup de tonnerre dans un ciel serein. Il s’inscrit hélas dans un mouvement tragique d’augmentation d’actes violents avec usage d’armes à feu sur tout le territoire national », a déploré Nicolas Comte, secrétaire général du syndicat Unité SGP Police.

Au commissariat d’Aix, l’émotion est vive: un de ses policiers de la BAC avait déjà été blessé, à un bras, par une rafale de Kalachnikov lors du braquage du Pasino d’Aix, le 26 juin.

Source: http://www.lepoint.fr/

11/11/2011

Ruquier a été trop loin; beaucoup trop loin…

Et il est dans le collimateur de Marine Le Pen; et pour cause… A force de se foutre de tout le monde, de rire tout seul de ses propres conneries et de se croire intouchable, le « présentateur-méchant clown » devrait ravaler ses actes et paroles . On ne plaisante plus, avec le nazisme et l’histoire du III ème Reich. Même quand on se nomme Ruquier et que l’on se croit le maître de la sphère télévisée. Il y a des lois, contre ça: « La loi française interdit par exemple les propos antisémites ou révisionistes ». On va voir comment tu te débats, ami Lolo…

A mon avis, tu n’es pas couché…

FDF

.

Marine Le Pen attaque Laurent Ruquier en justice.

Selon la radio RTL, Marine Le Pen va porter plainte contre Laurent Ruquier.
La présidente du Front national n’a pas apprécié que l’animateur s’amuse à présenter son arbre généalogique en forme de croix gammée.

Marine Le Pen attaque Laurent Ruquier en justice !

L’animateur d’On n’est pas couché avait présenté sur France 2 l’arbre généalogique de la famille Le Pen en forme de croix gammée. Grosse colère de la patronne du FN qui a décidé de déposer une plainte contre Lolo.


Allez, on ne se lasse pas de répéter la phrase de Pierre Desproges, lancée en face de Jean-Marie Le Pen, alors invité du Tribunal des Flagrants Délires sur France Inter dans les années 80 : « Peut-on rire de tout ? Oui… Mais pas avec tout le monde. » Visiblement, pour Marine Le Pen, c’est le cas. Selon RTL, la présidente du Front National n’a pas vraiment goûté le trait d’humour de Laurent Ruquier samedi dernier sur France 2. Dans son émission On n’est pas couché, l’animateur a montré en rigolant l’arbre généalogique de la famille Le Pen en forme de croix gammée. Une boutade qui n’a pas faire rire du tout Marine Le Pen, qui déposerait « d‘ici dix jours » une plainte contre Laurent Ruquier.

Le mouvement frontiste indique « qu’un procès, c’est une façon civilisée de se défendre« , et il ne se privera pas d’investir les tribunaux à la moindre injure ou diffamation, précise la station. Dans Les carnets d’Anna, sur RTL, on apprend que la patronne du Medef, le syndicat des patrons, Laurence Parisot serait aussi sous le coup d’une action en justice pour diffamation. Dans son livre Un piège bleu Marine, elle présentait la pacha du FN comme antisémite.

Depuis son arrivée à la tête du mouvement créé par son père, Marine Le Pen a entamé une cure de dédiabolisation de son parti, après l’affaire du « détail » qui a mazouté l’image du Front National dans les années 80. Récemment, l’humoriste Mathieu Madénian avait suscité l’ire du Front National et de plus de 200 de ses adhérents qui ont porté plainte contre lui. Sur Direct 8, il avait comparé ces derniers à des « fils de p***s. »

Bref, pour Marine Le Pen, la croix gammée, ce n’est pas son produit de beauté. Les plaisantins des médias hexagonaux ont intérêt de se méfier et de s’adjoindre les conseils d’un bon avocat.

Sources: http://www.tdg.ch/actu/monde/marine-pen-attaque-laurent-ruquier-justice-2011-11-10

http://www.ladepeche.fr/article/2011/11/10/1212751-marine-le-pen-attaque-laurent-ruquier-en-justice-rtl.html

http://www.programme-tv.net/news/buzz/20145-marine-le-pen-attaque-laurent-ruquier-en-justice/#xtor=RSS-18?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

03/08/2011

Marseille est hors de contrôle pour la Police qui n’a d’autres choix que la fuite: c’est officiel !

Des milices privées pour rétablir l’ordre vont elles venir épauler les autorités? Il y a plein de réservistes qui en rêvent… Ca devrait se bousculer à l’embauche. Voyez le bonus, en fin d’article…

FDF

Et il a l’air content, le maire de Marseille…

Interview surréaliste du Préfet délégué à la sécurité de Marseille


Après la récente médiatisation de contrôles aux frontières des cités marseillaises, la confession du réalisateur de « Plus belle la Vie » comparant sa ville à Kaboul, les plus angéliques vont encore devoir se pincer pour voir la réalité en face. Dans un long entretien le 1er août avec le quotidien La Provence, le préfet Gilles Leclair fait preuve d’une franchise qui est tout à son honneur, et qui fait froid dans le dos. morceaux choisis :

« Il est arrivé dans une ville où, en matière de sécurité, rien ne va plus depuis un bout de temps. Ses prédécesseurs concédaient volontiers que Marseille était « une ville violente, partout » et le procureur de la République, Jacques Dallest, a même comparé certains quartiers aux favelas, à Rio. » La Provence

« je ne résoudrai pas à moi tout seul les difficultés liées à une ville pauvre, qui souffre de 50 ans d’immigration et de tradition de banditisme, martèle Gilles Leclair, un brin fataliste »

La Provence: Pourquoi ne pas remettre les commissariats dans les cités ?
Gilles Leclerc : « Ce n’est pas d’actualité et je ne suis pas sûr qu’on y revienne. Il faut penser à la sécurité des policiers ! Néanmoins, j’aimerais bien qu’on y retourne… »

Commentaire : on reste bouche bée, la sécurité des citoyens ne peut être garantie car « il faut penser à la sécurité des policiers »la création de milices privées va donc devenir une question de survie pour les Français désirant rester dans ces enclaves, comme au Kosovo.

Et les magasins de jouets devenus de véritables armureries, ce qui contribue à la banalisation des armes, ça ne vous choque pas ?
G.L. : « Que voulez-vous que je fasse ? C’est choquant au même titre que certains jeux vidéo. On ne peut pas tout interdire.

« Les atteintes à l’intégrité physique ont augmenté de 13% sur le premier semestre« 

« Vu les événements récents, on peut effectivement s’attendre à une recrudescence des homicides »

On lira égalementcet article sur un parking Vinci passé sous contrôle des voyoux, situation connue de tous qui perdure dans la plus totale impunité. Les gérants du parking, après moultes menaces, malgré leurs plaintes, n’ont eu d’autres choix que de partir.

Source: http://www.islamisation.fr/archive/2011/08/03/interview-surrealiste-du-prefet-delegue-a-la-securite-de-mar.html

l’intégralité de l’interview est sur http://www.laprovence.com/article/marseille-419

Bonus: le racket du parking: http://youtu.be/D3pf1NsW3UI

Merci à DG pour l’info…

17/02/2011

Encore des « chances pour la France » !

« On ne naît pas raciste; on le devient »…

A nouveau des faits de délinquance (dont les chiffres baissent, « nous » a t’on dit). A nouveau des « chances pour la France » auteurs de ces faits. Et à nouveau, on va leur trouver des excuses…De pauvres « jeunes », issus de quartiers défavorisé, issus de l’immigration, tout ça, tout ça.

Mais foutez nous ça dehors, et vite ! En prison, ils nous coûtent cher. Retour au bled, sans haine ni violence. Là-bas, ils vont « trouver le service dur »… Il faut des exemples, de temps à autre. Sinon, c’est le sentiment d’impunité qui va grimper en flèche… Et il est déjà bien trop haut.

FDF

.

Ils agressaient des vieilles dames pour leurs bijoux

Houari Boudjeltia et AbdelKader Boussadra, respectivement 25 et 22 ans, sont rôdés pour le vol à l’arrachée. Leurs critères sont bien établis : quartiers Jean-Jaurès ou Saint-Sernin à Toulouse, des femmes de plus de 60 ans, à l’allure plutôt bourgeoise et avec un collier plus ou moins voyant. Le résultat de ce mode opératoire est effrayant pour les personnes répondant à ce critère : de juillet à août 2010, plus d’une quinzaine de ces dames sont violemment agressées.

Arrêtés en flagrant délit le 28 août, les deux compères ont été jugés fin août selon la procédure comparution immédiate. Les pouvoirs d’investigation de la police ne se sont pas arrêtés là et de nombreux autres vols ont été imputés à nos deux pilleurs de vieilles dames. Ces nouveaux faits ont justifié leur nouvelle comparution devant le tribunal correctionnel de Toulouse en début de semaine.

Symbole de ces mamies terrorisées, l’une des victimes s’est avancée à la barre. « Les deux hommes se sont approchés de moi pour que je leur indique leur chemin. Alors que je leur répondais, ils m’ont arraché violemment mon collier. Comme l’attache a résisté, ma douleur au cou a été encore plus grande. Le traumatisme de cette agression est encore présent à mon esprit ». Côté défense, Mes Chorier et Lévy ont plaidé l’absence d’éléments objectifs au dossier. « Les témoignages des victimes ne peuvent suffire au tribunal. Ces gestes sont intolérables mais encore faut-il condamner des coupables ». Le tribunal a condamné Houari à 3 ans de prison et AbdelKader à 18 mois. Ces peines ont englobé celles prononcées en août.

Lu sur: http://www.ladepeche.fr/

09/12/2010

Merci de signer le grand référendum anti-racaille !

Référendum sur la Justice : une nouvelle vague !

.

Lien-source-participation au référendum: http://www.institutpourlajustice.com/survey/show/referendum-sur-la-justice-une-nouvelle-vague

 

19/09/2010

Justice: Les propositions chocs de Brice Hortefeux… Faudra pas aller se plaindre, après.

19 09 2010

Eh ben; on n’a pas fini de voir une évolution notoire de la délinquance… Ca va être dur à avaler pour nous autres, les citoyens-moutons- contribuables… C’est n’importe quoi! Le sentiment d’impunité va faire son sale boulot. Chapeau, m’sieur Hortefeux! La racaille vous remercie bien…

FDF

.


Ministère de l’Intérieur, mardi matin: Le patron de la Place Beauvau veut fixer à dix ans au lieu de quinze aujourd’hui le seuil à partir duquel la rétention de sûreté peut être prononcée par un tribunal.

Récidive, mineurs délinquants, application des peines, peine de sureté, exaspéré par les réponses apportées par certains magistrats aux récents faits divers, Brice Hortefeux, dans un entretien exclusif au Figaro Magazine à paraître samedi, livre ses propositions chocs.

Le ministre de l’Intérieur est «favorable» à la diminution de 15 ans à 10 ans du «seuil à partir duquel la rétention de sûreté peut être prononcée». Il est également «favorable» à la modification de la loi pénitentiaire: «Avoir quasiment l’assurance de ne pas effectuer sa peine de prison, quand on est condamné à moins de deux ans, est un dispositif parfaitement inadmissible pour les citoyens et totalement incompréhensible pour les policiers et les gendarmes.

Comment les Français peuvent-ils admettre qu’ils soient sanctionnés dès qu’ils dépassent de deux kilomètres/heure la limite de vitesse autorisée, tandis qu’un délinquant condamné, lui, à 18 mois de prison pour vol avec violences, cambriolage ou trafic de stupéfiants, ne passera pas un seul jour en prison?

On marche sur la tête! Je propose donc que les aménagements de peines de prison ferme ne soient possibles que pour les peines les plus courtes, jusqu’à un an.»

Le ministre de l’Intérieur veut également «faire évoluer les règles de la justice des mineurs», estimant que «l’ordonnance de 1945 n’est plus adaptée aux mineurs d’aujourd’hui».

Enfin, si Brice Hortefeux « estime que les tribunaux correctionnels pourraient fort bien être composés de jurys populaires tirés au sort ou par un système d’échevinage qui associe les jurés populaires à des magistrats professionnels», il lance un nouveau débat qui fera polémique: pourquoi ne pas réfléchir à l’élection des juges de l’application des peines, voire à celle des présidents de tribunal correctionnel?

Sous la Révolution française, pour rompre avec l’Ancien Régime, certains juges étaient élus.

Source et publication: le figaro


Voir également:

La proposition du ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux d’élire les juges de l’application des peines et les présidents de tribunal correctionnel a été qualifiée vendredi de « démagogique » par l’Union syndicale des magistrats (USM) et le Syndicat de la magistrature (SM).

Click here to find out more!

La proposition du ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux d’élire les juges de l’application des peines et les présidents de tribunal correctionnel a été qualifiée vendredi de « démagogique » par l’Union syndicale des magistrats (USM) et le Syndicat de la magistrature (SM).

« C’est affligeant, démagogique », a réagi Christophe Régnard, président de l’USM (majoritaire).

Il dénonce dans cette suggestion une forme de « chasse aux juges », « une façon de trouver un bouc émissaire à l’échec de la politique du gouvernement en matière de sécurité en mettant en cause les magistrats ».

Le qualificatif de « démagogique » revient également dans la bouche de Mathieu Bonduelle, secrétaire générale de l’USM (2e syndicat, gauche).

« L’élection des juges est une espèce de fantasme de justice à l’américaine qui ne correspond pas au système français. Elle repose sur l’hypothèse que le juge serait laxiste et le peuple répressif. C’est une idée fausse », poursuit M. Bonduelle.

Il pointe par ailleurs les « dangers » d’un système d’élection des juges qui « risque d’encourager le développement du clientélisme, comme on le constate aux Etats-Unis ».

Dans un entretien au Figaro Magazine à paraître samedi, Brice Hortefeux a proposé de « réfléchir à l’élection des juges de l’application des peines, voire à celle des présidents de tribunal correctionnel ».

Le ministre de l’Intérieur s’est également prononcé en faveur d’un durcissement de deux dispositifs prévus pour les condamnés: la rétention de sûreté, dont il souhaite qu’elle puisse s’appliquer dès une condamnation à dix ans de prison, contre quinze ans actuellement, et les possibilités d’aménagement de peine, qu’il propose de ramener au seuil d’un an de prison ferme.

La loi pénitentiaire votée à l’automne 2009 a ouvert aux condamnés à deux ans de prison ferme la possibilité de voir leur peine aménagée.

« Les magistrats en ont assez de voir la justice devenue le point de fixation de la communication gouvernementale », s’agace Mathieu Bonduelle.

Côté Chancellerie, on observe qu' »il est tout à fait normal que le ministre de l’Intérieur ait ses propres idées. La garde des Sceaux a les siennes, appuyées sur sa triple expérience de ministre de l’Intérieur, de la Défense et de la Justice ».

Le porte-parole du ministère, Guillaume Didier, rappelle que Michèle Alliot-Marie travaille actuellement au second volet de la réforme de la procédure pénale, qui concerne la phase de jugement.

A ce titre, a ajouté M. Didier, elle a demandé à ce qu’il y ait « la plus large consultation, le maximum de contributions des professionnels de justice, des parlementaires et des partis politiques ».

source :afp/ le point

09/09/2010

« Suspects » en liberté à Rennes. L’incompréhension légitime des policiers

Et ça continue… L’affaire d’Uriage n’a pas suffit. Les policiers commencent à sérieusement douter de la reconnaissance et de l’utilité de leur travail… On les comprendrait à moins. Qui peut on accuser? La Justice ou bien les juges; ou bien les deux? Pourquoi ce laxisme propice à la propagation inévitable du  sentiment d’impunité?

FDF

.

9 septembre 2010

Une dizaine de jeunes se sont attaqués à une équipe de police en intervention, lundi à Rennes (35). Des agresseurs présumés ont été interpellés puis laissés en liberté, à la grande colère des syndicats de police.

Ce jeune capitaine de police, tout récemment nommé à Rennes, n’imaginait pas que la capitale bretonne pouvait se révéler si violente. Lorsqu’une dame a appelé le commissariat pour se plaindre du comportement d’une bande, il s’est rendu sur place avec trois agents pour une opération qui paraissait devoir être de routine. À leur arrivée sur ce square du quartier sud, connu pour être un rendez-vous de dealers et les incivilités, des jeunes qui jouaient au ballon se sont égaillés comme une volée de moineaux, laissant derrière eux leurs affaires et leurs vêtements. Voyant que les policiers les avaient ramassés et s’apprêtaient à repartir, ils se sont regroupés à une dizaine pour se livrer à une attaque en règle des quatre fonctionnaires. Le capitaine a été pris à partie, ses vêtements arrachés et l’un des agresseurs a tenté de se saisir de son arme de service. Les trois agents ont, eux aussi, été victimes de la bousculade et de coups. L’un d’entre eux a subi de violents coups de pied qui lui ont valu cinq jours d’arrêt de travail. Dès le lendemain, trois des agresseurs étaient interpellés, tous déjà bien connus de la police. L’un était mineur et a été présenté hier au parquet. Les deux autres, de jeunes majeurs, ont été laissés en liberté et comparaîtront en janvier devant le tribunal.

«Une réponse pénale»

Cette décision du parquet a créé une incompréhension chez les policiers. Non seulement les faits de lundi leur semblaient suffisamment graves pour justifier un placement en détention mais l’un d’entre eux avait déjà été arrêté la semaine passée pour une quinzaine de vols avec effraction. Pour le procureur de la république, la décision de laisser en liberté les deux majeurs est justifiée par leur implication relativement faible dans les violences subies par les policiers. Quant au mineur, déféré hier soir, il semblait avoir joué un rôle plus déterminant dans le déclenchement de l’agression et devait faire l’objet d’une demande de placement en détention. «Dans tous les cas, il y aura une réponse pénale», ajoute le procureur.

Source: http://tinyurl.com/24ka433