Francaisdefrance's Blog

24/01/2011

Un nouveau « lieu de culte » (mosquée) en projet à Is-sur-Tille…

On commence à « pousser les murs »? Il faut faire appel à la racaille du coin qui ont l’habitude de les tenir, plutôt… Cette future mosquée serait construite à coté d’une boulangerie bio? Attention! Ca risque de « heurter la sensibilité » des clients, cette fois…

FDF

.

À Is-sur-Tille, la salle de prière actuelle se trouve dans ce bâtiment. Les femmes prient en bas, les hommes en haut.  Photo N. R.
 

La salle de prière se révélant trop exiguë pour les musulmans d’Is-sur-Tille, un nouveau lieu de culte est en projet. Aucune date n’est arrêtée pour le moment.

Le futur bâtiment devrait être construit à côté d’une boulangerie qui fabrique du pain « bio ». Projet. L’idée d’une nouvelle salle date de « plusieurs années » selon le maire d’Is-sur-Tille.

«Le vendredi, quand les gens de Selongey viennent pour la prière, on n’a pas assez de place pour eux », lance Mohamed El Mahi, membre de la communauté musulmane d’Is-sur-Tille.

La surface de la salle de prière actuelle, qui se trouve dans une maisonnette, est de 27 m² selon le Côte-d’Orien. La cinquantaine de fidèles réguliers qui s’y réunissent y sont immanquablement à l’étroit.

La communauté s’est donc mise en quête d’un nouveau lieu pour se rassembler. « Cela fait deux ou trois ans qu’on cherche, on a mis du temps avant de trouver un terrain », raconte Mohamed El Mahi.

La municipalité a fini par proposer un emplacement situé non loin de l’Intermarché, à la sortie d’Is en direction de Selongey. « Le terrain a été réservé pour eux, mais aucun acte n’a été signé pour le moment. On attend que le permis de construire soit validé par les services de l’Etat avant de vendre », indique Michel Maillot, maire d’Is-sur-Tille.

Le bâtiment, d’une surface de 200 m², sera notamment financé par la vente de l’ancienne salle et les dons des fidèles (???), qui participeront au « gros des travaux », selon Mohamed El Mahi. La dénomination de l’endroit diffère selon les uns et les autres. Pour Michel Maillot, « au niveau du projet en mairie, on parle de lieu de culte ». Pour la communauté musulmane, « on ne fait pas la différence entre un lieu de culte et une mosquée ».

(FDF: attention, les muzz: un lieu de culte tombe sous la loi de 1905… Appelez donc ça un « centre culturel ou cultuel », comme vos potes qui ont compris l’astuce).

Autre différence d’appréciation, au sujet du minaret, élément architectural des plus sensibles. « Il faut que le plan corresponde aux règles d’urbanisme de la commune. Il n’y aura pas de minaret, rien ne dépasse du bâtiment », souligne Michel Maillot. Pour Mohamed El Mahi, il y aura « un petit minaret pas très haut ».

Ce dernier ajoute : « On a montré un premier plan au maire, on nous a demandé de faire des rectifications en terme d’électricité et de chauffage. » Le premier magistrat d’Is-sur-Tille estime que la municipalité n’a fait que « chercher un lieu pour un transfert d’activité, avec un peu de place pour stationner. » (FDF: « chercher un lieu pour une mosquée et un stationnement engrange des frais… L’argent du contribuable, en outre. Et la loi de 1905?).

Aucun calendrier n’est arrêté pour l’instant, tout dépend pour le moment de la validation ou non du permis de construire.

Source: lebienpublic.fr

15/01/2011

Croix des pharmacies: pour le moment, ce n’est qu’un canular; pour le moment…

Horreur! On insulte l’islam!

Et on redémarre fort… Allons nous à nouveau « heurter la sensibilité des musulmans » avec les croix des pharmacies qui, il n’y a pas si longtemps, on fait polémique sur fond de canular? Mais connaissant bien les musulmans, le canular pourrait bien devenir « affaire d’Etat »… On parie?

FDF

.

Croix des pharmacies anti-islamiques ? Pour le moment, ce n’est qu’un CANULAR ! cf. http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/hoax.php?idArticle=77211 . Mais la Gourbisation continue…

Pour le moment, c’est un CANULAR ! voir http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/hoax.php?idArticle=77211


Folie pure ! C’est nouveau ! MEME LA FORME DE LA CROIX SUR LES ENSEIGNES PHARMACEUTIQUES COMMENCENT À LES DÉRANGER !!!! ET QUOI ENCORE ???
« Les pharmacies parisiennes bientôt obligées de décrocher leur enseigne en forme de croix ? Pour la remplacer par un croissant? »

01/04/2009 – 08h00 PARIS  – Une association maghrébine parisienne, Paris-Beurs-Cités, a adressé il y a une dizaine de jours une lettre à la mairie de Paris afin de demander que soient « progressivement supprimées des devantures des pharmacies les enseignes en forme de croix ». La conseillère technique du Cabinet de Bertrand Delanoë en charge des cultes, Ilda Vrospinos, a officiellement répondu que la demande allait être «examinée avec la plus extrême attention ». L’association, qui se présente pourtant comme « non confessionnelle » et entend « regrouper les jeunes Français issus de l’immigration maghrébine afin de les aider à trouver leur place dans une société encore largement discriminatoire », explique sa démarche par le fait que « ce symbole religieux ostentatoire, vestige d’une époque révolue où la religion catholique était omniprésente dans notre pays » est susceptible de «heurter la susceptibilité des croyants non chrétiens, mais aussi des personnes non ou antireligieuses » et « contrevient gravement au principe républicain de laïcité ». « Alors que la crise économique accroît les risques d’affrontements intercommunautaires, ces enseignes à forte connotation religieuse pourraient être ressenties par certains comme une forme de discrimination, voire comme une provocation », poursuit Paris-Beurs-Cités. La demande pourrait bien aboutir si l’on en croit la réponse officielle de Mme Vrospinos, qui affirme dans la lettre qu’elle a adressée à l’association « comprendre pleinement [ces] préoccupations ». La conseillère indique qu’elle va « soumettre [sa] demande à Bertrand Delanoë qui, n’en doutez pas va l’examiner avec la plus extrême attention ». La conseillère technique précise également que le maire de Paris « qui a fait du « vivre ensemble » l’un des fondements de son engagement », « est très attentif à la bonne entente entre communautés » et qu’il est « pleinement conscient du caractère néfaste de certains anachronismes ».

Merci à DB de m’avoir remémoré cette affaire…

.

Je profite de ce billet pour remercier chaleureusement un ami résistant qui se reconnaîtra pour avoir oeuvré durant une semaine afin de faire vivre ce blog pendant mes travaux de maintenance…

FDF

13/12/2010

Strasbourg: Saint Nicolas des banlieues…

Et ça continue… C’est bientôt la charia.Quand va t’on nous interdire les sapins de Noêl, car « ça pourrait heurter la sensibilité des musulmans »? Le « père Fouettard », ça devrait leur plaire, en revanche. Ca vient, ça vient. Grâce à des actions comme celle qui vient d’être menée à Strasbourg…

FDF

.


Dans les écoles de Strasbourg, on adapte la légende de saint Nicolas pour les petits immigrés


STRASBOURG

Il est de tradition, autour du 6 décembre, que les enfants des écoles maternelles et élémentaires d’Alsace reçoivent la visite de saint Nicolas accompagné de son âne et parfois de son inquiétant acolyte le « Père Fouettard ». Saint Nicolas, qui est depuis des millénaires la grande figure tutélaire des régions de l’Est de la France et y joue le rôle d’un Père Noël avant l’heure, distribue aux petits élèves chocolats et brioches – on lui donne en retour quelques carottes pour nourrir son âne.

La Ville de Strasbourg ne déroge pas à ce cérémonial bon enfant, puisqu’elle organise depuis 1997 un spectacle de la Saint-Nicolas pour toutes les classes de maternelle. Mais changement cette année : « Pour que tous les enfants se sentent concernés, quelles que soient leurs origines, a expliqué Nicole Dreyer (PS), ajointe au maire en charge de la petite enfance, la Ville a fait appel à une conteuse qui a transformé l’histoire de saint Nicolas. »

Résultat : une adaptation de la vieille légende européenne pour faire plaisir aux petits immigrés, du bourrage de crânes multiculturel et un nouveau renoncement à l’identité régionale. Le « conte » s’inspire de l’album Luc, Ahmed et saint Nicolas (Editions Nord-Sud, 1996), dont le propos se résume ainsi : « Luc et Ahmed habitent le même immeuble. Luc se réjouit la veille de la Saint-Nicolas, Ahmed s’interroge. Va-t-il avoir droit à quelque chose ? Dans son pays, les traditions sont différentes. Plein d’espoir, il place en secret ses chaussures devant la porte, comme Luc le lui a expliqué. Grâce au bon cœur de son ami, Ahmed ne sera pas déçu. Une belle histoire de tolérance et de partage, au-delà des croyances et des frontières… »

Saint Nicolas des banlieues, pote avec Ahmed, a été joué ce samedi devant 400 élèves des maternelles de Strasbourg. Il se trouve que dans l’histoire, la maman d’Ahmed « se montre sceptique ». Comme on comprend ça…

Novopress.info, 2010