Francaisdefrance's Blog

24/11/2011

Un sénateur maire PS soutient un concert anti-patriote !

Coupure de presse du journal Le Pays.

.

Une première dans le domaine. Nos élus (du moins, celui-ci) remettent en cause les principes de NOTRE République !

En l’occurence, le sénateur-maire de la ville d’Audincourt applaudit des deux mains un concert donné dans sa ville par le tristement célèbre groupe ZEP (celui qui « nique la France »…). Il affirme même qu’il y sera présent… On croit rêver.

Quand on connait les tendances anti-patriotiques de ce groupe, on est tenté de douter de l’intégrité d’élus de ce genre dont la fonction est normalement de soutenir et défendre les valeurs républicaines de notre France…

Ce sénateur maire est certain, avec de tels propos, de ramasser tous les bulletins de vote de la gauche profonde communismo-révolutionnaire du coin aux prochaines élections. Pauvre France.

(Voir la coupure de presse (Le Pays) ci-dessus).

FDF

.

ZEP, c’est ça..

Et ça: http://youtu.be/bzJ6cBhnrHw

02/11/2011

Un texte révélateur pillé chez Facebook…

Les loups ne se mangent pas entre eux, en principe…

FDF

.

Les syndicats s’offusquent à bon droit des super-retraites des sénateurs. Dénoncer un régime spécial, c’est bien… Les dénoncer tous, c’est mieux… Chiche, messieurs les syndicalistes ?

Les syndicats ne décolèrent pas après les révélations du site Médiapart sur les super-bonus et super-retraites des sénateurs. Plusieurs dizaines de « dignitaires » (vice-présidents, patrons de commissions etc.) ont trouvé une astuce pour doubler leur retraite. Exemple : 13 200 euros par mois pour Michel Charasse !

Pour Eric Aubin, le « Monsieur retraites » de la CGT, « on vit une période d’austérité où les gens souffrent, certains n’arrivent pas à vivre avec leur retraite. Et pendant ce temps-là, d’autres ne connaissent pas la baisse de leur pouvoir d’achat ». Son homologue de la CFDT, Jean-Louis Malys, enfonce le clou : « on planque ses avantages. On se protège. Ce système des compléments de retraite des sénateurs est désastreux pour les élus en termes d’exemplarité. » Et le syndicaliste professionnel de dénoncer « un esprit de caste », tandis que sa conseour de SUD, Annick Coupé, parle carrément de « tripatouillages » et de « passe-droits ».

Le paradoxe veut que ces mêmes syndicalistes soient les plus ardents défenseurs des régimes spéciaux : SNCF, RATP, EDF-GDF, Banque de France, Conseil économique et social etc. Les « passe-droits », « l’esprit de caste », le « mauvais exemple », ils connaissent par cœur. Quand il s’agit de leurs propres avantages, ils ne s’émeuvent pas que les uns, assis sur leur pension garantie, « ne connaissent pas la baisse de leur pouvoir d’achat » quand les autres, victimes du rabotage systématique des pensions, « n’arrivent pas à vivre avec leur retraite ».

A quand une remise en cause globale des super-régimes spéciaux ?

A quand, par exemple, une vraie réforme du régime de retraite du Conseil économique, social et environnemental (CESE), véritable niche sociale qui profite à 64 patrons syndicaux ? Pourtant, il y aurait beaucoup à faire avec ce régime calqué sur celui…des parlementaires ! D’autant que la « vraie-fausse » réforme de 2010 a épargné l’essentiel des avantages des conseillers.

31/10/2011

Bravo au Sénat de nous prouver sa soumission et sa préférence non-nationale !


Le PS nous aura décidément tout fait! Mais qui est cette délicieuse nouvelle élue???

Voir: http://tinyurl.com/5syf824

et: http://www.senat.fr/senateur/khiari_bariza04077p.html

Continuez à voter pour les Socialo-collabos bradeurs de NOTRE France! Vous entrez en Francarabia. Bienvenue et surtout, bon courage…

FDF

.

.

Une Algérienne militante du Mrap vice-présidente du Sénat…

Les socialistes n’ont pas mis longtemps pour trahir la France en mettant à la vice-présidence du Sénat où ils sont majoritaires une femme qui se revendique et Algérienne et musulmane, celle qui, en 2009, avait fait une proposition de loi, votée à l’unanimité, « visant à supprimer les conditions de nationalité qui restreignent l’accès des travailleurs étrangers à l’exercice de certaines professions libérales ou privées »… cela dit tout. On peut s’attendre, avec elle et une majorité de gauche au cas où le PS l’emporterait en 2012, à voir disparaître même la nécessité de nationalité française pour devenir fonctionnaire. C’est-à-dire pour rendre un service, public, à chacun, sans considération de race, de religion ou de sexe… 

Le quotidien algérien Liberté-Algérie annonce même sa prochaine proposition de loi :  » Elle a tout de suite décidé de s’attaquer à la circulaire de Claude Guéant durcissant les conditions de séjour des étudiants étrangers après l’obtention de leur diplôme. Mme Khiari va présenter une proposition de résolution en vue de favoriser l’emploi des étudiants étrangers sur le territoire français, tout en facilitant les allers-retours avec leur pays d’origine ».

Bon, tout le monde est prévenu. Avec le PS la France, sera, plus que jamais au cours de son histoire, une passoire, un Eldorado ouvert à toutes les convoitises et à toutes les envies… mais réservées aux Etrangers en priorité.  Qu’on se le dise.

PS Circonstance aggravante, qui en dit long, elle est aussi militante à la FCPE, cette association de parents d’élèves qui a, par ses exigences, par des prises de position, largement contribué à fiche en l’air notre école…   

PS2 L’effrontée ose prétendre défendre un islam modéré, de paix et de tolérance, à lire, deux articles démontant ses arguments sur Riposte laïque

Source: http://christinetasin.over-blog.fr/

07/07/2011

Serrez-vous la ceinture, mais payez vos impôts; vous mangerez plus tard…

L’exemple vient d’en haut, dit on… Depuis quelques temps, si on suivait ces consignes, ce serait un beau merdier en France. Pire que maintenant? Si si; c’est possible… Les scandales de tout genres se dévoilent (DSK, Woerth, Tron, Alliot-Marie, j’en passe et des meilleures…) mais ça n’empêche pas les autres d’emboîter le pas. « Je veux une République exemplaire » avait dit Sarkö…

FDF

.

Les notes de frais de Jean-Marc Pastor

Les notes de frais de Jean-Marc Pastor. Jean-Marc Pastor ( PS), questeur du Sénat, s’est fait épingler par Mediapart pour ses grosses notes de frais.

Jean-Marc Pastor a transmis 3 factures à la trésorerie du Sénat, le 9 décembre 2010, soit quelques jours avant expiration de son crédit annuel. 2 d’entre elles correspondent à des notes de restaurant.

Notes de frais de Jean-Marc Pastor

– La première note de frais de Jean-Marc Pastor, datée du 19 novembre, correspond à un repas de 51 convives pour un montant total de 1428 euros.

– La seconde note de frais de Jean-Marc Pastor, datée du 3 décembre 2010, correspond à un repas de 38 convives et un montant de 1064 euros.

Ces 2 notes de frais de Jean-Marc Pastor ont été émises par l’Hostellerie Saint-Jacques de Monestiés, dans le Tarn, département dont Jean-Marc Pastor est sénateur. L’établissement est géré par la fille de Jean-Marc Pastor et il en détient lui-même des parts.

Jean-Marc Pastor a déconseillé au rédacteur en chef du Tarn libre de publier ces informations, en lui indiquant que le Sénat “a porté plainte“, et en se prévalant d’un communiqué de soutien du président du Sénat, Gérard Larcher.

Mais la responsable de la communication de la présidence du Sénat, Nathalie Bahier, affirme que ce communiqué “est un faux“. “Il n’y a jamais eu de communiqué de presse de Gérard Larcher concernant cette affaire“. Une affaire qui crée de fortes tensions au Sénat.

En tant que questeur du Sénat,  Jean-Marc Pastor bénéficie déjà de confortables avantages: traitement de sénateur, logement de fonction qu’il peut mettre à disposition de ses collègues, indemnité complémentaire de 5170 euros bruts par mois, ainsi qu’une rallonge annuelle de 11 600 euros pour frais de représentation.

Source: http://www.observatoiredessubventions.com/

06/07/2011

La Ripoublique des copains…

En plein effort d’austérité demandé (et imposé) par nos dirigeants, il est vrai que c’est dur à avaler…

FDF

.

Les sénateurs s’enrichissent pendant que la France s’appauvrit !


Communiqué de presse de Jean-Luc Manoury, vice-président du groupe FN au Conseil régional de Lorraine

Jean-Luc Manoury, vice-président du groupe Front National au Conseil régional de Lorraine et tête de liste pour les élections sénatoriales de septembre 2011 en Meurthe-et-Moselle, dénonce la prime exceptionnelle de 3.500 euros que les sénateurs se sont octroyés fin juin 2011 (source AFP).

Au moment où beaucoup de nos compatriotes connaissent le chômage, la précarité et la baisse du pouvoir d’achat cette décision est moralement inacceptable.

En effet, un simple sénateur touche une indemnité mensuelle de 7.100 euros brut (5.514,68 euros d’indemnité mensuelle, 165,44 euros d’indemnité de résidence, 1.420,03 euros d’indemnité de fonction) à laquelle s’ajoute une indemnité représentative de frais de mandat de 6.240,18 euros par mois destinée à « faire face aux diverses dépenses liées à l’exercice de leur mandat. »

Les grands électeurs et notamment les maires ruraux pour qui une véritable revalorisation de leurs indemnités serait nécessaire doivent apprécier et les sénateurs déjà bénéficiaires d’un régime spécial de retraite devraient méditer la citation de Rivarol :

« Quand les peuples cessent d’estimer, ils cessent d’obéir ».

Source: http://www.nationspresse.info/

Merci à DG pour l’info.

12/12/2010

Un site à suivre…

C’est ici: http://www.pour-une-democratie-directe.fr/

FDF

.

LE FEUILLETON DES PETITIONS DE LA XIIIème EST PUBLIE !

LES DEPUTES ONT JUSQU’AU 17 DECEMBRE POUR DEMANDER QUE LA PETITION 38 SOIT SOUMISE A L’ASSEMBLEE NATIONALE

Cette pétition demande juste « l’alignement des régimes spéciaux de retraite des députés et des sénateurs sur le régime général »

Se gardant bien de répondre à la question de l’alignement complet des pensions des députés sur le régime général, la comission des Lois débite le leitmotiv sur les efforts spontanément consentis (qui laissent pourtant encore et toujours de nombreux privilèges à nos Représentants) :

lors de sa réunion du 3 novembre 2010 le Bureau de l’Assemblée nationale a adopté les décisions suivantes réformant le service de pension vieillesse des anciens députés :
– le système de double cotisation est supprimé à compter du début de la prochaine législature ;
– les évolutions envisagées pour le régime général et la fonction publique sont intégrées dans le service de pension vieillesse des anciens députés (relèvement de 60 ans à 62 ans de l’âge d’ouverture du droit à pension à compter du 1er janvier 2018, allongement de la durée de cotisation requise pour obtenir une pension à taux plein jusqu’à à 41,5 annuités selon le calendrier retenu au niveau général, alignement du
taux de cotisation sur celui des salariés du secteur privé qui passe à 10,55 % d’ici 2020) ;
– le montant des pensions vieillesse versées aux anciens députés est diminué de près de 8% ;
– un dispositif de pension vieillesse complémentaire est instauré à compter du début de la prochaine législature afin de compenser partiellement les effets négatifs de la rupture de carrière et ses incidences sur la constitution d’une retraite pour les députés, ainsi que les difficultés éventuelles pour retrouver un emploi à l’issue de leur mandat. Ce dispositif sera facultatif et dégressif. En cotisant à ce régime complémentaire, un député obtiendra une demi annuité supplémentaire par année de cotisation pendant son premier mandat et son deuxième mandat, un tiers d’annuité supplémentaire par année de cotisation pendant son troisième mandat et un quart d’annuité par année de cotisation pendant les mandats suivants ;
– le montant maximum de la pension vieillesse des anciens députés est plafonné à 75 % du revenu d’activité pour le régime de base et ne peut, en tout état de cause, y compris avec les majorations pour enfants, excéder le revenu d’activité ;
– le taux des pensions de réversion est ramené à 60 % pour le système de base et pour la couverture facultative ;
– la pension dont bénéficie un ancien député pensionné est suspendue pendant la durée d’exercice d’une fonction ministérielle.
Ces dispositions ont été mises en oeuvre dès la promulgation de la loi de
réforme des retraites, intervenue le 9 novembre 2010.

Source : Feuilleton des pétitions (09/12/10)

23/10/2010

Nos pauvres sénateurs…

Au moins on sait pourquoi nos impôts augmentent sans cesse…

FDF

.

Le Sénat : enquête sur les super-privilégiés de la République Robert Colonna d’Istria, Yvan Stefanovitch

« A quoi sert le Sénat, institution deux fois centenaire qui nous coûte chaque année plus de 300 millions d’euros? D’abord à financer les privilèges (plus de 4 000 euros mensuels de retraite pour 15 ans de cotisation) et les rémunérations royales (11 540 euros net par mois) des derniers princes de la République, nos 331 sénateurs.
Et aussi à entretenir les 1 260 fonctionnaires les mieux rémunérés de l’Hexagone (de 2 300 à 20 000 euros net mensuels), qui font la semaine de 32 heures et ont presque 4 mois de vacances. Luxe, calme et volupté. Et, dans l’esprit de beaucoup, de Jospin à Sarkozy, ces super-privilèges n’ont pas la moindre justification, car, selon eux, cette deuxième Chambre ne sert à rien. La réalité est édifiante: un petit tiers des sénateurs travaille, un gros tiers vient de temps en temps à Paris et les autres appartiennent à la famille des rois fainéants.
Un royaume hors du monde et du temps ? Pas tout à fait. Car nos sénateurs, qu’ils soient de droite ou de gauche, sont assidûment courtisés par des lobbies de tout poil. Des marchands d’armes aux semenciers, chacun connaît la capacité de ces édiles à peser sur la diplomatie française ou à modifier un texte de loi. Cela justifie bien des « voyages d’études », tous frais payés, quelquefois au bord d’un lagon lointain. D’autres ténors politiques, en revanche, continuent à considérer la Chambre haute comme un précieux garde-fou contre les dérives des gouvernements et l’obéissance servile de l’Assemblée nationale. Robert Colonna d’Istria et Yvan Stefanovitch ont mené une enquête pointilleuse qui révèle les petits et grands secrets de l’institution Sénat. Ils racontent, avec beaucoup de brio, les splendeurs et les misères de notre Chambre « haute « .
Et recensent les quinze réformes évidentes à mettre facilement en œuvre pour que les sénateurs ne soient plus des superprivilégiés. »

Merci à JLB pour l’info…

08/09/2010

Il faut que le sénat tue la burqa ce 13 septembre !!!

8 septembre 2010

Il faut que le sénat tue la burqa ce 13 septembre

Le lundi 13 septembre 2010, le « projet de loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public » sera examiné par le Sénat. Ce projet a été adopté à l’assemblée nationale le 13 juillet par une large majorité de députés courageux malgré l’inertie des lâches (qui ne perdent rien pour attendre).


Il FAUT que les sénateurs valident cette loi !


Faites savoir à votre sénateur, et aux autres éventuellement, que vous voulez que cette loi soit validée.

Vous êtes celui qui paie leur salaire, ils sont élus pour vous représenter, ils sont donc à VOTRE SERVICE, mais ils ne peuvent pas savoir ce que vous voulez si vous ne le leur dites pas.

Pour le leur dire, concrètement, c’est très simple :

(re)participez à la pétition contre la burqa

.