Francaisdefrance's Blog

01/02/2012

Les islamistes scandent Allah Akbar devant le Sénat !

http://youtu.be/ezJlpr8tI-o

Et ça; c’en est pas du racisme? (Je m’adresse à la bande de cons qui veulent porter plainte contre mes lecteurs et moi…).

Si c’en n’est pas, je me convertis à l’islam! (Mais non, j’déconne…).

Ci-dessous, Cyrano est en colère; une colère bien légitime. Et ce n’est pas fini. Je l’avais dit: les lécheurs de babouches qui se reconnaîtront ici vont commencer à raser les murs…

FDF

.

Les plus anciens de nos lecteurs se souviennent sans doute des combats de catch, à la télévision, commentés par l’inoubliable Roger Couderc. Il y avait une constante, dans ces rencontres, qui bien évidemment étaient arrangées d’avance. Il y avait les gentils, les méchants, et l’arbitre. Les premiers respectaient les règles du jeu, les deuxièmes trichaient tout le temps. Et pourtant, l’arbitre sanctionnait toujours… les gentils, et presque jamais les méchants, suscitant bien évidemment la colère du public. Bien sûr, la morale était toujours respectée, et les tricheurs finissaient toujours par être disqualifiés, faute de quoi on aurait risqué l’émeute.

N’est-ce pas, quarante années plus tard, ce qui est en train de se passer en France, à une autre échelle. En quelques jours, plusieurs événements extrêmement inquiétants viennent de se dérouler. A Clermont-Ferrand, où des émeutes ont secoué la ville pendant plusieurs jours, on a vu et entendu, devant la préfecture de la capitale auvergnate, cinq cent musulmans, sous le regard attendri de Borie, avocat de la LDH, scander « Allah akbar », le cri des musulmans quand ils égorgent les chrétiens et tous ceux qui ont le toupet d’être juifs, mécréants ou homosexuels !

Nous avons entendu le même cri devant le Sénat, où une centaine de petites soldates de l’islam, furieuses qu’une assemblée puisse légiférer sur le voile des assistantes maternelles, ont gémi « halte à l’islamophobie » et ont menacé Hollande, lui faisant savoir que les musulmans étaient… 10 millions en France, un chiffre plus proche des réalités que les 4 millions annoncés par Guéant. Nous avons vu une banderole, brandie par ces fanatiques, comparant ce vote à la politique d’Hitler, montrant donc que pour ces musulmans, exterminer des juifs et interdire le voile dans certains situations professionnelles, c’était pareil. Sur cette vidéo, Pascal Hilout a traduit la réelle signification des paroles prononcées en arabe, ce jour là, devant le Sénat. C’est sans ambiguïté.

A Lyon, devant les locaux du PS (c’est bien la peine qu’Aubry se soit donné tout ce mal avec le recteur UOIF de Lille, Amar Lasfar), nous avons entendu le président de la Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie, le nommé Abdel Aziz Chaambi, annoncer clairement la couleur. « Fadela Amara est venue comme caution bougnoule, comme caution maghrébine chez Sarkozy pour ne rien faire dans les banlieues ! (…) On ne veut pas de cette diversité à la noix, on veut des gens comme nous, des gens parmi nous, qui aillent prendre les commandes, et on en est capables ! (…) Aujourd’hui aux municipales vous pouvez faire des listes. Aux prochaines législatives, il faut qu’on présente des candidats là où on peut. (…) Il y a un objectif politique derrière, je vous le dis ! (…) Quand on nous dit qu’il y a six millions de musulmans en France… »

L’arrogance, le mépris et la haine de ces militants est palpable dans leurs attitudes, dans leurs regards, dans leurs expressions. La volonté d’en découdre, la certitude d’être en mission sacrée, est visible dans ce qui ressemble à du fanatisme. Jamais une religion, depuis 1905, n’a osé provoquer aussi ouvertement la République laïque. Nous n’avons pourtant, face à ces trois événements graves, entendu intervenir aucun candidat se réclamant des valeurs de la gauche, aucune organisation se prétendant laïque, aucune association se prétendant anti-raciste, aucune organisation syndicale, aucun ministre du gouvernement, pas davantage le Premier ministre ou le président de la République. Des djihadistes annoncent clairement la couleur, ils ne cachent même plus qu’ils entendent se servir de toutes les méthodes pour imposer l’islam à notre pays, y compris les élections par la loi du nombre, et la nouvelle « citoyenneté de résidence » chère à la gôche ! Et tout le monde se tait ! Ils ont peur de l’émeute, de perdre des voix musulmanes, ou les subsides de l’émir du Qatar ?   

Comment mieux illustrer la pertinence des deux articles, signés par Cyrano, écrits par Pierre Cassen pour l’un, et par Pascal Hilout pour l’autre, qui valent pourtant aujourd’hui à nos deux amis une inculpation que beaucoup de juristes contactés jugent grotesques pour « incitation à la haine, etc. » Lisez bien les extraits de ces articles, que nous mettons à la disposition de chacun, pour que chacun sache comment, en France, on peut se retrouver inculpé à la suite d’une plainte de ceux que nous qualifions de nouveaux inquisiteurs.

 

Que dit le premier texte ?

 

Il répond à une phrase couramment employée par Jean-Luc Mélenchon, celui qui regrette que les arabes n’aient pas vaincu Charles Martel à Poitiers, en 732. Ce dernier a l’habitude de dire, parlant des militants du Front national : « ce sera eux ou nous ». Dans cet article, assumé par Pierre, celui-ci affirme qu’il est d’accord avec la formule, mais que le leader de Parti de gauche se trompe dans le contenu. Il démontre, s’appuyant sur quelques exemples, qu’un inévitable conflit opposera les républicains laïques aux islamistes, et que ceux-ci sont la véritable extrême droite, bien plus menaçante pour notre pays qu’une Marine Le Pen, ses militants et ses électeurs. Les trois événements cités ne confirment-ils pas le contenu d’un texte écrit il y a maintenant plus d’une année.

Que dit le deuxième texte ?

 

Rappelons le contexte. Marine Le Pen venait de parler d’occupation de l’espace public, évoquant les prières musulmanes illégales dans les rues de Paris, immortalisées par les reportages de Maxime Lepante, une année durant, aujourd’hui vu par plus de 2 millions d’internautes. Pascal avait précisé son accord avec l’expression, et affirmé que le voile, les mosquées, le halal et les prières constituaient bien une occupation de l’espace public, dans le but d’imposer l’islam à l’ensemble de la société. Il avait repris une énumération de René Marchand, qui expliquait ce qu’était la stratégie islamiste, et les méthodes utilisées. Tout ce qui se passe ne fait que confirmer le diagnostic de René, et l’article de Pascal. Nous avons beau lire et relire ces articles, nous n’y avons décelé aucun appel à la haine, mais une volonté de préserver le vivre ensemble, notre modèle laïque et notre civilisation. Nous ne demanderons donc certainement pas pardon, au contraire !

Ce procès est impulsé par les associations anti-racistes habituelles, sauf Sos Racisme (qui avait poursuivi Eric Zemmour, et dont le directeur a voulu faire expulser Pascal Hilout d’une manifestation de soutien à Charlie Hebdo). Comme si cela ne suffisait, d’autres inquisiteurs, dont un journaliste de Rue89, ont commencé un travail de sape contre notre prochain livre, « Apéro saucisson-pinard » visant à intimider André Bercoff, coupable d’avoir fait son travail de journaliste en s’intéressant aux organisateurs de l’événément du 18 juin 2010. Où s’arrêteront les inquisiteurs ?

C’est donc le 3 février que le procès aura lieu. Nous en connaissons les enjeux, nous savons que c’est la survie de Riposte Laïque qui se jouera. Malgré des décisions qui parfois nous surprennent, nous avons malgré tout confiance en la justice d’un pays qui a su infliger plusieurs camouflets cinglants aux imposteurs de l’anti-racisme, et notamment l’acquittement de l’écrivain Michel Houellebecq. Ce dernier avait osé affirmer que « de toutes les religions, c’est quand même l’islam le plus con ». Mais nous ne pouvons qu’exprimer colère contre ce gouvernement, qui, par ses lois, donne à ces associations groupusculaires des pouvoirs exorbitants et liberticides. Sarkozy a eu cinq ans pour en finir avec ces lois, il n’a rien fait, c’est que finalement, elles l’arrangent pour faire taire notre peuple, et imposer une société multiculturelle au service du nouvel ordre mondial qui veut en finir avec la France et tous les États-Nations. Nous ne pouvons que pointer du doigt ceux qui, nationalement et localement, gavent de subventions ces officines qui militent activement à détricoter la République et à saper les édifices de notre pays.

Dans ce contexte, nous sommes ravis que, homme fidèle en amitié, Oskar Freysinger quitte ses montagnes suisses pour venir témoigner en la faveur de Pierre et de Pascal. Nous ne doutons pas que sa présence, et la qualité de son témoignage, seront des moments forts de ce procès. Nous sentons monter autour de nous un élan de solidarité, car les enjeux de ce procès sont énormes : France de Voltaire, ou France d’Allah et de Staline ? Nous remercions les centaines de lecteurs de Riposte Laïque, qui nous apportent leurs encouragements, leur solidarité, leurs dons, et, pour certains, la promesse de venir nous soutenir, le 3 février, à 13 h 30, devant le Palais de Justice, 4, boulevard du Palais, à Paris.

Mais tout de même ! Le fait que le plus Français d’entre nous, celui qui a changé de prénom, celui qui a refusé la double nationalité, celui qui, en homme libre, s’est émancipé de l’islam, celui qui célèbre le saucisson et le pinard, se retrouve, en compagnie de Pierre, devant un tribunal, pendant que les islamistes provoquent impunément la société française, résume mieux que de longs discours la dégénérescence de pans entiers de notre pays, permise par la trahison des élites. Et cette fois, c’est bien plus grave que les mauvaises décisions d’un arbitre de catch à quatre !

Source: http://ripostelaique.com/

Cyrano

.

Photo d’illustration (de haine)…

19/01/2012

Arrestations de musulmans au Sénat !

J’avoue qu’un instant, j’ai eu peur… Le Sénat ayant basculé à gauche, on pouvait s’attendre à un vote contraire, étant donné qu’ils essayent de puiser dans l’électorat musulman pour arriver à leurs fins présidentielles.

Mais une étincelle a du jaillir. Ils ne peuvent pas se permettre de se trouver avec un électorat bien français et patriote qui les renierait. Et il n’y a rien de moins sûr que l’électorat muzz qui pratique à outrance le mensonge (c’est ordonné dans le coran). (« si si, je vote pour toi, m’sieur Hollande; promis sur la tête du prophète« ).

Ils ont du réfléchir, les socialistes… Avant de lire la suite et de regarder la vidéo, voyez ici: http://tinyurl.com/72u4sjq

Aux muzz:

le Sénat, NOTRE Sénat ne vous est pas acquis, bande de ploucs! Ce n’est pas un tribunal islamique! C’est Français et Républicain. C’est là que sont votées nos lois, pas les vôtres. Et en France, c’est la loi française qui s’applique et tous les Français la respectent. Vous vous réclamez Français? Alors, vous faites comme nous. Votre saleté de charia, elle s’applique en terres islamiques. Et si quelque-chose vous dérange, vous savez où est la sortie!

Dessin: Bergolix

FDF

.

Qui  sont les fouteurs de merde ???   TOUJOURS LES MÊMES!!!
L’important  c’est que la loi ait été votée quand même…

http://youtu.be/c1AzXCLk8I4

(voir les commentaires sous la vidéo…)

QUAND ON SAIT QUE LA GAUCHE   LEUR LECHE LES BABOUCHES    ET  VEUT  LES FAVORISER   ET LEUR DONNER LE DROIT DE VOTE,  ON EN RESTE PERPLEXE.   SERAIT-IL POSSIBLE D’ENVISAGER QUE LA GAUCHE  COMPRENNE ENFIN,  QUELS DANGERS  ILS FONT COURIR à LA FRANCE ET LES FRANCAIS.

ET APRES CE GENRE DE DEMONSTRATION,  LES MUZZ SE PLAINDRONT D’ETRE DETESTES PARTOUT DANS LE MONDE,  DANS TOUS LES PAYS ou ils sont.

ECOUTEZ BIEN LES  PAROLES DE LEURS CRIS D’HYSTERIQUES  ET LEURS COMPORTEMENTS AGRESSIFS  et leurs  « allah ou akbar »   ils demandent les droits français    mais les revendiquent en ARABE.

ET COMMENT  ILS / ELLES  RECLAMENT  « LEURS DROITS »  EN DONNANT DES LECONS AUX FORCES DE L’ORDRE

Feraient-ils   et feraient-elles   la même chose au bled ??????    NON BIEN SUR

« MUSULMANE ET FRANCAISE   NE VOUS EN DEPLAISE »   mais elles font une allusion grave à HITLER

N.B.  :   parmi les hystériques  j’ai vue une bâchée…

Source: JC JC…

12/01/2012

Présidentielles 2012: le dessous des parrainages…

Voici une information des plus intéressantes à moins de 100 jours des présidentielles…

Je transmets à qui de droit…

FDF

.

Parrainages pour la « Présidentielle 2012 ».


IL FAUT QUE CETTE INFORMATION CIRCULE ! En fouillant dans les archives des travaux parlementaires, on fait parfois des découvertes surprenantes autant qu’intéressantes. Par exemple celle d’une « Proposition de Loi organique » concernant l’élection présidentielle de 2012, présentée par le Sénateur Jean-Louis MASSON (Moselle) et enregistrée à la Présidence du Sénat le 7 octobre 2011. Soit une semaine après que la nouvelle majorité de gauche eut élu un président socialiste et une vice-présidente musulmane.

Cette proposition, complètement occultée par les médias –et même par l’UMP d’ailleurs- prévoit pourtant :
1. d’inclure automatiquement dans les candidats à la présidentielle ceux dont la formation de rattachement a recueilli au moins 5% au premier tour de la Législative précédente ;
2. de rendre anonymes les parrainages.
(voir le texte intégral en fin d’article)
Intéressant, non ?
Or, cette proposition, « tendant à démocratiser les conditions de parrainage pour l’élection présidentielle », a été enterrée par la nouvelle présidence de gauche élue le 1er octobre 2011 et, apparemment, aucune publicité n’en a été faite tant par les médias que par la nouvelle opposition sénatoriale. Aucune discussion, et encore moins d’étude en commission, ne lui a été consacrée.
Elle est pas belle, la démocratie  de l’UMPS !
En voici le texte intégral :
PROPOSITION DE LOI ORGANIQUE
tendant à démocratiser les conditions de parrainage pour l’élection présidentielle,
PRÉSENTÉE
Par M. Jean Louis MASSON, Sénateur
EXPOSÉ DES MOTIFS
Mesdames, Messieurs,
La publication de la liste des parrainages des candidats aux élections présidentielles porte atteinte au secret d’une partie du processus électoral et par contrecoup, à la liberté du vote. Il ne sert à rien que le vote soit secret pour empêcher les pressions sur les électeurs si dans le même temps, la publicité des parrainages permet des pressions pour écarter certaines candidatures.
Des milliers de maires et autres parrains potentiels déplorent le détournement de la procédure des parrainages. En effet, le but officiel est d’éviter la multiplication des candidatures marginales ou fantaisistes.
Cependant, depuis que la liste des parrains est publique, les grands partis politiques et le microcosme parisien font croire à l’opinion que le parrainage est un soutien politique.
De ce fait, en 2002 et en 2007, de multiples pressions ont été exercées : chasseurs à l’encontre des parrains d’un candidat écologiste, chantage aux subventions départementales selon l’orientation politique des parrainages, exactions diverses contre les parrains d’un candidat d’extrême droite…C’est inacceptable.
Dans ses « observations sur les échéances électorales de 2007 » publiées le 7 juillet 2005, le Conseil constitutionnel avait évoqué les élections présidentielles en soulignant à nouveau que la législation en vigueur « n’avait pas empêché en 2002, un nombre sans précédent de candidats ». À juste titre, il rappelait qu’une telle situation comporte « des inconvénients tant pour la clarté et la sincérité des opérations électorales que pour l’organisation matérielle et le contrôle de ces opérations ».
Les règles actuelles fixent à 500 le nombre des parrainages requis pour être candidat. À l’origine, ce nombre n’était que de 100 parrainages mais face aux dérives constatées, il fut relevé en 1976. Aujourd’hui, certains préconisent une solution simpliste, consistant à faire passer ce nombre à 1 000. Ce serait une atteinte grave à l’expression démocratique du suffrage universel.
En effet, s’il convient d’éviter une multiplication anarchique des candidatures, il faut aussi veiller à ce que des courants de pensées représentatifs ne soient pas empêchés d’avoir un candidat. Le problème existe d’ailleurs déjà avec le seuil des 500 parrainages actuellement en vigueur. L’expérience de 2002 a notamment prouvé que les candidats les plus représentatifs ne sont pas ceux qui rassemblent le plus facilement les parrainages nécessaires.
En 2002, malgré le filtre des parrainages, il y a eu 16 candidats. Parmi eux, 9 ont obtenu moins de 5 % des suffrages exprimés. M. Gluckstein est arrivé bon dernier avec seulement 0,47 % (132 686 voix sur 28 498 471).
Bien que sa représentativité ait été quasiment nulle, il avait pourtant obtenu très rapidement les parrainages requis ; il en avait même beaucoup plus que nécessaire. M. Le Pen est lui, arrivé deuxième au premier tour avec 4 804 713 voix, soit 16,86 % des suffrages exprimés (36 fois plus que M. Gluckstein). Malgré cette représentativité incontestable, il avait rencontré d’énormes difficultés pour rassembler les parrainages requis.
Ainsi, le système actuel des parrainages n’empêche pas les candidatures fantaisistes ou marginales tout en risquant d’exclure des courants de pensée figurant parmi les plus importants. La présente proposition de loi organique poursuit donc un double objectif :
– d’une part, rétablir le principe du secret des parrainages afin d’éviter toute possibilité de pressions ou de représailles sur des parrains potentiels.
– d’autre part, prévoir à titre alternatif, que tout parti peut présenter un candidat s’il a obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés lors du premier tour des précédentes élections législatives.
PROPOSITION DE LOI ORGANIQUE
Article 1er
Après le troisième alinéa du I de l’article 3 de la loi n° 62-1292 du 6 novembre 1962 relative à l’élection du Président de la République au suffrage universel, il est inséré un alinéa ainsi rédigé : « Le Conseil constitutionnel inclut également dans la liste des candidats toute personne présentée par un parti ou groupement politique qui a obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés lors du premier tour de la dernière élection législative. Ce pourcentage est calculé sur la base des déclarations de rattachement des candidats à l’élection des députés prévues au cinquième alinéa de l’article 9 de la loi n° 88-227 du 11 mars 1988. »
Article 2
Le dernier alinéa du I de l’article 3 de la loi n° 62-1292 du 6 novembre 1962 relative à l’élection du Président de la République au suffrage universel est ainsi rédigé : « Le Conseil constitutionnel ne rend pas publics les noms des citoyens qui ont proposé les candidats inscrits sur la liste. »
Voir :
http://www.senat.fr/leg/ppl11-007.html
http://www.senat.fr/senateur/masson_jean_louis01060r.html

http://www.senat.fr/propositions-de-loi/masson_jean_louis01060r.html

Source: http://www.legaulois.info/

24/12/2011

L’invasion par les élections…

Un appel du Collectif contre l’Islamophobie en France. Pathétique…

La France est déjà LEUR pays… C’est un peu anticipé, les gars. Bien tenté mais ne pas oublier que la Résistance, elle est et sera toujours là…

FDF

Et ça, ça ne vous gêne pas ???

.

La France, aimez-la ou changez-la !

« La mobilisation contre la proposition de loi liberticide au sénat a montré que de nombreux citoyens, de tous horizons et de toutes confessions, ainsi que des élus peuvent se réunir ensemble pour défendre une France juste, fraternelle, tolérante et inclusive.

L’islamophobie est aujourd’hui une opportunité électorale pour des partis et des personnalités politiques sans projets pour la France. Ils méprisent le vécu de plus en plus difficile des françaises et français. Ils divisent pour mieux régner et occultent les vrais problèmes de la France.

Nous devons barrer la route aux définitions erronées de la laïcité, aux arguments fallacieux contre la foi et la pratique des musulmans, aux saltimbanques de la politique et des médias qui salissent la réputation et l’image de plusieurs millions de musulmans français

Vous êtes de plus en plus nombreuses et nombreux à vous indigner, à vous révolter contre les actes, paroles ou décisions politiques islamophobes.

C’est pourquoi le CCIF vous appelle citoyennes et citoyens de confession musulmane ou simples humanistes à vous inscrire sur les listes électorales. Cela vous permettra dans le prolongement de votre récente mobilisation de pouvoir encore faire entendre votre voix lors des élections présidentielles qui auront lieu les 22 avril et 6 mai prochains et lors des élections législatives des 10 et 17 juin 2012.

Voter est à la fois un droit et devient un devoir.

Ce contexte inquiétant pour nos libertés les plus fondamentales fait de ce droit civique un devoir impérieux pour celles et ceux qui souhaitent faire entendre leur voix. Nous devons peser dans la balance électorale pour faire appliquer, par ceux que nous aurons fait élire, les principes d’égalité, de liberté et de fraternité qui ne sont devenus qu’un décorum sur les frontons des mairies.

Dans un plaidoyer confondant l’hypocrisie et le burlesque, une sénatrice en faveur de la loi citée plus haut lançait : « Il est temps que les 6 millions de musulmans modérés se fassent entendre ». Oui, il est effectivement temps de se faire entendre et de choisir, sans se faire déposséder de notre discours, comment nous participerons à la destinée nationale de notre pays.

Vous avez jusqu’au 31 décembre 2011 pour vous rendre à la mairie de votre lieu de résidence afin de vous inscrire. Plus d’information sur l’inscription sur les listes électorales

Dans 2000 villes en France, vous pouvez vous inscrire sans même vous déplacer, directement par internet.

Le Collectif contre l’islamophobie en France »

15/12/2011

On n’a pas que de mauvaises nouvelles… Feu vert à l’encadrement militaire des mineurs délinquants !

Mais Cayenne reste toujours un échappatoire pour les « irrécupérables »… Ne nous plaignons pas; c’est un grand pas de franchi. Si les Droits de l’Enfant ne nous tombent pas sur la tronche.

Mais il va falloir, dans l’encadrement, choisir des « tueurs », comme aux Etats-Unis. La méthode a fait ses preuves.

Et pas des bisounours.

FDF

.

Le Parlement vient d’adopter l’instauration de l’encadrement militaire des mineurs délinquants. Étudiée à la demande du député UMP Éric Ciotti, cette loi sera applicable en février prochain.

« Une voie nouvelle entre la rue et la prison », c’est de cette façon que le député de droite Éric Ciotti a défendu son texte devant l’Assemblée Nationale aujourd’hui. Une proposition de loi élaborée par celui qui est chargée des questions des sécurités au sein de l’UMP et qui avait rédigé un rapport sur l’exécution des peines pénales pour le Président Sarkozy.

Alors que le Sénat avait rejeté le texte, le Parlement a décidé de l’adopter, le rendant ainsi définitif. Selon cette nouvelle loi, les mineurs de plus de 16 ans, s’ils l’acceptent, pourront faire un service « citoyen », d’une durée de 6 à 12 mois au sein d’un Etablissement public d’insertion de la Défense (Epide). Pour le garde des Sceaux, Michel Mercier, cette mesure va permettre « d’enrichir la palette des réponses à la délinquance des mineurs » et « renforcer les moyens de lutte contre la récidive ».

« Une énième loi d’affichage »

Dès février 2012, le dispositif sera déployé dans douze centres puis étendu à trois autres Epide d’ici juin. Le ministre de la Justice promet des moyens renforcés pour ces établissements qui accueillent déjà depuis 2005 des personnes majeures dans le cadre du plan « Défense deuxième chance ». Malgré les levers de bouclier au sein des militaires, Éric Ciotti a tenu à rassurer le Parlement : « La démarche a été construite avec les Epide et non contre les Epide comme la gauche a voulu le faire croire. Les Epide sont très motivés ».

Justement, à gauche, on continue à fustiger le texte, considéré comme « une énième loi d’affichage ». « Inutile » et « dangereux » pour l’opposition, le nouveau dispositif est jugé superflu par la députée PS Marietta Karamanli. Plusieurs syndicats du monde judiciaire (Syndicat de la Magistrature, le Syndicat des avocats de France, la CGT de la Protection judiciaire de la jeunesse, SNPES et FSU, l’Association française des magistrats…) ont également marqué leur mécontentement face à cette décision.

Mais le sujet de la délinquance des mineurs n’a pas fini de créer le débat au sein de l’Assemblée. En effet, cette dernière examinera début janvier un projet de loi sur l’exécution des peines créant 20 000 places de prison supplémentaires et comprenant des mesures relatives aux mineurs, à l’évaluation de la dangerosité et à la récidive.

Source: http://www.ladepeche.fr/

La pétition contre le droit de vote aux étrangers fait des progrès…

Comme il fallait s’y attendre…

Nous sommes en France. Ce sont les Français, les vrais, qui décident de leur sort. Et pas les « pièces rapportées »…

FDF

.

Chers amis,

Vous êtes plus de 12 000 à  avoir signé notre pétition contre le droit de vote

Cela prouve, s’il en était besoin, que la France n’est pas morte, malgré les coups que subissent sa souveraineté, son identité, sa culture et sa liberté d’expression.
Sachez aussi que le Comité contre le droit de vote des étrangers a fait beaucoup de choses en un mois de temps :
 il s’est créé 6 comités régionaux ou départementaux dont voici la liste et les coordonnées :

 Paris-Ile de France  idf.non.droitdevote@gmail.com 06 47 01 06 06  Christian Lescornec
 Normandie  comite.citoyen.normandie@gmail.com 06 34 37 15 28  Jean Lucat
 PACA  pacacontrevotedesetrangers@laposte.net 06 03 15 51 37  Jean-Louis Geiger
 Pays de la Loire  vote.tricolore.pdl@gmail.com 07 61 42 27 39  Gérard Benhaim
 Côte d’Or  nondroitdevote.comitecotedor@voila.fr 06 27 74 49 74  Martial Strauss
 Languedoc-Roussillon  LRcontrevotedesetrangers@yahoo.fr téléphone en attente  Jean-Claude Santerre

Sept autres sont en cours de création..

À la tête de ces comités : des volontaires, des citoyens qui ont, pour certains, une expérience politique (toutes les tendances de droite et du centre sont représentées) ; pour d’autres il s’agit de leur premier engagement.
Vous avez dû être contacté par chacun de ces responsables de comités, ou allez l’être très prochainement afin de vous rencontrer et de définir ensemble les actions à mener.
Pour sa part le Comité national a organisé un contre-sondage à celui de BVA (qui donnait 61% de Français favorables au vote des étrangers) auprès des 36 000 Maires de France le 6 décembre dernier, par un mail adressé à chacun des maires et leur demandant de répondre à la question « Êtes-vous favorable au droit de vote et d’éligibilité des étrangers non-Européens ? », répondez par OUI ou par NON.
10 000 maires ont ouvert ce message, environ 1 000 ont répondu de façon claire :

 Résultats  82 % NON  13% OUI  Nuls 5%

Voilà la réalité de la France profonde, la vraie, pas celle de bobos sondés par les instituts de sondage !

Par ailleurs, des centaines de nos amis signataires de la pétition ont organisé un véritable assaut téléphonique, dans les jours qui ont précédé le débat sur le texte de loi, auprès du groupe socialiste de l’Assemblée Nationale, du Sénat, auprès du PS, et des grandes radios et TV nationales.
Résultat :  tous les standards téléphoniques et les messageries saturés !! Bravo !! et le message est passé puisque le président de la République et le premier ministre, ainsi que la droite populaire et même Arno Klarsfeld, président de l’Office Français de l’Immigration,  ont pris position de façon très claire contre ce droit de vote.
Vous savez que malgré tout le texte a été voté par le Sénat à majorité de gauche.
Mais il ne passera pas à l’Assemblée Nationale, sauf s’il n’est soumis qu’après les prochaines législatives et que les Français font passer les socialistes à l’Assemblée.
Quant au  résultat de notre sondage auprès des maires, il  a été transmis à toute la presse, papier, radios et TV. Mais bien sûr ce résultat dérange la bien-pensence journalistique (encore des bobos…………)
Les réponses à ce sondage ne cessant d’affluer chaque jour,  je vous ferai un point actualisé dans 8 ou 10 jours, et alors j’espère que la presse daignera ouvrir les yeux sur la réalité…
Merci, pour les nouveaux qui n’auraient pas encore été contactés par leur comité régional, de prendre contact avec lui au plus tôt. Nous avons besoin de tous !!

A très bientôt et très amicalement

Catherine BLEIN
Porte-parole du Comité contre le droit de vote des étrangers
contredroitdevotedesetrangers@gmail.com

10/12/2011

Nous sommes tous invités au « dîner de cons » offert par le Sénat !

A cette heure, on sait que le sénat a voté POUR le droit de vote aux étrangers. Mais cela doit encore passer devant NOS députés à l’Assemblée Nationale… Et là, on pourra savoir qui a voté quoi…

A suivre de près.

FDF

.

Les défenseurs de la Laïcité savent que le 9 décembre marque le 106e anniversaire de la loi de 1905 si fragilisée aujourd’hui car agressée de tous côtés par ceux qui s’assemblent en meute pour la violer.

Le Sénat chevauché désormais par la gauche triomphante s’échine à tenter de porter l’estocade à ce qui garantit encore l’indivisibilité du peuple français déjà mis à mal dans sa chair quand il subit l’insécurité, les insultes, le racisme et les agressions comme celle dont viennent d’être victimes deux policiers dans un centre commercial d’Evry. Alors qu’ils accomplissaient leur métier et s’efforçaient d’appliquer la loi en verbalisant une femme en niqab, ils ont été sauvagement agressés par l’homme qui l’accompagnait et par des malfrats racistes et vengeurs appelés en renfort par ce dernier.

Les deux représentants de la loi ont été victimes de multiples insultes racistes et ont subi des blessures suffisamment graves pour justifier d’un arrêt de travail d’une semaine.

Par un concours de circonstances désormais récurrent, le Sénat a examiné une proposition de loi sur le port de signes religieux étendue ou non à la sphère privée et aux structures accueillant les jeunes enfants, afin que ceux-ci ne soient pas soumis à un prosélytisme incontrôlé et potentiellement dangereux dans la mesure où ils sont particulièrement perméables à tout ce qui les entoure et n’ont pas la capacité de refuser ce qui peut leur être néfaste. Il est du devoir des parents à veiller à ce que leur enfant soit préservé de tout discours ou représentation sectaire et il est du devoir des instances républicaines de les y aider afin de leur éviter le risque d’une plainte en cas de refus de confier leur enfant à une personne qui ne leur garantirait pas cette neutralité. A l’heure où les plaintes se multiplient pour islamophobie ou racisme dès que l’on refuse de se plier aux diktats religieux de plus en plus agressifs et menaçants, il est nécessaire et urgent de mettre les points sur les i, d’autant plus si nos chères têtes blondes sont en danger.

Compte tenu de la houle et du malaise suscités par cette proposition elle est passée à l’as au prétexte officiel d’un timing serré.

C’est devant ce même Sénat qu’il fallait être aujourd’hui pour s’opposer avec vigueur au droit de vote des étrangers si convoités par ceux qui se prétendent encore de gauche alors qu’ils foulent aux pieds les petites gens, les ouvriers, les classes moyennes, ceux qui croyaient en eux et qui se sentent à juste titre trahis. Le petit peuple français n’avait que la gauche à se mettre sur le cœur, cette gauche aujourd’hui se rit d’eux et les bafoue sans vergogne. Le parti socialiste a vécu et désormais ne l’intéressent que les étrangers et les islamistes, ce nouveau peuple qui s’avance et nous mutile pour prendre la place que la morte-gauche lui offre, pantalon baissé sur les chaussettes dans une posture ridicule et indécente.

Donner le droit de vote aux étrangers c’est leur donner notre patrimoine et notre âme sans contrepartie et on voudrait nous faire croire que c’est pour les aider à s’intégrer. Mais des individus n’ayant pas à cœur de devenir pleinement français manifestent par là même leur refus de s’intégrer ! Il est aussi absurde de prétendre intégrer des personnes qui votent en masse pour des partis islamistes dans les pays arabes que de prétendre intégrer leurs enfants en leur enseignant l’arabe à l’école (ELCO : Enseignement de Langue et de Culture d’Origine). Est-il imaginable de prendre le risque de donner du pouvoir à des gens qui réclament toujours plus de minarets ? Qui imposent le halal dans les cantines scolaires ? Qui menacent de mort ceux qui s’opposent à leurs idées ? Qui contribuent à instaurer une charia qui considère qu’un homme vaut deux femmes ? Qui interdisent aux femmes la vision d’une banane ou d’un concombre en raison des idées lubriques qu’elles pourraient avoir ?

Est-ce que tout cela est vraiment sérieux ? Mais de quelle farce grotesque sommes-nous les acteurs ? Quel est ce dîner de cons où ces sénateurs ont prévu de nous inviter ? Et surtout, qui sera le con-dindon de cette farce hallucinante ?

Caroline Alamachère

Source: http://ripostelaique.com/

08/12/2011

Droit de vote des étrangers: seul, le Front National s’y oppose…

« L’extrême Droite »… Quel terme désuet. Ca se disait du temps de JM Le Pen, ça.

Il n’ y a pas d’Extrême Droite, en France. Il n’y a que la Droite, la vraie, la « nationale »… Celle qui ose proposer aux Français de conserver leurs droits républicains.. On se demande pourquoi certains s’y refusent…

FDF

.

Droit de vote des étrangers: débat à distance entre gauche et « extrême droite » au Sénat !

Le Sénat pour point de rassemblement commun, un horaire quasiment similaire, « l’extrême droite » et la gauche (Front de Gauche, Europe Ecologie-Les Verts et différents collectifs) ont donné de la voix ce jeudi midi afin d’apporter leur avis radicalement différent sur le droit de vote des étrangers extracommunautaires, débattu au palais du Luxembourg le soir-même.

La préfecture de police avait tout de même pris soin d’éloigner les deux camps, et ce sont les militants du Front national (FN) qui ont eu la meilleure place, juste en face de l’entrée du Sénat. En attendant Marine Le Pen, un écran diffuse des slogans («Soutenez la Révolution Bleu Marine», «Marine Le Pen est la seule à défendre la France») pour faire patienter les quelques dizaines de militants.

«La seule à être toujours contre, c’est Marine Le Pen»

L’un d’entre eux explique «qu’il faut montrer aux Français qu’on est là», inquiet de «la souveraineté qui disparaît». Un autre souligne «l’importance» du rassemblement symbolique, parce que, même si aucun élu FN ne siège au Parlement, «le découragement n’a pas sa place». La gauche, à l’origine de la proposition de loi, en prend finalement moins pour son grade que la majorité présidentielle, qui s’est déjà prononcée en sa faveur auparavant, ce qui fait d’ailleurs tiquer dans les deux camps.

«La seule à être toujours contre, c’est Marine Le Pen», assure l’un de ses soutiens alors que celle-ci finit par arriver sous les cris de «Marine présidente». Dans son discours public, la présidente du FN avance ses quatre arguments «pour dénoncer cette imposture»: seuls les Français doivent pouvoir voter, «la gauche cherche à se constituer un nouveau socle électoral», «les fondamentalistes islamiques se précipiteraient sur cette opportunité» et «Nicolas Sarkozy, véritable girouette électorale, peut encore changer d’avis».

«Le mouvement social doit soutenir le mouvement politique»

Marine Le Pen, «la plus couillue des candidats» face au «proxénète» Sarkozy, selon des militants, se retire ensuite après que la Marseillaise a été entonnée. «Bon ben voilà, j’espère que la prochaine fois, on sera dix fois plus nombreux», conclut une vieille dame. Pourtant, les militants du Front de Gauche, d’EELV et de plusieurs associations (SOS Racisme, Votation citoyenne, Unef, etc.), ne sont pas beaucoup plus, à quelques encablures de là, devant les grilles du jardin du Luxembourg.

Même si le vote positif des sénateurs en faveur du droit de vote des étrangers est acquis, les militants se défendent de vouloir assurer une contre-manifestation face à celle «des fascistes». «C’est toujours important que le peuple montre qu’il est présent, cela ne passe pas que par le vote», explique Aigline. «Le mouvement social doit soutenir le mouvement politique», ajoute la jeune militante du Front de Gauche.

«Un grand temps d’émotion, de plaisir, d’enthousiasme»

EELV est également bien représenté, avec la venue de Dominique Voynet et d’Eva Joly. La maire de Montreuil (Seine-Saint-Denis), qui évoque une cause «saine et juste», estime que la France «a vraiment intérêt à s’enrichir de l’apport» des étrangers, dont «beaucoup sont des militants» sur le terrain local. Pour la candidate à la présidentielle, il s’agit d’une «question de dignité» parce que c’est «reconnaître ce qu’est la France aujourd’hui». «Les étrangers font partie de notre communauté de vie, ce sont des citoyens qui participent», souligne Eva Joly, dont les plus fidèles soutiens portent des petites lunettes rouges en papier.

Du côté des sénateurs venus saluer le mouvement avant d’aller voter, c’est l’émotion qui s’impose. «Aujourd’hui, nous allons réparer cette injustice, des étrangers qui vivent, travaillent et payent leurs impôts ici doivent pouvoir voter pour ceux qui les représentent à la ville», déclare la sénatrice communiste Nicole Borvo, «émue et fière». Pour son homologue EELV Jean-Vincent Placé, ce débat est «un grand temps d’émotion, de plaisir, d’enthousiasme» et est symbolique de «la France qui accueille et de son ouverture sur le monde». Il risque surtout de refaire parler de lui encore longtemps.

Source: http://www.20minutes.fr/

07/12/2011

Droit de vote aux étrangers: ça bouge de tous cotés !

En plus des pétitions, une manif CONTRE le droit de vote aux étrangers. Dans ce pays démocratique ( http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mocratie ) qu’est la France, avec tous ces appels venant du peuple, le Sénat va t’il en tenir compte?  Rien de moins sur… C’est la Gauche qui décide; et la gauche « aime » les étrangers, surtout en vue des présidentielles. Vu qu’ils ne leur reste que ça comme électorat…

Prions en attendant le 8 décembre (pour ceux qui ne pourront manifester).

FDF

.

Jeudi 8 décembre, Résistance républicaine appelle ses adhérents et sympathisants à aller manifester, à partir de 12h30, contre le droit de vote des étrangers, rue de Tournon, Paris 6, devant le

Notre association défend les fondamentaux de la République et, à ce titre, considère que le droit de vote ne peut être accordé qu’aux citoyens de nationalité française, conformément à l’article 3 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen 26 août 1789 :  » – Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément. »

En effet, ne peuvent avoir de droits politiques que les individus attachés à la Nation par la nationalité, celle-ci donnant à la fois des droits et des devoirs concernant les autres citoyens. Puisque les citoyens français sont dépositaires de l’intérêt national, à ce titre ils doivent pouvoir voter pour choisir la « respublica ».

Il ne suffit pas de travailler et de payer ses impôts en France pour avoir le droit de décider de sa politique. En effet, que se passerait si les étrangers non européens avaient le droit de vote ?

Ce serait la fin de la notion de citoyenneté de notre pays, chacun de ceux qui y vit y aurait les mêmes droits sans avoir pour autant les mêmes devoirs. Si les étrangers veulent voter comme les Français, il leur appartient de prouver qu’ils aiment la France, reconnaissent ses valeurs, sont prêts à la défendre en demandant leur naturalisation.

Ce serait comme si vous hébergiez un ami pour lui rendre service pendant quelques mois, et que, au motif qu’il participe aux frais, il prenait le droit d’imposer sa vision de la décoration, de choisir vos amis et les vêtements de votre femme et vous interdisait la nourriture qui ne vous convient pas.

Accorder le droit de vote aux élections locales aux étrangers c’est leur permettre de peser sur l’élection du maire et des conseillers municipaux qui sont les électeurs des sénateurs. C’est donc leur permettre de participer, de fait, aux élections nationales réservées aux citoyens français et de choisir à leur place leurs lois voire leur constitution.


Accorder le droit de vote aux élections locales aux étrangers c’est leur permettre d’imposer, de fait, des traditions contraires aux nôtres, c’est leur permettre de faire voter des subventions sur des critères non pas d’intérêt commun mais sur des critères qui pourraient être communautaristes ou religieux, c’est leur permettre d’imposer peu à peu des salles et des piscines où hommes et femmes seraient séparés et c’est leur permettre d’imposer dans les cantines scolaires des revendications alimentaires pour en chasser le porc et y introduire le halal, qui contrevient avec la loi du 9 décembre 1905, puisque tout achat de halal finance une mosquée.

Pour toutes ces raisons, Résistance républicaine sera présente jeudi 8 décembre pour demander aux sénateurs de ne pas voter la proposition de loi qui va leur être présentée, au nom de la République, au nom de la France.

Christine Tasin

Présidente de Resistance republicaine

05/12/2011

L’histoire d’un sénateur-maire PS qui perd la mémoire…

Je sais bien que les périodes pré-électorales font tourner les têtes. J’évoquais, dans un précédent billet (voir plus bas), la position du sénateur-maire d’Audincourt (Doubs) quand à la venue sur ses terres du tristement célèbre groupe de rap, issu du collectif dénommé ZEP.

Martial Bourquin, car tel est le nom de monsieur le sénateur, répondait par voix de presse à un membre du Parti de la France (Carl Lang) de sa ferme intention de cautionner ce concert et même d’y assister…  An noter que l’un des terme qui revient fréquemment dans la sphère de ce « collectif » est « Nique la France« …

Réaction du sénateur-maire qui en a fait bondir plus d’un; et pour cause…

Voir: https://francaisdefrance.wordpress.com/2011/11/24/un-senateur-maire-ps-soutient-un-concert-anti-patriote/

Les électeurs du coin ont commencé à se gratter la tête… M. Bourquin aussi. A tel point qu’il a à nouveau fait publier dans la presse locale un billet témoin d’un retournement de veste des plus notoires.

Pas fou, le Martial; mais il s’est rendu compte qu’il avait peut être approché du feu un peu trop près. Quand on est sénateur, on respecte au moins la République, sinon ses électeurs.

Mais il fait son méa-culpa sans vergogne. Le personnage tient à assurer son poste tout cherchant à ménager la chèvre et le chou. Lisez plutôt le tour de passe-passe; c’est édifiant. A Audincourt, on « Nique la France », mais un petit peu, seulement…

FDF

(Article « L’Est Républicain »)

Martial Bourquin ZEP

.

Ah, au fait, il a aussi sorti un livre, le « collectif »:

28/11/2011

Mobilisons-nous contre le droit de vote des étrangers (Bis).

Avant que ça passe au Sénat, le 8 décembre, continuons à nous défendre! Les socialistes veulent (et peuvent) faire passer cette loi.

FDF

.

  POUR SIGNER LA PÉTITION http://www.uni.asso.fr/spip.php?article10303


Chers amis,
Vous avez été plus de 150 000 à nous soutenir quand nous avons lancé notre pétition pour défendre Eric Zemmour. Grâce à vous, nous avons réussi à faire entendre la voix de millions de français que les médias trop souvent ignorent.
Aujourd’hui, nous avons à nouveau besoin de votre soutien pour nous opposer au droit de vote des étrangers. Le 8 décembre prochain, la majorité socialiste au sénat compte légiférer dans ce sens. Nous n’avons que quelques jours pour nous faire entendre.
C’est pourquoi, je vous prie de signer et de faire signer cette pétition contre le droit de vote des étrangers.
En vous remerciant.
Olivier Vial
Président de l’UNI

Voici le texte de la pétition.

Pétition contre le droit de vote aux étrangers

Quelques heures seulement après avoir remporté la majorité au sénat, les socialistes annonçaient que leur première loi consisterait à accorder le droit de vote aux étrangers.

Cela risque, malheureusement, d’être chose faite dès le 8 décembre prochain ! A cette date, les sénateurs se prononceront sur une proposition de loi constitutionnelle, visant à accorder le droit de vote et d’éligibilité aux étrangers non-ressortissants de l’Union européenne résidant en France (n° 329, 1999-2000).

Refusons le cynisme socialiste

Avec la crise qui frappe la France, n’y avait-il pas d’autres priorités ? Était-ce réellement le débat le plus urgent ?

Pour les socialistes, il est évident que cela l’était ! Très cyniquement, ils ont fait leurs petits calculs. En juin dernier, la fondation Terra nova, organisation très proche du PS, publiait une note établissant la stratégie électorale de la gauche pour les prochaines élections. On pouvait y lire, notamment :

 » La France de la diversité est presque intégralement à gauche. L’auto-positionnement des individus révèle un alignement des Français d’origine immigrée à gauche – de l’ordre de 80-20. On retrouve des scores de cette ampleur dans les bureaux de vote des quartiers populaires. »

Les socialistes ont poussé encore plus loin cette analyse en établissant une véritable cartographie électorale en fonction de la nationalité des étrangers. Toujours dans cette note, on peut lire que le vote en faveur de la gauche  » se vérifie quelle que soit l’origine nationale. Il est le plus massif pour les Français d’origine africaine (tant sub-saharienne que maghrébine) et se renforce nettement pour la seconde génération par rapport à la première (de l’ordre de 10 points). La seule exception est la première génération d’origine asiatique, qui reste polarisée à droite par anticommunisme. »

Dès lors, on comprend mieux la détermination des socialistes qui ,en plus de proposer un tel texte au sénat, ont fait de cette proposition un point clé de leur projet présidentiel ! Ils espèrent ainsi se constituer une nouvelle clientèle électorale plus fidèle et plus facile à manoeuvrer que l’électorat populaire qui lui a tourné le dos.

Ne bradons pas la citoyenneté française qui s’incarne dans le droit de vote

Malheureusement ce cynisme électoral risque de mettre à terre un des derniers fondements de notre modèle républicain. Depuis des siècles, la citoyenneté française s’incarne dans le droit de vote qui fait le lien entre la citoyenneté et la nationalité.

Accorder le droit de vote aux étrangers serait un coup de canif de plus dans notre modèle républicain déjà bien fragile !

Parce que nous ne pouvons pas accepter qu’un étranger qui n’a jamais souhaité devenir Français, en faisant l’effort sincère de s’intégrer,  puisse, malgré tout, voter et être élu en France, nous devons nous mobiliser pour dire non au droit de vote des étrangers.

Nous n’avons que quelques jours pour faire comprendre à la classe politique française que le droit de vote doit rester conditionné à la citoyenneté et donc à la nationalité.

C’est pourquoi, je vous invite à signer et faire signer cette pétition contre le droit de vote des étrangers.

Aidez-nous également à faire signer massivement cette pétition en la diffusant à tous vos contacts.

24/11/2011

Un sénateur maire PS soutient un concert anti-patriote !

Coupure de presse du journal Le Pays.

.

Une première dans le domaine. Nos élus (du moins, celui-ci) remettent en cause les principes de NOTRE République !

En l’occurence, le sénateur-maire de la ville d’Audincourt applaudit des deux mains un concert donné dans sa ville par le tristement célèbre groupe ZEP (celui qui « nique la France »…). Il affirme même qu’il y sera présent… On croit rêver.

Quand on connait les tendances anti-patriotiques de ce groupe, on est tenté de douter de l’intégrité d’élus de ce genre dont la fonction est normalement de soutenir et défendre les valeurs républicaines de notre France…

Ce sénateur maire est certain, avec de tels propos, de ramasser tous les bulletins de vote de la gauche profonde communismo-révolutionnaire du coin aux prochaines élections. Pauvre France.

(Voir la coupure de presse (Le Pays) ci-dessus).

FDF

.

ZEP, c’est ça..

Et ça: http://youtu.be/bzJ6cBhnrHw

02/11/2011

Un texte révélateur pillé chez Facebook…

Les loups ne se mangent pas entre eux, en principe…

FDF

.

Les syndicats s’offusquent à bon droit des super-retraites des sénateurs. Dénoncer un régime spécial, c’est bien… Les dénoncer tous, c’est mieux… Chiche, messieurs les syndicalistes ?

Les syndicats ne décolèrent pas après les révélations du site Médiapart sur les super-bonus et super-retraites des sénateurs. Plusieurs dizaines de « dignitaires » (vice-présidents, patrons de commissions etc.) ont trouvé une astuce pour doubler leur retraite. Exemple : 13 200 euros par mois pour Michel Charasse !

Pour Eric Aubin, le « Monsieur retraites » de la CGT, « on vit une période d’austérité où les gens souffrent, certains n’arrivent pas à vivre avec leur retraite. Et pendant ce temps-là, d’autres ne connaissent pas la baisse de leur pouvoir d’achat ». Son homologue de la CFDT, Jean-Louis Malys, enfonce le clou : « on planque ses avantages. On se protège. Ce système des compléments de retraite des sénateurs est désastreux pour les élus en termes d’exemplarité. » Et le syndicaliste professionnel de dénoncer « un esprit de caste », tandis que sa conseour de SUD, Annick Coupé, parle carrément de « tripatouillages » et de « passe-droits ».

Le paradoxe veut que ces mêmes syndicalistes soient les plus ardents défenseurs des régimes spéciaux : SNCF, RATP, EDF-GDF, Banque de France, Conseil économique et social etc. Les « passe-droits », « l’esprit de caste », le « mauvais exemple », ils connaissent par cœur. Quand il s’agit de leurs propres avantages, ils ne s’émeuvent pas que les uns, assis sur leur pension garantie, « ne connaissent pas la baisse de leur pouvoir d’achat » quand les autres, victimes du rabotage systématique des pensions, « n’arrivent pas à vivre avec leur retraite ».

A quand une remise en cause globale des super-régimes spéciaux ?

A quand, par exemple, une vraie réforme du régime de retraite du Conseil économique, social et environnemental (CESE), véritable niche sociale qui profite à 64 patrons syndicaux ? Pourtant, il y aurait beaucoup à faire avec ce régime calqué sur celui…des parlementaires ! D’autant que la « vraie-fausse » réforme de 2010 a épargné l’essentiel des avantages des conseillers.

31/10/2011

Bravo au Sénat de nous prouver sa soumission et sa préférence non-nationale !


Le PS nous aura décidément tout fait! Mais qui est cette délicieuse nouvelle élue???

Voir: http://tinyurl.com/5syf824

et: http://www.senat.fr/senateur/khiari_bariza04077p.html

Continuez à voter pour les Socialo-collabos bradeurs de NOTRE France! Vous entrez en Francarabia. Bienvenue et surtout, bon courage…

FDF

.

.

Une Algérienne militante du Mrap vice-présidente du Sénat…

Les socialistes n’ont pas mis longtemps pour trahir la France en mettant à la vice-présidence du Sénat où ils sont majoritaires une femme qui se revendique et Algérienne et musulmane, celle qui, en 2009, avait fait une proposition de loi, votée à l’unanimité, « visant à supprimer les conditions de nationalité qui restreignent l’accès des travailleurs étrangers à l’exercice de certaines professions libérales ou privées »… cela dit tout. On peut s’attendre, avec elle et une majorité de gauche au cas où le PS l’emporterait en 2012, à voir disparaître même la nécessité de nationalité française pour devenir fonctionnaire. C’est-à-dire pour rendre un service, public, à chacun, sans considération de race, de religion ou de sexe… 

Le quotidien algérien Liberté-Algérie annonce même sa prochaine proposition de loi :  » Elle a tout de suite décidé de s’attaquer à la circulaire de Claude Guéant durcissant les conditions de séjour des étudiants étrangers après l’obtention de leur diplôme. Mme Khiari va présenter une proposition de résolution en vue de favoriser l’emploi des étudiants étrangers sur le territoire français, tout en facilitant les allers-retours avec leur pays d’origine ».

Bon, tout le monde est prévenu. Avec le PS la France, sera, plus que jamais au cours de son histoire, une passoire, un Eldorado ouvert à toutes les convoitises et à toutes les envies… mais réservées aux Etrangers en priorité.  Qu’on se le dise.

PS Circonstance aggravante, qui en dit long, elle est aussi militante à la FCPE, cette association de parents d’élèves qui a, par ses exigences, par des prises de position, largement contribué à fiche en l’air notre école…   

PS2 L’effrontée ose prétendre défendre un islam modéré, de paix et de tolérance, à lire, deux articles démontant ses arguments sur Riposte laïque

Source: http://christinetasin.over-blog.fr/

23/07/2011

Pauvre comme un sénateur…

On aura tout vu.  Elle devrait porter plainte pour stigmatisation ou discrimination…

Décidément, les élus d’Europe-Ecologie les Verts font beaucoup parler d’eux en ce moment…

Un conseil à cette dame: allez dans les rues de Paris, la  nuit, et vous verrez combien de sans-abri dorment à même le sol. Et ils ne se plaignent pas, eux…

Réaction honteuse de votre part, Madame la Sénatrice. Votre poste est déjà un honneur.

FDF

Alima Boumediene-Thiery à Gaza…

(Photo: Oumma.com)

.

La sénatrice qui se trouvait pauvre…


Si, pour François Hollande, on doit être considéré comme riche à 4000 euros par mois, pour la sénatrice Europe-Écologie, Alima Boumediene-Thiery, 10 000 euros par mois ce n’est pas encore assez  !

Cette dame a, en effet, écrit le 26 mai 2011 au ministre de l’Education, Luc Chatel, pour lui demander d’intervenir en faveur de son fils dont la demande de placement en internat dans un collège public sur Paris a été rejetée selon des « critères sociaux ».

« Avis négatif de l’assistante sociale » regrette Alima Boumediene-Thiery dans son courrier où elle s’emploie à expliquer qu’une sénatrice, dans sa situation, a besoin de l’aide de l’Etat pour s’en sortir. « Je reverse chaque mois 1200 euros au parti politique auquel j’appartiens, je paie également un crédit immobilier à hauteur de 1500 euros (…) In fine, je dois vivre avec près de 2000 euros ».

En réalité, le salaire net d’un sénateur s’élève à 5400 euros par mois et surtout, Mme Thiery oublie de rappeler qu’elle bénéficie de 6240 euros de frais de mandat non imposables, hors dépenses de taxis prises en charge par le Sénat. Ne reculant devant aucun argument pour convaincre le ministre, elle confie plus loin ne pas être certaine d’être reconduite dans son mandat au mois de septembre et donc de se « retrouver sans revenus ».

Pour mémoire, le salaire moyen en France est légèrement supérieur à 2000 euros nets selon l’INSEE. Quant au salaire median, il est de 1500 euros nets (50% des Français gagnent moins, 50 autres % gagnent plus).

Source: http://tinyurl.com/3pupfe9

07/07/2011

Serrez-vous la ceinture, mais payez vos impôts; vous mangerez plus tard…

L’exemple vient d’en haut, dit on… Depuis quelques temps, si on suivait ces consignes, ce serait un beau merdier en France. Pire que maintenant? Si si; c’est possible… Les scandales de tout genres se dévoilent (DSK, Woerth, Tron, Alliot-Marie, j’en passe et des meilleures…) mais ça n’empêche pas les autres d’emboîter le pas. « Je veux une République exemplaire » avait dit Sarkö…

FDF

.

Les notes de frais de Jean-Marc Pastor

Les notes de frais de Jean-Marc Pastor. Jean-Marc Pastor ( PS), questeur du Sénat, s’est fait épingler par Mediapart pour ses grosses notes de frais.

Jean-Marc Pastor a transmis 3 factures à la trésorerie du Sénat, le 9 décembre 2010, soit quelques jours avant expiration de son crédit annuel. 2 d’entre elles correspondent à des notes de restaurant.

Notes de frais de Jean-Marc Pastor

– La première note de frais de Jean-Marc Pastor, datée du 19 novembre, correspond à un repas de 51 convives pour un montant total de 1428 euros.

– La seconde note de frais de Jean-Marc Pastor, datée du 3 décembre 2010, correspond à un repas de 38 convives et un montant de 1064 euros.

Ces 2 notes de frais de Jean-Marc Pastor ont été émises par l’Hostellerie Saint-Jacques de Monestiés, dans le Tarn, département dont Jean-Marc Pastor est sénateur. L’établissement est géré par la fille de Jean-Marc Pastor et il en détient lui-même des parts.

Jean-Marc Pastor a déconseillé au rédacteur en chef du Tarn libre de publier ces informations, en lui indiquant que le Sénat “a porté plainte“, et en se prévalant d’un communiqué de soutien du président du Sénat, Gérard Larcher.

Mais la responsable de la communication de la présidence du Sénat, Nathalie Bahier, affirme que ce communiqué “est un faux“. “Il n’y a jamais eu de communiqué de presse de Gérard Larcher concernant cette affaire“. Une affaire qui crée de fortes tensions au Sénat.

En tant que questeur du Sénat,  Jean-Marc Pastor bénéficie déjà de confortables avantages: traitement de sénateur, logement de fonction qu’il peut mettre à disposition de ses collègues, indemnité complémentaire de 5170 euros bruts par mois, ainsi qu’une rallonge annuelle de 11 600 euros pour frais de représentation.

Source: http://www.observatoiredessubventions.com/

12/05/2011

Enfin, ça bouge: feu vert au projet de loi sur l’immigration !

Franchement, je n’y croyais pas de trop. Est-ce que ces « inutiles » de la République que sont SOS Racisme vont porter plainte contre le Parlement? Certainement pas. Ils ne sont pas de taille à lutter. Ils préfèrent s’attaquer aux « petits » patriotes qui sont « proie facile »…

FDF

Vu sur: http://info.france2.fr/

.

La loi définitivement adoptée par le Parlement

Les députés à l'Assemblée Nationale, le 11 mai 2011.

Les députés à l’Assemblée Nationale, le 11 mai 2011.

Après l’Assemblée, le Sénat a donné mercredi soir son feu vert au projet de loi sur l’immigration

Après le vote de l’Assemblée mercredi dans l’après-midi (297 voix « pour » contre 193), le Sénat a adopté le projet par 182 voix contre 151.

Un texte qui durcit les règles des conditions d’éloignement des étrangers sans-papiers placés en rétention et le droit au séjour des étrangers malades atteints de pathologies graves.

La gauche a redit son intention de déposer un recours auprès du Conseil constitutionnel contre un texte qui aura été « l’occasion de défaire notre pacte républicain ».

Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant a salué de son côté « un texte complet et équilibré pour une politique d’immigration efficace et juste ».

Mesures d’éloignement des sans-papiers
Concernant la réforme du régime de rétention des sans-papiers en instance d’expulsion, le texte a finalement retenu la version de l’Assemblée et du gouvernement: l’intervention du juge des libertés et de la détention (JLD) sera dorénavant repoussée à cinq jours (au lieu de deux actuellement).

La mesure, considérée comme le « coeur de la réforme » sur l’immigration,  vise à une meilleure efficacité des procédures d’éloignement. Aujourd’hui, moins de 30% des sans-papiers placés en rétention sont finalement reconduits aux frontières.

La durée maximale de rétention administrative passe par ailleurs de 32 à 45 jours maximum.

Encadrement du séjour des étrangers « malades »
Le titre de séjour « étrangers malades » ne pourra dorénavant être accordé qu’en cas d' »absence » du traitement approprié dans le pays d’origine.

L’opposition de gauche a pourtant fait valoir que si les traitements ne sont pas « absents » des pays d’origine, ils n’en sont pas moins, souvent, inaccessibles à de nombreux malades, notamment pour des raisons financières ou géographiques.

La nouvelle disposition prévoit cependant que l’autorité administrative pourra prendre en compte des « circonstances humanitaires exceptionnelles » pour l’attribution du titre de séjour, après avoir recueilli l’avis du directeur général de l’agence régionale de santé.

Réactions à gauche
Julien Dray (PS) a lancé dans l’hémicycle: « Nous votons la 7ème loi (sur l’immigration) depuis 2002, cela veut dire que vous n’y arrivez pas! A propos de l’exonération de sanctions pour les employeurs de « bonne foi »,  le député de l’Essonne s’est écrié: « c’est la première loi d’amnistie des patrons qui emploient des clandestins! ». 

Noël Mamère (GDR): « Ce texte est l’enfant du discours de Grenoble et de la chasse aux Roms ». « Plus de tabous dans la traque intérieure et dans la course à l’échalotte avec Mme Le Pen! ».

L’association SOS Racisme s’est dite mercredi « atterrée » après l’adoption par l’assemblée nationale du projet de loi sur  l’immigration, un texte qu’elle juge « inique ».

« Alors que le gouvernement ne cesse les sorties xénophobes et appels du pied au Front National, SOS Racisme est atterré de voir que le Parlement suit le pouvoir exécutif dans l’application concrète des discours démagogiques qui auront bientôt des conséquences humaines inacceptables », écrit l’ONG.

 PRINCIPAUX POINTS DE LA LOI SUR L’IMMIGRATION

CREATION DE ZONES D’ATTENTE SPECIALES

Des zones d’attente spéciales, à l’instar de celles existant dans les  aéroports, sont créées pour une durée maximale de 26 jours afin de faire face à l’arrivée « d’un groupe d’au moins dix étrangers en dehors d’un point de passage frontalier en un même lieu ou sur un ensemble de lieux distants d’au plus dix kilomètres ».

ENCADREMENT DE LA CARTE DE SEJOUR « ETRANGER MALADE »

Le titre de séjour « étrangers malades » ne pourra être attribué qu’en cas d' »absence » du traitement approprié dans le pays d’origine. L’autorité administrative pourra cependant prendre en compte des « circonstances humanitaires exceptionnelles », après avis du directeur général de l’agence régionale de santé.

PENALISATION DES MARIAGES GRIS

Les « mariages gris », fondés sur une tromperie volontaire, seront pénalisés de cinq ans de prison et 15.000 euros d’amende.

AUGMENTATION DE LA DUREE MAXIMALE DE RETENTION

Afin de permettre l’obtention de laissez-passer consulaires, la durée de la rétention administrative passe de 32 à 45 jours maximum. Dans les pays de l’UE,  une directive a fixé la durée maximale de la rétention à six mois.

REFORME DU CONTENTIEUX DE L’ELOIGNEMENT DES SANS-PAPIERS

En cas de recours contre une OQTF (obligation de quitter le territoire français), le juge administratif se prononcera avant le juge des libertés et de la détention (JLD). La saisine de ce dernier est portée à cinq jours, au lieu de deux actuellement.

ABUS DU COURT SEJOUR

Un ressortissant européen pourra faire l’objet d’une mesure d’éloignement en cas d' »abus d’un court séjour » (moins de trois mois) lorsqu’il multiplie des allers-retours « dans le but de se maintenir sur le territoire » ou s’il constitue « une charge déraisonnable pour le système d’assistance sociale »

EXPULSION EN CAS DE VOLS REPETES OU DE MENDICITE AGRESSIVE

Un étranger, européen ou non, présent depuis plus de trois mois mais moins de trois ans, pourra être reconduit à la frontière en cas de « menaces à l’ordre public » notamment pour des infractions de vols, de mendicité agressive ou encore dans le cas d’occupation illégale d’un terrain public ou privé.

CREATION D’UNE INTERDICTION DE RETOUR

Obligation, sauf raison humanitaire, de notifier une interdiction de retour  sur le territoire français à un étranger qui s’y est maintenu au-delà du délai de départ volontaire, d’une durée comprise entre deux et cinq ans.

PERMIS DE SEJOUR EUROPEEN POUR TRAVAILLEURS QUALIFIES

Un permis de séjour temporaire européen peut être accordé aux travailleurs « hautement qualifiés », bac+3 ou cinq ans d’expérience professionnelle, qui justifient d’un contrat ou d’une promesse d’embauche pour au moins un an.

SIGNATURE D’UNE CHARTE DES CITOYENS LORS DE L’ACCES A LA NATIONALITE

L’accès à la nationalité est conditionnée à la signature d' »une charte des droits et devoirs et du citoyen ». Les candidats à la naturalisation devront suivre un cours d’intégration, sanctionné par un examen, dont les modalités seront fixées par décret.

EMPLOI D’ETRANGERS SANS PAPIERS

Les employeurs « de bonne foi » d’étrangers sans papiers seront exonérés des sanctions frappant l’emploi de ce type d’étrangers.

02/03/2011

Dans la série des traineurs de casseroles: Gérard Longuet…

Sarkö a le don de récupérer et de placer à sa droite des gens qui ont des casseroles au c.. Encore un exemple avec Gérard Longuet. Il vient d’en virer deux, ça ne lui sert pas de leçon. Il pourra dire, à l’issue de sa défaite : « c’est pas moi, c’est lui! » C’est du suicide, non ? Collectif, même.

« On choisit ses amis, mais rarement sa famille » (Renaud).

FDF

.

Gérard Longuet : on a des photos, on les fera circuler !

Gérard Longuet revient. Et avec lui une certaine idée de la droite. Du genre qui commence à l’extrême droite, passe par la lessiveuse giscardienne, fait dans le style moderne et décrispé, mais dans le fond, ne change en rien.

Gérard Longuet, ex-très jeune « faf », ex-jeune giscardien emblématique des années 80, ex-membre de la bande à Léo, ex-balladurien de choc, toujours suspect mais jamais condamné (qu’il s’agisse de financement politique occulte ou de magouilles immobilières personnelles) véritable mi raculé judiciaire, avait fini par échouer au Sénat ces dernières années, ce qui, compte tenu de sa personne et de son action, relevait déjà de l’incongruité.

Ces trois dernières années, Gérard Longuet s’est illustré à deux reprises, tenant des propos plus que révélateurs quant à ce qu’est son moi politique réel.

En 2008, dans un débat en commission sénatoriale, Longuet avait assimilé l’homosexualité à la pédophilie :  « C’est extrêmement réjouissant de savoir que l’on promeut en effet des formes nouvelles de sexualité dans l’école. Et qu’on combat en même temps la pédophilie. Y a quand même un moment où il faut savoir sur quelles valeurs on s’arrête, mais enfin…« 

En 2010, alors que le nom de Malek Boutih circulait comme étant celui d’un possible président de la HALDE, Longuet avait considéré que celui-ci n’avait pas le physique de l’emploi, contrairement au président sortant, Louis Schweitzer : « La Halde ça veut dire que la France s’ouvre aux populations nouvelles. Louis Schweitzer, un vieux protestant, c’est parfait ! Il vaut mieux que ce soit un corps français traditionnel qui se sente responsable de l’accueil de tous nos compatriotes »…

…Suite et source: http://www.lepost.fr

30/01/2011

« L’Empire tout entier se laissait insidieusement pénétrer par des éléments inassimilables ».

Toute ressemblance, etc, etc…

FDF

.

Décadence de l’Empire romain (Encycl. Hachette, 1951) (suite)

« L’Empire romain donnait aussi aux barbares ses terres à cultiver, tant était grave la pénurie de main-d’oeuvre. C’est ainsi que des immigrants venus d’outre-Rhin furent installés à travers toute la Gaule. L’Empire tout entier se laissait insidieusement pénétrer par des éléments inassimilables et se désagrégeait un peu plus chaque jour. » (p. 62) «La monarchie se faisait de plus en plus absolue et empruntait maint caractère à la Perse, dont on enviait la renaissance. Un cérémonial compliqué, un luxe scandaleux étaient de mise à la cour impériale, où fonctionnaires, eunuques, femmes, intriguaient et se bousculaient à qui mieux mieux. Le Sénat n’était plus que le témoin attardé d’un glorieux passé. Toute la charge du gouvernement et de l’administration incombait à une bureaucratie monstrueuse, qui étendait ses tentacules dans tous les domaines. Des prescriptions minutieuses clouaient chacun, de l’agriculteur au magistrat municipal, à la place qu’il occupait. » (p. 60-61)

———————————————————————————————————————————

23/10/2010

Nos pauvres sénateurs…

Au moins on sait pourquoi nos impôts augmentent sans cesse…

FDF

.

Le Sénat : enquête sur les super-privilégiés de la République Robert Colonna d’Istria, Yvan Stefanovitch

« A quoi sert le Sénat, institution deux fois centenaire qui nous coûte chaque année plus de 300 millions d’euros? D’abord à financer les privilèges (plus de 4 000 euros mensuels de retraite pour 15 ans de cotisation) et les rémunérations royales (11 540 euros net par mois) des derniers princes de la République, nos 331 sénateurs.
Et aussi à entretenir les 1 260 fonctionnaires les mieux rémunérés de l’Hexagone (de 2 300 à 20 000 euros net mensuels), qui font la semaine de 32 heures et ont presque 4 mois de vacances. Luxe, calme et volupté. Et, dans l’esprit de beaucoup, de Jospin à Sarkozy, ces super-privilèges n’ont pas la moindre justification, car, selon eux, cette deuxième Chambre ne sert à rien. La réalité est édifiante: un petit tiers des sénateurs travaille, un gros tiers vient de temps en temps à Paris et les autres appartiennent à la famille des rois fainéants.
Un royaume hors du monde et du temps ? Pas tout à fait. Car nos sénateurs, qu’ils soient de droite ou de gauche, sont assidûment courtisés par des lobbies de tout poil. Des marchands d’armes aux semenciers, chacun connaît la capacité de ces édiles à peser sur la diplomatie française ou à modifier un texte de loi. Cela justifie bien des « voyages d’études », tous frais payés, quelquefois au bord d’un lagon lointain. D’autres ténors politiques, en revanche, continuent à considérer la Chambre haute comme un précieux garde-fou contre les dérives des gouvernements et l’obéissance servile de l’Assemblée nationale. Robert Colonna d’Istria et Yvan Stefanovitch ont mené une enquête pointilleuse qui révèle les petits et grands secrets de l’institution Sénat. Ils racontent, avec beaucoup de brio, les splendeurs et les misères de notre Chambre « haute « .
Et recensent les quinze réformes évidentes à mettre facilement en œuvre pour que les sénateurs ne soient plus des superprivilégiés. »

Merci à JLB pour l’info…

Page suivante »