Francaisdefrance's Blog

26/12/2010

Détention d’armes: un décret contre de nouvelles « affaire Gallinier »…

Pas fou, le Marcel… Et réaction des plus logiques. Pourquoi désarmerait-on des gens inoffensifs comme lui quand on sait que la « kala » est devenue monnaie courante chez la racaille de tous poils. Et face à l’insécurité grandissante que nous connaissons, si un voyou vous agresse ou tente de vous cambrioler et se trouve nez à nez avec le canon ne serait-ce que d’un pistolet à grenaille non chargé, ça doit tout de même faire réfléchir. Afin de ne pas finir comme Papy Gallinier, interdire la vente de munitions serait mieux accepté par les détenteurs d’armes. Cette nouvelle loi servira tout simplement à se retrouver en situation de danger face à un éventuel agresseur. On désarme les gens dangereux; pas les gens soucieux de se défendre en vue de rester en vie le plus longtemps possible…

Une question: qui désarme les délinquants bardés d’armes de guerre??? Certainement pas une loi ni un décret…

FDF

.

Marcel Guth, honorable retraité ne comprend pas pourquoi il devrait rendre son arme : «  Je ne suis pas un voyou », plaide-t-il./Photo DDM, J.D
Marcel Guth, honorable retraité ne comprend pas pourquoi il devrait rendre son arme : « Je ne suis pas un voyou », plaide-t-il./Photo DDM, J.D

Un nouveau texte de loi sur la détention d’arme est en préparation. Certains détenteurs obligés d’abandonner la leur ne comprennent pas les nouvelles contraintes. Comme Marcel Guth et son Mauser 50 Magnum calibre 9 à grenanailles.

Marcel Guth, alsacien d’origine et Tarn-et-Garonnais d’adoption ne comprend pas. Aujourd’hui âgé de 78 ans, ce retraité a toujours possédé une arme. Mais depuis trois ans maintenant, les services de la préfecture lui demandent de s’en séparer. Dura lex, sed lex… L’article 31 du décret 95-589 du 6 mai 1995 modifié en conseil d’État le 17 décembre 2008 (qui a supprimé l’assouplissement dont pouvait bénéficier certains retraités comme les policiers) est clair : « Seules les personnes physiques âgées de 21 ans, exposées à des risques sérieux pour leur sécurité du fait de la nature ou du lieu d’exercice de leur activité professionnelle peuvent être autorisées au titre de la défense, à acquérir une arme du paragraphe 1 de la 4e catégorie et à la détenir sur le lieu d’exercice de cette activité ».

16 abandons en deux mois

Les services de M.Nebout, chef du bureau sécurité à la préfecture ont lancé une centaine de courriers ces derniers mois comme celui reçu par notre retraité. « On souhaite assainir la situation, explique Yves Nebout, nous avons déjà eu 16 abandons d’armes en deux mois ». Manque toujours l’arme de Marcel Guth, un Mauser magnum calibre 9 à grenaille. Une arme de 4e catégorie donc. Marcel Guth ne rentre pas dans les clous du décret 95-589. Il en est franchement contrarié d’où sa réticence à obtempérer aux injonctions de l’État : « J’ai fait la guerre d’Algérie. je ne suis pas un voyou. Mais avec mon épouse, nous vivons dans un lieu isolé. On a longtemps eu des gens du voyage à proximité et je me suis déjà fait agresser verbalement. C’est sûr que je n’aurai jamais tiré. Je suis un Germain, moi, pas un Latin ». Chez lui, les systèmes d’alarme offrent un premier rempart contre les intrusions. L’arme ? « Elle est rassurante ».

Finalement légaliste, Marcel Guth va donc capituler et rendre son arme. «Mais je crois que je vais aussi rendre mes médailles de pompiers », s’emporte notre retraité.

Mais Marcel Guth et tous les autres possesseurs d’armes interdites peuvent encore acquérir librement des armes de 5e et 7e catégorie. Certaines sont simplement soumises à déclaration.


Les armes classifiées:

Les armes sont classifiées en fonction de leur dangerosité, de leur calibre et des munitions.

1ère catégorie : armes de guerre et munitions;

2e cat : matériels de guerre;

3e cat : matériels de protection;

4e cat : armes de défense et leurs munitions.

5e cat : armes de chasse et leurs munitions.

6e cat : armes blanches;

7e cat : armes de tir de foire ou de salon et leurs munitions;

8e cat : armes historiques et de collection.

Source: http://www.ladepeche.fr