Francaisdefrance's Blog

16/01/2012

Islamisme. Crime d’honneur : des tueurs à gage recrutés à Neufchâteau !

Des malades; de véritables malades… Cela se confirme tous les jours…

FDF

.

ILS ONT VRAIMENT LA HAINE TENACE  CE BARBARES ATTARDéS de la religion d’amour.

LISEZ LE  LONG SCENARIO  MONTé PAR Fathi Elmohor -65ans CET INDIVIDU   HAINEUX    ET ARRIERé QUI SE RETROUVE  EN PRISON POUR 16 ANS   et encore ce n’est pas assez –  LEUR HAINE SE MANIFESTE  AUSSI ENVERS  UN MAROCAIN, en l’occurrence.
Cette histoire, incroyable,  ressemble à un mauvais roman.

JC JC…

.

Fathi Saleh Elmohor, âgé aujourd’hui de 65 ans, ne voulait pas entendre parler du jeune Marocain dont sa fille de 17 ans était tombée amoureuse. C’était en 2006. Quand le sexagénaire a appris que cette relation se poursuivait malgré le veto qu’il avait opposé à ce projet de mariage, ce digne représentant de la délégation palestinienne à Bruxelles, dont il est l’un des responsables, a entamé à partir de 2007 une campagne de harcèlements et de menaces proférées envers le prétendant et même envers sa propre progéniture.

Le fils de Fathi El Mohor, un Tubizien de 32 ans, a participé activement à cette campagne qui a duré deux ans, et un beau matin, il a même mis le cap sur Schaerbeek, rien que pour assaillir le « paria » à la sortie de son domicile et le passer à tabac. Les coups furent tels que le jeune homme encourut une commotion cérébrale.

Le jour de ses 18 ans, la belle et tendre a décidé de quitter le toit familial pour se mettre en ménage avec son fiancé.

C’en était trop pour le patriarche. Les menaces de mort ont redoublé. Mais ce n’était encore qu’un demi-mal. À partir de 2009, Fathi El Mohor a commencé à nourrir des projets criminels. Le couple avait en effet fixé la date du mariage au 24 juin 2009. Pour le principal prévenu de ce dossier, cette union serait un déshonneur pour toute la famille. Il est prêt aux pires extrémités.

Un tireur de Neufchâteau

Aussi, Elmohor fait appel à celui qu’il considère comme l’homme de la situation, Mahmoud El Mahr, un Palestinien né en 1944 et installé depuis longtemps à Bertrix. Sa dernière adresse connue était rue d’Orgeo. Rapidement, la décision est prise en conseil restreint : le gamin marocain sera exécuté avec un pistolet de gros calibre, un 7,65 mm semi-automatique. Ne reste qu’à trouver le tireur !

Et El Mahr va recruter à son tour Anas Almaedh, 29 ans aujourd’hui, qui tient ses quartiers chaussée d’Arlon, à Neufchâteau. Une semaine plus tard, le pacte assassin est scellé. Les repérages sont organisés et le 18 juin 2009, le père Elmohor vient lui-même chercher ses « officiers » à Bertrix. Vers minuit, il les conduit sur les lieux du crime à proximité du domicile de la victime, à Schaerbeek.

Quand le futur marié arrive chez lui, Almaedh et El Mahr sortent du véhicule et se placent devant l’entrée de l’immeuble. Le Bertrigeois distrait la victime en lui parlant et Almaedh ouvre le feu à quatre reprises. Le fiancé s’effondre et les trois tueurs fuient… La victime, grièvement blessée, est atteinte de quatre projectiles.

Hospitalisé dans un état critique, le futur marié avait survécu à ses graves blessures.

L’ancien directeur-adjoint de la délégation palestinienne à Bruxelles, Fathi Elmohor, a été condamné mercredi à 16 ans de prison par la cour d’appel de Bruxelles.

Source: http://www.lavenir.net/

30/12/2011

Islamistes: l’affrontement; coûte que coûte !

Partout, en tous lieux où ils sont présents, leur leit-motiv c’est la provocation et l’affrontement (pas mal de stigmatisation, aussi)… On les connait, maintenant. Le cas présenté ici s’est passé en Belgique. N’ayez crainte: nous avons les mêmes cas de figure, en France…

Agissons en conséquence.

FDF

.

EST-IL BESOIN DE COMMENTER ?????   TOUJOURS LES MÊMES  QUI NE VEULENT PA SE SOUMETTRE à NOS LOISNOUS DEVONS SALUER LE COURAGE DES POLICIERS  QUI CONTINUENT DE  BIEN FAIRE LEUR TRAVAIL,  AFIN DE TENTER DE FAIRE APPLIQUER NOS LOIS,  FACE à DES SAUVAGES, DES BARBARES  QUI NE CHERCHENT QUE L'(AFFRONTEMENT COUTE QUE COUTE.  PARMI LES COMMENTAIRES DES LECTEURS,   pour ma part, j’ai relevé celui-ci,  qui me parait fondé sur un certain bon sens :« On va se faire « bouffer » par ces gens mais ce qui me rassure c’est que par la suite ils boufferont nos politiques ah ah ah »EST CE QUE NOS POLITIQUES,  CEUX QUI LAISSENT FAIRE, ONT CONSCIENCE QU’UN JOUR  « ILS »   SE RETOURNERONT VERS EUX,  AUSSI??
A L’INSTAR DE   MME BOUTELDJA,  et Mr RAMADAN,  qui appellent aux soulèvements et aux émeutes,  là encore il y a bien incitation a la haine et à l’émeute.
LES SANCTIONS DOIVENT TOMBER!
JC JC…

Le contrôle d’une femme au niqab vire à l’émeute

Le mari de cette dame au visage couvert a refusé qu’elle dévoile son identité
Depuis l’entrée en vigueur en juillet de la loi anti-niqab, dite aussi loi anti-burqa, toute personne cachant totalement ou de manière principale son visage sur la voie publique peut être poursuivie pour ce comportement avec une amende pénale de 15 à 25 euros et/ou une peine d’emprisonnement de 1 à 7 jours.
Ce mardi, des policiers de la zone Nord ont croisé rue de Brabant, à Schaerbeek, une dame portant le niqab. Ils ont donc, comme le veut la procédure, demandé à celle-ci de leur dévoiler son identité.
Une demande que le mari de la dame au niqab n’a pas supportée. Refusant que son épouse se soumette aux ordres des policiers, l’homme s’est mis à hurler, attirant la foule.
C’est alors qu’un autre individu, un certain « Bernard », a incité la foule à l’émeute, hurlant qu’il fallait tout péter et protéger “la communauté”.
Face à des policiers d’origine marocaine, ce même homme a proféré toute une série d’insultes, les qualifiant notamment de “traîtres”. La police a dû utiliser du spray lacrymogène pour disperser les intervenants.


Source:  La Dernière Heure

09/08/2011

La base de l’islam, c’est la tolérance…

Le ramadan est un pilier de l’islam? La violence aussi, semble t’il…

FDF

.

Agressés à cause du ramadan !



Nous ne dévoilerons pas leur identité dans le but de les protéger. Nous les appellerons donc Najla et Didier. Il est belge de souche, elle est marocaine. Ils sont mariés depuis sept ans. Ce couple mixte qui vit à Schaerbeek, dans le quartier de la place Liedts, a été victime d’une agression raciste mercredi en début de soirée. L’un des auteurs des faits a pu être interpellé par la police de la zone Nord.

Le couple qui habite ce coin multiculturel de Bruxelles depuis plus de trois ans a déjà été souvent confronté aux regards méchants de certains voisins et même à certaines insultes des jeunes du quartier, mais cela n’avait jamais été aussi loin, nous confie Najla en présence de ses parents venus lui rendre visite en Belgique pour quelques jours seulement. “Quand nous marchons en rue avec mon mari, nous sommes souvent victimes d’insultes en arabe. Je n’y ai jamais vraiment prêté attention, même si cela me pèse énormément. Mon mari m’a toujours dit que j’exagérais et qu’il ne nous arriverait rien. Je savais bien pourtant qu’un jour cela se produirait.”

Mercredi en fin de journée, alors que le couple sort faire des courses dans un commerce du quartier, une bande de jeunes se met à insulter Najla en arabe.

Ils m’ont traitée de salope, ils m’ont dit que c’était honteux de ma part d’être avec un Belge. Ils m’ont reproché de ne pas faire le ramadan. Mon mari se trouvait à mes côtés, mais il ne comprenait pas ce qu’ils disaient. Je leur ai répondu que c’est eux qui devraient avoir honte d’insulter les gens en plein ramadan et je leur ai demandé poliment de se calmer. Ils n’ont pas supporté. Ils nous ont alors suivis en rue tout en nous hurlant des insultes. Nous avons continué à marcher pour ne pas leur montrer l’endroit où on habite. Ils ont alors disparu et au moment où nous sommes rentrés chez nous, trente secondes plus tard, trois jeunes ont défoncé la porte de notre immeuble. L’un d’eux m’a giflée et m’a dit qu’il allait m’éduquer. Un autre m’a dit qu’il reviendrait nous frapper une fois qu’il serait l’heure de la rupture du jeûne. Ils ont alors arraché l’extincteur du couloir et voulaient nous frapper avec au moment où, heureusement, notre voisin nous a sauvés en sortant de son appartement. Ils ont alors pris la fuite.”

Les parents de Najla qui repartaient au Maroc hier soir sont sous le choc. Ils craignent pour la sécurité de leur fille. “Les Marocains d’ici sont beaucoup moins tolérants que dans notre pays”, nous confie la maman de la jeune femme de 33 ans.

Quant à Najla, victime de cet acte raciste, elle n’ose plus sortir de chez elle. Elle exprime dans l’article ci-dessous sa colère envers une communauté qui est pourtant la sienne mais en laquelle elle ne se retrouve plus à cause notamment, dit-elle, de ces “gens fermés” .

Rappelons peut-être que la base de l’Islam, c’est la tolérance…

Source: http://www.dhnet.be/