Francaisdefrance's Blog

20/03/2011

Trois eurodéputés acceptent de déposer des amendements contre de l’argent !

Bravo! Moi je dis bravo! Et dire que ces gens-là sont grassement payés avec notre argent pour travailler pour nous… Honteux !!!

FDF

.

Piégés par de faux lobbyistes, trois eurodéputés acceptent de déposer des amendements contre de l’argent !


Vue à Strasbourg du drapeau européen devant le Parlement.

Vue à Strasbourg du drapeau européen devant le Parlement. AFP/GERARD CERLES

Trois députés européens et anciens ministres – un Roumain, un Slovène et un Autrichien – se sont dit prêts à « vendre leurs services », pour des sommes allant jusqu’à 100 000 euros, à des journalistes du journal britannique The Sunday Times. Le journal britannique estime (lien payant) que cette affaire est « l’un des plus gros scandales » qu’ait connu le Parlement européen en 53 ans d’existence.

Les reporters du journal dominical se sont présentés comme lobbyistes. Ils ont proposé à plusieurs députés de les payer 100 000 euros par an en échange d’amendements qu’ils pourraient faire adopter. Deux des amendements, concernant la protection des consommateurs de l’Union européenne, « apparaissent dans les documents officiels de l’UE et sont sur le point de devenir des lois », explique le journal britannique, précisant que le texte est identique à celui qu’ils ont soumis aux parlementaires en tant que faux lobbyistes.

« SERVICES DE CONSEIL »

Adrian Severin, ancien vice-premier ministre roumain, a envoyé un courriel aux faux lobbyistes, disant : « Juste pour faire savoir que l’amendement que vous souhaitiez a été déposé à temps ». Peu après, il a envoyé une facture de 12 000 euros pour « services de conseil ».

Zoran Thaler, ancien ministre slovène des affaires étrangères, a lui aussi présenté un amendement, demandant par la suite que l’argent lui soit versé sur le compte d’une société basée à Londres. « Il n’est pas question que je dévoile ça », a-t-il dit.

Un troisième député, l’ancien ministre autrichien de l’intérieur, Ernst Strasser, a déclaré aux journalistes : « Je suis un lobbyiste », avant de présenter un projet d’amendement auprès de deux de ses collègues siégeant à une commission responsable de la législation concernée. Un compromis a été obtenu en faveur des lobbyistes, a ensuite assuré M. Strasser aux journalistes. Le député a demandé qu’un premier versement de 25 000 euros soit effectué sur le compte d’une société qu’il détient en Autriche.

Après que le Sunday Times a dévoilé la véritable identité des faux lobbyistes, M. Severin a assuré n’avoir « rien fait d’illégal ». MM. Strasser et Thaler ont assuré qu’ils savaient dès le début qu’il s’agissait de reporters et qu’ils voulaient simplement savoir jusqu’où cela irait. Interrogé par le Sunday Times, la vice-présidente du Parlement européen, Diana Wallis, a promis une enquête « en profondeur » a-t-elle dit.

Source: http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/03/20/pieges-par-de-faux-lobbyistes-trois-eurodeputes-acceptent-de-deposer-des-amendements-contre-de-l-argent_1495941_3214.html

03/09/2010

Bravo, monsieur Schweitzer !

Eh oui, bravo! Par votre faute, la Halde, déjà fort peu appréciée par bon nombre de français de souche qui souffraient de la discrimination exercée en son sein, car cette institution ne traitait pratiquement et sciemment que les plaintes à motifs futiles émanant systématiquement de personnes « issues de l’immigration », en prend un sacré coup dans les gencives. On comprend maintenant pourquoi vous en êtes parti… Ainsi, l’argent piqué dans la poche des personnes condamnées pour racisme suite à des plaintes bien ciblées de la Halde (organisme de l’Etat) et ceci pour un oui, pour un non,  servait donc à des fins fort peu légales, dirait-on… Pas flatteur, pour l’ex patron de Renault, honteux, même… Et beau cadeau pour la Halde qui va ainsi perdre le peu de « crédibilité » qui lui reste face à celles et ceux qui trouvaient là un excellent refuge et une mane non négligeable afin de facilement se défouler financièrement et psychologiquement sur les « sous-chiens… Souhaitons que Jeannette Bougrab saura sauver les meubles…

FDF

.

L’ex-président de la Halde épinglé par la Cour des comptes !

03.09.10

Le mandat de Louis Schweitzer, premier président de la Halde, s'est achevé le 8 mars 2010.

Le mandat de Louis Schweitzer, premier président de la Halde, s’est achevé le 8 mars 2010. WITT/SIPA

L’ancien président de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde) Louis Schweitzer est éreinté par un rapport de la Cour des comptes, selon le magazine Marianne dans son édition à paraître samedi matin.

Le document, dont les conclusions doivent être publiées avant la fin de l’année, relève une «absence de contrôle», des «marchés à la limite de la légalité» et une «opacité dans les opérations financières».

La communication, principal «point noir».

Il évoque aussi «un risque de redressement judiciaire en cas de contrôle par les services de la Commission européenne», selon le magazine.

Avec une dépense de 6,2 millions d’euros, la communication est le principal «point noir» mis en cause par la Cour des comptes qui a examiné la gestion de la Halde entre 2005 et 2009, selon Marianne.

Pas de mise en concurrence préalable.

Les principaux bénéficiaires en sont l’association Civisme et démocratie (Cidem) et les agences Publicis et TBWA, toutes engagées sans mise en concurrence préalable.

Selon le rapport, le Cidem qui fédère 11 associations engagées dans la promotion de la citoyenneté, a touché 3,2 millions d’euros entre 2006 et 2008.

Un loyer exhorbitant dans le 9e.

Les magistrats de la Cour des comptes ont par ailleurs mis en cause le loyer annuel de 1.831.952 euros versés pour le siège de 2.304 m2 du 11 rue Saint-Georges (9e), soit 795 euros le m2 contre 308 dans la rue voisine.

Ce loyer était déjà dans le collimateur des députés qui ont rogné les crédits prévus dans le budget 2010 pour la Halde, passés de 12,9 millions d’euros à 11,9.

La cour a aussi mis en évidence des conflits d’intérêt impliquant des membres du collège exécutif de la Halde. «Sur les 11 membres composant le collège, trois seulement ont respecté l’obligation d’établir une déclaration d’intérêt immédiatement après leur nomination», observe la cour.

Source: http://tinyurl.com/22pe722