Francaisdefrance's Blog

04/09/2011

Mayotte: une fillette de 22 mois violée et tuée !!!

A la limite du réel… Mayotte est le premier département musulman de France; et en est fier… Eh bien pas moi…

FDF

.

Il faut leur redonner leur indépendance; et vite !

.

Le corps violé d’une fillette de 22 mois a été retrouvé cette semaine dans un fossé à Mayotte, a annoncé aujourd’hui Véronique Compan, vice-procureur au tribunal de première instance. La magistrate a qualifié l’affaire d' »exceptionnelle et de particulièrement grave » au regard de la violence des faits commi.

« Les résultats de l’autopsie permettent de confirmer la thèse qui était un petit peu déjà, celle des enquêteurs puisqu’on bascule sur une enquête criminelle dans la mesure où cette petite fille a été victime de violences sexuelles et de violences corporelles », a déclaré Mme Compan. « Un certain nombre d’hématomes ont été retrouvés sur son corps ce qui laisse penser qu’effectivement, elle a été violentée et ensuite projetée au fond de la fosse« , a-t-elle ajouté. Elle a précisé que, selon les précisions du médecin légiste, les violences sexuelles ont été faites avant la mort.

« Les causes du décès proviennent des multiples coups que la fillette a reçus, et notamment la fracture du crâne qui a été découverte », a poursuivi Mme Compan avant d’ajouter que « les enquêteurs attendent aussi les résultats des analyses des prélèvements effectués sur le corps ». « On verra la qualification qui sera donnée aux faits », a-t-elle dit. « Vraisemblablement, cette enquête fera l’objet de l’ouverture d’une information judiciaire pour que continue la procédure afin d’identifier l’auteur du crime », a-t-elle ajouté. Aucune piste n’est privilégiée par les enquêteurs.

Les enquêteurs exploitent par ailleurs les données du téléphone portable du père de la fillette. Celui-ci a déclaré que son téléphone avait été dérobé la nuit du drame, puis rapporté aux gendarmes par un jeune du quartier. La magistrate a souhaité attendre la suite des investigations pour livrer des informations complémentaires à ce sujet. Elle a donné son accord pour que le corps soit rendu à la famille afin de procéder aux obsèques.

Le petite fille vivait à Combani (centre de Mayotte) avec son père et sa soeur depuis la séparation des parents. C’est en se réveillant mercredi à l’aube que le père a constaté sa disparition. « On l’a enlevé pendant que je dormais à côté d’elle. Je me suis mis à la chercher dans toute la maison, sans succès. J’ai ensuite découvert que la porte de la chambre était ouverte. J’étais pris de panique, je suis sorti de la maison pour alerter la famille et les voisins. Au bout de deux heures de recherche, un voisin, un adolescent de 16 ans, a fait la découverte macabre dans le fossé situé dans une maison en construction à 100 mètres du domicile familial », a raconté le père. Le corps dénudé de la fillette était dans une fosse de 2,70 mètres de profondeur.

Source: http://www.lefigaro.fr/

10/08/2011

Insécurité: Personne n’est à l’abri…

Il est triste et révoltant de constater que maintenant, en France, pour quelques euros, on peut perdre la vie. Le laxisme pratiqué en matière de répression de la délinquance porte ses fruits. On ne va quand-même pas laisser ces rebuts de la société dicter leur loi, non? Mais un grave problème subsiste en France: il est INTERDIT de se défendre soi-même. Lamentable…

A quand le retour des fusils cachés derrière le comptoir?

FDF

.

L’agression sauvage du bar-tabac le Select filmée par les caméras de surveillance (Vidéo)

« La Dépêche du Midi » s’est procuré les images de la violente agression à la barre de fer, sur un client et une serveuse dans le bar-tabac Le Select, le 1er août, à Toulouse. La scène peut choquer les esprits sensibles.

Vidéo : Sauvage agression du bar-tabac le Select filmée par les caméras de surveillance

Sauvage agression du bar-tabac le Select filmée par les caméras de surveillance

La scène ne dure qu’une poignée de secondes. Mais les images enregistrées par une caméra vidéo du bar-tabac, Le Select, en plein centre-ville, à Toulouse, sont d’une violence inouïe. Sur cette vidéo que « La Dêpêche du Midi » s’est procurée, on voit un homme armé d’une barre de fer frappant violemment un client qui s’écroule au sol. L’agresseur s’en prend ensuite à une jeune employée du bar qui se trouve derrière le comptoir. Elle est rouée de coups et tente de fuir en rampant en direction de la remise. Cette scène d’une rare violence et peu habituelle dans les cafés de la ville s’est déroulée lundi 1er août, vers 9 h 30, à l’intérieur du bar Le Select, rue Romiguières.

Hier soir, le principal suspect de cette double agression a été mis en examen pour vols avec arme et placé en détention provisoire après une enquête bouclée par les policiers de la sûreté départementale. Sans domicile fixe, ce suspect d’une trentaine d’années, en quête d’argent facile, est aussi soupçonné d’avoir dérobé des cartouches de cigarettes ainsi qu’un fond de caisse. Les policiers ont également interpellé une complice, également écrouée hier soir, qui était accoudée au bar ce jour-là et dont le visage était dissimulé sous une capuche. Le client, victime du premier coup, souffre d’une fracture aux vertèbres cervicales. Il devra porter un corset pendant plusieurs jours. La jeune serveuse de 23 ans, étudiante en droit, s’est fait poser plusieurs points de suture sur le crâne. Elle est traumatisée. « Elle avait l’habitude de travailler l’été dans ce bar pour financer ses études. Aujourd’hui, elle doit tout arrêter », témoigne son avocat, Me Raynaud de Lage. Au Select, l’émotion et l’incompréhension dominent. Les premières pensées vont en direction des victimes. « J’espère qu’ils vont s’en remettre, soupire un employé. Ici, il n’y a jamais eu d’embrouilles. »


Le couple écroué

Le parquet a ouvert une information judiciaire et a confié la suite des investigations au juge Philippe Colson.

Hier soir, le principal suspect, un SDF, a été écroué ainsi que la jeune femme présente dans le bar le matin de l’agression. Tous les deux ont été mis en examen pour vols avec arme, une qualification criminelle.

Source: http://www.ladepeche.fr/