Francaisdefrance's Blog

17/02/2012

Scandale de santé publique: 100% des franciliens mangent de la viande halal, augmentant le risque de contamination par germes E.coli !

Ce n’est pas pour vous faire peur, mais pour vous faire constater que le « halal » n’est pas aussi sain que les musulmans ne l’affirment…
FDF

.

Image d’illustration…

.

Ce qu’il convient d’appeler le « Halalgate » va-t-il s’inviter dans la campagne présidentielle?

 http://rutube.ru/tracks/5325916.html?confirm=93e2f06bdf2d04c8f7c85d98284d26ec

Le reportage d’Envoyé Spécial vient de révéler une bombe sanitaire : tous les abattoirs d’Ile-de-France égorgent les animaux (vaches, boeufs) selon le rituel islamique qui empêche l’étourdissement (pourtant règle européenne) et surtout de ligaturer l’oesophage qui en abattage traditionnel préserve du contenu de l’estomac véritable foyer grouillant de germes nocifs.

Gilbert Mouton, expert auprès des Tribunaux français et européens explique :

« le danger il est là car les plaies sont béantes, vous avez un déversement du contenu de l’estomac avec les germes qu’il contient dans la plaie de saignée et sur la tête »

Problème:  la plaie de saignée fournit les steack hachés !

« Le ministère de l’agriculture a pris le problème au sérieux dans son « enquête sur la viande hachée » (rapport d’expertise vétérinaire de 2007) « Dans les abattoirs le parage des plaies de saignée est un problème récurrent, le problème est accru dans les abattoirs pratiquant l’abattage rituel »

Source:   http://www.islamisation.fr/

30/10/2011

Petite blague de fin de journée…

Ben oui on fatigue, on fatigue…

FDF

.

Gardien de la Paix : 1 600 euros pour risquer sa vie


Pompier professionnel : 1 800 euros pour sauver une vie

Instituteur : 1 600 euros pour préparer à la vie

Médecin : 5 000 euros pour nous maintenir en vie

 Sénateur : 19 000 euros pour profiter de la vie

Ministre : 30 000 euros pour nous pourrir la vie…

05/08/2011

Ramadan: pas bon pour la santé, cousin…

Je suis content. Enfin quelqu’un qui me rejoint sur l’hypocrisie qu’est la ramadan… On se prive le jour et on fait des orgies de bouffe la nuit. Le corps humain doit se demander ce qu’il se passe. Le ramadan fait des victimes; le carême, non… D’après certains médias, il y a de plus en plus de musulmans qui font le ramadan: suicidaires, les muzz, suicidaires… Enfin; c’est eux que ça regarde. Mais les hôpitaux, c’est nous qui payons pour eux…

FDF

.

Le ramadan est une perversion du carême !


« Le ramadan n’est pas seulement une mauvaise copie du carême, c’est une perversion du carême (comme de nombreuses pages du Coran sont une perversion de la Bible, etc.). Le symbolisme du jeûne de carême est, notamment, la purification de l’âme par le retranchement de la nourriture du corps (car le jeûne purifie le corps). Mais le ramadan, c’est le contraire. Car si l’on jeûne dans la journée, la nuit on fait bombance (et on digère dans la journée). Dans les pays musulmans, la consommation alimentaire augmente de 30 % pendant le ramadan. (C’est pourquoi chez nous toutes les chaînes de supermarchés ont leurs rayons spécial ramadan, alors que, si le carême était vécu par les catholiques comme 40 jours de jeûne, il ne pourrait pas y avoir de rayons spécial carême, pour la bonne raison que le jeûne de carême c’est une réelle privation.) L’orgie de nourriture est telle que les hôpitaux sont pris d’assaut par des malades qui présentent tout l’éventail des pathologies liées à la surconsommation de nourriture (et grasse, et sucrée…), depuis la simple indigestion jusqu’aux crises cardiaques. Et il y a des émissions spéciales à la télévision pour demander aux gens de se modérer et donner des recettes de plats moins riches. En ces temps de dictature hygiéniste, le ramadan devrait être interdit… »

Source: http://lesalonbeige.blogs.com/

A noter:

Le jeûne du mois de Ramadan est obligatoire pour tout musulman dès la puberté. Il existe cependant des dérogations pour certaines personnes, en particulier pour les malades. En effet, lorsque le jeûne peut avoir des conséquences néfastes sur son état de santé, le musulman est autorisé à ne pas jeûner. Malheureusement, de plus en plus de personnes exemptées de jeûne insistent pour le faire et refusent la dispense qui leur accordée sur le plan religieux. Elles commettent alors un acte répréhensible puisque le jeûne nuit à leur santé. Cette situation se retrouve notamment chez des patients atteints de maladie chronique comme le diabète.
Le ramadan: que du bonheur…

10/07/2011

Médicaments: l’escroquerie présente partout…

Et même en Espagne…

Les « plumés », comptez vous!

FDF

.

Vu sur un journal andorran: (je vous laisse le soin de deviner la traduction….faaaaaaaaaaaacile)

A noter que les prix ,en Andorre, sont détaxés car les taxes sont originaires  des pays d’origne : France,Espagne ou autres .
Norvatis est le distributeur officiel de médicaments espagnols…
L’Andorre, avec ses taxes insignifiantes, lui fait « concurrence »…
voir détails :
En noir les prix actuels andorrans.
En rouge les prix espagnols.
Que de différences !!! (2à 3 fois)
On peut voir que comme toujours ce sont encore les mêmes qui s’en mettent plein les poches !
Dessin humoristique de José-Luis Martin.

20/06/2011

L’islam, un danger de santé publique !

Et ce n’est pas moi qui le dit… Mais depuis le temps que je le pense.

FDF

.

 

Le rite halal accentue le risque E.coli !!!

Un communiqué de la Fondation Brigitte Bardot du 16/06/2011 :

Le 10 novembre 2010, sept organisations françaises de protection animale* alertaient les autorités, lors d’une conférence de presse à l’Assemblée Nationale, sur les risques sanitaires graves dus à la présence de germes d’origine digestive, comme les E. coli, présents dans les steaks hachés.

Cette infection des viandes est accentuée par la généralisation de l’égorgement rituel des bêtes car l’impossibilité matérielle de ligaturer l’œsophage des animaux entraîne un « épanchement de matières stercoraires en provenance de l’estomac qui s’écoulent à travers la section béante de l’œsophage ».

La Fondation Brigitte Bardot a remis, fin 2010, aux ministres de l’Agriculture et de l’Intérieur, ainsi qu’au Chef de l’État, le dossier de presse « De la souffrance des animaux… à la tromperie des consommateurs » dans lequel l’alerte est donnée (pdf) :

« Certains germes d’origine digestive pouvant être très pathogènes pour l’homme risquent ainsi d’être retrouvés dans des pièces de découpe (collier notamment) ou dans des steaks hachés préparés avec celles-ci. Avec l’abattage rituel, il y a donc un danger potentiel pour la santé humaine, tout particulièrement pour les enfants, les personnes âgées et les populations immunodéprimées ».

Ces propos ont été confortés par la déclaration de Pascale Dunoyer, Chef du bureau des établissements d’abattage à la Direction Générale de l’Alimentation, dans le bulletin de l’Académie Vétérinaire de France : « Des pratiques liées à la mise en œuvre du rituel d’abattage peuvent avoir des conséquences en termes de salubrité et de sécurité des carcasses. Nous pouvons citer à ce titre le tranchage de la trachée et de l’œsophage qui peut provoquer le déversement du contenu gastrique (voire pulmonaire) sur les viandes de têtes, de gorge et de poitrine ».

Face à ces mises en garde répétées et à l’attitude irresponsable des autorités devant ce grave problème de salubrité publique et de protection animale, la Fondation Brigitte Bardot demande au ministre de l’Agriculture de rendre publique les méthodes d’abattage des animaux en France et de ne plus s’opposer, comme il le fait actuellement, à la mise en place d’une traçabilité pour le consommateur via un étiquetage européen.

* Œuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoirs, Fondation Brigitte Bardot, Confédération Nationale des SPA de France, Conseil National de la Protection Animale, Fondation Assistance aux Animaux, Protection Mondiale des Animaux de Ferme, Société Nationale pour la Défense des Animaux.

 

Source: http://www.islamisation.fr/

 

30/10/2010

Pensez à vous faire vacciner… Mme Bachelot sera contente…

Depuis le temps que beaucoup pensaient très fort que l’affaire du vaccin contre la grippe A était une formidable arnaque… Et bien vous allez faire des économies de neurones. Lisez ce qui suit.

FDF

.

GRIPPE A – Ce rapport qui accable le ministère de la Santé

Le rapport de la Cour des comptes révèle que certaines décisions de l’Établissement de préparation et de réponses aux situations d’urgence (Eprus) ont été prises sur instruction de la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot

La grippe A H1N1 n’a pas fini de faire parler d’elle. Après les commissions d’enquête de l’Assemblée nationale et du Sénat cet été, la Cour des comptes s’est penchée à son tour sur la gestion de la pandémie de grippe A H1N1. Dans un rapport consacré à l’Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (Eprus), les Sages de la rue Cambon redoublent de sévérité à l’encontre du ministère de la Santé et fustigent son intervention excessive dans la gestion de l’achat des vaccins.

L’Eprus, créé en 2007 et actif dès 2009, a pour mission d’acquérir et de gérer des stocks sanitaires publics pour faire face à des catastrophes sanitaires et de « constituer » et de « gérer un corps de réserve sanitaire » composé de professionnels de santé. À peine en marche, l’émergence du virus de la grippe A H1N1 lui donne du fil à retordre. Mais, au lieu d’être un rouage essentiel dans la lutte contre la pandémie, l’Eprus se résout vite au simple rôle de logisticien.

Le ministère de la Santé omnipotent

Pas de quoi s’attirer les foudres de la Cour pour qui « l’établissement a agi en bon exécutant », là où les interventions intempestives de l’État ne lui laissaient que peu de marges de manoeuvre. Les critiques s’adressent donc au ministère de la Santé, autorité de tutelle de l’Eprus. Et pour cause : l’établissement n’a eu pratiquement aucune autonomie, notamment concernant les décisions à propos des vaccins. Pourtant, leur achat a représenté plus de 72 % des dépenses relatives à la pandémie.

Bien que l’établissement ait conclu quatre contrats avec les laboratoires Sanofi Pasteur, Novartis, Baxter et GSK, son directeur général « a agi sur instruction de la ministre de la Santé », précise le rapport. « La politique de commande et de négociation a été exclusivement définie par le ministère, tant en ce qui concerne les décisions de principe que les éléments de négociation« , souligne Rolande Ruellan, lors de son audition. « Parfois, la prénégociation a même été conduite directement par le ministère », renchérit-elle.

Les quantités, les prix et les conditions de résiliation ont été exclus de la négociation. « Ce n’est pas l’Eprus qui en a décidé ainsi, mais le ministère », précise-t-elle. Autrement dit, l’Eprus n’a eu qu’à apposer sa signature au bas du contrat. Mais la Cour des comptes tente de tempérer la responsabilité du ministère par la volonté d’avoir assez de vaccins en stock pour toute la population. Au total,

l’achat de vaccins aura coûté 382 millions d’euros pour 44 millions de doses commandées.

Seules six millions de doses ont été utilisées en France pour la vaccination de 5,3 millions de personnes.

Source: http://tinyurl.com/33nwchb

08/10/2010

Nouvelle cible…

Le 7 octobre 2010, le Conseil de l’Europe, qui regroupe 47 pays, entend voter une résolution pour « réglementer le droit à l’objection de conscience » dans le domaine médical.
L’ « Europe » de toutes les barbaries est en marche… En sortir au plus vite!

Question de temps… Une « Europe » qui se veut à la pointe du « Meilleur des Mondes », « Brave New World » dans la langue de l’Europe…

Docteur Dominique-Anne du Sable, le 7 octobre 2010

[…]Depuis la fin de la conscrip­­tion, le débat brûlant des années 60 s’est transposé dans le monde de la santé. Avortement, stérilisation voire contraception : des soignants refusent de participer de près ou de loin à ce qu’ils considèrent comme des attentats à la vie, des mutilations injustes ou des pratiques immorales. 

Les voici désormais dans la ligne de mire du Conseil de l’Europe, saisi par des députés socialistes de plusieurs pays. Motif invoqué : une « vive préoccupation » devant ce qu’ils nomment « la montée de cette pratique » de l’objection. Et de proposer qu’on trouve « un équilibre entre le droit des médecins à ne pas agir contrairement à leurs convictions » et celui « des patients à avoir accès à des procédures médicales légales dans un délai approprié ».

Qu’entendent les initiateurs de la résolution par « équi­libre » ? En entrant dans le détail de leur texte, on découvre qu’il exclut du droit à l’objection de conscience les soignants qui participent indirectement à l’acte. Et qu’il oblige les objecteurs à orienter leurs patientes vers des praticiens capables de répondre à leur demande. Ces entorses à la clause de conscience sont largement celles que la loi française a déjà validées, au point de l’avoir rendue très théorique dans l’Hexagone. Mais la nouvelle résolution irait plus loin : elle obligerait le praticien à renoncer à son objection de conscience « en cas d’urgence ». Comme si l’objection personnelle pouvait s’effacer sous la contrainte ! Elle prévoit même de dresser la liste des objecteurs… Quand on sait que des soignants sont déjà discriminés à l’embauche lorsqu’ils révèlent certaines de leurs convictions, on imagine l’impact de telles listes. à l’heure du débat sur les CV anonymes visant à protéger des minorités, imaginer mater les consciences par la pression a quelque chose de totalitaire. Un tel texte ne concernerait pas seulement l’avortement ou l’assistance médicale à la procréation ; il pourrait frapper les soignants qui refusent de pratiquer l’euthanasie, là où elle est légalisée. En France, des professions entières semblent progressivement interdites aux personnes de bonne volonté soucieuses de respecter la loi naturelle, à commencer par les chrétiens. Gynécologues, sages-femmes, infirmières, mais aussi pharmaciens vivent de plus en plus douloureusement leurs métiers : tout est fait pour les forcer de diffuser des pratiques qui ne devraient pas être nommées « soins médicaux ».

Du temps de Pharaon, les sages-femmes des Hébreux auxquelles il avait ordonné de supprimer les nouveau-nés de sexe masculin avaient déjoué l’injonction par la ruse.

Quand il est question de vie et de mort, l’objection de conscience, n’est pas simplement un droit, c’est un impérieux devoir. Ce devoir s’impose à toute conscience éclairée. Déjà, il en coûte énormément à ceux qui, par respect pour la vie et la dignité humaine, osent dire non à la loi du plus fort.

Tugdual Derville

Lire: Droit à l’objection de conscience : l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe remet en cause la liberté de conscience des prestataires de soins de santé.

http://www.france-catholique.fr/Droit-a-l-objection-de-conscience.html

Pour signer l’Appel européen : http://www.adv.org/appel-objection-de-conscience

Pour lire le rapport soumis au Conseil de l’Europe : http://www.adv.org/objection-de-conscience/appel/en-savoir-plus/

Source: http://www.lesmanantsduroi.com/