Francaisdefrance's Blog

06/11/2010

Ollé ! A Barcelone, une femme a défilé nue pour protester contre la lapidation.

Et encore un camouflet à l’islam et une autre forme de résistance.  Excellente initiative. On ne sait pas si ça a fait fuir les muzz du coin. Ca aurait du, selon leurs principes à la con…

FDF

.

Un happening engagé, intitulé « Baby burka », en défense des femmes.

A Barcelone, une femme défile nue sous une burka, contre la lapidation!

Un happening à caractère engagé a été organisé ce mercredi à Barcelone, pour alerter l’opinion sur le phénomène de la lapidation, pratiquée dans certains pays musulmans. Une femme nue, portant uniquement une burka lui couvrant la tête, a effectuée une balade de plusieurs minutes dans le secteur de la Place des Anges, proche du Musée d’Art Contemporain de la fameuse rambla de la ville. Cet événement a été imaginé par l’artiste et polémiste argentin Luizo Vega, en signe de protestation contre la possible exécution par lapidation de l’Iranienne Sakineh Mohammadi Ashtianí. Ce projet osé, intitulé « Baby burka », est voué à interpeller l’Europe au sujet de la peine infligée à cette femme de 43 ans, condamnée à mort il y a quelques mois en Iran, après avoir été accusée d’adultère, et d’avoir orchestré l’assassinat de son mari. Selon une information communiquée mardi par le Comité International contre la Lapidation, qui siège à Berlin, la lapidation est imminente. Le sort annoncé pour Sakineh Mohammadi Ashtianí, emprisonnée dans la ville de Tabriz, à 600 km de Téhéran, a suscité à ce jour une vague de protestations internationales, qui a permis jusqu’à présent de reporter l’exécution.

Source: http://tinyurl.com/279kahk

02/11/2010

Ils ne vont quand-même oser? Exécution imminente de Sakineh en Iran…

C’est beau, hein, la charia?

FDF

Exécution imminente de Sakineh en Iran?Le cas de Sakineh Mohammadi-Ashtiani a suscité une vague de contestation internationale. 

REUTERS

.

Le Comité international contre la Lapidation annonce que cette Iranienne pourrait être exécutée ce mercredi.

Les avocats de Sakineh Mohammadi-Ashtiani n’ont jamais cru à la suspension de l’exécution de leur cliente par lapidation, annoncée par les autorités iraniennes en septembre dernier. D’après le Comité international contre la Lapidation, cette exécution serait même programmée pour ce mercredi.

Sakineh Mohammadi-Ashtiani, mère de famille de 43 ans, a été condamnée en 2006 à 10 ans de prison pour participation au meurtre de son mari avec l’un de ses amants, et à la lapidation à mort pour plusieurs adultères, selon les autorités iraniennes.

Son cas a suscité une vague de contestation internationale. Une nouvelle manifestation de soutien est d’ailleurs prévue ce mardi à 14h, devant l’ambassade d’Iran à Paris, ainsi qu’à Bruxelles, devant le Parlement européen.

Le Comité international contre la Lapidation ajoute dans son communiqué que le fils de Sakineh, Sajjad Ghaderzadeh, l’avocat de cette dernière, Houtan Kian, ainsi que deux journalistes allemands, arrêtés en octobre, sont toujours retenus par Téhéran.

Source: http://tinyurl.com/366g8ty

10/09/2010

Manifestation pour Sakineh : ce dimanche 12 septembre, 14 heures, place de La République, à Paris.

Manifestation de soutien à Sakineh Mohammadi Ashtiani

Manifestation en solidarité avec Sakineh Mohammadi Ashtiani

La pétition lancée en solidarité avec Sakineh Mohammadi Ashtiani par la revue en ligne laregledujeu.org et relayée, notamment, par Libération, Elle et la Reppublica vient de passer le cap de son cent millième signataire.

Les autorités iraniennes, de leur côté, ont affirmé qu’elles « suspendaient » l’exécution de Sakineh et annoncé qu’elles comptaient « réexaminer » son dossier.

C’est une première victoire.

C’est la preuve que les autorités iraniennes ne sont pas sourdes
à la mobilisation internationale.

Mais ce n’est, évidemment, qu’un début.

Et c’est surtout le signe que
la vague de mobilisation
ne doit, en aucun cas, faiblir.

C’est pourquoi la revue La Règle du jeu et l’association Ni Putes Ni Soumises appellent à
une manifestation populaire de soutien à Sakineh

ce dimanche 12 septembre,
à 14 heures,
Place de la République,
à Paris.

Il faut que soit entendue la prière de  Sajjad Ghaderzadeh, le fils de Sakineh :
 » ne lâchez pas ; ne nous abandonnez pas; seule la pression des femmes et des hommes libres du monde peut sauver ma mère « .

A l’issue de la manifestation, Bernard-Henri Lévy, directeur de la revue
la Règle du jeu, Sihem Habchi, Présidente de l’association Ni Putes Ni Soumises, ainsi que d’autres personnalités prendront la parole.

Les organisateurs de la manifestation ont également prévu des interventions,
par téléphone, depuis Tabriz, de Sajjad, le fils de Sakineh,
ainsi que de Houtan Kian, son avocat.

Tous deux s’adresseront aux manifestants pour leur donner, en direct, les dernières nouvelles de Sakineh. Ils prononceront leurs allocutions en farsi et seront traduits, simultanément, par Armin Arefi, journaliste franco-iranien et animateur du blog Nouvelles de l’Iran libre.

Manifestation de soutien à Sakineh, ce dimanche 12 septembre, à 14 heures, Place de la République, à Paris:

Venez nombreux,
faites passer le message autour de vous, nous devons sauver Sakineh.

La rédaction de la Règle du Jeu

Et, si vous ne  l’avez déjà fait, rejoignez également
les plus de 100 000 signataires de la pétition

 » Il faut empêcher la lapidation de Sakineh  » :
http://laregledujeu.org/

La règle du jeu Ni putes Ni soumises

08/09/2010

Hani Ramadan : «La lapidation est dissuasive» !

Chez les « Ramadan » (Tariq et Hani), auto-proclamés « intellectuels », l’intégrisme est devenu une source de médiatisation et de revenus… Je me demande bien pourquoi ces deux frères musulmans sévissent encore sur le territoire occidental… Ils nous insultent en direct et nous crachent leur haine en plein visage. Le pire est qu’on les laisse faire…

FDF

La campagne des Occidentaux pour sauver l’Iranienne Sakineh Mohammadi Ashtiani n’est qu’un prétexte pour agresser Téhéran, estime l’intellectuel genevois.

La condamnation à mort par lapidation de Sakineh Mohammadi Ashtiani, une Iranienne de 43 ans, n’émeut pas vraiment Hani Ramadan. Le directeur du Centre islamique de Genève veut «replacer cette affaire dans son contexte». Selon lui, «la condamnation à la lapidation a un but avant tout dissuasif». En revanche, «avec une bombe lâchée sur une ville musulmane, en Irak ou en Afghanistan, nous ne sommes pas dans le registre de la dissuasion, mais de la réalité des faits».

L’intellectuel rappelle que «cette femme a été condamnée pour adultère et meurtre». Or «la peine de lapidation est très difficile à obtenir, car pour prononcer cette sentence, le juge a besoin de quatre témoins oculaires dignes de foi. Condition quasi impossible à réaliser.» M. Ramadan en conclut qu’«il faut être prudent avant de porter un jugement sur cette affaire, et qu’il importe de connaître quelle est la nature des faits».

Attaquer Téhéran pour cette condamnation est par conséquent un acte politique, estime le Genevois. «C’est un prétexte pour agresser l’Iran», explique-t-il. «Il est vrai que l’image d’une femme écrasée par des pierres nous est insupportable, alors que le bombardement des innocents par dizaines de milliers reste pour nous une pure abstraction, surtout s’il s’agit de musulmans», souligne M. Ramadan…

Suite et source: http://tinyurl.com/23wtzn3

07/09/2010

Iran: le fils de Sakineh craint une exécution après le Ramadan…

Ces pourris feront durer le « plaisir » jusqu’au bout… « HIJOS DE PUTA ! »

FDF

.

Le fils de l’Iranienne Sakineh Mohammadi-Ashtiani, condamnée à mort par lapidation, a déclaré lundi craindre l’exécution de la sentence après la fin du Ramadan, lors d’une conversation téléphonique devant la presse avec l’écrivain français Bernard-Henri Lévy.

Le Ramadan doit s’achever cette année autour du 10 septembre.

Sajjad Mohammadi-Ashtiani, 22 ans, a déclaré ne plus avoir de nouvelles de sa mère depuis la diffusion par la télévision iranienne le 11 août d' »aveux », que sa famille et ses avocats considèrent comme forcés. « Les visites hebdomadaires sont interdites« , a-t-il dit depuis Tabriz (ouest de l’Iran) au philosophe français, qui se trouvait à Paris.

« Le mois du Ramadan touche à sa fin et selon la loi islamique, les exécutions peuvent de nouveau être appliquées », a-t-il ajouté.

« Nous avons appris qu’elle a reçu 99 coups de fouet supplémentaires en prison », a ajouté le jeune homme, dont les propos en persan étaient traduits en français.

Cette condamnation à 99 coups de fouet serait liée à la publication d’une photo d’une femme sans foulard censée représenter Sakineh Mohammadi-Ashtiani dans le quotidien britannique The Times du 28 août.

Vendredi, le journal s’était excusé auprès de ses lecteurs, et avait expliqué que cette photo qui représenterait en fait une autre femme lui avait été fournie par un avocat de l’Iranienne.


Suite et source: http://tinyurl.com/3xphcd8

06/09/2010

Signez la pétition(bis) : Il faut empêcher la lapidation de Sakineh !

05 09 2010

Malgré tout, nous avons encore l’espoir que…

FDF



La tribune « Il faut empêcher la lapidation de Sakineh » a suscité une vive émotion chez nos lecteurs.

Nombreux sont ceux qui nous écrivent en nous demandant ce qu’ils peuvent faire, et comment ils peuvent se mobiliser, pour tenter de sauver Sakineh et, par-delà même Sakineh, manifester leur horreur de cette pratique barbare, presque impensable, qu’est la lapidation.
Eh bien ce qu’ils peuvent faire est très simple et, en même temps, très important : c’est signer à leur tour, relayer, faire signer autour d’eux le texte rendu public par Elisabeth Badinter, Juliette Binoche, Rachida Dati, Sussan Deyhim, Mia Farrow, Bob Geldof, Ayaan Hirsi Ali, Milan Kundera, Bernard-Henri Lévy, Patrick Modiano, Taslima Nasrin, Yann Richard, Ségolène Royal, Marjane Satrapi, Jorge Semprun, Wole Soyinka, Simone Veil et Jody Williams.
C’est une véritable chaîne humaine, une chaîne de solidarité et d’espoir, qui doit s’organiser, en France et hors de France, autour de Sakineh et de tous les hommes et femmes qui, comme Sakineh, risquent aujourd’hui cette peine atroce, barbare, qu’est la lapidation.
Pour dire votre refus de la lapidation, pour dire à Sakineh qu’elle n’est pas seule et qu’elle a, dans le monde entier, des amis inconnus mais fervents, signez à votre tour, ici, l’appel international « Il faut empêcher la lapidation de Sakineh ».
Maria de França.

Voir la liste des signataires

Il faut empêcher la lapidation de Sakineh

Sakineh Mohammadi Ashtiani attendait dans la prison de Tabriz, à l’ouest de l’Iran, où elle croupit depuis cinq ans, la réponse à une demande de réexamen de son cas – prévue, initialement, pour le 15 août.

Son “crime” (qu’elle n’a avoué, rappelons-le, que sous la torture et qui consisterait, selon ses accusateurs, à avoir eu deux relations amoureuses hors mariage) avait déjà été puni par 99 coups de fouet administrés en présence de l’un de ses deux enfants.

Mais voilà qu’une nouvelle et nébuleuse accusation a débouché, il y a quelques mois, sur une condamnation à mort – et pas n’importe quelle mort puisqu’il devrait s’agir d’une mort par lapidation!

L’opinion internationale, touchée par l’horreur de cette menace qui pèse sur Sakineh, attendait avec elle la révision d’un verdict aussi inique que barbare – quand,  le 11 août dernier au soir, se produisit l’un de ces coups de théâtre dont l’Iran commence à être coutumière : le régime diffusait à la télévision, dans une émission de grande écoute, les prétendus « aveux » de la jeune femme qui, couverte par un tchador noir qui ne laissait voir que son nez et l’un de ses yeux, tenant une feuille de papier entre les doigts comme si elle récitait une leçon mal apprise, une voix off en farsi couvrant sa propre voix qui s’exprimait dans sa langue maternelle, l’azéri, confessait sa supposée “complicité” dans le meurtre de son mari.

Son actuel avocat, Hutan Kian, a affirmé que cette déclaration, contraire à toute vraisemblance, a été arrachée, à nouveau, sous la torture et rapporte que les enfants de Sakineh sont, quant à eux, « complètement traumatisés » par l’émission.

Outre le fait que l’on peut avoir des doutes sur l’identité de la femme qui est apparue ce soir-là, sur les écrans, dissimulée sous un tchador étonamment couvrant, ces propos vont, par ailleurs, clairement à l’encontre de ceux rapportés par le Guardian, la semaine dernière, et où Sakineh expliquait que les autorités iraniennes l’avaient déjà, en 2006, lavée de cette accusation infame; qu’elles mentaient donc sciemment en revenant ainsi sur une charge abandonnée depuis longtemps et ce dans le seul but de semer la confusion dans les médias et de les préparer à une exécution à la sauvette; et que la “justice” ne s’obstinait sur son cas que « parce qu’elle est une femme » et qu’elle vit « dans un pays où les femmes sont privées de leurs droits les plus élémentaires. »

Que Sakineh soit privée de ses droits les plus élémentaires, cela ressort du fait qu’elle n’a même pas eu droit, dans cette affaire, à un jugement limpide, dans une langue qu’elle puisse comprendre (« quand le juge a prononcé la sentence, a-t-elle déclaré au Guardian, je n’ai même pas réalisé que j’allais être lapidée à mort car j’ignorais ce que signifiait le mot “rajam”; ils m’ont demandé de signer la sentence, ce que j’ai fait, et quand je suis retournée en prison et que mes codétenues m’ont avertie que j’allais être lapidée, je me suis immédiatement évanouie»); cela est confirmé par les mésaventures de son ancien avocat, Mohammad Mostafaei, celui-là même qui a attiré l’attention internationale sur son cas et qui s’est vu, pour cela, menacé d’emprisonnement (il n’a dû son salut qu’à la fuite en Turquie où il attend un visa pour la Norvège – mais non sans que son épouse, Fereshteh Halimi, ait été retenue en otage et emprisonnée); et cela est attesté, enfin, par le fait que, nonobstant l’horreur de la chose même, et quitte à entrer dans les détails les plus scabreux, une mise à mort par lapidation n’est possible en “droit” iranien que lorsque la famille de  la victime en fait la demande (ce qui, dans le cas de Sakineh et de sa famille, n’est, evidemment, pas le cas!).

Mais par delà ces considérations dans lesquelles nous n’avons ni le goût ni peut-être, désormais, vraiment le temps d’entrer, il est urgent d’intervenir pour empêcher une mise à mort dont les observateurs de la scène iranienne ont tout lieu de redouter l’imminence.

Il est urgent de répondre à l’appel des enfants de Sakineh, Fasride et Sajjad Mohammadi Ashtiani, nous adjurant de ne pas fermer les yeux sur une mise en scène aussi grossière et de ne pas laisser leur « cauchemar devenir réalité ».

Il est urgent d’exiger des autorités, pour Sakineh, le renoncement à toute  forme d’exécution, une remise en liberté sans délai et la reconnaissance de son innocence.

Des dizaines de femmes sont, chaque année, en Iran, condamnées au fouet, à la lapidation ou à d’autres peines dont la barbarie glace, tout autant, les sangs: il est urgent, au-delà même du cas de Sakineh, que l’ONU rappelle au régime des Mollahs les promesses faites, en 2002 et en 2008, quant à l’abolition de ce type de châtiments.

La vie d’une femme est en jeu.

La liberté et la dignité de milliers d’autres se jouent également là.

Et il s’agit enfin de l’honneur d’un grand pays, doté d’une culture aussi magnifique qu’immémoriale, et qui ne peut se voir résumer, sous les yeux du monde, au visage ensanglanté, réduit en bouillie, d’une femme lapidée.

Pitié pour Sakineh.

Premiers signataires :

Elisabeth Badinter, Juliette Binoche, Rachida Dati, Sussan Deyhim, Mia Farrow, Bob Geldof, Ayaan Hirsi Ali, Milan Kundera, Bernard-Henri Lévy, Patrick Modiano, Taslima Nasrin, Yann Richard, Ségolène Royal, Marjane Satrapi, Jorge Semprun, Wole Soyinka, Simone Veil, Jody Williams

Premiers soutiens :

Victoria Abril, Isabelle Adjani, Sylviane Agacinski, Woody Allen, Armand Amard, Armin Arefi, Martine Aubry, Fernando Arrabal, Ariane Ascaride, Yvan Attal, Edouard Baer, Josiane Balasko, Christophe Barratier, Marie-Christine Barrault, Kate Barry, Guy Bedos, Monica Bellucci, Samuel Benchetrit, Yamina Benguigui,Pierre Bergé, Charles Berling, Stéphane Bern,Yann-Arthus Bertrand, Jane Birkin, Marie-Louise Bischofberger, Biyouna, Dominique Blanc, Bertrand Blier, Luc Bondy, Romane Bohringer, Carole Bouquet, Peter Brook, Carla Bruni-Sarkozy, Valéria Bruni-Tedeschi, Sophie Calle, Philippe Calvario, Jean-Claude Carrière, Robert Carsen, Arlette Chabot, Alain Chamfort, Cali,  Patrice Chereau, François Chereque, Jeanne Cherhal, Jacques Chirac, Julien Clerc, Hans-Peter Cloos, François Cluzet, Nicole Croisille, Olivier Corpet, Marion Cotillard, Antoine De Caunes, Maria De Medeiros, Rossy De Palma,Vincent Delerme, Catherine Deuneuve, Gérard Depardieu, Martial Di Fonzo Bo, Laurent Dispot, Claire Diterzi, Lou Doillon, Arielle Dombasle, Placido Domingo, Léa Drucker, André Dussolier, Brigitte Engerer, Enzo Enzo, Marianne Faithfull, Golshifteh Farahani, Mylène Farmer, Thomes Fersen, Jean-Louis Foulquier, Sami Frey, Charlotte Gainsbourg, Nicole Garcia, Christophe Gayral, Costa Gavras, Valéry Giscard d’Estaing, Grand Corps Malade, Juliette Gréco, Arthur H, Françoise Hardy, Jacques Henric, Anne Hidalgo, Lucas Hemleb, Jacques Higelin, Isabelle Huppert, Angélique Ionatos, Jeremy Irons, Marianne James, Agnès Jaoui, Elfriede Jelinek, Lionel Jospin, Gérard Jugnot, Marthe Keller, Ludovic Lagarde, Valérie Lang, Matthias Langhoff, Chantal Lauby, Bernard Lavilliers, Claude Lelouch, Roch Leibovici, Micha Lescaut, Michael Levinas, Justine Lévy, Didier Long, Ibrahim Maalouf, Amin Mahdavi, Abd Al Malik, Noël Mamère, François Marthouret, Kad Merad, Macha Méril, Daniel Mesguich, Julia Migenes, Radu Mihaileanu, Patrick Mille, Catherine Millet, Claude Miller, Frédéric Mitterrand, Misia, Yann Moix, Mathilde Monnier, Carmen Moravia, Jeanne Moreau, Wadji Mouawad, Anna Mouglalis, Nana Mouskouri, Isabelle Nanty, Catherine Nay, Florence Parisot, Laurent Pelly, Nicole Philibert, Michel Piccoli, François Pinault, Denis Podalydès, Patrick Poivre d’Arvor, Michel Portal, Charlotte Rampling, Robin Renucci, Natacha Regnier, Dominique Reymond, Jean-Michel Ribes, Laurent Ruquier, Emmanuelle Seigner, Sanseverino, Véronique Sanson, Dominique Sopo, Alain Souchon, Sylvie Vartan, Marie Vialle, Lars Von  Triers, Elie Wiesel, Lambert Wilson, Gabriel Yared, Roschdy Zem

Par ordre alphabétique , tous les signataires de l’appel

05/09/2010

Raffinements de cruauté en Iran pour Sakineh Mohammadi-Ashtiani !

Et encore une provocation envers l’ Occident par martyr interposé… Après avoir fait durer le suspens quant à une lapidation programmée, les barbares iraniens montent d’un cran dans la cruauté… Ignoble!

FDF

.

05/09/2010

Sakineh condamnée à de nouveaux châtiments…

L’Iranienne Sakineh Mohammadi-Ashtiani, menacée d’être exécutée par lapidation, a été condamnée à 99 coups de fouet supplémentaires, selon des informations transmises par son fils, publiées samedi sur le site de la revue La Règle du jeu et le blog « Dentelles et Tchador ». Le journaliste franco-iranien Armin Arefi s’est entretenu au téléphone avec Sajjad Mohammadi Ashtiani, le fils de cette Iranienne de 43 ans. Selon ce dernier, sa mère a été condamnée à 99 coups de fouet pour avoir propagé « la corruption et l’indécence », en raison de la publication d’une photo dans un quotidien britannique. « C’est l’avocat de ma mère, Houtan Kian, qui l’a appris hier de détenues de la prison qui venaient d’être libérées, a expliqué Sajjad depuis la ville de Tabriz (nord-ouest de l’Iran). Il a ensuite pris contact avec le juge indépendant de la prison, qui a confirmé la peine. »

Le quotidien britannique Times a publié le 28 août la photo d’une femme sans foulard qu’il a affirmé être Sakinheh Ashtiani, indique le journaliste sur le site de la revue de Bernard-Henri Lévy et le blog « Dentelles et Tchador » du Monde.fr. Cette photo était en fait celle d’une activiste politique iranienne vivant en Suède, explique le journaliste. Vendredi, le London Times s’est excusé auprès de ses lecteurs et a expliqué que cette photo lui avait été fournie par Mohammad Mostafaei, second avocat de Sakineh, ce dernier ayant affirmé qu’il la tenait du fils de Sakineh. « Ce n’est pas moi qui ai donné à M. Mostafaei cette photo, qui n’est sûrement pas celle de ma mère », a déclaré Sajjad. Mohammad Mostafaei s’est réfugié en Norvège début août pour échapper à un mandat d’arrêt émis par les autorités iraniennes.

La condamnation à mort par lapidation de Sakineh a déclenché une vaste campagne internationale pour éviter ce châtiment, qui a été provisoirement suspendu. Mais « suspendu ne veut pas dire annulé », a souligné son fils dans un entretien avec Bernard-Henri Lévy paru vendredi dans Libération. Selon Sajjad, un responsable de la prison a dit à sa mère que son exécution était « prévue pour dimanche, à 6 heures ». Pour tenter de sauver Sakineh, BHL a lancé une pétition qui avait rassemblé samedi plus de 61.800 signataires, selon le site laregledujeu.org qui l’héberge.

Source: http://tinyurl.com/38ojbrq

31/08/2010

Sakineh Mohammadi-Ashtiani: preuve extrême de la logique de violence de l’islam…

Moi, je me méfie des « intellectuels musulmans« … (référence à l’autoproclamé Tariq Ramadan). On sait ce qu’il vaut. Intellectuel, déjà, je tique… Musulman, en outre, je suis sceptique.

Mais celui-ci, apparemment, travaille contre son camp… Même réfugié en Occident, il sait ce qu’il risque… Son analyse est contre-productive vis à vis de ses « frères » musulmans.

Mais il a raison dans ses propos quand il parle de politique concernant cette affaire: là-dessus, je le rejoins. Lisez tout de même…

FDF

31.08.10

La monstrueuse condamnation d’une femme à la lapidation par la République islamique d’Iran donne encore une fois de l’islam une image catastrophique, celle d’une religion archaïque, violente et totalitaire. N’essayons pas en effet de dédouaner la religion islamique du meurtre programmé de Sakineh Mohammadi-Ashtiani en soutenant qu’il s’agit d’une décision politique. Le pouvoir de Mahmoud Ahmadinejad se fonde sur une idéologie reconnue comme celle d’un islam fondamentaliste.

« En tant qu’ intellectuel musulman, je dois prendre la responsabilité de dire cela haut et fort, en m’insurgeant contre cette sentence de lapidation au nom de la dignité de la personne humaine. Mais je ne saurais m’en tenir à cette indignation. Si en effet la pulsion totalitaire de la religion islamique trouve là l’une de ses expressions les plus inhumaines, il faut y voir simplement l’une des formes les plus radicales d’une logique générale qui a pris, au fil des siècles, le contrôle de la vie spirituelle des musulmans du monde. Hélas !, la religion islamique entière se nourrit de violence.

Prenons l’exemple le plus actuel, celui du mois de ramadan qui s’est ouvert le 11 août. Evidemment, nous paraissons ici au plus loin de l’affaire de la lapidation, et aujourd’hui en France l’on n’entend guère de critiques sur cette pratique du jeûne. Au contraire, s’est installée sur la question une sorte de consensus angélique. Nous aurions là un événement « entré dans la vie et ancré dans le calendrier de la nation » et nos médias semblent incapables de faire autre chose que de célébrer la convivialité, la solidarité, le caractère festif de cette période… »

Suite et source: http://tinyurl.com/2gyp77s

30/08/2010

Affaire Sakineh Mohammadi-Ashtiani: Carla Bruni et Isabelle Adjani insultées par l’Iran.

Barbe naissante… Pas bon, ça.

Quand on aura compris, en France plus particulièrement, que la « médiato-politico-récupération » ne paie plus, on aura avancé d’un grand pas… En outre, MAHMOUD AHMADINEJAD n’attendait que ça pour affirmer plus encore son mépris de la France et du monde Occidental… Faut pas tomber dans le piège permanent de ce maboule… Il tient tout le monde en haleine avec cette affaire; et il doit bien se marrer de voir comment nous réagissons. On passe encore pour des cons.
FDF


30.08.10

Elles ont soutenu Sakineh, la femme condamnée à mort par lapidation…

Attaquées pour avoir soutenu Sakineh Mohammadi Ashtiani. Carla Bruni et Isabelle Adjani, qui ont toutes les deux signé la pétition réclamant la libération de cette Iranienne condamnée à mort par lapidation pour avoir trompé son mari, ont été insultées par l’Iran en retour.

Kayhan, un journal sous le contrôle du gouvernement iranien, les traitent de «prostituées» dans un édito, selon le Telegraph. La télévision d’Etat, elle, accuse Carla Bruni d’«immoralité».

L’Iran a rappelé samedi que la justice n’avait pris aucune décision finale sur la lapidation de Sakineh Mohammadi-Ashtiani, et a rejeté les pressions de l’Occident qui s’est mobilisé en faveur de l’Iranienne.

Source: http://tinyurl.com/342877n

06/08/2010

Empêchons une lapidation !!!

Urgent!

On compte sur vous pour relayer, diffuser un max… Merci pour elle, merci pour toutes celles et ceux qui subissent la charia sauvage de ces demeurés.

FDF

.


Chers amis,


La pression globale sur l’Iran a déjà sauvé Sakineh d’une mort par lapidation, mais elle pourrait toujours être pendue dans les jours qui viennent. Plus de pression sur l’Iran venant des chefs d’état du Brésil et de la Turquie – les alliés de l’Iran – est le dernier espoir pour Sakineh. Faites un don ci-dessous pour financer notre campagne publicitaire d’urgence au Brésil et en Turquie dans les 48 heures à venir :

Sakineh Mohammadi Ashtiani pourrait être mise à mort pour adultère dans les jours qui viennent, mais deux hommes peuvent encore lui sauver la vie : les chefs d’état du Brésil et de la Turquie.

Le président Lula et le premier ministre Erdogan sont des alliés et médiateurs influents et respectés qui peuvent encore changer la décision de l’Iran. Ces deux pays ont condamnés le sort réservé à Sakineh. Nous devons maintenant leur demander d’exercer leur influence diplomatique pour libérer Sakineh et mettre fin à la lapidation pour toujours.

Avaaz lance aujourd’hui une campagne publicitaire urgente dans des journaux clés au Brésil et en Turquie exhortant ces pays à demander la justice pour Sakineh. Ces annonces vont délivrer notre pétition signée par plus d’un demi-million d’entre nous, toucher les milieux politiques et lancer un appel direct à Lula et Erdogan. Si seulement 5000 d’entre nous font un don de petite ampleur dans les prochaines 48 heures, nous pouvons lancer un immense appel avant qu’il ne soit trop tard. Faites un don maintenant pour rendre ces annonces possibles — ce pourrait être le dernier espoir de Sakineh:

https://secure.avaaz.org/fr/save_sakinehs_life/?vl

La condamnation de Sakineh est une grotesque parodie de justice. Elle a été condamnée à mort par lapidation pour avoir soi-disant eu des relations avec d’autres hommes, des années après la mort de son mari, et en dépit d’une récente loi mettant fin à la pratique de la lapidation en Iran. Elle ne parlait pas non plus la langue du procès. Ses deux enfants ont lancé une campagne globale pour sauver sa vie qui a généré une indignation partout dans le monde, dont 554 000 membres d’Avaaz. Se sentant sous pression, le gouvernement iranien a annulé sa lapidation, mais elle est toujours condamnée à mort par pendaison maintenant.

La tension monte en Iran depuis que le cas de Sakineh a attiré l’attention du monde. Le gouvernement a menacé d’appréhender ses deux enfants pour en avoir parlé, et menace son avocat d’emprisonnement. Il est forcé de se cacher et sa famille est en danger.

Mais Lula et Erdogan ont le respect des leaders iraniens et peuvent influencer le régime. Et ils nous écoutent. Lula avait dit qu’il ne se mêlerait pas dans cette affaire mais après avoir été informé de la grande campagne en ligne il a changé d’avis, offrant refuge à Sakineh au Brésil et demandant aux autorités iraniennes de rapidement résoudre ce cas. Nous savons que le président Lula écoute Avaaz: cette année, en dépit d’une grande opposition, nos membres brésiliens ont persuadé Lula d’accepter une loi protégeant l’Amazone, et une audacieuse loi contre la corruption.

Ces deux dernières semaines, plus de 554 000 d’entre nous ont signé la pétition pour sauver Sakineh et mettre fin à la lapidation.. Nous n’avons plus que quelques jours pour persuader Lula et Erdogan d’agir, ce pourrait être notre dernière chance pour sauver Sakineh. Faisons tous un don de petite ampleur pour faire en sorte qu’ils entendront notre demande :

https://secure.avaaz.org/fr/save_sakinehs_life/?vl

Le cas de Sakineh a outragé le monde entier par sa nature brutale et insensée. Mais dans notre combat pour une femme nous pouvons transmettre un grand appel pour les droits des femmes partout dans le monde, et, ensemble, nous pouvons montrer que tout le monde a le droit à la justice.

Les enfants de Sakineh nous implorent une dernière fois: « Ne laissez pas notre cauchemar devenir réalité. Aujourd’hui, presque toutes nos options sont épuisées, et nous faisons appel à vous. Aidez nous à récupérer notre mère! »

https://secure.avaaz.org/fr/save_sakinehs_life/?vl

Avec espoir et détermination,

Alice, Pascal, Alice W, Ricken, David, et toute l’équipe d’Avaaz

SOURCES:

« Iran: la justice suspend la peine de mort par lapidation d’une femme », AFP:
http://www.france24.com/fr/20100711-iran-justice-suspend-peine-mort-lapidation-dune-femme

« Offre d’asile: Lula agit sous l’émotion », Le Figaro:
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/08/03/97001-20100803FILWWW00311-offre-d-asile-lula-agit-sous-l-emotion.php



Avaaz est un réseau citoyen mondial de 5,5 millions de membres
qui mène des campagnes visant à ce que les opinions et les valeurs des peuples influent sur les décisions mondiales. (Avaaz signifie « voix » dans de nombreuses langues). Nos membres sont issus de tous les pays du monde; notre équipe est répartie sur 13 pays et 4 continents et travaillent dans 14 langues. Pour découvrir certaines de nos plus grandes campagnes, cliquez ici ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter.