Francaisdefrance's Blog

30/01/2012

Délinquance: Saint Ouen à nouveau à l’honneur!

Et la Seine Saint Denis, aussi. Ca se passe dans une « cité », cousin… Claude Guéant avait « promis » des renforts policiers; je pense que nos soldats rapatriés d’Afghanistan feraient de bon renforts. En plus, ces militaires sont très motivés…

Et bientôt la 51ème, 52ème,  etc etc etc etc, pour ce délinquant… Champion de l’hyper muti-récidive, le mec… Mais nous sommes en droit de nous poser la question: qu’est ce qu’il foutait encore en liberté???

FDF

.

Un jeune homme a été arrêté avec 5 kilos de résine de cannabis sur lui samedi vers 5 heures du matin
Il était connu pour « 49 autres affaires différentes ». Une de plus à son compteur ce samedi donc. Un homme a été interpellé pour la 50 ème fois ce jour vers 5 heures du matin dans la cité Charles-Schmidt. Alors qu’il transportait 5 kilos de résine de cannabis sur lui et 63.000 euros

Saint-Ouen : Un récidiviste interpellé pour la 50e fois

Le malfaiteur né en 1980 a été interpellé à Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis. Selon une source judiciaire, le jeune homme a été arrêté à bord de son véhicule lors d’un contrôle policier. Le multirécidiviste, déjà condamné pour trafic de stupéfiants et blanchiment, a été placé en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire. Selon une source judiciaire, sa garde à vue pourrait être prolongée dimanche. 


La ville de Saint-Ouen, limitrophe de Paris, est régulièrement le théâtre de violences liées au trafic de drogue. Lors d’une visite à Saint-Ouen le 31 octobre, le ministre de l’Intérieur Claude Guéant avait annoncé l’envoi sur place d’une section de CRS en vue d’une « présence policière 24 heures sur 24. »

Source: http://www.francesoir.fr/

Merci à JC JC…

Un lundi matin, à la Caisse d’Allocs de Saint Ouen…

Un spécialiste de la fraude aux allocations… Toujours en circulation, d’ailleurs…

.

Je ne pense pas que ce qui suit en vidéo soit de la discrimination (quoi que je connais certains demeurés qui vont hurler au loup); ceci est une réalité, que j’ai pu moi-même constater aussi à la CAF d’où je réside. Même mieux, il y a un interprète (un imam) à l’entrée pour « bien renseigner l’envahisseur ».

Et j’aime bien ce commentaire plein de bon sens:

« Je pense que cette vidéo reflète bien la situation dans laquelle le français est traité dans ce pays. Moi, français, je dois attendre que tout les clandés et leurs familles, amis, cousins, et voisins passent avant moi pour qu’on me dise d’aller me faire foutre et que mon dossier n’est pas prioritaire. J’ai vécu 8 ans dans une chambre d’hotel rempli de cafard,sans sanitaires, a 620 euros par mois, que le CG du 92 me dise d’aller voir ailleurs. Après ca je ne dois pas voter fn ???? ».

Eux cotisent peu ou pas. Vous, trop…

Fraudes aux allocs, vous dites? Mais non; médisants personnages!

FDF

.

http://youtu.be/vkJrNMpPARY

12/12/2011

À Saint-Ouen, le contrôle au faciès touche désormais… les blonds !

Photo d’illustration.

.

(Cette « expérience » me paraît bizarre… Mais bon. Lisez tout de même).

Ca devrait être beaucoup plus facile pour la police, vu que la population française devient à dominantes « niveaux de gris »… Et énormément moins de travail. Et beaucoup moins de problèmes avec SOS Racaillecisme, le Cran, la Licra, etc…

En outre, selon cette « expérience », on pense solutionner le problème de la drogue; on pique les consommateurs, en général « blanc », donc malléables à souhait. Car faire la chasse aux dealers (gris) devient de plus en plus risqué… On peut comprendre; ils ont tous des kalas…

FDF

.

Les blonds au look bobo dans le viseur des policiers

Indication de l’expérience. Cette expérience est principalement destinée aux blonds.

L’expérience: Jetez vos éprouvettes, videz l’eau de chaux dans votre lavabo. Cette expérience ne nécessite rien de tout ça. Ni produits chimiques, ni substances sulfuriques, ni Jamy de C’est pas Sorcier qui peut agoniser tranquillement. C’est une expérience que tout blond, normalement constitué, peut tenter. Voici les différentes étapes :

1. Dans un premier temps, munissez vous d’un titre de transport zones 1-2. Prenez la ligne 13. Descendez à « Mairie de Saint-Ouen ». Pour les adeptes du bus : 137, 173, 274, 166.

2. Une fois que vous êtes sur les lieux, faites connaissance avec la place de la mairie de Saint-Ouen. (En décembre, il fait drôlement maussade, ne soyez pas surpris). C’est une place avec son tabac/PMU/RAPIDO/Bar/Restaurant/Hôtel/Presse, sa station de taxis, ses vieux qui squattent les alentours pour passer le temps, son vendeur de maïs mobile, sa médiathèque blanchâtre, ses pots de fleurs. Jusqu’ici, rien d’anormal.

3. Asseyez vous sur un banc. N’importe lequel. Il y en a 6. C’est à la prochaine étape que l’expérience démarre réellement.

4. Là, commencez à compter le nombre de policiers qui s’y trouvent. Ne soyez pas surpris, tout est normal. En ce moment, il y au minimum un camion et une patrouille qui zone sur la place. Concentrez vous. Regardez-les bien, ces policiers.

5. Si vous êtes blond (et assis sur un banc comme indiqué précédemment), vous avez 99% de chance de vous faire contrôler à cet instant.

Explication de l’expérience: Depuis le 31 octobre dernier et la visite de la citrouille de Beauvau à Saint-Ouen, Claude Guéant, la place de la mairie est prise d’assaut par les pions du ministre. En effet, la technique de « nettoyage » de Guéant est assez surprenante. Les policiers, qui stagnent sur la place, du début d’après midi jusqu’en début de soirée, contrôlent uniquement « les acheteurs » venus de Paris, pour faire leur marché de substances illicites. Un policier : « On estime que contrôler les acheteurs casse le marché« . Sauf que les critères de contrôle sont atrocement discriminants. Un autre policier : « On contrôle ceux qui ont un look de bobos, parce que les bobos fument de l’herbe ». Logique implacable.

C’est ainsi qu’à Saint-Ouen, les contrôles au faciès visent principalement les blonds, cheveux plutôt longs, style débraillé. C’est au cours d’une de nos nombreuses expériences qu’on a pu entendre un policier qui tente d’impressionner un jeune blond, devant la bouche de métro : « Pas la peine de venir, on est là. Fais demi-tour« .

Les habitants qui continuent de se plaindre du trafic dans leurs cités, à Saint-Ouen, ne comprennent pas. « Entre la mairie et ma cité où les jeunes trafiquent, il y a 25 mètres. Mais la police ne s’y aventure jamais » se plaint une dame. Une autre : « Régler le problème par les acheteurs n’est pas la solution« . Pendant ce temps, les contrôles s’enchainent sur la place. Deux gars se font fouiller en public, suivant les critères de sélections. Les policiers les embarquent. Au bout de quelques heures, en sortant du commissariat, les deux gars « venus de Paris pour acheter une barrette à 10 euros » sont libres. Ils devront se présenter à nouveau au poste, le lendemain, pour payer une amende. Et ainsi de suite.

Source: http://yahoo.bondyblog.fr/

Merci à DG…

17/03/2011

Pas contents, les momos…

Ils paraît que les lycéennes musulmanes de France font l’objet de menaces… C’est un simple rappel à l’ordre, pour prévenir que musulmans ou pas, nous vivons en République Française… Et le texte qui suit est stigmatisé à souhait. On y croirait presque. Envoyez vos filles étudier au Maghreb! Elles y connaîtront les joies de la charia. Il paraît que ça vous défoule, vous, les barbus…

FDF

.

.

Menaces de sanctions illégales sur des lycéennes musulmanes

« Après les propos nauséabonds de Marine Le Pen sur les prières musulmanes (FDF: bande de connards…), après l’ingérence de l’Etat dans les affaires religieuses avec le débat sur l’Islam, après la sortie scandaleuse du ministre de l’Education Nationale sur les mères musulmanes accompagnant les sorties scolaires, c’est au tour du Lycée Auguste Blanqui, à Saint Ouen (Seine Saint Denis), d’être le théâtre d’un nouveau scandale islamophobe. Depuis quelques jours, plusieurs lycéennes sont convoquées, l’une après l’autre, par la proviseure adjointe et la CPE, parce qu’elles portent…de longues robes unies !

Les jeunes filles, dont le CCIF a obtenu le témoignage, ont fait l’objet d’un rappel à l’ordre car leur tenue « ne peut être considérée que comme un vêtement ostentatoire, un signe religieux manifeste » d’après leurs « juges », qui leur ont demandé de porter des jeans et des T-shirts « comme tout le monde » sous peine d’être renvoyées de l’établissement, conformément au règlement intérieur et ce, afin de respecter le principe de laïcité.

L’une des jeunes filles a remarqué une feuille sur le bureau de la proviseure adjointe, comportant une liste sur laquelle figure le nom des jeunes filles convoquées avant elle, ainsi que le sien. L’ensemble de ces jeunes filles portent le voile en dehors de l’enceinte de l’établissement. Le groupe de jeunes filles a ensuite été réuni pour être une nouvelle fois menacé de sanctions. La plupart d’entre elles ne s’en tireront pas sans séquelles, à quelques mois de l’examen le plus important pour elles jusqu’à présent.

Il semblerait que le lycée ait décidé de surveiller de près ces lycéennes et de leur réserver un traitement particulier, humiliant comme si la loi liberticide sur le port du voile à l’école n’avait pas fait suffisamment de dégâts moraux. Au lieu de lutter pour que les jeunes filles puissent jouir du droit de disposer de leur corps comme elles le souhaitent, d’être traitées de la même façon que leurs camarades, les femmes responsables de cet établissement se sont évertuées à pourrir leurs vies scolaires.

Le Collectif Contre l’Islamophobie en France condamne fermement les méthodes qui bafouent les droits les plus élémentaires de la République. Ces faits sont bien entendu illégaux et ne sont que la conséquence de l’islamophobie actuelle, symptôme du climat délétère de notre pays.

Aujourd’hui, l’attitude de nombreux politiques donne à penser à certains agents de l’Etat qu’ils bénéficient d’une impunité, et qu’ils peuvent continuer à terroriser des citoyens du fait de leur religion ! Voilà une des innombrables situations où peuvent nous mener des débats stériles sur l’Islam, alors que les citoyens de confession musulmane n’ont qu’une seule revendication : L’Egalité – que les lois soient appliquées de la même façon pour tous !

Nous invitons tous les acteurs politiques, dont les discours sont à l’origine de ces violences islamophobes, à réagir face à cette injustice et à prendre les mesures qui s’imposent. »

Source: http://oumma.com/

08/03/2011

Macédoine : les minorités Albanaises ne laissent pas construire un musée en forme d’Eglise !

On croyait avoir tout vu… Ben non…
FDF

.

Après avoir construit des centaines de nouvelles mosquées ! Des siècles et des siècles après l’invasion musulmane, de ce que l’on appelle l’ex Yougoslavie, les populations chrétiennes locales ne sont toujours pas laissées en paix par des minorités et doivent fermer les yeux sur les constructions sauvages de mosquées par centaines sur leur sol pour éviter des troubles, mais n’ont pas droit à un simple musée dont l’ fait trop “église” aux yeux des musulmans, qui s’arrogent le droit de tout contrôler…

Suite et source: http://tinyurl.com/4lbcla5

28/10/2010

Saint Ouen: la commune soutient l’ambitieux projet d’une nouvelle mosquée!

Action SITA:  NON ! à la construction d’une nouvelle mosquée à Saint Ouen.

« La municipalité a engagé un travail de concertation avec les représentants de l’association ESSALEM, afin de les soutenir et les aider à mettre en oeuvre un projet ambitieux, en direction de l’ensemble des musulmans, ouvert sur la ville et s’intégrant dans le projet architectural et urbain de la Zac des Docks, elle souhaite l’édification d’un lieu reconnu et apprécié de tous ».
Un maire démocrate et républicain, soucieux de l’avenir tant pour sa commune que pour la France, ne devrait JAMAIS autoriser la moindre construction de mosquée. Il existe une multitude de raisons parfaitement fondées à cela, multitude de raisons que tant les maires que les élus municipaux ignorent le plus souvent, ou parfois préfèrent sciemment ignorer afin de pouvoir dire plus tard « On ne savait pas… ».

Informons les élus, et la population, afin que tous sachent pourquoi il ne faut pas autoriser la construction d’une mosquée et qu’ensemble ils prennent les bonnes décisions.

C’est très simple avec la méthode Amnesty International SITA : une lettre dans une enveloppe timbrée, envoyée par la poste (voir http://tinyurl.com/6r4fsu )

Et c’est très efficace (voir http://tinyurl.com/273xwg2 )

Quoi mettre dans l’enveloppe ?

– Imprimer la version abrégée de la présente page qui se trouve sur ce lien :  >>>>>>>>>>>> st_ouen_action_sita.pdf <<<<<<<<<<<<

Avec ça le destinataire va comprendre à propos de quoi on lui écrit.

Qui sont les destinataires ?

1) Jacqueline rouillon Maire de Saint Ouen 93400.  On peut trouver l’adresse postale de la mairie sur la page suivante: http://www.ville-saintouen.fr/index.php?pge=217
Vous pouvez éventuellement contacter les élus municipaux.  Les noms se trouvent sur la page : http://www.ville-saintouen.fr/index.php?pge=294
2) M. Frédéric Atayi, Directeur général adjoint – Administration / Finances / Prévention sécurité. de Saint Ouen. On peut trouver l’adresse postale en 4ème position en partant du bas sur la page suivante: http://www.ville-saintouen.fr/index.php?pge=220
3) Bruno Le Roux Député de Seine-Saint-Denis. On peut éventuellement  lui écrire directement à l’Assemblée Nationale :
4) Association Culturelle (islamique) ESSALAME. Vous pouvez trouver l’adresse postale sur ce lien:  http://mosqueessalame.free.fr/ ou sur ce lien:
5) La Maison des Projets (Projet architectural et urbain de la Zac des docks) de Saint Ouen. Vous pouvez trouver l’adresse postale sur ce lien (Bas de page ) : http://www.ville-saintouen.fr/index.php?pge=216
6) Neouchy Jean Claude , l’architecte du projet de la mosquée de Saint Ouen . Vous pouvez trouver l’adresse postale sur le lien suivant: http://tinyurl.com/292tul8

Option « Informer la population »

On note une étrange tendance récurrente des élus, toutes villes et toutes tendances confondues, à ne faire que le minimum syndical pour l’information des riverains lors d’un projet de construction de mosquée dans leur quartier alors pourtant que ces riverains sont bien évidemment concernés au premier chef. D’ailleurs il ne vient même jamais à l’idée des élus de consulter les riverains pour savoir s’ils veulent ou non d’une mosquée, à croire qu’ils n’ont pas confiance en la démocratie, hormis pour se faire élire et en faire ensuite à leur guise au mépris des habitants.

Puisqu’on ne peut pas compter sur les élus pour faire le travail d’information et de consultation pour lequel ils sont pourtant payés, on va le faire à leur place, toujours avec la même méthode citoyenne de tractage postal. La lettre destinée à la population sera la même que celle destinée aux élus, ne reste qu’à trouver les noms et adresses postales des riverains du projet.

Une fois informés, on peut compter sur les habitants pour aller demander des comptes à leurs élus.

Là encore c’est très simple.
On trouve sur divers liens et sur la page (citée plus haut) du site de la mairie de Saint Ouen: des indications suffisantes pour déterminer les noms des rues à proximité potentielle de ce projet de mosquée .
Vous pouvez ensuite trouver les noms de rues voisines
Le plan permet de voir les rues voisines et donc d’obtenir, de proche en proche via l’annuaire, tous les nom-adresse de tous les habitants de toutes les rues riveraines du projet de mosquée. Cela va permettre d’informer le plus grand nombre possible de riverains.
Le nom de la rue est suffisant pour trouver noms et adresses postales des habitants de la rue, grâce à l’annuaire du téléphone pagesblanches.fr : indiquer le nom de la rue, le nom de la ville, cliquer sur Trouver et l’annuaire vous donne la liste des nom-adresse de tous les habitants de la rue.
Vous pouvez bien évidemment répéter l’opération à volonté  tant que vous avez des timbres, des enveloppes, du papier, de l’encre dans votre imprimante et un peu de temps. 

Petit à petit, internaute après internaute envoyant lettre(s) après lettre(s), vos missives vont toucher élu après élu,, habitant après habitant, au hasard, telles des gouttes de pluie.

Inexorablement, l’information va inonder le conseil municipal et la ville, jusqu’à la goutte qui fera déborder le vase, et ce sera peut-être celle que vous aurez envoyée.

Vous avez une enveloppe ? Un timbre ? 

Alors vous avez le……… P O U V O I R ……

… de dire son fait à toute personne publique.

Éventuellement, vous pouvez recenser votre action au sitathon.blogspot.com afin d’inciter d’autres internautes à agir de même, et vous inscrire à la lettre d’information alertes-sita.blogspot.com pour être averti des prochaines actions.

07/08/2010

La dhimmie du jour est…

Jacqueline Rouillon, maire (PC) de Saint-Ouen !


Et encore une élue qui met un genoux à terre… Lamentable…

FDF

.

Une vraie mosquée sera construite à la place de la salle de prière de la rue des Docks à Saint-Ouen. La maire l’a annoncé hier aux fidèles.

07.08.2010

Quelques minutes avant leur prière du vendredi en début d’après-midi, plus de 1500 fidèles de la mosquée de Saint-Ouen essaient de pénétrer dans leur lieu de culte. Les retardataires, tapis sous le bras, s’amassent sur le bitume de la rue des Docks. Ils se tournent vers le boulevard Victor-Hugo, qui est en direction de La Mecque.


Une scène qui fera sans doute partie du passé, car la communauté musulmane de l’association Essalam a vu son souhait exaucé.
Ceinte d’une écharpe tricolore, Jacqueline Rouillon, maire (PC) de Saint-Ouen, est venue apporter la bonne parole, à quelques jours du début du ramadan, en dévoilant la bâche du chantier de la future mosquée. « Nous avons renouvelé l’engagement pris depuis plusieurs années : que les différentes communautés religieuses puissent exercer dignement leur culte », annonce-t-elle, sous les applaudissements des fidèles.
Après le relogement des familles des bâtiments annexes de l’actuelle salle de prière, l’ensemble sera démoli. Le nouveau site pourra être construit. Il accueillera une mosquée plus moderne d’une capacité de 1200 personnes et de 1 300 m2 (contre 800 m2 actuellement), des lieux d’activités culturelles, des commerces « ouverts à tous » et des places de parking. « Chaque communauté doit avoir son lieu de culte mais cela ne doit pas se passer dans l’espace public », affirme la maire. « Il faut respecter le voisinage. C’est tout à fait normal de ne pas prier à l’extérieur pour ne pas gêner la circulation. On devait trouver une solution », confirme Mohamed Merouane, président d’Essalam dont l’association financera en totalité le projet, grâce aux dons de la communauté. Pour l’instant, la ville travaille aux conditions de cession du terrain à l’association. Rien n’est encore signé, mais il y a un « accord verbal et total de la ville », selon Mohamed Merouane, et d’ajouter que « les juristes des deux parties rassemblent les modalités d’acquisition ». « La démolition devrait se faire avant la fin de l’année », espère l’imam de Saint-Ouen. Pendant le chantier, la communauté bénéficiera d’un lieu de prière provisoire mis à disposition par la mairie. La nouvelle mosquée, qui s’inscrit dans le cadre du projet d’aménagement des Docks, fait aussi l’assentiment des autres communautés religieuses. Robert Jourfier, curé des paroisses audoniennes, et Daniel Amezellag, vice-président de la communauté israélite de Saint-Ouen, sont venus apporter leur soutien. « On se réjouit que les musulmans puissent avoir un lieu digne », clament-ils à l’unisson et en leur souhaitant d’avance un bon ramadan.

Source: http://tinyurl.com/2erab73