Francaisdefrance's Blog

16/08/2011

Emeutes de Londres : “Etes-vous sûr qu’ils étaient noirs ?”

Mais quel raciste, ce « Big Jim » !!! Envoyons lui le Cran, Sos Racailles, et Cie! Ah? On ne peut pas? Ben oui; c’est en Grande Bretagne…

Et les « Droits de l’Homme », ça irait?

FDF

.

C’est vrai qu’on ne voit pas bien…

.

Interview d’un commerçant de Londres, “Big Jim”…
Big Jim : ”Vers 11 heures, il y avait au moins 100, 200 jeunes Noirs, saccageant tout les commerces”.

Reporter : ”N’êtes-vous pas en train de stéréotyper?”

Big Jim : “Absolument pas!”

Reporter : ”Êtes-vous sûr qu’ils étaient noirs? Je suis sûr qu’ils n’étaient pas tous noirs, n’est-ce pas? Cela ne fait aucun sens…”

Big Jim : “OK, alors. Ils n’étaient pas tous noirs. Il y avait un Blanc… c’était moi.”

Reporter : ”Il y avait probablement d’autres Blancs aussi.”

Big Jim : “Je n’en ai pas vu.”

http://www.youtube.com/watch?v=oyzbZrUdfEg&feature=player_embedded

C’est sur les commentaires de :

http://www.liberation.fr/monde/01022354318-cameron-en-guerre-contre-l-effondrement-moral

22/11/2010

Vous avez dit bizarre? Rue89 à nouveau cambriolé…

Rue89 cambriolé, une vingtaine d’ordinateurs volés…

 

« Le vrai disque dur des journalistes est dans leur tête. » Making of du second cambriolage de Rue89 cette année.

La porte défoncée de la rédaction de Rue89 (Audrey Cerdan/Rue89).

Les locaux de Rue89, dans le XXe arrondissement de Paris, ont été victimes d’un cambriolage, dans la nuit de samedi à dimanche, qui se solde par le vol de plus d’une vingtaine d’ordinateurs et autre matériel, et la destruction d’autres équipements.

Le ou les cambrioleurs ont défoncé la porte en bois de la rédaction, située au premier étage d’un immeuble de bureaux en principe sécurisé, géré par la ville de Paris. On ignore encore comment les voleurs ont pu pénétrer dans l’immeuble, qui abrite surtout des start-up technologiques.

La deuxième porte de la rédaction de Rue89, également défoncée (Audrey Cerdan/Rue89).

Le cambriolage a été découvert dimanche matin par Blandine Grosjean, rédactrice en chef adjointe, qui assurait la permanence ce weekend.

La police est venue sur place pour les premières constatations. La deuxième division de police judiciaire est actuellement sur place.

Deux cambriolages en 2010

Ce n’est hélas pas la première fois que Rue89 est cambriolée depuis son lancement en mai 2007. A deux reprises, en août 2007, et en mars 2010, nos locaux avaient été « visités » et des ordinateurs volés. Mais il s’agissait de notre précédente adresse, beaucoup moins sécurisée, en théorie, que l’actuelle.

Vue de la rédaction de Rue89 cambriolée, au premier plan, un écran de l'équipe du Mensuel (Audrey Cerdan/Rue89).

Difficile, à ce stade, d’évaluer l’ampleur du préjudice, tant matériellement qu’en terme de données. La seule consolation, comme le faisait observer un intervenant sur Twitter, c’est que « le vrai disque dur des journalistes est dans leur tête ».

Le bureau de Pierre Haski, dont l'ordinateur a été volé, après le cambriolage (Audrey Cerdan/Rue89).

Même s’il intervient dans un contexte politique lourd, avec le vol de plusieurs ordinateurs de journalistes enquêtant sur l’affaire Bettencourt, et les polémiques sur la surveillance des journalistes, il n’est pas possible, à ce stade, de dire s’il s’agit d’un simple cambriolage crapuleux, ou d’une tentative de mettre la main sur des données ou simplement de nous intimider.

Il est à noter que Rue89 n’est pas la seule victime de ce cambriolage nocturne. Nos collègues et partenaires du tout nouveau site d’info sur l’Europe MyEurop.info, dont les bureaux sont situés dans le même immeuble, ont également été visés, ainsi que deux start-up de technologie.

Chimulus sur le cambriolage de Rue89.

Une chose est certaine : pour choquée qu’elle soit par cet événement, et malgré la gène occasionnée par la disparition du matériel, l’équipe de Rue89 continuera à faire son travail d’information, de manière indépendante et rigoureuse, avec le soutien et la participation active de ses lecteurs et amis.

Merci à tous ceux, professionnels des médias, riverains de Rue89 ou anonymes, qui nous ont apporté leur soutien et leurs encouragements depuis ce dimanche matin. Ces marques de sympathie nous redonnent de l’énergie pour poursuivre.

Dessins de Hervé Fell sur le cambriolage de Rue89.

Source: http://tinyurl.com/2d56pcu

20/10/2010

La violence monte encore d’un cran… Saccages à Lyon !

Incroyable, cette solidarité entre les sous-merdes et les véritables manifestants. Cet élan soudain d’aide du prochain ne s’était encore jamais vu chez les casseurs. On les sous estimait, en fait…

Vu que tout le monde s’en fout (pas les citoyens concernés, les « autres »), mieux vaut en rire…

FDF

.

De jeunes futurs retraités pillent un magasin Damart

Décidément très conscients des problèmes qui les attendent après 60 ans, de jeunes casseurs se sont livrés au pillage d’un magasin Damart dans une rue commerçante de Lyon. Maillots de corps en Thermolactyl, caleçons longs et autres chaussettes montantes ont été emportés en un clin d’œil sous le regard impuissant des gérants de la boutique. La constitution d’un stock de vêtements réchauffant en vue d’une retraite paisible semble être la motivation de ces groupes de lycéens révoltés. Un peu plus loin, de jeunes manifestants tentaient de briser la vitrine d’une grande marque d’appareillage orthopédique avant de s’en prendre avec succès à un magasin d’articles de pêche.


Attention aux vieux!


Face à la multiplication des actes de pillage, les autorités redoutent que des personnes âgées dissidentes profitent des émeutes pour s’attaquer à des magasins de jeux vidéo.

Source: http://www.newsfiction.fr

Emeutes à Lyon: « Je suis scandalisé par l’attitude des forces de l’ordre qui n’ont pas réagi »

Emeutes: le dessous des cartes… Il est certain que les autorités ont des ordres… Venus de très haut… Mais on fait quoi pour les victimes de cette casse? Je veux parler des Français, ceux dont on brûle les voitures … Et le journaliste qui a écrit ce qui suit parle « d’incidents »…

FDF

.

Entre 18.000 et 45.000 personnes ont rejoint la place Bellecour où les jeunes ont affronté les CRS puis le GIPN. Six véhicules ont été incendiés et 21 autres ont été retournés. Neuf magasins de la Presqu’Ile ont été pillés. 74 personnes ont été arrêtés par les forces de l’ordre. Récit de la journée.

19h50 – Le préfet réagit vivement

Suite aux nombreux affrontements de mardi à Lyon, le préfet du Rhône Jacques Gérault a réagi très vivement : « Pour la première fois, nous avons eu à faire à des exactions de près de 1300 casseurs. 21 véhicules ont été retournés, 8 commerces dégradés, 9 pillés. 170 personnes ont été interpellées depuis jeudi dernier dont 74 aujourd’hui (dont un tiers connues des services de police) « . Le préfet a ajouté : « Ce sont des voyous qui viennent de banlieue et qui profitent pour vandaliser « .

Alors que 500 policiers étaient mobilisés mardi, « quatre unités supplémentaires de force mobile seront déployées mercredi, soit entre 700 à 800 forces de l’ordre « . Jacques Gérault lance un appel aux parents « pour que les jeunes ne se laissent pas embrigader par un mouvement où ils seraient manipulés « .

Albert Doutre, directeur départemental de la sécurité publique évoque « un échelon supplémentaire de franchi ». « Nous avons eu à faire à des comportements proches de la guérilla urbaine. Les dégradations des rues étaient systématiques. Il était nécessaire d’utiliser le GIPN « , a t-il ajouté.

19h00 – 75 interpellations mardi à Lyon

Les affrontements entre forces de l’ordre et casseurs à Lyon ont abouti à 75 interpellations mardi, notamment en centre-ville.

18h40 – Retour au calme à Lyon

Après une journée de turbulences, le centre-ville de Lyon est à nouveau calme. Les derniers manifestants se sont petit à petit dispersés dans les rues adjacentes de la place Bellecour.

18h20 – Gérin condamne « des actes criminels »

Dans une déclaration de presse, le député communiste du Rhône André Gerin condamne fermement « les actes criminels » commis à Lyon pendant toute la journée de mardi. L’ancien maire de Vénissieux explique que :

« Des casseurs, des voyous, des bandes, organisent des actes criminels. Ils détruisent, brûlent sans raison pour discréditer, pourrir et casser la popularité des manifestations pacifiques. Ils veulent contribuer à retourner l’opinion. C’est « bingo » pour le gouvernement.

17h40 – Les boutiques détériorées

Nos équipes dépêchées sur place ont parcouru les rues de la République et Victor-Hugo. Six boutiques ont été particulièrement victimes de dégradations : leurs vitrines sont complètement saccagées. Il s’agit de Micromania (jeux vidéos), Franco Arno (chaussures), Sellerie Victor Hugo (cuir), Collector Shoes (chaussures) et les bijouteries Sindyor et Gudule. L’une d’elles a été complètement pillée : Collector Shoes qui vend des baskets tendance. Rue Victor-Hugo, sept autres boutiques déplorent une dégradation de leur vitrine. Par comparaison, la rue de la République semble un peu plus épargnée. Brioche Dorée a toutefois subi des actes de malveillance. Les kiosques de la place Bellecour ont quant à eux été saccagés.

16h45 : Bellecour toujours agité

Une centaine de manifestants d’extrême-gauche continue son « sit-in » place Bellecour, malgré les jets de gaz lacrymogènes par les forces de l’ordre. Aux cris de « révolution, révolution « , les fauteurs de trouble, une grande majorité de jeunes, font de la résistance.

16h35 : « Je suis scandalisé par l’attitude des forces de l’ordre qui n’ont pas réagi »

Nous avons fait réagir les élus lyonnais. Denis Broliquier, maire du 2e arrondissement, était sur le terrain, à la rencontre des commerçants. “Je suis scandalisé par le déferlement de violence que j’ai vu et par la casse à laquelle se sont livrées quelques centaines de personnes. Je suis aussi scandalisé par l’attitude des forces de l’ordre qui n’ont pas réagi en arrêtant les casseurs. Ils ont des consignes pour contrôler la situation mais pas pour les arrêter. Des responsables des forces de l’ordre m’ont dit : « on a des consignes pour ne rien faire ”. Dans le 2è arrondissement, plus de 40 magasins ont été cassés. Les commerçants sont traumatisés. Ils ont vu des hordes de casseurs débarquer et il y a eu deux arrestations. Le fait de vouloir calmer le jeu n’est pas une bonne chose. Dans une situation de crise, on doit respecter le droit ”. A suivre dans la soirée, un article sur les réactions politiques à cette journée.

16h25 : Charge des CRS et fuite vers Carnot

Les incidents continuent à Bellecour. Les CRS ont procédé à une nouvelle tentative de dispersion des derniers casseurs. Une centaine de jeunes est partie en courant à travers la rue Victor Hugo en direction de la Place Carnot. L’intimidation entre forces de l’ordre et manifestants continue. Notre journaliste dépêché sur place relate quelques projections « un peu gratuites  » de bombes lacrymogènes. Le calme aura été de courte durée…

Suite et source: http://tinyurl.com/3xq3ot4

18/10/2010

Manifestations: des « Blacks Blocs » saccagent l’Opéra Bastille.

Les premiers effets de la lutte contre la délinquance PROMISE par Sarkö Ier se font sentir…

FDF

.

La grande manifestation parisienne de samedi contre la réforme des retraites a dégénéré samedi, en fin de journée. Des Blacks Blocs, issus de groupuscules ultra-violents, ont saccagé le hall de l’Opéra Bastille. Une trentaine d’interpellations ont eu lieu.

Bastille CRS Black Blocs De nombreux CRS ont été dépêchés place de la Bastille, pour prévenir des dégâts causés par les  »casseurs ». (Reuters) 

La journée de mobilisation contre la réforme des retraites s’est déroulée dans le calme samedi. Quelques incidents ont toutefois eu lieu en marge de la manifestation parisienne. En fin de cortège, sur la place de la Nation, des échauffourées anecdotiques ont eu lieu, selon i-Télé, entre les forces de l’ordre et des jeunes. Mais c’est surtout à la Bastille que la situation a dégénéré. Près de 200 « casseurs » ont débarqué dans le sillage des milliers de manifestants.

« Des Blacks Blocs« , selon le site de Paris Match , qui se sont livrés à des dégradations cassant vitrines et abribus. Une cinquantaine d’entre eux ont également pris d’assaut l’Opéra Bastille, dont ils ont saccagé le hall d’entrée. Peu avant 19h15, la police a interdit les journalistes d’approcher le lieu. Les CRS ont ensuite délogé les « casseurs » de l’Opéra. Une trentaine de personnes ont été interpellées.

Les Black Blocs sont constitués de groupuscules ultra-violents, qui se réclament souvent de l’extrême-gauche. Ils s’étaient notamment illustrés en avril 2009, lors du sommet de l’Otan à Strasbourg, par de nombreuses dégradations et affrontements directs avec les forces de l’ordre. Ils étaient également présents au sommet de Copenhague sur le climat. Leur sortie de samedi soir n’a toutefois rien de comparable avec ces événements internationaux.

Source: http://tinyurl.com/262p9tw