Francaisdefrance's Blog

29/08/2011

Spider Rom !

Il ne doit pas y avoir de radars en Roumanie. Ca se saurait. En tout état de cause, voici un ressortissant roumain qui fait exploser les radars belges. Flashé 136 fois en 9 mois, il vient seulement de se faire prendre. Si ce n’est pas une preuve que les immigrés sont protégés, ça… Et par leur pays d’origine, en outre!

FDF

Le jour qui ne ressemble pas aux autres…

.

Belgique : flashé 136 fois en 9 mois !

Un record de la route vient de tomber et semble très loin d’être battu en Belgique.

En effet, comme le révèle le site internet Lavenir.net dans son édition quotidienne en ligne, un roumain de 28 ans a été interpellé au volant d’une Mercedes après avoir flashé pour la 136 ème fois en 9 mois, un record !

En possession d’une voiture immatriculée en Roumanie, la voiture a été repérée par les radars à 136 reprises entre le 13 avril 2010 et le 02 février 2011. Un conducteur qui jusqu’à présent n’avait pas été inquiété par les forces de l’ordre et plus largement par la justice du fait que sa voiture était immatriculée en Roumanie et que les autorités roumaines se refusaient à fournir la moindre information sur le propriétaire du véhicule.

Interpellé hier, le conducteur avouant que la voiture appartenait à son père s’est montré étonné, expliquant que la voiture était empruntée régulièrement par d’autres membres de la famille ainsi que par des amis, se refusant à endosser l’intégralité des infractions.

Coincé lors d’un contrôle routier, le conducteur devra repasser devant le tribunal de police en septembre, le préjudice totale de ses infractions s’élevant à environ 15 000€.

Source: http://www.lepost.fr/

28/08/2011

Roms de Marseille: « ce n’est qu’un au revoir »…

« Nous entamons une période d’austérité », a dit Fillon. Les roms ne sont pas fous. Ils partent. (il n’y a plus rien à gratter, en France) Pour mieux revenir quand la France sera redevenue un pays financièrement et socialement intéressant… Si tout cela revient un jour…

Nous, les « sous-chiens », sommes obligés de rester; et de payer. Bientôt, c’est nous qui irons demander l’asile en Roumanie. Et laver les pare-brises. On parie?

FDF

.

On s’en va; mais prévenez nous quand ça ira mieux, merci…

8h, le tunnel du Vieux-Port sème la pagaille en ville et dans l’organisation du départ, en bus vers l’aéroport de Marignane, des Roms de l’UHU. Sur le terrain, le Samu social est seul, pour vérifier l’identité des 76 personnes qui ont accepté de quitter ainsi la France. « Ce n’est pas notre métier, on n’a jamais fait ça. Mais les gars de l’Ofii et l’Ampil doivent être coincés en ville« , constate un agent, un peu débordé.

Seule l’association Rencontres tsigane est là, pour veiller à ce que tout se passe dignement. L’ambiance est calme, bien que fébrile ; les familles ont rangé leurs maigres possessions dans des valises à roulettes, des bébés pleurent, les femmes ont mis leurs plus belles robes. Tous ont accepté de monter dans un charter pour la Roumanie, avec une aide au retour (300€ pour un adulte, 100 à 150 € pour un enfant).

« Bon voyage« , leur glisse une jeune femme blonde de l’UHU. « Bientôt revenir« , sourit un père Rom. Pour la plupart, ce n’est qu’un au revoir : dans quelques mois, ils reviendront à Marseille.

À 11 h, les associations humanitaires se rassemblent pour une conférence de presse quai du Port devant la mairie. Cela après la publication de leur « lettre ouverte » (La Provence d’hier) qu’ils vont remettre à la fin de la réunion à l’hôtel de ville.

Le message commun est simple et fort : « La politique sécuritaire appliquée aux Roms n’a rien réglé. La valse des expulsions n’est pas une solution. Aujourd’hui, des familles s’en vont. Citoyens européens, les Roms ont toute liberté de revenir. Mais que fait-on pour faire vivre dignement ceux qui restent ? Dans d’autres villes comme Bordeaux ou Lille, les pouvoirs publics l’ont fait. À Marseille, ce sont les associations qui doivent les suppléer.« 

À une question sur les structures à mettre en place pour loger les familles Roms, Fathi Bouaroua, pour la Fondation Abbé Pierre martèle : « Il ne faut pas les cantonner sur des terrains comme on le ferait pour des réfugiés. Les structures d’insertion ne peuvent être que des solutions palliatives. Les Roms sont sédentaires, ils ont les mêmes besoins et doivent avoir ici les mêmes droits d’accès au logement que les autres Européens. C’est pour cela que nous voulons une table ronde.« 

De son côté, le préfet de Région Hugues Parant, dans un communiqué, « saluait le travail accompli par les services de l’État et de la Ville pour mettre fin, dans des conditions dignes, au stationnement d’une centaine de Roms à la porte d’Aix » qui pour lui « ajoutait de la misère à la misère ». Et mettait en avant le travail du Samu social, qui en a provisoirement accueilli une centaine à l’UHU. Dans quelques jours cependant, cet hébergement cessera ; la trentaine de Roms qui ont refusé de quitter la Madrague-Ville retourneront alors à la rue, où les attendent des centaines d’autres ressortissants roumains démunis.

Source: http://www.laprovence.com/

05/02/2011

Les bienfaitsde l’immigration…

Le premier qui va encore hurler à la stigmatisation fera bien de réfléchir avanr de l’ouvrir…
FDF

.

Le matériel volé partait en Roumanie !

Bijoux, vidéo, matériel hi-fi, le matériel découvert par les gendarmes dans un squat, à Toulouse, provenait de nombreux cambriolages./Photo DDM, Thierry Bordas.
Bijoux, vidéo, matériel hi-fi, le matériel découvert par les gendarmes dans un squat, à Toulouse, provenait de nombreux cambriolages./Photo DDM, Thierry Bordas.

Les gendarmes ont saisi dans un squat, à Toulouse, 265 objets volés dans des cambriolages. Un butin destiné à équiper des foyers roumains. Trois suspects ont été écroués.

Des bijoux, des parfums Chanel et du matériel hi-fi empaquetés prêts à partir en Roumanie pour équiper des foyers. Au total, ce sont 265 scellés judiciaires qui ornent désormais les bureaux de la gendarmerie du groupe cambriolage. Ces spécialistes des vols par effraction dans les habitations ont saisi un impressionnant butin dans un squat, non loin du quartier d’Empalot, à Toulouse, et dont la valeur est estimée à plusieurs milliers d’euros.

Économie parallèle

Mardi, trois personnes d’origine roumaine, repérées par les gendarmes à Peyssies, près de Muret, prennent la direction de Toulouse. Non loin de la caserne Niel, impasse Rambaud, ces trois suspects déchargent aussitôt leur matériel dans un squat où logent onze autres personnes. Les gendarmes du groupe cambriolage interviennent et arrêtent les trois hommes âgés entre 20 et 26 ans. Jeudi, ce trio a été mis en examen et écroué. Ils auraient pillé en quinze jours, douze maisons dans la périphérie toulousaine : Muret, Le Lherm, Peyssies, Drémil-Lafage, Balma, Lanta, Goyrans, Lacroix-Falgarde, Auzeville et Lafitte-Vigordane. Mais la liste pourrait s’allonger. Dans le squat, quatre autres personnes en situation irrégulière ont fait l’objet d’une mesure de reconduite à la frontière. Le matériel volé était déjà conditionné pour partir en Roumanie. Ces saisies ont aussi mis au jour l’existence d’une véritable économie parallèle. Ce coup de filet devrait mettre un terme à la soudaine montée en puissance des cambriolages, notamment autour de Muret. « Depuis 10 jours, plusieurs opérations ont été menées pour enrayer le phénomène », déclare le colonel Frantz Tavart, commandant du groupement de Haute-Garonne.

Les victimes peuvent prendre contact avec la gendarmerie pour la restitution du matériel : 05 62 25 44 21 (8 heures-12 heures.)


Lourdes peines

La justice a condamné lourdement, cette semaine, des auteurs de cambriolages. Un individu pris en flag à Castelginest a été condamné à 2 mois de prison. Un homme de 29 ans, interpellé dans une berline volée à Launaguet et porteur d’un pistolet 6.35 a été condamné à 3 ans ferme. Deux Algériens ont écopé de 2 et 3 ans de prison après un vol avec violence à Beaupuy.

Source: http://www.ladepeche.fr/

28/12/2010

La Roumanie fait elle bien partie de la CEE ???

A en juger par le PPS qui suit, on est légitimement en mesure de se poser des questions quant son éventuelle entrée dans l’Union Européenne… Quel enrichissement culturel ou autre nous aurions si le cas se produisait.

FDF

Voir: La_Roumanie_est_bien_dans_la_CEE__

16/11/2010

14/10/2010

Les critères qui permirent à la Roumanie d’entrer dans l’UE…

Pas mal. C’est un PPS. Vous allez plus ou moins rire…

FDF

.

5-romania

02/09/2010

Qu’est ce qui caractérise un Rom de Roumanie face à un roumain qui ne fait pas partie de cette ethnie ?



-un très grand taux de chômage, des familles nombreuses, et en corollaire l’absorption d’une grande part des aides sociales de l’Etat ;

-un très fort absentéisme scolaire et en corollaire un fort taux d’analphabètes ;

-un rapport différent à la mendicité et en corollaire des rentrées quotidiennes liées à cette pratique de l’ordre de 150 euros par jour par mendiant (150 euros nets d’impôts) dans un pays où cette somme représente le salaire mensuel brut minimum ;

-de fortes traditions héritées de leur origine (Inde, Pakistan) et en corollaire des vêtements aux couleurs chatoyantes, jupes longues et châles, des maisons aux formes complexes ;

-une volonté de ne pas perdre ses valeurs et ses traditions, avec son propre Roi et en corollaire des jeunes filles mariées dès leurs premières règles, une justice parallèle, des règlements de comptes entre familles ;

-des métiers liés au nomadisme comme la vente itinérante de bois, la récupération de la ferraille, la vente à la sauvette, et en corollaire une notion extrêmement particulière de la propriété privée ;

-une tradition d’indépendance dans les décisions et les actes et en corollaire des maisons construites sans permis de construire, des fêtes où les chanteurs sont payés en liquide, le travail au noir…

Suite et source: http://tinyurl.com/3xr4aph

Chassez le Rom, il reviendra au galop…