Francaisdefrance's Blog

06/12/2010

L’Aide Médicale d’Etat: la carotte sans le bâton… Pétition.

Supprimons la carotte offerte à l’immigration clandestine. Nos finances ne s’en porteront que mieux…

FDF

Le journal de la dépense publique

www.lecri.fr

L’actualité de la dépense publique

Madame, Monsieur,

Fin octobre, Le Cri du Contribuable avait lancé une pétition pour exiger la fin de la gratuité totale des soins pour les immigrés clandestins. Cette pétition, adressée à Mme Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, demandait à cette dernière de peser de tout son poids dans les débats autour de la loi de finances au Parlement pour que soit voté un amendement imposant à chaque bénéficiaire de l’Aide médicale d’État (AME) une contribution individuelle de 15 euros par an.

Les députés étaient allés plus loin que Le Cri du Contribuable en votant quelque temps après une contribution de 30 euros par personne.

Mais les sénateurs, qui débattaient ce dimanche l’amendement des députés, ont décidé d’annuler cette contribution de 30 euros par personne.

Rappelons que l’AME bénéficie à quelque 215 000 immigrés clandestins. Rappelons également que son coût, financé jusqu’à présent en totalité par le contribuable français, s’élevait à 546 millions d’euros en 2009. Son budget a d’ailleurs été augmenté de 10 % pour 2011, dans un contexte de crise économique et financière où le maître-mot de la majorité est pourtant « rigueur ». Rappelons enfin que le panier annuel moyen de soins d’un bénéficiaire de l’AME s’élève à 2500 euros, contre 1500 euros pour les autres assurés qui, eux, cotisent.

Ce revirement des sénateurs de la majorité montre que notre pétition est toujours d’actualité ! Aussi me permets-je de vous demander de la signer si vous ne l’avez pas déjà fait, puis de la faire circuler largement autour de vous en transférant le présent courriel à tout votre carnet d’adresses.

Merci pour votre soutien. Plus nous serons nombreux à signer, plus notre voix sera écoutée par les pouvoirs publics !

Roman Bernard, rédacteur en chef du Cri du Contribuable

Lien vers la pétition : http://le-cri-du-contribuable.pro-petition.fr/non-a-la-gratuite-des-soins-pour-les-immigres-clandestins

30/10/2010

Pensez à vous faire vacciner… Mme Bachelot sera contente…

Depuis le temps que beaucoup pensaient très fort que l’affaire du vaccin contre la grippe A était une formidable arnaque… Et bien vous allez faire des économies de neurones. Lisez ce qui suit.

FDF

.

GRIPPE A – Ce rapport qui accable le ministère de la Santé

Le rapport de la Cour des comptes révèle que certaines décisions de l’Établissement de préparation et de réponses aux situations d’urgence (Eprus) ont été prises sur instruction de la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot

La grippe A H1N1 n’a pas fini de faire parler d’elle. Après les commissions d’enquête de l’Assemblée nationale et du Sénat cet été, la Cour des comptes s’est penchée à son tour sur la gestion de la pandémie de grippe A H1N1. Dans un rapport consacré à l’Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (Eprus), les Sages de la rue Cambon redoublent de sévérité à l’encontre du ministère de la Santé et fustigent son intervention excessive dans la gestion de l’achat des vaccins.

L’Eprus, créé en 2007 et actif dès 2009, a pour mission d’acquérir et de gérer des stocks sanitaires publics pour faire face à des catastrophes sanitaires et de « constituer » et de « gérer un corps de réserve sanitaire » composé de professionnels de santé. À peine en marche, l’émergence du virus de la grippe A H1N1 lui donne du fil à retordre. Mais, au lieu d’être un rouage essentiel dans la lutte contre la pandémie, l’Eprus se résout vite au simple rôle de logisticien.

Le ministère de la Santé omnipotent

Pas de quoi s’attirer les foudres de la Cour pour qui « l’établissement a agi en bon exécutant », là où les interventions intempestives de l’État ne lui laissaient que peu de marges de manoeuvre. Les critiques s’adressent donc au ministère de la Santé, autorité de tutelle de l’Eprus. Et pour cause : l’établissement n’a eu pratiquement aucune autonomie, notamment concernant les décisions à propos des vaccins. Pourtant, leur achat a représenté plus de 72 % des dépenses relatives à la pandémie.

Bien que l’établissement ait conclu quatre contrats avec les laboratoires Sanofi Pasteur, Novartis, Baxter et GSK, son directeur général « a agi sur instruction de la ministre de la Santé », précise le rapport. « La politique de commande et de négociation a été exclusivement définie par le ministère, tant en ce qui concerne les décisions de principe que les éléments de négociation« , souligne Rolande Ruellan, lors de son audition. « Parfois, la prénégociation a même été conduite directement par le ministère », renchérit-elle.

Les quantités, les prix et les conditions de résiliation ont été exclus de la négociation. « Ce n’est pas l’Eprus qui en a décidé ainsi, mais le ministère », précise-t-elle. Autrement dit, l’Eprus n’a eu qu’à apposer sa signature au bas du contrat. Mais la Cour des comptes tente de tempérer la responsabilité du ministère par la volonté d’avoir assez de vaccins en stock pour toute la population. Au total,

l’achat de vaccins aura coûté 382 millions d’euros pour 44 millions de doses commandées.

Seules six millions de doses ont été utilisées en France pour la vaccination de 5,3 millions de personnes.

Source: http://tinyurl.com/33nwchb

10/10/2010

La gastro remplace la grippe A. Roselyne a été prévoyante…

Lu sur: http://www.observatoiredessubventions.com/

19/09/2010

Laurent Blanc interdit le porc : madame Bachelot, sommes-nous en France ou en Iran ?

Je relaie. Mme la ministre n’en aura que faire, la période des vaccins arrivant (…), mais ça aura le mérite d’être lu. Des vérités pas toujours bonnes à dire mais qui sont LA VERITE.

FDF

.

19 09 2010

LETTRE OUVERTE A MADAME LA MINISTRE DES SPORTS

Je viens d’apprendre la décision de Laurent BLANC de bannir le porc des repas des joueurs, que je juge inqualifiable !


Car où sommes-nous, Madame la Ministre ? En Arabie Saoudite ? En Iran ? En Algérie ? Au Maroc ? Non, nous sommes en France, et la France n’est pas encore devenue un pays islamiste !


Je juge qu’il est SCANDALEUX que Laurent Blanc obéisse à des considérations religieuses, qui n’ont rien à voir avec le sport et qui n’ont pas à s’imposer en France, pays laïque, et qu’il renie par la même occasion la longue tradition culinaire française, qui fait une large place au porc !


Par ailleurs, de quel droit priverait-il d’éventuels joueurs « souchiens » de charcuterie, tout cela pour contenter des joueurs, dont on a vu qu’ils sont tout juste bons à ridiculiser notre pays, et dont on constate le profond attachement à notre patrie au peu d‘ardeur (et c’est un euphémisme) qu’ils mettent à chanter la Marseillaise !
Si les choses continuent ainsi, on est en droit de se demander si la conversion à l’islam ne sera pas bientôt obligatoire pour les joueurs tricolores non-musulmans et leur entraîneur…
Quand on voit le dernier fait divers en date du 15 août à Lyon (un sénégalais agressé à la terrasse d’un restaurant pour n’avoir pas respecté le ramadan -ce qui est son droit dans un pays comme le nôtre- et de ce fait ayant subi une fracture du crâne qui lui a valu une trépanation), on ne peut que craindre de voir des faits de ce type se multiplier… A quand un entraîneur ou un joueur roué de coups, lui aussi, pour n’avoir pas observé le jeûne ?
Faut-il que le football français donne le mauvais exemple en cédant à des exigences religieuses, qui iront croissant du fait qu’on exauce chacune d’elles ?
J’espère , Madame la Ministre des Sports, que vous saurez remettre du bon sens là où il fait défaut, c’est-à-dire dans la cervelle de Laurent Blanc…

Chantal Macaire

lu sur le blog de : eli-d-ashdod.over-blog.com