Francaisdefrance's Blog

16/10/2010

Roms: la France s’est soumise…

Et pas à l’islam, cette fois; à Bruxelles et en faveur des Roms… La soumission, en France, on connait. Et ça commence à bien faire. Seigneur, ayez pitié: « ILS » sont devenus maso !!! Le dernier « chef d’Etat » à s’être soumis se nommait Pétain… Et on a vu ce que ça a donné. Nous n’avons plus la fibre de la résistance, en France? Nous sommes déjà à genoux devant les muzz; on va s’y mettre aussi devant les Roms? On n’est pas sortis de la « mouise »… C’est beau, l’Europe.

FDF

.

ROMS - Paris se plie aux exigences de Bruxelles

 

// <![CDATA[
document.write( »);
// ]]>Click here to find out more!

La France a formalisé vendredi auprès de la Commission européenne son engagement à transposer des éléments de la directive sur la libre circulation en Europe. Cela devrait clore la polémique entre autorités françaises et communautaires au sujet des expulsions de Roms. Le document français a été transmis par courrier électronique à 22 h 15. Il contient une note des autorités françaises à la Commission qui rappelle que des garanties procédurales liées aux expulsions existent déjà en droit français via la jurisprudence et les principes généraux du droit mais dit que la France est disposée à améliorer la transparence juridique en transposant un certain nombre de points de la directive dans son droit positif.

La note explique aussi concrètement quels sont les articles qui feront l’objet de ce travail et détaille la manière choisie, à savoir des amendements à la loi Besson sur l’immigration qui doit être discutée au Sénat au plus tard dans le courant du mois de janvier. Une annexe présente par ailleurs la rédaction envisagée des différents articles. Enfin, comme demandé par la Commission, la note présente une série d’éléments destinés à démontrer que les Roms n’ont pas fait l’objet d’un traitement discriminatoire. Ces éléments sont appuyés par un tableau de chiffres et par un document explicitant les mesures d’éloignement, qui sera complété samedi par un échantillon de décisions individuelles.

Analyse de Bruxelles

La Commission européenne a confirmé avoir reçu la lettre française et a indiqué qu’elle l’analyserait en détail au cours du week-end. Selon plusieurs diplomates européens ayant suivi ce dossier de près, les contacts « techniques » des derniers jours entre la France et la Commission laissent cependant envisager que les services de Viviane Reding, la commissaire à la Justice et aux Droits fondamentaux, renonceront à ouvrir une procédure d’infraction contre Paris…

Suite et source: http://tinyurl.com/37pwydo

06/10/2010

Roms, gens du voyage : qui est qui ?

Un petit dessin explicatif; histoire de savoir de quoi (ou plutôt de qui) on parle…

FDF

.

Merci à JLB pour l’info…

05/10/2010

immigration: les vérités dites par Jean-Pierre Pernault ne plaisent pas à tout le monde…

Et c’est tout simplement parce qu’il a raison, JJ. Pernault. La liaison entre immigration et délinquance est irréfutable et les chiffres le prouvent. En outre, ce sont les musulmans qui ont le triste record dans le domaine de la population carcérale: http://tinyurl.com/38qwtsj

Toute vérité n’est pas bonne à dire, Jean-Pierre. Mais vous au moins, vous faites correctement le travail que l’on vous demande. L’honnêteté n’est plus de rigueur, dans le domaine de l’info…

FDF

.


.

Immigration: les journalistes de TF1 attaquent les propos de Jean-Pierre Pernaut


Une information révélee par Télé 7 jours et relayée par Jean-Marc Morandini.La Société des journalistes (SDJ) de TF1 a pointé du doigt des propos de Jean-Pierre Pernaut liant immigration et insécurité.Le 27 août dernier, le présentateur du 13h, introduisait ainsi un reportage sur les expulsions de Roms d’origine roumaine et bulgare.

« Une immigration (de Roms), vous le savez, liée à une délinquance qui s’est beaucoup développée ces dernières années. »

http://www.wat.tv/swf2/328916nIc0K115230697

(Source : TF1)

Des propos qui ont « heurté l’objectivité des journalistes » de la chaîne d’après la SDJ de TF1.

Joint par Télé 7 jours, Jean-Pierre Pernaut affirme qu’il n’y aucune tension au sein de la rédaction.


Source et vidéo: http://tinyurl.com/3a9zt2a

02/10/2010

Suisse: des affiches assimilant Roumains et Italiens à des rats font scandale…

Je relaie, c’est tout… Mais en France, quand on parle de rats, il n’ y a pas d’équivoque…

FDF

.

Suisse: des affiches assimilant Roumains et Italiens à des rats font scandale

« De mystérieuses affiches xénophobes, montrant depuis lundi trois rats roumain et italiens grignotant un fromage suisse, alimentent scandales et spéculations dans le Tessin helvétique (sud) où les commanditaires de cette campagne demeuraient inconnus jeudi.Les trois rats à la mine patibulaire, dépeints sur la centaine d’affiches placardées dans le canton frontalier de l’Italie, représentent un voleur roumain, Bogdan, un carreleur italien, Fabrizio, ainsi qu’un certain Giulio, avocat qui représenterait le ministre italien des Finances Giulio Tremonti, explique le site internet http://www.balairatt.ch (« Les rats dansent ») créé selon les médias suisses par l’agence de publicité à l’origine de la campagne.

Le site dénonce également dans des textes l' »invasion » des 45.000 travailleurs frontaliers dans le canton et « la criminalité importée ».

Ces affiches ont provoqué un tollé dans la Confédération où les opposants à l’Europe sont connus pour leurs campagnes particulièrement agressives.

Mais cette fois, les commanditaires restent inconnus. Parmi les politiques jugés suspects par la presse, le parti de droite populaire notoirement xénophobe, UDC, interrogé par l’AFP, a formellement démenti être impliqué. L’UDC a pourtant été à l’origine de campagnes de la même veine, mettant en scène des moutons blancs suisses expulsant du pied un mouton noir étranger, des corbeaux représentant des Roumains et des Bulgares grignotant le drapeau helvétique ou encore une femme voilée devant des minarets en forme d’ogive nucléaire.

Un responsable tessinois du parti pointe du doigt la Lega. Mais ce parti populiste du Tessin créée en 1991 dans la lignée de la Ligue du Nord italienne, dément formellement à son tour. « Nous n’avons rien à voir avec cette campagne qui est allée un peu trop loin même si nous avons des problèmes avec les étrangers », a expliqué à l’AFP, son chef Giuliano Bignasca.

Selon le responsable, il s’agit ni plus ni moins d’une « campagne publicitaire pour les fromages suisses ».

L’auteur de l’affiche, Michel Ferrise a déclaré au Matin que son commanditaire était « probablement un entrepreneur ». Sans toutefois convaincre.

Le voile devrait être levé vendredi, ont indiqué à l’AFP plusieurs sources concordantes.

Reste que l’affaire a créé un malaise au Tessin où la Lega a appelé récemment à mettre les Roms « dehors ou dans des camps ». »


Source: http://tinyurl.com/3y8v4f3

29/09/2010

Chroniques de la connerie ordinaire: grève de la faim pour défendre les Roms…

A cette dame, je ne dirai qu’une chose: si elle veut aider les Roms, comme tel est son souhait, semble t’il, nul besoin de se stigmatiser et de souffrir sinon pour avoir les « honneurs » des médias et franchement, ce genre de réaction, le chef d’Etat s’en fout royalement. Il faut qu’elle héberge un ou plusieurs Roms  chez elle et ce sera considéré comme un vrai geste humanitaire. Point barre. Que les assocs gauchos-bobos qui soutiennent et amplifient ce gendre de réaction fassent de même.

FDF

.

« Je remets ma vie entre les mains de Nicolas Sarkozy »

(Eh ben, avec ça, elle est tranquille et rassurée… FDF)

Nancy Bernad, en grève de la faim pour les Roms.

Nancy Bernad, en grève de la faim pour les Roms. | maxppp

Nancy est une ancienne aide-soignante de 54 ans, aujourd’hui sans emploi, « mais son teint pâle et ses gestes lents lui en donnent dix de plus » décrit Le Progrès.

Et pour cause, cette Stéphanoise est en grève de la faim, « depuis le 13 septembre » assure-t-elle au quotidien, pour dénoncer selon elle des « lois ségrégationnistes françaises à l’encontre de la communauté rom ». Dans sa ligne de mire, la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy et l’expulsion de Roms.

Le 22 septembre sur Le Post, une posteuse, créatrice du comité de soutien à Nancy, relayait déjà son action.

http://www.dailymotion.com/swf/video/xezajb?additionalInfos=0

(vidéo du Progrès)


Morceaux choisis de son interview par Le Progrès:

« Les droits de l’homme et du citoyen sont bafoués, et ces lois signent l’arrêt de mort de la communauté. Or, je refuse d’être complice d’un système d’Etat raciste et xénophobe « 

« J’ai milité dans diverses associations auparavant. Mais on y parle beaucoup et on ne fait pas grand-chose. Moi, au moins, je suis dans le concret, pas dans les bla-bla ».

« Avant de débuter cette grève, j’avais écrit à sept associations humanitaires pour les informer de ma démarche. Seule l’une, La voix des Roms, a pris contact avec moi. J’ai aussi écrit au président de la République, lui indiquant que je remettais ma vie entre ses mains. Je n’ai pas eu de réponse « .


Le souhait de Nancy, « l’abrogation de ces lois. Je suis déterminée, j’irai jusqu’au bout. »

« Mais je commence à avoir des vertiges, le moindre effort devient pénible ».

Un groupe Facebook a vu le jour pour soutenir Nancy Bernad, et compte déjà 713 membres.

Capture d'écran Nancy Bernad.

Sources : Le Progrès, Facebook

Par La rédaction du Post

25/09/2010

Beziers. Roms: pour la propriétaire du terrain, la note est salée…

Ahhhhhh, les Roms. Que de souvenirs quand ils sont partis…M’étonne pas que des associations se forment pour lutter contre leurs expulsions. Ca doit être des assocs d’écolos, à mon avis…

FDF

.


Josiane Vareil Calvet, est un brin remontée. Il y a un an, plusieurs familles de Roms se sont installées sur son terrain, chemin de Badone, à la sortie de Béziers, en direction de Bessan. Ils arrivaient de Servian. Ils ont quitté les lieux il y a peu, et à leur départ, quelle ne fut pas la surprise de la propriétaire des lieux.
« Certes, il s’agissait d’un terrain vague. Certes, il n’était pas entretenu au quotidien. Mais aujourd’hui, je ne peux rien en faire. Ces gens sont partis en laissant des caravanes, une habitation légère mobile, des métaux, de tout. Ce terrain est devenu une véritable décharge, une immondice à ciel ouvert », s’insurge-t-elle.
Et alors que beaucoup volent dans les plumes du gouvernement parce que ce dernier les reconduit à la frontière, elle, n’a qu’une réponse à leur donner. « Que tous ces gens qui trouvent anormal les conditions dans lesquelles ils sont accueillis en France les prennent chez eux. Je n’y vois aucun inconvénient car il est effectivement indigne d’accueillir ainsi des êtres humains. Personne ne sort grandi des images que nous voyons. Dans mon cas, on ne m’a rien demandé. Je ne me suis rendue compte qu’ils étaient chez moi que quelques semaines après leur arrivée. Et je n’ai jamais rien pu obtenir ni d’eux, ni de l’État, ni même de la justice, pour que mon bien ne soit pas dévalorisé. » Josiane Vareil Calvet assure ne rien avoir « contre ces pauvres malheureux qui sont considérés comme des moins que rien par de nombreux États. Mais j’estime que ce n’est pas aux particuliers à assumer les dysfonctionnements de la collectivité. »Elle a entamé une procédure d’expulsion en justice qui n’a rien donné. Elle a fait constater par huissier l’occupation de son terrain. « Je ne voulais pas être tenue responsable de quoi que ce soit s’il y avait eu, là, un accident. Ce n’était pas une aire d’accueil pour gens du voyage.
»Depuis le départ des habitants de ces caravanes, elle prend à sa charge l’évacuation des habitats, mais aussi celle de la ferraille et de tous les déchets.
La note s’annonce d’ores et déjà élevée à plusieurs milliers d’euros…

Suite et source: http://tinyurl.com/2gyghrz

20/09/2010

Montauban: du sursis pour les Roms voleurs à Leclerc-Sapiac !

De nouvelles « chances pour la France »… Ca change. Mais ceux-là, on n’en n’a pas peur: on les expulse; enfin, on fait semblant… Niveau justice, ils sont traités comme les autres sous-merdes issus de l’immigration: on ne les fait pas trop ch… Lamentable… La préférence non-nationale bat son plein. Et on s’étonne, on hurle au racisme. Le racisme, il est provoqué. Et ce ne sont pas nous, les « sous-chiens » qui le sommes le plus…

Comme disait je ne sais plus qui: « on ne nait pas raciste; on le devient ». Pas con…

FDF

Une grosse partie du vol avec effraction  avait été récupéré une heure après  / Photo DDM,  J. Décatoire

Une grosse partie du vol avec effraction avait été récupéré une heure après / Photo DDM, J. Décatoire

Dernier volet (pour l’instant) de l’affaire du cambriolage de la réserve du centre culturel du Leclerc Sapiac. Il avait pour cadre hier à 15 heures la salle d’audience du TGI. Dans le box et sous escorte le trio venu des Carpates arrêté par une patrouille dans l’heure qui suivit le déclenchement de l’alarme. Pour les assister un artisan roumain bilingue. Le président Birgy rappela les faits forts simples. Escalade du toit au moyen d’une échelle trouvée au magasin de bricolage contigu, découpe de la toiture après sondage, descente vers les réserves. Remontée du butin au moyen de cordes etc. C’est l’interrogatoire des prévenus qui est plus révélatrice. Marian Voïta le Roumain est revenu joindre son frère carreleur à Toulouse depuis dix ans. Il lui a emprunté le fourgon.

Une route des roms subventionnée ?

Mais les deux autres cités à la barre : Stoïca et Settili sont des Roms. Le premier a débarqué lundi en bus à Toulouse dans le squat où se trouve déjà une quarantaine de Roms. Son objectif se faire expulser et repartir avec la prime de 300 € qui équivaut à trois mois de salaire chez lui. Le second est arrivé d’Espagne avec des motivations financières similaires. Puis il y a eu cet engrenage qui permet de revendre des objets de larcins, ce qui est mieux que la mendicité. Les trois arrêtés ne sont que la moitié de l’effectif engagé dans ce casse. Pierre Vignolles au nom du ministère public évoquait des situations de misère, mais réclamait de la prison un peu ferme (un mois) et beaucoup avec sursis (trois mois). Les avocats des prévenus eux tentaient d’obtenir la relaxe. Celui du Roumain stigmatisant le contexte clanique des coïnculpés au cas où de la prison ferme serait prononcé. L’avocate des deux Roms elle concédait qu’elle ne se faisait pas d’illusion sur l’avenir de ses clients et même n’éludait pas l’hypothèse du retour. L’interprète rassurait les trois prévenus pas trop au fait du fonctionnement d’un tribunal et qui croyaient être maintenus en détention.Après les réquisitions du vice-procureur. Après une quinzaine de minutes de délibérations le président Birgy rendait le verdict. Reconnus coupables, les trois auteurs et acteurs de ce cambriolage étaient condamnés à six mois de prison avec sursis. Ils retrouvaient la liberté après un ultime crochet par Beausoleil pour y récupérer leurs effets.

Source: http://tinyurl.com/39hwsod

Regardez les com…

19/09/2010

Chroniques du racisme ordinaire…

Scène désolante de racisme ordinaire en Flandres :

reconduite à la frontière d’un clandestin Landais par

deux policiers flamands:





le Landais avait pourtant fait un effort d’adaptation, lui !

Même Kouchner le lache. Sarközy de plus en plus seul sur le dossier des Roms…

Houlà! Il ne va pas rester longtemps à son poste de porteur de sacs de riz, le Nanard… Il est mal, il est mal..

FDF

.

Roms: Kouchner valide la position de Merkel contre Sarkozy !

Le ministre des Affaires Etrangères Bernard Kouchner à Paris le 6 septembre 2006

Bernard Kouchner à Paris le 6 septembre 2006 Patrick Kovarik AFP/Archives

Après la violente altercation avec Barroso et le désaveux d’Angela Merkel sur une soit disant position commune, c’est au tour de Bernard Kouchner de prendre ses distance avec Sarkozy sur ce dossier

Le ministre des Affaires étrangères a en effet indiqué vendredi ne pas être au courant d’un échange la veille entre le président Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel sur les Roms, objet d’une polémique entre les deux pays.

M. Sarkozy avait affirmé à Bruxelles que la chancelière allemande lui avait confié avoir elle aussi l’intention de procéder dans les prochaines semaines à « des évacuations de camps », mais cette information avait aussitôt été démentie par des diplomates allemands et le porte-parole de Mme Merkel.

Interrogé sur Europe 1 pour savoir qui ment, Bernard Kouchner a répondu: « L’Histoire tranchera. Moi, je n’ai pas assisté (à un échange à ce sujet, NDLR) alors que j’étais là tout le temps ».

« Le président de la République ne m’a pas dit spécialement quelque chose à ce propos. Je ne sais pas si cet (échange entre Angela Merkel et Nicolas Sarkozy) s’est fait en aparté », a précisé le ministre.

Bernard Kouchner a d’autre part confirmé l’existence d’un échange « assez vif » jeudi lors du sommet européen de Bruxelles entre Nicolas Sarkozy et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

« En politique, cela arrive souvent. Dans l’Europe aussi. Ce n’est pas un incident majeur, ils se connaissent très bien, ils ont beaucoup travaillé ensemble, MM. Barroso et Sarkozy », a-t-il dit, en rappelant que la France avait oeuvré en faveur d’un deuxième mandat pour M. Barroso.

« Chacun est dans son rôle. Ce n’est pas un lit de roses, donc il y a eu des échanges sincères et assez vifs. C’est souvent comme ça, il y en a eu sur le Moyen-Orient, sur le Pakistan, il y en a tout le temps », a assuré le ministre.

« Les paroles de Mme la commissaire (à la Justice et aux Droits fondamentaux, Viviane Reding) étaient inacceptables. Ou elle n’a jamais lu l’Histoire, ou elle ne sait pas de quoi elle parle mais de toutes façons c’était inacceptable », a insisté Bernard Kouchner.

Viviane Reding a eu des mots très durs à l’encontre de la France, dressant un parallèle entre les renvois de Roms et les déportations de la Seconde guerre mondiale. Cette comparaison avait provoqué l’ire des responsables français, qui ont obtenu que Mme Reding exprime des « regrets » mercredi soir, juste avant le sommet de l’Union européenne à Bruxelles.

Source: http://tinyurl.com/2g9ysdp

17/09/2010

Roms: on passe pour des barbares. Merci Sarkö !!!

Quoique il en dise, notre cher président a su cette fois nous mettre tout le reste du monde, civilisé ou pas, à dos. Avions-nous encore besoin de ça? Avec les crises internes qui défrayent la chronique, les yeux du monde entier sont déjà fixés sur la France, qui n’est plus, loin de là, un pays exemplaire. Cette fois, l’UE nous montre du doigt et tape sur la table. Sarkö reste debout dans ses bottes; jusqu’à quand??? Désavoué chez lui et maintenant à l’Etranger, il ne baissera jamais la garde; quitte à nous enfoncer un peu plus. Au nom de la fierté; la sienne…

FDF

.

Certains médias affirment le contraire. Nous ne serions pas seuls à être des barbares… Mouhais…………

«La discrimination frappe les Roms dans toute l’Europe»

« Nicolas Sarkozy a dû s’expliquer au Sommet de l’Union européenne sur les mesures anti-Roms prises par la France. Une réunion qui a tourné au clash. Les autres pays ne sont pourtant pas plus accueillants.

17.09.2010

Les mesures prises par la France contre les Roms ont volé la vedette aux autres sujets qui devaient être abordés, hier à Bruxelles, au Sommet de l’Union européenne (UE). Nicolas Sarkozy a donc dû s’expliquer devant les 26 autres chefs d’Etat. La rencontre a donné lieu à un échange qualifié de «très violent» entre le président français et celui de la Commission José Manuel Barroso.

Depuis l’entrée de la Roumanie et de la Bulgarie au sein de l’UE, le 1er janvier 2007, les quelque 10 millions de Roms roumains et bulgares disposent des mêmes droits que les autres Européens, y compris celui de se déplacer. En théorie. Car la réalité se révèle fort différente. La France n’est pas le seul Etat à mal accueillir les Roms, comme nous l’indique Pierre Barge, président de l’Association européenne pour la défense des droits de l’homme, qui siège à Bruxelles: «Les Roms sont discriminés partout en Europe. A l’intérieur des Etats, les municipalités s’en débarrassent en les poussant vers d’autres communes. Et les Etats en font de même entre eux. Le problème Rom, c’est la patate chaude de l’Europe!» Provenant sans doute de l’Inde du nord, les Roms – terme générique qui comprend plusieurs appellations différentes – ont sillonné le continent européen de façon nomade, vraisemblablement dès le Moyen Age. Depuis plusieurs siècles, ils se sont regroupés en nombre dans l’est de l’Europe. Sous le communisme, la plupart ont été sédentarisés, sans être pour autant intégrés. Leur situation n’a fait qu’empirer depuis la chute des régimes staliniens. Et s’ils sont mal vus partout, les Roms subissent les plus graves discriminations dans leurs pays d’origine, notamment en Roumanie: «C’est pourquoi ils viennent en France et dans les autres nations de l’ouest du continent», explique Claire Cavé qui s’occupe des Roms et des gens du voyage au sein du Secours Catholique, l’équivalent français de Carit

13 milliards inutilisés

De plus, le Fonds social européen – qui reçoit une contribution financière de la Suisse – a dégagé 13 milliards d’euros pourque la Roumanie, la Bulgarie et d’autres pays concernés développent une véritable politique d’intégration de leur population d’origine rom. «Sur le terrain, en Roumanie notamment, nous ne voyons aucun projet sérieux d’intégration», constate Pierre Barge qui poursuit: «Les Roms n’ont pas accès à la même scolarité, ni à la même formation que les autres Roumains. Ils n’ont pas non plus accès au système de santé. Ils sont victimes d’un racisme massif dans leur pays.» Comment sont traités les Roms dans les Etats d’accueil de l’ouest européen? Ils ont le droit de résider pendant trois mois dans un Etat de l’Union ou en Suisse. Au bout de cette période, les Roms sont en général expulsés s’ils risquent d’être à la charge de l’Etat «visité»

Mendicité et petits boulots

Or, ils y trouvent rarement du travail, comme le note Claire Cavé: «Ils vivent de petits boulots au noir et de mendicité. Bien sûr, lorsqu’il y a pauvreté, il y a aussi délinquance et prostitution. Mais ces phénomènes existent partout et pas seulement chez les Roms», ajoute Claire Cavé. Et lorsqu’ils sont expulsés, «ils reviennent aussitôt», constatent en chœur Claire Cavé et Pierre Barge.


Quelle est la situation des Roms dans les pays qu’ils visitent?

France

Depuis le début de l’année, le gouvernement a expulsé 9000 Roms provenant d’Europe orientale. De plus, Pierre Barge souligne l’existence du fichier de police OSCAR qui contient les empreintes des Roms expulsés.

Allemagne

La plus grande partie des Roms – 10 000 personnes est originaire du Kosovo. Berlin envisage d’en expulser vers Pristina 2500 par an. Pierre Barge souligne: «Ces expulsions concernent en premier lieu les mineurs.»

Italie

Le premier ministre Berlusconi soutient la politique de Nicolas Sarkozy concernant la destruction des camps de Roms et les expulsions. Claire Cavé relève que dans la Péninsule, les Roms subissent régulièrement des agressions physiques de la part de la population autochtone.

Espagne

C’est l’un des rares pays à manifester sa volonté d’intégrer les Roms. Cela dit, le chômage atteignant des sommets – plus de 20% de la population active – l’intégration reste un vœu pieux. »

Source: http://tinyurl.com/3xcybgj

La « mégère de Bruxelles » ne peut s’empêcher de détruire tous nos repères identitaires.

17 09 2010

La grande peur de la mégère de Bruxelles et de ses complices…


Lors de l’intervention scandaleuse de la mégère de Bruxelles une petite phrase est passée presque inaperçue. Elle a mis en garde contre l’expulsion des gens selon une appartenance ethnique et, a-t-elle ajouté, « demain peut-être sur des critères religieux ». Mais à qui pouvait bien penser la mégère de Bruxelles ?

Nous connaissons tous la réponse. La mègère et ses complices également. Car partout en Europe monte une exaspération de plus en plus forte envers les différentes communautés musulmanes qui non seulement refusent de s’assimiler mais qui désormais n’hésitent plus à proclamer ouvertement leur volonté d’islamiser le continent. En cela nous devons dire un grand merci au peuple suisse. Son refus des minarets lors du référendum de l’année dernière a été un signal pour tous les peuples européens. Oui, il est possible de dire STOP à l’islamisation. C’est pouquoi ce vote a fait l’objet de toutes ces critiques virulentes de la part des mondialistes bruxellois qui y voyaient, à juste titre, une brêche dans leur projet de détruire l’identité des nations européennes.

Ce qui se passe autour de la question des Roms participent de la même logique. Certes, les Roms ne sont pas musulmans. Ils sont chrétiens et Européens. Mais le bras de fer qui oppose le gouvernement français et les technocrates de Bruxelles est le résultat d’une lutte entre ceux qui estiment que les Etats doivent garder une certaine souveraineté, déjà réduite à une portion congrue, et ceux qui estiment que cette souveraineté n’est qu’une relique du passé qui doit totalement disparaître afin que le projet mondialiste et ultra-libéral de la commission s »applique dans toute l’Europe. La mégère de Bruxelles c’est un peu le Dom Juan au barbaro appetito. Elle ne peut s’empêcher d’attaquer tous les signes de souveraineté des nations européennes. Elle ne peut s’empêcher de détruire tous nos repères identitaires.

Les mêmes qui veulent que la France ne puissent pas choisir les étrangers sur son territoire, et donc expulser les Roms, sont les mêmes qui veulent imposer la Turquie dans l’UE, les mêmes qui s’opposent à l’interdiction de la Burqa, les mêmes encore qui veulent couvrir nos territoires de mosquées et de minarets. Les mêmes enfin qui veulent encore faire venir des centaines de milliers d’immigrés en Europe afin de fragiliser encore davantage les ouvriers européens. Le grand patronat y trouvant sa main d’oeuvre bon marché et corvéable à merci et l’extrême gauche pensant y trouver, à tort, son nouveau prolétariat.

Seul problème. LES PEUPLES. Ces derniers commencent à percevoir que ce magnifique projet européen a été totalement dévoyé. Que ce projet ne sert plus qu’à broyer les identités culturelles, spirituelles et nationales. Que ce projet ne profite qu’à une petite nomenklatura politique au service de la grande bourgeoisie mondialiste. Tout cela est encore confus dans l’esprit des peuples européens  mais cela explique pourquoi la gauche européenne est partout en recul malgré la crise économique et malgré l’usure de la droite au pouvoir. Le peuple sent instinctivement que la gauche l’a trahie. C’est la même raison qui explique que partout on assiste a la montée des partis populistes qualifiés automatiquement d’extrême droite par des médias serviles. Ce n’est pas un hasard si le journal Le Monde a déclaré la guerre au président Nicolas Sarkozy. Ce journal  vient d’être racheté par une triplette de milliardaires de la gauche caviar.

Ces partis populistes, qui remplacent les anciens partis de gauche dans les couches populaires, participent désormais à des gouvernements ou soutiennent les majorités de droite en place (Italie, Pays-Bas, Danemark). D’autres pays suivront car le phénomène est globale. Même en Suède les sondages annoncent une percée de l’extrême droite. La Suède que nos médias ne cessent pourtant de nous présenter comme un exemple de tolérance au niveau mondial. Alors si même en Suède la « vilaine » extrême droite progresse ne seraot-ce pas qu’il y a un tout petit problème ? Combien de temps va-t-on le nier ?

Ce réveil des peuples c’est la grande peur de la mégère de Bruxelles et de ses complices. Alors lorsqu’ils voient que des hommes politiques comme Sarkozy et Berlusconi, en bon politicien opportuniste, commencent à accompagner le mouvement, la panique n’est pas très loin. Il faut tuer cette rebellion dans l’oeuf. Mais c’est trop tard. La mégère de Bruxelles n’a encore rien vu. Elle se dit en colère ? Cela tombe bien. Elle n’est rien à côté de la mienne. Elle n’est rien à côté de celle des peuples européens. Elle s’abattra tôt ou tard. La commission de Bruxelles aura eu beau détruire tous les instruments de la souveraineté, et tous nos repères identitaires, ceux-ci ressurgiront aussi rapidement qu’ils furent balayés. Car on ne peut tuer le passé. Viendra alors, comme dans l’opéra de Mozart « Dom Juan », le temps de la statue du Commandeur. Le temps du châtiment.

source : rebelles.info

16/09/2010

La facilité d’adaptation des Roms…

Et que l’on n’aille pas encore hurler à la discrimination!

FDF

.

Grenoble: cinq hommes interpellés pour proxénétisme.

Les gendarmes de la section de recherches de Grenoble sont intervenus hier matin au 38, rue Pascal, dans un immeuble squatté par plusieurs familles Roms.


Les enquêteurs ont interpellé cinq hommes qu’ils recherchaient depuis plusieurs semaines dans le cadre d’une commission rogatoire d’un juge d’instruction grenoblois sur une affaire de proxénétisme. Les gendarmes de la brigade de recherches de Meylan et leurs collègues de la section de recherches enquêtent depuis plusieurs mois sur l’existence d’un réseau de prostitution exploitant des jeunes femmes au Bois français à Domène. Plusieurs prostituées ont été entendues dans le cadre de cette affaire, et un premier coup de filet avait eu lieu le 19 août dernier lors de l’évacuation du camp rom de Saint-Martin-d’Hères. Les cinq hommes ont été placés en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie à Grenoble.


Source: http://tinyurl.com/2cv8o2f

Besson: mariage, mensonge et faux-patriotisme…

Brasse coulée chez nos Hautes Instances. Même pris « la main dans le sac », le ministre de l’immigration continue à s’enfoncer… Cette fois, on invoque un……… malentendu. Vous allez voir que c’est nous, le peuple, qui n’a rien compris. C’est vrai que depuis le temps qu’on nous prend pour des cons, à force, on le devient.

Besson marche dans les pas de ses collègues, d’ ailleurs… Pas de noms, pas de noms !!! Mais qui sont ces gens qui nous gouvernent?

FDF

.

Le cabinet de Besson était informé de la circulaire visant les Roms…

Le ministre de l’Immigration Éric Besson aurait bien été informé du contenu de la très controversée circulaire qui cite explicitement les Roms.

Depuis la révélation du document, le week-end dernier, c’est le ministère de l’Intérieur qui s’est chargé de justifier le document – déjà surnommé « circulaire Hortefeux » – par la réunion du 28 juillet à l’Élysée, au cours de laquelle le président de la République a exigé le démantèlement des campements illicites de Roms, avant de la remplacer par une autre circulaire, moins dérangeante. Mais, Place Beauvau, le malaise est perceptible : « On ne voudrait pas donner le sentiment qu’on n’assume pas, mais tout le monde était dans le coup« , commente-t-on.

En effet, deux jours après la réunion de l’Élysée, Nicolas Sarkozy annonçait à Grenoble avoir demandé au ministre de l’Intérieur de « mettre un terme aux implantations sauvages de campements de Roms ». Le 4 août, d’après nos informations, la veille de la diffusion de cette circulaire aux forces de police, une « cellule interministérielle de coordination nationale de lutte contre les campements illicites », composée de membres de cabinets de Brice Hortefeux mais aussi du ministre de l’Immigration Éric Besson, se réunissait Place Beauvau. L’ordre du jour portait sur la rédaction de la fameuse circulaire. Et la mention spécifique des Roms à sept reprises n’a choqué personne. « La priorité indiquée était chronologique, c’étaient les Roms par rapport aux gens du voyage », a-t-on déjà précisé Place Beauvau, où l’on a admis « la possibilité d’un malentendu« .

Malgré tout, Éric Besson n’infléchit pas sa position. « Ni moi, ni mon cabinet n’avons été associés à la conception et à la rédaction de cette circulaire et je n’en ai pas été le destinataire », répétait-il, mercredi, au micro d’Europe 1. Sur le trajet précis du document, le ministre est pourtant resté évasif, refusant de rentrer plus avant dans les détails de la « petite cuisine » interne au gouvernement.

Source: http://tinyurl.com/33hxdxq

14/09/2010

Circulaire visant les Roms: le coup d’épée dans l’eau de Hortefeux…

La honte ne tue pas, fort heureusement pour Brice Hortefeux qui pensait échapper au fonctionnement de l’UE en modifiant purement et simplement sa fameuse circulaire objet du scandale. De toutes façons, il a l’exemple qui vient d’en haut avec Sarkö qui pensait (et pense toujours) modifier la Constitution française pour l’adapter à ses caprices…

Mais revenons à Bruxelles. On l’avait crié haut et fort:


On ne viole pas impunément le Droit Européen…

FDF

.

La Commission européenne a annoncé mardi son intention de déclencher une procédure d’infraction en justice contre la France pour violation du droit européen dans l’affaire des renvois controversés de Roms bulgares et roumains chez eux.

« Ça suffit ! », a déclaré à l’adresse de la France lors d’une conférence de presse la commissaire à la Justice et aux Droits des citoyens, Viviane Reding, estimant que l’attitude du gouvernement français, qui a dissimulé l’existence d’une circulaire ciblant expressément les Roms pour les expulsions, « est une honte ». La décision, lundi, de Brice Hortefeux de réécrire une circulaire pour « lever tout malentendu » n’aura donc pas suffi.

Elle a annoncé son intention de demander l’ouverture d’une procédure d’infraction à la législation de l’Union européenne contre Paris, pour transposition insuffisante d’une directive européenne sur la libre circulation de citoyens européens, et « application discriminatoire » de ce texte.

Paris « étonné »…

« J’ai l’intention de proposer (cette initiative) au président de la Commission », a-t-elle précisé, indiquant qu’une décision devrait être prise « dans un délai de deux semaines ». Cette procédure sera lancée devant la Cour européenne de justice de Luxembourg.

Paris a réagi peu après cette annonce. « Nous avons appris avec étonnement les déclarations de Mme Viviane Reding. Nous ne pensons pas que c’est avec ce type de déclaration que nous pourrons améliorer le sort et la situation des Roms qui sont au coeur de nos préoccupations et de notre action », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero, poursuivant : « L’heure n’est pas à la polémique, n’est pas aux déclarations de ce type. L’heure est au travail en faveur de la population rom.

Interrogé lundi par Le Point.fr, Me Sergio Sorinas, spécialiste de droit européen, associé au cabinet Herbert Smith, estimait que la circulaire « soulevait, en effet, des questions quant à sa validité, aussi bien au regard du droit français que du droit européen ». « Le principe de non-discrimination est aujourd’hui au coeur des règles européennes », rappelait l’avocat. Insistant : « On doit traiter tous les citoyens de manière égale, quelle que soit leur nationalité. »

Source: http://tinyurl.com/29369sl

Le crépuscule des sots…

A méditer…

FDF

.

LE CREPUSCULE DES SOTS ? , G.W. Goldnadel

Je ne peux m’y résoudre, en tant que Juif, car sans avoir pratiqué publiquement avec ferveur le culte de la Shoah, je n’admets pas qu’on galvaude ainsi la vérité historique. Je le peux d’autant moins, que les mêmes qui aujourd’hui ressuscitent Hitler et Himmler sont restés bien placides l’an passé quand des foules bigarrées défilaient dans Paris aux cris de «Mort à Israël ! » quand ce n’était pas « Mort aux juifs ! » Je ne m’y résous pas non plus, en tant que Français, car je n’accepte pas que l’on compare mon pays et son peuple, qui ont su se faire si accueillants, à l’Etat du Mal absolu. A qui va-t-on faire croire, s’agissant du projet de déchéance de la nationalité, que jusqu’en 1998, la France était un pays totalitaire et raciste qui foulait au pied la Constitution ? A qui va t’on faire croire que ceux des Français qui n’ont pas une conception extatique de l’immigration, qui ne considèrent pas forcément qu’elle est « une chance pour la France » en matière de sécurité et que le métissage obligatoire est l’avenir de l’humanité, sont de redoutables xénophobes ? (Le Figaro) Imprimer Envoyer à un ami

[D’après l’article paru dans Le Figaro du 13/9/2010, reproduit avec l’aimable autorisation de l’auteur]

Il y avait longtemps que le débat récurrent autour de l’immigration n’avait sécrété un tel comportement névrotique de la part du monde médiatique et politique.

Avant le commentaire, travelling sur cet été de tous les fantasmes :

La ville de Grenoble a connu des troubles très graves consécutifs à la mort d’un braqueur récidiviste d’origine maghrébine, tué par des policiers dans l’exercice de leurs fonctions.

Des émeutes s’en sont suivies au cours desquelles, il a été tiré à balles réelles sur les fonctionnaires.

A la suite de quoi, les policiers grenoblois impliqués ont fait l’objet de menaces de mort nominative et ont été contraints de quitter la ville.

C’est dans ces conditions assez particulières, que le Président de la République annonçait des mesures pour lutter contre une insécurité qu’il n’hésitait pas à lier aux conséquences de l’échec de l’intégration de nombre d’immigrés.

Il envisageait notamment de revenir à une loi, amendée en 1998, qui permettait, sous certaines conditions, de déchoir certains délinquants naturalisés de la citoyenneté française. Il évoquait également les problèmes posés par certains « gens du voyage ».

Alors que l’opposition pouvait parfaitement s’interroger sur l’opportunisme politicien d’un Nicolas Sarkozy dans le creux de la vague face à un Parti Socialiste et un Front National revigorés, la gauche, notamment par les voix de Michel Rocard et d’Arnaud Montebourg, nullement désavoués depuis, brandissait à nouveau le spectre de Vichy et les brandons du nazisme…

Mais il était nullement question qu’une partie de la droite ne participe à ce nouvel happening révisionniste par la banalisation de la Grande Catastrophe. Alors que la police parisienne expulsait le 15 aout un campement illégal de Roms et que les fonctionnaires notifiaient aux seuls hommes un rappel à la loi, le député villepiniste Jean-Pierre Grand s’éleva contre une « sélection » de triste mémoire, qui rappelait, selon ce dernier « les rafles pendant la guerre ».

Le Monde, ne pouvant plus demeurer passivement complice, dans un éditorial du 18 août, titrait sans rire « Amour de soi, Haine de l’autre » et reprochait au Président de permettre un « appel d’air » au racisme, notamment contre les musulmans.

Le même journal de publier dans la foulée la lettre ouverte d’un professeur lyonnais racontant les affres de sa famille juive pendant l’occupation et comment l’Etat français avait déchu de leur nationalité les meilleurs de ses enfants.

Dans de nombreux reportages, on présenta comme autant d’ « expulsions », le retour volontaire et contre argent de Roms en Roumanie, la plupart précisant qu’ils retourneraient en France, comme la loi européenne les y autorise désormais.

Le 26 août, France 2 diffusait un reportage sur des gitans camarguais, solidaires des Roms, venus dire, devant un mémorial rappelant leur déportation par les nazis, que l’insupportable passé était de retour. Pour faire bonne mesure, la chaine publique diffusait en prime des images shoatiques montrant des enfants tziganes dans les camps de la mort.

Peu après, un prêtre inspiré implora le ciel et la télévision pour que le souverain français sans cœur succombe, ainsi qu’aux temps ardents de la Sainte Ligue. Silence dans les rangs des gardiens de l’ordre moral.

Un autre ecclésiastique, se tenant pour Mgr Saliege sous l’occupation, lut courageusement l’homélie que le Juste avait prononcée en faveur de ceux promis à la déportation.

Quant à Alain Minc, venu défendre le chef de l’Etat contre les menées du Saint-Siège, il ne trouva pas d’arguments plus pertinents que de reprocher à son chef ses origines allemandes…

Peux-je dire, calmement, que je ne puis me résoudre, à nouveau, à un tel comportement irresponsable et indécent ?

Je ne peux m’y résoudre, en tant que Juif, car sans avoir pratiqué publiquement avec ferveur le culte de la Shoah, je n’admets pas qu’on galvaude ainsi la vérité historique. Je le peux d’autant moins, que les mêmes qui aujourd’hui ressuscitent Hitler et Himmler sont restés bien placides l’an passé quand des foules bigarrées défilaient dans Paris aux cris de «Mort à Israël ! » quand ce n’était pas « Mort aux juifs ! »

Je ne m’y résous pas non plus, en tant que Français, car je n’accepte pas que l’on compare mon pays et son peuple, qui ont su se faire si accueillants, à l’Etat du Mal absolu.

A qui va-t-on faire croire, s’agissant du projet de déchéance de la nationalité, que jusqu’en 1998, la France était un pays totalitaire et raciste qui foulait au pied la Constitution ?

A qui va t’on faire croire que ceux des Français qui n’ont pas une conception extatique de l’immigration, qui ne considèrent pas forcément qu’elle est « une chance pour la France » en matière de sécurité et que le métissage obligatoire est l’avenir de l’humanité, sont de redoutables xénophobes ?

A quel jobard peut-on faire gober que des gens du voyage ne peuvent poser problème et que les responsables européens se sont montrés avisés lorsqu’ils ont négocié avec la Roumanie son entrée dans la communauté sans que ne soit améliorée chez elle la condition des Roms ?

Et si tout simplement, dans un débat contemporain et rationnel, libre et éclairé, la seule question politique digne d’être posée – sereinement – et non le couteau antiraciste sous la gorge – n’aurait-elle pas du être celle d’un éventuel anachronisme ?

On pouvait parfaitement, sans être accusé de haute trahison ou de folie suicidaire, soutenir qu’à présent, la conception traditionnelle, étroite à tous égards, d’un Etat-nation  ethnoculturel, remparé dans des frontières illusoires, est doublement et inexorablement dépassée. En raison du nouvel espace politique européen créé au lendemain d’une horrible guerre fratricide, comme en raison de l’irrésistible mondialisation accélérée des échanges humains et culturels. Cette thèse est défendable.

Mais on pouvait également plaider, sans être disqualifié pour cause de racisme et de xénophobie, que la richesse humaine est faite de la diversité identitaire de ses peuples et de ses cultures. Que ceux-ci sont enracinés naturellement par leur histoire commune dans une même géographie, que l’Europe politique demeure une construction artificielle et désincarnée, qu’enfin la principale leçon du dernier cataclysme historique, est qu’un Etat-nation reste le meilleur rempart démocratique contre la barbarie du fanatisme ou de l’expansionnisme jamais vaincus.

Cette thèse n’a toujours rien d’obsolète et mérite également le respect.

Mais ce débat existentiel si légitime, si impérieusement indispensable, est demeuré strictement interdit, et les thèses en présence délibérément dénaturées.

Les partisans d’un nouveau modèle étatique post- national n’ont pas osé aller, pour la plupart, jusqu’au bout de leur logique, conscients de ce que la majorité des citoyens continuent de tenir charnellement au modèle historique traditionnel qu’ils nomment, simplement, leur pays.

L’ouverture de fait des frontières à la libre circulation des hommes signifie, à terme, leur inévitable obsolescence.

Prétendre qu’il faudrait continuer, dans le cadre de la souveraineté légale nationale, à réguler les flux migratoires tout en privant l’autorité de poursuite de toute légitimité républicaine en considérant toute mesure de contrainte nécessaire comme ignoblement inhumaine conduit à une hypocrite et schizophrénique impasse.

De leur coté, les partisans de l’Etat-nation ont vu leurs positions d’autant plus systématiquement caricaturées que les termes du débat n’étaient pas franchement posés.

Instinctivement, ils ont vu dans le non-respect de la loi sur les flux migratoires un danger irréversible pour le modèle traditionnel basé non seulement sur un pacte tacite de vivre ensemble dans le respect de la légalité républicaine, mais encore sur une base démographique tempérée par une immigration régulée permettant une intégration progressive.

Au fur et à mesure de l’irrésistible transgression des lois successives en matière d’immigration auquel s’est ajoutée la décision historique sur le regroupement familial des étrangers, une grande majorité de Français a confusément considéré en péril son modèle patriotique traditionnel.

Cette angoisse, de nature existentielle, a été, de surcroît, avivée par l’aggravation des problèmes de sécurité liée à cette augmentation de cette immigration mal maitrisée.

A cette appréhension citoyenne naturelle, il faut redire ici que le système xénophile – qui gouverne souverainement les esprits formateurs et occupe donc le discours dominant – a répondu injurieusement par l’interdiction du libre débat qui s’imposait, ainsi que par un double déni.

Il convient en effet tout d’abord d’observer que cette réflexion nécessaire sur la libre ouverture des frontières nationales à la circulation sans contrainte des hommes, au prix de bouleverser l’équilibre démographique, n’a jamais été autorisée :

L’idéologie dominante a, d’abord, à un moment T, opposé à l’inquiétude populaire un haussement d’épaules agrémenté d’une fin de non-recevoir en expliquant qu’une telle peur relevait en fait d’un pur fantasme d’extrême droite dénué de tout fondement factuel. Le débat était donc aussi inutile que nocif et artificiel. Trop tôt.

Puis, à un moment T + 1, quand les bouleversements démographiques n’ont plus pu être niés, l’idéologie a décrété le débat comme forclos, puisque la France était devenue « une nation multiculturelle » Trop tard.

A quel moment précis, la France est-elle devenue, sans débat ni combat, cette nation postmoderne ? nul ne le saura évidemment jamais.

Le même refus de débat intellectuel et politique autour du problème de sécurité publique peut être constaté.

Ce qui est normal, puisque les deux questions sont liées.

A un moment T, la suggestion de la hausse de l’insécurité a été réduite à une pure question de « perception » : le sens commun populaire était trompé par l’exploitation cynique par l’extrême droite de la peur de l’étranger, expliquait doctement l’intelligentsia xénophile. L’insécurité était donc un fantasme de beauf lourdaud.

Au moment T+1 ou même l’idéologie la plus prégnante n’a plus été en mesure de nier la dure réalité, celle-ci s’est contentée de contester avec véhémence le lien entre les progrès enfin reconnus de la délinquance et l’immigration mal maitrisée donc mal intégrée.

Il semblerait aujourd’hui que l’idéologie, toujours plus modeste dans ses dénégations, se réduise à condamner la vanité d’une répression « sécuritaire » sans prévention pour endiguer le phénomène et sa cause ,enfin admise implicitement mais toujours interdite d’expression publique.

Encore faut-il préciser que pour interdire ce débat, pour retarder le constat inéluctable, l’idéologie dominante que j’ai appelé xénophile- et qui est du même métal que la xénophobie – a eu recours à son arme traditionnelle et favorite du terrorisme intellectuel. Qu’un penseur déviant ou un citoyen récalcitrant ne récite pas le catéchisme convenu et il déclenche immédiatement les mêmes concerts polyphoniques d’hilarité moqueuse, d’indignation outragée et de condamnations à la relégation qui ont réussi à retarder la découverte du goulag. Peu importe, évidemment, que les suspects n’aient pas assorti leurs réserves de la moindre remarque désobligeante envers les immigrés étrangers.

Que le pouvoir politique en place tente de maitriser légalement le phénomène migratoire, qu’il demande aux autorités compétentes d’en exécuter les termes, et immédiatement, l’idéologie xénophile, assurée du soutien d’artillerie médiatique nécessaire, pilonnera l’opinion publique jusqu’à, sinon la mystifier – la tache est impossible au regard du décalage entre le discours moralisateur et le réel – au moins la faire douter, l’intimider, lui imposer une conduite morale, un surmoi tétanisant, une abstention dans la manifestation verbale.

Quel unique ressort psychologique requis était hier encore assez puissant pour obtenir un tel résultat ?

Certainement pas seulement l’appel aux principes humanitaires, au devoir d’hospitalité, à la condamnation de l’égoïsme national qui peuvent, certes, être plaidés, mais sont aujourd’hui insuffisants au regard des excès précisément causés, non par les étrangers, mais par les effets pervers de la culture de l’excuse et de l’auto détestation.

Mais avant tout, le contexte culturel imaginaire basé sur les fantasmes d’un passé qui ne passe pas.

Qui a oublié le cortège d’artistes venus soutenir l’occupation par les sans-papiers d’une église parisienne et la comparaison de leur sort avec celui des déportés d’Auschwitz ?

Qui ne se souvient de cette manifestation d’histrions « aux noms imprononçables » venus célébrer le combat des immigrés clandestins en se rendant Gare de l’Est, une valise en carton à la main, histoire de bien signifier la continuité dramatique entre les situations, histoire aussi de faire comprendre que, cette fois, la courageuse résistance empêchera la réitération de leurs forfaits par les mêmes forces obscures.

Mais il semble bien qu’aujourd’hui, sous les coups de boutoir de la dure réalité, l’idéologie outrancière ait perdu une grande part de sa capacité d’intimidation et de mystification.

Pour peu que des responsables politiques, des intellectuels, sachent faire front en imposant enfin le libre débat sur l’immigration, interdit depuis vingt ans, sans céder aux facilités et à la démagogie, et quitte à en appeler au scrutin populaire, alors , peut-être, la France se délivrera-t-elle à temps des sortilèges maléfiques du passé.

Gilles- William GOLDNADEL. Président d’Avocats Sans Frontières.

dernière parution : « Conversations sur les sujets qui fâchent » (avec Alexandre Adler) ed. Jean-Claude Gawsewitch.

A paraître chez le même éditeur : «  Réflexions sur la question blanche »

vu sur http://www.upjf.org/actualitees-upjf/article-18875-145-7-crepuscule-sots-gw-goldnadel.html

Roms: sortis par la porte, ils veulent rentrer par la fenêtre…

Ahhhhhhhhhh, Lille: fief de Martine Aubry; et sa préférence non-nationale légendaire… Qui nous perdra, si on la laisse faire… Les trois mots magiques: France, Lille, Aubry

FDF

.

13.09.2010

 Mihai et Sandor Varga, deux frères qui dirigent un immeuble insalubre de Baia Mare,au nord-ouest de la Roumanie, projettent de revenir à Lille la semaine prochaine. PHOTO PATRICK JAMES

Les nouveaux français… Régression irrémédiable.
PHOTO PATRICK JAMES

Un squelette d’immeuble en béton. Des enfants dépenaillés aux sourires futés. Des tout petits jouant au-dessus du vide sur des souvenirs de balcons. Un tas d’ordures gigantesque. Des tas d’antennes satellites. Premières images du bloc 46B de la rue Horea à Baia Mare et de ses Roms, diablement déterminés à survivre et pour certains à partir ou repartir pour… Lille.

On a prononcé deux mots magiques en mettant les pieds dans la boue qui encercle le bloc 46B : « France, Lille.

» Les enfants s’égayent en hurlant « Francezi ! » Des Français. L’attroupement de gamins sales, aux pieds nus et aux tee-shirts trempés sous la pluie fine, gonfle à vue d’oeil. Le joyeux et turbulent cortège pénètre dans le couloir obscur de l’immeuble en péril. « Franta ! Lillé ! » Il n’y a pas un gramme de plâtre ou de peinture sur les murs, plus un bout de métal pouvant servir de rambardes dans les escaliers ou sur les balcons. Même le béton paraît râpé jusqu’à la moelle, abandonnant sa suprématie à la terre collante. Des odeurs pestilentielles surgissent au détour de pièces noires, sans vie et sans fenêtre. Les commodités dans cette bâtisse sans eau courante.

Ah oui, au fait, on allait oublier, comme c’est bête, il s’agit d’un logement social de la ville. Il est question d’une réhabilitation comme son voisin du 46A. L’an prochain, peut-être. Des fils électriques volent depuis l’immeuble d’à côté. On se branche sur le compteur d’un locataire conciliant et on lui paie sa consommation. Le bâtiment a dû connaître une honnête splendeur du temps du communisme et du Conducator Nicolae Ceaucescu. Des portes prudentes s’ouvrent sur des yeux inquisiteurs. « Lille ? Da. Varga familie. »…

Suite et source: http://tinyurl.com/37wzpj6

13/09/2010

Roms: Besson botte en touche…

Après le coup en douce qu’il nous a fait concernant le lieu de son mariage, on ne peut que douter sur la fiabilité des dires de notre ministre de l’immigration… La crédibilité, c’est très important; surtout quand on est au Gouvernement… A mon avis, tous ces remous vont lui coûter sa place lors du prochain remaniement. Et il ne devrait pas être le seul… A sa décharge: on ne lui a pas refilé le meilleur ministère… Mais bon, il n’était pas obligé d’accepter non plus.

FDF

Roms: Eric Besson pas au courant…

Alors que la polémique enfle autour de la circulaire du ministère de l’Intérieur qui vise à démanteler les camps illégaux, et « en priorité » ceux des Roms, Eric Besson a déclaré sur France 2 qu’il ne connaissait pas cette directive. « Je n’en étais pas le destinataire« , a-t-il ajouté, avant de confirmer lors d’une conférence de presse.

On attendait la réaction du gouvernement. Et celle d’Eric Besson ne s’est pas fait attendre. Lundi matin, sur le plateau des 4 Vérités de France 2, le ministre de l’Immigration a déclaré qu’il n’était pas au courant de la circulaire de la place Beauvau. « Je ne la connaissais pas. Je n’en étais pas le destinataire« , a assuré celui qui, la semaine dernière, avait indiqué que « la France n’avait pris aucune mesure spécifique à l’encontre des Roms« . Le ministre n’a pas hésité non plus à renvoyer la balle dans le camp du ministère de l’Intérieur, à l’origine de la directive datée du 5 août dernier. « Je ne sais pas si c’est une maladresse, c’est au ministère de l’Intérieur et plus exactement au directeur de cabinet (Michel Bart, ndlr) d’en répondre« , a-t-il estimé.

Ironie du sort, un peu plus tard dans la matinée, Eric Besson tenait une conférence de presse au ministère de l’Immigration. Le sujet? Le bilan de son action sur les huit premiers mois de l’année et le programme pour les quatre prochains. Une réunion dominée, au final, par l’existence de cette circulaire. Le ministre a réaffirmé sa position, insistant sur le fait que la directive émanait du ministère de l’Intérieur ou plutôt du directeur de cabinet de Brice Hortefeux, Michel Bart, ce qui n’est « pas la même chose en termes hiérarchiques« . En charge du dossier, Eric Besson – qui a dit de ne pas vouloir « se dédouaner » – s’est également étonné de la portée d’une telle directive alors que la place Beauvau n’est pas responsable des reconduites à la frontière. « Il y a une circulaire plus importante (…) Celle signée le 24 juin dernier avec Brice Hortefeux » qui explique les conditions de démantèlement des campements illicites ou encore celle du 10 septembre sur les conditions de séjour des ressortissants européens. Elles sont, selon le ministre, « parfaitement républicaines« .

« Traités sur un pied d’égalité« 

Eric Besson a également tenu à insister sur le bien-fondé de la politique actuelle…

Suite et source: http://tinyurl.com/3y2g2uo

12/09/2010

Un petit tour en Belgique et trois Roms reviennent en France en toute légalité…

Expulsions de Roms… Laissez moi rire. Ca a au moins l’effet d’endormir le peuple de France concernant  les affaires qui secouent notre République ces temps-ci… Vous voyez à quoi je fais allusion, non?

FDF

.

Un petit tour en Belgique et trois Roms reviennent en France en toute légalité…

12.09.2010

 Les trois Roms ont passé quelques instants de l'autre côté de la frontière avant de revenir. PHOTO PIERRE LE MASSON

Les trois Roms ont passé quelques instants de l’autre côté de la frontière avant de revenir. PHOTO PIERRE LE MASSON
.

Trois petits tours et puis reviennent ! Hier, trois Roms, frappés par un arrêté de reconduite à la frontière, ont respecté à la lettre l’ordre du préfet. Avec leur avocat roubaisien et sous l’oeil d’un huissier de justice lillois, ils sont effectivement sortis du territoire national à Armentières… pour y revenir une minute plus tard, en situation régulière.

Ils sont arrivés dans leur campement de Villeneuve-d’Ascq il y a trois semaines. « J’ai un souci à la jambe droite. J’ai peur d’être amputé en Roumanie. Ma femme a été opérée trois fois à la gorge », affirme Marin, au côté de Nastasia. S’ils sont venus en France, « c’est parce que les hôpitaux sont gratuits pour eux. Après ils retourneront en Roumanie », traduit l’interprète de ce couple de Roms.

« Les médecins nous traitent bien, mais les policiers sont très agressifs. Ils nous arrêtent dans la rue. Je leur montre ma jambe, mais ils ne comprennent pas. Ils veulent à tout prix m’expulser. »

Une faille exploitée

C’est ce qui a alerté Norbert Clément et Antoine Berthe. Et pour venir en aide à ces personnes, les deux avocats roubaisiens ont trouvé une faille : si ces Roms, ressortissants de l’Union européenne, font l’objet d’une reconduite à la frontière, l’arrêté ne précise pas laquelle !

Alors hier, vers 11 heures, c’est au bout de l’avenue Léon-Blum à Armentières que les avocats les ont déposés. Avec eux, ils sont sortis du territoire, ce qu’un huissier de justice a constaté, avant de les raccompagner à quelques mètres de là, de notre côté de la frontière. « Ils ont le droit à nouveau de se rendre en France car ils ne sont plus visés par quelque arrêté que ce soit. Ils ne troubleront pas l’ordre public ! » En clair, ils ont le droit de séjourner pour trois mois en France car « leur situation est régularisée ».

Pour autant, Me Clément le reconnaît. « c’est absurde, mais ce sont les lois, la politique qu’on leur impose qui sont absurdes.

Même si la décision était illégale, il fallait l’exécuter. » L’avocat roubaisien insiste. « On ne réglera pas le problème rom ou des étrangers avec de grandes déclarations, des coups de menton et des bruits de bottes. » Alors, cette action, « c’était la démonstration que tout ce que l’on fait au plus haut niveau ne sert à rien », clame l’avocat qui a entrepris ce passage de frontière le jour même où le Parlement européen a demandé à la France de suspendre les expulsions de Roms.

Légal

C’est manifestement la première fois en France que cette subtilité juridique est exploitée. Mais Mes Clément et Berthe savent bien que cela ne durera pas. « Le gouvernement a prévu un amendement qui indique que le fait de revenir pour des séjours de trois mois pourra être sanctionné. Cela démontre que ce que nous venons de faire est légal. On fait avec tous les moyens à notre disposition. Il y en a d’autres », prévient Norbert Clément.

Hier, après cette opération pour le moins insolite, les deux avocats roubaisiens ont confié les trois Roms à l’association qui leur vient en aide au quotidien.

« Le préfet va être prévenu que vous êtes en situation régulière, leur a-t-il répété. Et si jamais vous étiez arrêtés et que les policiers par erreur voulaient vous reconduire, vous m’appelez et on fera le nécessaire… »

Source: http://tinyurl.com/35e2hod

GENS DU VOYAGE…TRES GENTILS …RIEN A CRAINDRE!!


Pour votre information, ci-dessous un complément d’info de la part d’un ami lillois ……contribuable .

Et pour rajouter de l’eau (sale) à ce lamentable  moulin, il faut dire que Madame la Maire accorde une bienveillante attention à tous ce qui est « romanos » (ou « gens du voyage », pour le politiquement correct…)
En effet, ces « braves gens », qui n’en veulent à rien d ‘autre qu’à nos biens, ont le droit de squatter les abords de la Cité hospitalière et des facs… Ils arrivent par hordes d’une cinquantaine de caravanes dernier cri, tractées par des bagnoles neuves à 100 000 euros : coupés Mercédès, BMW série 7,  ou Audi 6 pour les plus « pauvres » …  Ils se garent pendant 2 ou 3 semaines, sur les trottoirs, là où, si  tu t’y mets, tu as une prune dans le 1/4h, et la fourrière dans l’heure !!!

Les gosses jouent dans la rue où ils insultent, agressent, crachent sur les passants, saccagent le mobilier urbain, et pillent les voitures…
Pour les besoins naturels de tout ce joli monde, rien de mieux que les toilettes des facs, qu’ils laissent dans un état inimaginable.
Puis, ils en profitent pour ramasser les ordinateurs (ou tout matériel informatique) qui « traînent » dans les bureaux….
Les Doyens des facs préviennent la police lilloise qui recommande de s’adresser à la mairie, qui répond que c’est du ressort de la Préfecture, qui déclare que c’est l’affaire de la gendarmerie……et ainsi de suite…
Bref, personne n’ose se mouiller, sachant que la presse locale gauchisante n’attend que ça pour dénoncer l’expulsion brutale et inhumaine de toutes ces femmes et enfants en bas-âge qui ne demandaient qu’un peu de place dans notre société bourgeoise si égoïste !!!
Et que dire de leurs bébés qu’ils font hospitaliser l’hiver, en pédiatrie pour la moindre fièvre…en « oubliant » de venir les rechercher le lendemain,  sous prétexte qu’ils ont dû quitter l’endroit en urgence…et sans laisser d’adresse bien sûr !! .. Ils reviennent 4 ou 5 mois après, reprendre leurs gosses qui ont été logés, nourris, soignés et habillés par notre bonne vieille sécu.  Et voilà, le tour est joué !!!!

Je n’invente rien ….Je tiens ces anecdotes d’une copine qui travaille à la maternité Jeanne de Flandre, et qui s’occupe de ces gamins….Mais ça, c’est silence radio absolu…Aucun média n’en parle….C’est ça le socialisme « Aubriesque »…..Est-ce avec ce programme qu’elleva se présenter en 2012 ???
J’en tremble !!!!   Bon, j’te laisse…je vais à la mosquée, et en revenant j’achèterai de la viande hallal et un nouveau tchador pour ma mousmé !!
Bin oui, il faut être en avance sur son temps !!!

Un lillois

j’ajouterai que ces gens partent avec 300 euros par couple + 100 euros par enfant(sans savoir combien ils en ont..) reviennent 6 mois après pour rester 3 mois en france(légal) pour se faire soigner dents, diabète, coeur (vive la CMU)et repartir avec la même somme. Au moins ça leur sert à entretenir leurs biens en Roumanie! (déclaration des pauvres roms ds les PV police!)..alors n’oubliez pas de bosser et payer vos impôts!

Véronique CHABROLLE  Délégation générale à l’outre-mer Bureau des ressources et de la coordination

11/09/2010

Le « panzer Pape » fait des siennes…

11 09 2010

En attendant, il va accueillir Sarközy… Pour se « faire la main »…

FDF


.

Des immigrés Roms bientôt accueillis à… Rome !

.

Des « gens du voyage » en pélerinage en terre papale.

Le pape accueillerait prochainement des Roms* expulsés, dans sa résidence d’été de Castel Gandolfo !

On sait que, dimanche 22 avril 2010, le pape Benoit XVI a appelé -en français- , depuis sa résidence de Castel Gandolfo, les pélerins français « à accueillir les légitimes diversités humaines, à la suite de Jésus venu rassembler les hommes de toutes nations et de toutes langues ».  Le même jour, le Père Arthur, prêtre lillois défenseur des Roms a rendu sa médaille du Mérite en protestation contre les reconduites de Roms à la frontière.

Selon une information en provenance d’une source généralement bien informée, très proche des autorités vaticanes, il semble que le Saint-Père Benoît XVI, fidèle aux principes d’accueil et d’hospitalité qu’il a ainsi rappelés, serait sur le point d’accueillir des Roms…à Rome.

Cette décision serait prise à la suite de la mesure d’expulsion de nomades originaires de Roumanie, adoptée par le gouvernement français et fortement critiquée par l’opposition hostile à la politique du président de la République Nicolas Sarkozy. Le pape Benoît XVI, qui s’est dit attristé d’une telle mesure, serait sur le point d’ouvrir aux réfugiés les portes du domaine de Castel Gandolfo, la résidence d’été des papes.

Ce geste spectaculaire, inspiré par la générosité naturelle de Benoît XVI, ne fait pourtant pas l’unanimité au sein de la Curie romaine. Ainsi, Monseigneur Antonio Maria Veglio, en charge du Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement, favorable à l’accueil des réfugiés roms, se trouve en opposition sur ce point avec Monseigneur Fernando Filoni, substitut du cardinal Tarcisio Bertone pour les Affaires Générales, qui a une vision plus réaliste des problèmes pratiques, et disons-le, politiques, qu’une telle décision ne manquera pas d’entraîner.

Latrines du Latium

La position plus que réservée adoptée à cet égard par le Secrétaire d’Etat, véritable premier ministre du Vatican, tient compte des questions d’hygiène qui existent déja sur le territoire de la Commune de Castel Gandolfo. Cette jolie petite ville du Latium, située sur la rive du lac d’Albano, connaît en effet déja de graves difficultés avec sa station d’épuration de Santa Maria delle Mole, qui est quelque peu sous-dimensionnée pour les besoins de ses 9.000 habitants.

Le maire, Maurizio Colacchi, et son adjoint Paolo Gasperini, qui sont en poste depuis mai 2007, sont conscients qu’un afflux important de populations nomades entraînera inévitablement une augmentation significative du volume d’effluents à traiter, et par conséquent, une pollution impossible à gérer dans le respect des normes sanitaires auxquelle l’équipe municipale en place est d’autant plus attachée, que son programme comportait précisément une amélioration et non une dégradation des installations et conditions d’assainissement de la ville.

Il faut rappeler que, en vertu des accords de Latran de 1929 créant l’Etat du Vatican, le domaine pontifical de Castel Gandolfo, dont la superficie est de 55.000 hectares, bénéficie du statut d’extraterritorialité, ce qui peut permettre au Saint Père de s’affranchir de l’autorité de la Commune et même de celle de l’Etat italien. Allons nous assister à une nouvelle version de la Comedia dell’Arte, façon Giovannino Guareschi, avec Don Camillo et Peppone ressuscités ?

C’est prometteur. Affaire à suivre, donc…

* Gens du voyage … en « langue de bois » dans le texte )


Source: http://tinyurl.com/37784f2

« Page précédentePage suivante »