Francaisdefrance's Blog

18/11/2011

Christianophobie: si nos élus s’y mettent aussi…

C’est ainsi que l’on voit que la christianophobie prend de l’ampleur; et une ampleur inquiétante. C’est déjà un phénomène qui nous cause bien des soucis quand ça vient des islamistes; mais maintenant que nos élus s’y mettent… Est-ce que Benoît XVI est au courant???

FDF

.

Des manifestants chrétiens traités de « hordes fascisantes » !

C’est du fascisme que de manifester contre des pièce blasphématoire ?
C’est du moins le point de vue du Conseil de Paris … Lu sur Nouvelles de France, signalé par Les Amis de Jésus Un vœu communiste dénonçant les rassemblements de jeunes chrétiens protestant contre la pièce « Sur le concept du visage du fils de Dieu » de Romeo Castellucci devant le Théâtre de la Ville et les qualifiant de « hordes fascisantes » a été adopté par le Conseil de Paris mardi après-midi. Les groupes « Communiste et élus du parti de gauche », « Europe Écologie – Les Verts et apparentés », « Socialiste, radical de gauche et apparentés » et « Union pour une Majorité de Progrès à Paris et apparentés » se sont prononcés pour. Les élus UMP se sont notamment déclarés solidaires des condamnations du ministre de la Culture Frédéric Mitterrand.

Le groupe « Centre et Indépendants » s’est quant à lui abstenu, certains de ses membres jugeant les termes employés par les communistes « disproportionnés ». Seule l’élue centriste du XVIe arrondissement Valérie Sachs a voté pour.

Source: http://infos-meconnues.blogspot.com/

26/10/2011

Bravo !

La christianophobie s’exerce même sur NOTRE Territoire, appuyée en cela par nos forces de l’ordre? On croît rêver, là !

FDF

.

Photo d’illustration

Rafle de catholiques à Paris, dont des prêtres

150 jeunes garçons et filles cheminaient entre Cité et Châtelet,  hier soir, pour protester contre la christianophobie ambiante. Ils ont été embarqués par les forces de l’ordre. Il en reste une trentaine sur place.

De son côté, le groupe musulman Forsane Alizza dénonce la pièce de Romeo Castellucci. Contacté par Nouvelles de France, leur meneur Abou Hamza déclare :

En voyant prier sur la scène ces jeunes du Renouveau français, « j’ai été touché par l’amour que portent ces chrétiens à leur religion »

4 prêtres font partie des personnes interpellées.

Source: http://lesalonbeige.blogs.com/

24/07/2011

Castellucci avec son Salvator Mundi à Avignon : après la pisse, la merde, et de la vraie !

Vous vous souvenez du scandale du « Piss-Christ »? Eh bien il y en a qui ont fait mieux… Ecoeurant.

FDF

.


Le visage du Christ nous regarde depuis le fond de la scène, où une reproduction en grand format a été installée. Et sous ce regard, la scène que l’on découvre est, elle, d’une trivialité sans appel.

Dans le décor, surprenant, on découvre deux hommes, un vieillard et son fils. Le père est victime d’une crise de dysenterie, et incapable de se retenir. 

A trois reprises, son fils, à l’heure de partir au travail, doit le changer et tout nettoyer, avec amour et patience d’abord, puis découragement et colère.

Romeo Castellucci la met en scène cette longue scène avec un réalisme qui a mis mal à l’aise nombre de spectateurs, et en a fait s’enfuir certains. Cela n’a rien d’anodin, dans ce théâtre de Castellucci qui renvoie toujours chacun à sa condition de spectateur, de voir un vieillard nu se faire torcher les fesses, passer une couche et pleurer comme un enfant sur sa déchéance. L’artiste italien ne nous épargne rien, pas même l’odeur de la merde.

C’est sous la surface, derrière la toile, qu’il va se passer quelque chose, en une série d’images. Castellucci attaque le visage de l’intérieur. Il est d’abord trituré, déformé comme par des mains et des pieds qui pousseraient la fine peau de surface. Puis on dirait qu’un grand couteau l’entaille, et de grandes coulures brun-rouge, évoquant plus les matières fécales de la scène précédente que le sang, se répandent sur lui, avant qu’un voile noir ne recouvre le portrait du fils de Dieu.

La toile est finalement déchirée, et découvre un grand panneau noir. Dessus, on croit d’abord lire, en grandes lettres découpées : « You are my shepherd » (« Tu es mon berger »). Avant de se rendre compte que la phrase entière est, en fait : « You are not my shepherd » (« Tu n’es pas mon berger »).

Que penser de tout cela ? suivre le fil… (et c’est reparti pour le même blabla sur la merde qu’Andres Serano avec sa pisse, à vomir !! a.k).

Source: http://jesusfilsdedieu.blogspot.com/