Francaisdefrance's Blog

06/03/2012

Le maire PS de Strabourg soupçonné de «favoritisme» et «recel de favoritisme» dans l’attribution de marchés publics…

Pas très bon pour un éventuel futur « ministrable », ça…

FDF

Roland Ries (Photo: L’Alsace)

.

.

Le sénateur – maire PS de Strasbourg cité dans une enquête  –   
C’est aux  6 cotés de l’hexagone  que l’on peut trouver des maires PS  inquiétés.

Ce maire PS   de Strasbourg  est,  SOUVENEZ  VOUS,   celui qui disait,  cette phrase mémorable  et, on peut le dire, une citation  GRANDIOSE:  
« QUE LES CANTINES SCOLAIRES à Strasbourg,  SERVAIENT DU HALAL  PAR RESPECT POUR LA DIVERSITÉ  MAIS QU’ELLES NE SERVAIENT PAS DE POISSON LE VENDREDI PAR RESPECT DE LA LAÏCITÉ »

JC JC…

.

.

Roland Ries, maire de Strasbourg, est un proche de François Hollande. Il est réputé être un bon connaisseur des problématiques liées aux transports.
Roland Ries, membre de l’équipe de campagne de François Hollande, est soupçonné de «favoritisme» et «recel de favoritisme» dans l’attribution de marchés publics, relatifs à la construction d’un tramway à Bamako par une entreprise alsacienne.
Des ennuis judiciaires pour Roland Ries? Le sénateur-maire PS de Strasbourg, est cité dans une information judiciaire, ouverte pour «favoritisme» et «recel de favoritisme» dans une affaire d’attribution de marchés publics. Outre ses fonctions municipale et sénatoriale, cet élu alsacien est un proche de François Hollande et est membre de l’équipe de campagne du candidat socialiste à la présidentielle. En charge de la question des transports rue de Solférino, il est pressenti pour détenir ce portefeuille ministériel en cas de victoire de la gauche le 6 mai 2012.
D’après Mediapart qui révèle l’affaire lundi, l’enquête a été ouverte en octobre 2010. Jusqu’ici menée dans la plus grande discrétion, depuis Nancy par la juge Mireille Maubert-Loeffel, elle se serait «accélérée ces dernières semaines».
Pour l’heure, le nom de Roland Ries n’est que juridiquement «cité» dans cette information judiciaire. Il n’est pas mis en examen et n’a même pas été entendu par la magistrate. Toutefois, précise le site d’informations, dans le dossier figurent déjà des «témoignages gênants» pour le sénateur-maire. Qui, pour «favoritisme» et «recel de favoritisme», risquerait jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 375.000 euros d’amende.

Un tramway sur pneu à Bamako
Les faits reprochés à l’édile alsacien concernent des «études de faisabilité», commandées par la municipalité, sur la possible construction d’un tramway dans la capitale du Mali, Bamako. En 2008, alors que le président malien Amadou Toumani Touré est en visite en terres strasbourgeoises, il aurait craqué pour le «tram sur pneu» de la ville et aurait annoncé son souhait de se doter du même équipement à Bamako.
Roland Ries saute alors sur l’occasion. Pour deux raisons: d’une part, il est séduit par cette idée de coopération franco-africaine; d’autre part, l’entreprise qui fabrique ce modèle de tramway, Lohr, est alsacienne. Une parfaite opportunité, donc, de joindre l’utile commercial à l’agréable solidarité entre Strasbourg et le Mali.
Le 6 avril 2009, il soumet à son conseil municipal un texte visant à débloquer une somme de 50.000 euros, pour financer des «études de faisabilité» relatives à ce titanesque projet de transport à l’échelle de ce pays, 173ème au classement mondial de l’indice de développement humain (IDH).
Pour ces travaux, Roland Ries sollicite trois entreprises locales de conseils: Serue, Transitec et Nogha. Celles-ci se partagent la somme votée par la ville. Sauf que, dans l’attribution de ces marchés publics, aucun appel d’offres ni aucune publicité n’ont été réalisés. Or, le règlement de la ville impose que, pour un montant supérieur à 4000 euros, «trois devis différents» soient demandés. Et que, pour une somme supérieure à 20.000 euros, il y ait «publicité», au moins sur le site de la municipalité.

Roland Ries se dit «totalement serein»
En juin 2009, la facture est présentée au directeur général des services, Bernard Debry. Alertant sur le «risque pénal» inhérent à cette procédure, il refuse de signer. Un peu moins d’un an plus tard, il est démis de ses fonctions. Un lien avec le dossier du «tramway de Bamako»? «Un pur fantasme, répond Roland Ries à Mediapart. Il ne faisait pas l’affaire. C’est tout».
A l’été 2010, le paiement est réalisé. Bernard Debry, lui, en juin 2010, alerte la justice. Dès octobre, l’information judiciaire pour «favoritisme» et «recel de favoritisme» est donc lancée, l’enquête étant dépaysée à Nancy. Bernard Debry aurait déjà été entendu par la police judiciaire de Strasbourg. Il aurait dénoncé, selon Mediapart, des «irrégularités» dans l’attribution des marchés. Un témoignage corroboré par celui de Chantal Augé, adjointe au maire de Strasbourg, en charge des marchés publics au moment des faits. Celle-ci a été écartée après avoir, également, mis en garde Roland Ries contre les «risques de mises en examen» dans ce dossier.
Des soupçons existent, en outre, sur la légalité d’une somme de 7880 euros, perçue dans l’affaire par Roland Boelher. Ce proche du maire strasbourgeois a joué les intermédiaires avec Bamako et a finalisé la présentation des études réalisées par les trois sociétés de conseils.
Dans les Dernières nouvelles d’Alsace , Roland Ries a réagi: «Nous aurions pu apporter un fonds de concours à la ville de Bamako: nous avons préféré que la ville de Strasbourg assure la dépense». L’édile alsacien s’est dit «totalement serein sur les suites» de l’enquête. Avant de préciser: «Qu’il y ait pu avoir une difficulté administrative, ce sera à la justice de le déterminer».

Source: http://www.lefigaro.fr/

17/07/2011

Quand les c… voleront…

Un futur chef d’escadrille. On se comprendra à demi-mots…

FDF

.

Pauvre France !

28/06/2011

Liste des maires PS bradeurs de la citoyenneté…

Honte sur vous, représentants de NOTRE République !

Des summums de dhimmitude sont atteints. Les nouveaux collabos détruisent la République à visage découvert. Ils se tirent une balle dans le pied et vont provoquer une révolte mémorable. Nous, les Résistants, en feront partie; c’est certain. Nous allons bientôt avoir honte d’être Français ! Mais ça ne durera pas longtemps…

Ils sont 26 maires-collabos sur 36000 ! Mais il ne faut pas laisser passer ça. Vous pouvez devez les contacter pour leur signaler votre mécontentement: http://www.amf.asso.fr/annuaire/

FDF

26 villes signent un appel pour le droit de vote des étrangers !

Vingt-six villes ont relancé mardi le débat sur le droit de vote des étrangers aux élections locales, en signant un appel destiné à sensibiliser les pouvoirs publics et l’ opinion sur ce sujet.

« Nous lançons un appel solennel et prenons l’ engagement de tout mettre en oeuvre pour que le droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers aux élections locales soit reconnu », écrivent ces maires réunis au Sénat à l’initiative du premier magistrat de Strasbourg, Roland Ries (PS).

« Aujourd’hui, les résidents étrangers doivent être considérés comme des citoyens à part entière« , ajoutent-ils.

L’opinion publique est favorable à l’évolution d’une citoyenneté attachée à la résidence et non pas seulement à la nationalité », estiment-ils

Rappelant que « le concept de citoyenneté contient le droit pour toute personne de participer aux prises de décision qui la concernent », ils soulignent que « son extension a déjà eu lieu pour une partie des étrangers résidents, ressortissants de l’UE, qui peuvent voter aux élections municipales et européennes ».
« Il s’agit maintenant de donner les mêmes droits à tous les étrangers résidents », soulignent-ils.


L’appel est signé par les maires:

d’Angers,

Aubervilliers,

Bègles,

Besançon,

Caen,

Chelles,

Clichy-la-Garenne, ………

Creil,

Erstein,

Grenoble,

Illkirch-Graffenstaden,

Les Ulis,

Lille,

Metz,

Montbéliard,

Nantes,

Paris,

Pau,

Périgueux,

Quimper,

Reims,

Rennes,

Rouen,

Saint-Denis,

Strasbourg

et Toulouse.
Plusieurs municipalités s’étaient associées pour initier cet appel à l’occasion du premier Congrès des Conseils de résidents étrangers le 16 octobre dernier à Strasbourg.

03/06/2011

Roland Ries, maire PS de Strasbourg, Grand Prix 2011 de l’Allahicité !

Dans les traces de Martine Aubry.

Le maire de Strasbourg remporte la palme de la dhimmitude et de la connerie, en ce début juin. Qui veut faire mieux? Les candidats sont légion…

FDF

.

Voir: Allahicite

16/04/2011

L’ennemi, c’est le dhimmi ! Exemple à Strasbourg…

Reçu par mail…

FDF

.

« À des parents d’élèves qui lui demandaient pourquoi on servait à leurs enfants des menus « halal » dans les cantines scolaires de Strasbourg et pas de repas maigre par exemple avec du poisson le vendredi, le maire de Strasbourg Roland Ries a répondu par cette sublime, cette incandescente déclaration  digne de passer à la postérité, car illustrant génialement l’admirable synthèse dialectique de l’islam et de la laïcité, désormais appelée « Allahicité ! ».

«Nous servons de la viande halal par respect pour la diversité, mais pas de poisson par respect pour la laïcité».

En une phrase est ainsi sublimement résumé le principe de préférence islamique (…) des fanatiques laïques.

11/12/2010

Qui paye les 17 millions d’euros de la mosquée de Strasbourg ?

Ah les vendus! Ils ne se rendent même pas compte qu’ils sont en train de favoriser leur propre islamisation et par le fait , la notre… La dhimmitude et la connerie sont à la fête. C’est les muzz qui doivent bien se marrer…

FDF

.

Cerise sur le gâteau:

Le conseil municipal de Strasbourg vient d’autoriser l’édification d’un minaret sur la grande mosquée de Strasbourg!

mosquee de Strasbourg cout

L’inauguration de la mosquée devrait avoir lieu l’été prochain. Le plan de construction de la mosquée de Strasbourg est estimé à 17 millions d’euros, et avait été adopté en 2000 par la municipalité socialiste. Qui paye la douloureuse ?

Lors de la pose de la coupole, le maire PS  Roland Ries, avait annoncé : « Aujourd’hui, on a simplement un lieu de prière (sans minaret) mais si la communauté le souhaite, elle aura son minaret. »

17 millions d’euros d’argent public pour un lieu de culte musulman… voilà qui fait mal au portefeuille des contribuables français et chrétiens…

D’après une info de: http://www.observatoiredessubventions.com/

22/10/2010

Actes « racistes » et « néo-nazis » en Alsace : Rappel d’une étonnante manipulation…


 

Octobre 2010 :

Plusieurs actes ciblant des cimetières et des biens de personnalités publiques juives et musulmanes ont été relevés récemment en Alsace, et tout particulièrement à Strasbourg, suscitant le cirque que l’on imagine du côté des élus, des « autorités morales », et bien entendu des medias qui s’en donnent à cœur joie. Pensez donc : deux cimetières juifs et deux carrés musulmans profanés, des tags de symboles nazis qui visent un camion de distribution de viande halal, la maison du maire socialiste de Strasbourg  Roland Ries, celle du maire de Schiltigheim Raphaël Nisand, président de la Licra et à ce titre, grand persécuteur de militants identitaires, celle de son frère Israël Nisand, gynécologue très médiatisé partisan de la gratuité de la pilule contraceptive pour les adolescentes, celle de Faruk Günaltay, activiste de la multiculturalité, etc… C’est, comme le relève la presse, « la mobilisation générale. Tout le monde est sur le pont ». Pendant que les pétitionnaires pétitionnent en désignant l’extrême-droite, les analystes tel le géographe Richard Kleinschmager analysent le sombre terreau alsacien, rappelant le « poids de l’histoire » en n’oubliant pas de relever « la douloureuse question des malgré-nous, ces 130.000 Alsaciens et Lorrains enrôlés de force dans l’armée allemande avec, parmi eux, quelques volontaires acquis aux idées du 3ème Reich ». Cette dernière précision est bien entendu vitale pour la compréhension des évènements contemporains, dont l’importance du vote d’extrême-droite en Alsace. Kleinschmagger va jusqu’à formuler cette forte pensée : « du fait de son histoire particulière, la région pourrait être une sorte de laboratoire obscur, le terrain d’exercice de fractions extrémistes ».

Mais les autorités ont décidé de réagir en prenant des mesures dignes de l’importance de l’enjeu : création d’une cellule spéciale de six enquêteurs, secondée par des patrouilles renforcées et des techniciens de la police scientifique et surtout « l’éducation des nouvelles générations (entendez le bourrage de crânes) » et, bien entendu « l’organisation de visites de collégiens au Struthof, camp de concentration nazi en Alsace » (qui fut utilisé à la fin de la guerre pour emprisonner les collaborateurs).

Retour sur mai 1957 en Alsace :

Que se passe-t-il en Alsace en ce début d’année 1957 ? Des croix gammées et des slogans à la gloire du Reich, revendiqués par une mystérieuse organisation « Union de combat pour une Allemagne indépendante », fleurissent partout. On imagine l’émotion et le chahut médiatique sur le thème : les nazis sont toujours menaçants. En mai 1957, l’épouse du Préfet Trémaud ouvre une boîte à cigares qui lui a été envoyée par la poste. La boîte explose, tuant celle-ci. L’attentat est revendiqué par cette pseudo organisation néo-nazie, suscitant de très vives réactions.

Il a fallu attendre la chute du mur de Berlin et l’ouverture des archives des services secrets tchécoslovaques, pour apprendre que toute l’opération avait été montée par les services tchèques qui agissaient pour le compte du KGB. Le but ? Envenimer les rapports franco-allemands en plein renouveau et empêcher le développement de l’intégration européenne naissante.

Depuis, nous avons connu Copernic et Carpentras, entre autres. Mais aujourd’hui, ce n’est plus le KGB qui se révèle responsable de ces mises en scène. Ce sont les dirigeants de l’Etat, avec la complicité de leurs services, relayés par tous les lobbys et leurs médias, qui portent la responsabilité de ces manipulations. Ces accusations frénétiques visant à culpabiliser les électeurs et sympathisants du camp national et identitaire doivent être dénoncées sans relâche.

A qui profite le crime, si ce n’est au Système et à ses spadassins qui ne reculent devant aucune forgerie, aucun mensonge pour imposer leur loi et  formater les esprits les plus jeunes et les plus faibles ?

Si l’Etat mettait le dixième de son énergie à rétablir l’ordre dans les banlieues et à combattre sans relâche les bandes ethniques qui y sèment la terreur, plutôt que de poursuivre des chimères grimées en nazis, les Français pourraient se sentir davantage en sécurité.

Robert Spieler
Ancien Député
Délégué général de la
Nouvelle Droite Populaire

Blog de Robert Spieler : http://robert-spieler.hautetfort.com/

Site de la NDP : www.nouvelledroitepopulaire.info

Synthèse nationale, l’information au quotidien : www.synthesenationale.com


07/10/2010

Xénophobie: multiplication d’actes en Alsace…

Xénophobie, xénophobie; ça ne veut pas dire seulement « actes racistes à l’encontre de l’islam »; au contraire… Je le répète: l’islam n’est pas une race; les musulmans non plus! Comment peut-on taxer de racistes ceux qui ne sont pas d’accord avec cette idéologie? Encore une invention pour soumettre les sous-chiens et leur soutirer du fric par l’intermédiaire des lois que les islamistes ont fait instaurer eux-même… Et dire que des sous-chiens, il y en a qui marchent dans la combine; et pas des moindres… Pas de noms…

FDF

.

La recrudescence d’actes racistes et antisémites plonge ses racines dans l’histoire de la région, estiment certains. D’autres y voient plutôt les effets d’un climat plus général

Alors que les enquêtes de police n’ont pas encore apporté de réponses, tous, en Alsace, se demandent pourquoi la région est à nouveau victime d’actes de xénophobie aux accents néonazis visant les communautés juive, musulmane et, dans une moindre mesure, protestante, de l’agglomération strasbourgeoise (1).

Ces actes sont-ils le fait de personnes isolées, de groupuscules d’extrême droite ? Reflètent-ils des conflits intercommunautaires ? « Il y a une tradition d’entente ici et l’effervescence actuelle est artificiellement créée à partir d’un climat politique au niveau français et européen », analyse le maire (PS) de Strasbourg, Roland Ries, qui a lancé lundi un « Appel à tous les Républicains de Strasbourg et de son agglomération » à dire « ça suffit ».

« Une porosité aux idées d’extrême droite »

Saïd Aalla, président de la Grande Mosquée de Strasbourg, attend de la justice qu’elle fasse son travail mais, pour lui, le contexte alsacien « n’est pas intolérant ». Il reconnaît que l’extrême droite est susceptible d’agiter des pensées islamophobes, mais pense qu’elle n’est représentée que par des « groupes minuscules ». Ses scores ont en effet beaucoup chuté aux dernières élections.

Ce qu’il craint surtout, c’est que le dernier épisode – un homme se filmant en train de brûler le Coran – « n’attise le sentiment religieux des musulmans du monde comme ce fut le cas pour les caricatures de Mahomet, alors que c’est certes grave, mais surtout l’acte idiot d’un homme en manque de notoriété ».

D’autres estiment au contraire que le contexte alsacien est propice. « Il y a ici une porosité plus marquée qu’ailleurs aux idées d’extrême droite », héritage de la nazification de la région au temps de l’occupation allemande de 1940 à 1945, note le politologue Richard Kleinschmager.

Une régionet deux partis d’extrême droite

Une thèse est depuis longtemps avancée par les sociologues : voulant réintégrer rapidement l’Alsace, la France n’aurait pas mené ici le travail de dénazification fait en Allemagne et certaines idées seraient restées ancrées dans les esprits. « Sur le ton de la plaisanterie, des choses inadmissibles sont peut-être plus facilement dites ici », ajoute-t-il.

Il rappelle aussi que l’Alsace a l’originalité d’avoir, à côté du Front national, un autre parti d’extrême droite, régionaliste, Alsace d’Abord, aux scores non négligeables. Pour Ali Rastegar, porte-parole du collectif Justice et Libertés, il ne fait aucun doute que « l’Alsace peine à faire face à son passé antisémite » et que les récents actes de xénophobie émanent de « nazillons » qui pourraient se sentir encouragés par certains discours prononcés récemment par le chef de l’État.

De fortes communautés religieuses…

« On développe à l’heure actuelle de façon générale, dans la société et dans la présidence françaises, un tel climat de dénonciation de l’étranger comme responsable de ce qui va mal qu’on libère et qu’on légitime des pulsions de haine qui peuvent venir d’obédiences très diverses, de l’extrême droite ou de groupes d’islamistes, appuie Freddy Raphaël, sociologue et historien de l’Alsace. Pourtant, il serait trop facile de mettre cela sur le compte du passé, c’est dans l’actualité qu’il faut comprendre cette démarche de haine. »

La seule spécificité de l’Alsace, ajoute-t-il, est d’avoir des communautés religieuses beaucoup plus fortes qu’ailleurs, ce qui certes nourrit un dialogue fécond, mais provoque aussi parfois une « exacerbation de la détestation de l’autre ».

Il invite, enfin, à la plus grande prudence dans l’interprétation des derniers événements. « Nous manquons d’éléments. Dans l’affaire des profanations de Carpentras, en 1990, on s’était trompé en fonçant vers le Front national. C’est souvent plus complexe », indique-t-il.


(1) L’Alsace avait connu une série noire de profanations en 2004.

Source: http://tinyurl.com/34xwupj

05/10/2010

Ce qui motive un dhimmi tient en deux mots : LA PEUR. La preuve à Strasbourg…

Pas mal ce billet de Rebelles.info… Il est vrai que nos villes françaises ne tombent pas (encore) sous le coup de la charia. Mais le maire de Strasbourg, il s’y croit déjà… Il montre qu’il n’est pas hostile à son application par… anticipation. Il mérite d’être (une nouvelle fois) le « dhimmi du jour ». Mais bon. On ne va pas lui faire trop de pub. Il a besoin des voix musulmanes pour les prochaines municipales… Il en aura grand besoin.

FDF

.

«Anne, ma soeur Anne, ne vois-tu rien venir ?» – Et la soeur Anne lui répondit : – «Je ne vois rien que le soleil qui poudroie et l’herbe qui verdoie.»

L’une des caractéristiques de la rédaction de Rebelles.info c’est sa patience…Ce matin nous apprenons qu’Abdelaziz Choukri, Délégué Général de la Grande Mosquée de Strasbourg, va déposer plainte pour incitation à la haine raciale contre un habitant d’un village alsacien pour avoir posté une vidéo dans laquelle il brûle un exemplaire du Coran puis urine dessus pour éteindre l’incendie. « Si on ne réagit pas, on autorise les gens à brûler un livre saint », a déclaré Abdeaziz Choukri qui estime que la communauté musulmane est indignée. L’homme est actuellement entendu par la police judiciaire de Strasbourg. ON SE DEMANDE BIEN POURQUOI ?!!! Il faudrait informer la police judiciare de la capitale alsacienne et le délégué général de la grande mosquée de Strasbourg que le blasphème n’existe pas, encore, dans le code pénal français. Par conséquent brûler un exemplaire du Coran ou n’importe quels autres livres religieux que l’on détient n’est pas un crime ni même un délit. Il faudrait également informer ce dignitaire musulman que Strasbourg n’est pas Ryad ou Téhéran. Il faudrait enfin l’informer que les musulmans ne sont pas une race. Quant à la police judiciaire de Strasbourg n-a-t-elle rien d’autre à faire ?!!! A moins qu’elle agisse davantage dans cette polémique comme une police religieuse. Nos soldats meurent en Afghanistan pour défendre la liberté et notre police se fait le bras armé de l’inquisition musulmane en France. Va comprendre Charles…

Quel rapport avec notre patience ? Voilà 20 jours que 5 français ont été énlevés par des terroristes musulmans. Nous avons attendu. Et qu’a-t-on vu en France ? Rien. Nada. Aucune mobilisation de la communauté musulmane pour protester contre cette prise d’otage. Aucune condamnation. Aucune pétition. Où sont donc les professionnels de l’indignation médiatique (le mrap, la ligue des droits de l’homme à géométrie variable, sos racisme etc…) ? Pas un mot d’un imam pour se désolidariser publiquement de cette action terroriste menée au nom de l’islam. Cette même communauté musulmane si prompte à manifester sa colère ou sa haine dans les rues de France contre Israël ou contre des caricaturistes danois, reste étrangement passive et silencieuse lorsque cinq compatriotes sont victimes des terroristes d’Al-Qaïda. J’insiste car c’est important : PAS UN MOT ! La communauté musulmane de France n’est-elle pas indignée ? Qui ne dit mot consent selon l’adage !


Cela n’empêche pas le maire dhimmi de Strasbourg, Roland Ries, de lancer depuis hier un appel à « un front républicain de refus de l’inacceptable ». En faveur des otages ? Que nenni. Cet appel vient après la multiplication d’actes racistes depuis le début de l’année dans l’agglomération strasbourgeoise. Pour le maire dhimmi aucun doute. Il a clairement pointé du doigt les partis d’extrême droite bien que sur les 13 actes recensés depuis le début de l’année aucun n’a été élucidés par la police. Pourtant de l’avis même des RG locaux on ne peut exclure que plusieurs de ces actes proviennent d’un réglement de compte au sein de la communauté musulmane locale. Cela n’empêche pas le maire d’himmi de voir dans ces actions « une série d’événements qui se caractérisent par la haine et l’intolérance. Ceux qui en sont coupables cherchent à nous diviser. Nous disons : ça suffit ! Nous appelons à refuser l’inacceptable, qui n’est jamais une fatalité ». Et de décider que son appel pourra être signé sur le site internet de la ville. Peut-être pourrait-t-il en profiter pour suggérer à ses amis musulmans de lancer un appel du même type pour que les musulmans de France se mobilisent en faveur des otages du Niger et démontrer ainsi aux terroristes que c’est la nation française dans son ensemble qui se dresse contre eux. Cela serait un message important envoyé à Al-Qaïda et au monde musulman. Hélas, nous allons certainement attendre très longtemps.

Car ce qui motive un dhimmi tient en deux mots : LA PEUR. En effet, le maire de Strasbourg a déclaré qu’il n’était pas au courant de l’affaire du coran brûlé : « Ce serait le 14e événement, ça risque d’avoir des conséquences lourdes », s’est-il inquiété. Voilà, tout est dit. La peur de la réaction de la communauté musulmane. Voilà ce qui motive l’action de Roland Ries ! Peut-être est-il temps de montrer à ce dhimmi qu’il est également de son intérêt de tenir compte de la colère et de l’impatience  grandissante d’une autre partie de la population.

La vidéo du scandale: http://www.youtube.com/v/GqeUwST7AXg?fs=1&hl=fr_FR

Par Michael Collins

Source: http://tinyurl.com/39dpevz

24/09/2010

Honneur aux vainqueurs! Le président du CFCM de Srasbourg décoré !

On a du mal d’y croire… Et pourtant, c’est un beau cas de dhimmitude. Ce n’est pas Mohammed Moussaoui que l’on aurait du décorer. C’est Roland Ries, le maire de Strasbourg et Philippe Richert, président du Conseil Régional d’Alsace.

Il sont parait-il en excellente place sur la liste tant convoitée des meilleurs collabos du XXIème siècle… J’en connais qui doivent se retourner dans leurs tombes en terres de France…

Bon. Le principal est que les musulmans soient rassurés sur leur éventuel futur sort… Car il est sûr qu’en ce moment, il vaut mieux ne pas avouer en public être un adepte de Momo. Car certains d’entre eux ne montre pas l’exemple de la paix, de l’amour et de la tolérance. Je pense notamment à l’autre dément de Limoges…

FDF

.

Le président du Conseil français du Culte Musulman, Mohammed Moussaoui, a reçu, mercredi soir, des mains du maire de Strasbourg, Roland Ries, et du président du conseil régional d’Alsace, Philippe Richert, la médaille de la ville et celle de la région d’Alsace, lors du dîner annuele de la Grande Mosquée (GMS) Strasbourg, auquel ont pris part plus de 250 personnes dont de très nombreux élus.

Strasbourg: le président du CFCM  décoré

Dans son intervention, Mohammed Moussaoui a plaidé pour « l’islam de modération et du juste milieu » et rappelé que « Les Musulmans de France sont dans leur immense majorité des citoyens responsables qui respectent le pacte civique (Qui dit pacte, dit guerre, non?…. FDF) et adhèrent totalement aux valeurs qui régissent notre pays ».

«La crainte légitime de l’intégrisme ne doit pas se transformer en un rejet de l’islam et des Musulmans », a-t-il dit, déplorant que des pratiques et des comportements marginaux ont conduit à la stigmatisation de la religion musulmane.

«Nous devons travailler, ensemble, pour faire reculer ces pratiques minoritaires et permettre à l’islam de modération et du juste milieu, porteur de valeurs de paix et de respect, de s’exprimer davantage et de participer pleinement à la construction du lien social et du vivre ensemble auquel nous sommes profondément attachés », a poursuivi le président du CFCM qui s’est réjoui d’une « application dynamique et intelligente du droit local alsacien-mosellan des cultes », qui a permis à l’islam de « bénéficier partiellement de ce régime sans en faire partie » donnant comme exemple la participation de la ville de Strasbourg aux financements de la GMS.

Roland Ries a pour sa part cité, sans le nommer, Jean-Pierre Chevènement, qui avait appelé, lors de l’ordination de Mgr Joseph Doré, en 1997, à « inviter l’islam à la table de la République ». « A Strasbourg, a dit le maire, nous ne l’invitons pas seulement à table, nous lui donnons aussi les couverts », et a donné en exemple la construction presque achevée de la mosquée, le futur cimetière musulman et les locaux attribués au conseil régional du culte musulman (CRCM). Il a redit qu’il n’était « pas hostile » à réintégrer dans la mosquée un minaret et des espaces culturels, et, si c’était demandé, à faire modifier le plan d’occupation des sols.

Le président du conseil régional d’Alsace, Philippe Richert, et le préfet de région, Pierre-Etienne Bisch, ont réaffirmé le caractère exemplaire de l’Alsace dans le dialogue interreligieux, et l’engagement de la Région et de l’État en ce sens.

Auparavant, M. Moussaoui avait rencontré les principaux dirigeants religieux de la région. Il a été reçu par Mgr Jean-Pierre Grallet, archevêque de Strasbourg, le président de l’Union des églises protestantes d’Alsace et de Lorraine, le Pr Jean-François Collange, le grand rabbin de Strasbourg et du Bas-Rhin, René Gutman, et le président de l’Union bouddhiste de France, Olivier Reigen Wang-Genh, ainsi que le préfet du Bas-Rhin et de la région Alsace, Pierre-Étienne Bisch.

Source: http://tinyurl.com/32jzxxk